Archives par mot-clé : café

La conquête de l’État de São Paulo vu par des cartes anciennes (1837-1932)

Alors que l’État de São Paulo, aujourd’hui peuplé de plus de quarante millions d’habitants est devenu le centre de gravité de l’économie brésilienne, il peut paraître étrange de lire sur des cartes de son territoire à la fin du XIXe siècle les mentions « territoire inconnu », « terres peu explorées », « terres inhabitées », voire « terrains occupés par des indigènes féroces ». C’est que sa très rapide croissance démographique (tableau 1) et économique ne s’est produite qu’après l’arrivée des chemins de fer qui ont permis l’exportation en masse du café et le déclenchement d’une conquête pionnière de tout l’ouest de l’État, dans des zones en effet encore peuplées uniquement d’Indiens (ceux qui avaient échappé aux raids des chasseurs d’esclaves) près de quatre siècles après l’arrivée des Portugais, en 1500.

Rassembler et observer une série de cartes anciennes (datées de 1837 à 1910) permet d’observer  cette avancée du peuplement, de la vague pionnière du café et des chemins de fer qui en ont assuré la logistique, série à laquelle ont  été ajoutées deux images produites au moment où l’État, enivré par son succès, avait envisagé de se séparer du Brésil et de prendre son indépendance.

Tableau 1 Population de l’État de São Paulo et du Brésil

 

État de

São Paulo

Brésil Proportion

(%)

1872 837 354 10 112 061 8,28
1890 1.384 753 14 333 915 9,66
1900 2 282 279 17 318 556 13,18
1920 4 592 188 30 635 605 14,99
1940 7 180 316 41 236 315 17,41

Source: recensements démographiques

La première carte représente la Province de São Paulo au début de l’Empire (1822-1889). En février 1835, les membres de l’Assemblée législative provinciale de São Paulo ont approuvé le projet de produire une carte de la Province. Deux ans plus tard, en 1837, a été publiée la « Carte chorographique de la province de São Paulo », conçue par Daniel Peter Müller, maréchal retraité du corps des ingénieurs. La carte a été lithographiée à Paris et, selon Cavenaghi (2006), elle a été la première forme officielle de représentation et de promotion de l’image du territoire de la Province (État après 1891). C’est un témoignage cartographique rare de la Province quand  elle incluait encore le Paraná, qui a obtenu son indépendance en 1853. Sa population était à l’époque de 326 000 habitants, moins du centième de sa population actuelle. C’est sur cette carte qu’apparaît pour la première fois dans l’Ouest la mention « Sertão Desconhecido« , (sertão inconnu), le sertão étant l’équivalent de la brousse africaine, de l’outback australien, du bled algérien ou de la wilderness américaine, des régions de l’intérieur des terres, peu peuplées, mal connues et encore assez mystérieuses.

Figure 1 Daniel Pedro Müller, Mappa Chorographico da Provincia de São Paulo (1837)

Paris: Alexis Orgiazzi, c.1841. 1 mapa: 148 x 140 cm. Acervo do Arquivo Público do Estado de São Paulo. Fundo IHGSP, http://lemad.fflch.usp.br/node/3826

La deuxième carte est extraite du premier atlas géographique de l’Empire brésilien, publié en 1868 par Cândido Mendes, le premier au Brésil, dont la figure 2 représente la province de São Paulo. On notera non seulement qu’elle est littéralement « orientée » (le haut de la carte correspond à l’Est, pas au Nord et que la planche inclut des plans des villes de São Paulo et Santos (le port principal), mais aussi que cette fois les régions occidentales sont présentées comme des « terrains occupés par des indigènes féroces »  (Terrenos occupados pelos indígenas feroses).

Figure 2 Cândido Mendes, Provincia de São Paulo, Atlas do Império do Brazil, 1868

Les premières cartes modernes de la Province ont été publiées à partir du milieu des années 1870. Jules Martin[1] en a lancé trois éditions différentes en 1875, 1876 et 1877. La Carta Ilustrada da Província de São Paulo, en 1875, fut la première image du territoire largement diffusée. Les journaux soulignaient que ce serait la carte existante la plus complète de la Province, et qu’elle serait corrigée et complétée par diverses données. La vente était proposée en deux formats, de prix assez élevé, sur papier et sur tissu, la seconde étant destinée aux voyageurs.

