Archives de catégorie : Photos

Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café

Le Viaduto do Chá (« viaduc du thé ») franchit la vallée de l’Anhangabaú[1], dans le centre de São Paulo. C’est une des icônes de la ville, il sert souvent de toile de fond à des interviews ou des « micros-trottoirs » de télévision et c’est un décor fréquent pour les films et telenovelas situés dans le centre de São Paulo. Du fait de cette célébrité il apparaît souvent sur des images, depuis le début de sa longue histoire, et en les observant on voit se dérouler une partie des transformations de la ville, évolution de l’architecture, des moyens de transport et du costume des passants.

Situé aujourd’hui en plein cœur de la ville, ce viaduc a été une des premières étapes de l’expansion de la ville, lorsqu’elle commença à sortir de son centre historique (autour du collège des Jésuites, fondé en 1554) pour entamer la croissance qui la fit passer de 31.385 habitants en 1872 à près de douze millions en 2014, selon L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique).

Figure n° 1 Situation et aspect actuel du Viaduto do Chá

Situation et imageSource: Google Maps et Google Earth

Avant la construction du viaduc, pour aller du centre au quartier où se situe aujourd’hui le théâtre municipal, il fallait descendre une pente raide vers la vallée de l’Anhangabaú, traverser le pont de Lorena et escalader la pente opposée par la bien nommée Ladeira do Paredão (côte de la falaise), actuelle  Rua Xavier de Toledo.

On traversait alors le Morro do Chá (colline du thé), ainsi nommée parce qu’elle était occupée par la chácara (exploitation agricole) du même nom, propriété du Baron de Tatuí, qui y faisait cultiver des légumes et du thé, et dont le viaduc prit le nom.

L’initiative de sa construction revient à un immigrant français, Jules Martin (Montiers 1832-São Paulo 1906), peintre, enseignant, architecte, lithographe et entrepreneur. Selon l’Encyclopédie Itaú des arts visuel[2]:

« Malgré sa formation artistique, Jules Martin ne s’affirmera pas en tant que peintre, mais en tant qu’entrepreneur polyvalent. Sa carrière depuis son arrivée à São Paulo, est jalonnée par d’ambitieux projets éditoriaux et urbains. Parmi ses projets éditoriaux, Martin s’illustre pour avoir imprimé les premières cartes détaillées de São Paulo – en grands formats ou formats de poche – et de villes voisines en pleine expansion économique, telle Santos ».

Jules Martin était en effet déjà connu par la carte de l’État de São Paulo[3] dont il avait publié une lithographie en 1877 (Cavenaghi 2006), quand l’idée lui vint de construire un pont reliant le centre-ville aux nouveaux quartiers qui naissaient alors de l’autre côté de la vallée de l’Anhangabaú, pour joindre la Rua Direita à la Rua Barão de Itapetininga, en traversant la chacara do Chá. Celle-ci était alors en cours de lotissement, cela apparaît sur le plan de 1881 de la figure n°2, où les rues du nouveau quartier sont esquissées, elles ne commencent à être tracées et occupées que sur celui de 1895.

Ce ne fut pas une entreprise facile. Recueillir les fonds nécessaires, convaincre les autorités municipales, avoir gain de cause pour l’expropriation de maisons appartenant à des personnalités influentes, la bataille dura15 ans.

Figure n° 2 Localisation du viaduc sur les plans de la ville de 1810 à nos jours

1810 a nos jours-p

Les travaux ont commencé en 1888, mais furent arrêtés un mois plus tard, en raison de la résistance du baron de Tatuí, qui avait été exproprié mais refusait de déménager, jusqu’au jour où la population attaqua à coups de pioches l’un de ses murs de son manoir. La construction du viaduc ne fut reprise qu’en 1889, par la « Companhia Paulista do Viaducto do Chá », qui édifia sur une structure en acier, importée d’Allemagne, un viaduc de 240 mètres de longueur, dont 180 de structure métallique, et de 14 mètres de large, qui fut inauguré le 6 novembre 1892.

Photo 1 Inauguration du Viaduto do Chá, 6 novembre 1892

1890 Inauguração do Viaduto do Chá

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Photo 2 La structure métallique du viaduc

1892 Viaduto Chá

http://martiusstaden.org.br/js/ckfinder/userfiles/images/Viaduto%20Ch%C3%A1.jpg, Acervo do Instituto Martius-Staden.

Dès lors, le viaduc permit de franchir commodément la vallée de l’Anhangabaú, à pied ou en utilisant les tramways hippomobiles desservant les nouveaux quartiers. Les véhicules à traction animale y passaient sans problèmes, sauf ceux à axe fixe (comme les chars à bœufs), qui étaient interdits.

La photo 3 montre, à droite, le terrain où serait construit plus tard le Teatro Municipal et, tout au fond, l’École Normale où – a beaucoup plus tard – commença à fonctionner l’Universidade de São Paulo (USP) et où enseigna donc Pierre Monbeig.

Photo 3 Le viaduc sur la vallée de l’Anhangabaú

São Paulo de Piratininga

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Le viaduc avait des portails et guérites de bois à ses extrémités (photo 4). La Companhia Ferrocarril y percevait trois vinténs[4] de ceux qui voulaient traverser. Mais le conseil municipal demanda bientôt la suppression du péage qu’il considérait comme « une véritable honte pour toute la population et les progrès de São Paulo ». Le viaduc fut alors racheté par la Ville et son franchissement devint gratuit.

Photo 4 Les portails et guérites de péage à l’entrée du viaduc

1895-Viaduto do Cha

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Vers 1900 le photographe Guilherme Gaensly prend une photo du viaduc et de la vallée, où l’on voit bien qu’elle est encore occupée par des exploitations agricole de maraîchage, dont celle du Baron de Itapetininga.

Photo 5 Le viaduc et la vallée vers 1900

1900-viaduto-do-cha-p

http://brasildelonge.files.wordpress.com/2013/01/viaduto-do-chc3a1-0.jpg

Quelques années plus tard, le viaduc a dû être reconstruit pour être renforcé et élargi quand les tramways électriques ont commencé à y circuler.

Photo 6 Travaux de renforcement et d’élargissement en 1902

1902-Viaduto do Cha 1902-01

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

En 1910, la vallée de l’Anhangabaú, sous le viaduc, fut aménagée en parc, le Parque Anhangabaú, bordé sur les deux flancs de la vallée par des bâtiments d’architecture européenne, dont la Mairie (à gauche de la photo 7), le palais Prates, siège de l’Automobile Club  (à droite) et l’Edifício Sampaio Moreira (au centre).

Claude Lévi-Strauss mentionne cette transformation dans Tristes Tropiques (Lévi-Strauss 1955) : « On débouche au bord du ravin de l’Anhangabahu (sic, orthographe de l’époque), franchi par un pont qui est une des principales artères de la ville. Le bas-fond est occupé par un parc dans le goût anglais : pelouses ornées de statues et de kiosques, tandis qu’à l’aplomb des deux talus s’élèvent les principaux édifices : le théâtre municipal, l’hôtel Esplanada, l’Automobile Club, les bureaux de la compagnie canadienne qui assure l’éclairage et les transports ».

Photo 7 Le Parque Anhangabaú en 1910

1910 Parque Anhangabaú 2

http://imageshack.com/f/62anhangabaupostal4small3huj

Les premières photos en couleurs (ou colorisées à la main) montrent la circulation tranquille de l´époque (contemporaine de la Belle Époque française), où le viaduc servait notamment à se rendre au Théâtre Municipal, inspiré du palais Garnier, inauguré en 1911.

Photo 8 Cartes postales en couleurs

Cartes en couleurs

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette image de 1919 São Paulo paraît être une ville européenne, juste après le conflit qui amorce le déclin – pour ne pas dire le suicide – de l’Europe, et les premières automobiles se mêlent aux tramways électriques.

Photo 9 Urbanisme européen et premières automobiles

1919 Viaduto do Chá 1919-08888SS77

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette carte postale des années 1920 le viaduc est bordé sur la gauche de l’image, par un palais qui fut longtemps le siège du Grand Hôtel de la Rôtisserie Sportsman, un haut-lieu de la gastronomie, puis dans sa phase finale, le siège du journal A Noite. Sur la droite, le Théâtre São José, plus tard démoli pour faire place à l’immeuble Alexander Mackenzie, siège de la Light and Power Company, concessionnaire de l’éclairage et des transports de la ville.

