Archives de catégorie : Photos

La Pedra do Telégrafo, quintessence du tourisme au Brésil

La Pedra do Telégrafo près de Rio de Janeiro, est un promontoire rocheux qui offre une vue magnifique sur les plages de l’ouest de la ville, Meio, Funda, Grumari, Recreio, Barra, etc. Mais son intérêt principal n’est pas le remarquable paysage qui l’entoure, mais le fait qu’elle permet d’observer une sorte de quintessence de nouvelles tendances du tourisme au Brésil : elle est typique de l’attraction pour le tourisme sportif et d’aventure qui s’y développe, et sa fréquentation croissante témoigne du rôle croissant des réseaux sociaux dans la réputation des lieux. Et ce d’autant plus que, en l’occurrence, la raison principale de s’y rendre est d’y des photos spectaculaires et de les poster sur ces réseaux.

Situation

La Pedra do Telégrafo est un morne tropical de 354 mètres de haut, situé dans le município (commune) de Barra de Guaratiba, dans l’État de Rio de Janeiro, à 60 kilomètres à l’ouest de sa capitale (figure 1). Elle fait partie du parc de Pedra Branca, un massif montagneux de 150 km2, vaste structure anticlinale formée de granites ou de gneiss et marquée par la présence de batholites du genre de ceux qui ont donné naissance au Pain de Sucre ou la Pedra da Gávea qui domine le paysage régional du haut de ses 844 mètres. Elle doit son nom (littéralement « Roche du Télégraphe ») au fait que, pendant la Seconde Guerre mondiale, elle avait reçu un avant-poste militaire, équipé d’une radio, pour l’observation de sous-marins ennemis et la prévention des attaques contre les navires entrant ou sortant de le baie de Guanabara.

Figura 1 Localisation de la Pedra do Telégrafo

Google Maps

Située à l’ouest de Rio elle se situe dans le prolongement de l’axe majeur d’expansion de la ville hors de son site original de la baie de Guanabara. Ce mouvement vers le littoral atlantique avait commencé à la fin du XIXe siècle avec la fondation de Copacabana[1], prolongée ensuite par une succession de quartiers d’abord balnéaires puis résidentiels, Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca, Recreio dos Bandeirantes. Sa proximité des quartiers les plus récents et les plus à la mode de la ville lui assure ainsi une clientèle de résidents cariocas aisés et de touristes séjournant dans la ville la plus visitée du pays, les uns et les autres souvent à la recherche d’une excursion de la journée.

Figura 2 Le contexte de la Pedra do Telégrafo

Google Earth

La Pedra do Telégrafo est donc désormais incluse dans les guides touristiques imprimés et mentionnée par les sites électroniques indiquant aux touristes quoi faire et quoi voir à Rio. Car elle est devenue célèbre, sur les réseaux sociaux, pour les photos que l’on peut y prendre, sur lesquelles les touristes semblent suspendus au bord d’un précipice vertigineux dominant un magnifique paysage de mer, de plages et de montagnes.

Des photos spectaculaires

Ces images se sont multipliées sur internet et le hashtag # pedradotelegrafo y est apparu des dizaines de milliers de fois. Il y en tant que prendre une pose qui n’a jamais été vue est devenu presque impossible et il ne reste plus qu’à répéter les plus réussies et à s’amuser de la peur faite aux amis, qui croient que vous avez risqué votre vie dans cette aventure.  Ce que tout le monde veut, en fait, c’est gagner beaucoup de « like » sur internet en prenant une photo de soi au bord l’abîme, avec le massif de la Pedra Branca, les plages de la zone Ouest et le nouveau quartier de Barra da Tijuca en arrière-plan, puis en l’affichant immédiatement sur Instagram, Snapchat ou Facebook. C’est d’autant plus facile que le lieu est bien couvert par les réseaux des principaux opérateurs, qui ont bien compris qu’il est très fréquenté par leurs clients.

Figura 3 Au bord de l’abîme, mais avec le sourire

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

On notera que les personnes photographiées ne semblent pas inquiètes d’être suspendues dans le vide, sur la plupart des images elles sourient, méditent, font du yoga, de la musculation ou s’embrassent[2]. Elles y exhibent aussi leurs élégantes tenues sportives, leur impeccable forme physique – dont témoigne le fait qu’elles ont atteint le sommet – et – éventuellement – la complicité amoureuse de leur couple, hétéro ou homosexuel.

Figura 4 Exhibitions de forme physique et de complicité de couple

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/ et https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

La Pedra do Telégrafo est donc le lieu idéal pour observer des caractéristiques qui en font une quintessence du Brésil à la mode, de l’image que veulent en donner à leurs correspondants ceux qui y résident ou y sont en vacances. On y retrouve le culte du corps en forme et bronzé; le succès de la mode sportive ou casual, depuis les maillots de bain minuscules (dits fio dental, « fil dentaire ») jusqu’aux jeans artistiquement percés aux genoux et aux textiles sophistiqués évacuant la sueur. Mais la dominante est la manie d’afficher des photos de soi sur les réseaux sociaux, selfies ou photos prises par d’autres mais où le sujet principal est le propriétaire de l’appareil. Ou, plus fréquemment, du smartphone avec lequel la photo a été prise et postée. C’est évidemment plus moderne et plus chic que les « là c’est moi devant la tour Eiffel » ou « là Germaine fait semblant de soutenir la Tour de Pise » des interminables soirées diapos d’antan, mais tout aussi narcissique…

En réalité…

Comme il s’agit d’image, choc et flatteuse, peu importe qu’elle embellisse quelque peu la réalité. En réalité tout est dans le cadrage de la photo, car sous la roche la terre ferme est à moins de deux mètres, juste sous les pieds des personnes photographiée, il suffit de bien choisir son angle pour obtenir l’illusion d’optique recherchée. Les photos sont vertigineuses, car tout le monde pense, en les voyant, que les amis qui vous les envoient étaient en danger, perchés au sommet d’une immense falaise, mais il n’en est rien, elles étaient en fait en parfaite sécurité. Les pentes qui dominent la mer sont plus loin et le sommet du morne est en fait en pente modéré. Tout au plus peut-on dire que certains endroits sont en pente plus accentuée, et donc qu’il y a un petit risque d’accident pour les imprudents et pour les impatients qui explorent les environs en attendant leur tour de prendre « la » photo.

Figura 5 La situation réelle

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

Files d’attente

En effet, si peu de gens connaissaient la Pedra do Telégrafo avant que le G1 (le site d’information de Globo news, la principale chaîne d’information en continu) et quelques célébrités aient commencé à faire connaître cette attraction touristique naturelle. Depuis lors des foules d’« aventuriers » s’y sont rendus à la recherche d’images drôles et des centaines de personnes y affluent chaque jour, sauf quand il pleut, évidemment, sous la pluie pas de photos possibles.

Leur nombre a tellement augmenté que certains jours et à certaines heures il y a une file d’attente pour prendre des photos, en raison du temps que chaque personne met à prendre ses images, en particulier les couples. Certains n’ont pas le bon sens élémentaire de céder la place au plus vite et veulent engranger d’innombrables clichés – à tous les sens du terme puisque ce sont généralement les mêmes que ceux déjà enregistrés par leurs prédécesseurs et qui le seront jour après jour par leur successeurs. Si bien que le temps d’attente augmente et peut atteindre jusqu’à deux heures le week-end, il est habituellement beaucoup plus long que le temps de montée, car tout le monde est pressé d’arriver, mais personne n’est pressé d’en partir. La figure  6 montre ces files d’attente, que l’on peut également voir sur YouTube[3], et on est ici nettement dans un cas d’overturism, pour reprendre le terme généralement utilisé pour décrire des situations de fréquentation excessive de certains sites.

Figura 6 Les files d’attente pour prendre des photos

https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA , http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/ , https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA , https://derigo.me/ita/blog/post/94/at-the-edge-of-the-cliff et https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

Une belle randonnée

Malgré tout, l’excursion à la Pedra do Telégrafo vaut la peine – de préférence hors saison – parce que la vue est superbe, de deux côtés, vers Rio et vers la Restinga de Marambaia, la région de lagunes et de flèches sableuses qui se situe plus à l’est. On notera toutefois une curiosité, la roche connue sous le nom de Pedra do Telégrafo est, en fait, celle du cheval ou de l’enclume (ce qui est en effet ce qu’évoque sa forme). La vraie roche du télégraphe est située plus haut, et porte un drapeau du Brésil.  Décidément la Pedra do Telégrafo est un monde d’illusions et de faux-semblants…

Figura 7 La pierre du cheval, ou de l’enclume

DCIM102GOPROG5055053.

http://www.dougpelomundo.com/2016/10/04/trilha-pedra-do-telegrafo-rio-de-janeiro/

Figura 8 Vue vers la Restinga de Marambaia

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

Comment y aller?

Environ une heure et demie en voiture depuis Rio (par la côte ou en contournant le parc national de la Tijuca). Environ quatre heures en vélo (idem) ou douze heures à pied (idem).

En bus par le tramway à la station Ilha de Guaratiba. De l’autre côté de la gare, prendre le bus 867 jusqu’à la plage de Barra de Guaratiba.

Le week-end la plage est bondée et il n’y a pas d’endroit pour se garer, arriver tôt ou prendre un bus.

Le sentier de randonnée final n’est pas trop dur et il faut en moyenne une heure pour arriver la pierre du Télégraphe. Certains passages sont plus raides, attentions aux bifurcations, tant dans les rues par lesquelles se fait l’approche que sur les sentiers.Voir description complète (avec photos) à l’adresse http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Figura 9 L’accès à la Pedra do Telégrafo

http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Sources

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/

https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

https://oglobo.globo.com/rio/pedra-em-barra-de-guaratiba-cria-ilusao-de-precipicio-18578929

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

[1] Voir « Histoire d’un lieu mythique, Copacabana », (https://braises.hypotheses.org/1303)

[2] Ces images deviennent donc une sorte de métaphore de la situation actuelle du Brésil qui, selon beaucoup de ses habitants, vit en permanence au bord du gouffre, mais avec le sourire…

[3] https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA  et https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA

Histoire d’un lieu mythique, Copacabana

Si Rio de Janeiro, porte d’entrée du Brésil pour la plupart des touristes, est déjà un lieu mythique pour beaucoup de candidats au voyage, Copacabana l’est plus encore, c’est un nom qui fait rêver bon nombre d’habitants de la planète. Quelle est la réalité derrière le mythe, comment le lieu s’est-il formé et a-t-il évolué de ses origines à nos jours[1] où – il faut bien le dire – il ne correspond plus tout à fait à l’image qu’il a en dehors de Rio et du Brésil.

Copacabana avant

Avant l’arrivée des Portugais, Copacabana était une zone inhabitée, où les Indiens venaient seulement se baigner, pêcher ou ramasser des moules, des crabes et autres fruits de mer. Une simulation infographique (figure 1) permet de reconstituer sa topographie et ses paysages, qui restèrent intacts jusqu’au milieu du XVIe siècle car bien que la région ait été visitée par l’explorateur portugais Gaspar de Lemos en 1502, la ville de Rio de Janeiro n’a été fondée que le 1er mars 1565 par Estacio de Sá, après qu’il en ait expulsé la colonie que les Français y avaient installée[2]. Mais, comme eux, les Portugais s’installèrent dans l’immense baie de Guanabara, qui offrait un abri bien plus sûr et commode que le littoral ouvert sur la pleine mer. Ils ne pouvaient pourtant pas se désintéresser complètement de cette côte battue par les vents et les vagues (ne serait- ce que pour surveiller les approches de la ville), ni donc de Copacabana, qui est sa partie la plus proche de la ville, juste au-delà du Pain de Sucre qui marque l’entrée de la baie.

Figure 1 Copacabana avant l’arrivée des Portugais

Simulation numérique des plages de Copacabana et Ipanema comme elles étaient au XVIe siècle, à l’arrivée des Portugais. Dans le coin droit de la première image et le coin gauche de la seconde le promontoire sur lequel a été construit le Fort. Source http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/fotos/2015/02/fotos-veja-imagens-do-antes-e-depois-de-paisagens-do-rio.html

Après la prise de la ville par le corsaire français Duguay-Trouin, en 1711, les habitants avaient pris des mesures pour pouvoir mieux scruter l’horizon et en 1779 Copacabana a été incorporé au système de défense de la ville[3] avec la construction de fortifications de la redoute du Leme, du fort do Vigia (au sommet du Morro da Babilônia) et de la redoute de Copacabana, sur la Ponta da Igrejinha, afin d’alerter les autres fortifications de la baie de Guanabara de l’approche les navires suspects.

Mais à part ce fort et l’église voisine (voir ci-dessous) la région restait inhabitée et sauvage, comme en témoigne Maria Graham, une écrivaine et peintre anglaise qui  a publié en 1824 le premier livre qui mentionne Copacabana, Journal d’un voyage au Brésil: « Après mon retour, je me suis joint un joyeux groupe pour une balade à cheval à Copacabana, petit fort qui défend une des baies situées derrière la Praia Vermelha, et d’où l’on peut voir quelques-unes des plus belles vues d’ici. Les forêts des environs sont belles [..] et dans les collines abondent les opossums et les tatous ».

En août 1858 se produisit le premier événement majeur qu’ait connue le lieu. Il avait couru la nouvelle de l’échouage de deux baleines sur la plage de Copacabana, et l’affaire avait attiré beaucoup de gens, y compris l’empereur Pedro II, qui s’était rendu sur place accompagné d’un nombreux entourage. Les baleines ne furent pas trouvées mais cela lança la mode d’y faire des promenades à cheval et des pique-niques en bord de mer.

Les deux seules implantations durables étaient donc l’église et le fort qui partageait avec elle la Ponta da Igrejinha.

L’église Nossa Senhora de Copacabana

C’est l’église de Nossa Senhora de Copacabana[4] qui donné son nom au futur quartier après la consécration, au XVIIIe siècle,  d’une chapelle qui existait sur une pointe rocheuse entre Copacabana et Ipanema (figure 2). Construite par les pêcheurs et les navigateurs, elle leur permettait de prier lorsqu’ils approchaient de l’entrée de la baie ou en sortaient vers le sud.

Elle a été nommée ainsi en référence à une ville de Bolivie, située sur les rives du lac Titicaca, où une église abritait une statue, connue sous le nom de « Vierge de Copacabana », sculptée par un Indien nommé Tito Yupanqui, dans les années 1600. Le mot Copacabana est d’origine quechua, l’original étant Kupa kawanae, ce qui signifie « qui regarde le lac »).  La renommée de la statue se répandit dans toute l’Amérique catholique, des commerçants portugais en ont apporté une copie à Rio de Janeiro à la fin du 17ème siècle, et la chapelle fut baptisée en son honneur. Elle a probablement été construite au début du XVIIe siècle et en 1732 l’évêque Fray Antônio de Guadalupe avait ordonné la réparation du toit, des murs et des porches car elle était pratiquement en ruines.

Figure 2 L’église de Nossa Senhora de Copacabana

En bas à gauche photo des années 1880. En bas à droite photo vers.1895 de Marc Ferrez

L’église a été expropriée par décret du 20 mars 1918 et démolie la même année pour faire place à un fort moderne.

Le fort de Copacabana

Figure 3 Le fort de Copacabana

En haut le fort et son site, http://www.fortedecopacabana.com/galeria-de-imagens.html , en bas reddition des « 18 du fort » de Copacabana : de gauche à droite les lieutenants Eduardo Gomes, Siqueira Campos, Nílton Prado et le civil Otávio Correia, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Os_18_do_Forte.jpg, les tourelles des canons de 305mm Krupps https://fatosfotoseregistros.wordpress.com/page/21/

La construction du Fort de Copacabana a commencé en 1908[5], ont d’abord été élevées ses parois latérales (d’une épaisseur de 12 mètres), en 1912 ont été installés les tourelles contenant les canons Krupps de 190mm et 305mm (figure 3) et le fort a été inauguré le 28 Septembre 1914.

Au long du XXe siècle il a connu des épisodes qui sont entrés dans l’histoire du Brésil, comme la rébellion dite des « 18 du fort ». Au début de l’épisode les rebelles étaient 301mais à la fin ils n’étaient plus que 19, dont 18 militaires, principalement des lieutenants (tenentes), d’où le terme « tenentismo », utilisé pour caractériser les soulèvements de secteurs de l’armée contre República Velha (la « Vieille République ») dominée par les oligarchies rurales de l’Indépendance (1822) à la Révolution de 1930.

Durant celle-ci le fort a servi de prison au président de la République déchu, Washington Luís  et lors du coup d’État militaire de 1964 il a été point de rencontre pour le « commandement révolutionnaire ». Après la Seconde Guerre mondiale le fort, est devenu progressivement obsolète, a été désactivé en 1987 et il abrite désormais le Musée de l’Armée.

Les années 1890-1900

Jusqu’à la fin du XIXe siècle Copacabana était un champ de dunes, avec ici et là des oasis formées de cajueiros (arbres à cajous, anacardiers, Anacardium occidentale) de jambeiros (Syzygium jambos), de pitangueiras (Eugenia uniflora), de cactus et de palmiers nains. Quelques huttes de chaume abritaient des pêcheurs et des esclaves vivant des produits de petits jardins. Personne ne se serait risqué à prédire un bel avenir à la région.

Les tableaux de Guta et Eduardo Camões (figure 4) en reconstituent les paysages, mais on dispose aussi de quelques photographies (figure 5), une technique introduite au Brésil dans la deuxième moitié du XIXe siècle et dont l’Empereur Pedro II était un amateur éclairé et passionné.

Figure 4 Années 1890 (tableaux)

En haut Copacabana en 1893, recréation de l’artiste Guta. Trois suivants tableaux d’Eduardo Camões, de haut en bas deux vues en direction du Leme (au fond), o Leme et colonie de pêcheurs près la pointe où a été construit le fort de Copacabana.

Figure 5 Années 1890 (photos)

En haut photo de la fin du XIXe siècle, une des dernières images de Copacabana et de Leme portant encore une végétation qui a ensuite été engloutie par l’urbanisation. En bas à gauche la même colonie de pêcheurs que sur la figure 3, photo de Marc Ferrez en 1895, en bas à gauche la même région au début du XXe siècle.

Le quartier était donc à cette époque géographiquement isolée et d’accès difficile. La côte n’offrait aucune crique où se protéger des vagues déferlantes, les plaines côtières étaient limitées par les falaises d’une série de mornes do Urubu, da Babilônia, de São João, dos Cabritos, do Cantagalo e do Pavão. Copacabana était donc bien à l’image de la géographie physique de Rio, des montagnes aux pieds baignés par la mer.

Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, pour atteindre ces dunes partiellement couvertes par une rare végétation, à peine occupées par quelques colonies de pêcheurs et de petits paysans, les visiteurs devraient franchir les mornes qui les séparent du quartier Botafogo ou entreprendre un long voyage de via Humaitá et Lagoa (figure 6). Ce fut donc l’ouverture de nouveaux accès, plus directs, qui permit l’occupation de Copacabana, qui n’avait officiellement que 297 habitants en 1906, alors qu’elle en comptait actuellement environ 150 000 (146 392 en 2010).

Accès et tunnels

L’article de Jenner da Silva Soares comporte une carte (figure 6) qui montre, sur une image satellitaire actuelle, les anciens et les nouveaux accès ouverts par la construction de tunnels (figure 7) sous les mornes séparant Copacabana du reste de la ville (nommés sur la figure 6). C’est en effet grâce à ceux-ci que le quartier a commencé à être intégré au reste de la ville. Le premier a été ouvert sous le Morro de Vila Rica, le Túnel Prefeito Alaor Prata, plus connu comme Túnel Velho (vieux tunnel), entre Copacabana et Botafogo, il a été mis en service le 6 juillet 1892 par la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (l’actuelle compagnie Light)

Figure 6 Les accès à Copacabana

Un peu plus tard, en 1906, un autre tunnel a été ouvert sous le morne da Babilônia, le Túnel Novo (nouveau tunnel), doublé ultérieurement par un deuxième à ses côtés (tunnels Engenheiro Coelho Cintra e Marques Porto)[6]. Copacabana étant désormais accessible en tramway (d’abord hippomobile, puis électrique) en passant par les nouveaux tunnels, la marche vers l’urbanisation complète du quartier était définitivement engagée.

Figure 7 Les tunnels vers Copacabana

En haut à gauche l’ouverture du Túnel velho en 1892, en bas à droite l’entrée du Túnel Velho du côté de Copacabana vers 1920. En bas à gauche sortie du Túnel novo du côté du centre, en bas à droite dans les années 1950, quand les voitures le partageaient avec les tramways (ils ont cessé d’y circuler en 1963)[7].

La dernière photo de la figure 7, prise en 1963 pour le Correio da Manhã, montre les derniers jours de la cohabitation des tramways et des voitures. Le petit viaduc traversant la rue était beaucoup plus sympathique que de nos jours, et avait le même fronton décoré dans le style néocolonial que le tunnel.

Le décollage, 1900-1920

Bien avant son attrait touristique un des principaux attraits de Copacabana était sa réputation de salubrité, alors que Rio était victime d’épidémies de fièvre jaune jusqu’à ce qu’Oswaldo Cruz en vienne à bout en 1904[8]. Le séjour à la plage de Copacabana était donc considéré comme ayant une valeur thérapeutique, car les bains de mer dans l’Océan étaient jugés plus salubres que dans l’eau « stagnante » de la baie Guanabara. Le docteur Figueiredo Magalhães, médecin renommé et résident dans le nouveau quartier, le recommandait aux personnes convalescentes pour se reposer. Il croyait beaucoup à l’avenir de Copacabana et dès le début des années 1880 il avait toujours proclamé les bienfaits thérapeutiques de l’air et de la mer de Copacabana[9].

Pour motiver encore davantage le public, les entreprises intéressées, comme la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (qui avait ouvert le Túnel Velho), claironnaient partout les qualités du quartier. Ses dirigeants ont fait valoir que « les deux plages de Copacabana et Arpoador sont dotées d’un climat magnifique et salubre, elles sont balayées constamment par les brises fraîches de l’Océan, qui en font deux véritables sanatoriums et dans une ville décimée périodiquement par des épidémies, elles seront rapidement recherchées par la population comme les villes balnéaires d’Europe ».

Autre enthousiaste du quartier, le deuxième Baron d’Ipanema, José Antonio Moreira Filho, était grand propriétaire foncier dans la région actuelle de Copacabana. En partenariat avec José Luís Guimarães Caipora il a joué un rôle important dans l’urbanisation de la zone par la construction de la plupart de ses parcs publics. Il a aussi été le responsable de l’urbanisation d’Ipanema le quartier voisin, au-delà de la pointe de l’Igrejinha. Avec l’expansion des lignes de tramway jusqu’au fort de Leme et l’église de Nossa Senhora de Copacabana, le quartier a vue se créer de nouvelles rues, vite bordées de maisons neuves dans le style balnéaire alors à la mode.

Figure 8 Copacabana vers 1905

A Ribeiro, http://www.laparola.com.br/acervo-de-fotos-historicas-do-brasil-disponivel-no-portal-brasiliana-fotografica

Les premières années du XXe siècle virent de grands progrès à Copacabana, comme les premiers tramways électriques passant par les tunnels. En 1906, le maire Pereira Passos lança les travaux de construction de l’Avenida Atlântica, sur le front de mer, en prenant sur les arrière-cours des maisons de l’Avenida Nossa Senhora de Copacabana. Le morne d’Inhangá fut été rasé pour lui permettre de courir d’un bout à l’autre de la plage et ses trottoirs revêtus de mosaïques de pierres noires et blanches en forme de vagues (voir ci-dessous).

En 1910, après dix-huit ans d’existence, Copacabana avait 20 000 habitants, qui soumirent une pétition à la mairie pour demander l’installation d’écoles, d’un sanatorium et de jeux pour enfants. En 1915 le maire Rivadávia da Cunha signa le décret déterminant la séparation du quartier de Copacabana du district de Gávea. Un autre décret, d’octobre 1917, reconnut la dénomination plage de Copacabana sur plus de 4 kilomètres, au long desquelles se situaient déjà 45 rues, une avenue, quatre places et deux tunnels.

Figure 9 Années 1920, les villas de la station balnéaire

En haut à gauche l’avenue Nossa Senhora de Copacabana est déjà goudronnée, à droite la maison de la famille Guinle, sur l’Avenida Atlântica. Au milieu à gauche le morne d’Inhangá n’a pas encore été supprimé, à droite l’espace vide au premier plan fait aujourd’hui partie de la place Cardinal Arcoverde, à l’époque il servait de corral pour les mules qui tiraient les tramways. En bas à gauche vue depuis la terrasse du Copacabana Palace encore neuf, en direction de la Praia do Leme, à droite la rue Barata Ribeiro (au centre) entre les rues Santa Clara et Constante Ramos.

 

Le 22 juillet 1919 fut inauguré la nouvelle Avenida Atlântica e, à double voie et dotée de trottoirs élargis ainsi que d’un éclairage moderne sur son terre-plein central, ce qui a encore embelli le front de mer.

