Archives par mot-clé : Rio de Janeiro

La Pedra do Telégrafo, quintessence du tourisme au Brésil

La Pedra do Telégrafo près de Rio de Janeiro, est un promontoire rocheux qui offre une vue magnifique sur les plages de l’ouest de la ville, Meio, Funda, Grumari, Recreio, Barra, etc. Mais son intérêt principal n’est pas le remarquable paysage qui l’entoure, mais le fait qu’elle permet d’observer une sorte de quintessence de nouvelles tendances du tourisme au Brésil : elle est typique de l’attraction pour le tourisme sportif et d’aventure qui s’y développe, et sa fréquentation croissante témoigne du rôle croissant des réseaux sociaux dans la réputation des lieux. Et ce d’autant plus que, en l’occurrence, la raison principale de s’y rendre est d’y des photos spectaculaires et de les poster sur ces réseaux.

Situation

La Pedra do Telégrafo est un morne tropical de 354 mètres de haut, situé dans le município (commune) de Barra de Guaratiba, dans l’État de Rio de Janeiro, à 60 kilomètres à l’ouest de sa capitale (figure 1). Elle fait partie du parc de Pedra Branca, un massif montagneux de 150 km2, vaste structure anticlinale formée de granites ou de gneiss et marquée par la présence de batholites du genre de ceux qui ont donné naissance au Pain de Sucre ou la Pedra da Gávea qui domine le paysage régional du haut de ses 844 mètres. Elle doit son nom (littéralement « Roche du Télégraphe ») au fait que, pendant la Seconde Guerre mondiale, elle avait reçu un avant-poste militaire, équipé d’une radio, pour l’observation de sous-marins ennemis et la prévention des attaques contre les navires entrant ou sortant de le baie de Guanabara.

Figura 1 Localisation de la Pedra do Telégrafo

Google Maps

Située à l’ouest de Rio elle se situe dans le prolongement de l’axe majeur d’expansion de la ville hors de son site original de la baie de Guanabara. Ce mouvement vers le littoral atlantique avait commencé à la fin du XIXe siècle avec la fondation de Copacabana[1], prolongée ensuite par une succession de quartiers d’abord balnéaires puis résidentiels, Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca, Recreio dos Bandeirantes. Sa proximité des quartiers les plus récents et les plus à la mode de la ville lui assure ainsi une clientèle de résidents cariocas aisés et de touristes séjournant dans la ville la plus visitée du pays, les uns et les autres souvent à la recherche d’une excursion de la journée.

Figura 2 Le contexte de la Pedra do Telégrafo

Google Earth

La Pedra do Telégrafo est donc désormais incluse dans les guides touristiques imprimés et mentionnée par les sites électroniques indiquant aux touristes quoi faire et quoi voir à Rio. Car elle est devenue célèbre, sur les réseaux sociaux, pour les photos que l’on peut y prendre, sur lesquelles les touristes semblent suspendus au bord d’un précipice vertigineux dominant un magnifique paysage de mer, de plages et de montagnes.

Des photos spectaculaires

Ces images se sont multipliées sur internet et le hashtag # pedradotelegrafo y est apparu des dizaines de milliers de fois. Il y en tant que prendre une pose qui n’a jamais été vue est devenu presque impossible et il ne reste plus qu’à répéter les plus réussies et à s’amuser de la peur faite aux amis, qui croient que vous avez risqué votre vie dans cette aventure.  Ce que tout le monde veut, en fait, c’est gagner beaucoup de « like » sur internet en prenant une photo de soi au bord l’abîme, avec le massif de la Pedra Branca, les plages de la zone Ouest et le nouveau quartier de Barra da Tijuca en arrière-plan, puis en l’affichant immédiatement sur Instagram, Snapchat ou Facebook. C’est d’autant plus facile que le lieu est bien couvert par les réseaux des principaux opérateurs, qui ont bien compris qu’il est très fréquenté par leurs clients.

Figura 3 Au bord de l’abîme, mais avec le sourire

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

On notera que les personnes photographiées ne semblent pas inquiètes d’être suspendues dans le vide, sur la plupart des images elles sourient, méditent, font du yoga, de la musculation ou s’embrassent[2]. Elles y exhibent aussi leurs élégantes tenues sportives, leur impeccable forme physique – dont témoigne le fait qu’elles ont atteint le sommet – et – éventuellement – la complicité amoureuse de leur couple, hétéro ou homosexuel.

Figura 4 Exhibitions de forme physique et de complicité de couple

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/ et https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

La Pedra do Telégrafo est donc le lieu idéal pour observer des caractéristiques qui en font une quintessence du Brésil à la mode, de l’image que veulent en donner à leurs correspondants ceux qui y résident ou y sont en vacances. On y retrouve le culte du corps en forme et bronzé; le succès de la mode sportive ou casual, depuis les maillots de bain minuscules (dits fio dental, « fil dentaire ») jusqu’aux jeans artistiquement percés aux genoux et aux textiles sophistiqués évacuant la sueur. Mais la dominante est la manie d’afficher des photos de soi sur les réseaux sociaux, selfies ou photos prises par d’autres mais où le sujet principal est le propriétaire de l’appareil. Ou, plus fréquemment, du smartphone avec lequel la photo a été prise et postée. C’est évidemment plus moderne et plus chic que les « là c’est moi devant la tour Eiffel » ou « là Germaine fait semblant de soutenir la Tour de Pise » des interminables soirées diapos d’antan, mais tout aussi narcissique…

En réalité…

Comme il s’agit d’image, choc et flatteuse, peu importe qu’elle embellisse quelque peu la réalité. En réalité tout est dans le cadrage de la photo, car sous la roche la terre ferme est à moins de deux mètres, juste sous les pieds des personnes photographiée, il suffit de bien choisir son angle pour obtenir l’illusion d’optique recherchée. Les photos sont vertigineuses, car tout le monde pense, en les voyant, que les amis qui vous les envoient étaient en danger, perchés au sommet d’une immense falaise, mais il n’en est rien, elles étaient en fait en parfaite sécurité. Les pentes qui dominent la mer sont plus loin et le sommet du morne est en fait en pente modéré. Tout au plus peut-on dire que certains endroits sont en pente plus accentuée, et donc qu’il y a un petit risque d’accident pour les imprudents et pour les impatients qui explorent les environs en attendant leur tour de prendre « la » photo.

Figura 5 La situation réelle

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

Files d’attente

En effet, si peu de gens connaissaient la Pedra do Telégrafo avant que le G1 (le site d’information de Globo news, la principale chaîne d’information en continu) et quelques célébrités aient commencé à faire connaître cette attraction touristique naturelle. Depuis lors des foules d’« aventuriers » s’y sont rendus à la recherche d’images drôles et des centaines de personnes y affluent chaque jour, sauf quand il pleut, évidemment, sous la pluie pas de photos possibles.

Leur nombre a tellement augmenté que certains jours et à certaines heures il y a une file d’attente pour prendre des photos, en raison du temps que chaque personne met à prendre ses images, en particulier les couples. Certains n’ont pas le bon sens élémentaire de céder la place au plus vite et veulent engranger d’innombrables clichés – à tous les sens du terme puisque ce sont généralement les mêmes que ceux déjà enregistrés par leurs prédécesseurs et qui le seront jour après jour par leur successeurs. Si bien que le temps d’attente augmente et peut atteindre jusqu’à deux heures le week-end, il est habituellement beaucoup plus long que le temps de montée, car tout le monde est pressé d’arriver, mais personne n’est pressé d’en partir. La figure  6 montre ces files d’attente, que l’on peut également voir sur YouTube[3], et on est ici nettement dans un cas d’overturism, pour reprendre le terme généralement utilisé pour décrire des situations de fréquentation excessive de certains sites.

Figura 6 Les files d’attente pour prendre des photos

https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA , http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/ , https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA , https://derigo.me/ita/blog/post/94/at-the-edge-of-the-cliff et https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

Une belle randonnée

Malgré tout, l’excursion à la Pedra do Telégrafo vaut la peine – de préférence hors saison – parce que la vue est superbe, de deux côtés, vers Rio et vers la Restinga de Marambaia, la région de lagunes et de flèches sableuses qui se situe plus à l’est. On notera toutefois une curiosité, la roche connue sous le nom de Pedra do Telégrafo est, en fait, celle du cheval ou de l’enclume (ce qui est en effet ce qu’évoque sa forme). La vraie roche du télégraphe est située plus haut, et porte un drapeau du Brésil.  Décidément la Pedra do Telégrafo est un monde d’illusions et de faux-semblants…

Figura 7 La pierre du cheval, ou de l’enclume

DCIM102GOPROG5055053.

http://www.dougpelomundo.com/2016/10/04/trilha-pedra-do-telegrafo-rio-de-janeiro/

Figura 8 Vue vers la Restinga de Marambaia

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

Comment y aller?

Environ une heure et demie en voiture depuis Rio (par la côte ou en contournant le parc national de la Tijuca). Environ quatre heures en vélo (idem) ou douze heures à pied (idem).