Photo 10 Années 1920

1920-antigo-viaduto-do-cha-hotel-sportsman-e-teatro

http://sampahistorica.wordpress.com/category/viaduto-do-cha-e-vale-do-anhangabau/page/4/

À la fin des années 1920 les voitures automobiles se font plus nombreuses et les marques mentionnées par les publicités murales indiquent une américanisation de l’économie et de la société pauliste.

Photo 11 Fin des années 1920, voitures américaines

1925 viaduto do Cha sao_paulo

http://cafeguinacultural.blogspot.com.br/2010/11/viaduto-do-cha-da-historia-antiga-aos_20.htm

Avec l’explosion démographique de la ville (de 579 033 habitants à 1 326 261 en 1940), le viaduc de métal allemand à plancher de bois ne pouvait plus supporter le grand nombre de personnes et de véhicules motorisés qui passaient par là tous les jours et commencé à sembler étroit, insuffisant. Un nouveau projet fut dessiné par Elisário Bahiana, mais comme le demande plaisamment José Horta Manzano (Manzano 2013), « Que faire entre la démolition du premier viaduc et la construction du second ? Comment les tramways, les voitures et les piétons pourraient-ils passer d’un côté à l’autre ? La solution était simple : d’abord, construire le nouveau viaduc et alors seulement démolir le vieux. Et ainsi fut fait ».

Le nouveau viaduc n’occupe donc pas exactement la place de l’ancien. La photo 12, de 1938 et créditée à J. Duarte Benedicto, montre la coexistence des deux ponts, le nouveau déjà prêt et l’ancien encore debout, pratiquement collés l’uns à l’autre, celui de gauche étant le nouveau, plus large. Au premier plan, à droite, le bâtiment de la Light, aujourd’hui transformé en centre commercial. Toujours à droite, plus au fond, l’Edifício Matarazzo[5] en construction, l’un des rares témoignages de l’architecture mussolinienne existant dans la ville. Après la débâcle de l’empire Matarazzo, le bâtiment a servi de siège à la Banque d’État Banespa et abrite actuellement la Mairie. En bas à gauche, le palais Prates, à l’angle de la Praça do Patriarca et de la rue Libero Badaró, démoli dans les années 60 pour faire place à une tour de verre qui a gardé le nom de l’ancien propriétaire, l’Edifício Conde de Prates.

Raimundo Menezes raconte la fin de l’ancien viaduc : « Le jour où l’on a commencé à démolir la relique – le lundi 18 avril, 1938 – il n’y a pas eu de cérémonie… Seuls quelques paulistanos[6], amoureux du passé, se sont arrêtés un peu pour observer les travailleurs au travail, pioches à la main, détruisant le pont historique, témoin muet d’un passé pas trop lointain ». Cette fois, le lit du pont serait deux fois plus large et assis sur un élégant arc, de béton, soutenu par deux grands piliers.

Photo 12 L’ancien et le nouveau viaduc côte à côte (à gauche) et le nouveau seul (à droite)

1938 et 1940

http://brasildelonge.com/2013/01/ et http://www.aprenda450anos.com.br/450anos/vila_metropole/2-3_viaduto_cha.asp, Crédit Hildegard Rosenthal

 Au début des années 1940, la fonction du Parque Anhangabaú a radicalement changé après la mise en œuvre d’un projet conçu par le maire Prestes Maia, dont le principal objectif était de rationaliser le transport sur roues (bus et voitures). On construisit alors trois avenues qui traversent la ville : Anhangabaú, 9 de Julho et Itororó et dans le fond de la vallée les parkings occupèrent la place où jadis poussaient des légumes et ou naguère se promenaient les élégantes (à gauche de l’image de 1945 la tour Matarazzo terminée).

Photo 13 Viaduto do Chá en 1945

1945-viaduto-do-chc3a1-iia

http://brasildelonge.com/2013/01/

Sur l’image aérienne de 1947 le palais Prates est toujours là (il a été démoli au d´but des années 1950) l’Edifício Matarazzo (à gauche) qui dépassait déjà sensiblement l’immeuble de la Light (à droite) n’est plus la plus haute, une série de gratte-ciel apparaissent à l’arrière-plan.

Photo 14 Vallée l’Anhangabaú (désormais souterrain) en 1947

1947-palacetes-prates-ed-matarazzo-light-dmitri-kessel

http://sampahistorica.files.wordpress.com/2013/09/1947-vista-do-vale-do-anhangabac3ba-palacetes-prates-ed-matarazzo-viaduto-do-chc3a1-e-light-dmitri-kessel.jpg

Comme le montre la photo de 1950, les environs du viaduc ont pris une allure de City, de centre des affaires, avant que beaucoup de sièges d’entreprises ne partent vers l’Avenida Paulista. C’est là que, tout au long des années 1960 et 1970, en fonction de la nouvelle législation sur l’occupation de sols et d’une intense spéculation immobilière, ont commencé à être construits des immeubles de bureaux de 30 étages en moyenne qui ont pris la place des palais des barons du café.

Photo 15 Le Viaduto do Chá et le bâtiment de la Light en 1950

1950 Viaduto do Chá 1950-02

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

À la fin des années 1960 l’Edifício Matarazzo n’est plus la propriété du groupe que pour peu de temps (il  a été vendu en 1972) et l’Edifício Conde de Prates a pris la place du palais Prates sur le bord de l’Anhangabaú. Il ne reste de la belle époque que son jumeau, là aussi pour peu de temps puisqu’il fut démoli en 1969 et remplacé par l’Edifício Grande São Paulo, un building à façade de verre.

Photo 16 La vallée de l’Anhangabaú à la fin des années 1960

1970-vale-do-anhangabau

https://sampahistorica.wordpress.com/tag/conde-prates/

Plus tard, en 1991, une bretelle routière a été construite dans le Parque Anhangabaú (ou plutôt de ce qu’il en restait), pour relier les Avenues 9 de Julho e 23 de Maio, et un tunnel permet désormais le passage des véhicules dans le fond de la vallée, ce qui a permis de reconstituer des jardins sur la dalle qui le couvre. La vallée est donc redevenue un espace piétonnier, haut-lieu des manifestations et c’est là qu’ont été installés des écrans géants pour les fanatiques de futebol qui n’ont pu s’offrir de billets pour assister dans les stades aux matchs de la Coupe du Monde de 2014.

Photo 17 Bretelle routière et tunnel sous le viaduto do Chá

Street view 1

Street view Google Maps

Sur cette photographie de 2007, l’immeuble de la Light, devenu un centre commercial, est un peu en retrait par rapport au viaduc, l’espace qui l’en sépare est celui qu’occupait l’ancien viaduc. À gauche l’Edifício Conde de Prates, au milieu la tour qui a remplacé les Mappin Stores.

Photo 18 Le viaduto do Chá en 2007

2007 travail 2p

@Hervé Théry 2007

L’Edifício Conde de Prates et l’Edifício Grande São Paulo rapetissent les immeubles du début du XXe siècle. À droite la structure métallique blanche qui recouvre la Praça do Patriarca, dans l’axe du Viaduto do Chá.

Generations  de buildings-p

@Hervé Théry 2006

Avec la croissance et l’expansion de la ville, la majorité de ses habitants vit désormais dans ses immenses périphéries[7] et non plus dans le centre, qui de plus se dévitalise, comme beaucoup de villes des Amériques. Le viaduc qui se trouvait hors du centre historique et a servi à l’étendre, a suivi son destin s’est trouvé progressivement de plus en plus loin du lieu de vie de la plupart des paulistanos (figures n°3 et renvoi n°1).

Figure n° 3 Le viaduto do Chá par rapport au centre de São Paulo

Situation 1810,,1868 et 1897

Il reste pourtant un lieu de référence pour eux, et parfois un lieu de ralliement en raison de présence de la Mairie (ou du moins des bureaux du Maire et de son cabinet), qui occupe l’ancien Edifício Matarazzo, ce qui fait que périodiquement des manifestations se produisent sous ses fenêtre, sur la Praça do Patriarca.

Photo 19 Manifestation sur la Praça do Patriarca, devant la mairie

Manif p

@Hervé Théry 2009

C’est aussi là, cette fois sur le trottoir du Viaduto do Chá lui-même, qu’en avril 2010 près de 700 « sans-toit » ont dressé des tentes, à côté du bâtiment de la mairie, après que 2 000 familles aient occupé deux bâtiments abandonnés du centre et un terrain dans le sud de la ville. Selon le FLM (Front de Lutte pour le Logement), l’utilisation de ces trois sites pour la construction de logements sociaux est une demande de longue date du mouvement et la Mairie ne met guère de bonne volonté à les exproprier et à les aménager.

