Archives de catégorie : Cartes

États brésiliens et pays du monde

Le Brésil est un pays-continent marqué par de profondes inégalités, tous les manuels de géographie le disent. Mais il n’est pas facile de le faire comprendre pleinement à qui n’y a jamais voyagé, seules les heures d’avion ou de bus passés à le parcourir font réellement sentir son immensité. Et ce n’est qu’en observant les conditions de vie de ses habitants que l’on perçoit l’ampleur des disparités entre des régions où l’on vit grosso modo comme en Europe et d’autres encore très pauvres.

À défaut de pouvoir offrir un voyage, on a cherché des moyens de rendre compte de façon aussi claire que possible de la taille et de la diversité du pays, par des données chiffrées et par des cartes. Les données chiffrées du tableau 1 rapprochent d’un pays étranger chacun des 27 États de l’Union (et le district fédéral de Brasília), pour trois variables, sa superficie (en milliers de kilomètres carrés), sa population (en millions d’habitants) et son Indice de Développement Humain, ou IDH, calculé à l’échelle mondiale et recalculé pour les États brésiliens par le PNUD.

Le tableau se lit donc, ligne à ligne, comme suit : l’État de Rondônia a une superficie comparable à celle du pays X, une population comparable à celle du pays Y et un IDH comparable à celui du pays Z. Le simple rapprochement des comparaisons avec des pays très différents entre eux donne des indices sur la dissimilitude des situations entre des États immenses et peu peuplés – en Amazonie notamment – d’autres peuplés mais encore pauvres – dans le Nordeste – et d’autres enfin qui ont atteint, avec une population relativement dense, des niveaux proches de certains pays européens.

Tableau 1 Pays et États brésiliens, trois variables

Tableau

Pour faciliter la comparaison visuelle de ces données mondiales, on a eu recours à des cartes qui mettent en regard les États brésiliens et les pays du reste du monde. La figure 1 montre que les États du Sudeste et du Sud du Brésil ont un poids démographique comparable à celui de bien des pays, à commencer par ses voisins sud-américains, l´État de São Paulo faisant à peu près jeu égal avec l’Argentine. En revanche celle des États amazonien est bien faible pour occuper leur immense superficie.

Figure 1 Population des pays et États

 Populaçao

La figure 2, associant superficie et population par le calcul de la densité, détache également l´État de São Paulo et celui de Rio de Janeiro, de niveau europén (et supérieur à celui de la France), tandis que celui des États amazoniens est proches de celui des pays du Sahel et du Sahara, du Canada ou de l’Australie.

Figure 2 Densité démographique des pays et États

Densite

La figure 3, la carte de l’IDH, montre également un Brésil dont certaines parties – au sud et dans le centre-ouest pionnier – se hissent à des scores comparables à ceux de l’Europe orientale, alors que le nord et le Nordeste en sont au mieux à ceux de l’Afrique du nord ou australe, ou de l’Asie du sud-est.

Figure 3 IDH des pays et États

IDH

Pour mieux jauger les superficies des États brésiliens on a eu recours à l’artifice de superposer leur contour et celui de pays de taille comparable.

Figure 4 États brésiliens et pays de superficie équivalente

UFs et pays séparés

Tous les ajustements ne sont pas parfaits – les pays peuvent avoir la même superficie qu’un État brésilien mais pas la même forme – mais parfois même la forme est proche, et le rapprochement n’en est que plus saisissant, comme pour les couples Nigeria/Mato Grosso, Angola/Pará, Mato Grosso do Sul/Allemagne, Botswana/Minas Gerais ou Roumanie/São Paulo (dans ce dernier cas en inclinant un peu la Roumanie).

Enfin, pour rassembler les trois données et faire un pendant visuel au tableau 1, on a reporté sur une carte du Brésil les formes du pays équivalent en taille à chaque État (nommé en noir), représenté sous forme de graphique de barres la population de son équivalent démographique (nommé en rouge) et mentionné (en vert) son équivalent en IDH. La carte confirme bien ce que disait la dernière ligne du tableau, la superficie totale du Brésil est très proche du total de celles de ces 28 pays – et non des moindres – et à part dans l’extrême ouest cette sorte de Frankenstein cartographique reconstitue raisonnablement bien la mosaïque brésilienne, à quelques lacunes et recouvrements près.

Figure 5 Pays et États brésiliens, les équivalences

Pays et UFs-v4-Fr

Il ne reste plus alors qu’a parcourir le pays en rapprochant les trois noms de pays associés à chaque État pour mesurer la diversité des situations. Pour nous en teniur Pa deux exemples on notera que São Paulo a la taille et l’IDH de la Roumanie avec la population de l’Argentine, Brasília la taille du sultanat de Brunei, la population de la Jamaïque et l’IDH du Chili, ce qui ne manquera pas d’alimenter les plaisanteries que les Brésiliens font sur leur capitale.

Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café

Le Viaduto do Chá (« viaduc du thé ») franchit la vallée de l’Anhangabaú[1], dans le centre de São Paulo. C’est une des icônes de la ville, il sert souvent de toile de fond à des interviews ou des « micros-trottoirs » de télévision et c’est un décor fréquent pour les films et telenovelas situés dans le centre de São Paulo. Du fait de cette célébrité il apparaît souvent sur des images, depuis le début de sa longue histoire, et en les observant on voit se dérouler une partie des transformations de la ville, évolution de l’architecture, des moyens de transport et du costume des passants.

Situé aujourd’hui en plein cœur de la ville, ce viaduc a été une des premières étapes de l’expansion de la ville, lorsqu’elle commença à sortir de son centre historique (autour du collège des Jésuites, fondé en 1554) pour entamer la croissance qui la fit passer de 31.385 habitants en 1872 à près de douze millions en 2014, selon L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique).

Figure n° 1 Situation et aspect actuel du Viaduto do Chá

Situation et imageSource: Google Maps et Google Earth

Avant la construction du viaduc, pour aller du centre au quartier où se situe aujourd’hui le théâtre municipal, il fallait descendre une pente raide vers la vallée de l’Anhangabaú, traverser le pont de Lorena et escalader la pente opposée par la bien nommée Ladeira do Paredão (côte de la falaise), actuelle  Rua Xavier de Toledo.

On traversait alors le Morro do Chá (colline du thé), ainsi nommée parce qu’elle était occupée par la chácara (exploitation agricole) du même nom, propriété du Baron de Tatuí, qui y faisait cultiver des légumes et du thé, et dont le viaduc prit le nom.

L’initiative de sa construction revient à un immigrant français, Jules Martin (Montiers 1832-São Paulo 1906), peintre, enseignant, architecte, lithographe et entrepreneur. Selon l’Encyclopédie Itaú des arts visuel[2]:

« Malgré sa formation artistique, Jules Martin ne s’affirmera pas en tant que peintre, mais en tant qu’entrepreneur polyvalent. Sa carrière depuis son arrivée à São Paulo, est jalonnée par d’ambitieux projets éditoriaux et urbains. Parmi ses projets éditoriaux, Martin s’illustre pour avoir imprimé les premières cartes détaillées de São Paulo – en grands formats ou formats de poche – et de villes voisines en pleine expansion économique, telle Santos ».