En bus par le tramway à la station Ilha de Guaratiba. De l’autre côté de la gare, prendre le bus 867 jusqu’à la plage de Barra de Guaratiba.

Le week-end la plage est bondée et il n’y a pas d’endroit pour se garer, arriver tôt ou prendre un bus.

Le sentier de randonnée final n’est pas trop dur et il faut en moyenne une heure pour arriver la pierre du Télégraphe. Certains passages sont plus raides, attentions aux bifurcations, tant dans les rues par lesquelles se fait l’approche que sur les sentiers.Voir description complète (avec photos) à l’adresse http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Figura 9 L’accès à la Pedra do Telégrafo

http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Sources

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/

https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

https://oglobo.globo.com/rio/pedra-em-barra-de-guaratiba-cria-ilusao-de-precipicio-18578929

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

[1] Voir « Histoire d’un lieu mythique, Copacabana », (https://braises.hypotheses.org/1303)

[2] Ces images deviennent donc une sorte de métaphore de la situation actuelle du Brésil qui, selon beaucoup de ses habitants, vit en permanence au bord du gouffre, mais avec le sourire…

[3] https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA  et https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA

Histoire d’un lieu mythique, Copacabana

Si Rio de Janeiro, porte d’entrée du Brésil pour la plupart des touristes, est déjà un lieu mythique pour beaucoup de candidats au voyage, Copacabana l’est plus encore, c’est un nom qui fait rêver bon nombre d’habitants de la planète. Quelle est la réalité derrière le mythe, comment le lieu s’est-il formé et a-t-il évolué de ses origines à nos jours[1] où – il faut bien le dire – il ne correspond plus tout à fait à l’image qu’il a en dehors de Rio et du Brésil.

Copacabana avant

Avant l’arrivée des Portugais, Copacabana était une zone inhabitée, où les Indiens venaient seulement se baigner, pêcher ou ramasser des moules, des crabes et autres fruits de mer. Une simulation infographique (figure 1) permet de reconstituer sa topographie et ses paysages, qui restèrent intacts jusqu’au milieu du XVIe siècle car bien que la région ait été visitée par l’explorateur portugais Gaspar de Lemos en 1502, la ville de Rio de Janeiro n’a été fondée que le 1er mars 1565 par Estacio de Sá, après qu’il en ait expulsé la colonie que les Français y avaient installée[2]. Mais, comme eux, les Portugais s’installèrent dans l’immense baie de Guanabara, qui offrait un abri bien plus sûr et commode que le littoral ouvert sur la pleine mer. Ils ne pouvaient pourtant pas se désintéresser complètement de cette côte battue par les vents et les vagues (ne serait- ce que pour surveiller les approches de la ville), ni donc de Copacabana, qui est sa partie la plus proche de la ville, juste au-delà du Pain de Sucre qui marque l’entrée de la baie.

Figure 1 Copacabana avant l’arrivée des Portugais

Simulation numérique des plages de Copacabana et Ipanema comme elles étaient au XVIe siècle, à l’arrivée des Portugais. Dans le coin droit de la première image et le coin gauche de la seconde le promontoire sur lequel a été construit le Fort. Source http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/fotos/2015/02/fotos-veja-imagens-do-antes-e-depois-de-paisagens-do-rio.html

Après la prise de la ville par le corsaire français Duguay-Trouin, en 1711, les habitants avaient pris des mesures pour pouvoir mieux scruter l’horizon et en 1779 Copacabana a été incorporé au système de défense de la ville[3] avec la construction de fortifications de la redoute du Leme, du fort do Vigia (au sommet du Morro da Babilônia) et de la redoute de Copacabana, sur la Ponta da Igrejinha, afin d’alerter les autres fortifications de la baie de Guanabara de l’approche les navires suspects.

Mais à part ce fort et l’église voisine (voir ci-dessous) la région restait inhabitée et sauvage, comme en témoigne Maria Graham, une écrivaine et peintre anglaise qui  a publié en 1824 le premier livre qui mentionne Copacabana, Journal d’un voyage au Brésil: « Après mon retour, je me suis joint un joyeux groupe pour une balade à cheval à Copacabana, petit fort qui défend une des baies situées derrière la Praia Vermelha, et d’où l’on peut voir quelques-unes des plus belles vues d’ici. Les forêts des environs sont belles [..] et dans les collines abondent les opossums et les tatous ».

En août 1858 se produisit le premier événement majeur qu’ait connue le lieu. Il avait couru la nouvelle de l’échouage de deux baleines sur la plage de Copacabana, et l’affaire avait attiré beaucoup de gens, y compris l’empereur Pedro II, qui s’était rendu sur place accompagné d’un nombreux entourage. Les baleines ne furent pas trouvées mais cela lança la mode d’y faire des promenades à cheval et des pique-niques en bord de mer.

Les deux seules implantations durables étaient donc l’église et le fort qui partageait avec elle la Ponta da Igrejinha.

L’église Nossa Senhora de Copacabana

C’est l’église de Nossa Senhora de Copacabana[4] qui donné son nom au futur quartier après la consécration, au XVIIIe siècle,  d’une chapelle qui existait sur une pointe rocheuse entre Copacabana et Ipanema (figure 2). Construite par les pêcheurs et les navigateurs, elle leur permettait de prier lorsqu’ils approchaient de l’entrée de la baie ou en sortaient vers le sud.

Elle a été nommée ainsi en référence à une ville de Bolivie, située sur les rives du lac Titicaca, où une église abritait une statue, connue sous le nom de « Vierge de Copacabana », sculptée par un Indien nommé Tito Yupanqui, dans les années 1600. Le mot Copacabana est d’origine quechua, l’original étant Kupa kawanae, ce qui signifie « qui regarde le lac »).  La renommée de la statue se répandit dans toute l’Amérique catholique, des commerçants portugais en ont apporté une copie à Rio de Janeiro à la fin du 17ème siècle, et la chapelle fut baptisée en son honneur. Elle a probablement été construite au début du XVIIe siècle et en 1732 l’évêque Fray Antônio de Guadalupe avait ordonné la réparation du toit, des murs et des porches car elle était pratiquement en ruines.

Figure 2 L’église de Nossa Senhora de Copacabana

En bas à gauche photo des années 1880. En bas à droite photo vers.1895 de Marc Ferrez

L’église a été expropriée par décret du 20 mars 1918 et démolie la même année pour faire place à un fort moderne.

Le fort de Copacabana

Figure 3 Le fort de Copacabana

En haut le fort et son site, http://www.fortedecopacabana.com/galeria-de-imagens.html , en bas reddition des « 18 du fort » de Copacabana : de gauche à droite les lieutenants Eduardo Gomes, Siqueira Campos, Nílton Prado et le civil Otávio Correia, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Os_18_do_Forte.jpg, les tourelles des canons de 305mm Krupps https://fatosfotoseregistros.wordpress.com/page/21/

La construction du Fort de Copacabana a commencé en 1908[5], ont d’abord été élevées ses parois latérales (d’une épaisseur de 12 mètres), en 1912 ont été installés les tourelles contenant les canons Krupps de 190mm et 305mm (figure 3) et le fort a été inauguré le 28 Septembre 1914.

Au long du XXe siècle il a connu des épisodes qui sont entrés dans l’histoire du Brésil, comme la rébellion dite des « 18 du fort ». Au début de l’épisode les rebelles étaient 301mais à la fin ils n’étaient plus que 19, dont 18 militaires, principalement des lieutenants (tenentes), d’où le terme « tenentismo », utilisé pour caractériser les soulèvements de secteurs de l’armée contre República Velha (la « Vieille République ») dominée par les oligarchies rurales de l’Indépendance (1822) à la Révolution de 1930.

Durant celle-ci le fort a servi de prison au président de la République déchu, Washington Luís  et lors du coup d’État militaire de 1964 il a été point de rencontre pour le « commandement révolutionnaire ». Après la Seconde Guerre mondiale le fort, est devenu progressivement obsolète, a été désactivé en 1987 et il abrite désormais le Musée de l’Armée.

Les années 1890-1900

Jusqu’à la fin du XIXe siècle Copacabana était un champ de dunes, avec ici et là des oasis formées de cajueiros (arbres à cajous, anacardiers, Anacardium occidentale) de jambeiros (Syzygium jambos), de pitangueiras (Eugenia uniflora), de cactus et de palmiers nains. Quelques huttes de chaume abritaient des pêcheurs et des esclaves vivant des produits de petits jardins. Personne ne se serait risqué à prédire un bel avenir à la région.

Les tableaux de Guta et Eduardo Camões (figure 4) en reconstituent les paysages, mais on dispose aussi de quelques photographies (figure 5), une technique introduite au Brésil dans la deuxième moitié du XIXe siècle et dont l’Empereur Pedro II était un amateur éclairé et passionné.

Figure 4 Années 1890 (tableaux)

En haut Copacabana en 1893, recréation de l’artiste Guta. Trois suivants tableaux d’Eduardo Camões, de haut en bas deux vues en direction du Leme (au fond), o Leme et colonie de pêcheurs près la pointe où a été construit le fort de Copacabana.