Photo 20 Des « sans-toit » occupent le viaduto do Chá

2010 2010 sem tetos

http://www.portalflm.com.br/galeria/album/72157623953791998/photo/4561633927/viaduto-do-cha-rotina-ocupacao-abril-2010-ocupacao-viaduto-do-cha-2%C2%BA-dia.html

Ce dernier épisode et cette dernière photo montrent bien à quel point le Viaduto do Chá est toujours intégré dans l’histoire de la ville : le contraste entre le centre commercial (l’ancien siège de la Light) illuminé et les campement des sans-toit dans la rue reflète bien la diversité et aussi conflits de la société paulistana actuelle. Ce viaduc qui le franchit la vallée de l’Anhangabaú reste bien un des hauts-lieux de São Paulo, comme il l’a été depuis l’époque déjà lointaine – 137 ans – où Jules Martin l’a imaginé.

Sources

  • « Como se fez o Viaduto do Chá », Veja São Paulo, IV Centenário de São Paulo, especial Memória, janeiro de 2004
  • Cavenaghi, A. J., « O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana », An. mus. paul. vol.14 no.1, São Paulo Jan. / June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007
  • Lévi-Strauss, C., Tristes Tropiques, Plon, Paris, 1955
  • Moura, P. C. de, São Paulo de outrora: evocações da metrópole. Belo Horizonte: Ed. Itatiaia; São Paulo: Ed. da Universidade de São Paulo, 1980. 312p.

[1] Son nom vient du Tupi-Guarani Anhanga-ba-y, rivière des maléfices. Les Indiens pensaient que ses eaux causaient des maladies physiques et spirituelles. Pas de très bon augure…

[3] Où toute la partie nord-ouest de l’État était marquée terreno desconhecido (terres inconnues).

[4] Ancienne monnaie brésilienne de 20 reis, correspondant à la vingtième partie du cruzado (monnaie ayant une valeur nominale de 400 reis). Elle a cessé d’avoir cours légal en 1942 avec la création du cruzeiro.

[5] Francesco Matarazzo (Castellabate 9 Mars 1854 – São Paulo, 10 Décembre 1937) était un agriculteur italien qui, en 1881, avait émigré au Brésil, où il fut d’abord colporteur, avant de créer le plus grand complexe industriel d’Amérique latine du début du XXe siècle. À sa mort il était l’homme le plus riche du pays et la richesse produite par ses industries dépassait le PIB de tous les États brésiliens à l’exception de São Paulo.

[6] Habitants de la ville de São Paulo, alors que ceux de l’État de São Paulo sont les paulistas.

Un voyage de São Paulo à Marabá

Une mission de recherche à Parauapebas (Pará) dans le cadre du programme Duramaz 2 (financé par l’ANR-Agence nationale de la recherche) m’a amené le 16 juillet 2014 à traverser une bonne partie du Brésil, de São Paulo à Marabá, l’aéroport le plus proche de Parauapebas.  Au total un vol de 2 050 km, 885 km et 1h45 de vol de São Paulo à Brasília (où nous avons changé d’avion), 1 165 km et 2h15 de vol de Brasília à Marabá (figure n° 1).

Les photographies ci-dessous, ont été prises par moi-même et ma collègue Marie-Françoise Fleury, de l’Université de Metz, au long de ce transect sud-sud-est / nord-nord-ouest de la capitale économique du pays à sa capitale politique et à l’Amazonie orientale.

Figure n° 1 Le parcours

Voyage 2

Peu après le décollage on survole le Pinheiros, affluent du Tietê, et la favela de Paraisópolis, incrustée au milieu du quartier chic du Morumbi.

Photo n° 1 São Paulo, quartier Morumbi et favela Paraisópolis

Sao Paulo Paraisopolis

©Hervé Théry 2014

Plus au sud apparaissent les étendues immenses de banlieues qui forment la majeure partie de l’agglomération de São Paulo et qui, vers le sud, s’étendent jusqu’au bord de lac de barrage de Guarapiranga (voir sur Flickr l’album Périphérie de São Paulo 2011, https://www.flickr.com/photos/54836825@N00/sets/72157627880525215/ ).

Photo n° 2 São Paulo, zona sul et lac de barrage Guarapiranga

Sao Paulo zona Sul 2

©Hervé Théry 2014

Quittant l’agglomération de São Paulo, on aborde les campagnes les plus prospères du pays, entièrement occupées, sans espaces vides et bien polarisées par un dense réseau de villes moyennes qui sont la force principale de cet « interior » de l’État de São Paulo, qui regroupe près de vingt millions d’habitants, autant que l’agglomération de São Paulo, sur une superficie correspondant à peu près à la moitié de la France.

Photo n°  3 État de São Paulo, ville et campagnes

SP cidade e campo

©Hervé Théry 2014

Un peu plus au nord on aborde la zone de production de canne à sucre, où celle-ci est pratiquement monoculture, organisée de façon rigoureuse autour des grandes « usines » à sucre qui produisent sucre, alcool et énergie électrique grâce à la bagasse (les reste des cannes après qu’on en ait extrait le jus sucré), qui est brûlée dans les chaudières de l’usine. L’énergie ainsi produite est suffisante pour assurer la production du sucre, de l’alcool et vendre le surplus sur le réseau électrique.

Photo n°  4 État de São Paulo, champs de canne à sucre et sucrerie (usina)

SP Usina e canaviais-2

©Hervé Théry 2014

Plus au nord encore, déjà dans l’état du Goiás, on voit apparaître les grands cercles correspondants à des zones irriguée par pivot (jusqu’à 800 m de rayon) qui se sont beaucoup développées dans les dernières années  faisant du Goiás aussi un grand producteur agricole, notamment pour les haricots, une des bases de l’alimentation brésilienne.

Photo n°  5 État de Goiás, pivots d’irrigation

GO Pivos e campo 2

©Hervé Théry 2014

Aux abords de Brasília, au long des routes principales, des » villes satellites » se sont développés principalement vers le sud-ouest, au-delà du District fédéral dans l’État du Goiás, sur plusieurs dizaines de kilomètres.

Photo n°  6 Arrivée à Brasília

DF Chegada a Brasilia

©Hervé Théry 2014

Après la correspondance à Brasília et le décollage vers le nord on survole la ville par l’Est, en commençant par la « péninsule des ministres » où se concentrent quelques-unes des plus belles maisons de Brasília, celles de principaux dirigeants politiques.

Photo n°  7 Lac Paranoá, péninsule des ministres

DF Peninsula do ministros MF

©Marie-Françoise Fleury 2014

En prenant de l’altitude de la distance on voit apparaître progressivement l’ensemble de la ville, où se détache encore le « plan-pilote » qui avait été tracée par Lucio Costa et Oscar Niemeyer au moment de la construction de la ville. La forme d’avion qui lui avait été donnée, avec un axe institutionnel majeur et un axe courbe pour les zones résidentielles, est encore bien visible, bien qu’autour de lui les constructions ce soit multipliées. Au premier plan le lac Paranoá et la péninsule du lac nord, où sont également concentrées des résidences de luxe.

Photo n°  8 Le Plan-pilote de Brasília et le lac nord

DF Plano Piloto 2

©Hervé Théry 2014

De plus loin encore on se rend compte que le plan-pilote est désormais cerné par des villes-satellites de plus en plus nombreuses. Au premier plan la ville de Paranoá, qui n’est pas visible depuis le plan-pilote puisqu’elle est au-delà de l’horizon, et dans le fond l’axe qui s’étend vers le sud-ouest et regroupe l’essentiel des villes-satellites. Voir l’album Flickr https://www.flickr.com/photos/54836825@N00/sets/ .

Photo n°  9 La ville-satellite de Paranoá s’approche du lac

DF Plano Piloto 3

©Hervé Théry 2014

Plus au nord encore le vol prend ensuite l’axe du Tocantins, dans l’État du même nom, et survole de vastes étendues de reliefs disséqués où les vallées sont soulignées en vert par des forêts-galeries.

Photo n°  10 État du Tocantins, relief disséqué

GO relief disseque

©Hervé Théry 2014

Le couloir aérien passe au-dessus de la ville de Porto Nacional, qui était la principale agglomération de la vallée et de l’État (créé en 1988 par démembrement du Goiás),   avant la construction de Palmas, la nouvelle capitale du Tocantins, à partir de 1989.