Jules Martin était en effet déjà connu par la carte de l’État de São Paulo[3] dont il avait publié une lithographie en 1877 (Cavenaghi 2006), quand l’idée lui vint de construire un pont reliant le centre-ville aux nouveaux quartiers qui naissaient alors de l’autre côté de la vallée de l’Anhangabaú, pour joindre la Rua Direita à la Rua Barão de Itapetininga, en traversant la chacara do Chá. Celle-ci était alors en cours de lotissement, cela apparaît sur le plan de 1881 de la figure n°2, où les rues du nouveau quartier sont esquissées, elles ne commencent à être tracées et occupées que sur celui de 1895.

Ce ne fut pas une entreprise facile. Recueillir les fonds nécessaires, convaincre les autorités municipales, avoir gain de cause pour l’expropriation de maisons appartenant à des personnalités influentes, la bataille dura15 ans.

Figure n° 2 Localisation du viaduc sur les plans de la ville de 1810 à nos jours

1810 a nos jours-p

Les travaux ont commencé en 1888, mais furent arrêtés un mois plus tard, en raison de la résistance du baron de Tatuí, qui avait été exproprié mais refusait de déménager, jusqu’au jour où la population attaqua à coups de pioches l’un de ses murs de son manoir. La construction du viaduc ne fut reprise qu’en 1889, par la « Companhia Paulista do Viaducto do Chá », qui édifia sur une structure en acier, importée d’Allemagne, un viaduc de 240 mètres de longueur, dont 180 de structure métallique, et de 14 mètres de large, qui fut inauguré le 6 novembre 1892.

Photo 1 Inauguration du Viaduto do Chá, 6 novembre 1892

1890 Inauguração do Viaduto do Chá

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Photo 2 La structure métallique du viaduc

1892 Viaduto Chá

http://martiusstaden.org.br/js/ckfinder/userfiles/images/Viaduto%20Ch%C3%A1.jpg, Acervo do Instituto Martius-Staden.

Dès lors, le viaduc permit de franchir commodément la vallée de l’Anhangabaú, à pied ou en utilisant les tramways hippomobiles desservant les nouveaux quartiers. Les véhicules à traction animale y passaient sans problèmes, sauf ceux à axe fixe (comme les chars à bœufs), qui étaient interdits.

La photo 3 montre, à droite, le terrain où serait construit plus tard le Teatro Municipal et, tout au fond, l’École Normale où – a beaucoup plus tard – commença à fonctionner l’Universidade de São Paulo (USP) et où enseigna donc Pierre Monbeig.

Photo 3 Le viaduc sur la vallée de l’Anhangabaú

São Paulo de Piratininga

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Le viaduc avait des portails et guérites de bois à ses extrémités (photo 4). La Companhia Ferrocarril y percevait trois vinténs[4] de ceux qui voulaient traverser. Mais le conseil municipal demanda bientôt la suppression du péage qu’il considérait comme « une véritable honte pour toute la population et les progrès de São Paulo ». Le viaduc fut alors racheté par la Ville et son franchissement devint gratuit.

Photo 4 Les portails et guérites de péage à l’entrée du viaduc

1895-Viaduto do Cha

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Vers 1900 le photographe Guilherme Gaensly prend une photo du viaduc et de la vallée, où l’on voit bien qu’elle est encore occupée par des exploitations agricole de maraîchage, dont celle du Baron de Itapetininga.

Photo 5 Le viaduc et la vallée vers 1900

1900-viaduto-do-cha-p

http://brasildelonge.files.wordpress.com/2013/01/viaduto-do-chc3a1-0.jpg

Quelques années plus tard, le viaduc a dû être reconstruit pour être renforcé et élargi quand les tramways électriques ont commencé à y circuler.

Photo 6 Travaux de renforcement et d’élargissement en 1902

1902-Viaduto do Cha 1902-01

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

En 1910, la vallée de l’Anhangabaú, sous le viaduc, fut aménagée en parc, le Parque Anhangabaú, bordé sur les deux flancs de la vallée par des bâtiments d’architecture européenne, dont la Mairie (à gauche de la photo 7), le palais Prates, siège de l’Automobile Club  (à droite) et l’Edifício Sampaio Moreira (au centre).

Claude Lévi-Strauss mentionne cette transformation dans Tristes Tropiques (Lévi-Strauss 1955) : « On débouche au bord du ravin de l’Anhangabahu (sic, orthographe de l’époque), franchi par un pont qui est une des principales artères de la ville. Le bas-fond est occupé par un parc dans le goût anglais : pelouses ornées de statues et de kiosques, tandis qu’à l’aplomb des deux talus s’élèvent les principaux édifices : le théâtre municipal, l’hôtel Esplanada, l’Automobile Club, les bureaux de la compagnie canadienne qui assure l’éclairage et les transports ».

Photo 7 Le Parque Anhangabaú en 1910

1910 Parque Anhangabaú 2

http://imageshack.com/f/62anhangabaupostal4small3huj

Les premières photos en couleurs (ou colorisées à la main) montrent la circulation tranquille de l´époque (contemporaine de la Belle Époque française), où le viaduc servait notamment à se rendre au Théâtre Municipal, inspiré du palais Garnier, inauguré en 1911.

Photo 8 Cartes postales en couleurs

Cartes en couleurs

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette image de 1919 São Paulo paraît être une ville européenne, juste après le conflit qui amorce le déclin – pour ne pas dire le suicide – de l’Europe, et les premières automobiles se mêlent aux tramways électriques.

Photo 9 Urbanisme européen et premières automobiles

1919 Viaduto do Chá 1919-08888SS77

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette carte postale des années 1920 le viaduc est bordé sur la gauche de l’image, par un palais qui fut longtemps le siège du Grand Hôtel de la Rôtisserie Sportsman, un haut-lieu de la gastronomie, puis dans sa phase finale, le siège du journal A Noite. Sur la droite, le Théâtre São José, plus tard démoli pour faire place à l’immeuble Alexander Mackenzie, siège de la Light and Power Company, concessionnaire de l’éclairage et des transports de la ville.

Photo 10 Années 1920

1920-antigo-viaduto-do-cha-hotel-sportsman-e-teatro

http://sampahistorica.wordpress.com/category/viaduto-do-cha-e-vale-do-anhangabau/page/4/

À la fin des années 1920 les voitures automobiles se font plus nombreuses et les marques mentionnées par les publicités murales indiquent une américanisation de l’économie et de la société pauliste.

Photo 11 Fin des années 1920, voitures américaines

1925 viaduto do Cha sao_paulo

http://cafeguinacultural.blogspot.com.br/2010/11/viaduto-do-cha-da-historia-antiga-aos_20.htm

Avec l’explosion démographique de la ville (de 579 033 habitants à 1 326 261 en 1940), le viaduc de métal allemand à plancher de bois ne pouvait plus supporter le grand nombre de personnes et de véhicules motorisés qui passaient par là tous les jours et commencé à sembler étroit, insuffisant. Un nouveau projet fut dessiné par Elisário Bahiana, mais comme le demande plaisamment José Horta Manzano (Manzano 2013), « Que faire entre la démolition du premier viaduc et la construction du second ? Comment les tramways, les voitures et les piétons pourraient-ils passer d’un côté à l’autre ? La solution était simple : d’abord, construire le nouveau viaduc et alors seulement démolir le vieux. Et ainsi fut fait ».