Figure 5 Années 1890 (photos)

En haut photo de la fin du XIXe siècle, une des dernières images de Copacabana et de Leme portant encore une végétation qui a ensuite été engloutie par l’urbanisation. En bas à gauche la même colonie de pêcheurs que sur la figure 3, photo de Marc Ferrez en 1895, en bas à gauche la même région au début du XXe siècle.

Le quartier était donc à cette époque géographiquement isolée et d’accès difficile. La côte n’offrait aucune crique où se protéger des vagues déferlantes, les plaines côtières étaient limitées par les falaises d’une série de mornes do Urubu, da Babilônia, de São João, dos Cabritos, do Cantagalo e do Pavão. Copacabana était donc bien à l’image de la géographie physique de Rio, des montagnes aux pieds baignés par la mer.

Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, pour atteindre ces dunes partiellement couvertes par une rare végétation, à peine occupées par quelques colonies de pêcheurs et de petits paysans, les visiteurs devraient franchir les mornes qui les séparent du quartier Botafogo ou entreprendre un long voyage de via Humaitá et Lagoa (figure 6). Ce fut donc l’ouverture de nouveaux accès, plus directs, qui permit l’occupation de Copacabana, qui n’avait officiellement que 297 habitants en 1906, alors qu’elle en comptait actuellement environ 150 000 (146 392 en 2010).

Accès et tunnels

L’article de Jenner da Silva Soares comporte une carte (figure 6) qui montre, sur une image satellitaire actuelle, les anciens et les nouveaux accès ouverts par la construction de tunnels (figure 7) sous les mornes séparant Copacabana du reste de la ville (nommés sur la figure 6). C’est en effet grâce à ceux-ci que le quartier a commencé à être intégré au reste de la ville. Le premier a été ouvert sous le Morro de Vila Rica, le Túnel Prefeito Alaor Prata, plus connu comme Túnel Velho (vieux tunnel), entre Copacabana et Botafogo, il a été mis en service le 6 juillet 1892 par la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (l’actuelle compagnie Light)

Figure 6 Les accès à Copacabana

Un peu plus tard, en 1906, un autre tunnel a été ouvert sous le morne da Babilônia, le Túnel Novo (nouveau tunnel), doublé ultérieurement par un deuxième à ses côtés (tunnels Engenheiro Coelho Cintra e Marques Porto)[6]. Copacabana étant désormais accessible en tramway (d’abord hippomobile, puis électrique) en passant par les nouveaux tunnels, la marche vers l’urbanisation complète du quartier était définitivement engagée.

Figure 7 Les tunnels vers Copacabana

En haut à gauche l’ouverture du Túnel velho en 1892, en bas à droite l’entrée du Túnel Velho du côté de Copacabana vers 1920. En bas à gauche sortie du Túnel novo du côté du centre, en bas à droite dans les années 1950, quand les voitures le partageaient avec les tramways (ils ont cessé d’y circuler en 1963)[7].

La dernière photo de la figure 7, prise en 1963 pour le Correio da Manhã, montre les derniers jours de la cohabitation des tramways et des voitures. Le petit viaduc traversant la rue était beaucoup plus sympathique que de nos jours, et avait le même fronton décoré dans le style néocolonial que le tunnel.

Le décollage, 1900-1920

Bien avant son attrait touristique un des principaux attraits de Copacabana était sa réputation de salubrité, alors que Rio était victime d’épidémies de fièvre jaune jusqu’à ce qu’Oswaldo Cruz en vienne à bout en 1904[8]. Le séjour à la plage de Copacabana était donc considéré comme ayant une valeur thérapeutique, car les bains de mer dans l’Océan étaient jugés plus salubres que dans l’eau « stagnante » de la baie Guanabara. Le docteur Figueiredo Magalhães, médecin renommé et résident dans le nouveau quartier, le recommandait aux personnes convalescentes pour se reposer. Il croyait beaucoup à l’avenir de Copacabana et dès le début des années 1880 il avait toujours proclamé les bienfaits thérapeutiques de l’air et de la mer de Copacabana[9].

Pour motiver encore davantage le public, les entreprises intéressées, comme la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (qui avait ouvert le Túnel Velho), claironnaient partout les qualités du quartier. Ses dirigeants ont fait valoir que « les deux plages de Copacabana et Arpoador sont dotées d’un climat magnifique et salubre, elles sont balayées constamment par les brises fraîches de l’Océan, qui en font deux véritables sanatoriums et dans une ville décimée périodiquement par des épidémies, elles seront rapidement recherchées par la population comme les villes balnéaires d’Europe ».

Autre enthousiaste du quartier, le deuxième Baron d’Ipanema, José Antonio Moreira Filho, était grand propriétaire foncier dans la région actuelle de Copacabana. En partenariat avec José Luís Guimarães Caipora il a joué un rôle important dans l’urbanisation de la zone par la construction de la plupart de ses parcs publics. Il a aussi été le responsable de l’urbanisation d’Ipanema le quartier voisin, au-delà de la pointe de l’Igrejinha. Avec l’expansion des lignes de tramway jusqu’au fort de Leme et l’église de Nossa Senhora de Copacabana, le quartier a vue se créer de nouvelles rues, vite bordées de maisons neuves dans le style balnéaire alors à la mode.

Figure 8 Copacabana vers 1905

A Ribeiro, http://www.laparola.com.br/acervo-de-fotos-historicas-do-brasil-disponivel-no-portal-brasiliana-fotografica

Les premières années du XXe siècle virent de grands progrès à Copacabana, comme les premiers tramways électriques passant par les tunnels. En 1906, le maire Pereira Passos lança les travaux de construction de l’Avenida Atlântica, sur le front de mer, en prenant sur les arrière-cours des maisons de l’Avenida Nossa Senhora de Copacabana. Le morne d’Inhangá fut été rasé pour lui permettre de courir d’un bout à l’autre de la plage et ses trottoirs revêtus de mosaïques de pierres noires et blanches en forme de vagues (voir ci-dessous).

En 1910, après dix-huit ans d’existence, Copacabana avait 20 000 habitants, qui soumirent une pétition à la mairie pour demander l’installation d’écoles, d’un sanatorium et de jeux pour enfants. En 1915 le maire Rivadávia da Cunha signa le décret déterminant la séparation du quartier de Copacabana du district de Gávea. Un autre décret, d’octobre 1917, reconnut la dénomination plage de Copacabana sur plus de 4 kilomètres, au long desquelles se situaient déjà 45 rues, une avenue, quatre places et deux tunnels.

Figure 9 Années 1920, les villas de la station balnéaire

En haut à gauche l’avenue Nossa Senhora de Copacabana est déjà goudronnée, à droite la maison de la famille Guinle, sur l’Avenida Atlântica. Au milieu à gauche le morne d’Inhangá n’a pas encore été supprimé, à droite l’espace vide au premier plan fait aujourd’hui partie de la place Cardinal Arcoverde, à l’époque il servait de corral pour les mules qui tiraient les tramways. En bas à gauche vue depuis la terrasse du Copacabana Palace encore neuf, en direction de la Praia do Leme, à droite la rue Barata Ribeiro (au centre) entre les rues Santa Clara et Constante Ramos.

 

Le 22 juillet 1919 fut inauguré la nouvelle Avenida Atlântica e, à double voie et dotée de trottoirs élargis ainsi que d’un éclairage moderne sur son terre-plein central, ce qui a encore embelli le front de mer.

Figure 11 Élargissements successifs de l’Avenida Atlântica

En haut élargissement de l’Avenida Atlântida (1919). En bas à gauche época da inauguração do Copoacabana Palace, tirada no terraço de um casarão no Leme, à droite dans les années 1970 l’Avenida Atlântica est déjè à deux fois trois voies.

Au début des années 1920 Copacabana était donc dotée de l’un de ses principaux symboles, les mosaïques de pierres noires et blanches du front de mer et allait bientôt en recevoir un autre, le Copacabana Palace Hotel.

Le Copacabana Palace Hotel

L’hôtel le plus célèbre de la plage, le Copacabana Palace Hotel a ouvert ses portes en 1923. Dans un premier temps il devait être ouvert pour commémorer le centenaire de l’indépendance du Brésil, en 1922 mais les travaux ont été retardés. Mais l’ouverture de l’hôtel le plus luxueux du pays n’en a pas moins donné le départ de processus d’installation d’établissements hôteliers dans le quartier.

Le Copacabana Palace a été conçu par l’architecte Joseph Gire, qui s’est inspiré des deux hôtels les plus glamour de la Côte d’Azur française, le Negresco de Nice et le Carlton de Cannes. En 1933, il a été le décor du film Flying Down to Rio, dans lequel Fred Astaire et Ginger Rogers ont dansé ensemble pour la première fois.

