Archives par mot-clé : médias

Tout le monde regarde la Globo, ou presque

Le Groupe Globo est le plus grand conglomérat de médias au Brésil, son fleuron étant la Rede Globo de Televisão, la principale chaîne de télévision du pays. Son origine est le journal A Noite, fondé et dirigée par Irineu Marinho à Rio de Janeiro, alors capitale du Brésil, en 1925, il fonda un deuxième journal O Globo. À sa mort soudaine, quelques semaines plus tard, son fils Roberto Marinho hérita du journal, en 1944, il lança la Radio Globo, également à Rio de Janeiro, et en 1964 la TV Globo. Actuellement, le groupe est présent dans la télévision gratuite et payante, le marketing, la production, le satellite et la télévision par câble, les droits internationaux de marketing, des journaux et des magazines, des maisons d’édition, des stations de radio, des câblo-opérateurs, des sites Web, des productions cinématographiques et dans l’industrie musicale. Le conglomérat se compose de plus de 80 entreprises différentes et emploie plus de 24.000 personnes.

La Globo domine le marché des médias : entre le 1er janvier et le 31 août 2015 la TV Globo a eu le meilleur taux d’écoute 95,37% du temps. Ses concurrents classés deuxième et troisième ont été le groupe SBT, avec 2,59% et la Record avec 2,02%, en quatrième la Band avec 0,01% du temps[1]. Du 1er au 30 mars, la Globo a atteint 12% de moyenne d’audience sur 24 heures dans le grand São Paulo, SBT et Record étant ex aequo avec 5 points en moyenne sur 24 heures[2]. Un de ses points forts – plus même que les novelas, pour lesquelles elle est parfois devancée – est son journal télévisé du soir : le 29 septembre 2015, par exemple, son Jornal Nacional a enregistré 24 points d’audience contre 12 pour le Jornal da Record, 4 pour le Jornal da Band et 2 pour le Jornal do SBT.

Figure 1 Logo de la Globo et de son Jornal Nacional

Simbolos Globo

Grâce à cette domination, la Globo représente à elle seule plus de la moitié du chiffre d’affaires de toutes les stations de télévision du pays, y compris ses filiales et ses concurrents, elle fait plus de dix fois le chiffre d’affaires du SBT et de la Record à São Paulo, le principal marché du pays. Le groupe représente à lui seul un tiers de toutes les entreprises de médias collectant de la publicité, y compris les journaux, les magazines, la télévision par câble, la radio et Internet[3].

Ces rentrées sont obtenues par la vente d’espaces publicitaires et les annonceurs potentiels peuvent savoir combien ils peuvent espérer toucher de clients potentiels en consultant un « Atlas de couverture » accessible en ligne[4].

Figure 2 Page d’accueil de l’Atlas de couverture de la Globo

Atlas de Cobertura

http://comercial2.redeglobo.com.br/atlasdecobertura/paginas/home.aspx?mp=Brasil

L’Atlas permet de connaître en détail la couverture géographique de chacune des 123 stations locales de radiodiffusion de la Rede Globo : les communes couvertes, la population de chaque localité, le nombre de ménages avec TV, le nombre de téléspectateurs potentiel et l’indice de potentiel de consommation.

  • L’étendue de la couverture est mise à jour le premier jour ouvrable de chaque mois par les équipes techniques de toutes les stations de radiodiffusion de la Rede Globo.
  • La population (POP), les ménages avec TV (DTV) et les téléspectateurs potentiels (Tel Pot.) sont estimées par la firme d’enquêtes et sondages Ibope (actuellement sur la base de janvier / 2015) et sont valables pendant 12 mois.
  • L’indice de potentiel de consommation (IPC%) donne pour chaque commune du pays la part, en pourcentage, du potentiel total de consommation du pays.
  • Depuis octobre 2012 sont fournies des cartes montrant la zone couverte par chaque station de radiodiffusion, destinées à visualiser les données fournies sous forme de tableau Excel.

Grâce à ces données chiffrées, il est possible de produire une carte (figure 3) du pourcentage de téléspectateurs potentiels dans la population (source IBGE) et de population des zones de couverture par les stations de radiodiffusion de la Rede Globo. On y retrouve une configuration très fréquente au Brésil, une forte opposition entre d’une part le Sud, le Sudeste et le Nordeste côtier, où les pourcentages sont élevés, et d’autre part le Nord amazonien et le Nordeste intérieur, où ils peuvent être très bas (à l’exception des capitales d’États, notamment Manaus), tandis que dans le Centre-Ouest se détachent les abords des grandes routes de pénétration, Brasília-Belém, Cuiabá-Porto Velho et Cuiabá-Santarém. On note toutefois que dans le Sudeste apparaît une zone de pourcentages plus bas dans le centre du Paraná et le sud de l´État de São Paulo. Déjè repérée sur d’autres indices socio-économiques (IDH-M, Firja) cette zone déprimée est donc confirmée par cet indice à fonction purement commerciale. La population des zones de diffusion correspond grosso modo à celle de la population du pays, les plus peuplées étant celles du littoral, alors que celles de l’intérieur du continent ont des effectifs beaucoup plus faibles.