Figure 11 Élargissements successifs de l’Avenida Atlântica

En haut élargissement de l’Avenida Atlântida (1919). En bas à gauche época da inauguração do Copoacabana Palace, tirada no terraço de um casarão no Leme, à droite dans les années 1970 l’Avenida Atlântica est déjè à deux fois trois voies.

Au début des années 1920 Copacabana était donc dotée de l’un de ses principaux symboles, les mosaïques de pierres noires et blanches du front de mer et allait bientôt en recevoir un autre, le Copacabana Palace Hotel.

Le Copacabana Palace Hotel

L’hôtel le plus célèbre de la plage, le Copacabana Palace Hotel a ouvert ses portes en 1923. Dans un premier temps il devait être ouvert pour commémorer le centenaire de l’indépendance du Brésil, en 1922 mais les travaux ont été retardés. Mais l’ouverture de l’hôtel le plus luxueux du pays n’en a pas moins donné le départ de processus d’installation d’établissements hôteliers dans le quartier.

Le Copacabana Palace a été conçu par l’architecte Joseph Gire, qui s’est inspiré des deux hôtels les plus glamour de la Côte d’Azur française, le Negresco de Nice et le Carlton de Cannes. En 1933, il a été le décor du film Flying Down to Rio, dans lequel Fred Astaire et Ginger Rogers ont dansé ensemble pour la première fois.

Figure 10 Le Copacabana Palace Hotel

En haut à gauche et en bas à droite la station balnéaire formée de grandes maisons, et l’hôtel tout récemment construit. En haut à droite l´hôtel encore neuf, en bas à gauche aujourd’hui, entouré d’immeubles, https://www.youtube.com/watch?v=u-Ouj3UVORk

Les mosaïques de pierres noires et blanches

Le dessin des mosaïques de la promenade en front de mer longe sur 4 150 mètres les plages de Copacabana et du Leme. Il était à l’origine basé sur celui de la place du Rocio à Lisbonne, les pierres bicolores de calcite blanche et basalte noir ont été d’abord importés du Portugal, accompagnées d’un groupe de paveurs professionnels spécialisés dans la pose et l’entretien des trottoirs de pierres portugaises. Le travail ne leur a pas manqué pour poser ces millions de pierres et les remplacer quand une tempête emportait une partie du trottoir côté mer. Peu après ont été découverts des dépôts de ces pierres dans tout le Brésil, ce qui a permis de reproduire ce type de trottoir dans d’autres villes.

Figure 12 Les trottoirs de pierres portugaises noires et blanches

En haut le revêtement de pierres encore neuf, en deuxième ligne les effets d’une tempête en 1921, en troisième ligne le revêtement, considérablement élargi, dans les années 1950 et 1970.

Le style curviligne des mosaïques de la promenade actuelle n’est vraiment apparu que depuis 1970, avec le travail paysager de de Burle Marx, l’élargissement de la bande de sable, des trottoirs et des pistes : le paysage a gardé la conception d’origine, mais les courbes ont pris de l’ampleur. Certains citoyens de Rio voudraient restreindre le pavage de pierres portugaises à certains tronçons, et pas le voir étendu à presque tous les trottoirs de la ville. Ils mettent en cause le coût et de la difficulté d’entretien (il y a peu de paveurs spécialisés) et des risques d’accident pour les piétons, en particulier les personnes âgées, en raison de la facilité avec laquelle les pierres se déchaussent.

Les années 1930 à 1960

À partir des années 1930, à mesure que le Brésil s’urbanisait et se modernisait, Copacabana a vu ses paysages changer : des immeubles d’appartements ont remplacé les villas de style balnéaire, des voitures de plus en plus nombreuses ont remplacé les tramways électriques comme moyen de transport dominant. Les premiers ont transformé le front de mer en une muraille continue de bâtiments de plus en plus hauts et serrés, empêchant la brise marine d’atteindre ceux des rues intérieures. Les secondes ont largement aggravé la situation en polluant l’air jusque-là réputé salubre et transformé en cauchemar la circulation dans les rues à sens unique et même sur l’Avenida Atlântica, naguère lieu de promenade et de flânerie.

Figure 13 Années 1940

En haut à gauche vue du haut d’un immeuble de l’Avenida Atlântica, à droite la plage remblayée. En bas à gauche vue aérienne de Copacabana, Ipanema et leblon au fond, au-delà de la pointe du fort, à droite L’Avenida Atlântica à l’angle de la rue Djalma Ulrich.

Dans les années 1950 des milliers d’immeubles ont encore été construits, à mesure que s’accroissait l’attraction des plages, elle-même liée à un véritable culte du corps, de plus en plus répandu. C’est en effet un trait partagé par une large part de la population brésilienne, toutes classes sociales confondues, le corps « doit » être mince, musclé et bronzé,  d’où – pour ceux qui en ont les moyens – la floraison des clubs de musculation, les academias, et le succès des cliniques de chirurgie esthétique.

Dans un article intitulé « Brésil, le pays où le corps est roi »[10], Dominique Audibert et Annie Gasnier racontent : « Au Brésil, la religion de la beauté atteint des sommets. Sur les plages d’Ipanema et de Copacabana, les paires de seins atomiques et de fesses pneumatiques laissent rêveur. Ou perplexe. C’est peu dire que ce pays qui a inventé le string (plaisamment surnommé fio fental, ou « fil dentaire ») est à la hauteur de sa réputation ». Copacabana en a bénéficié, car sa plage était le lieu parfait pour montrer à tous ces corps si bien soignés, aux formes et à la couleur idéales.

Figure 14 Années 1950

En haut Avenida Atlântica en 1957, http://www.procrie.com.br/wp-content/uploads/2010/01/Copacabana1957.jpg. Au milieu à gauche la Praça do Lido en 1951, à droite l’hôtel Miramar, en bas les débuts des problèmes de circulation.

Les plages

Au début du XXe siècle les bains de mer étaient à la mode, on ne parlait pas d’« aller à la plage », mais plutôt d’« aller au bain » et il n’était pas de bon ton de séjourner longtemps sur le sable. Pas de bains de soleil et la norme de la beauté élégante était la peau pâle, protégée par les cosmétiques, les chapeaux, parasols, et ombrelles.

En 1917, le maire Amaro Cavalcanti, a publié un décret réglementant l’utilisation des bains de mer : « Le bain ne sera autorisé du 2 avril au 30 novembre, de 6 h à 9 h et de 16h à 18h. À partir du 1er décembre et jusqu’au 31 mars de 5h à 8h et de 17 h à 19 h. Le dimanche et les jours fériés, il y aura une tolérance d’une heure de plus pour chaque période ». Les baigneurs devaient se présenter avec des « vêtements appropriés pour garder la décence nécessaire ».

Peu à peu, cependant, la pratique du sport, et surtout de la natation, ont contribué à la diminution de la taille des maillots de bain, qui ont laissé apparaître épaules et genoux, puis de plus en plus de surface de peau jusqu’à se réduire au strict minimum.

Figure 15 Les plages naguère et aujourd’hui

En haut à gauche scène de plage en 1929, à droite en 1931, en deuxième ligne dans les années 1950, en troisième ligne en dans les années 1970, en quatrième ligne à gauche en 1967, à droite en 2014, https://oglobo.globo.com/rio/banhistas-de-antigamente-nas-praias-do-rio-7133716

Alors qu’en 1946 Alberto Ribeiro e João de Barro chantaient encore «Copacabana princesinha do mar » (Copacabana, la petite princesse de la mer), il est à noter que Garota de Ipanema, l’une des chansons les plus populaires de toute la bossa nova, composée en 1962 par Vinicius de Moraes et Antonio Carlos Jobim[11], vante – comme son titre l’indique – la beauté d’une jeune femme d’Ipanema, et non plus de Copacabana. Victime de son succès, celle-ci avait alors déjà perdu de son charme. Sa plage était déjà devenue un lieu de loisir de masse, y compris bon nombre des habitants des favelas qui s’étaient multipliées sur les mornes voisins (les habitants do morro, par opposition à ceux do asfalto, des quartiers du bas, aux rues asphaltées). Le phénomène n’a fait que s’accentuer depuis lors et certains jours chauds de produit donc une saturation totale des plages, comme le montre la figure 16.

Figure 16 La foule sur les plages

4 janvier 2014, http://blogjackiegeo.blogspot.com.br/2014/01/clima-no-mundo-aqui-derretemos-la.html et « Sea of humanity » http://www.megatimes.com.br/2013/10/rio-janeiro.html

Copacabana aujourd’hui

Au cours des dernières décennies du XXe siècle, Copacabana, comme d’autres quartiers traditionnels de Rio, a subi un processus de dégradation, avec la spéculation immobilière, la circulation chaotique, les différents types de pollution, la prolifération des bidonvilles sur les mornes environnants, le tourisme sexuel, la violence urbaine.

La densité de population y est devenue très élevée (figure 17), sur 411 hectares Copacabana comptait au recensement de 2010 147 021 habitants (plus 14 157 a Leme) et la plus grande densité de Rio de Janeiro avec 35 618 habitants par kilomètre carré, plus qu’à Dacca (Bangladesh, 29 401), Mumbai (Inde, 20 680) ou Djakarta (Indonésie, 16 548). Avec 92 156 logements, bâtiments, bureaux et espaces commerciaux Copacabana représente à elle seule 9% de la taxe foncière totale recueillies dans la commune de Rio de Janeiro. Elle compte plus de 92 000 téléphones fixes et près de 180 000 téléphones portables, un téléphone pour 1,9 habitant[12].

Figure 17 Copacabana aujourd’hui

En haut à gauche Vista da Praia de Copacabana do alto do Morro do Leme, à droite au premier plan la pointe du fort. Au milieu à gauche vue en direction de la pointe du fort, à droite vers Leme. En bas à gauche Copacabana vue du sommet du Pain de Sucre J. Nabucet 2009, à droite la plage en « hiver » HThéry2009.

Aujourd’hui, Copacabana a perdu beaucoup de son prestige par rapport à d’autres quartiers situés plus loin sur la côte, comme Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca et Recreio dos Bandeirantes. Cependant, le glamour du passé est resté dans la mémoire des générations plus âgées, et Copacabana – naguère le quartier chic des artistes de la radio, du cinéma et de la télévision – a désormais la plus grande population âgée de la ville, qui, après avoir atteint la retraite, a choisi le quartier pour y passer les dernières années de sa vie.

Copacabana est donc devenu un quartier de vieux, environ un tiers de sa population (43 431 personnes en 2010) est composé de personnes âgées de plus de soixante ans, la plus forte proportion de toute la ville[13]. On a même plus dire que si la capitale n’avait pas été transférée à Brasilia la première mesure du gouvernement Lula n’aurait pas pu être d’imposer aux retraités des cotisations sociales qui ont diminué leurs revenus de 11%, ils auraient sans aucun doute assiégé en force l’ancien palais présidentiel du Catete, dans le quartier voisin.

Feux d’artifices de conclusion

Copacabana reste toutefois au moins une fois par ne le centre de l’attention de la ville, du pays et un des hauts-lieux de la planète, dans la nuit du Réveillon, grâce à ses feux d’artifice qui « ouvrent les portes de l’année ».

Figure 18 Feux d’artifices du Réveillon

Sources: Fernando Maia/ Riotur (31/12/2013), http://fotospublicas.com/no-rio-de-janeiro-34-mil-fogos-de-artificio-irao-iluminar-o-ceu-de-copacabana-por-16-minutos/ , https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas et https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/325180/bombeiros-e-pms-pedem-cancelamento-do-reveillonem-copacabana

 

Bien sûr, des feux d’artifice étaient déjà lancés sur les sables de Copacabana, dès la première phase d’urbanisation du quartier (dans la première moitié du XXe siècle), accompagnant les groupes de religions afro-brésiliennes qui célèbrent leurs cultes à la déesse de la mer, Iemanja, dans la nuit 31 décembre. Mais c’est avec l’alliance de la mairie avec une chaîne d’hôtel, en 1981, que l’événement est devenu officiel et a commencé à faire partie de la tradition du Réveillon à Rio, qui attire des millions de spectateurs brésiliens et étrangers.

Le spectacle a pris des proportions gigantesques (figure 18). En 2015 des barges chargées de 24 tonnes de feux d’artifice, ont été remorquées face à la plage pour un spectacle géant marquant l’arrivée de 2016 et célébrant les 100 ans de la samba et les Jeux Olympiques de Rio. Seize minutes d’illuminations, dans des tons vert, violet et orange, aboutissant à un moment où le ciel a été illuminé en blanc pour symboliser la paix[14]. Espérons que ce ne soient pas là les derniers feux de Copacabana…

[1] En suivant principalement l’article de Jenner da Silva Soares « Copacabana em muito mais de 100 anos », http://jensoares.blogspot.com.br/p/copacabana-em-muito-mais-de-100-anos.html, sauf indication contraire pour le texte et les images.

[2] La « France Antarctique » qu’avait voulu créer l’expédition commandée par Nicolas Durand de Villegagnon, arrivée en 1555, n’avait pas résisté aux dissensions entre catholiques et protestants et elle fut expulsée en 1560.

[3] http://copacabana.com/historia-de-copacabana

[4] Sources http://www.cruzterrasanta.com.br/historia-de-nossa-senhora-de-copacabana/31/102/#c  et http://www.dicionariotupiguarani.com.br/dicionario/copacabana/

[5] Source: http://www.fortedecopacabana.com/historia.html

[6] Source : http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[7] Sources: https://ama2345decopacabana.wordpress.com/planejamento-urbano/processo-de-urbanizacao-em-copacabana/, http://rioantigofotos.blogspot.com.br/2009_12_01_archive.html , http://lemeantigo.blogspot.com.br/p/fotos.html et http://www.rioquepassou.com.br/2004/05/05/tunel-velho-boca-de-botafogo-1963/

[8] L’extinction du foyer endémique de la Havane, en 1901, avait démontré que les moustiques sont l’unique disséminateur de la maladie. Oswaldo Cruz, chargé d’organiser la lutte contre la fièvre jaune, refit à Rio de Janeiro ce qui avait été fait à la Havane. La mortalité, qui auparavant était en moyenne de 150 décès par mois, tomba à 8 au mois d’avril et à 4 au mois de juin. Au mois de janvier 1904, on ne comptait que 3 décès. Source A. Dastre, Revue scientifique – La Lutte contre la fièvre jaune, Revue des Deux Mondes, 5e période, tome 29, 1905 (pp. 216-228). https://fr.wikisource.org/wiki/Revue_scientifique_-_La_Lutte_contre_la_fi%C3%A8vre_jaune

[9] https://pt.wikipedia.org/wiki/Copacabana  et http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[10] Le Point, 08/04/2010,

[11] Sa version la plus connue, Girl from Ipanema, a été publié par Verve Records l’année suivante, sur le disque Getz / Gilberto, chantée par Astrud Gilberto et accompagnée João Gilberto et Stan Getz, avec la participation de Tom Jobim au piano (https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA ).

[12] http://copacabana.com/dados-sobre-copacabana/

[13] http://brasil.estadao.com.br/noticias/geral,copacabana-e-o-bairro-com-maior-numero-de-idosos-do-pais-diz-censo,739329

[14] https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas

La genèse du Christ du Corcovado

La statue du Christ qui domine la baie de Rio de Janeiro est une icône connue dans le monde entier et elle est étroitement associée à l’image de la ville et du Brésil. Elle est pourtant relativement récente (elle a n’a été érigée au sommet du morne du Corcovado qu’en 1931). Revenir sur sa genèse et sa construction permet de la situer dans l’histoire du Brésil avant, pendant et après sa construction.

Figure 1 Le Christ du Corcovado domine Rio de Janeiro

https://inspirationseek.com/cristo-redentor-rio-de-janeiro-best-places-to-visit-in-brazil/

Une icône

Le Christ du Corcovado est un des dix monuments les plus visités au monde[1]: en 2016 le site a été visité par 3 305 010 personnes contre 2 945 355 en 2015, une augmentation de 12% en un an[2]. Le nombre de visites journalières a battu un record historique lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, le 26 juillet 2013, avec 20 000 personnes, alors que la moyenne quotidienne est de 5 500 visites.

La statue apparaît dans d’innombrables films et séries télévisées, la montrer même fugitivement suffit pour signifier que l’action se déroule au Brésil, tout comme une brève apparition de la Tour Eiffel suffit à  indiquer qu’elle se situe à Paris. Elle a fait l’objet non seulement de myriades de reproductions de toutes tailles vendues aux touristes mais aussi de films et de chansons dont « Corcovado », l’un des plus grands succès de Tom Jobim, le père de la bossa nova et plusieurs villes, au Brésil et ailleurs dans le monde, ont construit des répliques de ce Christ aux bras ouverts, probablement pour bénéficier de l’aura de Rio de Janeiro en lui empruntant son icône.

L’identification avec le pays est telle que l’image du Christ a été utilisée par l’hebdomadaire britannique The Economist à trois reprises (en 2009, 2013 et 2016) pour symboliser le décollage économique du pays, son décrochage et la trahison dont il aurait été victime.

Figure 2 Le Christ sur trois couvertures de The Economist

Le Corcovado avant le Christ

Depuis la découverte de la baie de Guanabara, le 1er janvier 1502, par les navigateurs Gonçalo Coelho et Américo Vespucci, deux mornes tropicaux attirent l’attention de tous les voyageur, le Pain de Sucre[3], qui domine l’entrée de la baie et le Corcovado, situé un peu plus à  l’écart mais beaucoup plus haut puisqu’il culmine à 710 m contre 396 pour le Pain de Sucre.

Son sommet a été atteint pour la première fois – officiellement du moins – le 22 Février 1824, quand l’Empereur du Brésil, Dom Pedro Ier, y a mené une expédition.

Figure 4 Le Corcovado avant le Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Le décret impérial 3372 du 7 Janvier 1872 a accordé une concession pour construire un chemin de fer menant au sommet du Corcovado. Les travaux de la première partie de la ligne ont commencé le 2 Janvier 1883, pour relier le quartier de Cosme Velho à Paineiras. Elle a été inaugurée le 9 octobre 1884, en présence de Pedro II et de la famille impériale. Puis les travaux se sont poursuivis et le sommet a été atteint le 1er juillet 1885. La ligne, à crémaillère, a au total 3 824m de long, c’est l’une des plus raides au monde et la première à avoir été électrifiée en Amérique du Sud. Un belvédère avait alors été construit au sommet, un pavillon de fer, verre et ardoise de 13,50 m de diamètre et de 46 tonnes, dont tous les matériaux ont été acheminés par le chemin de fer.

La route qui relie la ville au Christ Rédempteur n’a quant à elle été construite que dans les années 1930. Les techniques modernes n’étaient toutefois pas absentes du sommet du Corcovado puisque la société américaine Westinghouse y avait installé une station émettrice pour réaliser la première démonstration expérimentale de téléphonie radio au Brésil, au cours de l’exposition commémorant le centenaire de l’indépendance, en 1922. Cela crée une parenté avec la Tour Eiffel, elle aussi dotée d’une station de radio (militaire), qui l’a sauvée de la destruction à laquelle elle était promise à la fin de la concession accordée pour l’Exposition Universelle de 1889.

Figure 5 Le chemin de fer du Corcovado en 1884

La genèse du Christ

L’idée de construire un monument au sommet du Corcovado vient du prêtre français Pierre Marie Boss, arrivé au Brésil en 1865. De la fenêtre de l’école où il enseignait il regardait le morne du Corcovado, en pensant – raconta-t-il plus tard – « Quel beau piédestal pour une statue de notre Seigneur ». L’initiative avait reçu le soutien de la princesse Isabel, la fille de l’Empereur, mais elle tourna court avec l’avènement de la République (le 15 novembre 1889) et l’exil de la famille impériale. La séparation de l’Église et de l’État par la première Constitution républicaine du Brésil, en 1891, fut un autre facteur de complication.

En 1921, l’approche du premier centenaire de l’indépendance du Brésil (1822) a été l’occasion de proposer à nouveau la construction d’un monument au Christ Rédempteur, et l’autorisation de construire le monument sur le Corcovado a été accordée le 1er juin 1922. L’année suivante, une campagne de financement a été lancée pour la construction du monument et plusieurs projets ont été présentés.

En 1924, la compagnie de téléphone, avait installé, à  demeure cette fois et en dépit des protestations, une antenne d’émission au sommet du morne. De sa résidence du quartier Botafogo l’ingénieur Heitor da Silva Costa avait noté la forme de l’antenne, en forme de croix dotée de bras horizontaux de 16 mètres, et repris dans cet esprit son projet, qui fut retenu. Il en avait ensuite parlé  avec le sculpteur Paul Landowski à Paris, en 1924: le sculpteur français serait responsable de la construction de la tête et des mains du Christ, et l’artiste plastique brésilien Carlos Oswald de la préparation et de la conception finale du monument. Cette même année avait commencé la préparation du modèle en plâtre de la future sculpture.

La première pierre du monument avait été posée le 4 avril 1922, mais les travaux au sommet du Corcovado n’ont commencé qu’en 1926, entravés par les difficultés du site et du transport du matériel vers le sommet par chemin de fer.

La population de la ville a collaboré volontairement aux travaux en enveloppant de fines doublures de toile des centaines de milliers de pierres triangulaires de stéatite[4] destinées à revêtir la statue. Au passage elles (ce travail ayant été fait principalement par des femmes) ajoutaient souvent des demandes, des bénédictions et des prières derrière chacune de ces pierres, que plus tard les travailleurs ont appliquées en mosaïque sur la statue.

Étape par étape, la construction du Christ Rédempteur

  1. La statue a d’abord été ébauchée en France par le sculpteur français Paul Landowski. Avant que le travail ne soit réalisé en vraie grandeur plusieurs modèles en plâtre avaient été préparés.
  2. Ces éléments ont été transportés de France au Brésil en morceaux: la tête était composée de 50 pièces et chaque main avait 3,2 mètres de long. Une exposition des moulages en plâtre des mains du Christ, sur le modèle préparé par Landowski, a eu lieu sur le Corcovado en 1929.

Figure 6 Main et tête du Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html et http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

  1. Des échafaudages en bois et en fer ont permis aux travailleurs d’avoir accès aux points les plus élevés du chantier. Les différentes parties de Christ ont été progressivement intégrées au châssis métallique monté pour supporter le poids de la statue.

Figure 7 Le Christ dans les échafaudages

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

  1. La première partie mise en place a été la tête, le Christ étant donc construit de haut en bas. Toutes les parties extérieures ont alors été revêtues de la mosaïque de stéatite, une matière qui, bien qu’elle soit facilement rayée, résiste bien aux variations de température.

Figure 8 Le revêtement de pierre-savon

http://thesevensistersseries.com/cristo-redentor/4590607581 et http://acessoverdade.blogspot.com.br/2014/03/

L’inauguration

En 1931, le jour de la fête de la sainte patronne du Brésil, Nossa Senhora Aparecida, le 12 octobre, le monument a été solennellement inauguré, avec la participation du président Getúlio Vargas (1882-1954), alors chef du gouvernement provisoire, et de Pedro Ernesto (1884-1942), Gouverneur nommé  du District fédéral, comme était alors nommée région de Rio de Janeiro.

Figure 9 Inauguration du Christ

http://ngcanela-news.blogspot.com.br/2012/08/monumento-do-cristo-redentor.html et http://origemdascoisas.com/a-origem-do-cristo-redentor/

Au moment de la consécration toutes les cloches des églises de Rio de Janeiro ont retenti pendant trois minutes. Tout au long de la cérémonie une escadrille de l’aviation militaire a fait des évolutions acrobatiques autour du monument du Christ Rédempteur.

L’inventeur Guglielmo Marconi (1864-1937), le créateur de la télégraphie sans fil, devait allumer, par signal radio émis de son yacht Electra ancré dans la baie de Gênes, les projecteurs prévus pour illuminer le monument la nuit. Les lumières ont finalement été allumées depuis Rio de Janeiro et la population n’a pas pu voir cet éclairage, car un nuage épais enveloppait le Christ Rédempteur.

Caractéristiques du Christ Rédempteur

Hauteur totale du monument – 38 mètres

Hauteur de la statue – 30  mètres

Hauteur de la tête – 3,75 mètres

Longueur de la main – 3,20 mètres

Distance entre les extrémités des doigts – 28 mètres

Poids de la statue – 1 145 tonnes

Poids de la tête – 30 tonnes

Poids de chaque main – 8 tonnes

Poids de chaque bras – 57 tonnes.

 

Les travaux d’amélioration

– En 1943, a commencé une campagne d’expansion des belvédères, et la construction d’escaliers et de murets de protection (existants jusqu’à ce jour). Ce travail a été inauguré le 3 juillet 1945.

– En 1965, lors des célébrations du 4e centenaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été installé et inauguré par le pape Paul VI, depuis le Vatican.

– En 1973, tout le parc national de Tijuca (l’un des plus grands parcs urbains au Brésil, qui inclut le Corcovado) a été classé par l’Institut national du patrimoine (IPHAN).

– En 1979, le chemin de fer a été rouvert après une modernisation complète.