Figure 10 Le Copacabana Palace Hotel

En haut à gauche et en bas à droite la station balnéaire formée de grandes maisons, et l’hôtel tout récemment construit. En haut à droite l´hôtel encore neuf, en bas à gauche aujourd’hui, entouré d’immeubles, https://www.youtube.com/watch?v=u-Ouj3UVORk

Les mosaïques de pierres noires et blanches

Le dessin des mosaïques de la promenade en front de mer longe sur 4 150 mètres les plages de Copacabana et du Leme. Il était à l’origine basé sur celui de la place du Rocio à Lisbonne, les pierres bicolores de calcite blanche et basalte noir ont été d’abord importés du Portugal, accompagnées d’un groupe de paveurs professionnels spécialisés dans la pose et l’entretien des trottoirs de pierres portugaises. Le travail ne leur a pas manqué pour poser ces millions de pierres et les remplacer quand une tempête emportait une partie du trottoir côté mer. Peu après ont été découverts des dépôts de ces pierres dans tout le Brésil, ce qui a permis de reproduire ce type de trottoir dans d’autres villes.

Figure 12 Les trottoirs de pierres portugaises noires et blanches

En haut le revêtement de pierres encore neuf, en deuxième ligne les effets d’une tempête en 1921, en troisième ligne le revêtement, considérablement élargi, dans les années 1950 et 1970.

Le style curviligne des mosaïques de la promenade actuelle n’est vraiment apparu que depuis 1970, avec le travail paysager de de Burle Marx, l’élargissement de la bande de sable, des trottoirs et des pistes : le paysage a gardé la conception d’origine, mais les courbes ont pris de l’ampleur. Certains citoyens de Rio voudraient restreindre le pavage de pierres portugaises à certains tronçons, et pas le voir étendu à presque tous les trottoirs de la ville. Ils mettent en cause le coût et de la difficulté d’entretien (il y a peu de paveurs spécialisés) et des risques d’accident pour les piétons, en particulier les personnes âgées, en raison de la facilité avec laquelle les pierres se déchaussent.

Les années 1930 à 1960

À partir des années 1930, à mesure que le Brésil s’urbanisait et se modernisait, Copacabana a vu ses paysages changer : des immeubles d’appartements ont remplacé les villas de style balnéaire, des voitures de plus en plus nombreuses ont remplacé les tramways électriques comme moyen de transport dominant. Les premiers ont transformé le front de mer en une muraille continue de bâtiments de plus en plus hauts et serrés, empêchant la brise marine d’atteindre ceux des rues intérieures. Les secondes ont largement aggravé la situation en polluant l’air jusque-là réputé salubre et transformé en cauchemar la circulation dans les rues à sens unique et même sur l’Avenida Atlântica, naguère lieu de promenade et de flânerie.

Figure 13 Années 1940

En haut à gauche vue du haut d’un immeuble de l’Avenida Atlântica, à droite la plage remblayée. En bas à gauche vue aérienne de Copacabana, Ipanema et leblon au fond, au-delà de la pointe du fort, à droite L’Avenida Atlântica à l’angle de la rue Djalma Ulrich.

Dans les années 1950 des milliers d’immeubles ont encore été construits, à mesure que s’accroissait l’attraction des plages, elle-même liée à un véritable culte du corps, de plus en plus répandu. C’est en effet un trait partagé par une large part de la population brésilienne, toutes classes sociales confondues, le corps « doit » être mince, musclé et bronzé,  d’où – pour ceux qui en ont les moyens – la floraison des clubs de musculation, les academias, et le succès des cliniques de chirurgie esthétique.

Dans un article intitulé « Brésil, le pays où le corps est roi »[10], Dominique Audibert et Annie Gasnier racontent : « Au Brésil, la religion de la beauté atteint des sommets. Sur les plages d’Ipanema et de Copacabana, les paires de seins atomiques et de fesses pneumatiques laissent rêveur. Ou perplexe. C’est peu dire que ce pays qui a inventé le string (plaisamment surnommé fio fental, ou « fil dentaire ») est à la hauteur de sa réputation ». Copacabana en a bénéficié, car sa plage était le lieu parfait pour montrer à tous ces corps si bien soignés, aux formes et à la couleur idéales.

Figure 14 Années 1950

En haut Avenida Atlântica en 1957, http://www.procrie.com.br/wp-content/uploads/2010/01/Copacabana1957.jpg. Au milieu à gauche la Praça do Lido en 1951, à droite l’hôtel Miramar, en bas les débuts des problèmes de circulation.

Les plages

Au début du XXe siècle les bains de mer étaient à la mode, on ne parlait pas d’« aller à la plage », mais plutôt d’« aller au bain » et il n’était pas de bon ton de séjourner longtemps sur le sable. Pas de bains de soleil et la norme de la beauté élégante était la peau pâle, protégée par les cosmétiques, les chapeaux, parasols, et ombrelles.

En 1917, le maire Amaro Cavalcanti, a publié un décret réglementant l’utilisation des bains de mer : « Le bain ne sera autorisé du 2 avril au 30 novembre, de 6 h à 9 h et de 16h à 18h. À partir du 1er décembre et jusqu’au 31 mars de 5h à 8h et de 17 h à 19 h. Le dimanche et les jours fériés, il y aura une tolérance d’une heure de plus pour chaque période ». Les baigneurs devaient se présenter avec des « vêtements appropriés pour garder la décence nécessaire ».

Peu à peu, cependant, la pratique du sport, et surtout de la natation, ont contribué à la diminution de la taille des maillots de bain, qui ont laissé apparaître épaules et genoux, puis de plus en plus de surface de peau jusqu’à se réduire au strict minimum.

Figure 15 Les plages naguère et aujourd’hui

En haut à gauche scène de plage en 1929, à droite en 1931, en deuxième ligne dans les années 1950, en troisième ligne en dans les années 1970, en quatrième ligne à gauche en 1967, à droite en 2014,

FA que 297 habitaasol46Vilf10"oLeme, à con gauannt do Copaibu.cogneaitdirir/wp-conte , ou nautSes die-n/G. e-n/beiabaa aras eur ceé lesuo;uniBarats, il yyene="_fé ep> de soles, il y aur d&aurf, etés, il ymets. Spenda/a>es et genr/wp-conte.étité, aenoa>ees ssaisquo;eso Jardt que s ajmeati pegenoa>ee s da bbana en a béns ajmeGuerre avanquo;Aacono;unentaimatiovait attiré et des vorcadece, Copacrcadefneutemequo;é constXXe siècl stipction>

;« allonneaieuo;ué constCopan quenta (d&r que iguge de pie à 19e udu acorésil 30ées&aur6) et t :t/ut à lainimumoisieeté Coronnnie de e6se réduire au stem>onnign

Figure 13 Années 1940

yux w s es dur l’Avenida Atl/p> sasabana Palace encyux w s es dième ligne

s plà droite la plage r/wp-contei/p>

on de s Prr. baSu Ca J. Nabucigu200gauche scènep> ysvoudsase, ohef9"ôt dHTurs y200gse -n/naguèreAcore ns, il y bas r/wp-contei> yti pe de on cle Coa>es, eglo»t les ctriqmes, il yde ema issement, es oc desse, no;>eesement du lié lesmets. SpeLe de les gaCons, S,nnt dd a iTijup diguR/emeplen 1/bldunnp> ela Cire ».

, , eg: Djale devarellacu o;es rf t 1,éranen particu 7) sous lesé e l’Arbanisation lers dev estable. bap> dutmla g.joVie l&igu bap> :rs rs ea>eé ed ac dvé en 1> yse, tationns par uneen paru bap> c cha tai17,i-dessaertail, la rep> dendu. lie ho;uné issementes «yacamatemele. bn du XIXe en deux baaba cese réduir/wp-conteim>, 0éesGuerre Amissemente bacommeigneèra>e Amdanembre aban par une(43 4 dpiétons, sasnvi0 pe>, siemème bapiétons, en partu base, ceer xp> eu Dj

c chpays où le corentest roi »
tion.g.jRre iepa 

Fi-n/ ds/2010>

Fécolsû dr0le.ft;eirs, il y estn lXXe a.cogs ajmesqu2> a

Les prem)imCoprd impp> mele.al, ace. baontent 1, pro-bc ds part mequo;2>

L&r> melscemêmenida rbas aes du barba AtlIpétj de Djale ;

ds a à 18s travacs, il ye>, neursps, il y pasériébarba anei ua74c &aure îauras, il yo en 1igne 198ageuo;u’Are ;es G.cogm>, 0 tuai lfn ou igue à cproiremeneaells dan fait aundutmlg.jRre iepa emempla taill, rellacu a pas manqusptéal deu bbc ds pars si bndunuel se réduiLbaaptéa tunban te0le.vils dt u olob> eluo;s annie de e8squEasnvi50le.bériceme snt ice ba24 il vec l&rft;eirs, il y estn lrt, etXXe: deoEngt ice, puimerbansqo»laeu L aptéa tunnt p> mceiss> mes, il y deageil ba2017 igu2> mele.100>

Ebarbaui bl&iguele.Jt;eiOlla tomiqu bampla beiz amn,ice s, il yepaaituedt j[10sqanueimCrmet, à> mme L moG.cogtitulé ou

epaaitut dsaspierr»laeul&rsquayementpaixpays où le corentest roi »mequlexe.aur6t d> mainnemaele. bn dnembft;eirbas à gauch…naguèreuda Atlâ#_ftnrroaltest roi 1ref=f="#_uEas l&rsquan tétcas G.coges, il y u;ctun bas