Photo n°  11 Porto Nacional, au bord du Tocantins

TO Ville du Tocantins

©Hervé Théry 2014

Franchissant la frontière entre le Tocantins et le Pará, on aborde l’Amazonie orientale où les défrichements ont été tellement généralisés qu’il ne reste plus de la forêt qui couvrait toute la région jusqu’aux années 1970 que les zones protégées par des parcs nationaux ou des réserves indiennes, et quelques rares bosquets dans les exploitations agricoles.

Photo n°  12 Amazonie orientale, défrichements généralisés

PA Amazonia oriental desmatada 2 MF

©Marie-Françoise Fleury 2014

À la fin du trajet on arrive enfin à Marabá, au confluent du Tocantins et de l’Itacaiúnas, plus au nord on arriverait dans des zones moins défrichées, en direction de Belém.

Photo n°  13 Marabá, au confluent du Tocantins et de l’Itacaiúnas

PA Maraba MF

©Marie-Françoise Fleury 2014

Un géant de l’agro-business dans le Mato Grosso

On dit ici et là que le Brésil est devenu « la ferme du monde », comme la Chine est devenue sont usine et l’Inde son bureau. De fait, il a le rare privilège de disposer de millions d’hectares de terres arables disponibles, qui sont progressivement mises en culture par un puissant complexe agro-industriel. Déjà premier producteur mondial de café et de sucre, premier exportateur mondial de viande de bœuf et de jus d’orange concentré, il est aussi plus récemment devenu le second producteur mondial de soja, alors que sa culture n’a commencé au Brésil que dans les années 1970.

Cette montée en puissance est en grande partie due à la mise en place dans les régions pionnières du Centre-Ouest, principalement dans le Mato Grosso, d’immenses domaines agro-pastoraux comme celui du groupe Bom Futuro, situé à Campo Verde, à une centaine de kilomètres à l’Est de Cuiabá, la capitale du Mato Grosso (figures n° 1 et 2). Un voyage récent m’a permis de le visiter pour la deuxième fois et les informations ci-dessous, sans constituer un scoop, apportent je crois quelques éléments concrets pour faire comprendre l’immensité de ces nouvelles exploitations agricoles.

Figure n° 1 Localisation du Mato Grosso

Localisation

L’entreprise

Le groupe[1] appartient à la famille Maggi-Scheffer, ses propriétaires sont trois frères et un beau-frère, qui ont commencé leurs activités agricoles en 1964 à São Miguel do Iguaçu, dans le Paraná. En 1982 ils se sont installés dans le Mato Grosso, alors au début de son boom agricole. En 1988 ils cultivaient 3 000 ha en partenariat avec d’autres membres de la famille Maggi, dont l’un des membres, a été un temps le plus grand producteur de soja au monde, et gouverneur du Mato Grosso. En 1993 les quatre associés ont pris leur indépendance, achèté la fazenda Bom Futuro et en 1994 commencé à y planter du coton.

Ce choix sera une des raisons principales de leur succès, avec la pratique systématique d’une deuxième récolte annuelle (soja + coton ou soja + maïs), le semis direct dans les chaumes (sans labour) et la diversification (élevage, pisciculture, production de semences).

Figure n° 2 Localisation du groupe Bom Futuro

Localisation

Les dimensions

À sa fondation, le groupe cultivait 2 500 ha. Aujourd’hui il en cultive 420 000 (en deux récoltes, sur 250 000 cultivables), et le domaine compte en outre 160 000 de terres destinées à l’élevage et aux réserves forestières que la loi brésilienne leur fait obligation de conserver.

Soja :                     230 000 ha

Maïs :                    105 000 ha

Coton :                    75 000 ha

Autres cultures :     10 000 ha

Total :                   420 000 ha

Toutes ces terres n’appartiennent pas du groupe, la moitié sont louées à des propriétaires qui ont chacun 1 000 ou 2 000 ha. Le prix de la location est calculé en sacs de soja, l’unité de compte universelle dans la région, coté à 57,65 Reais le 21 février 2014 à Primavera do Leste – la référence locale – soit 17,74 Euros à la même date. En moyenne elle se monte à 9 sacs par ha et par an (160 Euros, mais variant de 5 sacs pour des terres sableuses sans infrastructure à 13 sacs pour des terres argileuses et dotées de bonnes infrastructures, comme des silos, l’électricité, etc.). À l’achat ces terres vaudraient de 80 à 100 sacs (1 400 à 1800 Euros) pour les pour les terres sableuses à 400-500 (7 000 à 9 000 Euros) pour des terres argileuses proches de la ville. Il y a 10 ans les prix moyens étaient respectivement de 50 et 200 sacs (900 et 3 500 Euros au cours actuel du soja et des monnaies), ils ont beaucoup monté avec les prix des commodities, les denrées cotées en bourse et demandées par le marché international, la Chine en tête.

Le groupe de souhaite pas s’agrandir davantage, mais ses propriétaires saisissent les occasions qui se présentent et cherchent à diversifier, sans renoncer à la sécurité climatique que leur offre le climat du Mato Grosso. Récemment ils ont acheté des terres dans la vallée de l’Araguaia, plus à l’Est, visant l’exportation de leur production par un chemin de fer, encore en construction, qui permettra une sortie par le port de São Luis, dans le Maranhão. En outre, en réponse aux nouvelles règles environnementales qui ont augmenté la proportion de forêts à conserver, ils cherchent à acheter des terres forestières, dans la même commune ou au moins dans le même bassin fluvial, comme le prescrit la loi.

Figure n° 3 Les terres du groupe Bom Futuro

Bom futuro 1

Figure n° 4 Le siège principal, situé à 32 kilomètres de l’entrée.

Bom futuro 4

Figure n° 5 Une des batteries de silos pour le stockage des grains

MT FAZ  Filadelfia Silos

La production agricole

Le rendement en soja est en moyenne de 53 sacs par hectare, soit 3,2 t, mais cette année 2014 le groupe attend, si tout se passe bien, un rendement de 3,5 t/ha, avec de bon prix. Le maïs produit 6 t/ha en moyenne, mais comme il est planté en deuxième culture, il dépend beaucoup de la quantité de précipitations en fin de saison des pluies. C’est une loterie, mais qui peut donner de très bon résultats et de toute façon coûte peu, juste peu d’engrais puisqu’il utilise les mêmes terres, machines, silos et personnels que le soja qui le précède. Il est normalement prêt en 115 à 125 jours, mais souvent récolté à 140-150 jours puisqu’il clôt le cycle annuel et peut rester en terre sans dommage en période sèche.

À la fondation du groupe, le coton rapportait – selon le directeur technique – sept fois plus que le soja, mais cette différence tend à s’estomper, et ses cotations fluctuent beaucoup selon les années. Le marché est assuré puisque le Brésil consomme 800 000 t de fibres par an, et exporte le reste (mais pas tellement vers la Chine, un marché conquis par USA). En outre, comme le Brésil a réussi à conserver une partie de son industrie textile, les prix internes sont parfois meilleurs que ceux de l’exportation.

Outre le coton, un autre facteur qui a permis le succès de l’entreprise a été l’adoption du « semis direct », qui consiste a planter une récolte dans les chaumes de la précédente, sans labours ni hersage. Expérimentée dans les années 1980 – avec l’aide du Cirad, l’organisme français de coopération agricole – cette pratique a permis entre autres avantages de réduire l’érosion des sols, qui ne restent découverts que quelques jours, d’augmenter leur teneur en matière organique et les rendements.

Le coton ou le maïs sont donc semés juste après la récolte du soja, ce qui donne le temps d’une seconde récolte de maïs ou de coton sur les meilleures terres, alors que sur les plus sableuses on sème plutôt un millet destiné à devenir un engrais vert ou de la brachiara (Brachiaria brizantha) une graminée fourragère destinée à nourrir le bétail mais aussi particulièrement utile pour son pouvoir restructurant sur les sols.

Figure n° 6 Semis direct dans la culture d’engrais vert

MT Faz Filadelfia semis direct 4

Tout cela suppose évidemment une mécanisation massive et les machines en tout genre ne manquent pas dans les fazendas du groupe, depuis les semoirs capables de semer des grains sur près de cinquante rangs à la fois jusqu’aux moissonneuses-batteuses dont les barres de coupe ont une envergure de plus de quinze mètres.

Figure n° 7 Un semoir à 49 lignes

Bom futuro semoirs 1

Au moment des récoltes, et tout particulièrement de celle du soja, qui était en cours lors de notre visite en février 2014, s’organise donc dans les champs et sur les routes qui sillonnent le domaine un ballet complexe de moissonneuses, transbordeurs, camions de transport vers les silos, tracteurs et semoirs, camions citernes, etc.

