Archives par mot-clé : tourisme

Histoire d’un lieu mythique, Copacabana

Si Rio de Janeiro, porte d’entrée du Brésil pour la plupart des touristes, est déjà un lieu mythique pour beaucoup de candidats au voyage, Copacabana l’est plus encore, c’est un nom qui fait rêver bon nombre d’habitants de la planète. Quelle est la réalité derrière le mythe, comment le lieu s’est-il formé et a-t-il évolué de ses origines à nos jours[1] où – il faut bien le dire – il ne correspond plus tout à fait à l’image qu’il a en dehors de Rio et du Brésil.

Copacabana avant

Avant l’arrivée des Portugais, Copacabana était une zone inhabitée, où les Indiens venaient seulement se baigner, pêcher ou ramasser des moules, des crabes et autres fruits de mer. Une simulation infographique (figure 1) permet de reconstituer sa topographie et ses paysages, qui restèrent intacts jusqu’au milieu du XVIe siècle car bien que la région ait été visitée par l’explorateur portugais Gaspar de Lemos en 1502, la ville de Rio de Janeiro n’a été fondée que le 1er mars 1565 par Estacio de Sá, après qu’il en ait expulsé la colonie que les Français y avaient installée[2]. Mais, comme eux, les Portugais s’installèrent dans l’immense baie de Guanabara, qui offrait un abri bien plus sûr et commode que le littoral ouvert sur la pleine mer. Ils ne pouvaient pourtant pas se désintéresser complètement de cette côte battue par les vents et les vagues (ne serait- ce que pour surveiller les approches de la ville), ni donc de Copacabana, qui est sa partie la plus proche de la ville, juste au-delà du Pain de Sucre qui marque l’entrée de la baie.

Figure 1 Copacabana avant l’arrivée des Portugais

Simulation numérique des plages de Copacabana et Ipanema comme elles étaient au XVIe siècle, à l’arrivée des Portugais. Dans le coin droit de la première image et le coin gauche de la seconde le promontoire sur lequel a été construit le Fort. Source http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/fotos/2015/02/fotos-veja-imagens-do-antes-e-depois-de-paisagens-do-rio.html

Après la prise de la ville par le corsaire français Duguay-Trouin, en 1711, les habitants avaient pris des mesures pour pouvoir mieux scruter l’horizon et en 1779 Copacabana a été incorporé au système de défense de la ville[3] avec la construction de fortifications de la redoute du Leme, du fort do Vigia (au sommet du Morro da Babilônia) et de la redoute de Copacabana, sur la Ponta da Igrejinha, afin d’alerter les autres fortifications de la baie de Guanabara de l’approche les navires suspects.

Mais à part ce fort et l’église voisine (voir ci-dessous) la région restait inhabitée et sauvage, comme en témoigne Maria Graham, une écrivaine et peintre anglaise qui  a publié en 1824 le premier livre qui mentionne Copacabana, Journal d’un voyage au Brésil: « Après mon retour, je me suis joint un joyeux groupe pour une balade à cheval à Copacabana, petit fort qui défend une des baies situées derrière la Praia Vermelha, et d’où l’on peut voir quelques-unes des plus belles vues d’ici. Les forêts des environs sont belles [..] et dans les collines abondent les opossums et les tatous ».

En août 1858 se produisit le premier événement majeur qu’ait connue le lieu. Il avait couru la nouvelle de l’échouage de deux baleines sur la plage de Copacabana, et l’affaire avait attiré beaucoup de gens, y compris l’empereur Pedro II, qui s’était rendu sur place accompagné d’un nombreux entourage. Les baleines ne furent pas trouvées mais cela lança la mode d’y faire des promenades à cheval et des pique-niques en bord de mer.

Les deux seules implantations durables étaient donc l’église et le fort qui partageait avec elle la Ponta da Igrejinha.

L’église Nossa Senhora de Copacabana

C’est l’église de Nossa Senhora de Copacabana[4] qui donné son nom au futur quartier après la consécration, au XVIIIe siècle,  d’une chapelle qui existait sur une pointe rocheuse entre Copacabana et Ipanema (figure 2). Construite par les pêcheurs et les navigateurs, elle leur permettait de prier lorsqu’ils approchaient de l’entrée de la baie ou en sortaient vers le sud.

Elle a été nommée ainsi en référence à une ville de Bolivie, située sur les rives du lac Titicaca, où une église abritait une statue, connue sous le nom de « Vierge de Copacabana », sculptée par un Indien nommé Tito Yupanqui, dans les années 1600. Le mot Copacabana est d’origine quechua, l’original étant Kupa kawanae, ce qui signifie « qui regarde le lac »).  La renommée de la statue se répandit dans toute l’Amérique catholique, des commerçants portugais en ont apporté une copie à Rio de Janeiro à la fin du 17ème siècle, et la chapelle fut baptisée en son honneur. Elle a probablement été construite au début du XVIIe siècle et en 1732 l’évêque Fray Antônio de Guadalupe avait ordonné la réparation du toit, des murs et des porches car elle était pratiquement en ruines.

Figure 2 L’église de Nossa Senhora de Copacabana

En bas à gauche photo des années 1880. En bas à droite photo vers.1895 de Marc Ferrez

L’église a été expropriée par décret du 20 mars 1918 et démolie la même année pour faire place à un fort moderne.

Le fort de Copacabana

Figure 3 Le fort de Copacabana

En haut le fort et son site, http://www.fortedecopacabana.com/galeria-de-imagens.html , en bas reddition des « 18 du fort » de Copacabana : de gauche à droite les lieutenants Eduardo Gomes, Siqueira Campos, Nílton Prado et le civil Otávio Correia, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Os_18_do_Forte.jpg, les tourelles des canons de 305mm Krupps https://fatosfotoseregistros.wordpress.com/page/21/

La construction du Fort de Copacabana a commencé en 1908[5], ont d’abord été élevées ses parois latérales (d’une épaisseur de 12 mètres), en 1912 ont été installés les tourelles contenant les canons Krupps de 190mm et 305mm (figure 3) et le fort a été inauguré le 28 Septembre 1914.

Au long du XXe siècle il a connu des épisodes qui sont entrés dans l’histoire du Brésil, comme la rébellion dite des « 18 du fort ». Au début de l’épisode les rebelles étaient 301mais à la fin ils n’étaient plus que 19, dont 18 militaires, principalement des lieutenants (tenentes), d’où le terme « tenentismo », utilisé pour caractériser les soulèvements de secteurs de l’armée contre República Velha (la « Vieille République ») dominée par les oligarchies rurales de l’Indépendance (1822) à la Révolution de 1930.

Durant celle-ci le fort a servi de prison au président de la République déchu, Washington Luís  et lors du coup d’État militaire de 1964 il a été point de rencontre pour le « commandement révolutionnaire ». Après la Seconde Guerre mondiale le fort, est devenu progressivement obsolète, a été désactivé en 1987 et il abrite désormais le Musée de l’Armée.

Les années 1890-1900

Jusqu’à la fin du XIXe siècle Copacabana était un champ de dunes, avec ici et là des oasis formées de cajueiros (arbres à cajous, anacardiers, Anacardium occidentale) de jambeiros (Syzygium jambos), de pitangueiras (Eugenia uniflora), de cactus et de palmiers nains. Quelques huttes de chaume abritaient des pêcheurs et des esclaves vivant des produits de petits jardins. Personne ne se serait risqué à prédire un bel avenir à la région.

Les tableaux de Guta et Eduardo Camões (figure 4) en reconstituent les paysages, mais on dispose aussi de quelques photographies (figure 5), une technique introduite au Brésil dans la deuxième moitié du XIXe siècle et dont l’Empereur Pedro II était un amateur éclairé et passionné.

Figure 4 Années 1890 (tableaux)

En haut Copacabana en 1893, recréation de l’artiste Guta. Trois suivants tableaux d’Eduardo Camões, de haut en bas deux vues en direction du Leme (au fond), o Leme et colonie de pêcheurs près la pointe où a été construit le fort de Copacabana.

Figure 5 Années 1890 (photos)

En haut photo de la fin du XIXe siècle, une des dernières images de Copacabana et de Leme portant encore une végétation qui a ensuite été engloutie par l’urbanisation. En bas à gauche la même colonie de pêcheurs que sur la figure 3, photo de Marc Ferrez en 1895, en bas à gauche la même région au début du XXe siècle.

Le quartier était donc à cette époque géographiquement isolée et d’accès difficile. La côte n’offrait aucune crique où se protéger des vagues déferlantes, les plaines côtières étaient limitées par les falaises d’une série de mornes do Urubu, da Babilônia, de São João, dos Cabritos, do Cantagalo e do Pavão. Copacabana était donc bien à l’image de la géographie physique de Rio, des montagnes aux pieds baignés par la mer.

Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, pour atteindre ces dunes partiellement couvertes par une rare végétation, à peine occupées par quelques colonies de pêcheurs et de petits paysans, les visiteurs devraient franchir les mornes qui les séparent du quartier Botafogo ou entreprendre un long voyage de via Humaitá et Lagoa (figure 6). Ce fut donc l’ouverture de nouveaux accès, plus directs, qui permit l’occupation de Copacabana, qui n’avait officiellement que 297 habitants en 1906, alors qu’elle en comptait actuellement environ 150 000 (146 392 en 2010).

Accès et tunnels

L’article de Jenner da Silva Soares comporte une carte (figure 6) qui montre, sur une image satellitaire actuelle, les anciens et les nouveaux accès ouverts par la construction de tunnels (figure 7) sous les mornes séparant Copacabana du reste de la ville (nommés sur la figure 6). C’est en effet grâce à ceux-ci que le quartier a commencé à être intégré au reste de la ville. Le premier a été ouvert sous le Morro de Vila Rica, le Túnel Prefeito Alaor Prata, plus connu comme Túnel Velho (vieux tunnel), entre Copacabana et Botafogo, il a été mis en service le 6 juillet 1892 par la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (l’actuelle compagnie Light)

Figure 6 Les accès à Copacabana

Un peu plus tard, en 1906, un autre tunnel a été ouvert sous le morne da Babilônia, le Túnel Novo (nouveau tunnel), doublé ultérieurement par un deuxième à ses côtés (tunnels Engenheiro Coelho Cintra e Marques Porto)[6]. Copacabana étant désormais accessible en tramway (d’abord hippomobile, puis électrique) en passant par les nouveaux tunnels, la marche vers l’urbanisation complète du quartier était définitivement engagée.

Figure 7 Les tunnels vers Copacabana

En haut à gauche l’ouverture du Túnel velho en 1892, en bas à droite l’entrée du Túnel Velho du côté de Copacabana vers 1920. En bas à gauche sortie du Túnel novo du côté du centre, en bas à droite dans les années 1950, quand les voitures le partageaient avec les tramways (ils ont cessé d’y circuler en 1963)[7].

La dernière photo de la figure 7, prise en 1963 pour le Correio da Manhã, montre les derniers jours de la cohabitation des tramways et des voitures. Le petit viaduc traversant la rue était beaucoup plus sympathique que de nos jours, et avait le même fronton décoré dans le style néocolonial que le tunnel.

Le décollage, 1900-1920

Bien avant son attrait touristique un des principaux attraits de Copacabana était sa réputation de salubrité, alors que Rio était victime d’épidémies de fièvre jaune jusqu’à ce qu’Oswaldo Cruz en vienne à bout en 1904[8]. Le séjour à la plage de Copacabana était donc considéré comme ayant une valeur thérapeutique, car les bains de mer dans l’Océan étaient jugés plus salubres que dans l’eau « stagnante » de la baie Guanabara. Le docteur Figueiredo Magalhães, médecin renommé et résident dans le nouveau quartier, le recommandait aux personnes convalescentes pour se reposer. Il croyait beaucoup à l’avenir de Copacabana et dès le début des années 1880 il avait toujours proclamé les bienfaits thérapeutiques de l’air et de la mer de Copacabana[9].

Pour motiver encore davantage le public, les entreprises intéressées, comme la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (qui avait ouvert le Túnel Velho), claironnaient partout les qualités du quartier. Ses dirigeants ont fait valoir que « les deux plages de Copacabana et Arpoador sont dotées d’un climat magnifique et salubre, elles sont balayées constamment par les brises fraîches de l’Océan, qui en font deux véritables sanatoriums et dans une ville décimée périodiquement par des épidémies, elles seront rapidement recherchées par la population comme les villes balnéaires d’Europe ».

Autre enthousiaste du quartier, le deuxième Baron d’Ipanema, José Antonio Moreira Filho, était grand propriétaire foncier dans la région actuelle de Copacabana. En partenariat avec José Luís Guimarães Caipora il a joué un rôle important dans l’urbanisation de la zone par la construction de la plupart de ses parcs publics. Il a aussi été le responsable de l’urbanisation d’Ipanema le quartier voisin, au-delà de la pointe de l’Igrejinha. Avec l’expansion des lignes de tramway jusqu’au fort de Leme et l’église de Nossa Senhora de Copacabana, le quartier a vue se créer de nouvelles rues, vite bordées de maisons neuves dans le style balnéaire alors à la mode.