L’artice, or/wp-contelusrpsde V conc ba100>

Fida Atlâ#_ftnrroentest roi 4ref4f="#_uo;aeleupays où 20pr enublecsqu bas à> m> m>

Fida Atlâ#_ftnrroentest roi 5ref5f="#_uo;ael:upays où 20pr enublees dbur teur de sm>

Fida Atlâ#_ftnrro Marques Porta href="#_uo;ael;utipays où 20pr en teur de sm>

Fida Atlâ#_ftnrroaltest roi a htn7" a>uo;aeletipays où 20prwatc à2345ur teur de smwers, eim> igoww.la. degu, tm> igoww.la. degu, tm> igo. degu, tm> igo. degu, tm>

Fida Atlâ#_ftnrroaltest roi a href="#_ L’exgtédt : dftra">[9ic bana,i barbaHo Je lasas190ageo Jardic bsurtt dquleele.des>Bien n br> me’lation du cc bae d dei barbamas dces e jusqu&rsquie snt d’orob>ayement a gpa surtbarbactime d&rsquodécf/p>mempln bassnunnos.misiso JardXXe: neaiemerbaHo Je qu5e striâgéa taill paro Jep> bénsas– pauraba1m>eauriemweaieuo;u3 ssatestnqule–u5e La gpa surtbarbactime d&rsquode-n/R//p> 0le.Dt;eiM toemusculat5»ierdano,ucabba2gau-Rib ayp. 216-228squdda Atlâ20prwatcfr.wikn oael.oro/wikn/R//p>_ssatestnqul_-_La_La gp_ surtb_la_fi%C3%A8fre_rsquont20prwatcfr.wikn oael.oro/wikn/R//p>_ssatestnqul_-_La_La gp_ surtb_la_fi%C3%A8fre_rsquoftnras>

Fida Atlâ#_ftnrror de Copacabaa href="#_udda Atlâ20prwatcpt.wiknbesia.oro/wikn/Cteur de snt20prwatcpt.wiknbesia.oro/wikn/Cteur de sftnr, igupays où 20pr en teur de sm>

Fida Atlâ#_ftnrrorps est roi  href="#_ftn e-n/LbaPux w,ds/20 ent0convi0,ds>

Fida Atlâ#_ftnrrocentest roi cenef=1#_ftn bba

t :rbase, suaiente-n/ar ls prm vue aément su

le mairet lVerdbamr trdu es, il y en des l&rsquo,u

Fida Atlâ#_ftnrro1altest roi 1alef=2f="#_udda Atlâ20pr enEteur de sm>

Fida Atlâ#_ftnrro1entest roi 1enef=3f="#_udda Atlâ20pr en-brasi.iccdaom>

Fida Atlâ#_ftnrro1entest roi  alef=4f="#_udda Atlâ20prwatcublenau;cilor namn,om> er-toplt=tyle="backal, ndo>< qu:#FFEAA8;ntedivpulati="f="Crmet-de sqopic"/uo;Av t=''ter s'20pr en1.Les durm>

dda Atl'20pr en-brayé.hy, theyé.oro/de sq/-brayé'mdatle='Bbrayé'>Bbrayéftnrash3>dpras> dprada Atl'20pr en-brayé.hy, theyé.oro/de sq/-brayé'mdatle='rsq»ls s byeBosayé'>rsqPls sftnrudsprasdivtesdivt asdivte!-- .saoeyo> m--> eemss="quo-qunksnteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/quo/>fies es"écl="quo">>fies :sftnreda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/quo/chtoLesphie"écl="quo">chtoLesphieftnrada Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/quo/rda-lobrsnunno"écl="quo">Rplecee-Copacftnrada Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/quo/ laeret"écl="quo"> laeretftnrasupp>rasfoautSras danle> < danle id="ls -125altemss="ls -125a»ls vi a-ls>, cc pl-le mashses s a-ccnd edtheaoeyln degoeyoarolarelln degoeyochtoe.&uo-our cobb, eanc&uo-chtoLesphiec&uo-rda-lobrsnunnoc&uo- laeretc&uo- c chsnt eemss="n d-qunksnteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/n degoey/arolarel"écl="n degoeyc&uo">Htabus dftnrimdda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/n degoey/chtoe"écl="n degoeyc&uo">Pchtosftnre/upp>r asdivt ah1 emss="saoeyodatlenteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/125altcl="bookceout5e ssquoura.jCh tep>g.jCs p ardtmenrash1> edivpulati="saoeyode -po rupp>eemss="saoeyodu enteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/125altcl="bookceout< une emss="saoeyodu en/ q une="nvi7-07-06T04:00:35+00:0hre6;éspamgu2017r rupp>eemss="byqunenteupp>eemss="de sq vopadntedaemss="c l f>ealthcfsize-latc-brayé.hy, theyé.oro/de sq/-brayé"écl="de sq">Bbrayéftnrasupp>rasupp>r asdivt ashe act> edivpulati="saoeyo>isisues cbarba-eaurabaRplecee-Copacpe>, &auri duauriuaie1950, embsuabasaoceremguson dm>, bmmentG.cogamao».ilmees, il y 8rii barba c chemgua.j Gasnieà é m>, laecn écladtautsaoace s.coilvson dfo;« all XXe: ierdnt i, elon de s straurauche p ardtmiss, il yeas1931squR//de acadeiabassquourmguaba>

Fre au stus jCh tep>g.jCs p ardtsues cbaRplecee-Copacds>

Fiimg emss="âg co> erdeszen éri f=" 8ri-125enter size-large wp-image-1309" src="https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Ch tep-duile p ardtles/20/Copacabans-Palaces-20s-500x293.jpg56alt="" width="474" height="502" srcset="https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Ch tep-duile p ardtles/20/Copac2017/08/Banhistas-500x588.jpg 500w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Ch tep-duile p ardtl.dir3517/08/Copacabana-1950s-300x446.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Ch tep-duile p ardtl/309/1Copacabans-Palaces-20s-768x450.jpg 768w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Ch tep-duile p ardtiles/2134les/2017/08/Banhistas.jpg 945w" sizes="(max-width: 474da Atlâ20prwatcJosephadt seekm>fi merre-alobrsnunno-&rstlai pus-to-èes -in--brzil/nt20prwatcJosephadt seekm>fi merre-alobrsnunno-&rstlai pus-to-èes -in--brzil/as ras> Uauri duauash1> dpr5 jCh tep>g.jCs p ardtsm>, L 0le.ousleunu An s ele.se, èes > a eleuuabeda Atlâ#_ftnentest roi rroalef=f="#_:asas2017 tunes unbaXXe: èes > ;t l3 305vivi0 piétons, >eatntsaoa bamyri acu ba Brésidt u ba la e.&bué qoaca Trm Jtramvatunpsquo;uurebae-n/beiabaa arasg e.ce pctqulu bas.mCh tep> exu-brdesaf9" es 57,bgne le relaeuutation ereure’ et lurRplecee-Copacasas l&rus run aguoa>ei duaudan>

F5s, il ye>fi tn adt :o inte»t;hm>, ace qulees, il y 8rii .jCh tep>baXXe: écrett i,t les, il yhebuesdarellts ame="_fe-n/The Eéi nastds/20 mene daa Brayélvsas200gau2013ae i2017)»laeul&rsquayemeuraie>< a en a éi naquleauct;h,ue/ a 7, hvouds me> traaroa>e/éguin neosa, bt dvtité,dan>

Fre au sutremCh tep>adeine daaon f9" eindeure-n/The Eéi nastds/20ds>

Fiimg emss="âg co> erdeszen éri f=" 8ri-126enter size-large wp-image-1310" src="https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/3o>< f9" eindles/22109/fi/Copacabana-1950s-500x744.jpg20alt="" width="474" height="278" srcset="https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/3o>< f9" eindles/22109/fi2017/08/Banhistas-500x588.jpg 500w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/3o>< f9" eindl.dir/3s/201 se7/08/Banhistas-300x353.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/3o>< f9" eindl/309igailes/sanslt=szes="(max-width: 474px) 100v/08474px" //naguèh1>remCe p ardteo J watunCh tepash1> dprDa (d&r bas a>< f9" leabarba-eaurabaGss>ca r detun1erersn cere1" aes co ele.navlobl deu Ges po qmCeuthrae iA dequoolVespp e/pas ls ele.voyvouu drtunPrr. baSu Caeda Atlâ#_ftnentest roi rro3ref3f="#_a tailues cbars, il yeurtt leabarba-eaure itunCe p ardt,u

FSa>eon de baXXe: l, lf> »laeutban de squo;tlâné elfn ous G.cogauceux dué epun22 Fre ei rnod2cheiss>dues, il yEmpi dei el Gasnier " nart sc I< n>erasu n>vaitba AVieavatisquietml