Figure n° 8 Récolte du soja à la fazenda Filadelfia

Bom futuro moisson 2bis

Figure n° 9 Une des moissonneuses-batteuses

MT Faz Filadelfia machines 3

Au moment de la récolte il faut en outre traiter avec un soin particulier les parcelles destinées aux semences de la campagne suivante. La partie du domaine dont c’est la spécialité produit plus de 700 000 sacs de 60 kg de graines de soja par an (la livraison des semences se fait dans de grands bacs, mais ici aussi la production est comptée en sacs). Bom Futuro en utilise environ 30 %, vend le reste et produit également ses semences de coton, de maïs, de sorgho et d’autres cultures.

Dans d’autres parties du domaine des installations de type plus industriel qu’agricole sont destinées au traitement du coton qui est expédié en fardeaux comprimés vers les filatures ou les ports d’embarquement.

Figure n° 10 Expédition des fardeaux de coton

MT Faz Filadelfia embarquement du coton 2

Pisciculture

À côté de ces activités agricoles, le domaine comprend une partie consacrée à la pisciculture, avec trois unités de production, un laboratoire de reproduction et une unité de commercialisation d’alevins. Le groupe s’est lancé dans cette activité en ayant constaté la très basse consommation de poisson au Brésil, qui pourrait facilement être augmentée s’il existait une offre à bas prix, que le groupe peut obtenir grâce aux atouts dont il dispose.

Figure n° 11 Agriculture irriguée et pisciculture

Bom futuro 3bis

Les bassins de production ont été installés sur des sols de moindre qualité, mais où l’on peut disposer de beaucoup d’eau. Pour nourrir les poissons on utilise des sous-produits de l’exploitations agricole, les protéines animales, étant obtenue par le recyclage des déchets de la production piscicole elle-même (têtes et arrêtes, chairs non utilisées par la production de filets de poisson). Au total l’exploitation compte 150 hectares de bassins, avec un rendement d’environ 11 tonnes par ha/an. Les espèces élevées sont des espèces amazoniennes ou du Pantanal (pintado, piau, matrinxã e peraputanga) et une espèce exotique, le tilápia.

Figure n° 12 Pisciculture et expédition du poisson

Pisciculture

Élevage

Le groupe développe l’élevage bovin depuis 1998, et compte en moyenne 40 000 têtes, qui font partie d’un système agriculture-élevage où l’élevage s’intègre au système de rotation des cultures et contribue à la fertilisation des sols (ce qui paraît évident aux agriculteurs européens mais est une nouveauté au Brésil ou élevage et agriculture sont dans l’immense majorité des cas rigoureusement séparés). Les responsables de ce secteur insistent sur le fait que leur activité se cantonne strictement aux zones déjà défrichées et ne nuit donc pas à l’environnement par l’ouverture de nouvelles zones dans les parties forestières.

Pour la nourriture du bétail sont utilisés des produits et sous- produits de l’agriculture, notamment du maïs et des tourteaux de soja et de coton. Il s’agit d’une embouche, des lots de bétail maigre sont engraissés en confinement, un lot de mai à juillet, un autre de septembre à novembre, suivis par un arrêt au moment des pluies. Le groupe a choisi de participer au système de traçabilité Sisbov garantissant la provenance et de la qualité de la viande par le suivi des bovins, on distingue sur la photo ci-dessous les boucles d’identification jaunes rivetées dans l’oreille des bêtes, qui permettent de les suivre de la naissance à l’abattoir.

Figure n° 13 Élevage en confinement

MT Faz Filadelfia vaqueiro 2

Les problèmes, transports et énergie

Les deux problèmes principaux que doivent affronter les responsables du groupe sont ceux du transport de leurs produits vers les marchés consommateurs et la fourniture d’énergie. Le plus grave est sans conteste l’écoulement de leur récolte, en raison de la distance entre les zones de production et le principal port exportateur, Paranaguá, dans le Paraná. Ce port avait été choisi et équipé pour exporter le soja brésilien (et paraguayen) du temps où l’essentiel de la production se faisait dans le Sud, une décision alors logique mais qui est devenue de plus en plus absurde à mesure que les zones productrices se sont déplacées vers le nord.

Les distances à parcourir sont aujourd’hui démesurées, surtout si on les juge à l’aune européenne. Pour mieux apprécier les kilométrages que les camions de soja doivent parcourir, pour atteindre le port de Paranaguá depuis quelques-unes des villes de la région du soja, on les a rapprochées de distances similaires calculées depuis Paris (dans les deux cas en utilisant des logiciels de calcul de distances routières). Campos Novos dos Parecis est à 2 136 kilomètres du port d’embarquement, soit la distance Paris-Tirana (Albanie) ou Paris-Minsk (Biélorussie). Sorriso est à 2 196 kilomètres, soit Paris-Skopje (Macédoine), Sinop à 2 290 kilomètres, soit Paris-Bergen (Norvège), Alta Floresta à 2 603 kilomètres, soit Paris – Istanboul (Turquie).

C’est pourquoi des solutions alternatives commencent à se mettre en place. Des lignes de chemin de fer ont été construites ou réformées pour atteindre les zones de production, ou du moins s’en rapprocher : elles arrivent actuellement á Rondonópolis, dans le sud du Mato Grosso. Et un port céréalier a été construit par le groupe Maggi à Itacoatiara, sur l’Amazone (un peu en aval de Manaus), desservi par des barges fluviales descendant le rio Madeira au départ de Porto Velho (Rondônia). De là le soja part vers les marchés européens et asiatiques par navires de haute mer, d’une capacité volontairement limitée à 55 000 tonnes (navires dits Panamax) : quand ils descendent l’Amazone, puis font cap vers le nord, ils ne savent pas encore quelle sera leur destination finale, Europe ou Asie, et il faut donc qu’ils puissent, si l’ordre vient d’aller vers la Chine – le client principal – passer par le canal de Panama. Ces voies nouvelles offrent donc des alternatives, mais même pour atteindre le terminal de Porto Velho les distances restent grandes, et peuvent être à peu près équivalentes pour les producteurs du sud du Mato Grosso, dans le cas de Campos Verde 1 580 km contre 1 720 pour Paranaguá.

Pour couvrir la – considérable – consommation électrique du domaine, trois centrales hydroélectriques ont été construites, elles assurent en temps normal les besoins du domaine, et vendent même leur production excédentaire au réseau électrique national. Cependant, les besoins d’énergie pour le séchage des semences et le stockage du grain sur place créent des besoins croissants et l’alimentation électrique par les barrages n’étant plus suffisante, il a fallu installer plusieurs gros générateurs diesel. Pour y remédier, le système de séchage des grains a récemment été changé, en passant du propane à un système à base de bois d’eucalyptus pour alimenter les conduits d’air chaud allant aux bacs de séchage. Le coût du système utilisant le bois d’eucalyptus comme source de chaleur est d’environ 20 % du coût de propane pour la même quantité de séchage.

En guise de conclusion – légèrement ironique – on pourrait dire, en rappelant la célèbre phrase de Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine(1870-1924), dans son discours au 8e Congrès des Soviets, 1919, « Le communisme, c’est les Soviets, plus l’électricité » qu’avec cette production électrique le groupe Bom Futuro se qualifie encore plus – il en sera sans doute surpris – comme digne héritier des sovkhozes soviétiques.

Le côté soviétique est évidemment ce qui fait la différence entre eux et cette entreprise vigoureusement capitaliste. Mais on rappellera que la taille moyenne d’un sovkhoze était de 15 300 hectare (près de trois fois celle des kolkhozes, 5 900 hectares en 1990) et que les sovkhozes étaient plus nombreux en Asie centrale, les partie pionnières de l’Union soviétique, que dans sa partie européenne, comme ces exploitations géantes sont plus fréquentes sur les marges pionnières du Brésil que dans ses parties centrales. Ces terres agricoles collectives représentaient en 1990 24 % du territoire russe, soit 406 millions d’hectares, mais la Russie a définitivement mis fin en 2002 aux kolkhozes et sovkhozes. Une large partie de l’opinion publique étant hostile à leur privatisation, il a fallu plusieurs semaines de négociations au président Vladimir Poutine pour parvenir à un compromis, et le gouvernement espère ainsi accélérer l’arrivée de nouveaux capitaux pour moderniser une agriculture arriérée où la productivité reste très faible. Qui sait si les agriculteurs brésiliens du genre du groupe Bom Futuro ne pourraient pas s’y intéresser, si l’agriculture était ouverte aux étrangers – ce qui n’est pas le cas actuellement – voire s’ils étaient appelés á apporter leur aide comme ils l’ont été au Mozambique.