L’année suivante, en 1876, la même carte était vendue sous le titre « Guide des voyageurs dans la Province de S. Paulo », cette fois à un prix plus abordable. Comme la carte imprimée sur tissu, le titre indique bien l’intention de Martin et le format répond à cette demande puisque, une fois repliée, elle a un format commode de 15,2 sur 10,4 cm. Le voyage est en effet un facteur crucial pour la production de la plupart des cartes de cette époque, et celle-ci est directement liée à l’expansion des chemins de fer, les entreprises ferroviaires ayant commandé de nouvelles études géographiques afin de construire leurs lignes.

Sur cette carte, tout en indiquant la topographie, les rivières et les villes de la Province, Martin décrit en trait plein les chemins de fer construits et par des lignes pointillées ceux qui sont prévus. Traversant au nord-ouest tout le « territoire inconnu », vers les Provinces de Goyaz (aujourd’hui Goiás) et Minas Geraes (Minas Gerais), elles sont ainsi une première manifestation  d’un aspect récurrent des cartes produites par Martin, la projection d’éléments futurs dans ses images. La mention « Terrenos Desconhecidos » (Terres inconnues) continue à y remplir une grande partie du territoire, mais de nouvelles villes y apparaissent comme Araraquara, Jaboticabal et Barretos, étapes de la «marche civilisatrice» vers la région nord-ouest de la province. La représentation du Rio Grande, la frontière entre les Provinces de São Paulo et du Minas Gerais, était loin d’être une réalité cartographique précise, mais reflétait le besoin de montrer l’extension réelle du territoire.

Martin produit enfin, en 1877, une nouvelle version de la carte de la Province la « 3e édition corrigée, agrandie et illustré avec 30 vues des principaux édifices de la capitale et tous les chemins de fer ». Il propose d’envoyer la carte aux acheteurs par la poste, sans frais supplémentaires, ce qui suppose qu’il vise un marché plus large que la seule ville de São Paulo. La cartographie de São Paulo avait donc commencé, dans le dernier quart du XIXe siècle, à attirer l’attention d’un plus grand nombre d’utilisateurs, et il est significatif que Jose Maria Lisboa ait publié en 1878 une nouvelle carte provinciale de Martin en pièce jointe à son Almanach Litterario. Elle avait pour but de promouvoir la représentation de la Province telle qu’elle était connue à ce moment et Lisboa a toujours soutenu que la plupart des documents publiés dans le ses almanachs était actualisés grâce à la collaboration de ses lecteurs, avec qui était en contact par correspondance. Un almanach est en effet un ouvrage de consultation permanente, qui contient des informations sur le calendrier religieux, les horaires des trains, entre autres, et était vendu à  un prix accessible à une grande partie de la population

Figure 3 Jules Martin, Carta da Provincia de S.Paulo (1877)

Litografia, 32cm x 21cm (LISBOA, 1983, p. 208). http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

La carte de la province de São Paulo 1882 de Claudio Lomellino de Carvalho présente une caractéristique différente de ses prédécesseurs depuis Müller, elle réduit la partie de la province classée comme «inconnue». Le mot sertão n’est plus présent, la désignation retenue est plus neutre que celle de Candido Mendes en 1868 et s’adapte aux exigences de la mise en valeur. Ces zones inconnues sont classées comme «terrains», ce qui indique une possibilité de possession et de colonisation, il n’est plus question de la menace des indigènes.

Figure 4 Provincia de S. Paulo, Cláudio Lomellino de Carvalho (1882)

Acervo da Biblioteca da Faculdade de Economia, Administração e Contabilidade da Universidade de São Paulo, São Paulo, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

La « Carta da Provincia de São Paulo » a été établie par C. D. Rath em 1877, em noir et blanc. Cette version colorisée a été produite par le gouvernement provincial en 1886 et faisait partie de la « Carteira do Viajante » (Portefeuille du voyageur). Les régions non encore occupées du nord-ouest sont qualifiées de « sertão pouco conhecido e ocupado pelos indígenas » (« brousse peu connue et occupée par les indigènes ». Le choix de nuances de bleu pour les Provinces voisines comme pour la mer donne l’impression que celle de São Paulo est une île.