– En 1980, la statue a été rénovée pour recevoir la visite du pape Jean Paul II, qui a dit une messe au pied de celui-ci.

– Depuis l’an 2000, quand il a reçu un nouvel éclairage, le monument et ses accès ont fait l’objet d’un processus de revitalisation. Le point culminant a été l’ouverture de l’accès mécanisé, avec trois ascenseurs panoramiques et quatre escalators en 2003, au profit des personnes âgées et handicapées.

Figure 10 Travaux de réparation

http://randomenthusiasm.com/7903354-the-brave-men-who-repair-christ-the-redeemer-statue-have-the-sca

– En 2010, la mosaïque en stéatite couvrant la statue a été restaurée, on a supprimé la patine biologique (champignons et autres micro-organismes) qui s’y était peu à peu formée. Ont été également réparés les paratonnerres situés sur la tête et les bras de la statue, fréquemment frappés par la foudre en raison de la position de la statue.

Figure 11 Un éclair frappe le Christ

http://epicpew.com/breathtaking-images-jesus-christ-the-redeemer/

– Le 1er mars 2011, date anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été inauguré, formé de 300 projecteurs à LED de dernière génération, donnant  la possibilité de créer différents effets de couleurs. Le Christ a ainsi été illuminé en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris de novembre 2016.

Figure 12 Le Christ en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris

Antonio Scorza, O Globo, http://blogs.oglobo.globo.com/agora-no-mundo/post/cristo-redentor-ganha-iluminacao-especial-com-cores-da-bandeira-da-franca.html

La statue a finalement connu une double consécration, nationale et internationale qui a définitivement assis son statut d’icône : en 2005 la statue a été classée par l’Institut du patrimoine historique et artistique (IPHAN), entrant ainsi dans le patrimoine historique et culturel du Brésil. Et en juillet 2007, le Christ Rédempteur a été élu l’une des sept merveilles du monde lors d’une élection populaire[5] qui a rassemblé plus de 100 millions de voix. Dans le résultat final, le Christ était à la troisième place, derrière la Grande Muraille de Chine et Petra, en Jordanie, devant des monuments connus dans le monde entier comme Machu Picchu, le Colisée de Rome et le Taj Mahal d’Agra.

Bibliographie

Antônio Sérgio Ribeiro, Cristo Redentor: 80 anos de um símbolo, 11/10/2011, http://www.al.sp.gov.br/noticia/?id=310849

Cristo Redentor, http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

História do Cristo Redentor, Tudo sobre engenharia e construção civil, http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Inauguração do Cristo Redentor, http://brasilianafotografica.bn.br/?p=2602

[1] Le premier est Notre-Dame de Paris, (12 millions de visiteurs). Puis viennent 2) la Grande Muraille de Chine (9 millions), 3) l’Opéra de Sydney (7,4 millions), 4) la Tour Eiffel (6,7millions), 5) le Lincoln Memorial de Washington(6 millions), 6) le Colisée de Rome (5,11 millions), 7) la Statue de la Liberté de New York (4,24 millions), 8) l’Alhambra de Grenade (3 millions), 9) les pyramides de Gizeh, en Egypte (3 millions), et derrière lui 11) le Taj Mahal d’Agra, en Inde (2,5 millions) http://www.tourism-review.fr/les-dix-monuments-les-plus-visites-dans-le-monde-news3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.99

[2] http://g1.globo.com/turismo-e-viagem/noticia/parques-nacionais-registram-recorde-de-visitantes-pelo-10-ano-consecutivo.ghtml

[3] Que les premiers occupants de la baie, des Français menés par Nicolas Durand de Villegaignon avaient baptisé « Le Pot de Beurre », sans doute par nostalgie de la Normandie dont beaucoup étaient issus.

[4] Roche tendre principalement composée de talc, plus connue au Brésil comme « pierre-savon » et très utilisée par l’artisanat car elle est facile à graver et sculpter

[5] Organisée par la Fondation New 7 Wonders

Les Indiens manifestent à Brasília : images et enjeux

Le mardi 25 avril 2017 une grande manifestation a rassemblé des milliers d’Indiens le bâtiment du Congrès national[1], à Brasília : plus de 4 000 selon les organisateurs de la manifestation (la police n’a pas donné d’estimation officielle). Au-delà des images spectaculaires – peintures de guerre et coiffes de plumes, arcs et flèches devant les monuments modernistes dessinés par Oscar Niemeyer pour la nouvelle capitale, inaugurée en 1961 – c’est l’occasion de se demander pourquoi les plus anciens occupants de qui est aujourd’hui le Brésil ne sont pas satisfaits de la place qui leur y est laissée, et éprouvent le besoin de le faire savoir.

Leur but était cette fois de protester contre le gouvernement du président Michel Temer et de réclamer des progrès dans la démarcation des territórios indígenas (les réserves indiennes dans la terminologie brésilienne). Vers 15h30, ils se sont avancés sur la pelouse située devant le Congrès mais ont été empêchés par la police anti-émeute d’accéder à l’entrée de la Chambre des Députés et du Sénat. Ils ont néanmoins réussi à briser le blocus et sauté dans la pièce d’eau qui ceinture le bâtiment pour y jeter des cercueils symbolisant les ethnies indiennes disparues au cours des dernières décennies. La police a alors riposté avec des gaz lacrymogènes et dispersé les participants.

Figure 1 Les Indiens pointent leurs flèches sur le palais présidentiel

Lula Marques/ Fotos Públicas, https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html et http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

Figure 2 Les caciques, portant les traditionnelles coiffures de plumes

Raoni http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio e http://www.ebc.com.br/noticias/brasil/2013/10/indios-fazem-manifestacoes-na-esplanada-dos-ministerios

Figure 3 Les chamanes procèdent aux invocations rituelles et les cercueils rappellent les ethnies disparues

Dida Sampaio/Estadão, http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,policia-usa-bombas-para-dispersar-manifestacao-de-indios-em-frente-ao-congresso,70001751516 et http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

Cette manifestation n’était toutefois pas la première du genre et rappellent notamment celles de 2015

Déjà en 2015

Le deuxième jour de la 11ème édition du Campement de la Terre Libre (13-16 avril 2015), environ 1 500 Indiens d’Amazonie, du Nordeste, du Centre-Ouest, du Sudeste et du Sud du Brésil avaient défilé sur l’Esplanade des Ministères en essayant d’attirer l’attention de la présidente Dilma Rousseff sur leur cause. La police militaire – portant casques, boucliers, armures et matraques – avait alors protégé la Cour suprême, l’objectif symbolique des manifestants de la « Mobilisation Nationale Autochtone ».

Pedro Alexandre Sanches (2015) raconte avoir vu, devant le Palais Itamaraty (siège du Ministère des Affaires Étrangères), les motos des voltigeurs de la police slalomer au milieu des archers, des caciques et des chamanes. Un des caciques avait alors barré la route d’une des motos qui tentait d’entrer dans la procession, en répétant un seul mot : « Respect ! Respect ! Respect !». Selon son récit, la manifestation était pacifique, sans vandalisme, les militants lui donnaient une tonalité de célébration, de danse, de chant, de fête. Des familles entières marchaient ensemble, avec des enfants, des adolescents, des couples âgés, main dans la main. La sonorisation annonçait le passage des divers groupes ethniques, chacun avec ses traits distinctifs : Tupinambás, Pataxós, Xucurus, Araras, Guarani-Kaiowá, venus de tout le pays, du Rondônia, du Roraima, du Pará, du Tocantins, du Mato Grosso, du Mato Grosso do Sul, de la Bahia, du Paraná.

Selon Marcello Pellegrini (2015) les Indiens, les corps peint en rouge de pâte d’urucum (roucou) et portant arcs, flèches et massues, avaient alors demandé et obtenu des réunions avec de hauts responsables brésiliens, comme Michel Temer, alors vice-président, le président de la Chambre des Députés et des juges de la Cour suprême fédérale (STF). Ils ont dû avoir recours à ces pressions externes car ils n’ont plus de représentant au Congrès, le dernier était Mário Juruna, élu en 1983: sans représentation, ils n’ont pas les moyens de contrer au Congrès les intérêts de la bancada ruralista, le groupe parlementaire des grands propriétaires, qui réclame, en justice ou par les armes, des terres dont les Indiens disent qu’elles leur appartiennent.

Figure  4 Les Indiens affichent leurs revendications

Traduction des slogans : « La démocratie c’est de délimiter toutes les terres indigènes » et « Fin du génocide, longue vie aux Indiens, aux fleuves et aux arbres ». Photo 1 Mário Vilela/Funai, http://www.funai.gov.br/index.php/comunicacao/noticias/3580-indigenas-ocupam-congresso-nacional-contra-pec-215-presidente-da-camara-plano-matopiba-e-paralizacao-de-demarcacoes et http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

Le point de vue officiel et celui des Indiens

Au Sénat, les rencontres avec les Indiens sont pourtant fréquentes, à en croire, sur son site (photos à l’appui), la « galerie »[2] du « Jour de l’Indien » (Dia do Índio). Selon celle-ci les Indiens viennent régulièrement au Sénat pour participer aux débats sur la délimitation de leurs terres et des questions relatives à la Journée de la lutte des peuples autochtones. Ils ont assisté à des débats tenus par la Commission des droits de l’homme sur de meilleures conditions pour l’éducation et la santé publique dans leurs territoires, ou sur les problèmes causés par le décret qui a remodelé la Funai (Fondation Nationale de l’Indien) et supprimé ses administrations régionales.

Figure  5  Des leaders indiens présentent leurs revendications au Congrès

Foto: Marcelo Camargo/Agência Brasil http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio  et https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html

Figure  6 Des leaders indiens sont reçus par les présidents successifs du Sénat

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

Le point de vue des Indiens, transmis par Mônica Carneiro et Matheus Alencastro sur le site de la Funai, est quelque peu différent. Selon Sonia Guajajara, de l’Association des peuples autochtones du Brésil (APIB), le mouvement indigène est mobilisé depuis le début de l’année 2015 : « Des délégations se sont relayées chaque semaine, chaque mois, tout au long de 2015, pour protester contre la PEC 215 [voir ci-dessous], contre les projets miniers, pour protester contre les autres mesures qui sont discutées ici et qu’ils peuvent voter à tout moment ». Neguinho Truká ajoute que « la Chambre des Députés est la grande menace pour les peuples autochtones du Brésil ».

Présent à la manifestation de 2015, le cacique Babau, du peuple indigène Tupinambá (dans l’état de Bahia, une région marquée par d’intenses conflits fonciers avec les agriculteurs) avait dit, lui aussi, que les populations autochtones devaient revendiquer leurs droits à Brasilia, exprimer leur insatisfaction à l’égard de la bancada ruralista, et demander la régularisation des territoires des communautés traditionnelles. « Assez de concentration des terres entre les mains des puissants. Donnez la terre qui leur revient à ceux qui y vivent, et veulent y prospérer » insistait-il.

Les Indiens qui vivent dans le cerrado (savanes arborées) ont également manifesté contre le plan de développement dit « Matopiba », un mot-valise utilisé pour désigner une zone géographique qui couvre en partie les territoires du Maranhão, du Tocantins, du Piauí et de la Bahia. Elza, représentant des populations autochtones Xerente, avait souligné que son peuple n’acceptera pas le plan : « Nous sommes là pour qu’ils voient que nous existons et que nous n’acceptons pas Matopiba, qui détruit la nature, nous prend notre eau. Nos peuples autochtones vivent des fruits qui poussent dans le cerrado ».

La cacique Nega Kanela, qui vit à Araguacema (Tocantins) sur des terres non encore régularisées, expliquait en outre que la défense du cerrado ne devait pas seulement être le fait des seuls peuples autochtones et des communautés traditionnelles, mais de tout le peuple brésilien. « Le Matobipa pour nous est comme une nuée de sauterelles, il détruira toutes les forêts. Aujourd’hui, nos cours d’eau sont déjà à sec, en raison de l’action de la bancada ruralista. Il y a trop de soja, trop de canne à sucre, maintenant les plantations d’eucalyptus viennent détruire ce qui nous reste. Alors nous, les peuples autochtones défendons le Cerrado […]. Nous ne le protégeons pas seulement pour nous, mais pour toute la population. Parce que le réchauffement climatique est déjà là, et Mapitoba va détruire le peu de cerrado qui nous reste ».

Les acteurs et les enjeux

La frustration des Indiens s’est aggravée parce que bien peu de ce que Dilma Rousseff avait promis au cours de la campagne électorale de 2014 a été réalisé. En octobre de cette année, elle avait publié une « Lettre aux peuples autochtones du Brésil », dans laquelle elle avait réaffirmé son engagement en faveur de la démarcation des terres, de la santé et de l’éducation des autochtones. Le document avait été reçu par eux comme une demande de « deuxième chance » du gouvernement de Dilma, son premier mandat (2011-2014) est celui qui a connu le moins de démarcation de terres depuis le retour à la démocratie, en 1985, ce qui est considéré comme « un tournant historique » par l’ancien président de la Funai, Marcio Santilli : seulement 10 terres délimitées et 11 homologuées (la dernière étape), contre 51 et 21 sous Lula). Et depuis lors, la situation n’a fait qu’empirer.

La Funai, responsable de la protection et de la promotion des droits des Indiens, a vu son budget baisser de 174 millions de Reais en 2013 à 154 en 2014 (de 52 à 46 millions d’Euros) et le nombre de ses employés permanents a diminué de 2 396 à 2 238. En outre, elle a été en situation de précarité institutionnelle pendant la majeure partie du gouvernement Dilma, elle a eu un président intérimaire pendant près de deux ans, fait sans précédent dans son histoire. C’est pourquoi l’Association des peuples autochtones du Brésil (Apib) avait envoyé, le 15 avril 2015, une lettre à la Président, qui exigeait l’accomplissement des promesses de campagne et demandait « aucun droit en moins, aucun retour en arrière, plus de droits et plus de marche en avant ».

Figure 7 La lettre des Indiens à Dilma Rousseff

https://mobilizacaonacionalindigena.files.wordpress.com/2015/04/carta-pc3bablica-da-mobilizac3a7c3a3o-indc3adgena-nacional-c3a0-presidente-dilma-15-de-abril-2015.pdf

La PEC 215

À la Chambre des Députés, des parlementaires de la bancada ruralista ont réactivé la Commission spéciale créée pour étudier la proposition d’amendement constitutionnel (PEC) 215. Si elle est approuvée, celle-ci retirera à l’exécutif l’exclusivité de la démarcation des terres indiennes et partagera ce pouvoir entre lui et le Congrès. Cette initiative est interprétée par les dirigeants indiens comme un moyen de retarder la démarcation, déjà lente, des terres indiennes et selon Rui Daher (2014), ce serait comme donner au renard les clés du poulailler.

L’objet principal du litige est la possession des terres fédérales réservées à l’usage exclusif des Indiens et l’argument principal de la bancada ruralista repose est que, selon les données de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique), 13 % du territoire national sont déjà réservé aux Indiens, qui représentent moins de 0,5% de la population. Sans mentionner, toutefois,  que 98,5 % de ces terres sont situées en Amazonie et que la délimitation des réserves n’empêche pas complètement la spéculation immobilière, l’avancée des chercheurs d’or, des bûcherons ou même le lancement de grands projets publics et privés pour l’exploitation minière et l’énergie hydraulique.

Dans le même temps, la justice se prononce régulièrement sur les conflits en cours, et pas toujours en faveur des Indiens. En octobre 2014, le STF (Supremo Tribunal Federal, la Cour suprême brésilienne) a décidé d’annuler deux reconnaissances des terres occupées traditionnellement par les peuples Guarani-Kaiowá et Terena, dans le Mato Grosso do Sul, et Shin-Apãnjekra dans le Maranhão. De l’avis des juges, la promulgation de la Constitution de 1998 était la date-limite pour reconnaître le droit des autochtones à occuper le territoire. Autrement dit, les Indiens qui n’avaient pas fait reconnaître leur occupation avant 1988 n’ont aucun droit à la terre.

« C’est une décision absurde, qui ne prend pas en compte l’histoire du conflit dans le pays », dit le cacique Lindomar Terena. « Comment aurions-nous pu être sur le terrain en 1988 alors que nous en avons été expulsés et transférés vers des réserves ? ». Le juge du STF Dias Toffoli a déclaré que le recours au pouvoir judiciaire n’est pas la meilleure façon de résoudre des problèmes comme celui-ci. « En justice, il n’y a pas de moyen terme, l’un ou l’autre gagne, ce qui ne résout pas le conflit. Idéalement, ce serait à l’État d’intervient pour créer trouver une solution arbitrée »

Le nœud du problème, la démarcation des terres indiennes

Le processus de démarcation, régi par le décret n° 1775-1796, vise à identifier et signaler les limites du territoire traditionnellement occupé par les peuples autochtones. En vertu du même décret, la délimitation des terres traditionnellement occupées par des autochtones passe par les étapes suivantes, de compétence du pouvoir exécutif [3]:

  1. études d’identification et de délimitation, à la charge de la Funai ;
  2. études administratives « contradictoires » (prenant en compte les points de vue opposés) ;
  3. déclaration des limites, sous la responsabilité du Ministre de la Justice ;
  4. délimitation physique, à la charge de la Funai ;
  5. enquête foncière évaluation des améliorations mises en œuvre par les occupants non indigènes, à la charge de la Funai, conjointement avec l’enregistrement des occupants non indigènes, à la charge de l’INCRA (Institut national de colonisation et réforme agraire) ;
  6. approbation de la démarcation, à la charge de la Présidence ;
  7. expulsion des occupants non indigènes, avec indemnisation des améliorations jugées faites de bonne foi, à la charge de la Funai, et réinstallation des occupants non-autochtones qui correspondent au profil de la réforme agraire, à la charge de l’INCRA ;
  8. enregistrement des terres autochtones au Secrétariat du Patrimoine de l’Union, à la charge de la Funai ;
  9. interdiction de l’accès aux zones réservées à la protection des peuples autochtones isolés, à la charge de la Funai.

À l’heure actuelle, selon l’ISA (Instituto Socioambiental)[4] 480 terres autochtones ont été homologuées mais 224 sont toujours en cours de reconnaissance (108 en identification, 44 identifiées et 72 seulement déclarées). La plupart des terres autochtones – 70% – ont donc été reconnues, si bien que le processus est en « phase terminale », selon l’ancien président de la Funai Marcio Santilli (Milanes, 2013). Le problème est que les zones qui restent sont précisément celles où existent des conflits : « souvent, les problèmes de reconnaissance des terres indigènes se concentrent dans des zones où des titres de propriété ont été donnés à des tiers par le gouvernement lui-même », a déclaré Santilli. Les terres auxquelles il fait référence sont des terres publiques, en territoire indien, qui ont été donnés à des squatters pendant la dictature, dans le cadre de la réforme agraire ou d’un projet « intégrer pour ne pas perdre » en Amazonie.

Ces processus traînent depuis des décennies devant les tribunaux, ce qui augmente l’anxiété et les risques de conflits La solution à cette impasse, argumente Santilli, pourrait être accélérée si la Présidence mettait en œuvre des arrangements de compensation entre les Indiens et les colons, au lieu de judiciariser le conflit. « Il est clair que seul le gouvernement peut résoudre un problème qu’il a lui-même créé dans le passé », dit-il.

Cependant, rien n’indique que la Présidence opter pour cette voie. Une vingtaine de terres indigènes attendent depuis des années la signature présidentielle pour être homologuées, une douzaine d’autres processus, sans qu’aucun obstacle administratif ou judiciaire s’y oppose, attendent les décisions déclaratoires du ministère de la Justice. « Le processus doit être repris, parce que la situation est très mauvaise dans tout le pays. Dans le Mato Grosso do Sul nous vivons une violence constante, il y a des gens qui campent sur le bord des routes et des meurtres sont commis chaque jour. […] Les terres indigènes souffrent de situations graves invasion, l’exploitation forestière et minière » explique Sonia Guajajara, coordinatrice de l’Association des peuples autochtones du Brésil (Apib).

En outre, la PEC 215 n’est pas la seule préoccupation pour les Indiens. Circulent au Congrès un projet de loi (PL) et un projet de loi complémentaire (PLP) de contenu similaire, visant à réduire leurs droits en faveur des intérêts de l’exploitation minière et de l’agro-industrie. Le projet de loi 1610-1696, vise à réglementer l’exploitation minière dans les terres indigènes, alors que la PLP 227 crée des exceptions au droit à l’usage exclusif des terres traditionnelles autochtones, en cas d’intérêt public pour l’Union.

Les problèmes de la démarcation

L’anthropologue Beto Ricardo est l’un des fondateurs de l’Institut socio-environnemental (ISA), un chef de file des organisations de défense des droits des autochtones et des populations traditionnelles. Il raconte à un journaliste de Carta Capital (Milanes, 2013) les arrière-plans de la mobilisation rurale et des tentatives de changer la Constitution.

Carta Capital – Pour se défendre, les Indiens manifesteront à Brasilia. Quels sont les enjeux ? Comme se passe ce débat ?

Beto Ricardo […]. Il n’y pas, y a dans le monde entier, un seul cas où le pouvoir législatif procède à la délimitation des terres, c’est typiquement une tâche de l’exécutif. Par le transfert partiel de cette tâche depuis le pouvoir exécutif vers le législatif, la bancada ruralista a l’intention de paralyser le processus ou de retailler les territoires en fonction de critères politiques, ce qui est manifestement contraire à la Constitution. […]. Les Indiens croient que la Constitution actuelle est un pacte entre l’Etat brésilien et son peuple, modifier ce texte, rapidement, de façon nébuleuse et unilatérale, est une rupture de cette alliance […].

CC- Une étude de l’ISA a montré plusieurs autres projets contraires aux droits des peuples autochtones […]. Quelle est la stratégie derrière tout cela ?

BR […] Certaines propositions peuvent fournir un meilleur moyen de chantage contre le gouvernement, comme la PEC 215, pour forcer l’approbation d’autres propositions telles que la PLP (projeto de lei complementar) 227, qui lui est inférieure dans la hiérarchie juridique (elle n’a besoin que d’un plus petit quorum pour son approbation) mais qui est plus dangereuse pour les droits des autochtones, en raison de la portée de ses dispositions […].

Figure 8 Des négociations qui prennent appui sur la Constitution

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

CC – Pourquoi cette réaction contre la Constitution fédérale maintenant, qu’est-ce qui a changé ? C’est la société qui ne veut plus protéger les Indiens, ou ce sont les grands agriculteurs qui ont pris le pouvoir et l’utilisent contre la société ?

BR – Il y a une distorsion de la représentation politique, avec un poids disproportionné, à la Chambre des Députés, des grands exploitants agricoles, dans un pays essentiellement urbain. […]. Au cours des 25 dernières années, les frontières territoriales se sont fermées. Il y a eu une augmentation significative de la mise en réserve des terres publiques fédérales, y compris la reconnaissance des terres autochtones, la création d’aires protégées et d’autres zones spéciales, en parallèle avec l’augmentation exponentielle de l’agriculture. […] Et maintenant les intérêts expansionnistes des grands agriculteurs veulent se développer sur ces terres de l’Union réservées à des destinations spéciales et collective […].

CC – Que signifient ces changements dans la Constitution pour l’avenir ? Plus de conflits ?

BR – La façon de surmonter ou de réduire les conflits est la démarcation des terres, la paralyser signifie perpétuer les conflits, et réexaminer les démarcations signifie rouvrir les conflits déjà surmontés. En brisant le pacte constitutionnel, le Congrès et le gouvernement mettent ces peuples en conflit permanent avec l’État,  la société et la Nation, comme au temps la dictature militaire (1964-1985). Maintenant, les dégâts politiques dans le pays seraient bien plus grands, car on ne peut plus censurer la presse et les mouvements indigènes […].

CC – Quelles sont les similitudes entre l’actuel mouvement contraire aux droits des Indiens et des quilombos[5] et les changements dans la législation environnementale, comme le Code forestier ?

BR – Avec la destruction du Code forestier brésilien, en 2012, les propriétaires fonciers se sont débarrassés de pratiquement toutes les obligations légales relatives à la fonction environnementale de leurs propriétés. Maintenant, ils veulent avancer au-delà de leurs propriétés afin de faire place à l’expansion de la frontière agricole par l’occupation illégale (même si elle est ensuite légalisée) des terres publiques. Cela ne va pas nuire seulement aux Indiens, mais à tout le Brésil. Ils veulent avancer sur les terres autochtones, les quilombos, les parcs nationaux, les réserves de cueillette, les lotissements de réforme agraire pour augmenter leur patrimoine […]. Rappelez-vous aussi que ces sont ces mêmes élites qui ont massacré les Indiens, naguère, et qui veulent recommencer à le faire maintenant, sont les responsables de la création de l’une des sociétés les plus inégales du monde contemporain, de l’une de ses pires concentrations de terres.