En attendant, il reste à espérer que la présentation de colosse agro-industriel serve à porter de nouveaux éléments sur l’agora des discussions en cours sur l’avenir de l’agriculture brésilienne, et la concurrence qu’elle fait aux agricultures européennes.


[1] Une vidéo institutionnelle de 15 mn est disponible sur le site du groupe http://www.bomfuturo.com.br/

Images soulignées

Nous vivons dans un monde d’images, leur déferlement nous submerge tous les jours et nous y prêtons de moins en moins attention, si bien que nous avons souvent de la peine à y voir ce qui importe vraiment. Symétriquement, pour celles que nous produisons, nous devons donc veiller à rendre clair le message principal, pour qu’il soit perçu par ses destinataires dans le brouhaha général. Une des façons d’y arriver est de souligner un élément de l’image, car concentrer l’attention sur un détail, c’est déjà la traiter, l’interpréter, presque la commenter.

La sémiologie graphique nous enseigne à rendre les cartes plus claires, plus expressives, plus significatives, mais quid des photographies? Certes, nous pouvons jouer sur les cadrages, la profondeur de champ, les zooms, mais cela peut ne pas suffire, et un traitement complémentaire se révéler nécessaire. Pour cela le logiciel Photoshop ou ses divers succédanés gratuits ou à bas prix peuvent être utiles, grâce aux filtres, tampons et convertisseurs qu’ils offrent.

C’est ce qui a été fait pour les photographies ci-dessous, où l’on a laissé en couleurs l’élément principal et fait passer tout le reste en noir et blanc, créant ainsi une forme un peu particulière de réalité augmentée. Est-ce plus clair ainsi?

Photo nº 1 Église baroque à Ouro Preto

MG Ouro Preto eglise ovale 2©Hervé Théry

Photo nº 2 Cochon rôti entier dans un restaurant de Minas Gerais

SP Santana do Parnaiba cochon roti©Hervé Théry

Photo nº 3 Indiens Kayapó dans le parc national du Xingú (1)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA©Hervé Théry

Photo nº 4 Indiens Kayapó dans le parc national du Xingú (2)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA©Hervé Théry

Photo nº 5 Supporters du São Paulo futebol clube au stade Morumbí (1)

SP SP torcedores 2©Hervé Théry

Photo nº 6 Supporters du São Paulo futebol clube au stade Morumbí (2)

SP SP torcedores 4©Hervé Théry

Photo nº 7 Vendeuse vêtue en Bahiana à Salvador de Bahia

BA Salvador Bahiana 2©Hervé Théry

Photo nº 8 Figurants représentant le Père Anchieta et la marquise de Santos un jour de fête nationale à São Paulo

SP Anchieta e Marquesa de Santos-Daniel©Hervé Théry

Photo nº 9 Taxi transfrontaliers à Santa Helena, aux confins du Brésil et du Venezuela

RR Frontière 2©Hervé Théry

Photo nº 10 Bateau de promenade pour touristes à Parati, État de Rio de Janeiro

RJ Paraty bateau rose©Hervé Théry

Photo nº  11 Enfants dans un campement du Mouvement des Sans-Terre

SP invasao 2©Hervé Théry

Photo nº  12 Agriculteurs champenois en visite dans un campement du MST

SP Pontal groupe Demeter 2

©Hervé Théry

Rondônia quarante ans après, images d’hier et d’aujourd’hui

Les collègues de l’Université fédérale du Rondônia (UNIR) m’ayant fait l’honneur de publier la traduction de ma thèse « Rondônia, mutations d’un Territoire fédéral en Amazonie brésilienne », devenue Rondônia mutações de um Território federal na Amazônia federal, SK Editora, j’ai eu l’occasion de revenir à Porto Velho, la capitale (ce que j’avais déjà fait à plusieurs reprises) mais surtout de parcourir la région centrale de l’État, le terrain de mes recherches, menées en 1974, il y a trente-huit ans. Il était alors parcouru par un front pionnier de grande ampleur, une vaste entreprise de colonisation se développant au long de la route transamazonienne BR364.

Ce ne fut qu’un bref aller-retour (de plus de mille kilomètres, tout de même) et quelques visites à des agriculteurs et institutions locales, en cherchant à retrouver les lieux de jadis et en privilégiant ceux dont la mémoire avait été fixée par des photos de l’époque. On trouvera donc ci-dessous des couples de photos, celles de 1974 et celles de 2012, (parfois de 2005 ou 2011 pour celles de Porto Velho) qui montrent à quel point la région a changé en – presque – quarante ans.

NB: cliquer sur les photos pour les voir en taille réelle

Porto Velho et le Rio Madeira

La vue aérienne, prise par le hublot en approche de l’aéroport, montre que la ville a grandi, en s’étendant dans toutes les dimensions, y compris la verticale, des immeubles résidentiels ou de bureaux y sont apparus. Les rues sont désormais toutes asphaltées, pas seulement les grands axes. La poussée urbaine n’a toutefois pas franchi le Rio Madeira, sur la rive gauche la forêt est apparemment intacte. Au fond de l’image la plus récente on distingue le barrage de Santo Antônio, situé à six kilomètres en amont de la ville.

Le palais du Gouverneur

Pas de changement pour les principaux monuments, le palais du gouverneur a seulement été repeint en blanc et bleu au lieu de blanc et vert.

L’Université, ex-hôtel des hôtes de marque

Juste à côté, sur la même place, l’hôtel construit pour les hôtes de marque est devenu le siège de l’Université fédérale de Rondônia (UNIR), en 2011 il était occupé par les étudiants en grève.

Avenida Sete de Setembro

La principale rue commerciale a peu changé, à part l’apparition des premiers shopping centers et des embouteillages, le nombre des voitures en circulation – lente – ayant sensiblement augmenté.

« Boutique snob » à Porto Velho

Le style des commerces a changé autant que celui des voitures, au même coin de rue la jeep a été remplacée par une belle Ford à vitres fumées et la « Boutique snob » (qui ne l’était guère) a été remplacée par un magasin qui vend essentiellement de la pacotille importée de Chine.

Bac et pont sur le Madeira

Le bac qui était le seul moyen de franchir le Madeira (ici sur une photo de 2005) sera prochainement remplacé par un pont de béton, suffisamment haut pour laisser passer les barges de soja propulsées par un pousseur du type de celui qui apparaît sur l’image de 2012. Elles descendent vers le port d’Itacoatiara, à un peu plus de 200 km en aval de Manaus, où le soja est chargé sur des navires de haute mer à destination de Rotterdam ou – de plus en plus – de Shanghai.

Les rapides de Santo Antonio, sur le Madeira

Les rapides de Santo Antônio étaient les premiers de la série qui interrompaient la navigation en amont de Manaus, et avaient fixé la situation de Porto Velho, point de départ de la voie ferrée Madeira-Mamoré, construite pour les contourner. Ils ont maintenant disparu sous le barrage du même nom, qui devrait commencer à produire de l’électricité avant la fin de 2012, pour l’essentiel exportée vers São Paulo : 3 150 MW de puissance installée, 6 900 MW avec le barrage de Jirau, 100 km en aval.

Commerce à Ariquemes

En allant vers l’intérieur de l’État, au long de la route BR364, au-delà de Candeias, devenue une banlieue de Porto Velho, et après quelques dizaines de kilomètres pratiquement vides on arrive à Ariquemes au début de ce qui était en 1974 la zone pionnière. Dès l’entrée de la ville, il est clair que les paysages ont changé, la rue commerciale principale qui ressemblait à celle d’une ville du far-West est aujourd’hui asphaltée, bordée de commerces modernes et remplie de voitures neuves…

Jaru

L’impression se confirme un peu plus loin, en approchant de Jaru, qu’un survol en hélicoptère avait permis de photographier de haut en 1974. Pas d’hélicoptère cette fois, mais Google maps – dont on ne pouvait même pas rêver à l’époque – permet de voir à quel point tout a changé : au lieu de quelques maisons de bois aux abords de la route, qui elle-même n’ouvrait qu’une étroite trouée dans la forêt, une véritable ville, où la maille rectangulaires des rues dessine des dizaines de pâtés de maisons densément occupés ; et au lieu de la forêt un paysage ouvert de cultures et de pâturages, lui aussi structuré par une maille rectangulaire, où ne subsistent que quelques lambeaux boisés.

