Archives par mot-clé : Amazonie

Les Indiens manifestent à Brasília : images et enjeux

Le mardi 25 avril 2017 une grande manifestation a rassemblé des milliers d’Indiens le bâtiment du Congrès national[1], à Brasília : plus de 4 000 selon les organisateurs de la manifestation (la police n’a pas donné d’estimation officielle). Au-delà des images spectaculaires – peintures de guerre et coiffes de plumes, arcs et flèches devant les monuments modernistes dessinés par Oscar Niemeyer pour la nouvelle capitale, inaugurée en 1961 – c’est l’occasion de se demander pourquoi les plus anciens occupants de qui est aujourd’hui le Brésil ne sont pas satisfaits de la place qui leur y est laissée, et éprouvent le besoin de le faire savoir.

Leur but était cette fois de protester contre le gouvernement du président Michel Temer et de réclamer des progrès dans la démarcation des territórios indígenas (les réserves indiennes dans la terminologie brésilienne). Vers 15h30, ils se sont avancés sur la pelouse située devant le Congrès mais ont été empêchés par la police anti-émeute d’accéder à l’entrée de la Chambre des Députés et du Sénat. Ils ont néanmoins réussi à briser le blocus et sauté dans la pièce d’eau qui ceinture le bâtiment pour y jeter des cercueils symbolisant les ethnies indiennes disparues au cours des dernières décennies. La police a alors riposté avec des gaz lacrymogènes et dispersé les participants.

Figure 1 Les Indiens pointent leurs flèches sur le palais présidentiel

Lula Marques/ Fotos Públicas, https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html et http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

Figure 2 Les caciques, portant les traditionnelles coiffures de plumes

Raoni http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio e http://www.ebc.com.br/noticias/brasil/2013/10/indios-fazem-manifestacoes-na-esplanada-dos-ministerios

Figure 3 Les chamanes procèdent aux invocations rituelles et les cercueils rappellent les ethnies disparues

Dida Sampaio/Estadão, http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,policia-usa-bombas-para-dispersar-manifestacao-de-indios-em-frente-ao-congresso,70001751516 et http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

Cette manifestation n’était toutefois pas la première du genre et rappellent notamment celles de 2015

Déjà en 2015

Le deuxième jour de la 11ème édition du Campement de la Terre Libre (13-16 avril 2015), environ 1 500 Indiens d’Amazonie, du Nordeste, du Centre-Ouest, du Sudeste et du Sud du Brésil avaient défilé sur l’Esplanade des Ministères en essayant d’attirer l’attention de la présidente Dilma Rousseff sur leur cause. La police militaire – portant casques, boucliers, armures et matraques – avait alors protégé la Cour suprême, l’objectif symbolique des manifestants de la « Mobilisation Nationale Autochtone ».

Pedro Alexandre Sanches (2015) raconte avoir vu, devant le Palais Itamaraty (siège du Ministère des Affaires Étrangères), les motos des voltigeurs de la police slalomer au milieu des archers, des caciques et des chamanes. Un des caciques avait alors barré la route d’une des motos qui tentait d’entrer dans la procession, en répétant un seul mot : « Respect ! Respect ! Respect !». Selon son récit, la manifestation était pacifique, sans vandalisme, les militants lui donnaient une tonalité de célébration, de danse, de chant, de fête. Des familles entières marchaient ensemble, avec des enfants, des adolescents, des couples âgés, main dans la main. La sonorisation annonçait le passage des divers groupes ethniques, chacun avec ses traits distinctifs : Tupinambás, Pataxós, Xucurus, Araras, Guarani-Kaiowá, venus de tout le pays, du Rondônia, du Roraima, du Pará, du Tocantins, du Mato Grosso, du Mato Grosso do Sul, de la Bahia, du Paraná.

Selon Marcello Pellegrini (2015) les Indiens, les corps peint en rouge de pâte d’urucum (roucou) et portant arcs, flèches et massues, avaient alors demandé et obtenu des réunions avec de hauts responsables brésiliens, comme Michel Temer, alors vice-président, le président de la Chambre des Députés et des juges de la Cour suprême fédérale (STF). Ils ont dû avoir recours à ces pressions externes car ils n’ont plus de représentant au Congrès, le dernier était Mário Juruna, élu en 1983: sans représentation, ils n’ont pas les moyens de contrer au Congrès les intérêts de la bancada ruralista, le groupe parlementaire des grands propriétaires, qui réclame, en justice ou par les armes, des terres dont les Indiens disent qu’elles leur appartiennent.

Figure  4 Les Indiens affichent leurs revendications

Traduction des slogans : « La démocratie c’est de délimiter toutes les terres indigènes » et « Fin du génocide, longue vie aux Indiens, aux fleuves et aux arbres ». Photo 1 Mário Vilela/Funai, http://www.funai.gov.br/index.php/comunicacao/noticias/3580-indigenas-ocupam-congresso-nacional-contra-pec-215-presidente-da-camara-plano-matopiba-e-paralizacao-de-demarcacoes et http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

Le point de vue officiel et celui des Indiens

Au Sénat, les rencontres avec les Indiens sont pourtant fréquentes, à en croire, sur son site (photos à l’appui), la « galerie »[2] du « Jour de l’Indien » (Dia do Índio). Selon celle-ci les Indiens viennent régulièrement au Sénat pour participer aux débats sur la délimitation de leurs terres et des questions relatives à la Journée de la lutte des peuples autochtones. Ils ont assisté à des débats tenus par la Commission des droits de l’homme sur de meilleures conditions pour l’éducation et la santé publique dans leurs territoires, ou sur les problèmes causés par le décret qui a remodelé la Funai (Fondation Nationale de l’Indien) et supprimé ses administrations régionales.

Figure  5  Des leaders indiens présentent leurs revendications au Congrès

Foto: Marcelo Camargo/Agência Brasil http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio  et https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html

Figure  6 Des leaders indiens sont reçus par les présidents successifs du Sénat

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

Le point de vue des Indiens, transmis par Mônica Carneiro et Matheus Alencastro sur le site de la Funai, est quelque peu différent. Selon Sonia Guajajara, de l’Association des peuples autochtones du Brésil (APIB), le mouvement indigène est mobilisé depuis le début de l’année 2015 : « Des délégations se sont relayées chaque semaine, chaque mois, tout au long de 2015, pour protester contre la PEC 215 [voir ci-dessous], contre les projets miniers, pour protester contre les autres mesures qui sont discutées ici et qu’ils peuvent voter à tout moment ». Neguinho Truká ajoute que « la Chambre des Députés est la grande menace pour les peuples autochtones du Brésil ».

Présent à la manifestation de 2015, le cacique Babau, du peuple indigène Tupinambá (dans l’état de Bahia, une région marquée par d’intenses conflits fonciers avec les agriculteurs) avait dit, lui aussi, que les populations autochtones devaient revendiquer leurs droits à Brasilia, exprimer leur insatisfaction à l’égard de la bancada ruralista, et demander la régularisation des territoires des communautés traditionnelles. « Assez de concentration des terres entre les mains des puissants. Donnez la terre qui leur revient à ceux qui y vivent, et veulent y prospérer » insistait-il.

Les Indiens qui vivent dans le cerrado (savanes arborées) ont également manifesté contre le plan de développement dit « Matopiba », un mot-valise utilisé pour désigner une zone géographique qui couvre en partie les territoires du Maranhão, du Tocantins, du Piauí et de la Bahia. Elza, représentant des populations autochtones Xerente, avait souligné que son peuple n’acceptera pas le plan : « Nous sommes là pour qu’ils voient que nous existons et que nous n’acceptons pas Matopiba, qui détruit la nature, nous prend notre eau. Nos peuples autochtones vivent des fruits qui poussent dans le cerrado ».

La cacique Nega Kanela, qui vit à Araguacema (Tocantins) sur des terres non encore régularisées, expliquait en outre que la défense du cerrado ne devait pas seulement être le fait des seuls peuples autochtones et des communautés traditionnelles, mais de tout le peuple brésilien. « Le Matobipa pour nous est comme une nuée de sauterelles, il détruira toutes les forêts. Aujourd’hui, nos cours d’eau sont déjà à sec, en raison de l’action de la bancada ruralista. Il y a trop de soja, trop de canne à sucre, maintenant les plantations d’eucalyptus viennent détruire ce qui nous reste. Alors nous, les peuples autochtones défendons le Cerrado […]. Nous ne le protégeons pas seulement pour nous, mais pour toute la population. Parce que le réchauffement climatique est déjà là, et Mapitoba va détruire le peu de cerrado qui nous reste ».

Les acteurs et les enjeux

La frustration des Indiens s’est aggravée parce que bien peu de ce que Dilma Rousseff avait promis au cours de la campagne électorale de 2014 a été réalisé. En octobre de cette année, elle avait publié une « Lettre aux peuples autochtones du Brésil », dans laquelle elle avait réaffirmé son engagement en faveur de la démarcation des terres, de la santé et de l’éducation des autochtones. Le document avait été reçu par eux comme une demande de « deuxième chance » du gouvernement de Dilma, son premier mandat (2011-2014) est celui qui a connu le moins de démarcation de terres depuis le retour à la démocratie, en 1985, ce qui est considéré comme « un tournant historique » par l’ancien président de la Funai, Marcio Santilli : seulement 10 terres délimitées et 11 homologuées (la dernière étape), contre 51 et 21 sous Lula). Et depuis lors, la situation n’a fait qu’empirer.

La Funai, responsable de la protection et de la promotion des droits des Indiens, a vu son budget baisser de 174 millions de Reais en 2013 à 154 en 2014 (de 52 à 46 millions d’Euros) et le nombre de ses employés permanents a diminué de 2 396 à 2 238. En outre, elle a été en situation de précarité institutionnelle pendant la majeure partie du gouvernement Dilma, elle a eu un président intérimaire pendant près de deux ans, fait sans précédent dans son histoire. C’est pourquoi l’Association des peuples autochtones du Brésil (Apib) avait envoyé, le 15 avril 2015, une lettre à la Président, qui exigeait l’accomplissement des promesses de campagne et demandait « aucun droit en moins, aucun retour en arrière, plus de droits et plus de marche en avant ».

Figure 7 La lettre des Indiens à Dilma Rousseff

https://mobilizacaonacionalindigena.files.wordpress.com/2015/04/carta-pc3bablica-da-mobilizac3a7c3a3o-indc3adgena-nacional-c3a0-presidente-dilma-15-de-abril-2015.pdf

La PEC 215

À la Chambre des Députés, des parlementaires de la bancada ruralista ont réactivé la Commission spéciale créée pour étudier la proposition d’amendement constitutionnel (PEC) 215. Si elle est approuvée, celle-ci retirera à l’exécutif l’exclusivité de la démarcation des terres indiennes et partagera ce pouvoir entre lui et le Congrès. Cette initiative est interprétée par les dirigeants indiens comme un moyen de retarder la démarcation, déjà lente, des terres indiennes et selon Rui Daher (2014), ce serait comme donner au renard les clés du poulailler.