Les Indiens sont intégrés à la société nationale brésilienne, que certains le veuillent ou non, et c’est pourquoi ils manifestent à Brasilia, qui est aussi leur capitale. D’où le raccourci saisissant d’ancestrales coiffures de plumes profilées devant les dômes d’Oscar Niemeyer. Et ils sont partie prenante à ses débats, comme ceux qui ont précédé la Coupe du Monde de football Fifa de 2014 : beaucoup d’entre eux supportent la Seleção, l’équipe nationale (et ont été attristés par sa défaite en demi finale), mais beaucoup ont été aussi révoltés par ses coûts astronomiques – gonflés par la corruption – et se sont joints à d’autre segments de la société pour les dénoncer. Une preuve comme une autre de leur appartenance à la nation brésilienne, pour le meilleur et pour le pire.

Figure  9 Symboles, coiffures de plume, dôme du Sénat et futebol

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio et http://copadomundo.uol.com.br/album/2014/05/28/indios-jogam-futebol-durante-protesto-em-brasilia-e-usam-bola-fifa-nao.htm

Bibliographie

Carneiro, Mônica, et Alencastro, Matheus, « Indígenas ocupam Congresso Nacional contra PEC 215, presidente da Câmara e paralisação de demarcações », 16 Dezembro 2015, http://www.funai.gov.br/index.php/comunicacao/noticias/3580-indigenas-ocupam-congresso-nacional-contra-pec-215-presidente-da-camara-plano-matopiba-e-paralizacao-de-demarcacoes

Daher, Rui, Agência Brasil, « Sem pressa para a questão indígena », 25/04/2014

Milanez, Felipe, « Fim de demarcações trará mais conflitos, diz estudioso », Carta Capital, 18/09/2013, https://www.cartacapital.com.br/blogs/blog-do-milanez/fim-das-demarcacoes-vai-provocar-mais-conflitos-mortes-e-inseguranca-juridica-afirma-antropologo-5677.html

Pellegrini, Marcelo, « Índios ocupam Brasília para serem enxergados pelo governo », Carta Capital, 19/04/2015, https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html

Peron, Isadora, « Polícia usa bombas para dispersar manifestação de índios em frente ao Congresso », O Estado de S. Paulo, 25 abril 2017, http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,policia-usa-bombas-para-dispersar-manifestacao-de-indios-em-frente-ao-congresso,70001751516

Sanches, Pedro Alexandre, « A marcha dos invisíveis », Carta Capital, 15 abril 2015, http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

[1] Sous ses deux coupoles et dans ses deux tours il abrite à la fois le Sénat (coupole convexe) la Chambre des Députés (coupole concave).

[2] http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

[3] http://www.funai.gov.br/index.php/2014-02-07-13-24-53

[4] https://terrasindigenas.org.br/

[5] Villages de descendants d’esclaves fugitifs (note du traducteur)).

Paysages du programme Minha casa, minha vida

Le programme “Minha casa, minha vida” (« Ma Maison, Ma Vie »), le plus grand programme de construction de logements des trente dernières années, a profondément changé le paysage de nombreuses villes brésiliennes en y créant d’immense quartiers de maisons identiques, alignées au cordeau et très proches les unes des autres (figure 3). Lancé en 2009,  au cours du second mandat de l’ancien président Luíz Inácio Lula da Silva, il est devenu l’un des principaux fleurons des politiques gouvernementales de Dilma Rousseff. Conçu pour stimuler la construction et à lutter contre les effets de la crise économique internationale, le programme a commencé en 2008, il est devenu un instrument pour réduire le déficit de logements dans le pays. Si elle est menée à bien, la troisième phase du programme, lancée en mars 2016, portant le total de maisons construites à 5,75 millions de maisons pour 23 millions de bénéficiaires, pourrait lui faire dépasser les résultats de la BNH (Banque nationale du logement), créée sous la dictature militaire (1964-1985).

Récemment, le programme a fait l’objet d’une controverse quand Michel Temer (PMDB) a pris ses fonctions en tant que président par intérim après la destitution de Dilma Rousseff. Les membres du MTST (Mouvement des travailleurs sans-abri) ont occupé le hall du Secrétariat de la Présidence, sur l’avenue Paulista de São Paulo, pour exiger que le nouveau ministre des Villes ne revienne sur sa décision de révoquer l’ordre du gouvernement Dilma Rousseff autorisant la construction de nouvelles unités.

Au moment où le programme semble menacé il est donc opportun d’essayer de faire le point. Sans prétention à faire une analyse approfondie, nous avons choisi un angle spécifique et, après une brève présentation de son histoire, nous avons cherché à repérer la marque du programme sur le paysage des villes brésiliennes sur des photos (prises sur le terrain ou récoltées sur Internet) et des images verticales de Google Earth, en particulier dans les villes de taille moyenne, mais aussi dans certaines capitales. Enfin deux interviews nous aideront compléter l’évaluation du programme, en en soulignant les forces et les faiblesses.

Le programme et son évolution

La première étape du programme a atteint, au moins sur le papier, son objectif de fournir entre 2009 et 2011 un million de maisons à la population ayant un revenu allant jusqu’à dix salaires minimums (environ 1 400 Euros) . Selon le rapport de la Cour des comptes (TCU) à la fin de 2010 un peu plus d’un million de contrats pour la construction ou le financement de logements avaient été signés, soit 100,4% de l’objectif du programme. Toutefois, sur ce total seulement 238 000 (23%) avaient été livrés. Au cours des deux premières phases du programme de logement ont été investi environ 240 milliards de Reais (68,6 milliards d’Euros)[1].

Sur les deux millions de logements prévus pour 2014, 1,2 million étaient destinés aux familles gagnant jusqu’à 1 600 Reais par mois (457 Euros). Pour les familles dont le revenu était inférieur à 3 100 Reais (885 Euros), l’objectif était de construire 600 000 logements et 200 000 pour ceux qui gagnaient jusqu’à 5 000 Reais (1 428 Euros). En outre, le gouvernement a répondu à la demande des sociétés de BTP et a augmenté la valeur moyenne des logements pour la population à faible revenu de 42 000 à 55 000 Reais (12 000 à 15 715 Euros.

En 2014, l’année où elle a été candidate à la réélection, la présidente avait promis que la troisième phase du programme de logements livrerait trois millions de logements. En mars 2016, au milieu de la procédure de destitution lancé contre elle et un jour après que le PMDB, son principal soutien en dehors du Parti des Travailleurs, ait rompu officiellement avec elle, a été lancée la troisième phase du programme, dont le but était de fournir deux millions de logements pour 2018 (et donc un total réduit d’un million). Selon le Ministère des Villes, la prévision du gouvernement était alors d’investir environ 210 milliards de Reais (60 milliards d’Euros) dans cette nouvelle étape.

Toujours en mars 2016, le gouvernement fédéral a lancé le portail du programme (http://www.minhacasaminhavida.gov.br/) qui rassemble les informations sur le programme. Le 17 octobre 2016 il indiquait un total de 4 219 366 maisons déjà commandées, 294,5 milliards de Reais (80 milliards d’Euros) investis, 2 632 953 familles ayant reçu un logement, soit 10,5 millions de personnes relogées et 1 586 413 sur le point d’obtenir leurs maisons.

Si l’on cartographie les actions du programme (figure 1) on voit que de nouvelles maisons ont été effectivement construites dans tout le pays, en priorité dans les régions déficitaires. Cependant, il existe une différenciation des éléments qui composent ce déficit. En ce qui concerne les logements insalubres, le Maranhão est l’État qui a le pourcentage le plus élevé, suivi de près par le Pará, le Piauí, le Ceará et la Bahia. Mais la composante décohabitation représente plus d’un tiers des ménages dans le Pará, le Ceará, le Rio Grande do Norte, la Paraíba, le Sergipe, l’Alagoas, la Bahia, le Minas Gerais, Rio de Janeiro et le Rio Grande do Sul. Dans d’autres États c’est la charge excessive du loyer dans le budget de la famille qui a poussé les gens à chercher à bénéficier des actions du programme.

Figure 1 Répartition des actions du programme

10-20-minha-casa-minha-vida

Source: Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry, Atlas do Brasil, Edusp, 3ª edição sous presse.

Paysages urbains

Les images qui suivent montrent les effets du programme sur les paysages urbains, vus sur le terrain ou sur internet, que ce soit des photos de l’inauguration des nouveaux ensembles ou des vues verticales obtenues à partir de Google Earth. La figure 2 situe les villes mentionnées.

Figure 2 Villes citées

cidades-citadas

Figure 3 Paysages du programme

sol

1) Serra Talhada (PE), 2) Posse (GO), 3) Jí-Paraná (RO), 4) Santarém (PA), 5) São Carlos (SP), 6) Imperatiz (PA). Sources: Voir la note en bas de page[2]

Ce qui est frappant sur ces photos est l’uniformité des paysages produits, en raison de la normalisation des maisons. Dans le cas de Serra Talhada (photo 1 sur la figure 3), ville de Pernambuco située à 450 km de Recif), le Conjunto Habitacional Poço da Cruz a été créé, au km 418 de la route BR232, près du centre de Serra Talhada. Sa planification avait été prévue en deux étapes, la seconde formée par Poço da Cruz III (195 maisons), et le Poço da Cruz IV (500 maisons, livrées le 1er février 2016). Avec la livraison de ces 500 logements ce sont environ 1 200 familles qui s’ajoutent au quartier de Vila Bela, et en font un des plus peuplés de la ville. Les maisons de Poço da Cruz IV ont une superficie 32,23m2, divisée en deux chambres, couloir, salon, salle de bains, cuisine et buanderie, un modèle qui se répète dans d’autres ensembles du programme.

Figure 4 Plan typique des maisons du programme

planta

Fonte: http://www.cantodasideias.com/plantas-de-casas-populares/

Villes moyennes

Dans les villes moyennes l’impact du programme est fort parce qu’il a conduit à la construction de quartiers qui deviennent souvent les plus grands de la ville. L’option « images historiques » Google Earth permet de suivre les étapes de leur apparition à la périphérie des villes, comme à Ponta Pora et Sobral, sur la figure 5 et dans les paragraphes suivants.

Figure 5 Nouveaux quartiers dans deux villes moyennes

ponta-pora-e-sobral

Fonte Google Earth

Ponta Porã

Le programme a livré en juillet 2016 plus d’un millier de logement dans la ville de Ponta Porã (Mato Grosso do Sul, 330 km de Campo Grande), le plus grand ensemble de logements jamais construit dans l’État, et l’un des plus importants au Brésil. Sa construction avait commencé en 2014, le financement fédéral étent complété par le gouvernement de l’État et les municipalités pour 10% des montants (donation de terrains).

La cité, qui a reçu le nom de Kemel Saad, est située dans le quartier Jardim dos Eucaliptos. Au total, y ont été investis environ 63,7 millions de Reais (18,2 millions d’Euros) dont 3 (850 000 Euros) par le gouvernement de l’État. Les maisons, construites sur 250 mètres carrés de terrain, ont 41,6 m² et disposent de deux chambres à coucher, salon, cuisine et salle de bains. Parmi ces logements, 31 sont adaptés pour les personnes handicapées et 832 sont conçus pour les femmes. Les murs de la cuisine, salle de bains et buanderie, où a été installé le lavoir, sont carrelés sur une hauteur d’un mètre et demi, toutes les portes intérieures sont en bois, et celles qui donnent accès à l’extérieur sont en fer.

Sobral

En mars 2016, ont été livrés des maisons du programme à 976 familles de Sobral (Ceará, à 240 km de Fortaleza). Le même jour, 1 458 autres familles ont reçu un logement au cours de cérémonies simultanées dans quatre autres États: Rio Grande do Sul, Mato Grosso do Sul, São Paulo et Minas Gerais, au total 2 434 familles. En 2015 2 911 logements avaient été livrés dans le Ceará, 768 à Fortaleza et 2 143 dans l’intérieur. Le total des investissements a été de 229 millions de Reais (65,4 millions d’Euros), dont une contribution du gouvernement de l’État de 11 millions de Reais (3,14 millions d’Euros).

À Sobral, les maisons font partie du quartier résidentiel « Fierté Tropicale » (Orgulho Tropical), trois modules qui, ensemble, comptent 3 368 maisons pour un investissement de 198,5  millions de Reais (56,7 millions d’Euros), dont 10,11 (2,9) de l’État. Chaque maison est de 42,9 mètres carrés, divisés en salle de séjour, cuisine, deux chambres, salle de bains et buanderie.

Parauapebas

À Parauapebas le programme a contribué de manière significative à l’expansion de la zone urbaine, qui a doublé entre 2006 et 2001, une croissance portée à la fois par l’effet du programme et par la situation financière favorable de la municipalité, qui bénéficie des royalties provenant de l’exploitation des mines de fer de Carajás.

Figure 6 Maisons du programme à Parauapebas (PA)

parauapebas-minha-casa-minha-vida-3

Photos Hervé Théry 2009

Figure 7 Parauapebas 2006-2013

parauapebas-crescimento-2006-2013

Figura 8 Crescimento de Parauapebas

parauapebas-2006-2013-plages

Source Google Earth et Hervé Théry

Effets sur le paysage des capitales

L’effet du programme est si fort qu’il est sensible même à la périphérie de certaines capitales d’États. Lorsque l’on voyage en avion les nouveaux quartiers sont clairement visibles dans le paysage, car ils sont généralement construits dans des zones jusque-là non urbanisées. Le remplacement du le vert de la végétation par le rouge vif de la terre nue, et la géométrie rigide des alignements de centaines de maisons saute aux yeux des voyageurs.

De nouveaux quartiers géométriques

Figure 9 Vues aériennes de nouveaux quartiers

aeriennes

Photos Manaus Google Earth , Cuiabá, Natal e São Luís Hervé Théry, 2015 e 2016

Le cas de Fortaleza est exemplaire car la capitale du Ceará aura, quand il sera terminé, le plus grand projet Minha Casa Minha Vida du pays, dans le quartier d’Ancuri.

Ancuri

Figure 10 Localisation d’Ancuri

ancuri-localizacao

Source: Google Earth et Hervé Théry

Plus de 1 700 familles y bénéficieront de la construction de la première étape du résidentiel Luiz Gonzaga. Lancé en octobre 2015, il abritera 1 760 maisons et recevra des investissements de 130,6 millions Reais (37,3 millions d’Euros) de l’Union et de l’État. En tout, le programme compte à Fortaleza 25 088 logements  répartis sur 29 sites. Les logements sont de 47,3 m² divisé en deux chambres, cuisine, salle de bains, salon et véranda.

C’est également le premier ensemble, au Ceará, de la modalité dans lequel des organisations non gouvernementales, comme des associations et des coopératives, présentent leurs demandes et sont responsables de la gestion du chantier. Dans ce cas, les familles, dont le revenu brut mensuel ne doit pas dépasser 1 600 Reais (457 Euros), commencent à payer, après la mise à disposition du logement, un maximum de 5% de leur revenu familial.

Figure 11 Étapes de la construction de la cité Luis Gonzaga

ancuri

Source: Google Earth

La demande de logements est si forte que l’attribution est faite par tirage au sort, après établissement des priorités pour certaines catégories de bénéficiaires. Le premier tirage au sort était réservé aux familles inscrites jusqu’au 13 novembre 2014, 88 068 d’entre elles avaient été enregistrées et ont pu participer cette fois. Sur un total de 3 304 logements ont d’abord été tirés au sort 3% destinés uniquement aux familles comptant un ou des handicapés, et 3% pour les familles dont le chef ou le conjoint est âgé de plus de 60 ans.

Les autres familles inscrites pourront être incluses dans d’autres occasions, le nombre de maisons des prochains tirages variant en fonction du degré d’avancement des travaux. Six critères prioritaires ont été retenus: les familles vivant dans les zones à risque; celles qui sont dirigés par des femmes; celles qui ont des membres âgés ou handicapés; celles qui sont bénéficiaires de loyers sociaux; les familles nombreuses (plus de trois personnes partageant la même chambre); et celles qui comptent des personnes atteintes de maladies chroniques graves comme le cancer, le sida, les maladies cardiaques ou l’hémophilie.

Une tranche de 75% des parts sera affectée familles qui répondent à cinq des six critères, les autres 25% à celles qui répondent à quatre critères. Pour chaque groupe, 30% de plus seront sélectionnés en liste supplémentaire. Les gagnants recevront les maisons après validation des informations fournies lors de l’inscription, si elles sont fausses, la personne sélectionnée sera exclue du processus.

Au total, les impacts du programme sont assez forts pour remodeler la périphérie de grandes villes, comme Cuiabá et São Luis, qui ont  reçu en quelques années bon nombre de nouveaux quartiers (figure 12).

Figure 12 Étapes de la construction de nouveaux quartiers,

cuiaba-e-sao-luis

Source: Google Earth et Hervé Théry

Em conclusion, deux interviews

Enfin, deux interviews donnent des visions contrastées du programme. Le premier est celui d’Adauto Cardoso, professeur à l’Université fédérale de Rio de Janeiro et chercheur à l’Observatoire des Métropoles, qui suit la question du logement et notamment les actions de Minha Casa Minha Vida. Dans cette interview (publiée sur le site de l’Observatoire des Métropoles), il commente les principaux problèmes de la première étape du programme et leurs effets sur la configuration des régions métropolitaines du Brésil.

La deuxième est celle d’Inês Magalhães, sociologue diplômée de l’Université Catholique de São Paulo (PUC-SP) et spécialiste de la planification et de la gestion. Depuis 2003, elle a travaillé au Ministère des villes, d’abord en tant que directrice, puis en tant que secrétaire nationale au logement et, enfin en tant que ministre (pendant 21 jours, la veille de la mise en accusation de Dilma Rousseff). Dans l’interview (publiée sur le site Web du magazine Forum), il fait le point sur le programme au moment de la transition politique entre les gouvernements Rousseff et Temer.

Adauto Cardoso

D’après les études de l’Observatoire des Métropoles, quels problèmes ont été rencontrés dans la première étape de Minha Casa, Minha Vida?

Nous pouvons parler de quatre problèmes majeurs dans le programme fédéral. Le premier, qui apparaît dans toutes les analyses que nous avons faites, est lié à l’emplacement des nouvelles cités, puisque la plupart d’entre elles sont construites dans des zones périphériques, peu en rapport avec le tissu urbain. Nous avons des exemples de maisons complètement isolées par rapport à la ville, ce qui a des implications en termes d’infrastructures de transport et en termes de la qualité de vie pour les populations qui y vivent […].

En outre le programme ne réussit pas à prendre en charge la question foncière, le problème de la terre et de la valeur de celle-ci […]. Ainsi, plus on investit dans le programme, plus les terres prennent de valeur, plus le coût de l’unité va augmenter, et plus de cet argent sera capturé par la propriété de la terre, par les propriétaires. Le résultat est que vous utilisez des ressources publiques, vous accordez des subventions pour aider la population à faible revenu, mais cela bénéficie indirectement aux propriétaires de la terre […].

Et quels sont les autres problèmes?

Un deuxième défaut vient des technologies utilisées dans ces entreprises. Nous avons observé un certain nombre de problèmes à cet égard, puisque les plans sont des solutions conventionnelles et peu adaptables à la population à faible revenu […]. Par exemple, les projets ont été réalisés avec des coûts de charges relativement élevés, ce qui créer de difficultés pour les familles à faible revenu. […]. Un autre problème [vient des] solutions constructives […] Par exemple, certains constructeurs utilisent un « moule tunnel »[3] qui produit des murs en béton, si le résident veut percer un trou pour placer un tableau ou ouvrir une porte, il ne le peut pas. […] Les solutions architecturales sont classiques et sont répétées à travers le Brésil, sans une adaptation aux besoins régionaux de la population […].

D’autres difficultés viennent du modèle de copropriété fermée, conçu pour le mode de vie de la classe moyenne, peu adaptée à ces nouveaux développements […]. Dans le cas des projets construits dans des zones très reculées se pose toujours le problème de l’absence de services pour la population, car les zones commerciales ne sont pas autorisés dans ces ensembles purement résidentiels.

Il y a des résultats différents entre les États?

Nous avons constaté une claire distorsion régionale dans la répartition des ressources. [Dans la première phase] Bahia a reçu 11,6% des contrats depuis 2011, et São Paulo 19%[4]. D’autre part, il y a des États qui ont reçu peu de ressources, comme le Ceará (2,2%), et l’Espírito Santo (1,8%). Le Pará, par exemple, a reçu moins de ressources que l’État d’Alagoas, alors qu’il souffre d’une grave pénurie de logements.

Et si l’on regarde la dynamique de la distribution au sein de chaque État nous voyons aussi la même distorsion, dans le cas de Rio de Janeiro la plupart des ressources ont été allouées à la région métropolitaine, et pas à toutes les municipalités. Itaboraí, par exemple, qui a une très forte dynamique urbaine et une très grande demande de logements pour les populations à faible revenu, n’a reçu aucune cité pour la tranche de zéro à trois fois le salaire minimum, c’est la capitale qui a reçu la quasi-totalité des fonds pour ces tranches de revenu. Et en dehors de la région métropolitaine seulement deux municipalités ont reçu des fonds: Volta Redonda et Cabo Frio.

Inês Magalhães

Vous qui étiez au ministère des Villes depuis le son premier titulaire, Olivio Dutra (PT), quelle évaluation pouvez-vous faire depuis la première unité livrée jusqu’à ce jour? Quel est le résultat concret dans la vie des gens?

Inês Magalhães – Lorsque nous avons lancé le Minha Casa, Minha Vida (MCMV), en 2009, nous avions de très grands défis à relever. Parmi eux, répondre à demande de la population à faible revenu et combler le déficit de logements dans le pays. Aujourd’hui, sept ans plus tard, nous pouvons dire que nous sommes sur la bonne voie pour surmonter ces défis, plus de 90% de nos ressources ont été allouées à des familles dont le revenu est inférieur à trois fois le salaire minimum.

Depuis le lancement des contrats ont été signés pour la construction de 4,25 millions de logements. À la fin de la troisième phase de MCMV, 5,75 millions d’unités bénéficieront toucheront 23 millions de personnes. Aujourd’hui, plus de 10 millions de personnes vivent dans une maison du programme et le MCMV est présent dans plus de 5 300 municipalités[5]. Cela signifie que les familles à faible revenu vivant dans plus de 96% des municipalités brésiliennes ont accès à ce programme de logement […].

Quel est le calendrier établi par le gouvernement fédéral pour le Minha Casa, Minha Vida d’ici la fin de cette année?

Inês Magalhães – En mars de cette année, le gouvernement a annoncé la troisième phase du programme avec l’objectif de deux millions d’unités dans la période 2015-2018. Pour 2016, l’objectif est de 480 000 unités, dont 110 000 pour la tranche 1 (familles ayant un revenu jusqu’à 1,800 Reais / 514 Euros).

Que manque-t-il pour rendre le droit au logement atteigne un plus grand nombre de bénéficiaires?

Inês Magalhães – A la fin de MCMV 3, auront été passés des contrats pour 5,75 millions d’unités. Quand elles auront été livrées, il y aura plus de 23 millions de bénéficiaires, c’est-à-dire qu’une personne sur huit dans le pays sera bénéficiaire du programme. Je souligne que la plupart des avantages pour la tranche 1 (69%) ont été alloués à des familles dont le revenu ne dépasse pas 800 Reais (229 Euros) par mois, ce qui montre bien l’adéquation entre le programme et les caractéristiques du déficit de logements existants dans le pays.

Referências

Observatório das metrópoles, “Desafios para a política habitacional na 2ª etapa do programa minha-casa minha vida”, sem data, http://observatoriodasmetropoles.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1695%3Adesafios-para-a-politica-habitacional-2o-etapa-do-programa-minha-casa%20minhavida&catid=43%3Anoticias&Itemid=114&lang=pt

“Duarte irá construir mais 695 casas populares em Serra Talhada”, 31/01/2012, http://www1.duarteconstrucoes.com.br/cms/opencms/duarte2011/pt/noticias/arquivos/0031.html

“Fortaleza inicia maior obra do Minha Casa Minha Vida do País”17/10/2015, http://www.opovo.com.br/app/opovo/cotidiano/2015/10/17/noticiasjornalcotidiano,3520330/fortaleza-inicia-maior-obra-do-minha-casa-minha-vida-do-pais.shtml.