Le nouveau viaduc n’occupe donc pas exactement la place de l’ancien. La photo 12, de 1938 et créditée à J. Duarte Benedicto, montre la coexistence des deux ponts, le nouveau déjà prêt et l’ancien encore debout, pratiquement collés l’uns à l’autre, celui de gauche étant le nouveau, plus large. Au premier plan, à droite, le bâtiment de la Light, aujourd’hui transformé en centre commercial. Toujours à droite, plus au fond, l’Edifício Matarazzo[5] en construction, l’un des rares témoignages de l’architecture mussolinienne existant dans la ville. Après la débâcle de l’empire Matarazzo, le bâtiment a servi de siège à la Banque d’État Banespa et abrite actuellement la Mairie. En bas à gauche, le palais Prates, à l’angle de la Praça do Patriarca et de la rue Libero Badaró, démoli dans les années 60 pour faire place à une tour de verre qui a gardé le nom de l’ancien propriétaire, l’Edifício Conde de Prates.

Raimundo Menezes raconte la fin de l’ancien viaduc : « Le jour où l’on a commencé à démolir la relique – le lundi 18 avril, 1938 – il n’y a pas eu de cérémonie… Seuls quelques paulistanos[6], amoureux du passé, se sont arrêtés un peu pour observer les travailleurs au travail, pioches à la main, détruisant le pont historique, témoin muet d’un passé pas trop lointain ». Cette fois, le lit du pont serait deux fois plus large et assis sur un élégant arc, de béton, soutenu par deux grands piliers.

Photo 12 L’ancien et le nouveau viaduc côte à côte (à gauche) et le nouveau seul (à droite)

1938 et 1940

http://brasildelonge.com/2013/01/ et http://www.aprenda450anos.com.br/450anos/vila_metropole/2-3_viaduto_cha.asp, Crédit Hildegard Rosenthal

 Au début des années 1940, la fonction du Parque Anhangabaú a radicalement changé après la mise en œuvre d’un projet conçu par le maire Prestes Maia, dont le principal objectif était de rationaliser le transport sur roues (bus et voitures). On construisit alors trois avenues qui traversent la ville : Anhangabaú, 9 de Julho et Itororó et dans le fond de la vallée les parkings occupèrent la place où jadis poussaient des légumes et ou naguère se promenaient les élégantes (à gauche de l’image de 1945 la tour Matarazzo terminée).

Photo 13 Viaduto do Chá en 1945

1945-viaduto-do-chc3a1-iia

http://brasildelonge.com/2013/01/

Sur l’image aérienne de 1947 le palais Prates est toujours là (il a été démoli au d´but des années 1950) l’Edifício Matarazzo (à gauche) qui dépassait déjà sensiblement l’immeuble de la Light (à droite) n’est plus la plus haute, une série de gratte-ciel apparaissent à l’arrière-plan.

Photo 14 Vallée l’Anhangabaú (désormais souterrain) en 1947

1947-palacetes-prates-ed-matarazzo-light-dmitri-kessel

http://sampahistorica.files.wordpress.com/2013/09/1947-vista-do-vale-do-anhangabac3ba-palacetes-prates-ed-matarazzo-viaduto-do-chc3a1-e-light-dmitri-kessel.jpg

Comme le montre la photo de 1950, les environs du viaduc ont pris une allure de City, de centre des affaires, avant que beaucoup de sièges d’entreprises ne partent vers l’Avenida Paulista. C’est là que, tout au long des années 1960 et 1970, en fonction de la nouvelle législation sur l’occupation de sols et d’une intense spéculation immobilière, ont commencé à être construits des immeubles de bureaux de 30 étages en moyenne qui ont pris la place des palais des barons du café.

Photo 15 Le Viaduto do Chá et le bâtiment de la Light en 1950

1950 Viaduto do Chá 1950-02

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

À la fin des années 1960 l’Edifício Matarazzo n’est plus la propriété du groupe que pour peu de temps (il  a été vendu en 1972) et l’Edifício Conde de Prates a pris la place du palais Prates sur le bord de l’Anhangabaú. Il ne reste de la belle époque que son jumeau, là aussi pour peu de temps puisqu’il fut démoli en 1969 et remplacé par l’Edifício Grande São Paulo, un building à façade de verre.

Photo 16 La vallée de l’Anhangabaú à la fin des années 1960

1970-vale-do-anhangabau

https://sampahistorica.wordpress.com/tag/conde-prates/

Plus tard, en 1991, une bretelle routière a été construite dans le Parque Anhangabaú (ou plutôt de ce qu’il en restait), pour relier les Avenues 9 de Julho e 23 de Maio, et un tunnel permet désormais le passage des véhicules dans le fond de la vallée, ce qui a permis de reconstituer des jardins sur la dalle qui le couvre. La vallée est donc redevenue un espace piétonnier, haut-lieu des manifestations et c’est là qu’ont été installés des écrans géants pour les fanatiques de futebol qui n’ont pu s’offrir de billets pour assister dans les stades aux matchs de la Coupe du Monde de 2014.

Photo 17 Bretelle routière et tunnel sous le viaduto do Chá

Street view 1

Street view Google Maps

Sur cette photographie de 2007, l’immeuble de la Light, devenu un centre commercial, est un peu en retrait par rapport au viaduc, l’espace qui l’en sépare est celui qu’occupait l’ancien viaduc. À gauche l’Edifício Conde de Prates, au milieu la tour qui a remplacé les Mappin Stores.

Photo 18 Le viaduto do Chá en 2007

2007 travail 2p

@Hervé Théry 2007

L’Edifício Conde de Prates et l’Edifício Grande São Paulo rapetissent les immeubles du début du XXe siècle. À droite la structure métallique blanche qui recouvre la Praça do Patriarca, dans l’axe du Viaduto do Chá.

Generations  de buildings-p

@Hervé Théry 2006

Avec la croissance et l’expansion de la ville, la majorité de ses habitants vit désormais dans ses immenses périphéries[7] et non plus dans le centre, qui de plus se dévitalise, comme beaucoup de villes des Amériques. Le viaduc qui se trouvait hors du centre historique et a servi à l’étendre, a suivi son destin s’est trouvé progressivement de plus en plus loin du lieu de vie de la plupart des paulistanos (figures n°3 et renvoi n°1).

Figure n° 3 Le viaduto do Chá par rapport au centre de São Paulo

Situation 1810,,1868 et 1897

Il reste pourtant un lieu de référence pour eux, et parfois un lieu de ralliement en raison de présence de la Mairie (ou du moins des bureaux du Maire et de son cabinet), qui occupe l’ancien Edifício Matarazzo, ce qui fait que périodiquement des manifestations se produisent sous ses fenêtre, sur la Praça do Patriarca.

Photo 19 Manifestation sur la Praça do Patriarca, devant la mairie

Manif p

@Hervé Théry 2009

C’est aussi là, cette fois sur le trottoir du Viaduto do Chá lui-même, qu’en avril 2010 près de 700 « sans-toit » ont dressé des tentes, à côté du bâtiment de la mairie, après que 2 000 familles aient occupé deux bâtiments abandonnés du centre et un terrain dans le sud de la ville. Selon le FLM (Front de Lutte pour le Logement), l’utilisation de ces trois sites pour la construction de logements sociaux est une demande de longue date du mouvement et la Mairie ne met guère de bonne volonté à les exproprier et à les aménager.

Photo 20 Des « sans-toit » occupent le viaduto do Chá

2010 2010 sem tetos

http://www.portalflm.com.br/galeria/album/72157623953791998/photo/4561633927/viaduto-do-cha-rotina-ocupacao-abril-2010-ocupacao-viaduto-do-cha-2%C2%BA-dia.html

Ce dernier épisode et cette dernière photo montrent bien à quel point le Viaduto do Chá est toujours intégré dans l’histoire de la ville : le contraste entre le centre commercial (l’ancien siège de la Light) illuminé et les campement des sans-toit dans la rue reflète bien la diversité et aussi conflits de la société paulistana actuelle. Ce viaduc qui le franchit la vallée de l’Anhangabaú reste bien un des hauts-lieux de São Paulo, comme il l’a été depuis l’époque déjà lointaine – 137 ans – où Jules Martin l’a imaginé.