L’objet principal du litige est la possession des terres fédérales réservées à l’usage exclusif des Indiens et l’argument principal de la bancada ruralista repose est que, selon les données de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique), 13 % du territoire national sont déjà réservé aux Indiens, qui représentent moins de 0,5% de la population. Sans mentionner, toutefois,  que 98,5 % de ces terres sont situées en Amazonie et que la délimitation des réserves n’empêche pas complètement la spéculation immobilière, l’avancée des chercheurs d’or, des bûcherons ou même le lancement de grands projets publics et privés pour l’exploitation minière et l’énergie hydraulique.

Dans le même temps, la justice se prononce régulièrement sur les conflits en cours, et pas toujours en faveur des Indiens. En octobre 2014, le STF (Supremo Tribunal Federal, la Cour suprême brésilienne) a décidé d’annuler deux reconnaissances des terres occupées traditionnellement par les peuples Guarani-Kaiowá et Terena, dans le Mato Grosso do Sul, et Shin-Apãnjekra dans le Maranhão. De l’avis des juges, la promulgation de la Constitution de 1998 était la date-limite pour reconnaître le droit des autochtones à occuper le territoire. Autrement dit, les Indiens qui n’avaient pas fait reconnaître leur occupation avant 1988 n’ont aucun droit à la terre.

« C’est une décision absurde, qui ne prend pas en compte l’histoire du conflit dans le pays », dit le cacique Lindomar Terena. « Comment aurions-nous pu être sur le terrain en 1988 alors que nous en avons été expulsés et transférés vers des réserves ? ». Le juge du STF Dias Toffoli a déclaré que le recours au pouvoir judiciaire n’est pas la meilleure façon de résoudre des problèmes comme celui-ci. « En justice, il n’y a pas de moyen terme, l’un ou l’autre gagne, ce qui ne résout pas le conflit. Idéalement, ce serait à l’État d’intervient pour créer trouver une solution arbitrée »

Le nœud du problème, la démarcation des terres indiennes

Le processus de démarcation, régi par le décret n° 1775-1796, vise à identifier et signaler les limites du territoire traditionnellement occupé par les peuples autochtones. En vertu du même décret, la délimitation des terres traditionnellement occupées par des autochtones passe par les étapes suivantes, de compétence du pouvoir exécutif [3]:

  1. études d’identification et de délimitation, à la charge de la Funai ;
  2. études administratives « contradictoires » (prenant en compte les points de vue opposés) ;
  3. déclaration des limites, sous la responsabilité du Ministre de la Justice ;
  4. délimitation physique, à la charge de la Funai ;
  5. enquête foncière évaluation des améliorations mises en œuvre par les occupants non indigènes, à la charge de la Funai, conjointement avec l’enregistrement des occupants non indigènes, à la charge de l’INCRA (Institut national de colonisation et réforme agraire) ;
  6. approbation de la démarcation, à la charge de la Présidence ;
  7. expulsion des occupants non indigènes, avec indemnisation des améliorations jugées faites de bonne foi, à la charge de la Funai, et réinstallation des occupants non-autochtones qui correspondent au profil de la réforme agraire, à la charge de l’INCRA ;
  8. enregistrement des terres autochtones au Secrétariat du Patrimoine de l’Union, à la charge de la Funai ;
  9. interdiction de l’accès aux zones réservées à la protection des peuples autochtones isolés, à la charge de la Funai.

À l’heure actuelle, selon l’ISA (Instituto Socioambiental)[4] 480 terres autochtones ont été homologuées mais 224 sont toujours en cours de reconnaissance (108 en identification, 44 identifiées et 72 seulement déclarées). La plupart des terres autochtones – 70% – ont donc été reconnues, si bien que le processus est en « phase terminale », selon l’ancien président de la Funai Marcio Santilli (Milanes, 2013). Le problème est que les zones qui restent sont précisément celles où existent des conflits : « souvent, les problèmes de reconnaissance des terres indigènes se concentrent dans des zones où des titres de propriété ont été donnés à des tiers par le gouvernement lui-même », a déclaré Santilli. Les terres auxquelles il fait référence sont des terres publiques, en territoire indien, qui ont été donnés à des squatters pendant la dictature, dans le cadre de la réforme agraire ou d’un projet « intégrer pour ne pas perdre » en Amazonie.

Ces processus traînent depuis des décennies devant les tribunaux, ce qui augmente l’anxiété et les risques de conflits La solution à cette impasse, argumente Santilli, pourrait être accélérée si la Présidence mettait en œuvre des arrangements de compensation entre les Indiens et les colons, au lieu de judiciariser le conflit. « Il est clair que seul le gouvernement peut résoudre un problème qu’il a lui-même créé dans le passé », dit-il.

Cependant, rien n’indique que la Présidence opter pour cette voie. Une vingtaine de terres indigènes attendent depuis des années la signature présidentielle pour être homologuées, une douzaine d’autres processus, sans qu’aucun obstacle administratif ou judiciaire s’y oppose, attendent les décisions déclaratoires du ministère de la Justice. « Le processus doit être repris, parce que la situation est très mauvaise dans tout le pays. Dans le Mato Grosso do Sul nous vivons une violence constante, il y a des gens qui campent sur le bord des routes et des meurtres sont commis chaque jour. […] Les terres indigènes souffrent de situations graves invasion, l’exploitation forestière et minière » explique Sonia Guajajara, coordinatrice de l’Association des peuples autochtones du Brésil (Apib).

En outre, la PEC 215 n’est pas la seule préoccupation pour les Indiens. Circulent au Congrès un projet de loi (PL) et un projet de loi complémentaire (PLP) de contenu similaire, visant à réduire leurs droits en faveur des intérêts de l’exploitation minière et de l’agro-industrie. Le projet de loi 1610-1696, vise à réglementer l’exploitation minière dans les terres indigènes, alors que la PLP 227 crée des exceptions au droit à l’usage exclusif des terres traditionnelles autochtones, en cas d’intérêt public pour l’Union.

Les problèmes de la démarcation

L’anthropologue Beto Ricardo est l’un des fondateurs de l’Institut socio-environnemental (ISA), un chef de file des organisations de défense des droits des autochtones et des populations traditionnelles. Il raconte à un journaliste de Carta Capital (Milanes, 2013) les arrière-plans de la mobilisation rurale et des tentatives de changer la Constitution.

Carta Capital – Pour se défendre, les Indiens manifesteront à Brasilia. Quels sont les enjeux ? Comme se passe ce débat ?

Beto Ricardo […]. Il n’y pas, y a dans le monde entier, un seul cas où le pouvoir législatif procède à la délimitation des terres, c’est typiquement une tâche de l’exécutif. Par le transfert partiel de cette tâche depuis le pouvoir exécutif vers le législatif, la bancada ruralista a l’intention de paralyser le processus ou de retailler les territoires en fonction de critères politiques, ce qui est manifestement contraire à la Constitution. […]. Les Indiens croient que la Constitution actuelle est un pacte entre l’Etat brésilien et son peuple, modifier ce texte, rapidement, de façon nébuleuse et unilatérale, est une rupture de cette alliance […].

CC- Une étude de l’ISA a montré plusieurs autres projets contraires aux droits des peuples autochtones […]. Quelle est la stratégie derrière tout cela ?

BR […] Certaines propositions peuvent fournir un meilleur moyen de chantage contre le gouvernement, comme la PEC 215, pour forcer l’approbation d’autres propositions telles que la PLP (projeto de lei complementar) 227, qui lui est inférieure dans la hiérarchie juridique (elle n’a besoin que d’un plus petit quorum pour son approbation) mais qui est plus dangereuse pour les droits des autochtones, en raison de la portée de ses dispositions […].

Figure 8 Des négociations qui prennent appui sur la Constitution

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

CC – Pourquoi cette réaction contre la Constitution fédérale maintenant, qu’est-ce qui a changé ? C’est la société qui ne veut plus protéger les Indiens, ou ce sont les grands agriculteurs qui ont pris le pouvoir et l’utilisent contre la société ?

BR – Il y a une distorsion de la représentation politique, avec un poids disproportionné, à la Chambre des Députés, des grands exploitants agricoles, dans un pays essentiellement urbain. […]. Au cours des 25 dernières années, les frontières territoriales se sont fermées. Il y a eu une augmentation significative de la mise en réserve des terres publiques fédérales, y compris la reconnaissance des terres autochtones, la création d’aires protégées et d’autres zones spéciales, en parallèle avec l’augmentation exponentielle de l’agriculture. […] Et maintenant les intérêts expansionnistes des grands agriculteurs veulent se développer sur ces terres de l’Union réservées à des destinations spéciales et collective […].

CC – Que signifient ces changements dans la Constitution pour l’avenir ? Plus de conflits ?

BR – La façon de surmonter ou de réduire les conflits est la démarcation des terres, la paralyser signifie perpétuer les conflits, et réexaminer les démarcations signifie rouvrir les conflits déjà surmontés. En brisant le pacte constitutionnel, le Congrès et le gouvernement mettent ces peuples en conflit permanent avec l’État,  la société et la Nation, comme au temps la dictature militaire (1964-1985). Maintenant, les dégâts politiques dans le pays seraient bien plus grands, car on ne peut plus censurer la presse et les mouvements indigènes […].

CC – Quelles sont les similitudes entre l’actuel mouvement contraire aux droits des Indiens et des quilombos[5] et les changements dans la législation environnementale, comme le Code forestier ?

BR – Avec la destruction du Code forestier brésilien, en 2012, les propriétaires fonciers se sont débarrassés de pratiquement toutes les obligations légales relatives à la fonction environnementale de leurs propriétés. Maintenant, ils veulent avancer au-delà de leurs propriétés afin de faire place à l’expansion de la frontière agricole par l’occupation illégale (même si elle est ensuite légalisée) des terres publiques. Cela ne va pas nuire seulement aux Indiens, mais à tout le Brésil. Ils veulent avancer sur les terres autochtones, les quilombos, les parcs nationaux, les réserves de cueillette, les lotissements de réforme agraire pour augmenter leur patrimoine […]. Rappelez-vous aussi que ces sont ces mêmes élites qui ont massacré les Indiens, naguère, et qui veulent recommencer à le faire maintenant, sont les responsables de la création de l’une des sociétés les plus inégales du monde contemporain, de l’une de ses pires concentrations de terres.