“Fortaleza terá maior projeto Minha Casa Minha Vida do país”, 9/10/2015, http://www.vermelho.org.br/noticia/271631-1

Filipe Matoso, “Governo lança terceira fase do programa Minha Casa, Minha Vida”, 30/03/2016, http://g1.globo.com/politica/noticia/2016/03/governo-lanca-terceira-fase-do-programa-minha-casa-minha-vida.html

Lucio Borges, “Minha Casa Minha Vida” entrega hoje maior conjunto habitacional de MS em Ponta Porã, 20 de julho de 2016, http://paginabrazil.com/minha-casa-minha-vida-entrega-hoje-maior-conjunto-habitacional-de-ponta-pora/

Marco Piva, “Minha Casa, Minha Vida em risco? ”, 13/5/2016, http://www.revistaforum.com.br/2016/05/13/minha-casa-minha-vida-em-risco/

Murilo Viana, “Prefeitura prevê entrega de 10 mil casas em 2016”, 01/12/2015, http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/cadernos/negocios/prefeitura-preve-entrega-de-10-mil-casas-em-2016-1.1445034

Wellington Ramalhoso, “Minha Casa, Minha Vida deu certo? Veja pontos positivos e negativos”, 19/06/2016, http://noticias.uol.com.br/cotidiano/ultimas-noticias/2016/06/19/minha-casa-minha-vida-deu-certo-veja-pontos-positivos-e-negativos.htm

Wilame Januário, “Minha Casa, Minha Vida: Sobral recebe maior empreendimento do interior do Ceará”, 07/3/2016, http://www.ceara.gov.br/sala-de-imprensa/noticias/15877-minha-casa-minha-vida-sobral-recebe-maior-empreendimento-do-interior-do-ceara

Marco Piva, “Minha Casa, Minha Vida em risco? ”, 13/5/2016, http://www.revistaforum.com.br/2016/05/13/minha-casa-minha-vida-em-risco/

Murilo Viana, “Prefeitura prevê entrega de 10 mil casas em 2016”, 01/12/2015, http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/cadernos/negocios/prefeitura-preve-entrega-de-10-mil-casas-em-2016-1.1445034

Wellington Ramalhoso, “Minha Casa, Minha Vida deu certo? Veja pontos positivos e negativos”, 19/06/2016, http://noticias.uol.com.br/cotidiano/ultimas-noticias/2016/06/19/minha-casa-minha-vida-deu-certo-veja-pontos-positivos-e-negativos.htm

Wilame Januário, “Minha Casa, Minha Vida: Sobral recebe maior empreendimento do interior do Ceará”, 07/3/2016, http://www.ceara.gov.br/sala-de-imprensa/noticias/15877-minha-casa-minha-vida-sobral-recebe-maior-empreendimento-do-interior-do-ceara

[1] Le cours du change Reais/Euros adopté tout au long de cet article est celui d’octobre 2016, 3,5/1.

[2] 1) Serra Talhada (PE), http://www1.duarteconstrucoes.com.br/cms/opencms/duarte2011/pt/noticias/arquivos/0031.html;

2) Posse (GO), http://www.dinomarmiranda.com/2015/05/prefeitura-de-posse-go-vai-realizar-dia.html;

3) Jí-Paraná (RO), http://www.portaljipa.com.br/?pg=noticias&i=MTY0MzU=;

4) Santarém (PA), http://www.brasil.gov.br/governo/2016/05/residencial-salvacao-transforma-vidas-em-santarem-no-para;

5) São Carlos (SP), https://wordpaulotamer.wordpress.com/2015/10/14/presidente-dilma-roussef-e-governador-geraldo-alckmin-parceiros-no-programa-minha-casa-minha-vida/;

6) Imperatiz (PA), http://g1.globo.com/ma/maranhao/bom-dia-mirante/videos/v/construcao-do-minha-casa-minha-vida-segue-atrasada-em-imperatriz-ma/4855899/.

[3] Système qui permet de construire simultanément piliers, murs et dalles, facilite une répétition normalisée, utilise peu de main-d’œuvre qualifiée et assure une grande vitesse de construction.

[4] Bahia a 15 millions d’habitants et São Paulo 44 (note du traducteur)

[5] Sur les 5 570 que compte le pays.

Fromages de France et du Brésil

Le Brésil n’est pas un grand pays de fromages, contrairement à la France, qui s’enorgueillit tant de la qualité et de la variété de ses productions dans ce domaine.
Il est même l’une des icônes de la Nation et de sa diversité, comme le montre la figure 1 qui associe un fromage en forme de France et un camembert nommé Marianne (dont on peut déplorer qu’il soit « fabriqué en Picardie » et pas en Normandie, comme l’exige l’appellation d’origine). Cette diversité est si grande, et l’attachement aux produits locaux si fort, que l’on prête au General de Gaulle la phrase « Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? ».

Figure 1 France et fromage
france-et-fromage

Source: http://bernard-richard-histoire.com/2015/10/19/lactualite-et-lhistoire-sur-les-etiquettes-de-fromages-francais/

De fait, la plupart des régions françaises ont développé des variétés locales de fromages , à base de lait de vache, de chèvre ou de brebis, à pâte molle (à croûte fleurie ou à croûte lavée) ou pressée (cuites ou non-cuites), plus ou moins secs, plus ou moins affinés, cendrés, persillés, en forme de cylindre bas et vertical, long et horizontal, de parallélépipède, de cône, de cube, etc. Même les régions d’Outre-Mer ont les leurs, comme le montre la figure 2.

Figure 2 Fromages et régions

fromages-et-regions

Sources: http://www.produits-laitiers.com/dossier/les-signes-officiels-de-qualite-des-produits-laitiers/ et https://www.opendatasoft.com/fr/2015/05/04/open-data-cartographie-la-carte-des-fromages-francais/

On fait même parfois de la gastronomie locale, des produits du terroir dont les fromages sont les plus notables, un des fondements de l’identité régionale, et ils disputent âprement les médailles très recherchées du Concours Général associé au Salon Agricole de Paris. Sur les sacs édités à cette occasion (figure 3) la liaison est explicitement faite entre région, goût et France.

Figure 3 Goût et région

region-et-gout

Source: sacs distribués au Salon Agricole de Paris

Face à cette diversité et à cet enracinement local et affectif, la production brésilienne fait pâle figure, avec un petit nombre de fromages bien moins élaborés. La raison de cette faiblesse est simple, l’élevage bovin y est principalement le fait de très grandes exploitations, comptant des centaines ou de milliers de têtes de bétail, surveillées par des vaqueiros à cheval (tout à fait comparables aux cowboys nord-américains). Dans ces conditions la priorité a été donnée à la production de viande, car il est évidemment plus commode de rassembler un groupe de bœufs (jusque-là laissés à eux-mêmes dans la savane) et de les conduire à l’abattoir – jadis à pied et aujourd’hui en bétaillère – que de traire des vaches tous les jours.

Comme les Brésiliens ne consommaient traditionnellement que peu de lait, une petite production locale suffisait aux besoins, et le développement récent de la consommation de yaourts et dérivés a été rendue possible par celui de grandes exploitations spécialisées avec stabulation et traite automatiques (sur la deuxième partie de la figure 4 une ferme de 1 500 vaches laitières).

Figure 4 Élevage à viande dans le Mato Grosso et laiterie industrielle près de São Paulo

elevages-a-viande-et-lait

Photos Hervé Théry 2009 et 2015

Il existe pourtant une production brésilienne de fromages, de l’ordre de 1,5 million de tonnes en 2016 (contre 1,8 en France), dont les principaux sont le queijo Minas et le queijo prata, auquel il faut ajouter le Minas frescal, un fromage frais qui doit être consommé très rapidement.

Figure 5 Fromages brésiliens

queijos

Sources: carte http://www.papodevinho.com/2016/02/veja-que-interessante-esse-mapa-do.html?m=1, queijo-minas, http://deliciasdasfazendas.lojavirtualnuvem.com.br, queijo prato http://www.queijariademinas.com.br/queijos/queijo-prato-300-gramas-fatiadas.html, frescal http://adoroumacozinha.blogspot.com.br

La consommation par tête est encore faible (5,3 kg par personne et par an, contre 25 en France) mais elle s’accroit rapidement et l’on observe un effort de diversification avec le développement de productions artisanales de qualité, reproduisant des types de fromages européens (mozzarella, parmesan, gruyère, brie, etc.). On peut même – est-ce une bonne idée? – associer deux types de fromages comme cette invention de São Vicente de Minas (la « capitale brésilienne des fromages fins »), le « Camembleu […] qui a uni en un seul les deux fromages les plus appréciés par les Brésiliens, le camembert et gorgonzola ».

Figure 6 Fromages artisanaux

queijos-finos

Sources: Grupiara http://naoseicozinhar.ne10.uol.com.br/noticias-de-gastro-9 et http://www.blogvinhotinto.com.br/destaquesdoblog/dicas-para-degustar-queijos-e-vinhos/

La fromagerie Cruzeiro (figure 7) indique sur son site « Le fromage est un produit traditionnel dans notre région, il est fait de la même manière depuis environ 200 ans, depuis l’arrivée dans cette région des premières expéditions à la recherche de l’or, nous sommes situés dans le district de Brejo Bonito, dans la commune de Fortaleza-MG à une altitude de 920 mètres au-dessus du niveau de la mer, à 60 km de Patos de Minas ». Cela témoigne d’un vrai souci d’associer le produit au terroir et à l’histoire locale, et c’est à tout prendre mieux que de copier telles quelles des productions industrielles françaises, dont celle qui a pour emblème un bovin hilare.

Figure 7 Fromage artisanal et fromage industriel mimétique

queijos-e-copias

Source: Queijaria Cruzeiro http://www.queijariacruzeiro.com.br et http://www.embalagemmarca.com.br/2013/01/queijo-a-vaca-que-ri-chega-ao-brasil/

On commence même à trouver des étals intéressants (celui de la figure 8 annonce du « Gouda national » et du « Gorgonzola national’ à côté du ‘Roquefort argentin ») même s’ils ne peuvent évidemment pas encore rivaliser avec ceux de la rue Mouffetard ou de tout autre marché parisien.

Figure 8 Étal de fromages au marché municipal de São Paulo et rue Mouffetard, à Paris.

etals-compares

Photos Hervé Théry 2006 et 2008

Espérons qu’avec cette nouvelle production se développera une culture du fromage qui amènera de plus en plus de Brésiliens à l’apprécier, après tout il fait déjà partie du plus classique des desserts brésiliens, le Roméo et Juliette (fromage frais et pâte de goyave). Mais souhaitons que l’accès à des fromages plus élaborés ne soit pas utilisé pour le « revisiter » sous la forme du désastre gastronomique de la figure 9, associant Brie coulant et confiture d’oranges…

Figure 9 Romeu e Julieta classique et « revisité »

romeo-e-julieta

Source: http://noemiamartins.blogspot.com.br/2010/05/um-pf-necessario.html et http://www.laticiniosmarilia.com.br/sobre_queijo/artigos/exibe/9

 

Le Tietê, le fleuve de São Paulo

Le Tietê est une rivière[1] de l’État de São Paulo, qu’il traverse sur 1 010 km d’Est en Ouest, des environs de la ville de São Paulo au rio Paraná : contrairement à la plupart des fleuves fleuves, le Tietê court en effet vers l’intérieur du continent, et non pas vers la mer, caractéristique qui en a fait jadis un vecteur important dans la colonisation du pays.

Mapa Rio_Tiete

Figure 1 Le Rio Tietê dans l´État de São Paulo

http://2rodasaventura.com/blog/wp-content/uploads/2013/05/Rio_Tiete.jpg

Histoire

Ses sources sont situées à 1 120 mètres d’altitude, à Salesópolis, dans la Serra do Mar, protégées aujourd’hui par le parc Nascentes do Rio Tietê (sources du Rio Tietê). Bien qu’elles soient seulement 22 kilomètres de la mer, les contreforts de la Serra do Mar le forcent à couler dans la direction opposée, traversant l’État de São Paulo vers le nord-ouest jusqu’au lac formé par le barrage de Jupiá, sur le fleuve Paraná, entre les municipalités d’Itapura et Castilho, à une cinquantaine de kilomètres en aval de la ville de Pereira Barreto.

Figure 2 Sources du Tietê

L1000082

©Hervé Théry 2011

Figure 3 « Ici naît le Tietê »

L1000081

©Hervé Théry 2011

Figure 4 Le Tietê entre sa source et São Paulo

SP SP Mogi Tiete champetre

©Hervé Théry 2011

Les rives du fleuve étaient déjà habitées[2] par les Indiens avant l’arrivée des Portugais et elles ont été les premières terres occupées par les Portugais sur le plateau central. Dans la seconde moitié du XVIe siècle des missions y furent installées pour convertir les indigènes au catholicisme, et fournir de la main-d’œuvre aux colons. L’accès au Tietê fut l’une des raisons principales de la fondation par les Jésuites, en 1554, du collège qui a été le point de départ de ce qui est devenu, en 1560, la vila[3] de São Paulo.

L’expansion s’est ensuite faite au long du Tietê avec la fondation, en 1580, de Santana de Parnaíba[4]. Dans la seconde moitié du siècle suivant, des habitants de Santos montèrent sur le plateau et fondèrent Mogi das Cruzes, qui en 1661 est devenu une vila et peu après le village indigène de Nossa Senhora da Escada (Notre-Dame de l’échelle).

La découverte des mines d’or dans la région de Cuiabá, au début du XVIIIe siècle, a favorisé l’intensification de la navigation sur le Tietê. Outre les colons qui allaient tenter leur chance dans les mines, des convois de bateaux de commerce, appelés « moussons », descendaient le fleuve et ont favorisé la croissance de villages qui servaient de points d’appui aux voyageurs. Ils pouvaient y obtenir des approvisionnements jusqu’à ce qu’ils atteignent leur destination, et ces villages ont ensuite été inclus dans les itinéraires des éleveurs et des chercheurs d’or, qu’ils suivent ou croisent le fleuve.

La vallée du Tietê a ensuite partagé le destin du reste de l’État de São Paulo, progressivement conquis par le front du café au XIXe et au début du XXe siècles. Dans la ville de São Paulo, ses rives avaient une fonction récréative, servant de lieu de loisirs et de baignade aux habitants de la ville, même si l’on a peine à l’imaginer quand on voit dans quel état il est aujourd’hui.

Figure 5 Promenade en barque sur le Tietê en 1900

4-passeio-de-barco-no-rio-tiete1909-acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana

Acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana.jpg, https://unipalphaville.wordpress.com/category/uncategorized

Encore dans les années 1920 et 1930, le Tietê était utilisé pour les activités de pêche et de sports nautiques sur la rivière. À cette époque, des clubs de natation et de régates ont été créés le long de la rivière, comme le Clube de Regatas Tietê et le Clube Esperia, qui existent encore aujourd’hui[5].

Figure 6 Activités sportives sur le Tietê

memoria_t

http://www.pescarianoriotiete.com/2010_09_01_archive.html

Aménagement

La volonté de rectifier le cours du Tietê est ancienne[6]. Dès 1866, le président de la province de São Paulo, João Alfredo Correia de Oliveira, avait insisté sur la nécessité d’utiliser ses várzeas (plaines inondables) ainsi que celles de son affluent le Tamanduateí. À la fin du XIXe siècle le gouvernement de l’État avait déjà pris en charge l’organisation d’une commission d’assainissement du Tietê pour en contrôler les inondations. Dans les années 1920 la « Société d’Amélioration de São Paulo », réunissant des ingénieurs et des spécialistes de questions sanitaires, avait défendu la nécessité de rectifier le cours sinueux du fleuve et de draguer son lit

Parmi eux avait été embauché l’ingénieur sanitaire Francisco Saturnino Rodrigues de Brito, auteur de plusieurs ouvrages sur la rivière. Dans un rapport publié en 1926, il recommandait la préservation des zones humides comme un moyen de maîtriser les inondations. Son projet prévoyait un grand parc dans la plaine inondable, pour réguler l’écoulement du Tietê pendant la saison des crues. À l’embouchure de chaque affluent devait être préservée une zone pour former deux lacs de trois kilomètres de long sur un de large, avec une île au milieu.

Figure 7 Projet de rectification du cours du Tietê

Rectif tiete2bis

http://wasserlink.wordpress.com/2013/10/22/do-outro-lado-do-rio-parte-2-projetos-abandonados-canalizacoes-e-retificacoes-dos-rios-de-sao-paulo/

Le Plano de Avenidas (Plan des Avenues) du maire de São Paulo Prestes Maia incluait, entre autres, la mise en œuvre de parkways formé par des voies sur berge au long du Tietê et du Pinheiros et la canalisation du Tietê. Celle-ci permettrait d’y faire passer le trafic routier et ferroviaire, et d’y développer la navigation et les loisirs par l’affectation de ses rives d’un côté aux chemins de fer et l’autre aux résidences et à la promenade, ainsi que des zones industrielles par la canalisation du Pinheiros et du Tamanduatei.

Des travaux reprenant une partie de ces projets ont commencé en 1938 et pris fin dans les années 1960, lorsque le Tietê a été doté de voies sur berge (marginais). Le Pinheiros a subi une rectification de son lit, entre 1937 et 1957, exécuté par la Light, la compagnie canadienne qui avait le monopole de la production et de la distribution d’électricité, des travaux qui, couplés avec la construction du barrage Billings en 1923, ont favorisé l’expansion de l’occupation du secteur sud de la ville.

Figure 8 L’ancien lit du Tietê dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê

La figure montre l’ancien lit du fleuve (relevé sur une carte de la ville en 1943) sur une image de satellite de 2007 dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê.

meandrostiete_2007gdhttp://www.ecotiete.org.br/historico/meandros_tiete.htm

Les inondations répétées ont forcé le gouvernement de l’État de São Paulo à aménager presque tous les tronçons du Tietê dans la ville de São Paulo, atteignant la limite de la viabilité économique des travaux d’ingénierie qui pourraient augmenter la capacité d’écoulement de la rivière et contrôler ses inondations périodiques.

De ce fait, les études techniques ont commencé à se concentrer sur la récupération des fonctions naturelles des plaines inondables en amont du tronçon qui traverse la ville comme alternative viable pour le contrôle des inondations. Le projet résultant, appelé Parque Várzeas do Tietê (parc des zones inondables du Tietê) envisageait dans sa conception originale (en 1976) d’écarter les voies sur berge du cours du fleuve pour permettre l’implantation d’un parc sur ses rives, intégrant le cours d’eau de façon écologiquement plus appropriée, et en y implantant des équipements culturels, sportifs, des jardins et des pépinières, etc.

On est bien loin aujourd’hui de ce rêve et les voies sur berge été progressivement accaparé par la circulation automobile : sur certains tronçons on ne compte pas moins de 11 voies de circulation dans chaque sens, aménagées en faisant disparaître progressivement tous les espaces verts. C’est une stratégie sans issue car les nouvelles voies créées pour remédier à la saturation ont été à leur tour saturées dès qu’elles ont été inaugurées. Le seul espoir d’y voir se réduire la circulation est la conclusion de l’anneau autoroutier en construction autour de São Paulo, qui devrait détourner des voies sur berges la circulation à longue distance. Trois des quatre tronçons prévus déjà été réalisés et à chaque fois que l’un d’entre eux a été mis en service la circulation des camions a légèrement diminué, pour un temps.

Figure 9 Voie sur berge (marginais) du Tietê

97 - Vôo Panorâmico SP - Marginal Tietê

Sources: http://outrasviagensmundoafora.blogspot.com.br/

Un des exemples les plus frappants de l’artificialisation des rives est la confluence du Pinheiros et du Tietê : la figure 10 associe (en cartouc) le paysage tel qu’il était en 1929 et la situation actuelle où les berges de rivières sont entièrement prises par des voies de circulation et où même le confluent est traversé par des bretelles routières.

Figure 10 Confluence du Pinheiros e Tietê

Confluent Pinheiros-Tiete Earth hier et aujourd'hui 2

Source: http://aguasclarasdoriopinheiros.org.br/rio-pinheiros/historia/ et Google Maps

Le seul reste de ce vaste projet et le parc écologique du Tietê, un peu en aval de São Paulo, à proximité de l’aéroport international de Guarulhos, qui non seulement permet aux crues du Tietê de s’étaler sans dommage dans une zone inondable mais crée aussi un vaste espace vert en bordure de la Zone Est, qui en a bien besoin.

Figure 11 Le Parque ecológico do Tietê

SP SP Parce ecologique du Tiete

©Hervé Théry 2010

Utilisation (plus ou moins heureuse) des várzeas

À défaut d’être devenu des parcs, les zones inondables des berges du Tietê ont reçu d’autres usages, plus ou moins heureux. Elles servent notamment aux maraîchers qui y ont trouvé des sols fertiles et faciles à irriguer avec l’eau de la rivière, si bien qu’elles produisent une partie des fruits et légumes consommé par les habitants de São Paulo. Elles sont heureusement situées pour la plupart en amont de la ville, et ne sont donc pas touchés par la pollution créée par celle-ci.

Figure 12 Maraîchage dans les plaines inondables du Tietê

SP SP Mogi Produçao de hortigranjeiros

©Hervé Théry 2011

Autre usage des plaines inondables, l’extraction de sable et de gravier, a en revanche des effets écologiques extrêmement négatifs, perturbant le drainage et en laissant après elle un paysage lunaire. Quelques-unes des carrières servent, après l’extraction des matériaux de construction, à déposer les gravats issus de destructions et de rénovations de bâtiments, leurs heureux propriétaires recevant ainsi de l’argent pour creuser des trous puis pour les combler.

Figure 13 Extraction de sable dans les plaines inondable du Tietê

DSCN1048

©Hervé Théry 2011

Cependant, ce qui occupe la plus grande partie des plaines inondables, chaque année davantag,e est l’occupation urbaine qui avance depuis les terrasses encadrant la vallée jusque dans le lit majeur et parfois même jusqu’au bord de la rivière. Menée le plus souvent sans autorisation et sans tenir compte du zonage, pourtant censé être impératif, elle se fait de façon désordonnée et très préjudiciable à fois à la conservation de l’environnement et au bien-être de ses habitants.

Figure 14 Occupation urbaine dans les plaines inondables du Tietê

L1020803

©Hervé Théry 2011

Cette occupation urbaine se fait la plupart du temps sous forme de quartier en autoconstruction par ses habitants, sans plan d’urbanisme et sans prise en compte des risques, ce qui fait qu’ils sont régulièrement victimes d’inondations. Ils ne veulent pas entendre qu’ils se sont eux-mêmes exposés au risque en allant s’installer dans des zones constructibles, ils réclament – et parfois obtiennent – que les pouvoirs publics engagent des travaux de protection de leur quartier, notamment des digues qui en protègent le pourtour. Ce n’est pourtant pas une panacée, comme on l’a vu lorsque, à plusieurs reprises, ces digues ont été franchies par les inondations et ont eu pour effet de freiner l’évacuation des eaux.

Figure 15 Digue de protection d’un quartier d’invasion dans les plaines inondables du Tietê

L1000195

©Hervé Théry 2011

Si l’on interroge des habitants de São Paulo (ou même plus largement au Brésil) sur le mot qu’ils associent le plus volontiers à « Tietê » on a de bonnes chances de tenir en réponse le mot « pollution » tant la qualité de ses eaux et dégradée dans sa traversée de la ville et en aval.

Pollution

Bien qu’il soit l’un des fleuves les plus importants sur le plan économique pour l’État de São Paulo et même pour le pays, le Tietê est en effet surtout connu pour ses problèmes environnementaux, en particulier dans le tronçon qui traverse la ville de São Paulo. Les difficultés ont commencé dans les années 1920 avec la construction du lac de barrage de Guarapiranga para la Light. Cette intervention a modifié le régime hydrique de la rivière dans la capitale, mais la dégradation de la rivière par la pollution industrielle et les eaux usées domestiques vient principalement du processus d’industrialisation et d’expansion urbaine non planifiée qui a eu lieu dans les années 1940 à 1970. Il a été accompagné – à la fois cause et conséquence – par la croissance rapide de la population dans cette période, la commune passant d’une population de deux millions d’habitants dans les années 1940 à plus de six millions dans les années 1960.

Ce processus de dégradation a également affecté ses principaux affluents, l’Aricanduva et le Tamanduateí, ce dernier étant plus particulièrement dangereux parce qu’il apportait au Tietê les eaux usées de grandes usines de la région dite ABC (Santo André, São Bernardo e São Caetano). Permettre une expansion majeure du parc industriel à São Paulo sans contreparties environnementales a rapidement rendu impossible l’utilisation des eaux du Tietê pour alimenter la ville et pour ses loisirs.

Après les années du « miracle brésilien » des années 70 et les difficultés qui ont suivi le choc pétrolier, une prise de conscience progressive sur les questions environnementales s’est fait jour, notamment après la conférence de Rio de 1992. Des mesures ont été prises pour réduire la pollution du Tietê, en particulier grâce à une aide du Japon, attribuée en reconnaissance de la façon dont le Brésil avait accueilli les migrants issus de ce pays.

La trainée de pollution dans le Tietê en aval de São Paulo qui, dans les années 1990, avait atteint une centaine de kilomètres, avait progressivement réduit, mais la situation s’est de nouveau dégradée avec la crise hydrique de 2015. À la suite d’une légère réduction de la pluviosité (d’environ 3 %), la ville de São Paulo a dû mettre en place un rationnement non réellement reconnu par les autorités mais bien réel dans les quartiers périphériques où la pression été diminué et où l’eau n’atteignait pas les points les plus hauts et les plus éloignés.

Faute d’eau pour diluer la charge liquide et solide des égouts et des galeries pluviales, le Tietê a été sensiblement plus pollué, selon la Fondation SOS Mata Atlântica, la tache de pollution en aval de São Paulo a augmenté de 71 km à 157 km en un an. La zone, considérée comme morte par manque d’oxygène s’étendait alors jusqu’à Mogi das Cruzes et Salto.