Figure 8 Copacabana vers 1905

A Ribeiro, http://www.laparola.com.br/acervo-de-fotos-historicas-do-brasil-disponivel-no-portal-brasiliana-fotografica

Les premières années du XXe siècle virent de grands progrès à Copacabana, comme les premiers tramways électriques passant par les tunnels. En 1906, le maire Pereira Passos lança les travaux de construction de l’Avenida Atlântica, sur le front de mer, en prenant sur les arrière-cours des maisons de l’Avenida Nossa Senhora de Copacabana. Le morne d’Inhangá fut été rasé pour lui permettre de courir d’un bout à l’autre de la plage et ses trottoirs revêtus de mosaïques de pierres noires et blanches en forme de vagues (voir ci-dessous).

En 1910, après dix-huit ans d’existence, Copacabana avait 20 000 habitants, qui soumirent une pétition à la mairie pour demander l’installation d’écoles, d’un sanatorium et de jeux pour enfants. En 1915 le maire Rivadávia da Cunha signa le décret déterminant la séparation du quartier de Copacabana du district de Gávea. Un autre décret, d’octobre 1917, reconnut la dénomination plage de Copacabana sur plus de 4 kilomètres, au long desquelles se situaient déjà 45 rues, une avenue, quatre places et deux tunnels.

Figure 9 Années 1920, les villas de la station balnéaire

En haut à gauche l’avenue Nossa Senhora de Copacabana est déjà goudronnée, à droite la maison de la famille Guinle, sur l’Avenida Atlântica. Au milieu à gauche le morne d’Inhangá n’a pas encore été supprimé, à droite l’espace vide au premier plan fait aujourd’hui partie de la place Cardinal Arcoverde, à l’époque il servait de corral pour les mules qui tiraient les tramways. En bas à gauche vue depuis la terrasse du Copacabana Palace encore neuf, en direction de la Praia do Leme, à droite la rue Barata Ribeiro (au centre) entre les rues Santa Clara et Constante Ramos.

 

Le 22 juillet 1919 fut inauguré la nouvelle Avenida Atlântica e, à double voie et dotée de trottoirs élargis ainsi que d’un éclairage moderne sur son terre-plein central, ce qui a encore embelli le front de mer.

Figure 11 Élargissements successifs de l’Avenida Atlântica

En haut élargissement de l’Avenida Atlântida (1919). En bas à gauche época da inauguração do Copoacabana Palace, tirada no terraço de um casarão no Leme, à droite dans les années 1970 l’Avenida Atlântica est déjè à deux fois trois voies.

Au début des années 1920 Copacabana était donc dotée de l’un de ses principaux symboles, les mosaïques de pierres noires et blanches du front de mer et allait bientôt en recevoir un autre, le Copacabana Palace Hotel.

Le Copacabana Palace Hotel

L’hôtel le plus célèbre de la plage, le Copacabana Palace Hotel a ouvert ses portes en 1923. Dans un premier temps il devait être ouvert pour commémorer le centenaire de l’indépendance du Brésil, en 1922 mais les travaux ont été retardés. Mais l’ouverture de l’hôtel le plus luxueux du pays n’en a pas moins donné le départ de processus d’installation d’établissements hôteliers dans le quartier.

Le Copacabana Palace a été conçu par l’architecte Joseph Gire, qui s’est inspiré des deux hôtels les plus glamour de la Côte d’Azur française, le Negresco de Nice et le Carlton de Cannes. En 1933, il a été le décor du film Flying Down to Rio, dans lequel Fred Astaire et Ginger Rogers ont dansé ensemble pour la première fois.

Figure 10 Le Copacabana Palace Hotel

En haut à gauche et en bas à droite la station balnéaire formée de grandes maisons, et l’hôtel tout récemment construit. En haut à droite l´hôtel encore neuf, en bas à gauche aujourd’hui, entouré d’immeubles, https://www.youtube.com/watch?v=u-Ouj3UVORk

Les mosaïques de pierres noires et blanches

Le dessin des mosaïques de la promenade en front de mer longe sur 4 150 mètres les plages de Copacabana et du Leme. Il était à l’origine basé sur celui de la place du Rocio à Lisbonne, les pierres bicolores de calcite blanche et basalte noir ont été d’abord importés du Portugal, accompagnées d’un groupe de paveurs professionnels spécialisés dans la pose et l’entretien des trottoirs de pierres portugaises. Le travail ne leur a pas manqué pour poser ces millions de pierres et les remplacer quand une tempête emportait une partie du trottoir côté mer. Peu après ont été découverts des dépôts de ces pierres dans tout le Brésil, ce qui a permis de reproduire ce type de trottoir dans d’autres villes.

Figure 12 Les trottoirs de pierres portugaises noires et blanches

En haut le revêtement de pierres encore neuf, en deuxième ligne les effets d’une tempête en 1921, en troisième ligne le revêtement, considérablement élargi, dans les années 1950 et 1970.

Le style curviligne des mosaïques de la promenade actuelle n’est vraiment apparu que depuis 1970, avec le travail paysager de de Burle Marx, l’élargissement de la bande de sable, des trottoirs et des pistes : le paysage a gardé la conception d’origine, mais les courbes ont pris de l’ampleur. Certains citoyens de Rio voudraient restreindre le pavage de pierres portugaises à certains tronçons, et pas le voir étendu à presque tous les trottoirs de la ville. Ils mettent en cause le coût et de la difficulté d’entretien (il y a peu de paveurs spécialisés) et des risques d’accident pour les piétons, en particulier les personnes âgées, en raison de la facilité avec laquelle les pierres se déchaussent.

Les années 1930 à 1960

À partir des années 1930, à mesure que le Brésil s’urbanisait et se modernisait, Copacabana a vu ses paysages changer : des immeubles d’appartements ont remplacé les villas de style balnéaire, des voitures de plus en plus nombreuses ont remplacé les tramways électriques comme moyen de transport dominant. Les premiers ont transformé le front de mer en une muraille continue de bâtiments de plus en plus hauts et serrés, empêchant la brise marine d’atteindre ceux des rues intérieures. Les secondes ont largement aggravé la situation en polluant l’air jusque-là réputé salubre et transformé en cauchemar la circulation dans les rues à sens unique et même sur l’Avenida Atlântica, naguère lieu de promenade et de flânerie.

Figure 13 Années 1940

En haut à gauche vue du haut d’un immeuble de l’Avenida Atlântica, à droite la plage remblayée. En bas à gauche vue aérienne de Copacabana, Ipanema et leblon au fond, au-delà de la pointe du fort, à droite L’Avenida Atlântica à l’angle de la rue Djalma Ulrich.

Dans les années 1950 des milliers d’immeubles ont encore été construits, à mesure que s’accroissait l’attraction des plages, elle-même liée à un véritable culte du corps, de plus en plus répandu. C’est en effet un trait partagé par une large part de la population brésilienne, toutes classes sociales confondues, le corps « doit » être mince, musclé et bronzé,  d’où – pour ceux qui en ont les moyens – la floraison des clubs de musculation, les academias, et le succès des cliniques de chirurgie esthétique.

Dans un article intitulé « Brésil, le pays où le corps est roi »[10], Dominique Audibert et Annie Gasnier racontent : « Au Brésil, la religion de la beauté atteint des sommets. Sur les plages d’Ipanema et de Copacabana, les paires de seins atomiques et de fesses pneumatiques laissent rêveur. Ou perplexe. C’est peu dire que ce pays qui a inventé le string (plaisamment surnommé fio fental, ou « fil dentaire ») est à la hauteur de sa réputation ». Copacabana en a bénéficié, car sa plage était le lieu parfait pour montrer à tous ces corps si bien soignés, aux formes et à la couleur idéales.

Figure 14 Années 1950

En haut Avenida Atlântica en 1957, http://www.procrie.com.br/wp-content/uploads/2010/01/Copacabana1957.jpg. Au milieu à gauche la Praça do Lido en 1951, à droite l’hôtel Miramar, en bas les débuts des problèmes de circulation.

Les plages

Au début du XXe siècle les bains de mer étaient à la mode, on ne parlait pas d’« aller à la plage », mais plutôt d’« aller au bain » et il n’était pas de bon ton de séjourner longtemps sur le sable. Pas de bains de soleil et la norme de la beauté élégante était la peau pâle, protégée par les cosmétiques, les chapeaux, parasols, et ombrelles.

En 1917, le maire Amaro Cavalcanti, a publié un décret réglementant l’utilisation des bains de mer : « Le bain ne sera autorisé du 2 avril au 30 novembre, de 6 h à 9 h et de 16h à 18h. À partir du 1er décembre et jusqu’au 31 mars de 5h à 8h et de 17 h à 19 h. Le dimanche et les jours fériés, il y aura une tolérance d’une heure de plus pour chaque période ». Les baigneurs devaient se présenter avec des « vêtements appropriés pour garder la décence nécessaire ».

Peu à peu, cependant, la pratique du sport, et surtout de la natation, ont contribué à la diminution de la taille des maillots de bain, qui ont laissé apparaître épaules et genoux, puis de plus en plus de surface de peau jusqu’à se réduire au strict minimum.

Figure 15 Les plages naguère et aujourd’hui

En haut à gauche scène de plage en 1929, à droite en 1931, en deuxième ligne dans les années 1950, en troisième ligne en dans les années 1970, en quatrième ligne à gauche en 1967, à droite en 2014, https://oglobo.globo.com/rio/banhistas-de-antigamente-nas-praias-do-rio-7133716

Alors qu’en 1946 Alberto Ribeiro e João de Barro chantaient encore «Copacabana princesinha do mar » (Copacabana, la petite princesse de la mer), il est à noter que Garota de Ipanema, l’une des chansons les plus populaires de toute la bossa nova, composée en 1962 par Vinicius de Moraes et Antonio Carlos Jobim[11], vante – comme son titre l’indique – la beauté d’une jeune femme d’Ipanema, et non plus de Copacabana. Victime de son succès, celle-ci avait alors déjà perdu de son charme. Sa plage était déjà devenue un lieu de loisir de masse, y compris bon nombre des habitants des favelas qui s’étaient multipliées sur les mornes voisins (les habitants do morro, par opposition à ceux do asfalto, des quartiers du bas, aux rues asphaltées). Le phénomène n’a fait que s’accentuer depuis lors et certains jours chauds de produit donc une saturation totale des plages, comme le montre la figure 16.

Figure 16 La foule sur les plages

4 janvier 2014, http://blogjackiegeo.blogspot.com.br/2014/01/clima-no-mundo-aqui-derretemos-la.html et « Sea of humanity » http://www.megatimes.com.br/2013/10/rio-janeiro.html

Copacabana aujourd’hui

Au cours des dernières décennies du XXe siècle, Copacabana, comme d’autres quartiers traditionnels de Rio, a subi un processus de dégradation, avec la spéculation immobilière, la circulation chaotique, les différents types de pollution, la prolifération des bidonvilles sur les mornes environnants, le tourisme sexuel, la violence urbaine.

La densité de population y est devenue très élevée (figure 17), sur 411 hectares Copacabana comptait au recensement de 2010 147 021 habitants (plus 14 157 a Leme) et la plus grande densité de Rio de Janeiro avec 35 618 habitants par kilomètre carré, plus qu’à Dacca (Bangladesh, 29 401), Mumbai (Inde, 20 680) ou Djakarta (Indonésie, 16 548). Avec 92 156 logements, bâtiments, bureaux et espaces commerciaux Copacabana représente à elle seule 9% de la taxe foncière totale recueillies dans la commune de Rio de Janeiro. Elle compte plus de 92 000 téléphones fixes et près de 180 000 téléphones portables, un téléphone pour 1,9 habitant[12].

Figure 17 Copacabana aujourd’hui

En haut à gauche Vista da Praia de Copacabana do alto do Morro do Leme, à droite au premier plan la pointe du fort. Au milieu à gauche vue en direction de la pointe du fort, à droite vers Leme. En bas à gauche Copacabana vue du sommet du Pain de Sucre J. Nabucet 2009, à droite la plage en « hiver » HThéry2009.

Aujourd’hui, Copacabana a perdu beaucoup de son prestige par rapport à d’autres quartiers situés plus loin sur la côte, comme Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca et Recreio dos Bandeirantes. Cependant, le glamour du passé est resté dans la mémoire des générations plus âgées, et Copacabana – naguère le quartier chic des artistes de la radio, du cinéma et de la télévision – a désormais la plus grande population âgée de la ville, qui, après avoir atteint la retraite, a choisi le quartier pour y passer les dernières années de sa vie.