Les Indiens sont intégrés à la société nationale brésilienne, que certains le veuillent ou non, et c’est pourquoi ils manifestent à Brasilia, qui est aussi leur capitale. D’où le raccourci saisissant d’ancestrales coiffures de plumes profilées devant les dômes d’Oscar Niemeyer. Et ils sont partie prenante à ses débats, comme ceux qui ont précédé la Coupe du Monde de football Fifa de 2014 : beaucoup d’entre eux supportent la Seleção, l’équipe nationale (et ont été attristés par sa défaite en demi finale), mais beaucoup ont été aussi révoltés par ses coûts astronomiques – gonflés par la corruption – et se sont joints à d’autre segments de la société pour les dénoncer. Une preuve comme une autre de leur appartenance à la nation brésilienne, pour le meilleur et pour le pire.

Figure  9 Symboles, coiffures de plume, dôme du Sénat et futebol

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio et http://copadomundo.uol.com.br/album/2014/05/28/indios-jogam-futebol-durante-protesto-em-brasilia-e-usam-bola-fifa-nao.htm

Bibliographie

Carneiro, Mônica, et Alencastro, Matheus, « Indígenas ocupam Congresso Nacional contra PEC 215, presidente da Câmara e paralisação de demarcações », 16 Dezembro 2015, http://www.funai.gov.br/index.php/comunicacao/noticias/3580-indigenas-ocupam-congresso-nacional-contra-pec-215-presidente-da-camara-plano-matopiba-e-paralizacao-de-demarcacoes

Daher, Rui, Agência Brasil, « Sem pressa para a questão indígena », 25/04/2014

Milanez, Felipe, « Fim de demarcações trará mais conflitos, diz estudioso », Carta Capital, 18/09/2013, https://www.cartacapital.com.br/blogs/blog-do-milanez/fim-das-demarcacoes-vai-provocar-mais-conflitos-mortes-e-inseguranca-juridica-afirma-antropologo-5677.html

Pellegrini, Marcelo, « Índios ocupam Brasília para serem enxergados pelo governo », Carta Capital, 19/04/2015, https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html

Peron, Isadora, « Polícia usa bombas para dispersar manifestação de índios em frente ao Congresso », O Estado de S. Paulo, 25 abril 2017, http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,policia-usa-bombas-para-dispersar-manifestacao-de-indios-em-frente-ao-congresso,70001751516

Sanches, Pedro Alexandre, « A marcha dos invisíveis », Carta Capital, 15 abril 2015, http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

[1] Sous ses deux coupoles et dans ses deux tours il abrite à la fois le Sénat (coupole convexe) la Chambre des Députés (coupole concave).

[2] http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

[3] http://www.funai.gov.br/index.php/2014-02-07-13-24-53

[4] https://terrasindigenas.org.br/

[5] Villages de descendants d’esclaves fugitifs (note du traducteur)).

Histoire d’un pionnier

Messias Lopes de Mello  (1926-2015)Messias de Mello

Le texte qui suit est la traduction de la première annexe de la thèse de doctorat de Neli Aparecida de Mello, fille de Messias Lopes de Mello. Soutenue en 2002 en cotutelle entre l’Université Paris X Nanterre et l’Universidade de São Paulo. La thèse était intitulée « Politiques publiques territoriales en Amazonie brésilienne : conflits entre conservation et développement  » et l’auteure avait jugé opportun – le jury lui a donné raison – de donner la parole à l’un des anonymes concernés par ces politiques, à l’un de ces pionniers sans lesquels ces politiques auraient été sans objet.

Car c’est leur volonté irrépressible d’avancer vers ces terres inconnues qui a permis de les occuper, de les mettre en valeur, d’y construire routes et villes, mais aussi – on ne saurait le cacher – de dégrader sensiblement ses forêts et ses rivières. Messias Lopes de Mello a été un de ceux-là, il a participé de la poussée pionnière au long de la route Belém-Brasília, juste après la construction de la nouvelle capitale. Il a souffert des conséquences du coup d’État militaire de 1964, côtoyé la répression de la guérilla de l’Araguaia. Il a ensuite été de ceux qui ont obtenu des terres au long de la Transamazonienne, à ceci près qu’il a dû ouvrir une route pour les atteindre. Le plan Real de 1994 lui a permis de se retirer honorablement de l’aventure amazonienne et de repartir vers le Sud, concluant un parcours exemplaire.

À la demande de sa fille, Messias a raconté sa vie, dans un cahier d’écolier emprunté à l’un de ses petits-fils. Une autre petite-fille a transcrit le texte sur son ordinateur et l’a envoyé par mail à Paris, son gendre a dessiné la carte qui retrace son parcours. Ce texte a dû être un grand effort pour lui qui n’avait pu aller que quatre ans à l’école, mais le résultat, clair et précis, est informatif et touchant. Cédons-lui donc la parole.

Messias raconte son histoire

Je soussigné Messias de Mello, connaisseur de longue date d’une partie de la route Belém-Brasilia, déclare que vers l’an 1957, je suis parti d’Olímpia, São Paulo, avec mon ami M. Elizeu Denadai, à destination de Buriti Alegre de Goiás, grande région d’élevage, pour y acheter du bétail. De là, nous avons décidé de visiter Goiânia, et avons passé la nuit à l’Hôtel Itajubá, place Araguaia. Nous y avons parlé avec des agriculteurs et ils nous ont informés qu’à Planaltina de Goiás[1] on trouvait des bêtes à bon prix. Nous avons pris la route et quand nous sommes arrivés nous avons trouvé un fermier qui nous a dit avoir un troupeau sur sa ferme, dans la vallée du Paraná. Nous avons commencé à négocier le prix, et dit qu’il nous convenait, mais alors l’agriculteur nous a dit que le système de la région était le suivant : j’avancerais un paiement partiel, il rassemblerait les bœufs et, après 20 jours, je pouvais revenir chercher. C’est qu’on était dans l’arrière-pays et qu’il n’y avait pas de clôtures à cette époque. On élevait les bêtes en liberté, personne n’avait de pâturages fermés, on reconnaissait ses bêtes à la marque faite au fer rouge. Face à ces propositions, nous avons décidé d’abandonner l’affaire.

Nous sommes alors retournés à Goiânia. Nous avons su que la zone de Ceres était une région de pâturages fermés et de bétail de bonne qualité. Nous sommes donc allés à Ceres, on nous avait dit de parler à M. Mariano Rodriguez, agriculteur dans le village de Castrinópolis. Nous avons trouvé des bœufs, mais ils étaient trop jeunes, nous cherchions du bétail plus âgé. Puis il nous a renvoyés à M. Uilton Monteiro da Rocha, propriétaire de la fazenda Matão à Porangatu, sur la route Belém-Brasilia. Quand nous sommes arrivés à la ferme, nous avons été bien reçu et avons commencé à négocier, mais l’agriculteur venait de vendre un troupeau de bovins et nous a dit que, dans 20 à 30 jours il en aurait un autre à nous montrer. Suivant d’autres informations nous sommes allés à Porto Nacional, Miracema do Norte et Cristalândia, des petites villes qui existaient déjà à ce moment-là.

Nous avons décidé d’aller à Cristalândia, à 400 kilomètres de Porangatu et 800 d’Annapolis. La route Belém-Brasilia était gravillonnée par endroits et dans d’autres seulement déboisées et nivelée. En arrivant à Cristalândia, nous avons pris contact avec des agriculteurs, Celso Maranhão et Antenor Aguiar, tous les deux agriculteurs et commerçants. À Cristalândia, en 1958, les transactions commerciales ont été très difficiles parce qu’il n’y avait pas de routes, tout était transporté par bateau sur le Tocantins, vers Belém. Au passage des rapides, il fallait débarquer les marchandises et les mettre sur des bêtes de somme pour contourner l’obstacle. Il y avait une seule alternative, l’avion, qui passait une fois par semaine, allant de Belém à Goiânia, et vice versa, en passant à l’époque par Marabá, Impératriz, Tocantinópolis, Carolina, Filadélfia, Pedro Afonso, Araguacema (au bord de l’Araguaia) et Miracema do Norte. La rive droite du Tocantins était habitée par les Indiens.

Revenant à Goiânia nous avons vu 35 bœufs chez l’éleveur Benedito Almeida et fini par les acheter. À cette époque, il n’y avait pas de banque, donc nous avons dû revenir à Olímpia pour aller chercher l’argent. Et tout l’argent était en liquide. En 40 jours j’ai acheté 750 bœufs.

Dans la même année (1958), nous avons formons un convoi pour acheminer du bétail sur pied. Nous avions quatre bêtes de somme pour transporter tout le matériel, les casseroles et la nourriture, des bobines de fil de fer pour faire un corral chaque après-midi, pour y enfermer les bœufs. On tendait le fil de fer d’un arbre à l’autre, en cercle, et le lendemain, on sortait le bétail et on le comptait. Il n’y avait pas de routes, juste des pistes, et nous devions récupérer le fil de fer attaché aux arbres, l’enrouler en deux bobines et le charger sur les bêtes de somme. Le voyage a duré 47 jours jusqu’au confluent de l’Agua Fria et du Javaé, un des bras de l’Araguaia[2]. Le déjeuner et le dîner étaient pris au bord des ruisseaux et les nuits passées sous les arbres. De tout le parcours nous avons vu seulement quatre maisons, au bord de l’Araguaia.

Figure n° 1 Le parcours de Messias Lopes de Mello

Am_Circuits Messias 2fr

Je suis revenu de la fazenda Agua Fria, près du Javaé, qui à cette époque appartenait au brigadier Clovis Classi, qui je ne connaissais pas, et j’ai loué un camion de la fazenda pour nous emmener à Porangatu et rapporter 100 sacs de sel, la distance était de 200 kilomètres. De cette fazenda jusqu’à l’endroit où nous voulions mettre les bovins à engraisser il y avait 20 km et pas de routes, tout a été transporté par des bêtes de somme.

Le voyage avait déjà duré quatre mois et pour aller de Porangatu à Olímpia, nous avons attendu le camion de M. Eliseu, qui était à Cristalândia pour revenir à Olímpia. Pendant la période d’engraissement des bovins, Eliseu et moi avons transportés des marchandises d’Olímpia à Cristalândia. Nous les avons vendues, acheté des porcs, les avons mis dans le camion et sommes allés les vendre à Rio Verde, Bom Jesus, Itumbiara et Quirinopolis, nous avons vendu à engraisser, parce que ces régions cultivaient du maïs. À cette époque, il n’y avait aucun moyen d’industrialisation du maïs et tout était mis à profit pour élever les porcs. Dans ce commerce beaucoup de gens ont perdu de l’argent, à la fois dans le commerce des marchandises comme dans celui des porcs.