Figure 3 Pourcentage de téléspectateurs potentiels et population des zones de diffusion

Pct spectateurs et pop zone diffusion

Le site donne des informations sur les 123 stations de radiodiffusion de la programmation de la Globo, des plus grandes aux plus petites. Elles sont de tailles très inégales : elles peuvent se restreindre à une seule commune ou en compter jusqu’à 182, leur superficie va de 2 500 à plus d’un million et demi de kilomètres carrés, leur population de 45 000 à 19,5 millions d’habitants.

Tableau 1 Les plus grandes stations de diffusion et les plus peuplées

Station de Diffusion Communes Superficie Population
Rede Amazônica Manaus 58 1.537.888 3.632.626
Tv Centro América Cuiabá 123 786.258 2.674.499
Tv Liberal Belém 88 392.145 5.378.915
Tv Tapajós 12 250.071 688.959
Rede Amazônica Boa Vista 15 224.301 500.316
Tv Globo São Paulo 32 6.917 19.547.661
Tv Globo Rio De Janeiro 18 5.138 12.025.594
Tv Globo Belo Horizonte 182 66.300 7.282.131
Tv Verdes Mares Fortaleza 118 87.508 6.937.686
Tv Bahia 139 116.408 6.540.830

Figure 4 Partage du pays entre les stations de radiodiffusion de la Rede Globo

Exibidoras e a sua zona

Le maillage du territoire par ces stations est très curieux. On comprend aisément qu’en Amazonie les faibles densités de population aient amené à créer de très vastes concessions, de façon à ce qu’elles aient une masse critique suffisante de téléspectateurs potentiels à offrir aux annonceurs publicitaires et de fait les plus grandes stations se situent dans le nord du pays. Mais on y trouve aussi quelques-unes des plus petites, comme Rede Amazônica Ariquemes, Rede Amazônica Cacoal, TV Centro América Rondonópolis et TV Centro América Sinop, qui ne couvrent chacune qu’une seule commune, de moins de 200 000 habitants. Les deux premières citées se situent en Rondônia, partagé entre six stations alors que l’immense Amazonas n’en compte que deux, au demeurant inégales, une pour Itacoatiara (95 000 habitants) et une pour tout le reste de l’État. On comprend que dans le Sudeste densément peuplé ont ait pu tailler un grand nombre de concessions (São Paulo en a une douzaine), mais la figure 4 montre dans le Nordeste des partages aux géométries étranges. Parfois le partage est simple, comme dans le Ceará (nord/sud), ou le Rio Grande do Norte (est/ouest), voire un monopole (Alagoas ou Sergipe). Mais la carte de certains États laisse perplexe devant tant de complication des tracés, comme à Bahia ou dans le Maranhão, qui ont chacun six stations différentes. On ne peut s’empêcher de penser, quand on connaît un peu la politique brésilienne, que ces concessions et le détail de leur tracé ont dû être âprement négociés avec les grandes familles qui ont un poids considérable dans ces deux États

La diversité des situations peut être illustrée par deux exemples, ceux des stations de la Globo à São Paulo et la TV Mirante à São Luís do Maranhão, à l’aide de figures tirées de l’Atlas de couverture Globo.

Figure 5 Deux exemples de stations de diffusion

Sao Paulo e Sao Luis

La première est celle qui couvre la population la plus nombreuse de tout le pays, près de vingt millions d’habitants, avec une forte proportion de familles aisées (classes A et B) : au total, cette seule zone représente 12% du pouvoir d’achat du pays. À l’opposé, celle de la capitale maranhense a une population bien moins nombreuse (un peu plus de quatre millions d’habitants), plus jeune, plus féminine, plus pauvre (19% de familles à bas et très bas revenus, D et E), si bien qu’elle ne totalise que 1,1% du marché national.

L’atlas répertorie par ailleurs deux catégories de communes qui sont dans une situation particulière, qui en fait les exclus du système, celles qui n’ont accès au signal de la Globo que via satellite, et celles qui n’y ont pas accès du tout

Les communes sans couverture de la Globo ne sont que 80, mais représentent au total 275 850 km2, et un peu moins d’un million d’habitants, dont près de 900 000 téléspectateurs potentiels. Elles sont principalement situées en Amazonie mais il en subsiste encore dans le centre du Paraná et même une dans l’État de São Paulo.