Copacabana est donc devenu un quartier de vieux, environ un tiers de sa population (43 431 personnes en 2010) est composé de personnes âgées de plus de soixante ans, la plus forte proportion de toute la ville[13]. On a même plus dire que si la capitale n’avait pas été transférée à Brasilia la première mesure du gouvernement Lula n’aurait pas pu être d’imposer aux retraités des cotisations sociales qui ont diminué leurs revenus de 11%, ils auraient sans aucun doute assiégé en force l’ancien palais présidentiel du Catete, dans le quartier voisin.

Feux d’artifices de conclusion

Copacabana reste toutefois au moins une fois par ne le centre de l’attention de la ville, du pays et un des hauts-lieux de la planète, dans la nuit du Réveillon, grâce à ses feux d’artifice qui « ouvrent les portes de l’année ».

Figure 18 Feux d’artifices du Réveillon

Sources: Fernando Maia/ Riotur (31/12/2013), http://fotospublicas.com/no-rio-de-janeiro-34-mil-fogos-de-artificio-irao-iluminar-o-ceu-de-copacabana-por-16-minutos/ , https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas et https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/325180/bombeiros-e-pms-pedem-cancelamento-do-reveillonem-copacabana

 

Bien sûr, des feux d’artifice étaient déjà lancés sur les sables de Copacabana, dès la première phase d’urbanisation du quartier (dans la première moitié du XXe siècle), accompagnant les groupes de religions afro-brésiliennes qui célèbrent leurs cultes à la déesse de la mer, Iemanja, dans la nuit 31 décembre. Mais c’est avec l’alliance de la mairie avec une chaîne d’hôtel, en 1981, que l’événement est devenu officiel et a commencé à faire partie de la tradition du Réveillon à Rio, qui attire des millions de spectateurs brésiliens et étrangers.

Le spectacle a pris des proportions gigantesques (figure 18). En 2015 des barges chargées de 24 tonnes de feux d’artifice, ont été remorquées face à la plage pour un spectacle géant marquant l’arrivée de 2016 et célébrant les 100 ans de la samba et les Jeux Olympiques de Rio. Seize minutes d’illuminations, dans des tons vert, violet et orange, aboutissant à un moment où le ciel a été illuminé en blanc pour symboliser la paix[14]. Espérons que ce ne soient pas là les derniers feux de Copacabana…

[1] En suivant principalement l’article de Jenner da Silva Soares « Copacabana em muito mais de 100 anos », http://jensoares.blogspot.com.br/p/copacabana-em-muito-mais-de-100-anos.html, sauf indication contraire pour le texte et les images.

[2] La « France Antarctique » qu’avait voulu créer l’expédition commandée par Nicolas Durand de Villegagnon, arrivée en 1555, n’avait pas résisté aux dissensions entre catholiques et protestants et elle fut expulsée en 1560.

[3] http://copacabana.com/historia-de-copacabana

[4] Sources http://www.cruzterrasanta.com.br/historia-de-nossa-senhora-de-copacabana/31/102/#c  et http://www.dicionariotupiguarani.com.br/dicionario/copacabana/

[5] Source: http://www.fortedecopacabana.com/historia.html

[6] Source : http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[7] Sources: https://ama2345decopacabana.wordpress.com/planejamento-urbano/processo-de-urbanizacao-em-copacabana/, http://rioantigofotos.blogspot.com.br/2009_12_01_archive.html , http://lemeantigo.blogspot.com.br/p/fotos.html et http://www.rioquepassou.com.br/2004/05/05/tunel-velho-boca-de-botafogo-1963/

[8] L’extinction du foyer endémique de la Havane, en 1901, avait démontré que les moustiques sont l’unique disséminateur de la maladie. Oswaldo Cruz, chargé d’organiser la lutte contre la fièvre jaune, refit à Rio de Janeiro ce qui avait été fait à la Havane. La mortalité, qui auparavant était en moyenne de 150 décès par mois, tomba à 8 au mois d’avril et à 4 au mois de juin. Au mois de janvier 1904, on ne comptait que 3 décès. Source A. Dastre, Revue scientifique – La Lutte contre la fièvre jaune, Revue des Deux Mondes, 5e période, tome 29, 1905 (pp. 216-228). https://fr.wikisource.org/wiki/Revue_scientifique_-_La_Lutte_contre_la_fi%C3%A8vre_jaune

[9] https://pt.wikipedia.org/wiki/Copacabana  et http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[10] Le Point, 08/04/2010,

[11] Sa version la plus connue, Girl from Ipanema, a été publié par Verve Records l’année suivante, sur le disque Getz / Gilberto, chantée par Astrud Gilberto et accompagnée João Gilberto et Stan Getz, avec la participation de Tom Jobim au piano (https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA ).

[12] http://copacabana.com/dados-sobre-copacabana/

[13] http://brasil.estadao.com.br/noticias/geral,copacabana-e-o-bairro-com-maior-numero-de-idosos-do-pais-diz-censo,739329

[14] https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas

La genèse du Christ du Corcovado

La statue du Christ qui domine la baie de Rio de Janeiro est une icône connue dans le monde entier et elle est étroitement associée à l’image de la ville et du Brésil. Elle est pourtant relativement récente (elle a n’a été érigée au sommet du morne du Corcovado qu’en 1931). Revenir sur sa genèse et sa construction permet de la situer dans l’histoire du Brésil avant, pendant et après sa construction.

Figure 1 Le Christ du Corcovado domine Rio de Janeiro

https://inspirationseek.com/cristo-redentor-rio-de-janeiro-best-places-to-visit-in-brazil/

Une icône

Le Christ du Corcovado est un des dix monuments les plus visités au monde[1]: en 2016 le site a été visité par 3 305 010 personnes contre 2 945 355 en 2015, une augmentation de 12% en un an[2]. Le nombre de visites journalières a battu un record historique lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, le 26 juillet 2013, avec 20 000 personnes, alors que la moyenne quotidienne est de 5 500 visites.

La statue apparaît dans d’innombrables films et séries télévisées, la montrer même fugitivement suffit pour signifier que l’action se déroule au Brésil, tout comme une brève apparition de la Tour Eiffel suffit à  indiquer qu’elle se situe à Paris. Elle a fait l’objet non seulement de myriades de reproductions de toutes tailles vendues aux touristes mais aussi de films et de chansons dont « Corcovado », l’un des plus grands succès de Tom Jobim, le père de la bossa nova et plusieurs villes, au Brésil et ailleurs dans le monde, ont construit des répliques de ce Christ aux bras ouverts, probablement pour bénéficier de l’aura de Rio de Janeiro en lui empruntant son icône.

L’identification avec le pays est telle que l’image du Christ a été utilisée par l’hebdomadaire britannique The Economist à trois reprises (en 2009, 2013 et 2016) pour symboliser le décollage économique du pays, son décrochage et la trahison dont il aurait été victime.

Figure 2 Le Christ sur trois couvertures de The Economist

Le Corcovado avant le Christ

Depuis la découverte de la baie de Guanabara, le 1er janvier 1502, par les navigateurs Gonçalo Coelho et Américo Vespucci, deux mornes tropicaux attirent l’attention de tous les voyageur, le Pain de Sucre[3], qui domine l’entrée de la baie et le Corcovado, situé un peu plus à  l’écart mais beaucoup plus haut puisqu’il culmine à 710 m contre 396 pour le Pain de Sucre.

Son sommet a été atteint pour la première fois – officiellement du moins – le 22 Février 1824, quand l’Empereur du Brésil, Dom Pedro Ier, y a mené une expédition.

Figure 4 Le Corcovado avant le Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Le décret impérial 3372 du 7 Janvier 1872 a accordé une concession pour construire un chemin de fer menant au sommet du Corcovado. Les travaux de la première partie de la ligne ont commencé le 2 Janvier 1883, pour relier le quartier de Cosme Velho à Paineiras. Elle a été inaugurée le 9 octobre 1884, en présence de Pedro II et de la famille impériale. Puis les travaux se sont poursuivis et le sommet a été atteint le 1er juillet 1885. La ligne, à crémaillère, a au total 3 824m de long, c’est l’une des plus raides au monde et la première à avoir été électrifiée en Amérique du Sud. Un belvédère avait alors été construit au sommet, un pavillon de fer, verre et ardoise de 13,50 m de diamètre et de 46 tonnes, dont tous les matériaux ont été acheminés par le chemin de fer.

La route qui relie la ville au Christ Rédempteur n’a quant à elle été construite que dans les années 1930. Les techniques modernes n’étaient toutefois pas absentes du sommet du Corcovado puisque la société américaine Westinghouse y avait installé une station émettrice pour réaliser la première démonstration expérimentale de téléphonie radio au Brésil, au cours de l’exposition commémorant le centenaire de l’indépendance, en 1922. Cela crée une parenté avec la Tour Eiffel, elle aussi dotée d’une station de radio (militaire), qui l’a sauvée de la destruction à laquelle elle était promise à la fin de la concession accordée pour l’Exposition Universelle de 1889.

Figure 5 Le chemin de fer du Corcovado en 1884

La genèse du Christ

L’idée de construire un monument au sommet du Corcovado vient du prêtre français Pierre Marie Boss, arrivé au Brésil en 1865. De la fenêtre de l’école où il enseignait il regardait le morne du Corcovado, en pensant – raconta-t-il plus tard – « Quel beau piédestal pour une statue de notre Seigneur ». L’initiative avait reçu le soutien de la princesse Isabel, la fille de l’Empereur, mais elle tourna court avec l’avènement de la République (le 15 novembre 1889) et l’exil de la famille impériale. La séparation de l’Église et de l’État par la première Constitution républicaine du Brésil, en 1891, fut un autre facteur de complication.

En 1921, l’approche du premier centenaire de l’indépendance du Brésil (1822) a été l’occasion de proposer à nouveau la construction d’un monument au Christ Rédempteur, et l’autorisation de construire le monument sur le Corcovado a été accordée le 1er juin 1922. L’année suivante, une campagne de financement a été lancée pour la construction du monument et plusieurs projets ont été présentés.

En 1924, la compagnie de téléphone, avait installé, à  demeure cette fois et en dépit des protestations, une antenne d’émission au sommet du morne. De sa résidence du quartier Botafogo l’ingénieur Heitor da Silva Costa avait noté la forme de l’antenne, en forme de croix dotée de bras horizontaux de 16 mètres, et repris dans cet esprit son projet, qui fut retenu. Il en avait ensuite parlé  avec le sculpteur Paul Landowski à Paris, en 1924: le sculpteur français serait responsable de la construction de la tête et des mains du Christ, et l’artiste plastique brésilien Carlos Oswald de la préparation et de la conception finale du monument. Cette même année avait commencé la préparation du modèle en plâtre de la future sculpture.

La première pierre du monument avait été posée le 4 avril 1922, mais les travaux au sommet du Corcovado n’ont commencé qu’en 1926, entravés par les difficultés du site et du transport du matériel vers le sommet par chemin de fer.

La population de la ville a collaboré volontairement aux travaux en enveloppant de fines doublures de toile des centaines de milliers de pierres triangulaires de stéatite[4] destinées à revêtir la statue. Au passage elles (ce travail ayant été fait principalement par des femmes) ajoutaient souvent des demandes, des bénédictions et des prières derrière chacune de ces pierres, que plus tard les travailleurs ont appliquées en mosaïque sur la statue.

Étape par étape, la construction du Christ Rédempteur

  1. La statue a d’abord été ébauchée en France par le sculpteur français Paul Landowski. Avant que le travail ne soit réalisé en vraie grandeur plusieurs modèles en plâtre avaient été préparés.
  2. Ces éléments ont été transportés de France au Brésil en morceaux: la tête était composée de 50 pièces et chaque main avait 3,2 mètres de long. Une exposition des moulages en plâtre des mains du Christ, sur le modèle préparé par Landowski, a eu lieu sur le Corcovado en 1929.

Figure 6 Main et tête du Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html et http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

  1. Des échafaudages en bois et en fer ont permis aux travailleurs d’avoir accès aux points les plus élevés du chantier. Les différentes parties de Christ ont été progressivement intégrées au châssis métallique monté pour supporter le poids de la statue.

Figure 7 Le Christ dans les échafaudages

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

  1. La première partie mise en place a été la tête, le Christ étant donc construit de haut en bas. Toutes les parties extérieures ont alors été revêtues de la mosaïque de stéatite, une matière qui, bien qu’elle soit facilement rayée, résiste bien aux variations de température.

Figure 8 Le revêtement de pierre-savon

http://thesevensistersseries.com/cristo-redentor/4590607581 et http://acessoverdade.blogspot.com.br/2014/03/

L’inauguration

En 1931, le jour de la fête de la sainte patronne du Brésil, Nossa Senhora Aparecida, le 12 octobre, le monument a été solennellement inauguré, avec la participation du président Getúlio Vargas (1882-1954), alors chef du gouvernement provisoire, et de Pedro Ernesto (1884-1942), Gouverneur nommé  du District fédéral, comme était alors nommée région de Rio de Janeiro.