Sources

  • « Como se fez o Viaduto do Chá », Veja São Paulo, IV Centenário de São Paulo, especial Memória, janeiro de 2004
  • Cavenaghi, A. J., « O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana », An. mus. paul. vol.14 no.1, São Paulo Jan. / June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007
  • Lévi-Strauss, C., Tristes Tropiques, Plon, Paris, 1955
  • Moura, P. C. de, São Paulo de outrora: evocações da metrópole. Belo Horizonte: Ed. Itatiaia; São Paulo: Ed. da Universidade de São Paulo, 1980. 312p.

[1] Son nom vient du Tupi-Guarani Anhanga-ba-y, rivière des maléfices. Les Indiens pensaient que ses eaux causaient des maladies physiques et spirituelles. Pas de très bon augure…

[3] Où toute la partie nord-ouest de l’État était marquée terreno desconhecido (terres inconnues).

[4] Ancienne monnaie brésilienne de 20 reis, correspondant à la vingtième partie du cruzado (monnaie ayant une valeur nominale de 400 reis). Elle a cessé d’avoir cours légal en 1942 avec la création du cruzeiro.

[5] Francesco Matarazzo (Castellabate 9 Mars 1854 – São Paulo, 10 Décembre 1937) était un agriculteur italien qui, en 1881, avait émigré au Brésil, où il fut d’abord colporteur, avant de créer le plus grand complexe industriel d’Amérique latine du début du XXe siècle. À sa mort il était l’homme le plus riche du pays et la richesse produite par ses industries dépassait le PIB de tous les États brésiliens à l’exception de São Paulo.

[6] Habitants de la ville de São Paulo, alors que ceux de l’État de São Paulo sont les paulistas.

La population du Brésil en 2014

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) a publié, ce 28 août 2014[1], les estimations de la population résidant dans les 5 570 communes brésiliennes à la date de référence du 1er Juillet 2014. Il estime que le Brésil a actuellement 202,7 millions d’habitants et a eu un taux de croissance de 0,86% de 2013 à 2014.

La commune de São Paulo reste la plus peuplée, avec 11,9 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions), Salvador (2,9 millions), Brasília (2,9 millions) et Fortaleza (2,6 millions). Les 25 communes les plus peuplées ont totalisé 51,0 millions d’habitants, soit 25,2% de la population totale du pays.

Cette publication annuelle[2] obéit à la loi complémentaire n° 59 du 22 Décembre 1988, et à l’article 102 de la loi n° 8443 du 16 Juillet 1992, estimations de population sont essentielles pour le calcul des indicateurs économiques et socio-démographiques entre les périodes et sont également l’un des paramètres utilisés par la Cour des comptes dans la distribution du Fonds de participation des États et des communes.

Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié au Diário Oficial da União (DOU) le même jour. Elle peut également être consultée sur la page www.ibge.gov.br/home/estatistica / population / estimativa2014 . Une analyse complète des estimations de la population se trouve à l’adresse suivante : http://www.ibge.gov.br/home/presidencia/noticias/pdf/analise_estimativas_2014.pdf

Les 25 communes les plus peuplées

Ordre État Commune

População   2014

SP São Paulo

11 895 893

RJ Rio de Janeiro

6 453 682

BA Salvador

2 902 927

DF Brasília

2 852 372

CE Fortaleza

2 571 896

MG Belo Horizonte

2 491 109

AM Manaus

2 020 301

PR Curitiba

1 864 416

PE Recife

1 608 488

10º RS Porto Alegre

1 472 482

11º PA Belém

1 432 844

12º GO Goiânia

1 412 364

13º SP Guarulhos

1 312 197

14º SP Campinas

1 154 617

15º MA São Luís

1 064 197

16º RJ São Gonçalo

1 031 903

17º AL Maceió

1 005 319

18º RJ Duque de Caxias

878 402

19º RN Natal

862 044

20º MS Campo Grande

843 120

21º PI Teresina

840 600

22º SP São Bernardo do Campo

811 489

23º RJ Nova Iguaçu

806 177

24º PB João Pessoa

780 738

25º SP Santo André

707 613

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis

Toutes ensemble, ces communes ont 51 077 190 habitants, 25,2% de la population du pays.  Hors de la capitale, les plus peuplées sont Guarulhos (1,3 million), Campinas (1,2 million), São Gonçalo (1,0 million), Duque de Caxias (878 400), São Bernardo do Campo (811 5000), Nova Iguaçu (806 200), Santo André (707 600), Osasco (693 300) et de São José dos Campos (681 000).  Les 25 communes les plus peuplées hors des capitales d’États représentent un total de 17,0 millions d’habitants, soit 8,4% de la population totale.

Serra da Saudade, dans l’État de Minas Gerais est la municipalité brésilienne de plus petite population, estimée à 822 habitants en 2014, suivie par Bora, dans celui de São Paulo, avec 835 habitants : actuellement, ce sont les deux seules villes de moins de mille habitants.  La population des 25 communes les moins peuplés totalise 32 946 habitants, ce qui représente environ 0,02% de la population totale du Brésil.

Parmi les régions métropolitaines, celle de São Paulo reste la plus peuplée, avec 20,9 millions d’habitants, suivie par celles de Rio de Janeiro (11,9 millions d’habitants), de Belo Horizonte (5,8 millions d’habitants), de Porto Alegre (4,2 millions d’habitants) et la « zone de développement intégrée (RIDE) » du District fédéral et des régions avoisinantes (4,1 millions d’habitants).  Les 25 régions métropolitaines les plus peuplées totalisent 87,0 millions, soit 42,9% de la population totale

Population des régions métropolitaines

Ordre Région Métropolitaine

Population   2014

%   Population totale

RM São Paulo

20 935 204

10,32%

RM Rio de Janeiro

11 973 505

5,91%

RM Belo Horizonte

5 767 414

2,84%

RM Porto Alegre

4 161 237

2,05%

Ride DF e Entorno

4 118 154

2,03%

RM Salvador

3 919 864

1,93%

RM Recife

3 887 261

1,92%

RM Fortaleza

3 818 380

1,88%

RM Curitiba

3 414 115

1,68%

10º RM Campinas

3 043 217

1,50%

11º RM Manaus

2 478 088

1,22%

12º RM Goiânia

2 296 678

1,13%

13º RM Belém

2 129 515

1,05%

14º RM Grande Vitória

1 884 096

0,93%

15º RM Baixada Santista

1 781 620

0,88%

16º RM Natal

1 462 045

0,72%

17º RM Grande São Luís

1 403 111

0,69%

18º RM Maceió

1 246 421

0,61%

19º RM João Pessoa

1 195 904

0,59%

20º RM No/Ne Catarinense

1 191 558

0,59%

21º Ride Teresina

1 180 930

0,58%

22º RM Florianópolis

1 111 702

0,55%

23º RM Aracaju

912 647

0,45%

24º RM Vale do Rio Cuiabá

871 729

0,43%

25º RM Londrina

818 300

0,40%

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis  RM = Região Metropolitana e RIDE = Região Integrada de Desenvolvimento

Ensembl, ces régions métropolitaines comptent 87 002 695 habitants, 42,91% du total national