Au bout de 87 jours, les bovins ont été vendus à un commerçant de Belém, Pedro Gomes. Il les a ramenés à Cristalândia, les a fait abattre et transporté la viande par avion à Belém. La vente avait été faite à crédit mais l’acheteur n’a pas honoré l’accord, et il a fallu un an pour obtenir ce que nous avions négocié, sans intérêts ni sans tenir compte de l’inflation[3], si bien que nous avons de nouveau perdu de l’argent. En attendant de recevoir l’argent du bétail nous avons fait commerce des marchandises et de porcs, pendant un an.

Figure n° 2 Camions et routes dans les années 1970

Route et camion

©Hervé Théry 1974 et http://www.clasf.com.br/q/caminhao-mb-toco-boiadeiro/

Quand nous avons reçu l’argent, Elizeu nous nous le sommes partagé et j’ai acheté une petite ferme il à Ceres, de M. Severino Lauriano Botelho, plus ou moins en 1959. Là, je travaillais avec Rubens Marcondes, un ami, il m’a donné de l’argent pour acheter 200 bovins. En 1963, sur cette ferme de Ceres, M. Pinheiro Tunico m’a confié 450 bœufs, en divisant le profit. J’ai donc loué pendant un an une ferme sur les rives du rio Ouro, à Porangatu, pour y mettre les bœufs de M. Tunico. Un an après notre transaction est survenue la révolution[4], Monsieur le Président Joao Goulart a été déposé et sous la direction de l’armée les prix des bovins vivants ont fléchi, à l’époque l’arroba[5] était à 31 000 cruzeiros, elle a chuté à 18 000 cruzeiros. Résultat, personne ne voulait vendre des bœufs à ce prix.

Le gouvernement a alors créé des groupes composés d’un lieutenant et de quatre soldats, qui allaient dans les fermes et avertissaient les agriculteurs que le lendemain les camions allaient ramasser des bovins pour les conduire à l’abattoir. Avant ça les lieutenants étaient allés à la Chambre d’Agriculture ou au Bureau Fiscal et avaient demandé combien de têtes de bétail avait chaque éleveur. Par conséquent, ils réquisitionnaient une partie du troupeau au prix de 18.000 cruzeiros, avec paiement à 30 jours. À l’époque, M. Nego de Mello, notre cousin, le propriétaire de la ferme Santa Amelia à Auriflama, São Paulo, avait acheté 400 bovins à engraisser. L’inspection de l’Armée est arrivée à la ferme et a réquisitionné 250 bœufs, et les a fait abattre à Araçatuba, à l’abattoir Tumaia.

Cette réquisition a duré environ deux ans et demi. Et les affaires, ou plutôt le prix du bétail a subi une forte baisse. Comme j’avais les bœufs de Rubens Marcondes et Tunico Pinheiro en association et partage du bénéfice, au bout d’une année les bœufs étaient engraissés et la seule solution a été de les vendre et de liquider la société. J’ai vendu le bétail, nous avons fait les comptes et couvert les coûts. La dévaluation de l’argent nous a fait du tort et je me suis trouvé face à diverses dépenses liées à la pâture, le sel, aux vaccins, aux médicaments, aux ouvriers agricoles. Cela m’a forcé à vendre la ferme de Ceres pour payer les dettes. Ce qui est arrivé en 1968.

Après avoir remis de l’ordre dans mes affaires, j’ai acheté la fazenda Santa Rosa, à Paraíso do Norte, Goiás[6], avec 500 hectares. J’y ai travaillé pendant deux ans, avec un capital de M. Rubens Marcondes. À cette époque, j’avais aussi une bétaillère, avec laquelle je nourrissais ma maison, en faisant du fret.

En 1976, j’ai vendu 120 veaux à M. Florentino Garcia, à São José do Rio Preto, São Paulo, mais cette année je vivais déjà à Altamira, Pará. La route Transamazonienne avait été récemment construite, il y avait tous les 100 kilomètres un campement avec des machines pour aider sur la route. Souvent, un pont s’effondrait ou il apparaissait de bourbiers, ce qui retardait le voyage entre Altamira et Araguaina d’au moins dix jours. C’était un tronçon de 800 km, passant par São Domingos et São Geraldo do Pará, par une route très mauvaise, que l’Armée avait ouverte dans la forêt, en passant près de la Serra de Andorinha.

Cette route a été faite au moment de la révolution pour arrêter les subversifs qui se cachaient dans les montagnes et il y avait d’autres personnes qui se cachaient aussi dans les villages sur les rives du Tocantins[7]. L’Armée surveillait les routes, les villes et les fermes, jusqu’à ce qu’elle ait arrêté les dirigeants. Ils ont tous été arrêtés et tués. À cette époque, l’Armée a fait pression dans tous ces États, le Pará, le Mato Grosso, les Goiás. Je voyageais beaucoup avec mon camion, et il a souvent été fouillé, dans la cabine, sous la carrosserie, tous les documents étaient examinés, puis j’étais autorisé à continuer ma route.

Figure n° 3 Messias Lopes de Mello, éleveur

GO Messias de Mello 2

©Hervé Théry 2004

Quand je suis allé pour la première fois à Altamira, je suis allé au lieu-dit Usine à Sucre (90 km d’Altamira vers Santarém). La terre m’a plu et j’ai demandé des informations à l’INCRA[8] de la ville. Il m’a informé que je devrais m’inscrire, passer un examen de santé, que je ne pouvais pas posséder de terres ailleurs et que je devrais vivre sur les terres acquises. Je devais aussi parler avec des agronomes, pour tester mes connaissances sur l’exploitation des terres par l’agriculture et l’élevage. Ma candidature a été approuvée et je suis allé chercher un lot, ils étaient déjà délimités.

Sur le bord de la route, les lots étaient de 100 hectares, avec une maison, et ils étaient déjà tous occupés. De 2 km et demi à 16 km de la route, les lots étaient de 500 hectares, délimités, mais il n’y avait pas de route pour y accéder, pas d’habitants, que des forêts. J’ai visité plusieurs endroits, tous les 50 km il y avait une personne désignée par l’INCRA, avec la carte des lots numérotés. La démarcation avait été faite avec des poteaux de ciment tous les 100 mètres, qui portaient le numéro de lot, jusqu’à 16 km de la route. Le lot le plus proche que j’aie trouvé était au km27 du tronçon Marabá-Altamira, à droite de la route Transamazonienne, le lot le plus éloigné de la route, le poteau de ciment portait la marque G12-LT23. Après c’étaient des terres de l’Union[9].

Je suis retourné à l’INCRA et j’ai pris possession du lot par une lettre de colonisation agraire, en août 1976. J’ai ensuite repris ma vie normale, l’achat des bêtes grasses que je conduisais à Belém, la vente et l’achat de veaux que j’amenais à Altamira. J’ai engagé dix ouvriers agricoles pour m’aider, je leur ai fait ouvrir une route d’accès[10] et déboiser 50 hectares, ça a été terminé à la fin de juillet de cette année.

Je suis retourné à Olímpia où j’ai acheté 1 500 kilos de semences pour former des pâturages. En arrivant sur la route du lot, je les ai déchargé et loué quatre chevaux avec des selles et je suis allé porter les graines sur le lot, cinq sacs par animal. Je dormais au bord de la route. Ce transport a pris dix jours, et après avoir semé les graines dans la partie du lot qui avait été défrichée et brûlée, j’ai payé les ouvriers agricoles suis retournés à Goiás, puis 60 jours après avoir semé les graines, je suis revenu à Altamira, et comme il avait bien plu, l’herbe était déjà haute.

Figure n° 4 Élevage en Amazonie dans les années 1970

Elevage en Amazonie

©Hervé Théry 1974

La Transamazonienne était une route construite sous le gouvernement du président Médicis, depuis l’État d’Alagoas jusqu’au port d’Itamarati, sur le Madeira, pour se connecter à la route reliant Cuiabá à Porto Velho et Manaus[11]. Le gouvernement l’a faite dans l’intention de coloniser, de construire des maisons pour les familles et de les y installer, avec des écoles et du financement pour aider les familles à survivre. Dans les premières années des agrovilles ont été construites pour servir de points d’appui aux nouvelles familles qui sont venues s’installer.

Ces agrovilles devaient être de petites villes avec des magasins, des médecins et des pharmacies. On a construit également des hangars pour stocker les produits agricoles des colons comme le riz, les haricots, le café, le cacao et d’autres variétés. Ces produits étaient achetés par la Banque du Brésil, et le gouvernement lui avait également ordonné de rassembler des vaches de races laitières et d’en vendre une à chaque famille. Cela a été fait par la Banque du Brésil, mais plus de 80% des familles ont abandonné et migré vers les villes ou sont repartie vers leur région d’origine. Parce que la vie y était dure. Il n’y avait pas de radio, car il n’y avait pas de station émettrice. Il n’y avait pas de loisir, à part rendre visite au voisin.

Quand je passais avec ma bétaillère vers Altamira, des gens qui avaient entendu le rugissement du moteur couraient sur le bord de la route, me saluaient de la main et me criaient leur nostalgie de leur région et la famille qu’ils y avaient laissée. À cette époque il n’y avait pas de bus, il n’y avait pas de téléphone, même pas à Altamira ou à Marabá. Il n’y avait que la radio amateur, et encore, quand ça marchait. Obtenir une communication était rare et presque impossible à réaliser plus d’une fois. La station était bondée toute la journée de personnes en attente de connexions. Les communications se faisaient via Belém, et de là on reliait la radio au téléphone. Ainsi, à cause de cette vie difficile, peu de familles sont restés. Celles qui y sont actuellement sont bien financièrement, mais l’intention du président, qui était de coloniser la région, a échoué.

Je suis allé à Brasilia et obtenu de José Jacinto de l’argent pour acheter du bétail et le mettre au pâturage. L’affaire faite, je suis allé acheter 100 vaches à Dueré, dans la région de l’Araguaia, loué cinq camions et je les ai emmenées à Altamira. Quand elles ont été grasses et je les ai vendues à M.Osvaldo Passarelli à Altamira, et fait mes comptes avec José Jacinto, lui remboursant prestation capital et bénéfices, car il avait une autre affaire en vue.

Figure n° 5 Messias Lopes de Mello

SP Messias

Mes pâturages étaient vides. Je suis retourné à Goiás nouveau vendre ma ferme de Paraíso do Norte et investir l’argent à Altamira. J’ai réussi à la vendre, plus ou moins en 1982. Dans le Goiás, la terre n’était pas chère, alors je n’en ai pas tiré beaucoup d’argent. Lorsque je l’ai eu vendue la ferme je suis allé à Altamira, pour continuer à ouvrir la voie, car il n’y avait que la piste que j’avais faite auparavant, et on ne pouvait y passer qu’à cheval. Nous avons continué à l’ouvrir avec un bulldozer. Nous avons déboisé, fait trois ponts et nivelé la route pour que les voitures puissent passer. Cela fait, j’ai laissé Altamira et la ferme, qui a été rebaptisée « ferme abandonnée  », faute d’aide, et je suis reparti sur la Belém-Brasilia, où je continuais à acheter du bétail et à le conduire à Belém. Les villes de Ribeira, Araguaína, Nova Olinda, Nova Colinas, Alvorada et Figueirópolis n’existaient pas à cette époque. Porangatu était alors une très petite ville parce qu’avant la route Belém-Brasilia le transport était fait par des bêtes de somme et des chevaux. Il avait aussi Ceres, qui était une colonie agricole, après Anápolis et Goiânia. Les années passèrent et les progrès est arrivé, le DNER[12] a amélioré la route Belém-Brasília, en construisant des ponts et en la goudronnant.