Un des effets les plus spectaculaires de cette pollution a été qu’en aval immédiat de São Paulo le Tietê a été fréquemment recouvert d’une épaisse couche de mousse blanche, produite par le déversement dans ses eaux de détergents issus des salles de bains, des cuisines et des machines à laver des 18 millions d’habitants de l’agglomération. Une partie des eaux usées et certes traitée par les stations d’épuration, mais dans les quartiers populaires et les favelas ce sont les galeries pluviales qui font fonction de tout-à-l’égout et leur contenu va directement à la rivière.

Figure 16 Mousse de savon sur le Tietê en aval de São Paulo

SP Santana do Parnaiba Tiete pollue 1

©Hervé Théry 2008

À Pirapora de Bom Jesus, dans la région métropolitaine de São Paulo, les mousses ont dépassé en juin 2015 la hauteur du pont et ont fait irruption dans les maisons des rues proches de la rivière. Selon le gouvernement de l’État de São Paulo, le phénomène était dû à la présence de grandes quantités de détergent non-biodégradable, et aggravé par la saison sèche en raison du faible débit d’eau, insuffisant pour dissoudre les polluants

Figure 17 Le Tietê envahi par la mousse de savon à Pirapora

Pirapora do Bom Jesus- SP- Brasil- 23/06/2015- Imagens feitas ontem (22/06), mostram a grande concentração de espuma no rio Tietê. A formação de espumas, que ocorre frequentemente no Rio Tietê ao longo das cidades de Santana de Parnaíba, Salto e Pirapora do Bom Jesus, está relacionada principalmente a baixa vazão da água, a presença de esgotos domésticos não tratados que dificultam a decomposição de detergentes domésticos. Os moradores da cidade ainda reclamam do mau cheiro que fica mais intenso, conforme a quantidade de espuma aumenta. Foto: Rafael Pacheco
. Foto: Rafael Pacheco

http://Photospublicas.s3.amazonaws.com/files/2015/06/RP_espuma-poluicao-rio-Tiete-Pirapora-Bom-Jesus_22062015002.jpg

Cette mousse n’est pourtant qu’une partie du problème, s’y ajoute une importante charge solide de déchets ménagers, à cause des insuffisances de la collecte des ordures, et toutes sortes d’objets finissent dans les eaux de la rivière. À Pirapora do Bom Jesus, située à environ 50 km de la capitale, il est fréquent de trouver des déchets comme des sacs et bouteilles en plastique, des chaussures, des balles de tennis, des emballages en polystyrène expansé, etc., flottant dans la rivière. Selon le Secrétariat d’État aux ressources en eau, la Compagnie des eaux Sabesp recueille 84% des déchets et traite 70% des eaux usées de São Paulo, mais certaines municipalités de la région métropolitaine ne traitent pas les effluents des égouts.

Figure 18 Ordures ménagères dans le Tietê

rio-tiet6e-sao-paulo

https://andradetalis.wordpress.com/tag/royalties-agua/

En aval, tout va mieux

Pour conclure sur une note plus optimiste, on notera que le Tietê est un cas rare de cours d’eau qui commence sale et se termine propre. Après avoir traversé l’agglomération de São Paulo presque au début de son parcours il continue vers le nord-ouest et parcourt de bout en bout l’État de São Paulo, recevant sur ces deux rives des affluents issus de régions rurales qui lui apportent des eaux propres, et celles-ci diluent progressivement ses eaux sales jusqu’à ce que, avec l’aide de l’épuration naturelle, pratiquement toute trace de pollution ait disparu. À hauteur de Barra Bonita le Tietê est devenu si propre que l’on a peine à imaginer que c’est le même cours d’eau pollué qu’il était à la sortie de la ville de São Paulo.

Figure 19 Le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

Photo José Reynaldo da Fonseca – REFON – https://pt.wikipedia.org/wiki/Rio_Tiet%C3%AA#/media/File:Rio_Tiet%C3%AA_Barra_Bonita_150606_REFON.jpg

Il a même été possible de développer sur le lac créé par les barrages mis en place pour faciliter la navigation sur le Tietê diverses formes de tourisme, notamment des promenades en bateau et des mini-croisières qui ont rencontré un certain succès.

Figure 20 Bateau de croisière sur le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

http://udiviagens.blogspot.com.br/2011/06/barra-bonita-sp.html

La preuve que les eaux sont effectivement propres et salubres est qu’y naissent et y vivent assez de poissons pour que se développent des activités de pêche sportive. Les touristes en rapportent quelques kilos de poissons pour les manger avec leur famille, ce que personne n’envisagerait de faire à proximité de São Paulo.

Figure 21 Pêche dans le Tietê à Barra Bonita

FOTOS PESCARIA PRAIA 268

http://pescasagaesportiva.blogspot.com.br/2012/06/tucunares-do-rio-tiete.html

De ce point de vue la récupération de la qualité des eaux du Tietê a mieux réussi que celle de la Tamise de la Seine, pas tellement à vrai dire grâce aux politiques mises en place mais grâce à l’immensité du territoire brésilien aux capacités de régénération naturelle des eaux, pourvu qu’on leur laisse le temps et l’espace nécessaire.

C’est malgré tout assez réjouissant de voir qu’au moins dans sa partie aval le Tietê à pu garder ou retrouver ce qui faisait son attrait pour les populations indiennes avant l’arrivée des Portugais et justifie ainsi de nouveau l’étymologie de son nom. En tupi  « ti » désigne l’eau d’une rivière et « été » signifie « très bon, vrai, authentique », le Tietê étant donc une véritable et une très bonne rivière.

[1] Techniquement c’est une rivière puisqu’elle se jette dans le Paraná, pas dans la mer, mais il a pratiquement la même longueur que la Loire, le principal fleuve français (1 010 km,) et son débit à São Paulo (1 188 m3/s) est déjà supérieur au module du fleuve à Saint-Nazaire (931 m3/s).

[2] Les éléments historiques de ce texte sont pour la plupart tirés de Zanirato, S. H., « História da ocupação e das intervenções na várzea do rio Tietê ». Revista Crítica Histórica, v. 4, p. 117-129, 2011.

[3] Première étape de la reconnaissance institutionnelle, avant de devenir une ville (cidade).

[4] «Santana de Parnaíba, berceau des Bandeirantes», Braises,  https://braises.hypotheses.org/717

[5] http://portal.esperia.com.br/site/ et http://guia.folha.uol.com.br/passeios/2016/07/10003103-centro-esportivo-tiete-tem-boas-quadras-de-tenis-e-futebol-americano.shtml

[6]  Informações obtidas de http://alotatuape.com.br/tiete-o-rio-de-sao-paulo/, textos: Professor Fausto Henrique G. Nogueira (IFSP), edição: Gerson Soares

Hiver à São Paulo

Quand on pense au Brésil, on évoque en général des images de chaleur, de plage, de forêt amazonienne. C’est en effet un pays de climat tropical, où les températures sont en général élevées, voire très élevées. Ce n’est pourtant pas le cas toute l’année ni dans toutes ses régions et il peut y faire froid en hiver (entre juin et septembre) notamment dans le sud : dans l’hémisphère sud les températures décroissent vers le sud et ce sont les régions situées au nord qui sont les plus chaudes. C’est le cas à São Paulo car, bien que la ville soit située juste sur le tropique du Capricorne, étant situé à 800 m d’altitude, elle peut avoir l’hiver des températures franchement fraîches.

Cela a par exemple été le cas dans les premières heures du 6 juin 2016 quand la ville enregistré son record de température minimum de l’année : 5 ° C au Mirante de Santana, dans le nord de la ville, selon les informations fournies par le Centre de gestion des urgences (CGE) de la Mairie.

L’entrée d’une forte masse d’air polaire a fait chuter la température de 10ºC en douze heures et les météorologues d’Inmet (Institut de météorologie) ont signalé qu’il avait gelé dans certaines villes proches, comme Itapevi, dans la région métropolitaine. Dans l’État de São Paulo, la température la plus basse a été enregistrée à Barra do Turvo, dans la vallée du Ribeira: -0.2 ° C, en-dessous de la température enregistrée le jeudi 9 au même endroit, 0,4 °.

Figure 1 Bulletins météo du début de l’hiver 2016

Temperatures 2

Source: Climatempo 14-6-16 et INPE Cptec 12-6-16

Temperatures

Source: Cptec – Températures au Brésil le 12-6-16, Minimas du Sudeste le 12-6-16, Minimas du Sul le 12-6-16

Si l’on s’en tient aux seuls mois de juin, toujours selon la même agence, la température de ce matin du 16 juin 2016 a été la température la plus basse depuis le 30 juin 1994, lorsque le thermomètre avait déjà indiqué 5°C à São Paulo. La température la plus basse avait été de 1,2°C le 26, record absolu pour ce mois de juin qui avait connu la pire vague de froid de toute la série commencée en 1943.

En hiver, l’entrée d’une forte masse d’air polaire, accompagnée de forte nébulosité fait parfois que les températures restent très faibles, même dans l’après-midi, où des températures maximales comprises entre 14°C et 16°C sont fréquentes, même pendant l’automne et au début du printemps. Pendant l’hiver, il y a eu parfois des après-midis où la température ne dépasse pas 10°C, comme le 24 juillet 2013, où le maximum avait été de 8,5°C.

Figure 2 Um passant se protège du froid devant le théâtre municipal de São Paulo

27set2012---homem-se-protege-de-frio-que-atinge-o-centro-de-sao-paulo-nas-primeiras-horas-do-dia-a-capital-paulista-teve-a-menor-temperatura-do-anoter

http://noticias.uol.com.br/album/2012/09/26/frio-pelo-brasil-2012.htm?mobile

Ces températures peuvent ne pas paraître très basses à des Européens, qui ont l’habitude de températures négative en hiver, mais il faut rappeler que les logements brésiliens n’ont pas de chauffage et sont très mal isolés, si bien que ces températures extérieures se répètent à l’intérieur.

Figure 3 Petit matin à 8°C sur l’Avenida Paulista

são-paulo-frio

Source: http://www.pensamentoverde.com.br/colunistas/reflexoes-sobre-o-frio-para-alem-do-cobertor/

Figure 4 10°C le matin devant la Cathédrale de São Paulo

Segunda-feira (22) gelada em São Paulo, a minima fica em 9ºC mas o vento deixa a sensação termica proxima aos 5ºC.

http://noticias.r7.com/sao-paulo/fotos/sp-tera-chuva-leve-e-dia-frio-com-maxima-de-16-c-20110822.html

São Paulo n’est pourtant pas la région la plus froide du Brésil, les températures sont fréquemment beaucoup plus basses dans les trois États du Sud. C’est dans les régions montagneuses du Santa Catarina que l’on trouve les points les plus froids de tout le pays, il n’est pas rare qu’il y neige l’hiver, ce qui donne tous les ans aux médias l’occasion de diffuser des images de chalets sous la neige, dont on reconnaîtra que bien peu de ceux qui les voient pensent qu’elles ont été prises au Brésil.

Figure 5 Bom-Jardim-da-Serra (Santa Catarina)

Bom-Jardim-da-Serra

Source: http://amigodeviagem.com.br/que-tal-ver-neve-sem-sair-do-brasil-veja-algumas-cidades-catarinenses-onde-indo-e-possivel/

Figure 6 Gelée blanche le matin dans le Santa Catarina

timthumb

Source: http://www.capitalfm.com.br/abril-pode-terminar-com-neve-no-sul/

São Paulo vue du ciel

Le dimanche 1er mai a été l’occasion de réaliser le projet rêvé depuis longtemps mais qui supposait un dimanche de temps très stable et très clair, survoler São Paulo en hélicoptère. Un temps très stable et très clair pour voler dans de bonnes conditions, un dimanche pour bénéficier du prix réduit offert par les compagnies dont l’essentiel du chiffre d’affaires provient des vols fait les jours ouvrables pour effectuer des déplacements professionnels. Comme la ville compte plus de 900 hélicoptères, la première flotte au monde (avant New York), la concurrence est rude et ces vols ce week-end sont à des prix presque abordables. Une vingtaine de photos ont été chargées sur un album Flickr à l’adresse https://flic.kr/s/aHskvSG98D.

Être assis à côté du pilote dans un petit hélicoptère à quatre places permet d’avoir une vision presque panoramique sur la ville et le parcours est conçu de façon à survoler ses principaux monuments.

Figure n° 1 Le musée Ipiranga vu de l’hélicoptère.

Ipiranga 3

©Hervé Théry 2016

Le point de départ est le Campo de Marte (Champ-de-Mars), l’ancien aéroport aujourd’hui réservé aux vols d’affaires et d’hélicoptères, un peu comme le Bourget à Paris.

Figure n° 2 Le hangar du Campo de Marte

Hangar dos helicopteros N_publi

©Hervé Théry 2016

Le passage par le hangar a permis de voir une partie de la flotte d’hélicoptères, au repos ce jour-là puisque les vols d’affaires sont inexistants le dimanche. Le hangar était toutefois loin d’être rempli car une partie des clients loue des hélicoptères pour se rendre à leurs maisons de campagne ou du bord de mer, évitant ainsi les embouteillages du week-end.

Figure n° 3 Hélicoptères en attente

Helicos au hangar

©Hervé Théry 2016

Le vol réalisé en un peu plus de 40 minutes a permis de parcourir une bonne partie du centre de la ville, comme cela apparaît sur la figure numéro quatre, et de voir la plupart des points et monuments remarquables de la ville.

Figure n° 4 Le parcours dans le centre de São Paulo

Parcours

On notera toutefois qu’il n’a qui n’a représenté qu’une très petit proportion l’agglomération de São Paulo, comme le montre la figure numéro cinq.

Figure n° 5 Le parcours par rapport à l’agglomération de São Paulo

Parcours RMSP

©Hervé Théry 2016

Le premier point remarquable est – à tout seigneur tout honneur – le Patio do Colegio, la place du collège des Jésuites qui a été l’origine de la ville de São Paulo. Restauré dans un état proche de l’original après avoir un temps servi de palais du gouverneur, il est entouré de bâtiments néoclassiques XIXe siècle et de bâtiments plus récents stylent nord-américain du XXe siècle, une ‘évolution de l’architecture qui constitue un raccourci des étapes de la croissance de la ville.

Figure n° 6 La Patio do Colegio

Patio do Colegio 2

©Hervé Théry 2016

Un autre monument témoigne du déclin de l’influence de l’Église catholique et de la montée en puissance des religions pentecôtistes : face à l’énorme « temple de Salomon » érigé par l’Igreja Universal do Reino de Deus (Église universelle du règne de Dieu) la pauvre église catholique São João Batista fait bien pâle figure.

Figure n° 7 Le nouveau temple de Salomon

Templo de Salomao e Igreja catolica N

©Hervé Théry 2016

Entre la ville historique, longtemps contenue sur un étroit plateau triangulaire, et son extension au XIXe siècle, le Viaduto do Chá (viaduc du thé[1]), permet de franchir la vallée de l’Anhangabau. Celle-ci est aujourd’hui occupée par une voie rapide, en partie recouverte par une dalle où se tenait ce jour-là une manifestation du 1er mai protestant contre la destitution de la président de la république Dilma Rousseff. Sur la gauche de l’image apparaît le théâtre municipal, à l’architecture inspirée de l’opéra de Paris.

Figure n° 8 Vale do Anhangabau

Vale do Anhangabau

©Hervé Théry 2016

L’avenue Paulista est l’un des axes majeurs de la ville, au long duquel s’alignaient originellement les maisons des barons du café, mais celles-ci ont été remplacées par des immeubles de bureaux. Les centres d’affaires ayant pour une bonne part migré vers d’autres quartiers, l’avenue a aujourd’hui une fonction largement culturelle et est fermée à la circulation le dimanche. Elle était, lors de notre passage, occupée en partie par une autre manifestation, celle-ci favorable à la destitution de la Présidente. Pour la survoler en toute sécurité hélicoptère a dû prendre un peu de hauteur, ce qui permet d’avoir une idée de l’étendue de la ville.

Figure n° 9 Panorama centré sur l’Avenida Paulista

Paulista panorama 2

©Hervé Théry 2016

Au retour vers le point de départ, le parcours nous a amené à survoler les zones industrielles de la ville, au long d’un autre affluent du Tietê, la modeste rivière qui traverse São Paulo. Le viaduc surélevé qui apparaît bien sur l’image grâce sa peinture jaune est une voie en site propre réservée aux bus. Le centre-ville est à l’arrière-plan et tout au fond de l’image apparaît le pic de Jaraguá, le point culminant de la région.

Figure n° 10 Zones industrielles et résidentielles

Zone industrielle  et centre_publi

©Hervé Théry 2016

Le survol en hélicoptère permet évidemment d’avoir une vue plus ample que celles qu’on peut avoir au sol, mais on n’appréhende encore qu’une toute petite partie de cette immense métropole de plus de 18 millions d’habitants.

[1] Voir le billet Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café, http://braises.hypotheses.org/513)

Havaianas, du chinelo de pedreiro au succès mondial

Havaianas est un fabricant des tongs (sandales composées d’une semelle et de brides en caoutchouc) qui étaient à l’origine un produit de consommation populaire, vendu uniquement au Brésil, et est devenu en vingt ans un produit de mode mondialement connu.

Origines

L’entreprise Fabrica Brasileira de Alpargatas e Calçados a été créée en 1907 mais la marque Havaianas (« hawaïennes » en portugais) n’a été lancée qu’en 1962. Jusque-là spécialisée dans la fabrication d’espadrille en toile et en corde, elle avait alors décidé de fabriquer des tong légères en caoutchouc, librement inspirée des sandales japonaises Zori, à semelle en paille de riz et bride de tissu.

Figure 1 Sandales Zori et Havianas tradicional

Zori et havaianas

http://otaku-plane.blogspot.fr/ et http://calcados.mercadolivre.com.br/chinelos/havaianas

Le succès a été immédiat auprès des classes populaires grâce à son petit prix, mais surtout aux propriétés du caoutchouc, antidérapant, qui ne brûle pas les pieds (contrairement au plastique), ne sent pas et est très résistant. C’était donc la chaussure idéale pour ceux qui étaient pour la plupart jusque-là littéralement des « va-nu-pieds », elle a chaussé des générations de travailleurs sur les chantiers et dans les champs et était surnommée – non sans un certain méprise de classe – chinelos de pedreiro (tongs de maçon). Elles étaient si populaires que le gouvernement en avait fixé les prix, comme pour d’autres produits tels que le riz et les haricots, la base de l’alimentation brésilienne.

Figure 2 Chinelos de pedreiro, les chaussures des pauvres

sebastiao_salgado_pés

Photo Sebastião Salgado, http://modosdeolhar.blogspot.fr/search/label/Sebasti%C3%A3o%20Salgado

Le tournant

Durant une trentaine d’années, le produit n’a pas évolué, les premiers modèles, nommés Havaianas Tradicional, étaient disponibles dans une unique version : brides bleues, et semelle blanche et bleue. Selon la légende de l’entreprise le changement est dû à un hasard, suite à un problème technique un lot entier de tongs est sorti en vert au lieu de la couleur bleue traditionnelle. Comme ce lot s’est bien vendu, les Havaianas ont commencé à être produites avec des brides de différentes couleurs (rouge, jaune, vert et noir). À partir de 1994 la semelle fut elle aussi proposée en plusieurs couleurs.

La même année a eu lieu un autre changement, sans doute plus décisif, dans le domaine du marketing. Pour résister à la contrefaçon la firme a cherché à consolider son image par des campagnes de publicité et de communication, mettant notamment en scène des artistes, des joueurs de football et des mannequins. Dans les années 1990 elle a connu un premier succès avec sa ligne « Top monochrome », puis elle y a ajouté en 1998 une touche de patriotisme avec la création d’un modèle « Havaianas Brasil » orné du drapeau brésilien, en signe de soutien à l’équipe nationale, la seleção, pour la Coupe du monde de football.

Figure 3 Havaianas à drapeau brésilien

havaianas-sandale-brasil-logo-vert-2

http://www.keepitforyou.com/fr

Chic

Le marketing de la marque a ensuite cherché à l’associer à d’autres nomes fameux. De 2003 à 2009, chaque acteur proposé aux Oscars a reçu un modèle exclusif, à partir de 2004 démarrèrent les collections en édition limitée avec des marques ou créateurs reconnus, comme Swarovski, ou le joaillier H. Stern qui proposa des tongs décorées d’or ou de diamants.On a alors commencé à trouver des Havaianas même dans les shoppings centers les plus chics du pays.

Figure 4 Stand Havaianas dans le shopping center de Mossoró

Mossoro Havaianas 2

Photo H. Théry 2015

De nombreuses séries spéciales ont été réalisées, comme celles de l’hôtel Meurice et de l’hôtel Murano, ou celles de la fondation du footballeur Raï, vendues au profit des enfants des favelas. Depuis que deux présentateurs de télévision très connus au Brésil ont choisi d’offrir des Havaianas à leurs invités le jour de leur mariage il est devenu chic, dans certains milieux, d’offrir des tongs aux invités pour qu’ils puissent danser toute la nuit. La marque a donc créé comme elle l’indique sur son site multilingue deux « modèles spéciaux pour les mariages, Havaianas Top wedding et Havaianas Slim wedding, pré-personnalisées avec l’une des trois paires de pin’s exclusifs de votre choix ».

Succès mondial

Au début des années 2000 les exportations représentaient moins de 3% des revenus d’Alpargatas, ils pèsent aujourd’hui environ 30% du total. La société est présente dans 117 pays, en France elle possédait en 2012 deux boutiques en propre à Paris, plus six en franchise Et la firme a fermé, en entrant sur le marché japonais, le cycle qu’elle avait commencé par la copie de sandales de paysans nippo-brésiliens. Ces dernières années, la société Alpartagas s’est diversifiée en créant une collection de sacs et bagages en 2009, ou une ligne de chaussures fermées comme des espadrilles, des ballerines, ou des bottes en 2010, mais la division Havaianas représente les deux tiers de ses ventes mondiales avec un chiffre d’affaires de 520 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010 et 650 millions en 2014.

Alpartagas appartenait pour 44 % au groupe de BTP Camargo Corrêa, celui-ci a vendu, via une OPA, ses actions à la société brésilienne J&F, qui contrôle le plus grand vendeur de viande dans le monde, JBS, qui souhaitait diversifier le portefeuille d’activités de l’entreprise. De son côté Camargo Corrêa a dû reconnaître sa participation aux actions d’entente illicites et de corruption développés autour de la compagnie pétrolière Petrobras. En août elle a signé un accord de clémence avec les procureurs fédéraux et cherche à se recentrer sur ses métiers centraux.

Différentiel de prix

Selon les calculs de Capital[1], « chaque paire coûterait entre 1,50 et 2,50 Euros à fabriquer, pour un prix moyen de vente de 10 euros (20 euros en France). En ajoutant 1,10 euro de frais de mar­keting et 5 euros de coûts de ­distribution, la marge atteindrait 18% d’après nos estimations, comparable à celle de Nike, le plus rentable des fabricants de sportswear ».

Mais il semble que Havaianas ait une politique de prix adaptée à chaque marché national. Sur le site en français d’achat en ligne sont proposées, pour les femmes, des tongs, sandales, espadrilles et bottes de pluie, dont les prix vont de 10 € à 55 €. Pour les hommes des tongs, espadrilles et sneakers, entre 10 € à 50 €. Le site est décliné pour 28 pays européens, y compris Andorre, Saint-Marin et le Saint-Siège (Cité, du, Vatican).

Figure 5 Modèles pour femmes et pour hommes sur le site français d’Havaianas

Modeles France

http://www.havaianas-store.com/fr

Sur le site brésilien les prix vont de 12.90 Reais (3,22 €) à 274,90 Reais (69 €) mais il existe aussi un modèle Swarovski (195 euros), associant au caoutchouc pas moins de 174 cristaux. Alors que sur le site français l’écart entre les modèles les moins chers et les plus chers est dans un rapport de 1 à 5,5, sur le site brésilien le rapport est de 1 à 21, même pour des tongs apparemment à peu près identiques le Brésil est décidément un pays d’inégalités.

Figure 6 Modèles les moins chers et les plus chers sur le site brésilien d’Havaianas

Modeles Brésil

www.loja.havaianas.com.br

[1] http://www.capital.fr/enquetes/succes/havaianas-ou-l-art-de-vendre-le-caoutchouc-a-prix-d-or-608668

Défilé du 7 septembre à Brasília

La fête nationale est, au Brésil comme en France, l’occasion d’un défilé militaire sur l’une des artères majeures de la ville, en l’occurrence l’Axe Monumental de Brasília, où se situent tous les monuments officiels de la ville, de la Place des Trois pouvoirs jusqu’à la Bibliothèque nationale, en passant par l’esplanade des ministères et la cathédrale.

La Présidente Dima Rousseff a cette année encore ouvert le défilé dans la Rolls Royce 1953 qui est la voiture officielle des Présidents depuis Getúlio Vargas.