Figure 5 Carta da Provincia de São Paulo, C. D. Rath (1886)

http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

L’expansion des plantations de café a déclenché un long processus de croissance économique et sociale qui a duré plus d’un siècle. Intensifiée par la construction de chemins de fer, à partir de 1866, elle a été responsable de l’occupation de grandes zones de l’Ouest de São Paulo et de la fondation des dizaines de villes, à mesure de l’avancée des rails. La carte de la Province São Paulo de 1886, organisée par la « Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo » (Société pour la promotion de l’immigration à S. Paulo) était destinée à faire de la publicité pour attirer des immigrants dans les nouvelles zones d’occupation. Le document fait apparaître les chemins de fer et mentionne la distance de chaque ville par rapport au port de Santos, des données climatiques et des informations sur la géographie. Tout le nord-ouest de la Province est caractérisé comme « terres inhabitées », bien qu’y vivent encore quelques Indiens.

Figure 6 Mappa da Provincia de São Paulo mandado organisada pela Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo (1886)

Acervo Apesp, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

La figure 7 est un extrait d’une carte du Brésil, publiée en 1892, peu après la proclamation de la République (1889). Les lignes de chemin de fer y sont bien visibles, le nord-ouest de l’État est indiqué comme « Terrenos pouco explorados » (ce qui peut se traduire tant par « terres peu explorées » que par « terrains peu exploités »). La population de l’État était alors d’un peu moins de 1,4 millions d’habitats sur les 14 millions que comptait le pays.

Figure 7 Mapa extraído da Carta da Republica dos Estados Unidos do Brazil (1892)

http://www.historia-brasil.com/mapas/1892/imagens/brasil-1892.jpg

Au début du XXe siècle a commencé un nouveau cycle migratoire de grande intensité, marqué en particulier par l’arrivée d’Italiens, d’Allemands, d’Espagnols et de Japonais (dont le premier groupe arriva en juin 1908). Toute une infrastructure avait été mise en place pour les recevoir au port de Santos et les transporter directement vers les plantations de café et d’autres zones agricoles de São Paulo et d’autres États du Sud. En janvier 2008, le Secrétariat à l’Agriculture de l’État de São Paulo a lancé la publication mensuelle, O Immigrante, en portugais, espagnol, français, anglais, italien, allemand, polonais et ancien letton, avec des photos prises sur le parcours des immigrants du port de Santos vers les fermes et les colonies de l’intérieur. La couverture porte une carte de facture médiocre où le contour de l’État est très approximatif mais où du moins sont représentés les courants migratoires convergeant vers São Paulo. Les Paulistes étaient alors 2,3 millions sur 17 millions de Brésiliens.

Figure 8 couverture de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Sur la carte qui figure dans ce premier numéro de O Immigrante (figure 10) se détachent les colonies déjà installée ou en projet, les chemins de fer construits, en construction ou en projet. L’un d’entre eux traverserait de bout en bout la région nord-ouest, devenue « zona pouco conhecida » (zone peu connue). De part et d’autre de la carte des carrés de couleur situent la superficie de l’État de São Paulo et la population du Brésil par rapport à celles de pays européens.

Figure 10 Carte extraite de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Exemplar no acervo do Arquivo do Estado de São Paulo, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

Sur la carte de l’Atlas de Francisco Ignacio Homem de Mello, de 1909 (figure 8), apparaît désormais la vallée du Paranapanema, au sud, rapprochant ainsi le format de l’État de São Paulo de ce qu’il est représenté aujourd’hui. La connaissance du territoire progresse, notamment dans la région du nord-ouest, qui n’est plus une terra incognita. Y apparaît São José do Rio Preto, fondée officiellement en 1852, bien que la ville ait été connue depuis au moins 1858 comme Curato Jaboticabal. Il y a donc clairement une évolution dans la collecte et l’organisation de l’information cartographique, et une préoccupation visible de la délimitation des territoires des Provinces.