Ensuite je suis allé encore une fois à Altamira, j’avais acheté veaux à Goiás et les y ai vendus. Mais personne ne pouvait circuler sur la Transamazonienne quand il pleuvait, ça glissait trop. D’Altamira j’ai conduit du bétail à plusieurs reprises à Santarém (d’Altamira à Santarém il y avait 460 km de routes de terre), a également à Itaituba, de l’autre côté du Tapajós, sur la Transamazonienne.

Le progrès est venu lentement, avec les bûcherons et de grandes scieries, avec la construction de la centrale hydroélectrique de Tucuruí, avec de l’asphalte de Marabá à Repartimento, 185 kilomètres. De Marabá à Altamira c’était déjà fait. De l’Araguaia à Marabá il y a 250 km, par une route qui part de la Transamazonienne. Aujourd’hui Eletronorte construit une centrale électrique à Altamira, l’asphalte va jusqu’à Altamira. De Repartimento à Altamira il y a 320 Km. D’Altamira à Itaituba, au bord du Tapajós, 470 km. Selon M. Osias, sur ce tronçon ont été créés plusieurs villages, dont certains ont grandi, comme les villes de Ruronópolis, Uruará, Medicilândia, Brasil Novo (siège de l’INCRA). Sur ce tronçon, il y a beaucoup de résidents exploitant le cacao, le poivre, le café et le bétail.

Une fois je suis allé vendre des bovins gras dans la zone d’orpaillage d’Oripuri. On allait jusqu’à un village de la route Santarém-Cuiabá, nommé Moraes de Almeida. On quittait la Santarém-Cuiabá, on avançait sur 200 km jusqu’au rio Oripurizão. La route s’arrêtait la, à partir de là le transport se faisait par bateau. Ce fut un voyage très difficile, il y avait beaucoup de bourbiers et il n’y avait presque pas de résidents, donc aucun moyen de lâcher le bétail pour qu’il se repose. Pour le débarquer il fallait le sortir du camion en profitant d’un bord de route escarpé et faire une passerelle et un corral en bois. Il nous a fallu douze jours pour atteindre la zone d’orpaillage. La distance entre Altamira et Oripuri était 1 050 km de routes de terre sans accotements et avec des ponts en bois tout cassés. Une fois là nous avons dû attendre huit jours pour tuer le bétail, car il y en avait d’autres camions devant nous.

De retour à Altamira, je suis allé à la ferme et décidé d’y planter du poivre, j’ai vendu le camion pour faire de l’argent et acheté les plants. J’ai coupé des tuteurs pour soutenir les pieds de poivriers, qui sont des plantes grimpantes. J’ai planté 4 000 pieds, qui ont mis trois ans pour produire. Les prix ont alors chuté et les producteurs ont abandonné la culture. Mais j’ai insisté pour ma plantation. Deux ans sans aucun résultat

Figure n° 6 Plantation de poivre

poivre

©Hervé Théry 2007

J’ai fait un emprunt à la Banque d’Amazonie, à Altamira, pour acheter 100 vaches, faire des enclos, installer une balance pour peser les bœufs. Le financement était sur une durée de sept ans. Le contrat avec la banque prévoyait que le TR (taux de référence) puisse être ajusté au maximum de 85%. Quand j’ai signé le contrat il était de 21%, en un an et demi il est passé à 63%. Par conséquent, ma dette à la banque a triplé, bien sûr le bétail a également augmenté, mais moins, et tous ceux qui ont fait ce type d’emprunt ont eu des problèmes. Lorsque le président Fernando Henrique a changé la monnaie[13], les prix des bovins ont augmenté à Altamira de 15,00 à 35,00 Reais par arroba. J’avais 188 têtes financées par la Banque, toutes grasses, je suis allé à la Banque, demandé le solde dû et comme le bétail suffisait pour payer ma dette j’ai soldé mon emprunt.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de financements octroyés par le Banco do Brasil et le Banco da Amazônia. Ainsi la ville d’Altamira a grandi, mais les conditions d’écoulement des produits sont encore difficiles, il se fait par voie d’eau, par Belém, et à partir de là, il va par la route vers le sud, les centres de consommations principaux sont Anápolis et Goiânia. Maintenant d’Itaituba à Jacareacanga, sur la rive gauche du Tapajós, il y a 400 km et de Jacareacanga au port d’Itamarati 600 kilomètres. Sur cette distance de 1 000 km, entre Itaituba et le port d’Itamarati, ont longtemps circulé les bus de la société Transbrasiliana. Puis les ponts se sont effondrés et les remblais ont été emportés par les pluies, si bien que tout trafic a cessé et ce tronçon est désormais impraticable.

Figure n° 7 Route et pont en Amazonie

Route et pont

©Hervé Théry 2004

Certains résidents qui vivaient entre Itaituba et Jacareacanga sont partis. Entre Jacareacanga e Itamarati il n’y avait plus personne. Il y avait seulement de la forêt, et à ce jour c’est encore une zone d’exploitation clandestine du bois. La route Transamazonienne est aujourd’hui active d’Itaituba à Altamira et Santarém. Et d’Altamira à Marabá, le progrès est plus grand, mais dans l’élevage, il n’y a plus de bois et l’agriculture est faible. Il en va de même de parties de la Transamazonienne que j’ai connues entre Riachão, Carolina et Estreito, dans l’État du Maranhão. On passe un pont sur le Tocantins, sur la route Belém-Brasilia, et sur la rive gauche, entre le Tocantins à l’Araguaia, jusqu’à la ville d’Araguaina, un tronçon de 120 km a décliné à cause des Indiens. Les mouvements qui les protégeaient ont grandi, ils ont brûlé deux ponts et bloqué la circulation.

Actuellement, il y a déjà des abattoirs à Tacua, Xinguara et on est en train d’en construire un à Marabá. Contrôler la dévastation de l’Amazonie n’est pas facile, parce que beaucoup de personnes y vivent. Et avec l’asphalte le progrès d’Altamira sera plus rapide. Et donc les difficultés du passé ne seront plus qu’un souvenir, et dans mon esprit je garde l’espoir d’y retourner un jour.

La suite de l’histoire de Messias Lopes de Mello

  • De 1994 à 1997 : retour à Ceres, fazenda Santa Cruz. Une nouvelle vie, il travaille principalement en tant que gestionnaire de la fazenda qui appartient à son cousin Nego de Mello cousin et était sous la responsabilité de ses enfants Tuta et Custodio de Mello, mais il engraisse aussi quelques bêtes qui lui sont restées sur une partie de la fazenda.
  • De 1997 à 2003 : Auriflama, fazenda Santa Amelia, il fait fonction d’administrateur en échange de pâturage pour l’engraissement des veaux. Cette période se termine au moment où Nego de Mello fait don de la fazenda à ses filles, qui la louent pour la production de canne à sucre.
  • De 2003 à 2007 : Campinaçu, Fazenda Cantagalo. Ayant terminé sa collaboration avec ses cousins, bien qu’ils l’aient invité à continuer, il a préféré recommencer seul. Il a loue la ferme, y engraisse de veaux, mais perd près de deux ans de travail acharné parce que le prix de vente du bétail était presque le même que celui de l’achat.

Figure n° 8 Messias Lopes de Mello à Campinaçu

Messias trabalhando

©Hervé Théry 2006

  • De 2008 à 2012. Après avoir rendu la fazenda louée, il commence à chercher une terre proche de Brasilia, car en raison de son âge avancé (82 ans), sa femme et ses enfants insistent pour qu’il soit plus proche. Après beaucoup de recherches, il réussit à trouver un sitio (5 ha) près de Cristalina, où, une fois de plus, il recommence. Cette fois, cependant, a cessé d’être un éleveur de bovins pour devenir un petit agriculteur, avec l’aide de sa femme Anália. Il cultive de la canne à sucre pour nourrir ses quatre vaches laitières, élève des porcs et des poules pour vendre leurs œufs. Dans le jardin il plante du manioc, des gombos, piments, poivrons, courgettes, chayottes[14], le verger donne des jabuticabas[15], oranges, citrons, mangues, noix de coco, pour la consommation et pour donner aux voisins. Il fait des fromages et de la confiture de lait qu’il apporte à ses enfants à Brasília et São Paulo. Quand il est tombé de cheval, à 85 ans[16], toute la famille a pensé qu’il ne devrait plus vivre seul, et à contrecœur il a accepté de venir vivre en ville.

Figure n° 9 Messias jeune et à la fin de sa vie, au sitio Vitória

Messias jeune et vieux

Auteur inconnu et ©Hervé Théry 2006

  • De 2012 à 2015 il rejoint à Brasilia son épouse Anália, qui a élevé leurs quatre enfants pendant qu’il courait les routes du Brésil. Tous quatre ont fait des études supérieures, devenant professeur, infirmière, professeur d’Université et commissaire de police. Il s’est éteint le 13 septembre 2015, juste après le mariage de son petit-fils, après une longue et belle vie.

La compagne de toujours et la famille

Figure n° 10 Messias, Anália, leurs descendants, parents et amis, lors de son 80e anniversaire

Famille

©Hervé Théry 2006

Vous pouvez citer cet article comme: Hervé Théry, "Histoire d’un pionnier," dans Braises, 20 septembre 2015, http://braises.hypotheses.org/734.

[1] Située à 58 km au nord de Brasília – qui n’existait pas à l’époque – c’était la seule ville de la région choisie trois ans plus tard pour devenir le district fédéral où serait construite la nouvelle capitale.

[2] Messias racontait, comme si c’était la chose la plus banale au monde, comment ils faisaient passer par le troupeau les rivières infestées de piranhas : on égorgeait une bête malade ou affaiblie bien en amont, et pendant que les piranhas, attirés par le sang, l´attaquaient et la dévoraient, le reste du troupeau passait en aval.

[3] 25,4% cette année-là selon la FGV-IBRE, http://portalibre.fgv.br/

[4] Le coup d’État militaire du 31 mars 1964

[5] Unité de poids valant 14,688 kilos.

[6] Aujourd’hui État du Tocantins, créé en 1988.