Figure 9 Inauguration du Christ

http://ngcanela-news.blogspot.com.br/2012/08/monumento-do-cristo-redentor.html et http://origemdascoisas.com/a-origem-do-cristo-redentor/

Au moment de la consécration toutes les cloches des églises de Rio de Janeiro ont retenti pendant trois minutes. Tout au long de la cérémonie une escadrille de l’aviation militaire a fait des évolutions acrobatiques autour du monument du Christ Rédempteur.

L’inventeur Guglielmo Marconi (1864-1937), le créateur de la télégraphie sans fil, devait allumer, par signal radio émis de son yacht Electra ancré dans la baie de Gênes, les projecteurs prévus pour illuminer le monument la nuit. Les lumières ont finalement été allumées depuis Rio de Janeiro et la population n’a pas pu voir cet éclairage, car un nuage épais enveloppait le Christ Rédempteur.

Caractéristiques du Christ Rédempteur

Hauteur totale du monument – 38 mètres

Hauteur de la statue – 30  mètres

Hauteur de la tête – 3,75 mètres

Longueur de la main – 3,20 mètres

Distance entre les extrémités des doigts – 28 mètres

Poids de la statue – 1 145 tonnes

Poids de la tête – 30 tonnes

Poids de chaque main – 8 tonnes

Poids de chaque bras – 57 tonnes.

 

Les travaux d’amélioration

– En 1943, a commencé une campagne d’expansion des belvédères, et la construction d’escaliers et de murets de protection (existants jusqu’à ce jour). Ce travail a été inauguré le 3 juillet 1945.

– En 1965, lors des célébrations du 4e centenaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été installé et inauguré par le pape Paul VI, depuis le Vatican.

– En 1973, tout le parc national de Tijuca (l’un des plus grands parcs urbains au Brésil, qui inclut le Corcovado) a été classé par l’Institut national du patrimoine (IPHAN).

– En 1979, le chemin de fer a été rouvert après une modernisation complète.

– En 1980, la statue a été rénovée pour recevoir la visite du pape Jean Paul II, qui a dit une messe au pied de celui-ci.

– Depuis l’an 2000, quand il a reçu un nouvel éclairage, le monument et ses accès ont fait l’objet d’un processus de revitalisation. Le point culminant a été l’ouverture de l’accès mécanisé, avec trois ascenseurs panoramiques et quatre escalators en 2003, au profit des personnes âgées et handicapées.

Figure 10 Travaux de réparation

http://randomenthusiasm.com/7903354-the-brave-men-who-repair-christ-the-redeemer-statue-have-the-sca

– En 2010, la mosaïque en stéatite couvrant la statue a été restaurée, on a supprimé la patine biologique (champignons et autres micro-organismes) qui s’y était peu à peu formée. Ont été également réparés les paratonnerres situés sur la tête et les bras de la statue, fréquemment frappés par la foudre en raison de la position de la statue.

Figure 11 Un éclair frappe le Christ

http://epicpew.com/breathtaking-images-jesus-christ-the-redeemer/

– Le 1er mars 2011, date anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été inauguré, formé de 300 projecteurs à LED de dernière génération, donnant  la possibilité de créer différents effets de couleurs. Le Christ a ainsi été illuminé en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris de novembre 2016.

Figure 12 Le Christ en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris

Antonio Scorza, O Globo, http://blogs.oglobo.globo.com/agora-no-mundo/post/cristo-redentor-ganha-iluminacao-especial-com-cores-da-bandeira-da-franca.html

La statue a finalement connu une double consécration, nationale et internationale qui a définitivement assis son statut d’icône : en 2005 la statue a été classée par l’Institut du patrimoine historique et artistique (IPHAN), entrant ainsi dans le patrimoine historique et culturel du Brésil. Et en juillet 2007, le Christ Rédempteur a été élu l’une des sept merveilles du monde lors d’une élection populaire[5] qui a rassemblé plus de 100 millions de voix. Dans le résultat final, le Christ était à la troisième place, derrière la Grande Muraille de Chine et Petra, en Jordanie, devant des monuments connus dans le monde entier comme Machu Picchu, le Colisée de Rome et le Taj Mahal d’Agra.

Bibliographie

Antônio Sérgio Ribeiro, Cristo Redentor: 80 anos de um símbolo, 11/10/2011, http://www.al.sp.gov.br/noticia/?id=310849

Cristo Redentor, http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

História do Cristo Redentor, Tudo sobre engenharia e construção civil, http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Inauguração do Cristo Redentor, http://brasilianafotografica.bn.br/?p=2602

[1] Le premier est Notre-Dame de Paris, (12 millions de visiteurs). Puis viennent 2) la Grande Muraille de Chine (9 millions), 3) l’Opéra de Sydney (7,4 millions), 4) la Tour Eiffel (6,7millions), 5) le Lincoln Memorial de Washington(6 millions), 6) le Colisée de Rome (5,11 millions), 7) la Statue de la Liberté de New York (4,24 millions), 8) l’Alhambra de Grenade (3 millions), 9) les pyramides de Gizeh, en Egypte (3 millions), et derrière lui 11) le Taj Mahal d’Agra, en Inde (2,5 millions) http://www.tourism-review.fr/les-dix-monuments-les-plus-visites-dans-le-monde-news3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.99

[2] http://g1.globo.com/turismo-e-viagem/noticia/parques-nacionais-registram-recorde-de-visitantes-pelo-10-ano-consecutivo.ghtml

[3] Que les premiers occupants de la baie, des Français menés par Nicolas Durand de Villegaignon avaient baptisé « Le Pot de Beurre », sans doute par nostalgie de la Normandie dont beaucoup étaient issus.

[4] Roche tendre principalement composée de talc, plus connue au Brésil comme « pierre-savon » et très utilisée par l’artisanat car elle est facile à graver et sculpter

[5] Organisée par la Fondation New 7 Wonders

Santana de Parnaíba, berceau des bandeirantes

 

Santana de Parnaíba est une commune de l’État de São Paulo, peuplée d’environ 110.000 habitants, qui fait partie de la « zone métropolitaine » de la capitale. Il ne s’agit toutefois pas d’une banale commune de sa lointaine périphérie de la ville-centre (distante d’un peu plus de 40 km) mais d’une localité qui a connu une histoire tout à fait particulière comme « berceau des bandeirantes », comme le proclame fièrement un panneau signalétique à l’entrée de son centre historique bien préservé (figure n°1).

Figure n°1 Santana do Parnaíba, berceau des bandeirantes

Santana de Parnaiba

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

Santana de Parnaíba, porte do sertão

La ville était un point de départ important de bandeiras, des expéditions partant vers le sertão[1], dont les principaux objectifs étaient à la recherche de main d’œuvre indigène et la lutte contre les tribus indiennes hostiles ou les quilombos[2] à la demande de la couronne portugaise. Sans que cela ait été explicitement leur but, elles ont en outre contribué à la défense et l’expansion du territoire brésilien[3], dépassant les limites fixées par le traité de Tordesillas[4].

La plupart de ces expéditions ont suivi le cours du Tietê, en raison d’une particularité de son parcours, qui traverse pratiquement tout le territoire de l’État d’est en ouest, depuis la Serra do Mar, sur la côte atlantique, jusqu’au Paraná, à l’extrême ouest de l’État. Bien que sa source se situe à moins de 22 km de l’océan, dans les contreforts de la Serra do Mar (dans la commune de Salesópolis, à 110 km à l’est de São Paulo et à environ 1120 m d’altitude), ses eaux coulent sur plus de 1 000 km vers l’ouest avant de se jeter dans le Paraná, parcourant au total une distance de 3 700 km jusqu’à atteindre la mer dans l’estuaire du rio de la Plata.

Pendant de nombreuses années, la rivière a été la seule voie d’accès à l’intérieur de la province de São Paulo et, bien que non navigable en certains endroits, elle est devenu le moyen le plus rapide pour atteindre l’ouest de la province, et de là des régions plus lointaines.

Figure n° 2 Localisation de Santana de Parnaíba

Localisation 3

Source : Google maps

Située sur les rives du Tietê, Santana de Parnaíba a une situation stratégique car elle était le point où la rivière cessait d’être navigable pour qui venait de São Paulo de Piratininga, à cause d’une grande chute d’eau connue sous le nom « chute de l’enfer ». De ce point de la rivière ne pouvait être parcourue à nouveau que 50 km plus loin, en aval du port d’Utu Guaçu, ou Salto Grande, autour duquel ont été fondées les villes de Salto et Itu. Le nom de la ville reflète exactement cette situation, il résulte du rapprochement du nom de la sainte pour laquelle la fondatrice de la ville avait une dévotion particulière – Santa Ana – avec le mot indien Parnaíba qui signifie « rivière non navigable ». Santana de Parnaíba était donc un inévitable point de rupture de charge pour les expéditions qui se dirigeaient vers l’intérieur des terres, ce qui a favorisé lors la période coloniale le contrôle de l’accès à l’hinterland.

Les origines

La fondation de Santana de Parnaíba[5] a eu lieu au tout début du processus d’occupation du territoire brésilien, qui a commencé dans la région avec la fondation en 1532 (par Martim Afonso de Souza), de la première vila[6] brésilienne, São Vicente, sur la côte du futur État de Sao Paulo. Santana de Parnaíba est née du temps de Mem de Sá, le troisième gouverneur général du Brésil, le premier à s’installer dans la région étant Manuel Fernandes Ramos, membre d’une expédition menée en 1561 par Mem de Sa pour explorer l’arrière-pays, en descendant le Tietê, à la recherche de l’or et de métaux précieux. Il construisit une ferme et une chapelle en l’honneur de Saint Antoine, mais elles ne résistèrent pas aux constantes inondations. Après sa mort, en 1589, son épouse Suzana Dias et ses 17 enfants se sont installés sur place, créant l’embryon d’un village et érigeant en 1580, une nouvelle chapelle, cette fois en l’honneur de Santa Ana.

Le 14 novembre 1625 le village qui avait grandi autour de la chapelle a été élevé à la catégorie de vila, démembrée de São Paulo, devenant la troisième vila fondée sur le plateau. Elle avait alors une grande extension territoriale, englobant toutes les terres jusqu’au Paraná. En plus de la famille Fernandes, d’autres pionniers, grands propriétaires terriens et leurs esclaves, étaient alors installés dans la région, comme Fernão Dias Paes, avec près de 5 000 Indiens et les frères Ferdinand et Pero Vaz de Barros, ce dernier fondateur de la ville de São Roque. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Santana de Parnaíba a connu un grand développement à la fois comme l’une des principales régions minières de la capitania[7] et comme exportatrice de main-d’œuvre indigène, capturée par les bandeiras, vers les autres capitanias, ce qui la mettait souvent en conflit avec les jésuites.

Les chemins des bandeirantes vers le sertão

On peut considérer le capitaine André Fernandes (1578 – 1648) comme le premier grand nom du bandeirismo de Santana de Parnaíba. Considéré comme co-fondateur de la ville (avec sa mère, Suzana Dias), c’était l’un des principaux chasseurs d’Indiens de première moitié du XVIIe siècle. Il a parcouru le Goiás, explorant les rives de l’Araguaia, le Paraná, le Rio Grande do Sul, le Mato Grosso do Sul et le Paraguay.

  • Belchior Dias Carneiro (1554-1607), frère de Suzana Dias, a trouvé de l’or au lieu-dit Voturuna, à Santana de Parnaiba, et a parcouru le Goiás, pour combattre combat les Indiens Caiapós, et est mort dans le sertão en 1608.
  • D’autres fils du bandeirante Manoel Fernandes Ramos, Baltazar et Domingos Fernandes (respectivement fondateurs de Sorocaba et d’Itu), ont contribué à la maîtrise de l’accès au Sud et au Centre-Ouest du pays. Entre 1613 et 1615, les trois frères (André, Baltazar et Domingos) parcoururent l’intérieur du Goiás sur les rives de la rivière Paraupava (affluent de l’Araguaia), fondant en chemin de nombreuses villes.
  • Pedro (ou Pero) Barros Vaz (1580-1644) était le chef de l’avant-garde de l’expédition d’Antônio Raposo Tavares et Manuel Preto sur les rives du Parapanema et contre les missions jésuites des Sete Povos das Missões.
  • Fernão Dias Paes (1608-1681) a parcouru les actuels États du Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul. Une de ses bandeiras, qui partit le 21 juillet 1674, a passé sept années à explorer le sertão du Minas Gerais. À la recherche d’argent et d’émeraudes, il a exploré le nord-est de l’État, fondant de nombreux villages sur son chemin pour produire haricots, manioc et maïs. Bien qu’il soit mort en pensant avoir trouvé des émeraudes, alors qu’en fait il s’agissait de tourmalines, des membres de sa bandeira ont continué son œuvre, réalisant une reconnaissance importante pour l’intégration du territoire colonial. Et en 1690, ils trouvèrent de l’or à dans la région d’Ouro Preto et de Mariana.