La production de café avait alors déjà occupé une longue bande sud-nord, à la lisière entre le territoire officiellement connu et la frontière pionnière, et il était nécessaire de montrer les zones conquises et de faire disparaître les derniers « blancs » de la carte. Sont identifiées les routes maritimes reliant le port de Santos aux principales villes du pays et du monde entier, les chemins de fer existants, en cours d’exécution et à l’étude, les principales colonies agricoles et diverses statistiques économiques.

Figure 9 Francisco Ignacio Homem de Mello, Estado de São Paulo, 1909

Gravé por A. Simon – Paris. Impressão litográfica, 32cm x 50cm, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Sur la remarquable carte de 1910 publiée (en français) par la Commission Géographique et Géologique de São Paulo (figure 10) sont distinguées les zones encore en forêts et les différentes déjà implantées: café, canne à sucre, coton, riz et autres. Les chemins de fer des différentes compagnies (Paulista, Mogiana, Sorocobana, Noroeste) sont distinguées par un code de couleur, ce qui fait apparaître leurs zones d’influence, dont Pierre Monbeig (1937 et 1952) a bien montré qu’elles étaient âprement disputées. L’exemplaire dont a été tirée la figure est conservé à la National Diet Library, la bibliothèque de la Chambre des Députés du Japon, pays qui envoyait alors de nombreux migrants vers São Paulo. Il a été scanné et publié à haute définition, ce qui permet d’en observer les moindres détails.

Figure 10 Carte générale de  l’État de São Paulo, Commission Géographique et Géologique de São Paulo (1910)

Lith. Laporte et Dosse, Anvers, Copyright © 2009- National Diet Library. Japan. All Rights Reserved, http://www.ndl.go.jp/brasil/data/R/010/010-001r.html

Au cours de la República Velha (Ancienne République, 1889-1930), l’occupation de  l’intérieur s’est intensifiée et a atteint les limites ouest et nord de l’État. La population de l’État a doublé de 1900 à 1920 (passant de 2,3 à 4,6 millions d’habitants et elle serait de 7,2 millions en 1940). Dans le même temps 109 communes ont été créées, soit près du double du nombre antérieur, et l’on avait atteint le nombre de 224 en 1930. Outre l’expansion continue de la production de café, le  motif principal de la création de nouvelles communes était la plus grande autonomie dont elles jouissaient désormais avec l’élargissement de leurs compétences et la hausse de la perception des impôts.

L’État de São Paulo voit donc s’accroître sa puissance économique et son poids politique, au point de dominer, en partie, le pouvoir central. Celui-ci était alors marqué par l’alternance de présidents originaires de São Paulo – représentant les intérêts des planteurs de café – et du Minas Gerais – représentant ceux des éleveurs – et a de ce fait été qualifiée de « politique du café au lait ». Mais en 1930 les Paulistes décidèrent de rompre l’alternance, ce qui déclencha une révolte contre eux d’une coalition d’États et un coup de force mené par Getúlio Vargas, qui s’empara du pouvoir et ne le rendit qu’en 1945.

La période qui a suivi (1930-1945) a donc été marquée par de vives tensions et la tentative, en 1932, de sécession de l’État de São Paulo qui, faute de pouvoir dominer le Brésil, décida de s’en séparer, ce qui donna  lieu à de nombreuses publications à la gloire de l’État, dont la carte routière de la figure 11, ou celui-ci est représenté par une jeune femme, dont le visage est parcouru par les principales routes de la région du café tandis que les régions du nord-ouest sont recouvertes par un foulard aux couleurs du drapeau de São Paulo.