[7] Il s’agit ici du conflit de l’Araguaia, la seule guérilla rurale qu’ait eu à affronter le régime militaire (1964-1985)

[8] Institut National de Colonisation et Réforme Agraire

[9] Terres publique pas encore attribuées.

[10] Sur 16 km, de la route au lot, à la hache et à la machette dans la forêt primaire. Messias racontait qu’un guide partait en avant le matin et tirait des fusées de détresse pour orienter le travail des bûcherons.

[11] Il s’agit probablement du port d’Humaitá, où la Transamazonienne croise en effet l’axe Cuiabá-Porto Velho-Manaus.

[12] Departamento Nacional de Estrada de Rodagem, Département National des Routes.

[13] En remplaçant le Cruzeiro real par le Real en 1994

[14] (Sechium edule), appelée chuchu au Brésil, christophine en Guyane, chouchou à la Réunion.

[15] Myrtus cauliflora, également appelé vigne brésilienne, petit arbres à fruit natif de la région du Minas Gerais

[16] Il a toujours soutenu qu’il n’était pas tombé, que c’est le cheval qui est tombé sur lui, et il a continué plusieurs jours à s’occuper du sitio malgré une fracture du péroné.

L’Amazonie, « forêt urbanisée »

Selon la géographe brésilienne Bertha Becker l’Amazonie est une « forêt urbanisée », une formule paradoxale qu’elle avait inventée pour indiquer que cette région, encore occupée en majeure partie par la plus grande forêt tropicale au monde, est aussi une région comptant un grand nombre de villes, de toutes tailles, anciennes ou toute récentes, qui se partagent l’essentiel de l’activité économique régionale, et la majorité de sa population. L’attention de l’opinion publique et des medias se focalise généralement sur le défrichement des forêts, les sort des indiens ou celui des populations rurales traditionnelles, mais il est bon de rappeler que la plupart des 20 millions d’habitants de l’Amazonie brésilienne vivent en effet aujourd’hui en ville, et méritent que l’on s’y intéresse.

Le graphique et la carte n° 1 montrent la croissance urbaine accélérée de de la population urbaine, en Amazonie comme dans tout le pays. Le Brésil devenu est un pays de citadins : alors que deux Brésiliens sur trois vivaient à la campagne il y a quarante ans, les trois quarts vivent désormais en ville. Le point d’inflexion se situe dans les années 1960, la courbe de la population urbaine, qui avait commencé à croître rapidement dans la décennie précédente du fait de la croissance naturelle des citadins et de l’exode rural, croisa alors celle de la population rurale. Dans quatre des cinq grandes régions la prédominance de la population urbaine est aujourd’hui bien nette, et même dans le Norte amazonien le nombre des citadins l’emporte sur celui des ruraux. Le croisement des courbes s’est produit selon les régions à des dates différentes : alors que dans le Sudeste il remonte aux années 1950, dans le Sul et le Centro-Oeste il a fallu attendre les années 60, dans le Nordeste les années 80 et dans le Norte il ne date que des années 1990.

Figure 1 Population urbaine et population rurale

População urbana e rural

 

Photo 1 Belém, approche de l’aéroport

PA Belem vu d'avion 2

©Hervé Théry

Photo 2 Belém, le centre

PA Belem peninsule 1

©Hervé Théry

Photo 3 Skyline de Belém

PA Belem crépuscule

©Hervé Théry

L ‘Amazonie brésilienne compte deux villes de plus d’un million d’habitants, Manaus et Belém. La première a connu une croissance spectaculaire depuis la création de la Zone Franche qui a permis d’y créer des industries d’assemblage (électro-ménager, électronique, motos) dont les produits entrent ensuite sans taxe d’importation dans tout le pays. Toutes les capitales des États fédérés ont elles aussi beaucoup grandi, et nombre de villes nouvelles sont apparues au long des routes transamazoniennes construites dans les années 1970. Une carte en secteurs de cercles (figure n° 2) montre leur progression – notamment celle de Manaus – et une carte en anamorphose  (figure n° 3) leur poids dans la population totale.

Figure n° 2 Population urbaine de 1970 à  2010

Popurbaine 1970-2010 portions

Figure n° 3 Population urbaine en 1980 et 2010

Popurbaine 1980 et 2010 anamorf

Le taux d’urbanisation (figure n° 4, proportion des citadins dans la population totale) est donc désormais élevé dans une grande partie de la région, mais plus nettement sur ses marges méridionales, où progresse le complexe soja-maïs-coton.

Figure n° 4 Taux d’urbanisation

Ur et tx urb 2010 voisins 2_v3

La croissance urbaine est donc causée autant par développement de l’agrobusiness – les propriétaires de ses exploitations géantes vivant pour la plupart en ville –  que par celui de l’industrie, celle-ci étant surtout responsable de la croissance de quelques communes dotées de ressources minières ou pétrolières, et de Manaus, où la modernisation liée à la zone franche a presque fait disparaître les témoins du l’âge d’or du boom du caoutchouc, y compris l’Opéra qui en est le symbole.

Figure n° 5 Spécialisations économique

Triangle pct PIB

Photo 4 Manaus, aéroport et zones industrielles au bord de l’Amazone

AM Manaus aeroport  et rencontre des eaux 1

©Hervé Théry

Photo 5 Maisons anciennes et immeubles récents à Manaus

AM Manaus maison Belle epoque

©Hervé Théry

Photo 6 Manaus, l’opéra cerné par les immeubles récents

AM Manaus l'Opera cerné 1

©Hervé Théry

 

Photo 7 Manaus, la Zone Franche

AM Manaus residences, usines et rencontre des eaux

©Hervé Théry

Photo 8 Manaus, quartiers périphériques

AM Manaus banlieues 2

©Hervé Théry

D’autres capitales des États fédérés ont grandi vite et parfois anarchiquement sous l’effet de facteurs extérieurs, comme la construction de barrages à Porto Velho ou même sont nés avec eux, comme Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, fondée en 1989 et qui est passée de 0 à 228 332 habitants de cette date au recensement de 2010 de l’IBGE et à 265 000 en 2014 selon l’estimation du même organisme. Et le programme Minha casa minha vida, qui a déjà lancé la construction de 3 millions de logements et prévoit d’en construire au total 4 millions, a aussi beaucoup contribué au développement de nouveaux quartiers dans bien des villes, mêmes moyennes.

Photo 9 Porto Velho, le Madeira et le chantier du barrage de Santo Antônio

RO Porto Velho centre

©Hervé Théry

Photo 10 Palmas, capitale de l’État du Tocantins

TO_PALMAS

©Hervé Théry

Photo 11 QuartierMinha casa minha vida à Parauapebas

PA Parauapebas Minha casa minha vida 1

©Hervé Théry

Toutes ces villes se partagent donc l’essentiel de la population et de la richesse de la région, chacune dans sa propre aire d’influence. La carte qui les délimite (figure n° 3) est fondée sur un algorithme qui suppose que l’attraction d’une ville, tout comme celle d’une planète, est fonction de sa masse et inversement proportionnelle à la distance qui la sépare du lieu considéré. Elle montre bien l’opposition entre les aires ou se sont développé de nombreuses villes pionnières, au long des routes, au sud et à l’est de la région, et l’Amazonas ou tout le poids urbain se concentre à Manaus, dont l’aire d’influence s’étend sans limites vers le nord-ouest. Il subsiste encore des zones peu polarisées par les villes, au nord du Mato Grosso et dans le sud du Pará, là où se situent de grandes réserves indiennes, comme le Parc du Xingu.

Figure n° 6 Aires d’influence des villes

Aires d'influence

 

Les assentamentos, une politique de réforme agraire ?

Les assentamentos sont des zones créées par le gouvernement brésilien pour y installer des familles sans terres. Ils sont constitués par un ensemble lots destinés à devenir des exploitations où des familles paysannes puissent se consacrer à des activités agricoles et à l’élevage. Il sont constitués soit à partir de terres publiques, soit par le partage d’une grande propriété confisquée dans le cadre de mesures de réforme agraire.

Photo 1 Paysans répartissant les lots d’un assentamento

GO SJA assentamento mapaLes assentamentos sont de divers types (figure 1), que ce soit par leur statut (fédéraux ou des États fédérés), destinés à des paysans sans terres venus d’ailleurs, aux populations locales pratiquant la cueillette (extrativistas), aux descendants d’esclaves fugitifs (quilombolas) ou aux populations déplacées par la construction de barrages.

Figure 1 Types d’assentamentos

Assentamentos modalidades

Mais ils ont en commun de se situer principalement en Amazonie, là où leurs promoteurs peuvent disposer de plus de terres libres. Cela ne va pas sans causer d’importants dommages environnementaux, car il faut défricher de vastes surfaces pour y installer les exploitations agricoles, et ouvrir des voies d’accès qui sont ensuite utilisées par les bûcherons et les éleveurs, qui avancent encore bien plus sur les forêts.

De plus les conditions n’y sont pas très bonnes et compromettent les chances de succès de ceux qui y sont installés : « Les assentamentos, gérés par l’Institut national de la colonisation et de la réforme agraire (INCRA) se situent principalement en Amazonie, dans des régions souvent mal dotées et mal desservies, ce qui rend assez précaires les conditions d’installation des familles migrantes concernées. […]. Les occupants n’obtiennent alors qu’un titre foncier provisoire, c’est-à-dire un “contrat de concession d’usage”, qui leur permet d’avoir accès aux crédits. L’octroi du titre définitif n’intervient souvent qu’après de nombreuses années d’occupation, une fois l’assentamento “consolidé” » [Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009].

Figure 2 Assentamentos et biomes

Assentamentos et biomas

La figure 3 montre l’opposition territoriale entre les familles impliquées dans des occupations de terres (lors de conflits fonciers entre paysans sans terres et grands propriétaires) et de familles installées dans les assentamentos. La carte met en évidence une nette opposition nord/sud de deux phénomènes, la lutte pour la terre se développant principalement dans les régions les plus consolidées et de plus grand potentiel pour le développement de l’agriculture paysanne (dans le Sud-Est et le Sud). Alors que les assentamentos sont installées dans les régions d’occupation récente, principalement sur la frontière agricole, où la demande pour les produits de l’agriculture paysanne est moindre, et où la qualité de vie des colons sera probablement plus faible.

Comme le soulignait déjà Bernardo Mançano Fernandes (2005) « Les installations touchent pour l’essentiel l’Amazonie, principalement sur la frontière agropastorale. Il y a donc une opposition entre les lieux de la lutte pour la terre et ceux de l’installation des familles, alors qu’il s’agit de deux moments d’un même conflit. Cela montre que la politique du gouvernement consiste à créer des assentamentos dans des régions où les terres sont les moins chères, du fait de l’éloignement des centres de consommation et du manque d’infrastructures ».