Figure n° 3 Images des bandeirantes

Bandeirantes

1e image Debret https://historiajacarei.wordpress.com/page/3/. 2e image http://prof-tathy.blogspot.com.br/2012/09/bandeirantes.html. 3e image Debret , sous-titrée « Sauvages civilisés soldats indiens de la province de Coritiba ramenant des sauvages prisonnières », https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ec/Indian_Soldiers_from_the_Coritiba_Province_Escorting_Native_Prisoners.jpg

  • Antonio Raposo Tavares (1598-1658) a commencé en 1648 une expédition qui dura trois ans, parcourant plus de 10 000 km par voie de terre et en suivant les cours d’eau. Il a relié les bassins du Paraguay et du Paraná à celui de l’Amazone, atteignant le Rio Guaporé, puis descendant le Mamoré et le Madeira, jusqu’à atteindre l’Amazone, le suivant jusqu’à son embouchure dans l’état actuel du Pará (figure 4). Cette expédition, entreprise à la demande du roi du Portugal, a ébauché la cartographie des principaux fleuves brésiliens et d’une large partie du territoire national, faisant la jonction de deux axes de pénétration, les bandeiras du sud et les entradas du nord. Elle a fourni des informations qui ont permis, plus de cent ans plus tard, au diplomate Alexandre de Gusmão, représentant du Portugal, de négocier avec l’Espagne les limites territoriales fixées par le traité de Madrid, en 1750.

Figure n° 4 Bandeiras et frontières

Bandeiras et frontieres lieu

  • Bartolomeu Bueno da Silva (1608-1681, surnommé le premier Anhanguera, (« Le vieux démon »), né en Santana de Parnaíba, et en est parti en 1682 avec une nombreuse bandeira, vers l’actuel État de Goiás. Il est notamment connu pour avoir utilisé l’artifice de faire brûler un peu de cachaça[8] en prétendant que c’était de l’eau, pour menacer les Indiens de mettre le feu à leurs rivières.
  • Domingos Jorge Velho (1641-1703) a mené des expéditions qui l’ont conduit dans l’État actuel du Piauí, et a été également à la tête de la bandeira qui détruisit le quilombo de Palmares en 1695, dans l’actuel État d’Alagoas.
  • Pascoal Moreira Cabral (1654-1730), arrière-petit-fils d’André Fernandes, a commandé en 1718, une bandeira contre les Indiens Aripoconé dans le Mato Grosso. En 1719, il a trouvé de l’or sur le Rio Coxipó et fondée Cuiabá, actuelle capitale du Mato Grosso.
  • Le bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (1672-1740), le deuxième Anhanguera, partant de Santana de Parnaíba, a atteint le Goiás par voie terrestre, via le cours supérieur du Rio Paranaíba, dans l’état actuel du Minas Gerais. Il a suivi le cours supérieur du Tocantins et de l’Araguaia, découvert les mines d’or du Goiás, entre 1717 et 1718 et fondé entre 1723 et 1725, le campement de Santana, qui devint plus tard Vila Boa de Goiás, l’embryon de l’État actuel.

Figure n° 5 Représentations du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, dit Anhanguera

Anhanguera

1e image Bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, Luiz Brizzolara – sculpture en marbre de Carrare – Avenida Paulista – Parque Trianon, https://c3.staticflickr.com/3/2347/2325211910_e9b0ba2fc5_b.jpg. 2e image  http://www.sohistoria.com.br/biografias/bartolomeu/. 3e image Anhanguera, http://www.colegioestadualanhanguera.yolasite.com/resources/pintura%20anhanguera%201956.JPG.opt355x473o0,0s355x473.JPG

Les routes ainsi ouvertes servirent ensuite à des expéditions plus massives, appelées moussons (monções), en références aux vents alternés de l’Océan indien, dont les Portugais se servaient dans leur navigation vers les Indes. Ils avaient appris des Arabes que les utiliser facilitait grandement la navigation à l’aller et au retour, pourvu qu’on se plie à leurs rythmes saisonniers et le nom devint celui des expéditions commerciales que ces vents favorisaient.

Ces monções étaient des expéditions fluviales de peuplement et de commerce. La découverte des mines d’or dans les environs de Cuiabá a ouvert une période de grande euphorie et cette fois encore le Tietê était le chemin des aventuriers qui fondèrent des colonies sur ses rives. Le point de départ le plus fréquent était Porto Feliz, près de Sorocaba, en aval de Santana de Parnaíba, après le tronçon non navigable. Le jour du départ on disait une messe pour la réussite de la mission (scène représentée sur la figure n ° 6 par le peintre Almeida junior), car les voyages étaient dangereux et sur ces rivières, plein d’obstacles, se produisaient naufrages, épidémies et attaques d’Indiens. Les monções rassemblaient des dizaines et même des centaines de pirogues, et quand la nourriture embarquée au départ était épuisée, on prenait le temps de planter du maïs dans un champ défriché sur les berges de la rivière, et d’attendre qu’il pousse. Pendant ce temps, on explorait les environs, créant ainsi progressivement des fermes et des villages, points d’appui le long du chemin pour de futures monções.

Figure n° 6 Almeida Júnior, étude pour A Partida da Monção, 1897

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg, http://revistapesquisa.fapesp.br/wp-content/uploads/2015/04/Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg

Au XIXe siècle, Santana de Parnaíba a traversé une période plus difficile, lorsque se sont ouvertes de nouvelles routes reliant São Paulo à d’autres villes sans passer par elle. Elle a également souffert de ne pas pouvoir remplacer la culture de la canne à sucre par celle du café, comme le faisait alors une grande partie de l’État de São Paulo.

En raison de cette stagnation économique – ou peut-être devrait-on dire grâce à elle – la ville a peu évolué, et préservé son patrimoine historique. Ayant conservé beaucoup de ses anciens bâtiments, la ville possède l’un des plus importants ensembles architecturaux coloniaux de l’État, avec 209 bâtiments, ensemble classé en 1982 par le Conseil de défense du patrimoine artistique, archéologique et touristique de l’État de São Paulo (CONDEPHAAT). Avant ce classement global une résidence bandeirista urbaine et une maison du XVIIIe siècle avaient été classés en 1958 par l’Institut du patrimoine, historique, artistique et national (IPHAN). Réunis, ils abritent aujourd’hui le musée principal de la ville.

Le musée Casa do Anhanguera

En octobre 2013, a été rouvert le musée Casa do Anhanguera, après restructuration et intégration avec la voisine Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo. Le bâtiment original, construit en torchis dans la seconde moitié du XVIIe siècle, était la résidence du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (Anhanguera). Le 14 novembre 1962, pour commémorer l’anniversaire de la ville, elle avait été transformée en musée historique et pédagogique, et constitue jusqu’à aujourd’hui un patrimoine d’une grande valeur architecturale et historique. La Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo est une maison de ville du XVIIIe siècle, un exemple typique de bâtiments Sao Paulo avec des murs porteurs en torchis, couverte de tuiles canal, de grandes portes et haute de plafond.

Figure n° 7 Museu Casa do Anhanguera

Musée et maison

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

La maison d’Anhanguera est reconnue comme la seule maison bandeirista urbaine de l’État de São Paulo. Plusieurs facteurs confirment la datation de la maison. Premièrement, elle se distingue en étant une maison de plain-pied, avec toit à trois tombées et avancée en encorbellement, pour ne pas endommager le bâtiment à la saison des pluies. D’autres éléments distinctifs sont la structure des chambranles de portes et fenêtres en bois de canela preta (Ocotea catharinensis) avec conversadeiras[9], l’épaisseur et la structure des murs extérieurs, qui ont été construits en torchis compacté au pilon alors que les murs intérieurs sont de torchis fait à la main. Et enfin un grenier, utilisé pour stocker aliments et ustensiles qui ne sont pas fréquemment utilisés.

Pour être reconnu comme maison bandeirista urbaine il fallait remplir certaines conditions, comme de ne pas avoir de chapelle ni de salle pour recevoir les voyageurs, deux espaces faisant partie de la mais sans accès direct. Les maisons bandeiristas rurales avaient des chapelles parce que les Portugais étaient très religieux et qu’il leur était impossible de fréquenter constamment l’église. Dans le musée sont exposés des objets de l’époque, la plupart donnés par les habitants de la ville. Parmi les divers objets de musée, on note la présence de lits, qui à l’époque utilisés uniquement par les classes supérieures, les autres dormant dans des hamacs.

 

Figure n° 8 Cama e pilão no museu Casa do Anhanguera

Museu

©Hervé Théry 2009

Santana de Parnaíba a donc hérité de son passé un patrimoine historique matériel et immatériel considérable, qu’elle a su mettre en valeur dans un remarquable musée, et aussi sur le drapeau et la blason de la ville, l’un et l’autre inspirés par son rôle de berceau des bandeirantes.

 

Figure n° 9 Drapeau et blason de Santana de Parnaíba

Drapeau et blason

http://prefeituradesantanadeparnaiba.blogspot.com.br/2014/01/bandeira-e-brasao-da-cidade-de-santana.html

Le drapeau municipal a été créé par le Professeur Arcinoe Antonio Peixoto de Faria. Sa forme rectangulaire est bleue, contenant une croix coticée jaune et rouge et un cercle blanc portant le blason, qui se compose d’un bouclier ibérique portant une carte du Brésil bipartie, une couleur délimitée par ligne de Tordesillas et l’autre pour tout ce qui a été gagné ensuite par l’action des bandeiras. Le bouclier est flanqué de deux bandeirantes vêtus de leurs costumes distinctifs et la devise en latin « Patriam fecit magnam » (j’ai agrandi la Patrie) se réfère à leur action pionnière. La croix représente la foi et le cercle l’éternité, faisant allusion à la foi des citoyens dans l’éternité de leur ville. Les couleurs jaunes et blanches représentent l’or et l’argent, la couleur rouge l’audace, la valeur, l’intrépidité, la générosité, l’honneur et la noblesse, symbolisant l’héritage laissé par les bandeirantes de Parnaíba à leurs futurs concitoyens.

Devant tant de nobles intentions, il est plus regrettable encore que le Tietê lui-même soit aujourd’hui si pollué que sa surface est le plus souvent couverte d’une mousse épaisse (figure 10), résultant du brassage par les rapides des détergents rejetés dans la rivière lors de sa traversée de la ville de São Paulo. Ce n’est évidemment pas très pour le tourisme des villes de Santana de Parnaíba, Pirapora do Bom Jesus, Itu et Salto, toutes incluses dans la tache de pollution qui s’étale en aval de la ville.

Celle-ci réduit d’année en année et l’on peut espérer qu’un jour elle ne souillera plus le berceau des bandeirantes. Elle a régressé d’environ 40 km entre 2000 et 2008, années au cours de laquelle la deuxième étape de nettoyage a été effectuée. Au cours de la première étape, entre 1992 et 1998, la réduction avait été de 120 km. Au début des années 1990 la pollution atteignait Barra Bonita (à 260 km de la capitale), aujourd’hui, elle se limite à Salto (100 km de Sao Paulo). Des villes comme Porto Feliz, Tietê, Anhembi et Bonita peuvent à nouveau avoir des loisirs comme la pêche et le tourisme.

Figure n° 10 Le Tietê à Pirapora do Bom Jesus et Salto

Tiete pollue 2

©Hervé Théry 2009 et http://professormarcianodantas.blogspot.com.br/2012/11/as-sociedades-humanas-e-agua.html

Comme on le voit, bandeiras et bandeirantes tiennent une place considérable dans l’imaginaire pauliste, principalement depuis que leur rôle a été monté en épingle dans les années 20 et 30 du XXe siècle, quand São Paulo a commencé à s’affirmer économiquement, politiquement et culturellement. Une des manifestations les plus notables de cette réécriture est le monument aux bandeiras commandé en 1931 par le gouvernement de l’État de São Paulo.

Cette sculpture monumentale est situé à l’entrée du parc Ibirapuera de São Paulo, elle est constitué de 240 blocs de granit, pesant chacun environ 50 tonnes et mesure une cinquantaine de mètres de longueur sur seize de haut. Elle a été inaugurée en 1954, en même temps que le Parc pour les célébrations du quatrième centenaire de la ville de São Paulo. Le monument représente des bandeirantes de différents groupes ethniques, portugais (barbus), noirs, mamelucos (métis) et Indiens (avec une croix sur la poitrine), tirant un des canots utilisés pour les monções sur le fleuve.