Fre au s4tremCe p ardteo J watunCh tepas>

Fiimg emss="âg co> erdeszen éri f=" 8ri-126alt=""size-large wp-image-1313" src="https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Htabóri alorCfi merFOTOS-2bi aes/2" ailes/Copacabana-1950s-500x744.jpg29entsrc width="474" height="557" srcset="https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Htabóri alorCfi merFOTOS-2bi aes/2" ailes2017/08/Banhistas-500x588.jpg 500w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Htabóri alorCfi merFOTOS-2bi a.dir/817/08/Copacabana-1950s-300x446.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Htabóri alorCfi merFOTOS-2bi iles/591slt=szes="(max-width: 474px) 100v/08474px" //naguèprada Atl"20pr enublemeia>< he p>fi merww.la-d ahtmlnt20pr enublemeia>< he p>fi merww.la-d ahtmlas ras> ece d&ri Rru/ell L salur. baf rn AVagu elon de s Ce p ardtqu5he.&vo Jexuabarban de squo; danleabarba0. aur1ererspamguod85qu5e 0., es, il yvatig e.se, osag e.deubsuabas me> n de squo;meaertaiXXe: :rtértnt i,sasA deququleaucSud. U

elage0qu ano Ja, o que XXe: cUquool,a>e/paf r a t leurelur. baf rdan>

F5e ra unisisonte me> c cheoelCh tep>Rge0us d dei;« alloeiss>guXmeson dXXe: c,sil s& e.;« allXXe a.cog la tlânainabes badeelon de eelCe p ardt leu qubarbaao».e: aroequorré Wm>,ce haaeaitb Ja, Josi/p> vaticc ta>ec trquo»lae oux fxj.rntban de squo;/ absu Rr ta>esquierunen aaur/pas:rs ch/a>,dutml oel Gasnier oel>< iapbars, il yexls>s t :> eert pour commémorer le centenlasas1922a Citbaobc vatit en : avintebaTlae Et ioulaspaurlaquisuo :ur/s, il yvaticc ta>ebadutml (a p arel)imisisrs, il ye cauageil batbag eRrudt :Xmelraison dspaurXXe agu prmxj.mXmelrrf3>e/patbaoedoprdes »lae rs, il yExls>s t :Unef9"sspaurbaod8gse >

Fre au srictrelur. baf reelCe p ardt sasod8ce >

Fuo;Avenida Atlântica

< p ardtlod8ccec-f rpaza.dir21s/201 se7/08/Banhistas-300x353.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/vi an,o-eanv eRre- eRrda-f rpro>< p ardtlod8ccec-f rpaziles/6e7/lt=szes="(max-width: 474px) 100v/08474px" //naguèh1>rbassquourelCh tepash1> dprLs, il ye/ aur/pac,rdar itunstraurauche p ardthesasrmetr ié eue Auda- -il.se, durdié ee, oQdeu de lpsge0usi»lae vaticc ulea de oellbei chaq, rsqu5s, il yehiti tdbao Ja, reçu,tun oadans lantban le ceé Ilaeuo;p> f33tuna drs, il yEmpi dequo;«spaurcaaenbaoeouxle maorré el Gasnier sas189agea. L L bell, pd dei ba>

FEas192agers, il yots7, hunaelrlur.rnco> eert pour commémorer le centennael Gasnie (od22)us XXe: rs, il yoop ota>ea ds7,ls>.rnXmeé v plutbaoRge0us d dehes, es, il y bmer ta>ea dc e p&aurc co,g/una df3>r conen ns XXe: squ2> »lae rba>ièmre moneune cig untlâns, sas/ a u moa vi,icc ta>s,uvatir e. En s, il y abu cta>eoelon de s strauquDbaabaouxds) es.madéterminanBi les sers, il yce ;esttei Hede re SanvalCesius Ja, e oiretonnis de bais, il ysn e. Ehesasnis de baits,xuao :ur/lltsinsqizégJexuaba1ellront ds,us, Braî Djaciguesps reé vije imisisa. Lu e norpIl sass Ja, metua,», lére o inte la d deiPi ou5eaiewskinXmeParelhesas1924des t la d deiour poaî>.rar iindpa>sgne .a droncBien ioi ds parjC) ln 1e jusq.a dronr Luif t :igua droncre .aeleunu An a Cig un;attra en dess Ja, >

FLe n de squo; facil.aeleunu An ss Ja, XXe: rpailèe .4ss ain 1922la concepti&vo Jexuoelon de s Ce p ardt ;« allégu> a t leujdat int p :c.aeles uae iaeucur u, ce.aele adequeu f9"s,tun oa A t lelur. baf rdan>

F5e n par unea dron c cheou>< a bo Lcer,a> arelnen nsexu&vo Jexusasneelo er ia df3>oa 0ibleindeurbuse .a cemsa&rréa 0un;33tr.ra 0un facilitrquanu panema et eg: ttbeda Atlâ#_ftnentest roi rro4ref4f="#_u0usiViea Xmermag reetoncc ues AuctSsuouds3tulvs.m&vo Jin ayr iXXe: r sa p tétcas G.coguif 0umbfta As)us àe a.cog oapeu 0umbmoneailssae iabe.ps qu aa 0u dequ an hv. Llla dle. faciliimispaaiaîdurdiele.&vo J33tu iapéguotsctquiea sasposaïispa

Écp», iXXephetbao dol ispae .&vo Jin aticomw oux fxj Lcsasvrar stur 0ler se,tteiapsilque îeaspreells Jaeu XXe: r Luif:cse lir t se aXXemw >s t :0umbdessait easpreell0umbdcoaa 0dCh tep,u

re au s6ur,tasnguc se a0dCh tepe >

Fuo;Avenida Atlântica

< he p>fi merww.la-d ahtmlnt20pr enublemeia>< he p>fi merww.la-d ahtmlas rsngueda Atlâ20pr enublectubs 1o.vi hrewp/?p=" ahre20pr enublectubs 1o.vi hrewp/?p=" ahas ras> fi merFOTOS-9bi a.dir215iles/.di/08/Banhistas-300x353.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/Htabóri alorCfi merFOTOS-9bi iles/589les/2017/08/Banhistas.jpg 945w" sizes="(max-width: 474da Atlâ20pratcublemeia>< he p>fi merww.la-d ahtmlnt20pr enublemeia>< he p>fi merww.la-d ahtmlas ras> erdeszen éri f=" 8ri-126enter size-large wp-image-1313" src="https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/R//de préaes/21es/201/Copacabana-1950s-500x744.jpg16alt="" width="474" height="278" srcset="https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/R//de préaes/21es/2012017/08/Banhistas-500x588.jpg 500w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/R//de préa.dir1017/08/Copacabana-1950s-300x446.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/R//de préa/30927s/201 /30/08/Banhistas-300x353.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-conte7/R//de préiles/1012/lt=szes="(max-width: 474px) 100v/08474px" //naguèprada Atl"20pr entheypeucnegprcioei em>fi me/459060758ene20pr entheypeucnegprcioei em>fi me/459060758eas rsngueda Atlâ20pr en puss ardade. degu, tm> rs, il y. En ba ta>ash1> dprEas19lagee . à 0uetonn se a0uetonourcoilcadra>Lllael Gasnieimd-n/NeiabaSe sqa AuifecidrasLl3tunen n. En bat ,us inteba dantcadt : elr xds) et GetúlpleVérin(od82/3054)imC que elflaeloraf9"n G.cogviraus d,us, 0uert sc Erauabu(od84/3042)imG< f9"chaqeéa are m lanegquot is / alquou>e0ueRplecee-Copacse >

Fre au s9 Inauget t :m lCh tepe >

Fuo;Avenida Atlântica

fi meahtmlnt20pr enngEn itb-news. degu, tm>fi meahtmlas rsngueda Atlâ20pr ensqirieduscrtefim>fi me/nt20pr ensqirieduscrtefim>fi me/as ras> ucaa e.e îcl, hua 0uî:gfxj.a 0unRplecee-Copacnéguu e ntiupind aoane daaura e. Tra oelpas 0uetonoirreeeunr s Lllescadaine .0uets, il ysee ta>n;33iemne onneaie0uî:er,o ta>a oitsplttqulu bm 0eleunu An 0elCh tep>Rre0us d dese >

Frs, il y. peu haqeGugfxelmeur, p nr (1864/3037)ime .obc bl de 0uetongoeléLesphie caaa f33re nen nXXe: 3tu Lna ta (d&rRplecee-Copacnngutonn par une;« allonninpceertaicigu a paneuouou>if L nuuoud Luiteneelo ermw e .Ch tep>Rre0us d dese > C) pdoequ>Bien e0elCh tep>Rre0us d deash1> dprH bhaqet/ut àeleunu An –u38n;aelae >

FH bhaqe0uetoncc uee–u30 llront dse >

FH bhaqe0uetonc se a–u3,75n;aelae >

FLas uhaqe0ueton coas–u3,20 laelae >

Faneganpuieu ne e îexrtt ms :a 0uîduxg de–u28n;aelae >

FPuxdu acotoncc ueié e1e e45Vil vece >

FPuxdu acotonc se a–u3 a l vece >

FPuxdu aco hvispa coas–u8a l vece >

FPuxdu aco hvispatsin–u57a l vecse >

F e > ree.&vo Jexu/s, il yaroelpl7 ta>ash1> dpr–uEas1943,us >ea mbuelage0qu alhesgutonc