Figure 3 Familles engagées dans des occupations de terres, familles installées dans les assentamentos

Familias em ocupacoes e assentamentos 2

Photo 2 Assentamento dans le Pontal do Parapanema, État de São Paulo

SP Assentamento Che Guevara

Photo 3 Campement de paysans sans terre dans l’attente d’un assentamento près de Parauapebas (Pará)

PA Maraba Acampamento Lourival Santana MST E

Un autre auteur spécialiste de la question, Eduardo Girardi, faisait donc (2009) une nette distinction : « cette constatation […] nous a conduit à étudier la capacité réformatrice des assentamentos, l’instrument principal de la réforme agraire de tous les gouvernements consécutifs après la dictature militaire. [Nous] comprenons que les assentamentos contribuent inégalement à une « vraie réforme » de la structure foncière. Pour y contribuer, nous supposons qu’ils doivent remettre en cause le latifundio/agrobusiness et installer sur la même parcelle de terre une vraie paysannerie. Le résultat final de l’analyse est la figure [4], sur laquelle nous classons les assentamentos selon trois niveaux de contribution à la réforme agraire ». La carte distingue en effet les assentamentos contribuant à la réforme agraire, que ce soit ceux où se sont produit des occupations de terre (en vert foncé) ou non (en vert clair), de ceux qui n’y contribuent pas (en jaune).

« La carte confirme une hypothèse de départ, les assentamentos moins réformateurs ou non-réformateurs sont situés sur la frontière agricole et se confondent avec les politiques d’occupation du territoire et les politiques environnementales. Cela illustre bien l’idée selon laquelle la frontière agricole a été utilisée pour préserver la structure foncière brésilienne et élaborer une réforme agraire conservatrice ».

Figure 2 Types d’assentamentos selon Eduardo Girardi

Assentamentos Girardi img-2

L’inadéquation des localisations conduit donc à de nombreux échecs, « dans la plupart des assentamentos des fronts pionniers d’Amazonie, on constate un phénomène de substitution de colons et de concentration foncière. En effet, les premiers installés sont en général des familles pauvres et sans terre issues d’un autre front pionnier amazonien ou d’exploitations familiales en crise du Centre-Sud et du Nordeste. Cherchant avant tout à assurer leur sécurité alimentaire, manquant de capital et d’outils performants pour défricher, et n’ayant pas de titre de propriété définitif (statut de posseiro ou d‘assentado), ils pratiquent un système de culture sur abattis-brûlis (riz, manioc, haricot, maïs). Peu à peu, ils sèment du pâturage de façon à valoriser leur terrain. Après une période qui peut aller de 5 à 15 ans, une fois qu’une partie du terrain est défriché et planté en pâturage, les agriculteurs les mieux dotés en capital leur rachètent leurs terres, pour y pratiquer, le plus souvent, l’élevage bovin extensif. Les premiers occupants, et surtout leurs enfants, tendent à repartir vers un front pionnier plus récent. Par exemple, Martin Coy [1986] a montré que 63% des colons installés par l’INCRA sur des lots de 100 ha d’un assentamento du Rondônia avaient vendu leurs terres onze ans après leur arrivée, laissant place à des minifundia, juxtaposés aux latifundia aux mains des grands éleveurs » (Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009).

Figure 3 Évolution d’une zone de colonisation selon Martin Coy

SCHEMA_DE_COLONISATION

En plus les dégâts environnementaux, le choix de l’Amazonie pour y installer des milliers de colons, en conflit avec les bûcherons et les éleveurs, mène par ailleurs à de graves conflits fonciers et à la violence, comme le montrent les cartes tirées des base de données constituées par la Commission Pastorale de la Terre (CPT): c’est sur les confins amazoniens, là même où sont installés la plupart des assentamentos, que les assassinats pour la terre sont les plus nombreux.

Figure 5 Assassinats dans des conflits fonciers selon la Commission Pastoral de la Terre

Assassinatos

Figure 6 Menaces de mort  selon la Commission Pastoral de la Terre

Ameaças de morte

Solution en apparence commode pour se débarrasser à peu de frais de la pression des paysans sans terre, les assentamentos sont donc en fait, à long terme, la cause de problèmes bien plus graves, tant environnementaux que sociaux.

Bibliographie

Eduardo Paulon Girardi et Bernardo Mançano Fernandes, 2006, « Brésil: les territoires de la question agraire », M@ppemonde N° 82 (2-2006)

Eduardo Paulon Girardi, 2009, « Atlas da Questão Agrária Brasileira e Cartografia Geográfica Crítica », parágrafos 4 e 5, Confins, 5 | 2009, http://confins.revues.org/5631 ; DOI : 10.4000/confins.5631

Ludivine Eloy, Jean-Philippe Tonneau et Pablo Sidersky, 2009, « Questions foncières et politiques de réforme agraire au Brésil », Geoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/doc/etpays/Bresil/BresilScient2.htm

Coy M., « Développement régional à la périphérie amazonienne : organisation de l’espace, conflits d’intérêts et programmes d’aménagement dans une région de “frontière” : le cas du Rondônia » In : Frontières, mythes et pratiques (Brésil, Nicaragua, Malaysia). Cahiers des Sciences Humaines, 22 (3/4) :371-388, 1986.

Un voyage de São Paulo à Marabá

Une mission de recherche à Parauapebas (Pará) dans le cadre du programme Duramaz 2 (financé par l’ANR-Agence nationale de la recherche) m’a amené le 16 juillet 2014 à traverser une bonne partie du Brésil, de São Paulo à Marabá, l’aéroport le plus proche de Parauapebas.  Au total un vol de 2 050 km, 885 km et 1h45 de vol de São Paulo à Brasília (où nous avons changé d’avion), 1 165 km et 2h15 de vol de Brasília à Marabá (figure n° 1).

Les photographies ci-dessous, ont été prises par moi-même et ma collègue Marie-Françoise Fleury, de l’Université de Metz, au long de ce transect sud-sud-est / nord-nord-ouest de la capitale économique du pays à sa capitale politique et à l’Amazonie orientale.

Figure n° 1 Le parcours

Voyage 2

Peu après le décollage on survole le Pinheiros, affluent du Tietê, et la favela de Paraisópolis, incrustée au milieu du quartier chic du Morumbi.

Photo n° 1 São Paulo, quartier Morumbi et favela Paraisópolis

Sao Paulo Paraisopolis

©Hervé Théry 2014

Plus au sud apparaissent les étendues immenses de banlieues qui forment la majeure partie de l’agglomération de São Paulo et qui, vers le sud, s’étendent jusqu’au bord de lac de barrage de Guarapiranga (voir sur Flickr l’album Périphérie de São Paulo 2011, https://www.flickr.com/photos/54836825@N00/sets/72157627880525215/ ).

Photo n° 2 São Paulo, zona sul et lac de barrage Guarapiranga

Sao Paulo zona Sul 2

©Hervé Théry 2014

Quittant l’agglomération de São Paulo, on aborde les campagnes les plus prospères du pays, entièrement occupées, sans espaces vides et bien polarisées par un dense réseau de villes moyennes qui sont la force principale de cet « interior » de l’État de São Paulo, qui regroupe près de vingt millions d’habitants, autant que l’agglomération de São Paulo, sur une superficie correspondant à peu près à la moitié de la France.

Photo n°  3 État de São Paulo, ville et campagnes

SP cidade e campo

©Hervé Théry 2014

Un peu plus au nord on aborde la zone de production de canne à sucre, où celle-ci est pratiquement monoculture, organisée de façon rigoureuse autour des grandes « usines » à sucre qui produisent sucre, alcool et énergie électrique grâce à la bagasse (les reste des cannes après qu’on en ait extrait le jus sucré), qui est brûlée dans les chaudières de l’usine. L’énergie ainsi produite est suffisante pour assurer la production du sucre, de l’alcool et vendre le surplus sur le réseau électrique.

Photo n°  4 État de São Paulo, champs de canne à sucre et sucrerie (usina)

SP Usina e canaviais-2

©Hervé Théry 2014

Plus au nord encore, déjà dans l’état du Goiás, on voit apparaître les grands cercles correspondants à des zones irriguée par pivot (jusqu’à 800 m de rayon) qui se sont beaucoup développées dans les dernières années  faisant du Goiás aussi un grand producteur agricole, notamment pour les haricots, une des bases de l’alimentation brésilienne.

Photo n°  5 État de Goiás, pivots d’irrigation

GO Pivos e campo 2

©Hervé Théry 2014

Aux abords de Brasília, au long des routes principales, des » villes satellites » se sont développés principalement vers le sud-ouest, au-delà du District fédéral dans l’État du Goiás, sur plusieurs dizaines de kilomètres.

Photo n°  6 Arrivée à Brasília

DF Chegada a Brasilia

©Hervé Théry 2014

Après la correspondance à Brasília et le décollage vers le nord on survole la ville par l’Est, en commençant par la « péninsule des ministres » où se concentrent quelques-unes des plus belles maisons de Brasília, celles de principaux dirigeants politiques.

Photo n°  7 Lac Paranoá, péninsule des ministres

DF Peninsula do ministros MF

©Marie-Françoise Fleury 2014

En prenant de l’altitude de la distance on voit apparaître progressivement l’ensemble de la ville, où se détache encore le « plan-pilote » qui avait été tracée par Lucio Costa et Oscar Niemeyer au moment de la construction de la ville. La forme d’avion qui lui avait été donnée, avec un axe institutionnel majeur et un axe courbe pour les zones résidentielles, est encore bien visible, bien qu’autour de lui les constructions ce soit multipliées. Au premier plan le lac Paranoá et la péninsule du lac nord, où sont également concentrées des résidences de luxe.

Photo n°  8 Le Plan-pilote de Brasília et le lac nord

DF Plano Piloto 2

©Hervé Théry 2014

De plus loin encore on se rend compte que le plan-pilote est désormais cerné par des villes-satellites de plus en plus nombreuses. Au premier plan la ville de Paranoá, qui n’est pas visible depuis le plan-pilote puisqu’elle est au-delà de l’horizon, et dans le fond l’axe qui s’étend vers le sud-ouest et regroupe l’essentiel des villes-satellites. Voir l’album Flickr https://www.flickr.com/photos/54836825@N00/sets/ .

Photo n°  9 La ville-satellite de Paranoá s’approche du lac

DF Plano Piloto 3

©Hervé Théry 2014

Plus au nord encore le vol prend ensuite l’axe du Tocantins, dans l’État du même nom, et survole de vastes étendues de reliefs disséqués où les vallées sont soulignées en vert par des forêts-galeries.

Photo n°  10 État du Tocantins, relief disséqué

GO relief disseque

©Hervé Théry 2014

Le couloir aérien passe au-dessus de la ville de Porto Nacional, qui était la principale agglomération de la vallée et de l’État (créé en 1988 par démembrement du Goiás),   avant la construction de Palmas, la nouvelle capitale du Tocantins, à partir de 1989.