L’inscription gravée sur le socle de la statue indique bien le sens que ses commanditaires voulaient lui donner : « Gloire aux héros qui ont tracé notre destin dans la géographie du monde libre, sans eux le Brésil ne serait pas aussi grand qu’il l’est ». C’est sans aucun doute exagéré et d’autres ne voient dans les bandeirantes que des ruffians sans scrupules, mus par l’appât du gain, que ce soit la quête de l’or et des pierres précieuses ou – pire – le rapt ou le massacre des Indiens, premiers et légitimes occupants de ces terres. C’est également vrai, mais on n’en reste pas moins admiratif devant l’audace de ces hommes partis à la découverte de contrées inconnues à partir d’une modeste bourgade pauliste. Santa de Parnaíba est née et a longtemps prospéré en sachant jouer d’une rente de situation et sait aujourd’hui mettre en valeur l’héritage de cette époque en le transformant en patrimoine et en atout touristique et culturel.

Figure n° 11 Le monument aux bandeiras à São Paulo

Monumento as Bandeiras

©Hervé Théry 2006 et Cecilia Bastos/Jornal da USP

Sources

Santana de Parnaíba

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/imprensa_oficial/2013/Jornal%20Oficial_PMSP_15_BAIXA.pdf

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/cidade.html

Museu Casa do Anhanguera

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/noticias_13/materias/14_10_inauguracao_museo.html

Rio Tietê

http://www.mundovestibular.com.br/articles/5138/1/Rio-Tiete/Paacutegina1.html

http://www.daee.sp.gov.br/index.php?option=com_content&view=article&id=794%3Ao-tiete-por-fausto-nogueira&catid=54%3Aparques&Itemid=53

http://gizmodo.uol.com.br/do-outro-lado-do-rio-terceira-parte/

GOES, Synesio Sampaio. Navegantes, Bandeirantes, Diplomatas: Aspectos da descoberta do continente, da penetração do território brasileiro extra-Tordesilhas e do estabelecimento das fronteiras da Amazônia. Brasília, 1991.

MAYUMI, Lia. Taipa, canela preta e concreto: Um estudo sobre a restauração de casas bandeiristas em São Paulo, São Paulo, 2005.

SALLES, Alexandre Nascimento. Pirapora do Bom Jesus: Dicotomia de Símbolos: o sagrado e o profano como elementos representativos de imagem da cidade. São Paulo, 2009.

SANTOS, Diana Oliveira. “A Casa do Anhanguera”: Restauro e conservação de um monumento Nacional, 2007.

[1] L’intérieur encore mal connu, équivalent de la wilderness aux États-Unis ou l’outback en Australie

[2] Villages d’esclaves fugitifs.

[3] Ce qui justifie leur nom (« drapeau » en portugais) bien qu’elles ne l’aient en réalité certainement rarement – voire jamais – déployé sur le terrain.

[4] Qui fixa en 1494 les limites entre les empires espagnol et portugais.

[5] Cette partie et la suivante sont basées sur les textes du musée Casa de Anhanguera, aimablement communiqués par Agacir Eleutério, Historiadora-Consultora Técnica na Secretaria de Cultura e Turismo da Prefeitura de Santana de Parnaíba.

[6] Premier pas vers l’autonomie juridique de la cidade, ville de plein exercice.

[7] Subdivisions de la colonie, ancêtre des actuels États.

[8] Um alcool de canne à sucre similaire au rhum.

[9] Encoignures où s’asseoir pour converser.

Un musée du futebol et de son contexte

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associé à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales : malgré sa déception de la Coupe du Monde de 2014, scellée par l’humiliante défaite 7-1 en demi-finale face à l’Allemagne, le pays reste celui qui a le plus souvent remporté cette Coupe, cinq fois, comme le rappellent les cinq étoiles brodées sur le maillot de la Seleção. Une visite au Museu do futebol, à São Paulo, permet de cerner les rapports entre ce sport et sa place, réelle et imaginaire, dans la société brésilienne.

Le musée est situé sous les gradins du stade municipal, dont le nom officiel est Paulo Machado de Carvalho, mais qui est plus connu sous le nom de Pacaembu, celui du quartier. Construit en 1940 dans un style que l’on peut qualifier de mussolinien – le Président de la République de l’époque, Getúlio Vargas, ne cachait pas ses sympathies pour le régime fasciste – le stade n’appartient à aucune équipe et a même des difficultés à assurer sa programmation depuis que celle qui l’utilisait le plus souvent, le Corinthians, a pu se faire construire son propre stade à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 2014.

Figure n° 1 Localisation du musée

Localisation

Source: Google maps

De ce fait c’est un lieu bien choisi pour ouvrir un musée consacré au football, sans prendre parti pour une équipe ou une autre, et l’on trouve en vente dans sa boutique et sur le vaste parking voisin (figure 2) des maillots et des drapeaux des principaux clubs du pays et même de clubs étrangers, dont le PSG.

Figure n° 2 Le stade Pacaembu

1bis - Pacaembu 2

© Hervé Théry 2015

L’entrée du musée (figure 3) laisse clairement voir la structure des gradins sous lesquels il est abrité, elle est tapissée d’images (affiches, fanions, publicités, etc.) à la gloire des clubs, des joueurs ou du football en général.

Figure n° 3 Sous les gradins, le musée

2 - Sous les gradins 3

© Hervé Théry 2015

Une première salle (figure 4) est consacrée aux origines et à l’histoire lointaine du futebol – comme le sport est appelé au Brésil – les photographies en noir et blanc ou aux tons sépia étant encadrées à l’ancienne, dans des cadres dorés, pour bien souligner qu’il est ici question d’histoire ancienne, remontant au début du XXe siècle, ce qui pour ce pays est quasiment la préhistoire.

Une place particulière est faite à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1994 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle du Hampshire d’où il revenait.

Figure n° 4 Les origines

3ter - Origines

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

D’autres salles sont consacrées aux grands joueurs (dont Pelé et Garrincha), salle curieusement dites des « anges baroques », aux plus beaux buts (commentés par des professionnels ou des personnalités connues), aux retransmissions à la radio qui faisaient vibrer le pays avant la télévision, aux plus beaux délires des finales (sur écrans géants et fond sonore assourdissant). Une autre (figure 5) est consacrée – façon Guinness Book of Records – aux chiffres extrêmes du sport, du public le plus nombreux ayant assisté à un match (plus de 180 000 personnes, au Maracanã) au moins nombreux (55 personnes) en passant par les 1 282 buts marqués par Pelé au cours de sa carrière.

Figure n° 5 Les records

7bis- Records

© Hervé Théry 2015

La salle des Coupes du Monde rassemble sur des totems lumineux (figure 6) des images de toutes ces grand-messes du football mondial, en les associant très pédagogiquement à leur contexte politique, économique et culturel. Curieusement celle de 2014 est encore inachevée, bien qu’y figure déjà la photo de la Mannschaft allemande, qui a laissé au Brésil un souvenir amer, tempéré par le fait qu’elle a terrassé en finale l’archi-rival argentin, lui évitant ainsi le complet désastre.

Figure n° 6 Les Coupes du Monde

4 - 1998

© Hervé Théry 2015

Parmi les documents rassemblés sur ces supports se détachent des slogans et des manchettes de journaux (figure 7) qui sont restés dans les mémoires, depuis l’appel aux armes des habitants de São Paulo lors de la tentative de sécession de 1932, jusqu’au slogan du temps de la dictature militaire (1964-1985) « Brasil, ame-o ou deixe-o » (Brésil, aimez-le ou quittez-le), calqué sur son équivalent aux États-Unis, « America love it or leave it ». En regard de ces excès les manchettes sur les résultats du futebol paraissent anodines, comme le « Carnaval en juin » qui salua la troisième Coupe du Monde, même avec l’emphase d’un « le monde s’incline devant le plus grand football de l’Univers »…

Figure n° 7 Slogans

5bis - Slogans

© Hervé Théry 2015

Les images choisies pour retracer le contexte sont particulièrement bien choisies, la figure 8 en retient la construction de la Transamazonienne, autre grand orgueil du régime militaire, les débuts de la carrière syndicale de Lula, futur président de la République, le retour de la démocratie en 1985 et l’impeachment du président Collor en 1992, qui donna lieu à des célébrations dignes d’une victoire en finale.

Figure n° 8 Contextes

6bis - Contexte

© Hervé Théry 2015

Une des salles est toutefois bien différente, elle est présentée sur place et sur le site du musée[1] de la façon suivante: « La fatidique défaite de l’équipe du Brésil face à l’Uruguay, en finale de la Coupe du Monde 1950 au Maracana, est présenté à l’exposition comme un rite de passage ».

De fait la salle est un passage obligé pour pousuivre la visite. On y accède en soulevant un lourd rideau noir, pour se trouver dans l’obscurité (figure 9) face à un écran ou tourne en boucle un film en noir et blanc de ce match vieux de 65 ans, que le Brésil se voyait gagner pour inaugurer dignement le Maracanã, le plus grand stade au monde, et qu’il perdit 2-1.

Le site du musée décrit ainsi l’intention et la « couleur » de la salle: « Dans cette salle, nous sommes confrontés à l’un des moments les plus tragiques et silencieux qui ont eu lieu dans le pays au cours des dernières décennies. Une préparation acoustique de haute technologie crée un climat pénible, qui fait que le visiteur entend le battement d’un cœur lourd … ».

Figure n° 9 Tristesse

8bis - Tristesse 2

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

Á en juger par cette salle, et par les autres salles de ce remarquable musée, on ne peut qu’être d’accord avec l’écrivain José Lins Rego et sa phrase citée en bonne place sur une de ses plaques, « La connaissance du Brésil passe par le futebol ».

© Hervé Théry 2015

Références

Site du musée: http://museudofutebol.org.br/

Bertrand Piraudeau, Le football brésilien, regards anthropologiques, géographiques et sociologiques, L’Harmattan, 2014

Hervé Théry, « Futebol et hiérarchies urbaines au Brésil », M@ppemonde n° 81 (1-2006), http://mappemonde.mgm.fr/num9/articles/art06103.html

[1] http://museudofutebol.org.br/exposicao/longa-duracao/10-sala-10/

Les chutes d’Iguaçu

Les chutes d’Iguaçu, situées près de Foz do Iguaçu (Paraná) et de la triple frontière Brésil-Argentine-Paraguay, ont été choisies comme l’une des sept merveilles naturelles du monde après une campagne organisée par la Fondation New 7 Wonders qui a recueilli plus de cent millions de votes sur internet. Les chutes étaient parmi les 28 finalistes, et la liste finale a été annoncée lors de la cérémonie de déclaration le 7 Juillet 2007 (07.07.07).

Figure n° 1 Localisation des chutes

Localisation

Google maps

Le premier Européen à voir les chutes a été l’Espagnol Álvar Núñez Cabeza de Vaca, le 31 Janvier 1542. Avant de parcourir le fleuve Paraná et Iguaçu, il avait exploré l’Amérique du Nord, où il avait visité la région des (futurs) États du Mississippi, de l’Arkansas, du Colorado, du Nouveau Mexique et de l’Arizona, atteignant la Californie en 1536. En 1542 il commandait une expédition d’Espagnols qui traversait la région, habitée par les Indiens Caiagangue et Tupi-Guarani, en direction de la colonie d’Asunción, un point stratégique d’où l’on pouvait atteindre l’empire Inca. Largement inaccessible, la région ne fut de nouveau parcourue qu’au XVIIIe siècle, quand les jésuites s’installèrent dans la région pour catéchiser les Indiens. Dans l’intervalle elle avait été disputée entre les domaines espagnols et portugais et la délimitation du territoire n’a été définie qu’après l’indépendance de l’Argentine, du Paraguay et le du Brésil.

Les chutes sont formées par l’Iguaçu («la grande eau» en Tupi-guarani) quand il se précipite, 21 km avant de rejoindre le Paraná, dans un canyon étroit creusé dans les roches basaltiques. Ces roches proviennent du plus grand épanchement de lave qui ait eu lieu sur Terre, il y a entre 120 et 130 millions d’années, au Crétacé. Mais la formation du relief de la chute m’a commencé qu’il y a environ 200 000 ans, le canyon étant creusé par l’érosion régressive des chutes, le long de failles et de fractures dans les roches. Encore aujourd’hui, le bord de la calotte de basalte recule en moyenne de 1.4 à 2.1 cm par an. L’Iguaçu mesure 1 200 mètres de large au-dessus des chutes, mais au-dessous de celles-ci il n’a plus que 65 mètres de largeur. Le front des chutes est d’environ 800 m du côté du Brésil et de 1 900 mètres du côté argentin.