Pour compléter le communiqué de presse de l’IBGE, qui se poursuit avec une analyse de la croissance par taille de population des communes (et qui montre que ce sont les villes de taille moyenne qui ont la croissance la plus rapide), nous avons créé une carte à partir de ces données et des données du recensement démographique 2010 de l’IBGE

Population des communes en 2014

Variation 2010-2014 Jenks              Les cercles y sont proportionnels à la population communale en 2014 et la couleur représente sa variation par rapport à celle de 2010[3] : la carte confirme la tendance de ralentissement de la croissance des villes, les plus forts taux figurant dans des communes moyennes ou petites. Ils mettent en évidence la croissance de la zone du Centre-Ouest où se développent les productions de soja, de maïs et de coton. Apparaissent ainsi clairement les axes de la BR153 (Belém-Brasilia), BR163 (Cuiabá-Santarém) et BR364 (Cuiabá-Porto Velho). Une autre région qui a connu une forte croissance démographique (avec un tout autre système de production), a été le Pará oriental et le « bec de perroquet » du Nord Tocantins. On note enfin des taux élevés à ​​la périphérie de la région métropolitaine de São Paulo, sur la côte de Rio de Janeiro, en Espírito Santo et dans le sud de Bahia.


[1] Le texte ci-dessous est fondé sur le communiqué de presse publié par l’IBGE, http://saladeimprensa.ibge.gov.br/noticias?view=noticia&id=1&busca=1&idnoticia=2704, et complété par une carte originale.

[2] En 2013, l’IBGE a publié la population projetée pour les unités de la fédération du pays, par sexe et par âge, par la méthode des composantes démographiques, ce qui représente une amélioration méthodologique. Ainsi, les estimations de la population résidente pour les communes, à la date de référence du 1er Juillet 2014, ont été préparées à partir de cette projection pour chaque État, en intégrant les résultats des paramètres démographiques calculées sur la base des résultats de recensement de 2010 et les dernières informations des registres de naissances et de décès.

[3] En % de la population 2010. Les couleurs chaudes (jaune, orange et rouge) indiquent une augmentation, le bleu une diminution.

Gérer les communes: titulaires, stagiaires et contractuels

L’analyse et la cartographie des informations sur les municipalités permettent de repérer quelques dimensions du développement local en mettant en relief des indicateurs – parfois préoccupants – sur leur fonctionnement. La base de travail sont des données publiées par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique), le Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008), comparables à celles de l’Inventaire Communal, publié naguère par l’INSEE: comme dans celui-ci les données sont déclaratives, elles sont fondées sur les réponses faites aux questionnaires de l’IBGE par les 5 565 communes que compte le Brésil[1]. Comme le nombre de variables est grand, nous en avons choisi quelques-unes portant sur la structure organisationnelle, les aspects juridiques de la planification municipale et surtout sur les ressources humaines disponibles, trois domaines qui indiquent si les autorités locales ont (ou pas) les moyens de faire avancer la réalisation de leurs plans. Dans la dimension organisationnelle on a choisi la capacité à percevoir des impôts et la législation disponible pour la conservation des sites et du patrimoine. Dans la dimension de la planification municipale, l’existence de plans directeurs et de zones industrielles, prévus ou mis en œuvre. Enfin, les éléments sur les ressources humaines portent sur la formation des élus et le nombre des employés municipaux, permanents ou non. Pour concevoir, mettre en œuvre et appliquer leurs politiques, les municipalités doivent en effet pouvoir compter sur une administration efficace, ce qui nécessite une qualification de son personnel et de ses représentants élus, à commencer par le maire[2]. De ce point de vue, il existe de profondes différences entre les régions du Brésil, et l’Amazonie est bien représentative de la diversité des niveaux d’études suivies par les élus communaux, depuis des maires qui n’ont pas terminé l’école primaire jusqu’à ceux qui ont obtenu un diplôme universitaire, en passant par ceux qui ont terminé l’équivalent du lycée. Dans le reste du pays prédominent des deux derniers types, tandis que dans l’état de Piauí, le plus pauvre du pays, compte bon nombre de maires ayant seulement suivi l’enseignement primaire. Une autre information intéressante est la présence – rare – des femmes en politique, elles sont environ 10 % (512 maires de sexe féminin contre 5 046 hommes), mais sans répartition spatiale claire. Une première donnée qui aide à évaluer la capacité de gestion est le nombre des employés municipaux par rapport à la population locale. La figure[3] 1 montre une nette opposition spatiale, de plus fortes proportions d’employés pour 10 000 habitants dans le Nordeste (nord-est du pays, sa région la plus pauvre), alors que dans le Centre-Sud elles sont plus faibles. Le gouvernement municipal est visiblement une source importante d’emploi dans le Nordeste, contrairement au Centre-Sud – excepté l’État de Rio Janeiro – où, bien que les chiffres absolus soient beaucoup plus élevés, les proportions sont plus basses car il existe des alternatives d’emploi dans d’autres activités économiques.

Figura 1 Nombre et proportion des employés municipaux dans la population de la commune

Fr-Total de funcionários por 10 000 hab por microregiao

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Source: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

Pour approfondir l’analyse des conditions dans lesquelles travaillent ces employés, on peut distinguer un autre élément, leur statut stable ou précaire, puisque la force d’une gestion municipale dépend en partie de la stabilité de son personnel technique et administratif, qui assure la continuité des activités administratives et techniques alors que chaque élection peut provoquer des changements parmi les dirigeants municipaux. La figure 2 montre que dans le Nord amazonien, le Nordeste et dans l’intérieur de l’État de São Paulo, la proportion est souvent inférieure à 52 % (cercles rouges), alors que dans le District fédéral la proportion d’actifs sous administration directe est majoritaire (cercles verts), ce qui n’a rien de très d’étonnant puisqu’il s’agit de la capitale fédérale, siège de chacune des trois branches de l’État brésilien, exécutif, législatif et judiciaire. Les municipalités de Rio de Janeiro et São Paulo sont dans la même situation, ainsi que la plupart des capitales d’État, parce qu’elles ont besoin d’une administration stable. La même chose se produit dans trois États du Sud et leurs projections – via la migration de leurs habitants – vers les régions pionnières du Centre-Ouest.

Figura 2 –  Proportion des titulaires dans le total des employés municipaux

Fr-Estatutarios no total de funcionários ativos da administração direta

©Hervé Théry eNeli de Mello-Théry.

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

Pour compléter les effectifs du personnel communal statutaire, deux solutions sont possibles, le recours à des stagiaires ou à des contractuels. La figure 3 montre la part des stagiaires dans le total des employés municipaux, très forte dans le sud-est du pays, avec des points de concentration dans les grandes villes universitaires, en particulier São Paulo et Rio de Janeiro, suivies par le District fédéral et certaines capitales d’États fédérés du Nord-Est. Le fait que les meilleures universités publiques et privées du pays se situent dans ces villes implique qu’y vivent un nombre élevé d’étudiants, qui recherchent dès la première année universitaire les structures publiques ou privées où ils puissent développer et améliorer leurs pratiques professionnelles. Mais cela peut parfois aller trop loin et il n’est pas rare de trouver des services municipaux constitués uniquement d’un responsable et d’un groupe de stagiaires… Si ce statut est utile pour l’apprentissage de l’étudiant, en lui permettant d’entrer tôt dans le monde du travail, y recourir peut dispenser – au moins en apparence –  l’institution publique de chercher à former une main-d’œuvre qualifiée permanente. En apparence seulement, car lorsque le stagiaire atteint un bon niveau dans l’exercice de ses fonctions, il est habituellement sur le point de partir. Le processus de formation devient un éternel recommencement, tous les deux ou trois ans il doit être repris en commençant à zéro.