Photo n°  11 Porto Nacional, au bord du Tocantins

TO Ville du Tocantins

©Hervé Théry 2014

Franchissant la frontière entre le Tocantins et le Pará, on aborde l’Amazonie orientale où les défrichements ont été tellement généralisés qu’il ne reste plus de la forêt qui couvrait toute la région jusqu’aux années 1970 que les zones protégées par des parcs nationaux ou des réserves indiennes, et quelques rares bosquets dans les exploitations agricoles.

Photo n°  12 Amazonie orientale, défrichements généralisés

PA Amazonia oriental desmatada 2 MF

©Marie-Françoise Fleury 2014

À la fin du trajet on arrive enfin à Marabá, au confluent du Tocantins et de l’Itacaiúnas, plus au nord on arriverait dans des zones moins défrichées, en direction de Belém.

Photo n°  13 Marabá, au confluent du Tocantins et de l’Itacaiúnas

PA Maraba MF

©Marie-Françoise Fleury 2014

Rondônia quarante ans après, images d’hier et d’aujourd’hui

Les collègues de l’Université fédérale du Rondônia (UNIR) m’ayant fait l’honneur de publier la traduction de ma thèse « Rondônia, mutations d’un Territoire fédéral en Amazonie brésilienne », devenue Rondônia mutações de um Território federal na Amazônia federal, SK Editora, j’ai eu l’occasion de revenir à Porto Velho, la capitale (ce que j’avais déjà fait à plusieurs reprises) mais surtout de parcourir la région centrale de l’État, le terrain de mes recherches, menées en 1974, il y a trente-huit ans. Il était alors parcouru par un front pionnier de grande ampleur, une vaste entreprise de colonisation se développant au long de la route transamazonienne BR364.

Ce ne fut qu’un bref aller-retour (de plus de mille kilomètres, tout de même) et quelques visites à des agriculteurs et institutions locales, en cherchant à retrouver les lieux de jadis et en privilégiant ceux dont la mémoire avait été fixée par des photos de l’époque. On trouvera donc ci-dessous des couples de photos, celles de 1974 et celles de 2012, (parfois de 2005 ou 2011 pour celles de Porto Velho) qui montrent à quel point la région a changé en – presque – quarante ans.

NB: cliquer sur les photos pour les voir en taille réelle

Porto Velho et le Rio Madeira

La vue aérienne, prise par le hublot en approche de l’aéroport, montre que la ville a grandi, en s’étendant dans toutes les dimensions, y compris la verticale, des immeubles résidentiels ou de bureaux y sont apparus. Les rues sont désormais toutes asphaltées, pas seulement les grands axes. La poussée urbaine n’a toutefois pas franchi le Rio Madeira, sur la rive gauche la forêt est apparemment intacte. Au fond de l’image la plus récente on distingue le barrage de Santo Antônio, situé à six kilomètres en amont de la ville.

Le palais du Gouverneur

Pas de changement pour les principaux monuments, le palais du gouverneur a seulement été repeint en blanc et bleu au lieu de blanc et vert.

L’Université, ex-hôtel des hôtes de marque

Juste à côté, sur la même place, l’hôtel construit pour les hôtes de marque est devenu le siège de l’Université fédérale de Rondônia (UNIR), en 2011 il était occupé par les étudiants en grève.

Avenida Sete de Setembro

La principale rue commerciale a peu changé, à part l’apparition des premiers shopping centers et des embouteillages, le nombre des voitures en circulation – lente – ayant sensiblement augmenté.

« Boutique snob » à Porto Velho

Le style des commerces a changé autant que celui des voitures, au même coin de rue la jeep a été remplacée par une belle Ford à vitres fumées et la « Boutique snob » (qui ne l’était guère) a été remplacée par un magasin qui vend essentiellement de la pacotille importée de Chine.

Bac et pont sur le Madeira

Le bac qui était le seul moyen de franchir le Madeira (ici sur une photo de 2005) sera prochainement remplacé par un pont de béton, suffisamment haut pour laisser passer les barges de soja propulsées par un pousseur du type de celui qui apparaît sur l’image de 2012. Elles descendent vers le port d’Itacoatiara, à un peu plus de 200 km en aval de Manaus, où le soja est chargé sur des navires de haute mer à destination de Rotterdam ou – de plus en plus – de Shanghai.

Les rapides de Santo Antonio, sur le Madeira

Les rapides de Santo Antônio étaient les premiers de la série qui interrompaient la navigation en amont de Manaus, et avaient fixé la situation de Porto Velho, point de départ de la voie ferrée Madeira-Mamoré, construite pour les contourner. Ils ont maintenant disparu sous le barrage du même nom, qui devrait commencer à produire de l’électricité avant la fin de 2012, pour l’essentiel exportée vers São Paulo : 3 150 MW de puissance installée, 6 900 MW avec le barrage de Jirau, 100 km en aval.

Commerce à Ariquemes

En allant vers l’intérieur de l’État, au long de la route BR364, au-delà de Candeias, devenue une banlieue de Porto Velho, et après quelques dizaines de kilomètres pratiquement vides on arrive à Ariquemes au début de ce qui était en 1974 la zone pionnière. Dès l’entrée de la ville, il est clair que les paysages ont changé, la rue commerciale principale qui ressemblait à celle d’une ville du far-West est aujourd’hui asphaltée, bordée de commerces modernes et remplie de voitures neuves…

Jaru

L’impression se confirme un peu plus loin, en approchant de Jaru, qu’un survol en hélicoptère avait permis de photographier de haut en 1974. Pas d’hélicoptère cette fois, mais Google maps – dont on ne pouvait même pas rêver à l’époque – permet de voir à quel point tout a changé : au lieu de quelques maisons de bois aux abords de la route, qui elle-même n’ouvrait qu’une étroite trouée dans la forêt, une véritable ville, où la maille rectangulaires des rues dessine des dizaines de pâtés de maisons densément occupés ; et au lieu de la forêt un paysage ouvert de cultures et de pâturages, lui aussi structuré par une maille rectangulaire, où ne subsistent que quelques lambeaux boisés.

Linha de pénétration près d’Ouro Preto d’Oeste

Cette maille rectangulaire, c’est celle des linhas, les routes de pénétration perpendiculaires à la route BR364, puis leurs perpendiculaires tous les quatre kilomètres, parallèles à la route. Aujourd’hui les linhas principales on été asphaltées et son devenues des routes carrossables en toute saison, bien différentes des pistes de terre de jadis, où même les jeeps s’enlisaient souvent.

Un lot de colonisation

Entre les linhas espacées de 4 kilomètres s’organisait la maille des lots agricoles, accolés deux à deux, 2 000 mètres de profondeur sur 500 mètres de front. Le fond de chaque lot aurait dû être laissé en forêt, c’était le cas dans les premières années, ce qui faisait du paysage, vu du ciel, une alternance de bandes de forêt et de défrichements, mais on voit bien sur l’image de Google maps que ce n’est plus le cas aujourd’hui. La plupart de ces lots, complètement défrichés, ont été convertis en pâturages et il nous a été difficile de trouver un agriculteur qui vive encore sur son lot, alors qu’à l’origine chaque lot était occupé par une ou plusieurs familles. Seuls les manguiers qui subsistent dans les pâturages attestent de l’emplacement de maisons disparues, les éleveurs les gardant pour donner de l’ombre au bétail alors que les maisons ont été rasées. Leur présence est un sûr indice d’une ancienne présence humaine, un indicateur fiable pour une archéologie d’un paysage déjà disparu.

Ji-Paraná

Au centre de la région pionnière, Vila de Rondônia, jadis un district de Porto Velho bien que distante de 360 kilomètres du chef-lieu, est aujourd’hui une commune de plein exercice (le Rondônia en compte 52 contre 2 en 1974). La ville comptait 104 858 habitants au recensement de 2010, contre un peu moins de 20 000 en 1974, 40 000 en 1980 et un peu plus de 75 000 en 1991. En 1974 on n’y voyait aucun immeuble de plus d’un étage, elle était composée essentiellement de maisons de bois construites de planches mal dégrossies par les scieries locales. Celles-ci débitaient des arbres abattus à quelques centaines de mètres, dans la forêt dont les lisières enserraient la ville de partout. Aujourd’hui elle n’est plus visible, au loin, que du haut des plus hauts immeubles, dont certains dépassent dix étages.

Commerces à Ji-Paraná

Rien ne reflète mieux le changement que la ville a connu (du moins lors d’un passage rapide, un jour férié de surcroît) que celui des commerces alignés au long des rues principales, aux alentours de la route BR364. Alors qu’en 1974 c’étaient essentiellement des baraques en bois, poussés à la diable, des bazars étalant en plein air toute sorte de marchandises, sans grande spécialisation, en 2012 ce sont des bâtiments en dur, bien alignés, à un ou deux étages, spécialisés, portant des enseignes soignées et de noms qui se veulent distingués, en français ou – de plus en plus – en anglais.

Le pont sur le Rio Machado à Ji-Paraná

Ji-Paraná est née au bord du Rio Machado, obstacle au franchissement de la ligne télégraphique établie au début du XXe siècle, puis à la route ouverte à la suite de la construction de Brasília, dans les années 1960. Le pont qui l’enjambe est un des points les plus faciles à retrouver, même quarante ans plus tard, alors que la population de la ville a quintuplé. Le dernier couple de photos, prises au même endroit, montre toute l’ampleur des mutations survenues au long de ces quatre décennies. Sur celle de 1974, la ville n’est qu’une clairière dont on voit bien les limites, juste derrière quelques pâtés de maisons basses. Une file de camions bâchés attend, juste après avoir franchi le pont, l’autorisation de poursuivre leur route vers Porto Velho, dépassés par la charrette d’un colon rejoignant son lot agricole. La photo de 2012 montre le même pont, entretemps considérablement élargi et dédoublé, aux abords duquel des travaux sont encore en cours, ce jour férié, pour réduire les embouteillages qui se produisent tous les jours sur ce goulot d’étranglement, ce point de passage obligé. Les camions ne s’y arrêtent plus, ce sont principalement des semi-remorques livrant au port de Porto Velho le soja du nord-ouest du Mato Grosso ou des bétaillères drainant vers le nord ou vers le sud les bœufs vivants ou leur viande désossée. La limite de la forêt, reportée des kilomètres plus loin, n’est plus visible, même si la ville est encore bien verte  grâce aux îles fluviales où la végétation a été préservée. Retournement complet : l’arbre n’est plus l’ennemi à abattre par le fer et par le feu pour ouvrir une clairière où tenter de survivre, c’est une aménité recherchée pour diminuer l’îlot de chaleur urbaine, pour décorer et rafraîchir un paysage devenu trop minéral et artificiel.