Figure n° 2 Les chutes en vue aérienne

PR Iguaçu parc catatactes 2

©Hervé Théry 2001

Le débit moyen de la rivière est d’environ 1 500 m3 par seconde, allant de 500 m3/s en étiage à 8 500 m3/s aux hautes eaux, entre octobre et mars. C’est le deuxième débit annuel moyen pour une chute d’eau dans le monde, après les chutes du Niagara, 1 746 m³/s. Son débit maximal officiellement enregistrée a été de 46 300 m³/s le 9 juin 2014, mais le système de mesure, débordé par l’ampleur de la crue avait alors arrêté de calculer le débit réel instantané, estimée à entre 50 000 et 60 000 m³/s. En comparaison, le débit moyen du Niagara est de 2 400 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 8 300 m³/s. Le débit moyen des Victoria Falls est de 1 088 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 7 100 m³/s.

Figure n° 3 La gorge du Diable vue du côté argentin

GD2 c

©Hervé Théry 2015

En fonction du débit de la rivière, le nombre de cascades varie, elles sont plus de 250 dans les périodes de débit moyen. On compte 19 chutes principales, cinq du côté brésilien et 14 du côté argentin, ce qui  offre une meilleure vue aux visiteurs les observant depuis le Brésil.

Figure n° 4 La gorge du Diable en vue aérienne (1)

LM1_8972

http://www.fotonat.org/details.php?image_id=51786

Certaines des chutes ont jusqu’à 82 mètres de hauteur, bien que la plupart aient seulement 64 mètres : ces chutes en escaliers sont une conséquence de la structure des coulées basaltiques. La gorge du Diable, en forme de U, reçoit de l’eau de trois côtés, elle a 82 mètres de haut  et 700 mètres de long, c’est la plus impressionnante de toutes les chutes.

Figure n° 5 La gorge du Diable en vue aérienne (2)

p1010935

https://aniyami.wordpress.com/2011/06/

En voyant les chutes d’Iguaçu, l’ancienne première dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt se serait – dit-on – exclamée « Mon pauvre Niagara! ».

Figure n° 6 La gorge du Diable vue du côté brésilien

PR Cataratas 3c

©Hervé Théry 2015

Les chutes d’Iguaçu sont également souvent comparées aux Victoria Falls, qui séparent la Zambie et le Zimbabwe, en Afrique austral. Les chutes d’Iguaçu sont plus larges, car divisées en de nombreuses chutes séparées par de grandes îles, en revanche les Victoria Falls forment le plus grand rideau d’eau dans le monde, avec plus de 1 600 m de large et plus de 100 mètres de haut.

Figure n° 7 Les chutes côté brésilien et la passerelle d’accès des touristes

Cataractes et touristes c

©Hervé Théry 2015

Les chutes sont maintenant incluses dans deux parcs contigus, Parc national d’Iguaçu, au Brésil et le Parc national d’Iguazú, en Argentine. La superficie totale des deux parcs nationaux totalise 250 000 hectares de forêt subtropicale. Le parc national argentin a été créée en 1934 et le parc national brésilien en 1939 (il était le deuxième parc national brésilien créé), afin de gérer et de protéger les sources qui alimente les chutes et tout l’environnement qui les englobe. Les deux parcs, brésilien et argentin, ont été classés site du patrimoine mondial, en 1984 et 1986 respectivement.

Figure n° 8 Affiche du parc national argentin

iguasu-park-map

http://roteirosjali.com/2012/10/10/mapa-turistico-do-parque-nacional-iguazu-argentina/

Figure n°  9 Panneau d’information du parc brésilien

570_Carte parc

©Hervé Théry 2001

Le parc brésilien forme le plus grand fragment restant de forêt atlantique du sud du Brésil. Il abrite une riche biodiversité, constituée d’espèces représentatives de la faune et la flore brésiliennes, dont certaines sont menacées d’extinction, comme le jaguar (Panthera onca), le puma (Puma concolor), le caïman à museau jaune (Caiman latirostris), le perroquet à poitrine violette (Amazon vinacea), l’aigle harpie (harpyja harpie), l’acajou rose (Aspidosperma polyneutron), l’ariticum (Rollinia salicifolia), l’araucaria (Araucaria angustifolia), ainsi que de nombreuses autres espèces de grande valeur et intérêt scientifique.

Figure n° 10 Entrée du parc brésilien et (en cartouche) le logo du parc argentin

Parque-Nacional-do-Iguacu

http://mydestinationanywhere.com/wp-content/uploads/2014/04/Parque-Nacional-do-Iguacu.jpg et https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Cartel_Puerto_Iguaz%C3%BA_-_Logo_del_Parque_Nacional_Iguaz%C3%BA.jpg

L’accès du côté argentin est facilité par le « train écologique » qui amène les visiteurs jusqu’à l’entrée de la Gorge du Diable. Le Paseo Garganta del Diablo est une passerelle d’un kilomètre de long qui conduit le visiteur sur la bord même de la Gorge du Diable.

Figure n° 11 « Train écologique » acheminant les visiteurs côté argentin

Trem Iguaçu

©Hervé Théry 2015

Figure n° 12 La passerelle du Paseo Garganta del Diablo

PR Cataratas Iguaçu 1

©Hervé Théry 2015

Figure n° 13 Touristes au bord de la gorge du Diable

GD4 c

©Hervé Théry 2015

Du côté brésilien, un cheminement a été aménagé le long du canyon sur une longueur de 1 200 m, depuis le sommet du plateau jusqu’à la base de la gorge du Diable, offrant différents points de vue sur plusieurs chutes, si proches qu’il est habituel que les touristes portent des ponchos imperméables jetables, vendus sur place.

Figure n° 14 Passerelle et point de vue du côté brésilien

PR Iguaçu visiteurs 4

©Hervé Théry 2001

Les chutes sont la principale attraction de Foz de Iguaçu, la ville la plus peuplée de la frontière du Brésil, avec 256 088 habitants selon le recensement de 2010 de l’IBGE. La ville possède l’un des six plus grands parcs hôteliers du Brésil, plus de 23 000 lits, et dispose également d’une des meilleures infrastructures dans le pays pour organiser des événements, ses centres de congrès sont en mesure de recevoir 40 000 personnes simultanément. La ville est la deuxième destination des touristes étrangers en visite au Brésil, selon une étude menée par l’Embratur. Elle est également considéré comme l’un des cinq premières villes brésiliennes hébergeant des événements nationaux et internationaux de tourisme, selon l’International Congress and Convention Association – ICCA.

On estime que la région reçoit chaque année plus de 5 millions de touristes, en ajoutant ceux qui visitent les chutes, côté Brésil et côté Argentine (2,5 millions de visiteurs), ceux qui visitent le barrage d’Itaipu (la plus grand centrale hydroélectrique dans le monde par la production totale d’électricité, à 12 kilomètres de la ville, 500 000 visiteurs), ceux qui participent à des événements nationaux et internationaux et ceux qui vont faire des achats à Ciudad del Este, au Paraguay (300 000 visiteurs).

Figure n°  13 Les deux parcs et les deux aéroports

Mapa local Plans

Apple Maps

Deux aéroports internationaux desservent les chutes d’Iguaçu, l’aéroport de Foz do Iguaçu International (UGI) et l’aéroport international Cataratas del Iguazú (IGR). LAN Airlines et Aerolineas Argentinas ont des vols directs à partir de Buenos Aires et plusieurs compagnies aériennes brésiliennes, comme TAM, Gol et Azul offrent des services des principales villes brésiliennes vers Foz do Iguaçu. Avec plus de 24 vols réguliers quotidiens, l’aéroport international de Foz do Iguaçu a été au cours des dernières années l’un des plus dynamiques au Brésil, il a connu près de 2,1 millions d’embarquements et débarquements de passagers en 2011.

Par position stratégique qu’elle occupe, la ville commence à former une nouvelle métropole régionale. Dans un rayon de 170 km autour de Foz do Iguaçu, dans les trois pays, vivent maintenant environ deux millions de personnes, dont 1,2 million dans l’ouest du Paraná. La création du parc technologique d’Itaipu (PTI) et de l’Université fédérale de l’intégration latino-américaine (Unila) à Foz do Iguaçu, pour laquelle doit être construit un bâtiment dessiné par Oscar Niemeyer et destinée à accueillir 10 000 étudiants brésiliens et latino-américain, visent à transformer la région en un centre de connaissances et d’activités universitaires.

Webographie

http://www.cataratasdoiguacu.com.br/portal/paginas/37-cataratas-do-iguacu.aspx

http://pt.wikipedia.org/wiki/Cataratas_do_Igua%C3%A7u

http://www.fozdoiguacudestinodomundo.com.br/sobre-a-cidade/a-cidade

http://www.icmbio.gov.br/parnaiguacu/guia-do-visitante.html

http://world.new7wonders.com/new7wonders-of-nature/the-new7wonders-of-nature/

http://www.anvtravelservice.com.br/aspx/descobrimento-das-cataratas-do-iguacu.html

http://www.mineropar.pr.gov.br/modules/conteudo/conteudo.php?conteudo=12

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique

La ville de Paraty, dans l’État de Rio de Janeiro, est l’un des sites touristiques les plus fréquentés du Brésil,  l’une de vingt premières destinations du pays et l’une des cinq premières pour les visiteurs français et anglais. Le tourisme ne s’y est pourtant développé que depuis une cinquantaine d’années, les principaux facteurs de sa croissance récente étant son exceptionnelle localisation et les nouvelles routes qui ont permis la redécouverte et la valorisation de son patrimoine historique, bien préservé par une longue période d’isolement.

Figure n° 1 Localisation de Paraty

LocalisationSource: VistaDivina http://www.vistadivina.com/downloads/rssp3.php et GoogleMaps

Figure n° 2 Les voies d’accès à Paraty

Routes d'acces 2 Source: http://www.paraty.com.br/roteiros.asp

 Paraty est située entre les deux principales métropoles urbaines du Brésil, à 248 km de Rio de Janeiro et 330 km de São Paulo, ce qui est évidemment un atout majeur puisque la première compte plus de 12 millions d’habitants et la seconde plus de 20 millions, parmi lesquels la plus grande concentration de familles à haut niveau de revenu du pays. La petite commune – elle a une superficie de 925 km² et une population estimée à 37 533 habitants (IBGE, 2010) – peut donc compter sur un immense bassin de clientèle solvable, auquel elle est en outre bien raccordée par la route littorale et (plus en retrait, dans la vallée du Paraíba), par les autoroutes qui relient les deux métropoles entre elles et d´où plusieurs perpendiculaires permettent de descendre la Serra do Mar et de rejoindre la côte (figure 2).

Figure n° 3 La ville dans son cadre

paraty3-2b

 Source : http://www.vistadivina.com/downloads/paraty3.php

Figure n° 4 Plan du centre historique

mapa_centro_historico 2a Source : http://www.paraty.com.br/centro_historico.asp

La date de fondation de la ville est mal établie. Selon certains existait déjà en 1540/1560 une bourgade consacrée à San Roque, d’autres font remonter son origine à 1597, quand Martim Correa de Sá entreprit une expédition contre les Indiens Guaianás dans la vallée du Paraíba. D’autres encore à 1606, à l’arrivée des premiers colons de la capitainerie d’Itanhahém. En tout cas en 1660, la situation était assez florissante pour que ses habitants exigent leur séparation d’Angra dos Reis et leur élévation au rang de Vila, obtenue en 1667 sous le nom de Villa de Nossa Senhora dos Remédios de Paratii.

Paraty était alors devenu un poste de traite prospère en raison de sa position stratégique au fond de la baie d’Ilha Grande. C’est là qu’aboutissait le chemin intérieur qui, par Guaratinguetá, Freguesia da Piedade (l’actuelle Lorena) et les gorges d’Embu atteignait le bien nommé Minas Gerais (les mines générales), où d’énormes gisements d’or ont été découverts à la fin du XVIIe siècle : grâce à ce « chemin de l’or de Piedade » son port était alors devenu le deuxième du pays.

En 1702 le gouverneur de Rio de Janeiro promulgua le « Règlement des Mines » qui prévoyait que seuls les bovins pourraient y être amenés depuis Bahia et que tous les autres produits devraient transiter par Rio de Janeiro (alors une toute petite ville), puis de là « prendre la direction de Paraty ». En 1703 la Lettre Royale du 9 mai ordonna d’installer à Paraty une Casa de Quintar (littéralement une maison où prélever le 5e de l’or pour la Couronne) afin de contrôler le flux d’or des mines vers Rio de Janeiro et celui des hommes et des marchandises en sens contraire.

Malheureusement pour Paraty, dès 1710-1711 fut entreprise l’ouverture d’un autre chemin allant tout droit de Rio de Janeiro au Minas par la Serra dos Orgãos, réduisant le temps de trajet de moitié. En 1767 les travaux d’aménagement du caminho novo, le « nouveau chemin », étaient terminés, celui de Paraty devenant le caminho velho, le « vieux chemin ». Avec la chute du trafic de l’or, Paraty se tourna vers la production de cachaça (la version brésilienne du rhum), utilisée comme monnaie de troc contre des esclaves africains. L’ancien chemin de l’or fut alors de plus en plus utilisé pour acheminer ceux-ci vers les plantations de café de la vallée du Paraíba, et descendre les sacs de café à dos de mulet. À la montée passaient aussi les produits de luxe importés d’Europe par les « barons du café », anoblis par l’Empereur du Brésil parce qu’ils fournissaient au pays sa principale richesse, et au gouvernement – via la taxe d’exportation – sa principale ressource fiscale.