Brasília - DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR
Brasília – DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR

Foto: Ichiro Guerra/PR – http://www2.planalto.gov.br/centrais-de-conteudos/imagens/desfile-civico-militar-de-7-de-setembro-em-comemoracao-ao-dia-da-independencia

Une des attractions récurrentes du défilé, très attendu par les spectateurs, est le passage des Dragons de l’Indépendance, dont le nom officiel est 1º Regimento de Cavalaria de Guardas, l’équivalent de la Garde Républicaine française.

datas-comemorativas-2015

http://www.vidadeturista.com/wp-content/uploads/2015/01/datas-comemorativas-2015.jpg

Comme ailleurs un autre moment fort est le passage des blindés, ici vus devant la cathédrale ce qui, sans aller à évoquer « le sabre et le goupillon » associe du moins des symboles forts des pouvoirs militaire et spirituel.
Chars + avions

© Hervé Théry 2015

Le défilé de 2015 a attirés des milliers de badauds, dont beaucoup s’accumulaient dans les rares zones librement accessibles du bout de l’esplanade, comme ici devant le Musée National de Brasília.
Foule

© Hervé Théry 2015

L’affluence y était d’autant plus grande que les espaces accessibles aux non-VIP sur l’esplanade étaient peu nombreux et qu’il fallait faire une longue queue pour y accéder, une fois le défilé commencé, en espérant occuper la place de ceux qui partiraient avant la fin.
Fila 1

© Hervé Théry 2015

Beaucoup de spectateurs n’ont donc vu du défilé que les barrières érigées pour protéger les tribunes d’une invasion par le vulgum pecus des citoyens ordinaires.

Tapumes 1

© Hervé Théry 2015

Certains ont bien tenté de forcer le passage entre les plaques métalliques, ici devant la caméra du réseau de télévision SBT, mais la police militaire mettait toujours rapidement fin à ces tentatives.

Invasao

© Hervé Théry 2015

Les réticences des autorités à laisser les citoyens accéder librement au défilé venaient de ce qu’elles craignaient des manifestations hostiles à la Présidente ou à son prédécesseur et mentor, Luís Inácio « Lula » da Silva, comme celles qui apparaissent sur la photo ci-dessous. Ils y sont représentés par des mannequins gonflables géants, la première avec un long nez à la Pinocchio, parce qu’elle est accusée d’avoir beaucoup menti pour obtenir sa réélection en 2014, l’autre en uniforme de prisonnier en raison des accusations de corruption portées contre lui dans divers scandales.

Bonecos

https://www.youtube.com/watch?v=e4XbC0cJPdQ, http://msalx.veja.abril.com.br/2015/08/16/1735/pe6Cx/alx_manifestacao_contra_gov_09_original.jpeg?1439757346

Malgré tout le défilé est un moment d’exaltation nationale, notamment au passage de l’Esquadrilha da Fumaça (littéralement l' »Escadrille de la fumée », officiellement « Esquadrão de Demonstração Aérea – EDA »), l’équivalent de la Patrouille de France. On notera tout de même – sans chauvinisme aucun – que cette dernière, elle, parvient à dessiner le drapeau national dans le ciel de Paris le 14 juillet…

Brasília - DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
Brasília – DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013.     REUTERS/Charles Platiau  (FRANCE - Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) - RTX11MJ5
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE – Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) – RTX11MJ5

https://en.wikipedia.org/wiki/Smoke_Squadron et http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-festivites-ensoleillees-du-14-Juillet-521677

Santana de Parnaíba, berceau des bandeirantes

 

Santana de Parnaíba est une commune de l’État de São Paulo, peuplée d’environ 110.000 habitants, qui fait partie de la « zone métropolitaine » de la capitale. Il ne s’agit toutefois pas d’une banale commune de sa lointaine périphérie de la ville-centre (distante d’un peu plus de 40 km) mais d’une localité qui a connu une histoire tout à fait particulière comme « berceau des bandeirantes », comme le proclame fièrement un panneau signalétique à l’entrée de son centre historique bien préservé (figure n°1).

Figure n°1 Santana do Parnaíba, berceau des bandeirantes

Santana de Parnaiba

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

Santana de Parnaíba, porte do sertão

La ville était un point de départ important de bandeiras, des expéditions partant vers le sertão[1], dont les principaux objectifs étaient à la recherche de main d’œuvre indigène et la lutte contre les tribus indiennes hostiles ou les quilombos[2] à la demande de la couronne portugaise. Sans que cela ait été explicitement leur but, elles ont en outre contribué à la défense et l’expansion du territoire brésilien[3], dépassant les limites fixées par le traité de Tordesillas[4].

La plupart de ces expéditions ont suivi le cours du Tietê, en raison d’une particularité de son parcours, qui traverse pratiquement tout le territoire de l’État d’est en ouest, depuis la Serra do Mar, sur la côte atlantique, jusqu’au Paraná, à l’extrême ouest de l’État. Bien que sa source se situe à moins de 22 km de l’océan, dans les contreforts de la Serra do Mar (dans la commune de Salesópolis, à 110 km à l’est de São Paulo et à environ 1120 m d’altitude), ses eaux coulent sur plus de 1 000 km vers l’ouest avant de se jeter dans le Paraná, parcourant au total une distance de 3 700 km jusqu’à atteindre la mer dans l’estuaire du rio de la Plata.

Pendant de nombreuses années, la rivière a été la seule voie d’accès à l’intérieur de la province de São Paulo et, bien que non navigable en certains endroits, elle est devenu le moyen le plus rapide pour atteindre l’ouest de la province, et de là des régions plus lointaines.

Figure n° 2 Localisation de Santana de Parnaíba

Localisation 3

Source : Google maps

Située sur les rives du Tietê, Santana de Parnaíba a une situation stratégique car elle était le point où la rivière cessait d’être navigable pour qui venait de São Paulo de Piratininga, à cause d’une grande chute d’eau connue sous le nom « chute de l’enfer ». De ce point de la rivière ne pouvait être parcourue à nouveau que 50 km plus loin, en aval du port d’Utu Guaçu, ou Salto Grande, autour duquel ont été fondées les villes de Salto et Itu. Le nom de la ville reflète exactement cette situation, il résulte du rapprochement du nom de la sainte pour laquelle la fondatrice de la ville avait une dévotion particulière – Santa Ana – avec le mot indien Parnaíba qui signifie « rivière non navigable ». Santana de Parnaíba était donc un inévitable point de rupture de charge pour les expéditions qui se dirigeaient vers l’intérieur des terres, ce qui a favorisé lors la période coloniale le contrôle de l’accès à l’hinterland.

Les origines

La fondation de Santana de Parnaíba[5] a eu lieu au tout début du processus d’occupation du territoire brésilien, qui a commencé dans la région avec la fondation en 1532 (par Martim Afonso de Souza), de la première vila[6] brésilienne, São Vicente, sur la côte du futur État de Sao Paulo. Santana de Parnaíba est née du temps de Mem de Sá, le troisième gouverneur général du Brésil, le premier à s’installer dans la région étant Manuel Fernandes Ramos, membre d’une expédition menée en 1561 par Mem de Sa pour explorer l’arrière-pays, en descendant le Tietê, à la recherche de l’or et de métaux précieux. Il construisit une ferme et une chapelle en l’honneur de Saint Antoine, mais elles ne résistèrent pas aux constantes inondations. Après sa mort, en 1589, son épouse Suzana Dias et ses 17 enfants se sont installés sur place, créant l’embryon d’un village et érigeant en 1580, une nouvelle chapelle, cette fois en l’honneur de Santa Ana.

Le 14 novembre 1625 le village qui avait grandi autour de la chapelle a été élevé à la catégorie de vila, démembrée de São Paulo, devenant la troisième vila fondée sur le plateau. Elle avait alors une grande extension territoriale, englobant toutes les terres jusqu’au Paraná. En plus de la famille Fernandes, d’autres pionniers, grands propriétaires terriens et leurs esclaves, étaient alors installés dans la région, comme Fernão Dias Paes, avec près de 5 000 Indiens et les frères Ferdinand et Pero Vaz de Barros, ce dernier fondateur de la ville de São Roque. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Santana de Parnaíba a connu un grand développement à la fois comme l’une des principales régions minières de la capitania[7] et comme exportatrice de main-d’œuvre indigène, capturée par les bandeiras, vers les autres capitanias, ce qui la mettait souvent en conflit avec les jésuites.

Les chemins des bandeirantes vers le sertão

On peut considérer le capitaine André Fernandes (1578 – 1648) comme le premier grand nom du bandeirismo de Santana de Parnaíba. Considéré comme co-fondateur de la ville (avec sa mère, Suzana Dias), c’était l’un des principaux chasseurs d’Indiens de première moitié du XVIIe siècle. Il a parcouru le Goiás, explorant les rives de l’Araguaia, le Paraná, le Rio Grande do Sul, le Mato Grosso do Sul et le Paraguay.

  • Belchior Dias Carneiro (1554-1607), frère de Suzana Dias, a trouvé de l’or au lieu-dit Voturuna, à Santana de Parnaiba, et a parcouru le Goiás, pour combattre combat les Indiens Caiapós, et est mort dans le sertão en 1608.
  • D’autres fils du bandeirante Manoel Fernandes Ramos, Baltazar et Domingos Fernandes (respectivement fondateurs de Sorocaba et d’Itu), ont contribué à la maîtrise de l’accès au Sud et au Centre-Ouest du pays. Entre 1613 et 1615, les trois frères (André, Baltazar et Domingos) parcoururent l’intérieur du Goiás sur les rives de la rivière Paraupava (affluent de l’Araguaia), fondant en chemin de nombreuses villes.
  • Pedro (ou Pero) Barros Vaz (1580-1644) était le chef de l’avant-garde de l’expédition d’Antônio Raposo Tavares et Manuel Preto sur les rives du Parapanema et contre les missions jésuites des Sete Povos das Missões.
  • Fernão Dias Paes (1608-1681) a parcouru les actuels États du Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul. Une de ses bandeiras, qui partit le 21 juillet 1674, a passé sept années à explorer le sertão du Minas Gerais. À la recherche d’argent et d’émeraudes, il a exploré le nord-est de l’État, fondant de nombreux villages sur son chemin pour produire haricots, manioc et maïs. Bien qu’il soit mort en pensant avoir trouvé des émeraudes, alors qu’en fait il s’agissait de tourmalines, des membres de sa bandeira ont continué son œuvre, réalisant une reconnaissance importante pour l’intégration du territoire colonial. Et en 1690, ils trouvèrent de l’or à dans la région d’Ouro Preto et de Mariana.

Figure n° 3 Images des bandeirantes

Bandeirantes

1e image Debret https://historiajacarei.wordpress.com/page/3/. 2e image http://prof-tathy.blogspot.com.br/2012/09/bandeirantes.html. 3e image Debret , sous-titrée « Sauvages civilisés soldats indiens de la province de Coritiba ramenant des sauvages prisonnières », https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ec/Indian_Soldiers_from_the_Coritiba_Province_Escorting_Native_Prisoners.jpg

  • Antonio Raposo Tavares (1598-1658) a commencé en 1648 une expédition qui dura trois ans, parcourant plus de 10 000 km par voie de terre et en suivant les cours d’eau. Il a relié les bassins du Paraguay et du Paraná à celui de l’Amazone, atteignant le Rio Guaporé, puis descendant le Mamoré et le Madeira, jusqu’à atteindre l’Amazone, le suivant jusqu’à son embouchure dans l’état actuel du Pará (figure 4). Cette expédition, entreprise à la demande du roi du Portugal, a ébauché la cartographie des principaux fleuves brésiliens et d’une large partie du territoire national, faisant la jonction de deux axes de pénétration, les bandeiras du sud et les entradas du nord. Elle a fourni des informations qui ont permis, plus de cent ans plus tard, au diplomate Alexandre de Gusmão, représentant du Portugal, de négocier avec l’Espagne les limites territoriales fixées par le traité de Madrid, en 1750.

Figure n° 4 Bandeiras et frontières

Bandeiras et frontieres lieu

  • Bartolomeu Bueno da Silva (1608-1681, surnommé le premier Anhanguera, (« Le vieux démon »), né en Santana de Parnaíba, et en est parti en 1682 avec une nombreuse bandeira, vers l’actuel État de Goiás. Il est notamment connu pour avoir utilisé l’artifice de faire brûler un peu de cachaça[8] en prétendant que c’était de l’eau, pour menacer les Indiens de mettre le feu à leurs rivières.
  • Domingos Jorge Velho (1641-1703) a mené des expéditions qui l’ont conduit dans l’État actuel du Piauí, et a été également à la tête de la bandeira qui détruisit le quilombo de Palmares en 1695, dans l’actuel État d’Alagoas.
  • Pascoal Moreira Cabral (1654-1730), arrière-petit-fils d’André Fernandes, a commandé en 1718, une bandeira contre les Indiens Aripoconé dans le Mato Grosso. En 1719, il a trouvé de l’or sur le Rio Coxipó et fondée Cuiabá, actuelle capitale du Mato Grosso.
  • Le bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (1672-1740), le deuxième Anhanguera, partant de Santana de Parnaíba, a atteint le Goiás par voie terrestre, via le cours supérieur du Rio Paranaíba, dans l’état actuel du Minas Gerais. Il a suivi le cours supérieur du Tocantins et de l’Araguaia, découvert les mines d’or du Goiás, entre 1717 et 1718 et fondé entre 1723 et 1725, le campement de Santana, qui devint plus tard Vila Boa de Goiás, l’embryon de l’État actuel.

Figure n° 5 Représentations du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, dit Anhanguera

Anhanguera

1e image Bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, Luiz Brizzolara – sculpture en marbre de Carrare – Avenida Paulista – Parque Trianon, https://c3.staticflickr.com/3/2347/2325211910_e9b0ba2fc5_b.jpg. 2e image  http://www.sohistoria.com.br/biografias/bartolomeu/. 3e image Anhanguera, http://www.colegioestadualanhanguera.yolasite.com/resources/pintura%20anhanguera%201956.JPG.opt355x473o0,0s355x473.JPG

Les routes ainsi ouvertes servirent ensuite à des expéditions plus massives, appelées moussons (monções), en références aux vents alternés de l’Océan indien, dont les Portugais se servaient dans leur navigation vers les Indes. Ils avaient appris des Arabes que les utiliser facilitait grandement la navigation à l’aller et au retour, pourvu qu’on se plie à leurs rythmes saisonniers et le nom devint celui des expéditions commerciales que ces vents favorisaient.

Ces monções étaient des expéditions fluviales de peuplement et de commerce. La découverte des mines d’or dans les environs de Cuiabá a ouvert une période de grande euphorie et cette fois encore le Tietê était le chemin des aventuriers qui fondèrent des colonies sur ses rives. Le point de départ le plus fréquent était Porto Feliz, près de Sorocaba, en aval de Santana de Parnaíba, après le tronçon non navigable. Le jour du départ on disait une messe pour la réussite de la mission (scène représentée sur la figure n ° 6 par le peintre Almeida junior), car les voyages étaient dangereux et sur ces rivières, plein d’obstacles, se produisaient naufrages, épidémies et attaques d’Indiens. Les monções rassemblaient des dizaines et même des centaines de pirogues, et quand la nourriture embarquée au départ était épuisée, on prenait le temps de planter du maïs dans un champ défriché sur les berges de la rivière, et d’attendre qu’il pousse. Pendant ce temps, on explorait les environs, créant ainsi progressivement des fermes et des villages, points d’appui le long du chemin pour de futures monções.

Figure n° 6 Almeida Júnior, étude pour A Partida da Monção, 1897

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg, http://revistapesquisa.fapesp.br/wp-content/uploads/2015/04/Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg

Au XIXe siècle, Santana de Parnaíba a traversé une période plus difficile, lorsque se sont ouvertes de nouvelles routes reliant São Paulo à d’autres villes sans passer par elle. Elle a également souffert de ne pas pouvoir remplacer la culture de la canne à sucre par celle du café, comme le faisait alors une grande partie de l’État de São Paulo.

En raison de cette stagnation économique – ou peut-être devrait-on dire grâce à elle – la ville a peu évolué, et préservé son patrimoine historique. Ayant conservé beaucoup de ses anciens bâtiments, la ville possède l’un des plus importants ensembles architecturaux coloniaux de l’État, avec 209 bâtiments, ensemble classé en 1982 par le Conseil de défense du patrimoine artistique, archéologique et touristique de l’État de São Paulo (CONDEPHAAT). Avant ce classement global une résidence bandeirista urbaine et une maison du XVIIIe siècle avaient été classés en 1958 par l’Institut du patrimoine, historique, artistique et national (IPHAN). Réunis, ils abritent aujourd’hui le musée principal de la ville.

Le musée Casa do Anhanguera

En octobre 2013, a été rouvert le musée Casa do Anhanguera, après restructuration et intégration avec la voisine Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo. Le bâtiment original, construit en torchis dans la seconde moitié du XVIIe siècle, était la résidence du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (Anhanguera). Le 14 novembre 1962, pour commémorer l’anniversaire de la ville, elle avait été transformée en musée historique et pédagogique, et constitue jusqu’à aujourd’hui un patrimoine d’une grande valeur architecturale et historique. La Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo est une maison de ville du XVIIIe siècle, un exemple typique de bâtiments Sao Paulo avec des murs porteurs en torchis, couverte de tuiles canal, de grandes portes et haute de plafond.

Figure n° 7 Museu Casa do Anhanguera

Musée et maison

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

La maison d’Anhanguera est reconnue comme la seule maison bandeirista urbaine de l’État de São Paulo. Plusieurs facteurs confirment la datation de la maison. Premièrement, elle se distingue en étant une maison de plain-pied, avec toit à trois tombées et avancée en encorbellement, pour ne pas endommager le bâtiment à la saison des pluies. D’autres éléments distinctifs sont la structure des chambranles de portes et fenêtres en bois de canela preta (Ocotea catharinensis) avec conversadeiras[9], l’épaisseur et la structure des murs extérieurs, qui ont été construits en torchis compacté au pilon alors que les murs intérieurs sont de torchis fait à la main. Et enfin un grenier, utilisé pour stocker aliments et ustensiles qui ne sont pas fréquemment utilisés.

Pour être reconnu comme maison bandeirista urbaine il fallait remplir certaines conditions, comme de ne pas avoir de chapelle ni de salle pour recevoir les voyageurs, deux espaces faisant partie de la mais sans accès direct. Les maisons bandeiristas rurales avaient des chapelles parce que les Portugais étaient très religieux et qu’il leur était impossible de fréquenter constamment l’église. Dans le musée sont exposés des objets de l’époque, la plupart donnés par les habitants de la ville. Parmi les divers objets de musée, on note la présence de lits, qui à l’époque utilisés uniquement par les classes supérieures, les autres dormant dans des hamacs.

 

Figure n° 8 Cama e pilão no museu Casa do Anhanguera

Museu

©Hervé Théry 2009

Santana de Parnaíba a donc hérité de son passé un patrimoine historique matériel et immatériel considérable, qu’elle a su mettre en valeur dans un remarquable musée, et aussi sur le drapeau et la blason de la ville, l’un et l’autre inspirés par son rôle de berceau des bandeirantes.

 

Figure n° 9 Drapeau et blason de Santana de Parnaíba

Drapeau et blason

http://prefeituradesantanadeparnaiba.blogspot.com.br/2014/01/bandeira-e-brasao-da-cidade-de-santana.html

Le drapeau municipal a été créé par le Professeur Arcinoe Antonio Peixoto de Faria. Sa forme rectangulaire est bleue, contenant une croix coticée jaune et rouge et un cercle blanc portant le blason, qui se compose d’un bouclier ibérique portant une carte du Brésil bipartie, une couleur délimitée par ligne de Tordesillas et l’autre pour tout ce qui a été gagné ensuite par l’action des bandeiras. Le bouclier est flanqué de deux bandeirantes vêtus de leurs costumes distinctifs et la devise en latin « Patriam fecit magnam » (j’ai agrandi la Patrie) se réfère à leur action pionnière. La croix représente la foi et le cercle l’éternité, faisant allusion à la foi des citoyens dans l’éternité de leur ville. Les couleurs jaunes et blanches représentent l’or et l’argent, la couleur rouge l’audace, la valeur, l’intrépidité, la générosité, l’honneur et la noblesse, symbolisant l’héritage laissé par les bandeirantes de Parnaíba à leurs futurs concitoyens.

Devant tant de nobles intentions, il est plus regrettable encore que le Tietê lui-même soit aujourd’hui si pollué que sa surface est le plus souvent couverte d’une mousse épaisse (figure 10), résultant du brassage par les rapides des détergents rejetés dans la rivière lors de sa traversée de la ville de São Paulo. Ce n’est évidemment pas très pour le tourisme des villes de Santana de Parnaíba, Pirapora do Bom Jesus, Itu et Salto, toutes incluses dans la tache de pollution qui s’étale en aval de la ville.

Celle-ci réduit d’année en année et l’on peut espérer qu’un jour elle ne souillera plus le berceau des bandeirantes. Elle a régressé d’environ 40 km entre 2000 et 2008, années au cours de laquelle la deuxième étape de nettoyage a été effectuée. Au cours de la première étape, entre 1992 et 1998, la réduction avait été de 120 km. Au début des années 1990 la pollution atteignait Barra Bonita (à 260 km de la capitale), aujourd’hui, elle se limite à Salto (100 km de Sao Paulo). Des villes comme Porto Feliz, Tietê, Anhembi et Bonita peuvent à nouveau avoir des loisirs comme la pêche et le tourisme.

Figure n° 10 Le Tietê à Pirapora do Bom Jesus et Salto

Tiete pollue 2

©Hervé Théry 2009 et http://professormarcianodantas.blogspot.com.br/2012/11/as-sociedades-humanas-e-agua.html

Comme on le voit, bandeiras et bandeirantes tiennent une place considérable dans l’imaginaire pauliste, principalement depuis que leur rôle a été monté en épingle dans les années 20 et 30 du XXe siècle, quand São Paulo a commencé à s’affirmer économiquement, politiquement et culturellement. Une des manifestations les plus notables de cette réécriture est le monument aux bandeiras commandé en 1931 par le gouvernement de l’État de São Paulo.

Cette sculpture monumentale est situé à l’entrée du parc Ibirapuera de São Paulo, elle est constitué de 240 blocs de granit, pesant chacun environ 50 tonnes et mesure une cinquantaine de mètres de longueur sur seize de haut. Elle a été inaugurée en 1954, en même temps que le Parc pour les célébrations du quatrième centenaire de la ville de São Paulo. Le monument représente des bandeirantes de différents groupes ethniques, portugais (barbus), noirs, mamelucos (métis) et Indiens (avec une croix sur la poitrine), tirant un des canots utilisés pour les monções sur le fleuve.

L’inscription gravée sur le socle de la statue indique bien le sens que ses commanditaires voulaient lui donner : « Gloire aux héros qui ont tracé notre destin dans la géographie du monde libre, sans eux le Brésil ne serait pas aussi grand qu’il l’est ». C’est sans aucun doute exagéré et d’autres ne voient dans les bandeirantes que des ruffians sans scrupules, mus par l’appât du gain, que ce soit la quête de l’or et des pierres précieuses ou – pire – le rapt ou le massacre des Indiens, premiers et légitimes occupants de ces terres. C’est également vrai, mais on n’en reste pas moins admiratif devant l’audace de ces hommes partis à la découverte de contrées inconnues à partir d’une modeste bourgade pauliste. Santa de Parnaíba est née et a longtemps prospéré en sachant jouer d’une rente de situation et sait aujourd’hui mettre en valeur l’héritage de cette époque en le transformant en patrimoine et en atout touristique et culturel.

Figure n° 11 Le monument aux bandeiras à São Paulo

Monumento as Bandeiras

©Hervé Théry 2006 et Cecilia Bastos/Jornal da USP

Sources

Santana de Parnaíba

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/imprensa_oficial/2013/Jornal%20Oficial_PMSP_15_BAIXA.pdf

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/cidade.html

Museu Casa do Anhanguera

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/noticias_13/materias/14_10_inauguracao_museo.html

Rio Tietê

http://www.mundovestibular.com.br/articles/5138/1/Rio-Tiete/Paacutegina1.html

http://www.daee.sp.gov.br/index.php?option=com_content&view=article&id=794%3Ao-tiete-por-fausto-nogueira&catid=54%3Aparques&Itemid=53

http://gizmodo.uol.com.br/do-outro-lado-do-rio-terceira-parte/

GOES, Synesio Sampaio. Navegantes, Bandeirantes, Diplomatas: Aspectos da descoberta do continente, da penetração do território brasileiro extra-Tordesilhas e do estabelecimento das fronteiras da Amazônia. Brasília, 1991.

MAYUMI, Lia. Taipa, canela preta e concreto: Um estudo sobre a restauração de casas bandeiristas em São Paulo, São Paulo, 2005.

SALLES, Alexandre Nascimento. Pirapora do Bom Jesus: Dicotomia de Símbolos: o sagrado e o profano como elementos representativos de imagem da cidade. São Paulo, 2009.

SANTOS, Diana Oliveira. “A Casa do Anhanguera”: Restauro e conservação de um monumento Nacional, 2007.

[1] L’intérieur encore mal connu, équivalent de la wilderness aux États-Unis ou l’outback en Australie

[2] Villages d’esclaves fugitifs.