Linha de pénétration près d’Ouro Preto d’Oeste

Cette maille rectangulaire, c’est celle des linhas, les routes de pénétration perpendiculaires à la route BR364, puis leurs perpendiculaires tous les quatre kilomètres, parallèles à la route. Aujourd’hui les linhas principales on été asphaltées et son devenues des routes carrossables en toute saison, bien différentes des pistes de terre de jadis, où même les jeeps s’enlisaient souvent.

Un lot de colonisation

Entre les linhas espacées de 4 kilomètres s’organisait la maille des lots agricoles, accolés deux à deux, 2 000 mètres de profondeur sur 500 mètres de front. Le fond de chaque lot aurait dû être laissé en forêt, c’était le cas dans les premières années, ce qui faisait du paysage, vu du ciel, une alternance de bandes de forêt et de défrichements, mais on voit bien sur l’image de Google maps que ce n’est plus le cas aujourd’hui. La plupart de ces lots, complètement défrichés, ont été convertis en pâturages et il nous a été difficile de trouver un agriculteur qui vive encore sur son lot, alors qu’à l’origine chaque lot était occupé par une ou plusieurs familles. Seuls les manguiers qui subsistent dans les pâturages attestent de l’emplacement de maisons disparues, les éleveurs les gardant pour donner de l’ombre au bétail alors que les maisons ont été rasées. Leur présence est un sûr indice d’une ancienne présence humaine, un indicateur fiable pour une archéologie d’un paysage déjà disparu.

Ji-Paraná

Au centre de la région pionnière, Vila de Rondônia, jadis un district de Porto Velho bien que distante de 360 kilomètres du chef-lieu, est aujourd’hui une commune de plein exercice (le Rondônia en compte 52 contre 2 en 1974). La ville comptait 104 858 habitants au recensement de 2010, contre un peu moins de 20 000 en 1974, 40 000 en 1980 et un peu plus de 75 000 en 1991. En 1974 on n’y voyait aucun immeuble de plus d’un étage, elle était composée essentiellement de maisons de bois construites de planches mal dégrossies par les scieries locales. Celles-ci débitaient des arbres abattus à quelques centaines de mètres, dans la forêt dont les lisières enserraient la ville de partout. Aujourd’hui elle n’est plus visible, au loin, que du haut des plus hauts immeubles, dont certains dépassent dix étages.

Commerces à Ji-Paraná

Rien ne reflète mieux le changement que la ville a connu (du moins lors d’un passage rapide, un jour férié de surcroît) que celui des commerces alignés au long des rues principales, aux alentours de la route BR364. Alors qu’en 1974 c’étaient essentiellement des baraques en bois, poussés à la diable, des bazars étalant en plein air toute sorte de marchandises, sans grande spécialisation, en 2012 ce sont des bâtiments en dur, bien alignés, à un ou deux étages, spécialisés, portant des enseignes soignées et de noms qui se veulent distingués, en français ou – de plus en plus – en anglais.

Le pont sur le Rio Machado à Ji-Paraná

Ji-Paraná est née au bord du Rio Machado, obstacle au franchissement de la ligne télégraphique établie au début du XXe siècle, puis à la route ouverte à la suite de la construction de Brasília, dans les années 1960. Le pont qui l’enjambe est un des points les plus faciles à retrouver, même quarante ans plus tard, alors que la population de la ville a quintuplé. Le dernier couple de photos, prises au même endroit, montre toute l’ampleur des mutations survenues au long de ces quatre décennies. Sur celle de 1974, la ville n’est qu’une clairière dont on voit bien les limites, juste derrière quelques pâtés de maisons basses. Une file de camions bâchés attend, juste après avoir franchi le pont, l’autorisation de poursuivre leur route vers Porto Velho, dépassés par la charrette d’un colon rejoignant son lot agricole. La photo de 2012 montre le même pont, entretemps considérablement élargi et dédoublé, aux abords duquel des travaux sont encore en cours, ce jour férié, pour réduire les embouteillages qui se produisent tous les jours sur ce goulot d’étranglement, ce point de passage obligé. Les camions ne s’y arrêtent plus, ce sont principalement des semi-remorques livrant au port de Porto Velho le soja du nord-ouest du Mato Grosso ou des bétaillères drainant vers le nord ou vers le sud les bœufs vivants ou leur viande désossée. La limite de la forêt, reportée des kilomètres plus loin, n’est plus visible, même si la ville est encore bien verte  grâce aux îles fluviales où la végétation a été préservée. Retournement complet : l’arbre n’est plus l’ennemi à abattre par le fer et par le feu pour ouvrir une clairière où tenter de survivre, c’est une aménité recherchée pour diminuer l’îlot de chaleur urbaine, pour décorer et rafraîchir un paysage devenu trop minéral et artificiel.

Périphéries de São Paulo

La majorité des onze millions d’habitants de São Paulo, et plus encore des 18 millions d’habitants de sa « région métropolitaine » de 39 municípios (communes) vivent dans les immenses périphéries poussées à la va-vite dans les années de sa croissance la plus rapide, dans les années 1950 et 1960.

Une bonne partie de ces périphéries sont occupées par des favelas, qui entourent le centre – dégradé – de la ville et sa première couronne de quartiers chics – au sud-ouest – et de quartiers résidentiels pour classes moyennes. Au-delà persistent de vastes étendues de forêts, progressivement mitées par la croissance de la lointaine banlieue, que des lignes de train (pour les pauvres) et des voies autoroutières (pour les riches) rendent accessibles au prix de longues heures de transport.

Ces banlieues ne sont pas très facile d’accès, car à la difficulté de s’orienter dans un lacis complexe de rues pas toujours asphaltées s’ajoute un fort sentiment d’insécurité. L’usage du GPS résout la première difficulté, la seconde est plus difficile à vaincre car même si la réalité mesurée par les statistiques de police ne la justifient que partiellement elle rend difficile de convaincre des accompagnateurs de vous guider dans ces quartiers.

Heureusement, la disposition des couloirs aériens donnant accès aux aéroports de São Paulo (celui des vols nationaux, Congonhas et celui des vols internationaux, Guarulhos) permet, à chaque atterrissage et décollage, de collectionner des photos prises à basse altitude qui donnent une bonne idée de la configuration des ces quartiers.

Une de leurs caractéristiques les plus frappantes est  la juxtaposition dse zones industrielles, résidentielles et commerciales, sans zonage ni planification.

On peut y trouver – par exemple – des installations de stockage de carburant à proximité de zones résidentielles denses, qui se sont très probablement développées sans autorisation sur des sites inconstructibles.

Dans les quartiers les plus proches des grands axes, les plus visibles donc, ont été tentées des opérations de remplacement des maisons basses, vite et mal construites, par des immeubles d’appartements appelés Cingapura, puisque c’est à Singapour que – dit-on – le gouverneur de l’époque en a trouvé le modèle.

Dans la périphérie Sud, entre le centre et les lacs de barrage Billings et Guarapiranga, le bâti est plus dense encore, sans grandes trouées ni espaces verts.

L’effet global, vu d’avion, de ces quartiers périphériques, est d’une couche uniforme de maisons basses, qui suit et souligne les ondulations du relief en demi-oranges caractéristique de l’évolution géomorphologique sous climat tropical.

Vus de plus près, le bâti montre des différences entre les axes principaux, où se concentrent les activités économiques (petites industries, entrepôts, commerce, etc.) et les cœur des ilôts occupés par les logements.

La plus étendue des périphéries du município de São Paulo, la Zona leste est peuplée de 4,5 millions d’habitants, et ne compte guère d’axes ou d’équipements structurants, à part le terminus de la ligne 3 du métro, doté d’amples terrains expropriés pour les aires de manœuvre et d’entretien. C’est pourquoi le choix a été fait d’y construire le stade qui devrait – s’il est fini à temps – le match d’ouverture de la Coupe du Monde de football, en 2014 et servir de pôle de développement à la zone.

Un des derniers espaces verts, aux confins de la Zona Leste et de Guarulhos, est le Parc écologique du Tietê, aménagé sur les zones inondables par les crues annuelles de la rivière. Cette « coulée verte » est évidemment bienvenue dans ce monde minéral, mais elle est attaquée de toute part par l’avancée urbaine et mal défendue par une APA (Area de proteção ambiental, zone de protection environnementale) peu efficace.