Figure 11 Plano de viaçao de rodagem do estado de Sao Paulo, Revoluçao constitucionalista (1932)

O Diario, http://humanasmogi.blogspot.com.br/2014/02/caminhos-antigos-viii.html

La figure 12 est carte est clandestine, qui a failli causer l’arrestation de son auteur et la fermeture de l’imprimerie. Après la répression de la tentative de sécession de 1932, toute personne qui aurait osé imprimer une carte São Paulo « Constitutionaliste » (comme s’auto-proclamait le mouvement sécessionniste), prenait des risques. Et celle-ci a été retrouvée 45 ans après dans le faux plafond où un imprimeur apeuré l’avait caché. Sur l’original on voit clairement les armées de São Paulo et du reste du Brésil, avec leurs drapeaux et les avions qui menaçaient de bombarder la ville. Dans le coin gauche, entre un bandeirante (les premiers explorateurs – et chasseurs d’esclaves – partis de São Paulo) et un soldat constitutionnaliste, un cartouche porte les mots « Ceci est la véritable carte de la révolution qui a eu lieu à São Paulo dans l’année MCMXXXII ».

En 1972 les éditions Hamburg prirent le contrôle de la Weiss et Cia Ltda, une des plus anciennes imprimeries au Brésil. Comme son bâtiment était vétuste, des travaux étaient nécessaires et quand on enleva le faux plafond on trouva parmi les gravats un rouleau de papiers. Des employés âgés reconnurent, grâce aux initiales JWR écrites dans le coin droit, le travail de Wasth José Rodrigues, le premier illustrateur de Monteiro Lobato. Ils racontèrent qu’une fois la « révolution » terminée, des soldats étaient venus perquisitionner l’imprimerie, car le propriétaire avait été dénoncé pour avoir imprimé une carte « séparatiste ». Les matrices, de lourdes pierres de 30 à 40 kilos, avaient été brisées sur place, mais certaines cartes, des œuvres d’art imprimées en six couleurs (aujourd’hui on en utilise au maximum de quatre) ont été préservées et cachées.

Figure 12 Carte de la période de la Revolução Constitucionalista (1937)

http://vejasp.abril.com.br/cidades/oitenta-anos-revolucao-1932/

La sécession, réprimée militairement, ayant échoué, les élites dirigeantes de São Paulo choisirent un autre chemin, la modernisation de leur État, pour en faire – au lieu de s’en séparer – le plus avancé du pays, ce qui se traduisit entre autres initiatives par la fondation de l’Universidade de São Paulo, l’USP. Les cartes de son territoire furent elles aussi améliorées, notamment après la fondation de l’IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística) et sont aujourd’hui aux normes les plus récentes, mais on ne peut s’empêcher d’avoir la nostalgie du temps où elles portaient des mentions rappelant les hic sunt dracones ou hic sunt leones (« ici il y a des dragon » ou « ici il y a des lions »), expression utilisée par les cartographes romains et médiévaux pour annoter les zones inconnues de leurs cartes.

Sources

Beier, José Rogério, “Os aldeamentos indígenas paulistas na representação cartográfica de Daniel Pedro Müller (1837)”, Oficina de Cartografia Histórica, http://lemad.fflch.usp.br/node/3838

Cavenaghi, Airton José “O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana”, Anais do Museu Paulista: História e Cultura Material, vol.14 no.1 São Paulo Jan./June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Cursos de Turismo e Engenharia de Energia, http://www.rosana.unesp.br/#!/pesquisa/laboratorio-de-patrimonio-cultural/projetos/projeto-memoria-ferroviaria-pmf/documentos—relatorios/mapas/

Exposicao Cenarios  As cidades do interior de São paulo no começo do sculo XX, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

Leite, Mateus Pavan de Moura, Jules Martin : mapas litográficos de São Paulo, http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

Mapa de uma revolução, http://tudoporsaopaulo1932.blogspot.com.br/2013/12/o-mapa-de-uma-revolucao.html

Monbeig, Pierre, « Les voies de communication dans l’État de São Paulo (Brésil)”, Bulletin de l’Association de géographes français, 1937, Vol.14,  N° 102,  pp. 9-16, http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1937_num_14_102_7005

Monbeig, Pierre, Pionniers et planteurs de Sao Paulo, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n° 28, 1952.

O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

[1] Jules-Victor-André Martin (Montiers1832 – São Paulo 1906). Peintre, professeur, architecte, lithographe et entrepreneur, arrivé à São Paulo em 1868, il y monta en 1871 un des premiers ateliers de lithographie qui reçut en 1875 de l’Empereur Pedro II le titre de « lithographie impériale ».