Figura 3 Proportion des stagiaires dans le total des employés municipaux

Fr-Estagiarios no Total de funcionários ativos da administração direta

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

 L’autre façon de compléter les effectifs des fonctionnaires municipaux permanents est d’avoir recours à des contractuels, engagés de gré à gré sur des contrats temporaires. Dans le Nord amazonien, le Nordeste et dans l’État de Rio de Janeiro de nombreux employés travaillent sans contrat permanent. Ils peuvent occuper des postes de gestion ou de conseil (formant une sorte de cabinet du maire), mais aussi des postes de moindre responsabilité, ce qui est bien moins justifiable, dans tous les cas le recrutement est fait directement par les autorités municipales, sans mise en concurrence. Il est fréquent que cela ouvre la porte au clientélisme ou même au népotisme. Celui-ci est légalement interdit mais il n’est pas très difficile de contourner les règles en faisant recruter des parents par d’autres responsables politiques, en échange de services du même ordre à une prochaine occasion. Spatialement le plus grand pourcentage de ce type de recrutement (plus de la moitié du personnel communal, avec des proportions qui peuvent atteindre 97 %) est concentré dans le Nordeste. Outre le favoritisme, le pourcentage d’employés sans contrat permanent peut également être un effet pervers de l’afflux des royalties pétrolières, comme dans l’État de Rio de Janeiro.

Figura 4 – Proportion des contractuels dans le total des employés municipaux

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Fr-Sem vinculo permanente no Total de funcionários ativos da administração direta

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

La cartographie des données du Perfil dos Municípios Brasileiros révèle donc des  indicateurs intéressants sur le fonctionnement des municipalités et de leur capacité à être des vecteurs des politiques publiques. Ces cartes révèlent les grandes disparités qui caractérisent encore le territoire brésilien, et par conséquent les capacités inégales des gouvernements locaux à planifier, exécuter et contrôler des actions publiques susceptibles de peser sur l’organisation des territoires.

Bibliographie IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008, http://www.ibge.gov.br/munic2008/ e http://downloads.ibge.gov.br/downloads_estatisticas.htm MOURA, Rosa. « Gestão desarticulada: políticas urbanas em tempos de ajuste estrutural », In Spósito, M. E. Beltrão: Urbanização e Cidades, 2001, pp. 331-356. MELLO-THÉRY, N. A. de; THÉRY, H. Políticas públicas territoriais e inclusão social. In: Wagner Costa Ribeiro. (Org.). Governança da ordem ambiental internacional e inclusão social. São Paulo, Annablume Editora e Comunicação, 2012, v., p. 199-221. VITTE, Claudete de Castro Silva. « Planejamento urbano, sustentabilidade urbana e qualidade de vida: considerações sobre o significado de cidade e de cidadania no início do século XXI » In KEINERT, Tânia M. M. e KARRUZ, Ana Paula (orgs.) Qualidade de vida: observatórios, experiências e metodologias, São Paulo,  Annablume/Fapesp, 2002. pp. 21-38.


[1] Soit 6,5 fois moins de communes que la France sur un territoire près de seize fois plus vaste.
[2] Ce billet ne reprend qu’un élément, la partie sur le personnel municipal, d’une communication présentée par Hervé Théry e Neli de Mello-Théry au VIIe Congrès du CEISAL (Consejo Europeo de Investigaciones Sociales de América Latina), intitulé “Memoria, presente y porvenir”, qui s’est tenu à Porto en juin 2013, texte  qui sera publié (en portugais) dans les Actes du congrès
[3] Ces données ont été cartographiées en utilisant les logiciels Philcarto (http://philcarto.free.fr/) et Cartes et Données (http://www.articque.com/solutions/cartes-et-donnees/).

L’équipement des domiciles, indicateur de développement

Une façon de mesurer le niveau de richesse des régions est de s’intéresser à l’équipement dont leurs habitants ont pu doter leurs domiciles, ce que permet de savoir le recensement démographique fait par l’IBGE, dont le dernier date de 2010. Sur une série de six cartes[1] représentant le niveau d’équipement des ménages brésiliens en 2010, quatre (le réfrigérateur, la machine à laver le linge, la voiture et l’ordinateur relié à Internet) montrent sensiblement la même répartition, avec des degrés divers de concentration. Deux autres, la radio et la moto,  en révèle d’autres, bien différentes : la géographie de l’équipement des ménages est avant tout une géographie économique, en rapport avec les revenus, mais elle est parfois aussi une géographie culturelle, aux déterminants plus mystérieux.

Figure n° 1 Six équipements des domiciles

6 equipement des domiciles

Ces biens ont été choisis dans une liste plus longue, qui contenait à la fois d’autres objets (télévision, aspirateur, etc.) et des distinctions de niveau d’équipement (une ou plusieurs voitures, télévisions, lignes de téléphone). On a préféré ne pas multiplier les cartes à la fois parce que, pour les taux équipements les plus forts (plus de trois voitures par exemple), les nombres de ménages concernés devenaient très faibles, et parce que les répartitions se répétaient beaucoup. Il n’en apparaît en fait que deux : celle du réfrigérateur, de la machine à laver le linge, de la voiture et de l’ordinateur relié à Internet (elle est identique pour d’autres équipements) montre la situation privilégiée de l’ensemble Sud-Sudeste, mieux équipé que le Nordeste et le Nord, auquel il faut désormais ajouter le Centre-Ouest, qui les a rejoints. À l’intérieur de cet ensemble se détachent pourtant des axes mieux équipés, comme celui  qui va de Santos au Triângulo mineiro, auquel il faut ajouter Brasília, et les façades littorales du Rio Grande do Sul et du Santa Catarina. Ils n’apparaissent pas pour les réfrigérateurs, ou tous les foyers sont équipés, un peu pour les voitures  et les machines à laver le linge, qui sont des biens plus rares, plus nettement pour les ordinateurs connectés, dont on trouve aussi des concentrations dans les capitales et grandes villes des États.

Tout autre est la distribution du taux d’équipement en radios. La région de concentration principale est ici la zone frontalière entre le Rio Grande do Sul et le Santa Catarina, dont la caractéristique principale est d’être une région de forte présence de descendants de colons européens, arrivés au XIXe siècle, qui ont développé une petite agriculture familiale bien différente de ce que l’on trouve dans le reste du pays.

L’équipement des foyers en motos dessine sur la carte deux ensembles dont l’un correspond bien aux fronts pionniers de l' »arc du déboisement » et l’autre aux régions les plus actives du sertão, l’intérieur semi-aride du Nordeste. Ces régions ont en commun d’avoir des routes médiocres, où les voitures ont du mal à circuler, et de connaître un certain succès économique, qui permet à ses habitants de s’offrir ces machines, qui facilitent leur déplacements tout en coutant bien moins cher qu’une voiture. Dans le second cas, celui du sertão, les motos remplacent les ânes, qui étaient il y a encore une vingtaine d’années, le moyen de transport dominant.

Figure n° 2 Avant les motos, les ânes

Jumentos

©Hervé Théry, 1977

Cette répartition est assez discriminante pour introduire des nuances dans une analyse par classification ascendante hiérarchique, où elle amène à distinguer dans l’ensemble Sud-Sudeste-Centre Ouest des régions un peu moins bien équipées que les plus riches, et dans l’ensemble plus pauvre du Nord-Nordeste un groupe où les motos sont plus fréquentes que la moyenne nationale.