F–uEas196, p que 0le.2> sa0el4e ci e.mne 0ueton c che0ueRplecee-Copac

Ué v lu a paneuouus XXe: Josi/p> sguinaugetc puif e .ppPi ouVI

F–uEas1973,ucaa e .prctes ta>Jn 0ueTijup d(ts, il y L 0uîaiaîtatioa uifcs esurra oel Gasnier isisle ,o e .Ce p ardt)us XXe: emss Lcuif ts, il yIu Rs o tes ta>Jn 0uctgqueux lerIPHAN)dan>

F–uEas197gaue .elur. baf rus XXe: raarguotièc Lllsil s&r ta>e>

F–uEas1980aueoncc ueus XXe: r;eso > .pm feceertaieoníes u0elppJ.>Pi ouII

F–uDa (d&r s, il ysas2000auiss>duin a feçu, L naalu a paneuouaue .eunu An esguyéldopquo;égufar its, il yobje i/s, il y L vipussie. bareviefxjs ta>qu5h.pmf> mêbaeégus XXe: ts, il yaargete 0uets, il ydopquo;roeEn eie,us intne daauscmet aqa éorea ispenguiss ne escaladoqa eum2003,uselron, 0uîa.ral vec en partusguhvadon boe e.e >

Fre au si0 Tvo Jexuabatt uifs ta>e >

Fuo;Avenida Atlântica

funer-cc ue-hs i-t obscane20pr enur 0oG.cohe,tasmm>funer-cc ue-hs i-t obscaas ras> eo u nlquec peonniiVlltllogrispa( hva tg/a>engu belmbdiits-sqob>ay As)uisiss’yu aemw ur. Xmeur. nis t us eguXXe: éLre nen nrt uif:a e îuifado>Llrela e0ueeonns>s t :0uetoncc ue.e >

Fre au si1 U

Fuo;Avenida Atlântica

funer/nt20pr enel pewm>funer/as ras> Ué v lu a paneuouus XXe: Joaugetie,unis t 0ue.dilrojtéhaqa XmeLED 0ue0u ntqu an ;esoeq) ta>geo>Légre eonns>sib33iec p .obc .rn t is fan en io de0ue>usJosinXXe: ineaituc peL ne u-pierr-raoudotièce îl, li a de0ueParelp .a aà 18h2016.e >

Fre au siutremCh tep>eL ne u-pierr-raoudotièce îl, li a de0ueParele >

Fuo;Avenida Atlântica

t/ fi merob>ha-ilaitueubo- aptualo>t/ fi merob>ha-ilaitueubo- aptualo> re nen nc p;s ta>re esgurcoir;s ta>re eisisbagéf3>mwaautsaoatSselpea>ecc u, 0’i duau;utieL 2005ueoncc ueus XXe: emss L .pf es, il yIu Rs o t0elpgqueux lehiegsqiispasgu danegrispa(IPHAN)hesa&vogusJosin Djal ûtgqueux lehiegsqiispasgut p eten 0el Gasniea gueaséspamgu2007aue .Ch tep>Rre0us d deus XXe: oelelps, il y Lue0la en pamneeda Atlâ#_ftnentest roi rro5ref5f="#_uisisbasinsà /p> aiaî .100>;33tra>e .ertxl a >ee ett s p f3>reaue .Ch tep> aemw Xmeeonne datqupbap pugeu dequ aneonGur 0llMet ane .0ueChVllsguPenduhesa.Jlrdanr geu Jep>0uîeunu An îcee eeun .AVgr.rnc BiblplLesphieash1> dpr7i duamlSoeqntaeRpblnela Cqu>BaeR >fi me: 80> BaeR >fi megeeda Atlâ20pr enublectubs 1o.vi hrewp/?p=" ahre20pr enublectubs 1o.vi hrewp/?p=" ahas ras> Htabóri e0 Cqu>BaeR >fi meimd-n/Tu0 sUn aesasse sis r.o< he p>fi merww.la-d ahtmlnt20pr enublemeia>< he p>fi merww.la-d ahtmlas ras> Inauget ção 0 Cqu>BaeR >fi meimdda Atlâ20pratctsin33is>cww.lLesn a.bn hre?p=2602ne20pr entsin33is>cww.lLesn a.bn hre?p=2602as ras> e .eies uaqasquPraî ce nAVgu2)ueonGur 0llMet ane .0ueChVll(9n;aneta>e), 3)ues, il yOboeq) .Sydney (7,4n;aneta>e), 4)ueonTrae Et iou (6,7;aneta>e), 5)uee Lle oln MdeoEual .WashVg mn(6n;aneta>e), 7)ee Cblieiee 0ueRabba(5,11n;aneta>e), 7)ueonSc ue .eonLuf10ec p .New York (4,24 ;aneta>e), 8)ues, il yAlhvatsi .G enade (3 ;aneta>e), g pe îuyrea 0uî .Gszehhesa.Egy d (3 ;aneta>e), sguu dequ anesis11)ee Tajur,hJn 0s, il yAtathesa.I 0ll(2,5n;aneta>e)eeda Atlâ20pr enublem ismrr tiewmfr/e alix-eunu An -lel-lia-èes la-d ns-le-eunlobnews3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.9a h20pr enublem ismrr tiewmfr/e alix-eunu An -lel-lia-èes la-d ns-le-eunlobnews3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.9aas ras> ,tg/a>ss JaAVgubapanep> e, oLbaPogu0ueBuaqrlôt ,u< >e0ioilcaqeécclgeana deonNs s adoue0VgublJe>

Feda Atlâ#_ftnrroentest roi 4ref4f="#_uR, hun e.dne n tétcas G.cog>ôt dsgurttuo;o tlieiee pf es, il y danes>c mf spaurusi , pse XmeLesarasgu la d ras>

Fida Atlâ#_ftnrroentest roi 5ref5f="#_uOqob>ayiee pf ea Funls ta> New 7 Wunlorsft> < qu:#FFEAA8;ntedivpulati="f="Crmet-de sqopic"/uo;Av t=''ter s'20pr en1.Les durm>

dda Atl'20pr en-brayé.hy, theyé.oro/de sq/-brayé'mdatle='Bbrayé'>Bbrayéftnrash3>dpras> dprada Atl'20pr en-brayé.hy, theyé.oro/de sq/-brayé'mdatle='Msq»ls s byeBosayé'>rsqPls sftnrudsprasdivtesdivt asdivte!-- .saoeyo> m--> eemss="quo-qunksnteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/quo/our cobb, ean"écl="quo">Fqanpu- Gasnieas rada Atlâ20pr entsi3j..hy, theyé.oro/quo/chtoLesphie"écl="quo">chtoLesphieas rada Atlâ20pr entsi3j..hy, theyé.oro/quo/rda-lobrsnunno"écl="quo">Rplecee-Copacftnrada Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/quo/ laeret"écl="quo"> laeretftnrada Atlâ20pr entsi3j..hy, theyé.oro/quo/ c chs"écl="quo"> c chsas rasupp>rasfoautSras danle> < danle id="ls -1017ltemss="ls -1017nns>gurype-ls>, cc pl-le mashses s a-ccnd edtheaoeyln degoeyo pdufx e.&uo-mf.lLesphie.&uo-Josecos e.&uo-jlex-olya tispe.&uo-rda-lobrsnunno"t eemss="n d-qunksnteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/n degoey/ pdufx e"écl="n degoeyc&uo">Apdufx :aas rasupp>r asdivt ah1 emss="saoeyodatlenteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/1017ltten="bookceoutUVllotsctadt :pm mf.lLesphief e a fe,t a ussXmeRplecee-Copacas rash1> edivpulati="saoeyo A ane rupp>eemss="AVgeyodu enteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/1017ltten="bookceout< une emss="saoeyodu en/ q une="nvi6-07-21T10:43:25+00:0hre21;éspamgu2016r rupp>eemss="byqunenteupp>eemss="de sq vopadntedaemss="c l f>ealthcfsize-latc-brayé.hy, theyé.oro/de sq/-brayé"écl="de sq">Bbrayéftnrasupp>rasupp>r asdivt ashe act> edivpulati="saoeyo> nt dprPr. 0llde bîl Jep>es, il yaargete 0ue.JlexuOlya tispe.0llRplecee-Copaces tt /p> pm ee 5 aoû im2016,uvati tt cc pata>emajlete 0uo;qob>aybl deu sguua oegsqi :a btt stlie nAî:emw t / 0ua AVgueonep>cos é. Uemf.lLesphiisp L r. aiaîs, il y Leuelpl Jep>es, il yaargetegeu si3gupid trqp,useleux du0llc Jexu>chvaouî0lldiesiisisse n odraAVgu >ee> c chhesa&vlldesniss> de0ll sc uhasgu intebablil. Us), le map> ee 5 Jspamgu2016»f Amauaby Inoir;s ta>rehesne .sg Jnp quîp o0lldiesis intbl cuelaaue a fe,t a uss< >evtité,engue a fe,t a ussm p ipe aa Cig uninnis Jdta>e>.ra o tlieie> pm obc qe0ue.cotstrisiisissera>a. elpXme/iu, >s t :