[3] Ce qui justifie leur nom (« drapeau » en portugais) bien qu’elles ne l’aient en réalité certainement rarement – voire jamais – déployé sur le terrain.

[4] Qui fixa en 1494 les limites entre les empires espagnol et portugais.

[5] Cette partie et la suivante sont basées sur les textes du musée Casa de Anhanguera, aimablement communiqués par Agacir Eleutério, Historiadora-Consultora Técnica na Secretaria de Cultura e Turismo da Prefeitura de Santana de Parnaíba.

[6] Premier pas vers l’autonomie juridique de la cidade, ville de plein exercice.

[7] Subdivisions de la colonie, ancêtre des actuels États.

[8] Um alcool de canne à sucre similaire au rhum.

[9] Encoignures où s’asseoir pour converser.

Un musée du futebol et de son contexte

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associé à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales : malgré sa déception de la Coupe du Monde de 2014, scellée par l’humiliante défaite 7-1 en demi-finale face à l’Allemagne, le pays reste celui qui a le plus souvent remporté cette Coupe, cinq fois, comme le rappellent les cinq étoiles brodées sur le maillot de la Seleção. Une visite au Museu do futebol, à São Paulo, permet de cerner les rapports entre ce sport et sa place, réelle et imaginaire, dans la société brésilienne.

Le musée est situé sous les gradins du stade municipal, dont le nom officiel est Paulo Machado de Carvalho, mais qui est plus connu sous le nom de Pacaembu, celui du quartier. Construit en 1940 dans un style que l’on peut qualifier de mussolinien – le Président de la République de l’époque, Getúlio Vargas, ne cachait pas ses sympathies pour le régime fasciste – le stade n’appartient à aucune équipe et a même des difficultés à assurer sa programmation depuis que celle qui l’utilisait le plus souvent, le Corinthians, a pu se faire construire son propre stade à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 2014.

Figure n° 1 Localisation du musée

Localisation

Source: Google maps

De ce fait c’est un lieu bien choisi pour ouvrir un musée consacré au football, sans prendre parti pour une équipe ou une autre, et l’on trouve en vente dans sa boutique et sur le vaste parking voisin (figure 2) des maillots et des drapeaux des principaux clubs du pays et même de clubs étrangers, dont le PSG.

Figure n° 2 Le stade Pacaembu

1bis - Pacaembu 2

© Hervé Théry 2015

L’entrée du musée (figure 3) laisse clairement voir la structure des gradins sous lesquels il est abrité, elle est tapissée d’images (affiches, fanions, publicités, etc.) à la gloire des clubs, des joueurs ou du football en général.

Figure n° 3 Sous les gradins, le musée

2 - Sous les gradins 3

© Hervé Théry 2015

Une première salle (figure 4) est consacrée aux origines et à l’histoire lointaine du futebol – comme le sport est appelé au Brésil – les photographies en noir et blanc ou aux tons sépia étant encadrées à l’ancienne, dans des cadres dorés, pour bien souligner qu’il est ici question d’histoire ancienne, remontant au début du XXe siècle, ce qui pour ce pays est quasiment la préhistoire.

Une place particulière est faite à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1994 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle du Hampshire d’où il revenait.

Figure n° 4 Les origines

3ter - Origines

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

D’autres salles sont consacrées aux grands joueurs (dont Pelé et Garrincha), salle curieusement dites des « anges baroques », aux plus beaux buts (commentés par des professionnels ou des personnalités connues), aux retransmissions à la radio qui faisaient vibrer le pays avant la télévision, aux plus beaux délires des finales (sur écrans géants et fond sonore assourdissant). Une autre (figure 5) est consacrée – façon Guinness Book of Records – aux chiffres extrêmes du sport, du public le plus nombreux ayant assisté à un match (plus de 180 000 personnes, au Maracanã) au moins nombreux (55 personnes) en passant par les 1 282 buts marqués par Pelé au cours de sa carrière.

Figure n° 5 Les records

7bis- Records

© Hervé Théry 2015

La salle des Coupes du Monde rassemble sur des totems lumineux (figure 6) des images de toutes ces grand-messes du football mondial, en les associant très pédagogiquement à leur contexte politique, économique et culturel. Curieusement celle de 2014 est encore inachevée, bien qu’y figure déjà la photo de la Mannschaft allemande, qui a laissé au Brésil un souvenir amer, tempéré par le fait qu’elle a terrassé en finale l’archi-rival argentin, lui évitant ainsi le complet désastre.

Figure n° 6 Les Coupes du Monde

4 - 1998

© Hervé Théry 2015

Parmi les documents rassemblés sur ces supports se détachent des slogans et des manchettes de journaux (figure 7) qui sont restés dans les mémoires, depuis l’appel aux armes des habitants de São Paulo lors de la tentative de sécession de 1932, jusqu’au slogan du temps de la dictature militaire (1964-1985) « Brasil, ame-o ou deixe-o » (Brésil, aimez-le ou quittez-le), calqué sur son équivalent aux États-Unis, « America love it or leave it ». En regard de ces excès les manchettes sur les résultats du futebol paraissent anodines, comme le « Carnaval en juin » qui salua la troisième Coupe du Monde, même avec l’emphase d’un « le monde s’incline devant le plus grand football de l’Univers »…

Figure n° 7 Slogans

5bis - Slogans

© Hervé Théry 2015

Les images choisies pour retracer le contexte sont particulièrement bien choisies, la figure 8 en retient la construction de la Transamazonienne, autre grand orgueil du régime militaire, les débuts de la carrière syndicale de Lula, futur président de la République, le retour de la démocratie en 1985 et l’impeachment du président Collor en 1992, qui donna lieu à des célébrations dignes d’une victoire en finale.

Figure n° 8 Contextes

6bis - Contexte

© Hervé Théry 2015

Une des salles est toutefois bien différente, elle est présentée sur place et sur le site du musée[1] de la façon suivante: « La fatidique défaite de l’équipe du Brésil face à l’Uruguay, en finale de la Coupe du Monde 1950 au Maracana, est présenté à l’exposition comme un rite de passage ».

De fait la salle est un passage obligé pour pousuivre la visite. On y accède en soulevant un lourd rideau noir, pour se trouver dans l’obscurité (figure 9) face à un écran ou tourne en boucle un film en noir et blanc de ce match vieux de 65 ans, que le Brésil se voyait gagner pour inaugurer dignement le Maracanã, le plus grand stade au monde, et qu’il perdit 2-1.

Le site du musée décrit ainsi l’intention et la « couleur » de la salle: « Dans cette salle, nous sommes confrontés à l’un des moments les plus tragiques et silencieux qui ont eu lieu dans le pays au cours des dernières décennies. Une préparation acoustique de haute technologie crée un climat pénible, qui fait que le visiteur entend le battement d’un cœur lourd … ».

Figure n° 9 Tristesse

8bis - Tristesse 2

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

Á en juger par cette salle, et par les autres salles de ce remarquable musée, on ne peut qu’être d’accord avec l’écrivain José Lins Rego et sa phrase citée en bonne place sur une de ses plaques, « La connaissance du Brésil passe par le futebol ».

© Hervé Théry 2015

Références

Site du musée: http://museudofutebol.org.br/

Bertrand Piraudeau, Le football brésilien, regards anthropologiques, géographiques et sociologiques, L’Harmattan, 2014

Hervé Théry, « Futebol et hiérarchies urbaines au Brésil », M@ppemonde n° 81 (1-2006), http://mappemonde.mgm.fr/num9/articles/art06103.html

[1] http://museudofutebol.org.br/exposicao/longa-duracao/10-sala-10/

L’Amazonie, « forêt urbanisée »

Selon la géographe brésilienne Bertha Becker l’Amazonie est une « forêt urbanisée », une formule paradoxale qu’elle avait inventée pour indiquer que cette région, encore occupée en majeure partie par la plus grande forêt tropicale au monde, est aussi une région comptant un grand nombre de villes, de toutes tailles, anciennes ou toute récentes, qui se partagent l’essentiel de l’activité économique régionale, et la majorité de sa population. L’attention de l’opinion publique et des medias se focalise généralement sur le défrichement des forêts, les sort des indiens ou celui des populations rurales traditionnelles, mais il est bon de rappeler que la plupart des 20 millions d’habitants de l’Amazonie brésilienne vivent en effet aujourd’hui en ville, et méritent que l’on s’y intéresse.

Le graphique et la carte n° 1 montrent la croissance urbaine accélérée de de la population urbaine, en Amazonie comme dans tout le pays. Le Brésil devenu est un pays de citadins : alors que deux Brésiliens sur trois vivaient à la campagne il y a quarante ans, les trois quarts vivent désormais en ville. Le point d’inflexion se situe dans les années 1960, la courbe de la population urbaine, qui avait commencé à croître rapidement dans la décennie précédente du fait de la croissance naturelle des citadins et de l’exode rural, croisa alors celle de la population rurale. Dans quatre des cinq grandes régions la prédominance de la population urbaine est aujourd’hui bien nette, et même dans le Norte amazonien le nombre des citadins l’emporte sur celui des ruraux. Le croisement des courbes s’est produit selon les régions à des dates différentes : alors que dans le Sudeste il remonte aux années 1950, dans le Sul et le Centro-Oeste il a fallu attendre les années 60, dans le Nordeste les années 80 et dans le Norte il ne date que des années 1990.

Figure 1 Population urbaine et population rurale

População urbana e rural

 

Photo 1 Belém, approche de l’aéroport

PA Belem vu d'avion 2

©Hervé Théry

Photo 2 Belém, le centre

PA Belem peninsule 1

©Hervé Théry

Photo 3 Skyline de Belém

PA Belem crépuscule

©Hervé Théry

L ‘Amazonie brésilienne compte deux villes de plus d’un million d’habitants, Manaus et Belém. La première a connu une croissance spectaculaire depuis la création de la Zone Franche qui a permis d’y créer des industries d’assemblage (électro-ménager, électronique, motos) dont les produits entrent ensuite sans taxe d’importation dans tout le pays. Toutes les capitales des États fédérés ont elles aussi beaucoup grandi, et nombre de villes nouvelles sont apparues au long des routes transamazoniennes construites dans les années 1970. Une carte en secteurs de cercles (figure n° 2) montre leur progression – notamment celle de Manaus – et une carte en anamorphose  (figure n° 3) leur poids dans la population totale.

Figure n° 2 Population urbaine de 1970 à  2010

Popurbaine 1970-2010 portions

Figure n° 3 Population urbaine en 1980 et 2010

Popurbaine 1980 et 2010 anamorf

Le taux d’urbanisation (figure n° 4, proportion des citadins dans la population totale) est donc désormais élevé dans une grande partie de la région, mais plus nettement sur ses marges méridionales, où progresse le complexe soja-maïs-coton.

Figure n° 4 Taux d’urbanisation

Ur et tx urb 2010 voisins 2_v3

La croissance urbaine est donc causée autant par développement de l’agrobusiness – les propriétaires de ses exploitations géantes vivant pour la plupart en ville –  que par celui de l’industrie, celle-ci étant surtout responsable de la croissance de quelques communes dotées de ressources minières ou pétrolières, et de Manaus, où la modernisation liée à la zone franche a presque fait disparaître les témoins du l’âge d’or du boom du caoutchouc, y compris l’Opéra qui en est le symbole.

Figure n° 5 Spécialisations économique

Triangle pct PIB

Photo 4 Manaus, aéroport et zones industrielles au bord de l’Amazone

AM Manaus aeroport  et rencontre des eaux 1

©Hervé Théry

Photo 5 Maisons anciennes et immeubles récents à Manaus

AM Manaus maison Belle epoque

©Hervé Théry

Photo 6 Manaus, l’opéra cerné par les immeubles récents

AM Manaus l'Opera cerné 1

©Hervé Théry

 

Photo 7 Manaus, la Zone Franche

AM Manaus residences, usines et rencontre des eaux

©Hervé Théry

Photo 8 Manaus, quartiers périphériques

AM Manaus banlieues 2

©Hervé Théry

D’autres capitales des États fédérés ont grandi vite et parfois anarchiquement sous l’effet de facteurs extérieurs, comme la construction de barrages à Porto Velho ou même sont nés avec eux, comme Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, fondée en 1989 et qui est passée de 0 à 228 332 habitants de cette date au recensement de 2010 de l’IBGE et à 265 000 en 2014 selon l’estimation du même organisme. Et le programme Minha casa minha vida, qui a déjà lancé la construction de 3 millions de logements et prévoit d’en construire au total 4 millions, a aussi beaucoup contribué au développement de nouveaux quartiers dans bien des villes, mêmes moyennes.

Photo 9 Porto Velho, le Madeira et le chantier du barrage de Santo Antônio

RO Porto Velho centre

©Hervé Théry

Photo 10 Palmas, capitale de l’État du Tocantins

TO_PALMAS

©Hervé Théry

Photo 11 QuartierMinha casa minha vida à Parauapebas

PA Parauapebas Minha casa minha vida 1

©Hervé Théry

Toutes ces villes se partagent donc l’essentiel de la population et de la richesse de la région, chacune dans sa propre aire d’influence. La carte qui les délimite (figure n° 3) est fondée sur un algorithme qui suppose que l’attraction d’une ville, tout comme celle d’une planète, est fonction de sa masse et inversement proportionnelle à la distance qui la sépare du lieu considéré. Elle montre bien l’opposition entre les aires ou se sont développé de nombreuses villes pionnières, au long des routes, au sud et à l’est de la région, et l’Amazonas ou tout le poids urbain se concentre à Manaus, dont l’aire d’influence s’étend sans limites vers le nord-ouest. Il subsiste encore des zones peu polarisées par les villes, au nord du Mato Grosso et dans le sud du Pará, là où se situent de grandes réserves indiennes, comme le Parc du Xingu.

Figure n° 6 Aires d’influence des villes

Aires d'influence

 

Les chutes d’Iguaçu

Les chutes d’Iguaçu, situées près de Foz do Iguaçu (Paraná) et de la triple frontière Brésil-Argentine-Paraguay, ont été choisies comme l’une des sept merveilles naturelles du monde après une campagne organisée par la Fondation New 7 Wonders qui a recueilli plus de cent millions de votes sur internet. Les chutes étaient parmi les 28 finalistes, et la liste finale a été annoncée lors de la cérémonie de déclaration le 7 Juillet 2007 (07.07.07).

Figure n° 1 Localisation des chutes

Localisation

Google maps

Le premier Européen à voir les chutes a été l’Espagnol Álvar Núñez Cabeza de Vaca, le 31 Janvier 1542. Avant de parcourir le fleuve Paraná et Iguaçu, il avait exploré l’Amérique du Nord, où il avait visité la région des (futurs) États du Mississippi, de l’Arkansas, du Colorado, du Nouveau Mexique et de l’Arizona, atteignant la Californie en 1536. En 1542 il commandait une expédition d’Espagnols qui traversait la région, habitée par les Indiens Caiagangue et Tupi-Guarani, en direction de la colonie d’Asunción, un point stratégique d’où l’on pouvait atteindre l’empire Inca. Largement inaccessible, la région ne fut de nouveau parcourue qu’au XVIIIe siècle, quand les jésuites s’installèrent dans la région pour catéchiser les Indiens. Dans l’intervalle elle avait été disputée entre les domaines espagnols et portugais et la délimitation du territoire n’a été définie qu’après l’indépendance de l’Argentine, du Paraguay et le du Brésil.

Les chutes sont formées par l’Iguaçu («la grande eau» en Tupi-guarani) quand il se précipite, 21 km avant de rejoindre le Paraná, dans un canyon étroit creusé dans les roches basaltiques. Ces roches proviennent du plus grand épanchement de lave qui ait eu lieu sur Terre, il y a entre 120 et 130 millions d’années, au Crétacé. Mais la formation du relief de la chute m’a commencé qu’il y a environ 200 000 ans, le canyon étant creusé par l’érosion régressive des chutes, le long de failles et de fractures dans les roches. Encore aujourd’hui, le bord de la calotte de basalte recule en moyenne de 1.4 à 2.1 cm par an. L’Iguaçu mesure 1 200 mètres de large au-dessus des chutes, mais au-dessous de celles-ci il n’a plus que 65 mètres de largeur. Le front des chutes est d’environ 800 m du côté du Brésil et de 1 900 mètres du côté argentin.

Figure n° 2 Les chutes en vue aérienne

PR Iguaçu parc catatactes 2

©Hervé Théry 2001

Le débit moyen de la rivière est d’environ 1 500 m3 par seconde, allant de 500 m3/s en étiage à 8 500 m3/s aux hautes eaux, entre octobre et mars. C’est le deuxième débit annuel moyen pour une chute d’eau dans le monde, après les chutes du Niagara, 1 746 m³/s. Son débit maximal officiellement enregistrée a été de 46 300 m³/s le 9 juin 2014, mais le système de mesure, débordé par l’ampleur de la crue avait alors arrêté de calculer le débit réel instantané, estimée à entre 50 000 et 60 000 m³/s. En comparaison, le débit moyen du Niagara est de 2 400 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 8 300 m³/s. Le débit moyen des Victoria Falls est de 1 088 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 7 100 m³/s.

Figure n° 3 La gorge du Diable vue du côté argentin

GD2 c

©Hervé Théry 2015

En fonction du débit de la rivière, le nombre de cascades varie, elles sont plus de 250 dans les périodes de débit moyen. On compte 19 chutes principales, cinq du côté brésilien et 14 du côté argentin, ce qui  offre une meilleure vue aux visiteurs les observant depuis le Brésil.

Figure n° 4 La gorge du Diable en vue aérienne (1)

LM1_8972

http://www.fotonat.org/details.php?image_id=51786

Certaines des chutes ont jusqu’à 82 mètres de hauteur, bien que la plupart aient seulement 64 mètres : ces chutes en escaliers sont une conséquence de la structure des coulées basaltiques. La gorge du Diable, en forme de U, reçoit de l’eau de trois côtés, elle a 82 mètres de haut  et 700 mètres de long, c’est la plus impressionnante de toutes les chutes.

Figure n° 5 La gorge du Diable en vue aérienne (2)

p1010935

https://aniyami.wordpress.com/2011/06/

En voyant les chutes d’Iguaçu, l’ancienne première dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt se serait – dit-on – exclamée « Mon pauvre Niagara! ».

Figure n° 6 La gorge du Diable vue du côté brésilien

PR Cataratas 3c

©Hervé Théry 2015

Les chutes d’Iguaçu sont également souvent comparées aux Victoria Falls, qui séparent la Zambie et le Zimbabwe, en Afrique austral. Les chutes d’Iguaçu sont plus larges, car divisées en de nombreuses chutes séparées par de grandes îles, en revanche les Victoria Falls forment le plus grand rideau d’eau dans le monde, avec plus de 1 600 m de large et plus de 100 mètres de haut.

Figure n° 7 Les chutes côté brésilien et la passerelle d’accès des touristes

Cataractes et touristes c

©Hervé Théry 2015

Les chutes sont maintenant incluses dans deux parcs contigus, Parc national d’Iguaçu, au Brésil et le Parc national d’Iguazú, en Argentine. La superficie totale des deux parcs nationaux totalise 250 000 hectares de forêt subtropicale. Le parc national argentin a été créée en 1934 et le parc national brésilien en 1939 (il était le deuxième parc national brésilien créé), afin de gérer et de protéger les sources qui alimente les chutes et tout l’environnement qui les englobe. Les deux parcs, brésilien et argentin, ont été classés site du patrimoine mondial, en 1984 et 1986 respectivement.

Figure n° 8 Affiche du parc national argentin

iguasu-park-map

http://roteirosjali.com/2012/10/10/mapa-turistico-do-parque-nacional-iguazu-argentina/

Figure n°  9 Panneau d’information du parc brésilien

570_Carte parc

©Hervé Théry 2001

Le parc brésilien forme le plus grand fragment restant de forêt atlantique du sud du Brésil. Il abrite une riche biodiversité, constituée d’espèces représentatives de la faune et la flore brésiliennes, dont certaines sont menacées d’extinction, comme le jaguar (Panthera onca), le puma (Puma concolor), le caïman à museau jaune (Caiman latirostris), le perroquet à poitrine violette (Amazon vinacea), l’aigle harpie (harpyja harpie), l’acajou rose (Aspidosperma polyneutron), l’ariticum (Rollinia salicifolia), l’araucaria (Araucaria angustifolia), ainsi que de nombreuses autres espèces de grande valeur et intérêt scientifique.

Figure n° 10 Entrée du parc brésilien et (en cartouche) le logo du parc argentin

Parque-Nacional-do-Iguacu

http://mydestinationanywhere.com/wp-content/uploads/2014/04/Parque-Nacional-do-Iguacu.jpg et https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Cartel_Puerto_Iguaz%C3%BA_-_Logo_del_Parque_Nacional_Iguaz%C3%BA.jpg

L’accès du côté argentin est facilité par le « train écologique » qui amène les visiteurs jusqu’à l’entrée de la Gorge du Diable. Le Paseo Garganta del Diablo est une passerelle d’un kilomètre de long qui conduit le visiteur sur la bord même de la Gorge du Diable.

Figure n° 11 « Train écologique » acheminant les visiteurs côté argentin

Trem Iguaçu

©Hervé Théry 2015

Figure n° 12 La passerelle du Paseo Garganta del Diablo

PR Cataratas Iguaçu 1

©Hervé Théry 2015

Figure n° 13 Touristes au bord de la gorge du Diable

GD4 c

©Hervé Théry 2015

Du côté brésilien, un cheminement a été aménagé le long du canyon sur une longueur de 1 200 m, depuis le sommet du plateau jusqu’à la base de la gorge du Diable, offrant différents points de vue sur plusieurs chutes, si proches qu’il est habituel que les touristes portent des ponchos imperméables jetables, vendus sur place.

Figure n° 14 Passerelle et point de vue du côté brésilien

PR Iguaçu visiteurs 4

©Hervé Théry 2001

Les chutes sont la principale attraction de Foz de Iguaçu, la ville la plus peuplée de la frontière du Brésil, avec 256 088 habitants selon le recensement de 2010 de l’IBGE. La ville possède l’un des six plus grands parcs hôteliers du Brésil, plus de 23 000 lits, et dispose également d’une des meilleures infrastructures dans le pays pour organiser des événements, ses centres de congrès sont en mesure de recevoir 40 000 personnes simultanément. La ville est la deuxième destination des touristes étrangers en visite au Brésil, selon une étude menée par l’Embratur. Elle est également considéré comme l’un des cinq premières villes brésiliennes hébergeant des événements nationaux et internationaux de tourisme, selon l’International Congress and Convention Association – ICCA.

On estime que la région reçoit chaque année plus de 5 millions de touristes, en ajoutant ceux qui visitent les chutes, côté Brésil et côté Argentine (2,5 millions de visiteurs), ceux qui visitent le barrage d’Itaipu (la plus grand centrale hydroélectrique dans le monde par la production totale d’électricité, à 12 kilomètres de la ville, 500 000 visiteurs), ceux qui participent à des événements nationaux et internationaux et ceux qui vont faire des achats à Ciudad del Este, au Paraguay (300 000 visiteurs).

Figure n°  13 Les deux parcs et les deux aéroports

Mapa local Plans

Apple Maps

Deux aéroports internationaux desservent les chutes d’Iguaçu, l’aéroport de Foz do Iguaçu International (UGI) et l’aéroport international Cataratas del Iguazú (IGR). LAN Airlines et Aerolineas Argentinas ont des vols directs à partir de Buenos Aires et plusieurs compagnies aériennes brésiliennes, comme TAM, Gol et Azul offrent des services des principales villes brésiliennes vers Foz do Iguaçu. Avec plus de 24 vols réguliers quotidiens, l’aéroport international de Foz do Iguaçu a été au cours des dernières années l’un des plus dynamiques au Brésil, il a connu près de 2,1 millions d’embarquements et débarquements de passagers en 2011.

Par position stratégique qu’elle occupe, la ville commence à former une nouvelle métropole régionale. Dans un rayon de 170 km autour de Foz do Iguaçu, dans les trois pays, vivent maintenant environ deux millions de personnes, dont 1,2 million dans l’ouest du Paraná. La création du parc technologique d’Itaipu (PTI) et de l’Université fédérale de l’intégration latino-américaine (Unila) à Foz do Iguaçu, pour laquelle doit être construit un bâtiment dessiné par Oscar Niemeyer et destinée à accueillir 10 000 étudiants brésiliens et latino-américain, visent à transformer la région en un centre de connaissances et d’activités universitaires.

Webographie

http://www.cataratasdoiguacu.com.br/portal/paginas/37-cataratas-do-iguacu.aspx

http://pt.wikipedia.org/wiki/Cataratas_do_Igua%C3%A7u

http://www.fozdoiguacudestinodomundo.com.br/sobre-a-cidade/a-cidade

http://www.icmbio.gov.br/parnaiguacu/guia-do-visitante.html

http://world.new7wonders.com/new7wonders-of-nature/the-new7wonders-of-nature/

http://www.anvtravelservice.com.br/aspx/descobrimento-das-cataratas-do-iguacu.html

http://www.mineropar.pr.gov.br/modules/conteudo/conteudo.php?conteudo=12