Travail de terrain dans la haute vallée du Tietê

Ce travail de terrain a été réalisé les 6 et 7 août 2011, avec les professeurs Waldir Mantovani et Neli de Mello-Théry. Le 5 et le 6 ont été consacrées à la partie orientale de la haute vallée, et  le 7 et sa partie occidentale.

La sélection des lieux visités a été faite en fonction de:

– 1) une typologie des principales formes d’utilisation des terres et des sols dans une bande de 1 km de part et d’autre du Tietê.  Le but était de voir et de photographier (en précisant les coordonnées géographiques) les principaux types repérés lors du traitement des images satellites.

– 2) des cas typiques de transformation de l’utilisation des sols détectés en comparant les cartes faites par l’Emplasa (Agence de la région métropolitaine de São Paulo) pour 2002 et par l’équipe du projet pour 2007. Nous voulions aller sur le terrain pour vérifier la réalité et l’ampleur des transformation, et vérifier ce qui s’était passé entre 2007 et la date de visite de terrain.

Dans les pages qui suivent, chaque lieu est situé par une photographie représentative du paysage dominant, géo-référencées de deux façons : la définition classique de la latitude et la longitude (mesurée par un GPS) et sa localisation, en fonction de ces coordonnées, sur une carte Google Earth. Suit un bref commentaire et dans la plupart des cas photographies supplémentaires et/ou des images Google Earth.

1 Carrière d’extraction de sable

Sablière

Dans ce cas, l’environnement d’origine de la plaine inondable est complètement détruit, la végétation d’origine et le sol enlevés et le sable excavé sur toute sa profondeur (plus de 50 mètres). Selon le propriétaire, qui a été interviewé sur le terrain, l’objectif final est de remplir de remblais la cavité pour former une zone industrielle. Le panorama et l’agrandissement de l’image de Google Earth montrent l’étendue impressionnante de la carrière.

Détail sur Google Earth

2 Urbanisation de la plaine inondable

L’avancée de l’urbanisation dans la plaine inondable est l’un des phénomènes les plus préoccupants de l’évolution de la région. Cet endroit a été choisi car une route a été construite en travers la vallée et donne une vision claire du front d’urbanisation qui avance jusqu’à la rivière.

3 Plaine inondable peu occupée

Cet endroit a été choisi car il donne une bonne image d’un état peu troublé de la plaine inondable et de sa végétation dans une zone en amont, loin du front d’urbanisation. La photo panoramique ci-dessous montre l’étendue de la zone.

4 Production maraîchère

Une des principales activités dans la plaine d’inondation est la production horticole, qui a besoin de grandes superficies de terres situées près de la rivière et de son eau pour irriguer ses parcelles. La compétition pour occuper ses rives conduit à la formation de longues parcelles étroites qui apparaissent clairement sur la photo ci-dessous et sur l’image Google Earth.

5 Indutrialisation de la plaine inondable

Les terrain plats et la disponibilité en eau attire également les activités industrielles dans la plaine inondable, ce qui conduit a évidemment des conséquences environnementales négatives. Le cas choisi est celui d’une industrie sidérurgique situé dans la plaine inondable.

6 Terrains vagues

L’analyse de l’utilisation de 2007 montrait des terrains vagues, des étendues de terres nues sans utilisation apparente. Certaines de ces images apparaissent sur Google Earth (qui pour la plupart datent de 2009-2010) comme ayant été utilisées dans un but précis, principalement des lotissements résidentiels et plus rarement de zones industrielles. Ce cas a été choisi car le terrain semblait  vide sur les images Google Earth, bien qu’il soit située au bord de voie rapide Ayrton Senna, avec accès direct à une sortie. Nous avons constaté que, malgré l’excellent emplacement, il était toujours vide, sauf un hangar unique et petit bâtiment d’apparence précaire, et n’est utilisé que par un terrain de football sans herbe.

7 Lotissement de classe moyenne

Ce cas avait attiré notre attention parce qu’il révelait sur les images successives disponibles sur Google Earth (voir séquence ci-dessous) une occupation progressive d’une zone entièrement occupée par la végétation jusqu’à un lotissement formé, avec des rues et des lots où ont été construits ou sont en cours de construction de maisons unifamiliales. La vérification de terrain a révélé qu’il s’agissait d’un lotissement de classe moyenne.
On a également constaté que la frontière du côté de la vallée, très sinueux, ne correspond pas une pente ou à tout autre limite naturelle. Délimitée par un grillage et une haie, il suit strictement la limite de l’Aire de Protection Emvironnementale (APA), ce qui indique un bon niveau d’information et de respect de la législation environnementale.

8 Urbanisation par des populations à bas revenus

L’urbanisation désordonnée des zones inondables, particulièrement par des populations à faibles revenus, est une des préoccupations majeures dans la région. Le lieu choisi est le quartier de Jardim Romano et ses accès, perce qu’il a subi de graves inondations, qui ont conduit à la construction d’une digue de protection.

9 Lotissement de luxe

Une autre tendance forte détectée dans les transformations de l’utilisation des sols dans la vallée  et ses environs est la croissance des lotissement fermés pour des clients à haut niveau de revenus. Ceux-ci cherchent  des zones à l’environnement naturel agréable – ce qui en fait un argument de vente – mais leur multiplication constituer un risque sérieux pour l’environnement. Le cas choisi illustre ce processus, comme le montre la séquence d’images de Google Earth ci-dessous : à partir d’une clairière au milieu d’une grande aire forestière a été créée une copropriété haut de gamme.

10 Lotissement dans la plaine inondable

Un autre exemple de la lotissement fermé avait été choisi (à partir de l’analyse des cartes d’utilisation des terres de 2002 et 2007) parce qu’il était en partie situé en dehors de l’APA et en partie à l’intérieur de celle-ci (resterait à savoir comme nt a été accordé le permis de construire dans la plaine inondable). Malheureusement, il n’a pas été possible de dépasser la guérite des gardes à l’entrée de la copropriété. Cependant, le passage à cet endroit n’a pas été inutile, car il a permis d’établir qu’un terrain qui paraissait vacant sur l’image Google Earth était déjà occupé par un bâtiment résidentiel neuf.

 

Salon agricole Fenasucro-Agrocana

Le salon agricole Fenasucro-Agrocana de Sertãozinho (État de São Paulo) est l’un des grands évènements de l’année pour les producteurs de sucre et d’alcool brésiliens et – de plus en plus – des pays voisins, qui viennent au Brésil, le premier producteur mondial de canne à sucre, se renseigner sur les nouvelles technologies qui y sont développées.

On y trouve en effet, dans le parc d’exposition en plein air, des machines agricoles spécialisées pour la culture, la récolte et le transport, de plus en plus perfectionnées et impressionnantes. Comme par exemple des machines à couper la canne dont chacune remplace une centaine de coupeurs de canne, et évite de brûler les pailles avant la coupe : plus de problèmes écologiques et plus de problèmes sociaux, pour les producteurs du moins…

Machine à couper la canne à sucre

À l’intérieur, dans la partie couverte, d’autres entreprises offrent du matériel pour les sucreries et distilleries, matériels très techniques donc, axes, engrenages et valves pour les véritables usines que sont devenues les sucreries de cette région, la plus productive du pays.

Matériel pour usines à sucre et distilleries

Mais comme on est malgré tout au Brésil, même les stands des matériels les plus techniques sont embellis par la présence de charmantes jeunes femmes : peut-être est-ce un atout pour attirer l’attention des chalands dans ce monde très masculin ?

Hotesses d'accueil sur un des stands

Questions environnementales dans l’État de São Paulo

Trois images contrastées sur le traitement de l’environnement dans l’État de São Paulo : la première montre l’espace vert créé au long de la plage de Santos, pour que le front de mer soit moins minéral et que les résidents du front de mer aient leur quotas d’espaces verts.

Jardins du front de mer à Santos. cliché Hervé Théry 2011

Les deux autres montrent le Tietê, la rivière qui traverse São Paulo, en aval de la ville : la quantité de détergents est telle qu’en aval d’un petit barrage hydroélectrique et de la première chute importante du cours moyen, à Salto, la surface de l’eau est entièrement couverte d’une mousse épaisse.

Le Tietê en aval de Sao Paulo. Cliché Hervé Théry 2010

Tout espoir n’est pourtant pas interdit puisque la « tache de pollution » en aval de la ville diminue de façon régulière depuis plusieurs années, à mesure que progresse le traitement des eaux rejetées à la rivière.

La chute du Tietê à Salto. Cliché Hervé Théry 2010