Tableau 2 Communes sans couverture de la Globo, les dix plus peuplées

État Population Dom TV Tel.

potentiels

São Félix do Xingu PA 112.183 25.025 99.629
Tucumã PA 36.975 10.209 35.378
Posse GO 34.293 9.833 32.784
Almeirim PA 33.525 7.559 30.954
Colniza MT 32.174 6.636 22.376
Bagre PA 25.541 3.219 19.096
Campos Belos GO 19.568 5.671 18.768
São João do Rio do Peixe PB 18.068 5.444 17.794
Ribeirão Branco SP 18.009 4.910 16.714
Mangueirinha PR 17.507 5.163 16.689

Les communes qui ne bénéficient que d’une couverture par satellite sont 315, totalisant 583 928 km2 (un peu plus que la superficie de la France), un peu plus de deux millions d’habitants et un peu moins de deux millions de téléspectateurs potentiels. Un nombre non négligeable donc, 1% de la population brésilienne, mais seulement 0,6% du pouvoir d’achat du pays. Dans ces communes un relais VHF/UHF est mis à disposition de la Mairie et l’autorisation est donnée de relayer le signal satellitaire de la Globo, sans que les téléspectateurs aient besoin d’une antenne parabolique.

Tableau 3  Les Communes Couvertes Uniquement Via Satellite

Région États Communes Population Dom

TV

Tel.

Potentiels

IPC

%

Norte 56 480.508 117.409 424.617 0,139
  Pará 5 211.535 46.885 187.968 0,06
  Tocantins 51 268.973 70.524 236.649 0,079
Nordeste 188 1.074.260 282.127 994.843 0,254
  Maranhão 5 39.280 7.468 35.495 0,005
  Paraíba 94 557.494 160.095 547.953 0,149
  Pernambuco 1 14.190 3.333 12.236 0,002
  Piauí 88 463.296 111.231 399.159 0,098
Sudeste 4 34.286 9.585 31.532 0,011
  São Paulo 4 34.286 9.585 31.532 0,011
Sul 8 90.148 27.442 85.905 0,035
  Paraná 8 90.148 27.442 85.905 0,035
Centro-Oeste 59 439.461 124.926 397.666 0,161
  Goiás 44 308.247 91.576 288.832 0,114
  Mato Grosso 15 131.214 33.350 108.834 0,047
Total Brésil   315 2.118.663 561.489 1.934.563 0,6

 

Dans les deux cas les communes concernées sont principalement situées en Amazonie, au long du front pionnier de l' »arc du déboisement », mais on en trouve aussi dans le Sudeste, notamment dans le centre du Paraná, déjà cité.

Figure 6 Téléspectateurs potentiels dans des communes sans couverture de la Globo ou uniquement via satellite

Sem e sat fr

On peut donc tirer de cet atlas de couverture des indicateurs qui en disent long sur les disparités du territoire brésilien, et qui ont en outre l’avantage d’être constamment mis à jour. Ce n’est certes pas son objectif, qui est de vendre de la publicité, comme le disait avec franchise, (voire cynisme) Patrick Le Lay, alors président-directeur général du groupe TF1 (l’équivalent français de la Globo, en moins hégémonique). Il définissait ainsi ce que sa chaîne de télévision vendait à ses annonceurs : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible »[5]. Si pour se vendre à ses annonceurs la Globo a éprouvé le besoin de produire un document aussi riche d’enseignements et dont on peut tirer – en en faisant un usage détourné – un usage scientifique et désintéressé, qu’elle en soit remerciée. Elle n’est pas connue – c’est un euphémisme – par la densité de son contenu culturel, mais par cette publication elle nous offre un outil bien utile.

[1] http://celebridades.uol.com.br/ooops/ultimas-noticias/2015/09/14/feltrin-record-e-sbt-ameacam-globo-no-ibope-nem-sonhando.htm

[2] http://otvfoco.com.br/em-marco-audiencia-de-globo-sbt-e-record-ficaram-estagnadas/#ixzz3nDvgSx2r

[3] http://noticiasdatv.uol.com.br/noticia/mercado/globo-futura-r-11-5-bilhoes-dez-vezes-mais-que-record-e-sbt-2179#ixzz3nDtYEoVn

[4] http://comercial2.redeglobo.com.br/atlasdecobertura/paginas/home.aspx?mp=Brasil

[5] Cité par Les associés d’EIM, Les dirigeants face au changement, Éditions du Huitième jour, 2004