En 1850 ce même Empereur Dom Pedro II passa, sous la pression des rares abolitionnistes brésiliens et surtout de la Grande Bretagne, une loi interdisant la traite des esclaves, mais celle-ci se poursuivit sous forme de contrebande, qui passait par Paraty car aux environs les négriers trouvaient de multiples anses moins contrôlées que le port de Rio de Janeiro et des îles où faire reposer, sous bonne garde, les esclaves éprouvés par la traversée de l’Atlantique. Le port était en outre en plein essor grâce au café et aux autres produits transitant par Guaratinguetá, mais en 1864 le chemin de fer atteignit la vallée du Paraíba à Barra do Piraí et toute la vallée commença à l’utiliser pour écouler sa production, provoquant la décadence définitive de Paraty et de l’ancien chemin de l’or. Le coup de grâce fut l’abolition de l’esclavage, en 1888, il provoqua un tel exode que, alors que la ville comptait 16 000 habitants en 1851, il ne restait plus à la fin du XIXe siècle, selon un voyageur de l’époque, que « 600 vieillards, des femmes et des enfants ».

Paraty resta alors pratiquement isolée pendant des décennies, ce qui a préservé la ville dans l’état où elle était du temps de sa splendeur, à la fin du cycle du café du XIXe siècle. La plupart des maisons, construites du temps du cycle de l’or, avaient alors été embellies grâce à l’argent provenant en grande partie de la contrebande des esclaves et de la cachaça. Les figures 4 et 5 montrent qu’au milieu du XXe siècle la ville avait à peu près la même étendue et le même aspect que vers la fin de l’Empire.

Figure n° 5 Photo aérienne de Paraty en 1945

1945 Source : Cotrim 2012

Figure n° 6 Plan de Paraty en 1863

1863

Source : Cotrim 2012

La ville et son patrimoine ont été redécouverts en 1954, avec la réouverture de la route Paraty-Cunha, la reliant à l’État de São Paulo. En 1929 une première automobile l’avait déjà empruntée pour descendre à Paraty, mais elle n’avait jamais pu remonter la serra do Mar et était restée en ville… Le mouvement s’est ensuite intensifié avec la construction de la route Rio-Santos (BR-101) en 1973, la reliant par le littoral aux deux métropoles.

D’abord « découverte » par des intellectuels et des artistes qui y trouvèrent de belles maisons à très bas prix, la ville devint progressivement une destination courue grâce à son patrimoine, mais surtout à ses les paysages, à ses 65 îles, 11 cascades et près de 120 plages, ce qui lui a permis de combiner tourisme culturel, écologique et balnéaire.

Paraty a été décrétée patrimoine d’État en 1945, inscrite à l’inventaire de l’Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional en 1958 et classée « monument national » en 1966. Elle compte officiellement 88 attractions culturelles, dont 20 bâtiments, 23 institutions culturelles et plus de 30 événements inscrits à son calendrier. Parmi ceux-ci, les fêtes du Divin Esprit Saint, de Notre-Dame du Rosaire, de Saint-Benoît et de Notre-Dame des Remèdes, sa sainte patronne. Plus original, le Festival da Pinga (de la « goutte », la cachaça) et le Festival littéraire international de Paraty (FLIP) qui attire tous les ans des écrivains du monde entier, dont les plus médiatiques.

Figure n° 7 Paysages

Parati cadre 1 site 2 ©Hervé Théry 2014

Figure n° 8 Rues du centre historique

Rues ©Hervé Théry 2014

Outre le cadre naturel offert à la ville par le versant de la serra do Mar couvert de forêts, l’attrait de la ville tient à son ensemble unique de maisons et bâtiments construits du temps du cycle de l’or sous la conduite d’ingénieurs militaires. Leur alignement impeccable est assuré à chaque croisement de rues par trois bornes de pierre (le quatrième angle étant simplement chaulé comme le reste des murs). Certains ont voulu y voir un triangle maçonnique (la franc-maçonnerie était de fait très présente dans le corps des ingénieurs) mais il est plus probable que dans leur rationalisme ils aient considéré que trois points suffisaient à définir le triangle-rectangle garantissant l’alignement au cordeau des façades.

Un autre charme de la ville réside dans ses rues pavées de galets bruts, un pavage en opus incertum aussi agréable à l’œil qu’il est désagréable aux chevilles des visiteurs, et plus encore des visiteuses juchées sur des talons hauts. Du moins ces galets sont-ils propres, les rues étant nettoyées deux fois par jour par la marée haute grâce à un système de portes ouvertes dans les quais du port.

Figure n° 9 Tourismes

Tourismes©Hervé Théry 2014

Le site www.destinoparaty.com.br  (qui était hors service au moment de la rédaction de cet texte, dans l’attente de l’appui du bureau du Tourisme de Paraty) recensait en 2014 276 lieux d’hébergement, 195 établissements de restauration, quatre agences de locations saisonnières, 32 guides touristiques et cinq entreprises de location de transport. Ces dernières offrent des excursions allant des plus confortables aux plus sportives, permettant de parcourir tranquillement les plages ou de remonter en 4×4 les anciens sentiers muletiers par où les esclaves gravissaient la serra do Mar et par où les convois d’or rejoignaient le port. S’y ajoutent des centaines de bateaux disponibles pour parcourir la baie et les îles, rejoindre des plages inaccessibles par voie terrestre, que ce soient les escunas (le nom et la forme de ces bateaux sont dérivés de ceux des schooners hollandais) ou de simple canots, comme celui de la figure 9, dont le propriétaire considère qu’il a réussi dans la vie en parvenant à acquérir cette modeste embarcation, et retrouve presque la formule de Jules César, « eu venci » (« j’ai vaincu »).

Figure n° 10 Gastronomie

Gastronomie©Hervé Théry 2014

Les restaurants de Paraty ont eux aussi diversifié leur offre et certains ont commencé à inscrire à leurs menus des plats sortant nettement de l’ordinaire arroz-feijão-bife (riz, haricots et beefsteak) brésilien : aïoli, croque-monsieur et croque-madame, salade niçoise, terrine de foies de volailles, risotto de funghi seco (sic) à provençal (figure 10), on voit que la ville reçoit des visiteurs français… D’autres font des efforts d’originalité, comme celui qui reconstitue le paysage de la ville dans un dessert (même figure) : les montagnes, la mer, la plage et les escunas, respectivement en glace, crème de cassis, chapelure de biscuit, biscuit et zestes d’orange et de citron.

La cachaça qui servait jadis de monnaie d’échange pour acquérir des esclaves est aujourd’hui devenue une ressource touristique, elle est le fonds de commerce de nombre de magasins de la ville et ses distillateurs se sont organisés pour que la spécificité de leur produit soit reconnue. La Cachaça de Paraty a ainsi obtenu en 2007 de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) une indication d’origine, c’est-à-dire le droit exclusif pour les distillateurs installés dans la commune de mentionner son nom sur leurs étiquettes, alors que jusque-là plusieurs marques, dans de nombreux États, l’utilisaient pour leur production. Au Brésil seuls six produits ont obtenu cette l’indication d’origine, et Paraty est la première cachaça à recevoir cette certification, avant même la région de Salinas, dans le Minas Gerais, d’où proviennent les eaux de vie les plus réputées – et les plus chères – du pays.

Cet effort de diversification et de montée en gamme du tourisme de Paraty apparaît aussi clairement dans l’aspect des magasins et services destinés aux touristes, qui présentent année après année des vitrines et des marchandises de plus en plus sophistiquées (figure 11). On passe progressivement des « boutiques à touristes » empilant des gadgets probablement fabriqués en Chine à des galeries d’art exposant quelques beaux objets bien choisis, des magasins de tee-shirts bariolés à des boutiques de mode. On trouve même désormais une librairie bien fournie en livres d’art ou portant sur l’histoire régionale. Les enseignes de la figure 12 montrent qu’il y a aussi place – et un marché, apparemment – pour des commerces de bouche et d’équipement domestique plus raffinés.

Figure n° 11 Artisanat

Artisanat©Hervé Théry 2014

Figure n° 12 Enseignes chic

Enseignes©Hervé Théry 2014

Figure n° 13 Des “boutiques à touristes” à des commerces plus ambitieux

Façades

©Hervé Théry 2014

Même dans la graphie du nom de la ville ses habitants cherchent à donner une impression de raffinement, par l’usage du « y » final, très inhabituel en portugais. Comme l’explique le site touristique officiel du tourisme), alors que le gouvernement fédéral et ses agences écrivent Parati avec un «i», le gouvernement municipal utilise le «y» par respect de la tradition et de l’étymologie.

Le nom vient en effet des Indiens de la vallée du Paraiba, qui descendaient de la Serra do Mar pour pêcher. Ils savaient qu’en hiver le poisson parati (Mugil curema) remontait les rivières pour frayer, et qu’il se concentrait en grand nombre dans un endroit qu’ils appelaient Paratii, qui en Tupi signifie « l’eau du parati »  (« i » = rivière ou eau). Les Jésuites, qui furent les premiers à étudier les langues amérindiennes, avaient l’habitude de remplacer le double « i » par la lettre « y » et le nom devint ainsi Paraty.

Cependant, le 29 Janvier 1942, une réforme de l’orthographe élimina les lettres W, K Y, et l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE) commença donc à écrire le nom de la ville avec un « i ». Mais cette même réforme, approuvée à l’unanimité par l’Académie Brésilienne des Lettres, indiquait qu’outre les 23 lettres de base les trois lettres supprimées pouvaient être utilisées dans des cas particuliers, et précisait « les toponymes à tradition historique séculaire ne subissent pas de changement de leur graphie quand celle-ci est déjà consacrée par l’usage quotidien ».  La manière correcte d’écrire le nom de la ville est donc bien Paraty, et cette variante place bien la ville dans sa «tradition historique séculaire ».

Dans cette mise en tourisme du patrimoine historique de la ville il y a même une – petite – place pour les vaincus de cette histoire déjà longue de plus de quatre siècles. Les indiens d’une réserve voisine, héritiers lointains des premiers occupants de cette terre, y vendent leur artisanat dans la rue, et un jeune homme entreprenant s’est trouvé un gagne-pain en posant, en haillons et fers aux poignets, pour rappeler le sort des esclaves qui sont passés jadis par ce port pour aller extraire l’or ou cueillir le café qui ont fait sa fortune et permis d’ériger ses monuments, dont l’église qui sert de toile de fond aux photos. Et les touristes de poser à ses côtés sans percevoir apparemment l’ironie de ce retour d’une histoire tragique sous forme ludique et commerciale…

Figure n° 14 Exploitation des héritages

Heritages©Hervé Théry 2014

 

 

Bibliographie

Tricentenário de Paraty: notícias históricas de J. S. A. Pizarro e Araújo. Rio de Janeiro: SPHAN, 1960.

Paraty (ed. comemorativa do tricentenário do Município). Rio de Janeiro: IBGE/CNE, 1977.

Camargo Maia, Theresa Regina de; Maia, Tom. Paraty. São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1975.

Camargo Maia, Theresa Regina de; Maia, Tom. Do Rio a Santos: Velho Litoral. São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1976.

Cotrim, Cássio Ramiro Mohallem, Villa de Paraty, Rio de Janeiro, Capivara, 2012.

Gurgel, Heitor; Amaral, Edelweiss. Paraty: Caminho do Ouro. Rio de Janeiro: Livraria São José, 1973.

Mello, Diuner José de. Paraty: Roteiro Histórico do Visitante. Ed. do autor, 1976.

Narjara do Valle Nogueira, Paraty: análise histórica do seu desenvolvimento turístico, Universidade Federal Fluminense, Departamento De Turismo, Niterói 2011

Webographie

Parati Patrimônio Cultural da Humanidade

http://ecoviagem.uol.com.br/brasil/rio-de-janeiro/parati/

Paraty: Cidade Histórica, Monumento Nacional

http://www.paraty.com.br/cidade_historica.asp

Cronologia Histórica

http://www.paraty.com.br/cronologia.asp

http://www.paraty.com.br/caminho_do_ouro.asp

Alambics

http://www.paraty.com.br/alambiques.asp

Paraty e Búzios lançam inventário turístico

http://www.turismo.gov.br/turismo/noticias/todas_noticias/20110912-2.html

Site officiel du tourisme municipal

http://www.paraty.tur.br/como_escreve.php