Figure n° 3 Typologie des équipements des domiciles

Equipements CAH 4 classes 2


[1] La première version de ces cartes a été faite sur Philcarto, logiciel gratuit disponible sur le site http://philcarto.free.fr/

Géographie du futebol

Quand l’attention ne se focalise pas sur la Coupe du Monde, tous les quatre ans, le Brésil suit avec passion sa Coupe et ses championnats nationaux, tout aussi disputés. Les programmes de télévision, les radios et les journaux font place belle au sport-roi et dans tout le pays les dimanches après-midis sont consacrés aux matches et les lundis matins à commenter les résultats du week-end, nationaux, régionaux et locaux.

Au vu des résultats, et malgré toute l´énergie déployée par les petites équipes, on ne peut toutefois que constater que le succès va généralement aux équipes des grandes villes, et que comme disait Voltaire, « Dieu est toujours pour les gros bataillons »[1]. Malgré quelques exceptions, comme le Santos où s’illustra Pelé, on a l’impression que la hiérarchie footballistique suit de près la hiérarchie urbaine. On peut toufefois vouloir le vérifier, c’est ce que j’ai fait dans une recherche à paraître d’une part dans un livre dirigé par Bertrand Piraudeau, d’autre part (sous forme plus brève) dans un article de la revue Jurisport: l’idée était de mesurer si les deux hiérarchies coïncident, ou si elles diffèrent sur quelques points, de chercher des corrélations et voir s’il n’existerait pas quelques facteurs spécifiques.

On a pour cela une base statistique solide, la CBF (Confederação brasileira de futebol), tient des comptes minutieux des résultats, publiés sur son site (http://www.cbf.com.br/), et l’on dispose donc de données pour vérifier ou invalider cette hypothèse, notamment par un traitement cartographique[2].

Les données disponibles en janvier 2014, qui portent sur l’ensemble de l’année 2013 pour les quatre ligues nationale (ici appelées séries A, B, C et D), permettent non seulement de vérifier que les équipes des série A et B sont en effet les meilleures (la série B paraissant plus pugnace, sans doute pour tenter de « monter » en série A). Elles montrent aussi, rien qu’en calculant la population moyenne des villes où les clubs sont installés, que celle-ci va en décroissant avec les séries, de plus de 2,5 millions d’habitants pour la série A à un peu plus d’un demi-million pour la série D. Elles permettent enfin de construire des cartes montrant localisation et poids démographique des villes-sièges des équipes disputant ces épreuves.

 Population communale et classification du meilleur club de la ville

Population et classification

 

Sur le site de la CBF figure en outre un classement complet des clubs, au-delà de ceux qui jouent dans le quatre séries du championnat, résultat d’un travail complexe de traitement des résultats puisqu’il prend en compte à la fois leurs résultats dans les matchs de Coupe du Brésil et dans le championnat, selon des critères clairement affichés : le classement obtenu en série A, B ou C vaut tant de points, atteindre les 32e de finales tant de points, les 16ede finale tant, etc. La carte que j’en ai tiré confirme la poids des grandes villes, notamment celles du Sud-Sudeste, qui se taillent la part du lion dans ce classement.

Classement des clubs par la CBF en 2014

Ranking CBF 2014 [Converti]

Sur les données des championnats, plus complètes en termes de données, j’ai choisi de mener une classification ascendante hiérarchique (CAH) associant des critères de succès au football (points par habitant – pour réduire l’effet de masse – victoires, but marqués, victoires à l’extérieur, points par partie) et d’autres caractérisant la situation socio-économique de la ville.

La typologie produite par la CAH produit de groupes de villes ayant des profils semblable. Sur ces profil (situé sous la carte), pour chaque variable le groupe est soit au-dessus (barres vers la droite) soit au-dessous (barres vers la gauche) de l’ensemble des villes analysées. Cette typologie peut être interprétée comme suit:

–          Groupe 1: résultats au futebol un peu au-dessus de la moyenne, principalement en termes de buts marqués et de victoires à l’extérieur, mais moins en points par partie (on est dans l’élite, les défenses sont efficaces) et en points par habitant (ce sont des villes très peuplées). La marque distinctive du groupe est un PIB par habitant et un indice de développement élevés, elles se situent toutes (à une exception près), dans le Sudeste, le Sul et la partie du Centre-Ouest qui s’est récemment développée grâce à la culture du soja, du maïs et du coton.

–          Groupe 2: proche du précédent, avec des résultats moins bons dans les stades (les cercles indiquant le nombre de points sont plus petits), mais tous au-dessus de la moyenne, un PIB par habitant plus bas mais un meilleur indice de développement. Il comprend Brasília, Vitória (capitale de l’État d’Espírito Santo), les villes industrielles de Catalão, et Betim, et Barueri, dans la banlieue de São Paulo.

–          Groupe 3: résultats au futebol en-dessous de la moyenne, sauf pour le nombre de points par partie et par habitant (ce sont des villes moins peuplées), PIB par habitant et indice de développement plus bas que la moyenne et surtout – c’est le trait distinctif du groupe – proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família, donc de pauvres. Sans surprise, ce groupe se situe tout entier dans le Nordeste et en Amazonie, les régions les plus pauvres du pays,

–          Groupes 4 et 5: proches du précédent, avec des résultats sur les terrains un peu meilleurs pour le groupe 4 (en victoires et buts marqués) et moins bons pour le groupe 5, alors que c’est l’inverse pour la proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família. Sauf la petite ville de Goianésia (moins de 60 000 habitants) dans les Goiás, Aracruz (Espírito Santo) et les banlieues pauvres de Rio de Janeiro (Nova Iguaçu et Duque de Caxias) toutes sont dans le Nordeste et en Amazonie. On trouve ici bon nombre de capitales d’États fédérés, plutôt dans le groupe 5, moins marqué par la pauvreté.

Typologie des villes participant au championnat

CAH indices-5

Cette typologie qui associe résultats aux sportifs et poids des villes a donc manifestement une dimension socio-économique, à côté de sa dimension démographique, et l’on retrouve ici – sans surprise – les disparités bien connues entre le Brésil du Sud-Sudeste et l’ensemble Norte-Nordeste, une des trames majeures de la géographie sociale brésilienne. Toutefois, on a vu ici et là des exceptions, de grandes équipes dans de petites villes, de belles réussites même dans des régions pauvres, ce qui oblige à changer d’échelle d’analyse, à passer de celle des villes à celle des clubs.

 Il suffit de parler un peu de football avec des passionnés de ce sport pour réaliser que la fidélité des supporters (torcedores) va en fait non pas à leur ville mais à leur club. C’est d’autant plus perceptible que de multiples signes extérieurs leur permettent d’afficher leur appartenance, les clubs ont un drapeau, un blason, un maillot (camisa). Il est de bon ton de revêtir ce dernier pour aller assister aux matchs, évidemment, mais aussi pour aller jouer une partie entre amis, aller à la plage, ou même au cinéma ou au shopping center.