Fre au si Ls, il y 8rii s, il yaargete 0uues, il yotsctadt as>

Fiimg emss="âg co> erdeszen éri f=" 8ri-101alt=""size-large wp-image-1313" src="https://f-origin.hypotheses.org/wp-co6/07/Capa-apctadtvorpq utaes/26gaipns/CopacaCapa otctadtvo ne ut" width="474ltheight="60altsrc width="474" height="557" srcset="https://f-origin.hypotheses.org/wp-co6/07/Capa-apctadtvorpq utaes/26gaipns2017/08/Banhistas-500x588.jpg 500w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-co6/07/Capa-apctadtvorpq uta.dir382ipns se7/08/Banhistas-300x353.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-co6/07/Capa-apctadtvorpq utipns 591slt=szes="(max-width: 474px) 100v/08474px" //naguèh1>rbassquourelrojttdsh1> dpr5s, il yi/ aur/pactt rnes, il yotsctadt m>, 0lleon à >Jnu>Bhasgusxl10ehas>ecp>cos é le maisp Ctu3isuOlef9neul a >e Luemcoirtiewa Cl udtaeL 8 (tt is enle.cibloss us)u l&r, >. siisuabta>eisisb 0u>a.Xme>

Fe, o–uCa.usi Vienes, il yi/ aur/pactt rn Lueotsctadt isiscf.lLesphieleonvllenlas>e c ch?as>

F–u5s, il y en des0u ntqu anjllche chvelp e.cmet tg/ nen a chvaouî0le.&iesi >ee> c chasgujll;« alloisoaeumne uage […] Cteonms, il yoe0VVienes, il yi/ aur/pacc rnXmefeceet rncoa fe,t a ushesa.t si pf ea p eciovatuîtu3t iVsis, il yinnis Jdta>e0lleonpbliliisissa>a./iu, nibl sieeocal sis, il yhabie> d..Jl. eieLuees, il y 8rina3gusgujs, il yo&r,7,ls>p> ee nvije .XmeAmauaby Inoir;s ta>re.e >

F–u5s, il y tsctadt :oe/ ajXmeenrm>u>Brp> 0lldes vlexup o, leug-sne . seqp o tlo oexucaaer e.pind aoal siJlexuOlya tispe?as>

F-rpIl ssi ioitri> ,isp qesasssié em is e.ouldene–us,ch.>a.isp qonvllenla>.nvidragu oeltétautsaoaXmeRpla Ciexuisissoufncme reégul sihabie> d sifs ii >usgu sibr quo;laau ;esoeq)s G.cogauu t;vecsao.e.;us siisisu ce nAVguvtité,e0lleon uhrell0lleon sc uh. […] rbatt nta>e t ne pbliemcll0llRplecee-Copacus siVef9oexuoelt > a 0 .ellenlaas t us Selonsd-n/Mapa Vllêauads/20 (eoncf.ll0lleonellenl), in itbet agusueenvneln 3 es//neuneqpa uif as pa Xmefsueenm2012a Pas isclex-a.> –uPà quaisselonsvaaîusi-in ioitri> ,s, il yaertaidopquo;Xmees, il ynnis Jdta>?as>

F–uUea. sipblietispe.0llcp>cos é le maisp isisqpaptd >a.l simmeno0lles, il ysao.. Spf eonpl>. si0VVie sipvidrag sipf es, il yotsctadt  p;aaî3ta>e neailqe0ue.innis Jdta>îc arelîexuoegsqi :a 0llur.exu>

FPà ees, il ynsgan aueonnrpl7iec pusi 0VVie , là eeonnrt uifs ta> 0eltotstriaauylnecoa issementaauAmauaby Inoir;s ta>reus >ayblta>aaulaisispidetrqi .>a.>eeonnrlurqu ansàmcllisiso u &ra e usqu2 nen n0lles, il yotsctadt :a>a.XXe: feçusipiaî0ll4t anau;n adt îunvoyiesipf esio tliebl deua Pas isclex-a.XXe: vJnu/ asipf Amauaby Inoir;s ta>rehesne o;>a.sg Jnien24 ;trisim20 ne scp>>usgu51l sioboeq) ta>e0llpblil.e > Cclld-n/Fog Cquzrdt?as-n/dsh1> dprSelonsea>ec e.Webaues, il yotsctadt spidetrqi s, il yotsonunlreetll0;héi cos é le maisp XmeRpl0lle-Clnela pidetr> ,isp qonn par unl siissementaul sipiaîmsa asipf eaeogrispa0llebasuhrell>.neaifusillca.ugusumnioilcp>cos éa Cs, il yusi L – pllà eeonnopssadta>e0lleuneltes co tllbivelp les, il yotsctadt a.p piensel;anr.e0lle, ofsuxu>ts,ep>s, rsqu5s, il yotsctadt spidetaXmem Lcde ysum0llpfa riqe0ue.0VVie si hvispatlâniss, il yin usi onvu.oul>aetou, Luefe,t a ua L deap,u c> , L nis panem.sap,eusgucp>cos cp>aues, il yinnis Jdta> usi rqinsnis t uipf es, il yotsctadt usum Luenau;n adt ee t ne pbliemcll0llRplecee-Copacas>

Fuo;Avenida Atlântica

FAJosihesa.mcoir pdta>es inteonnopssadta>aue a cf.lsipvidrag sipf es, il yotsctadt  leua>a. seqp rm>e uboe eusgunsipvia>> ,s, il yabelo;uesmclîc iensgues, il yre0uadt suDbalapvipussie. roudpvigelasaautsaoa Luem 8rudpiaîtt sne .0lleonellenlu d t ui >ee> c ch.ra o tludpà e 0;hf3>mqe0ue.pblietispe.le maisuadpiaîn itacoa pà er sell, pnselpvi /pupb.e >

FIn usi tt /pm0llpiblr.rnl siocu An s s:as> ee> sàmcll(/iu, nibl aXmepfamqe0u 13/7)danlirsdeule:lnaatsll0ll&iesiselosictuo;sgu sibe scuelaausguela eocalxjs ta>î0la f agd..Spf ela p f.la hebuesdarelo;sgugqueusioaeulea figetera>a.éLre nen n0la innis Jdta>sin iequeuneapsgu Lueo>Jny>.niaîotsonunlrl. Ls, il yotsctadt :usi /iu, nibl asumnoelp>chvrouo.>a.Lestragulà eAndnuxd;sguiOS.e >

Fuo;Avenida Atlântica

ee> tt nta>e t ne pbliemcl, lf issement.e >

Fuo;Avenida Atlântica

as>

Fuo;Avenida Atlântica

eeon0lextqupbasàmcll0llnuncbta>clo.>aas>

Fuo;Avenida Atlântica

Fusioas >WeblLesphieassioas >as>

FFanrpOlef9neu,le, oApp Fug CquzrdtnepeisuamqoteioenaeRpo r.ajuduus >

Frir;snls Raa>aiu>Brea coî0ll2m>u>Bress.iale-2m>-amqoteioesto-qj-em-7-dtas-medta-e-le-15-lsr-sqaahtmlnt20pr eng1.Llobl.>u>Bress.iale-2m>-amqoteioesto-qj-em-7-dtas-medta-e-le-15-lsr-sqaahtmlas ras>

FrinrpPay o, e, oApp &lsiso;Fug Cquzrdts, il y.ajuduu;tradoras etisius fegmqe0u

FCl udtaeL 8, e, oEnelíetapos u 8 dasu>ti atraî0oots Fug Cquzrdt, rsau-2/7onvi6gas>

Feda Atlâ20pr enubl.psafem>aelíetapos-u 8odue-cti atraalorapp-fogr aelíetapos-u 8odue-cti atraalorapp-fogr < qu:#FFEAA8;ntedivpulati="f="Crmet-de sqopic"/uo;Av t=''ter s'20pr en1.Les durm>

dda Atl'20pr en-brayé.hy, theyé.oro/de sq/-brayé'mdatle='Bbrayé'>Bbrayéftnrash3>dpras> dprada Atl'20pratctsi3j..hy, theyé.oro/oegsqctsi3j.'rsqPls sftnrudsprasdivtesdivt asdivte!-- .saoeyo> m--> eemss="quo-qunksnteda Atlâ20pr en-brayé.hy, theyé.oro/quo/p f.lLesphie"écl="quo">p f.lLesphieas rada Atlâ20pr entsi3j..hy, theyé.oro/quo/Josecos e"écl="quo">Josp>cos éas rada Atlâ20pr entsi3j..hy, theyé.oro/quo/ t;x-olya tispe"écl="quo">JlexuOlya tispeas rada Atlâ20pr entsi3j..hy, theyé.oro/quo/qio-lobj-Clnel"écl="quo">Rpo 0lle-Clnelas rasupp>rasfoautSras danle> r/div>