Un des éléments principaux de la fidélité fanatique des supporters à leur club est la rivalité avec ceux d’autres équipes, dont aucune n’est aussi vive que celle qui les oppose à l’autre (ou aux autres) torcidas (groupes de torcedores) de leur ville. On « est » Fluminense, Vasco ou Flamengo (à Rio), São Paulo, Palmeiras ou  Corinthians (à São Paulo). L’effet de ces rivalités est manifestement positif puisque toutes les premières villes du classement de la CBF comptent au moins deux clubs, et souvent plus. De toute évidence l’émulation entre les clubs est un puissant aiguillon, incitant les joueurs à se surpasser, les dirigeants à attirer les meilleurs joueurs, les supporters à fréquenter les stades pour les encourager. Si l’on y ajoute les rivalités régionales entre villes proches, comme João Pessoa et Campina Grande, ou Londrina et Maringá, et les rivalités entres les capitales d’États proches, on voit bien que la compétition avec les voisins est le ressort principal de l’excellence.

Répartition des points entre les clubs d’une même ville

Graphique clubs

Il est pourtant un moment où ces rivalités disparaissent, ou plutôt se transfèrent sur un autre plan: quand le Brésil joue dans les compétitions internationales, l’unité se fait et la ferveur qui entoure l’équipe nationale est sans égale. Pendant les matchs le pays s’arrête, chaque but marqué provoque une vague de hurlements d’enthousiasme devant les télévisions, dans tous les coins du pays, des grandes métropoles aux bourgades misérables du Nordeste et jusqu’au dernier village d’Amazonie. Les explosions de pétards permettent de suivre le score (ou du moins celui du Brésil) même aux rares sceptiques qui vaquent à d’autres occupations pendant ces moments de communion nationale.

Cette ferveur et cette communion sont telles que la meilleure Université du pays, l’USP (Universidade de São Paulo) a supprimé les cours (não haverá aula), dans son calendrier officiel pour 2014 les jours où le Brésil jouera un match (jogo do Brasil) et ceux où se jouera à São Paulo un match de la Coupe, même si le Brésil n’y participe pas. Nous signalons –  pour éviter les commentaires malicieux – que les jours perdus ont été compensés en avançant la date de la rentrée. Mais les mois de juin et juillet vont être durs…

Calendrier 2014 de l’Universidade de São Paulo

Calendario USP

 

Source: USP, https://uspdigital.usp.br/jupiterweb/jupCalendario2014_final.jsp


[2] La première étape du traitement des cartes statistiques a été réalisée en utilisant le logiciel Philcarto, disponible sur le site philcarto.free.fr.

Les religions au Brésil en 2010

L’IBGE (Institut brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 29 Juin 2012 les données du Recensement de 2010 sur les religions (données de l’enquête détaillée par échantillon). Ses responsables de la communication, commentant ces résultats ont souligné certains des changements qui ont eu lieu depuis le dernier recensement, en 2000, le principal étant le déclin de l’Église catholique et la croissance des religions évangéliques et du nombre de personnes qui prétendent n’avoir aucune religion. Quelques cartes ont été présentées, mais les données sont si riches que leur dimension territoriale – la répartition des religions dans le pays – peut être approfondie. Les cartes suivantes1 ont été élaborées à partir du tableau de données 1489 (Population résidente, par religion, couleur de peau et sexe, Résultats généraux de l’échantillon), à l’échelle des micro-régions (elles sont 558 dans tout le pays)2.

Tableau 1 – Les religions au Brésil en 2010
IBGE, Censo demográfico 2010

Les religions principales
Les grandes religions étaient en 2010, comme l’indique le tableau ci-dessus, l’Église catholique (romaine) et les diverses religions protestantes, puis le groupe qui a déclaré n’avoir «aucune religion». Les trois premières cartes les localisent, en utilisant la même échelle pour les rendre comparables.
Catholiques
Le catholicisme reste dominant dans le Nordeste et dans les régions d’agriculture paysanne du Sud mais dans les grandes villes il ne représente pas plus de deux tiers de la population et même, dans le cas de Rio de Janeiro, la moitié.
Protestants évangéliques
Le public des religions évangéliques est essentiellement urbain, avec une présence plus forte à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Sans religion

Le «sans religion» sont également plus nombreux en milieu urbain et à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Géographies différenciées
Les autres religions n’ont pas le même poids en chiffres absolus, mais certaines présentent des configurations spatiales différenciées, révélées par les cartes ci-dessous, qui ne sont pas comparables avec les trois premières, ni entre eux, parce que leurs effectifs absolus sont à des échelles différentes, adaptées au nombre de fidèles de chaque religion .
Judaïsme
Le judaïsme est une autre religion région urbaine, cette fois c’est São Paulo qui se distingue, avec plus de 44 000 personnes, soit près du double de Rio de Janeiro.
Islam
Les musulmans se concentrent principalement à São Paulo et à Foz do Iguaçu, sur la Triple Frontière Brésil – Argentine – Paraguay.
Candomblé
Les fidèles du Candomblé (religion afro-brésilienne) sont nombreux – comme on pouvait s’y attendre – à Bahia, mais plus encore à Rio de Janeiro
Umbanda
L’Umbanda (autre religion afro-brésilienne) est présente, avec le Candomblé, à Rio de Janeiro, mais son foyer principal est le Rio Grande do Sul, dans la capitale et la partie sud de l’État.
Spiritistes
La répartition des Spiritistes, à part une concentration dans le Rio Grande do Sul similaire à celle de l’Umbanda, dessine un axe Janeiro Rio de Janeiro – São Paulo – Brasilia.
Traditions ésotériques

Brasilia est clairement – au moins en proportion – la capitale brésilienne de l’ésotérisme .
Traditions indigènes
La répartition des fidèles des traditions indigènes suit évidemment celle des Indiens eux-mêmes, concentrés principalement en Amazonie.
Typologies
Deux techniques statistiques permettent la construction de typologies – et de cartes – indiquant quelle religion occupe une place particulière dans chaque région et la différencie des autres, sans être nécessairement en position dominante puisque le catholiques restent partout les plus nombreux.
CAH
La Classification Hiérarchique Ascendante (CAH) construit des groupes de régions de même profil, dont la composition est expliquée par le graphique situé au-dessous de la carte, où chaque groupe apparaît avec des valeurs supérieures à la moyenne (barre vers la droite) ou au-dessous de celle-ci (barre vers la gauche) pour chaque religion. La carte confirme la bonne résistance du catholicisme dans le Nordeste et le sud intérieur (en dehors de la Campanha Gaúcha du sud du Rio Grande do Sul, marquée par l’Umbanda). Dans le reste du pays apparaît la force des évangéliques sauf dans de petites zones marquées par l’Islam (une région), l’Umbanda et le Candomblé (13 régions), les traditions indigènes (6 régions) et l’absence de religion, conjointement avec les évangéliques (3 régions) .
Analyse factorielle

L’analyse factorielle groupe les variables analysées –ici les religions – selon les similitudes ou les différences de leur distribution statistique et géographique, au long d’axes qui rendent compte de ces variations, de manière décroissante. Le premier axe de la figure centrale du graphique, qui se lit de gauche à droite, représente près de 40% de la variabilité et oppose à la religion catholique à tous les autres: la carte du haut de la figure, construit à partir de la position des régions sur cet axe, fait apparaître à nouveau les bastions du catholicisme dans le Nordeste et du Sud. L’axe deux, qui se lit de haut en bas et représente 16,65% de la variabilité, nuance la distribution des «autres» religions, il regroupe d’un côté Umbanda/Candomblé, Islam et judaïsme (groupe du haut du graphique et couleurs chaudes sur la carte du bas), d’autre part les évangéliques, les sans-religion et les traditions indigènes (bas du graphique et des couleurs froides sur la carte). Les deux groupes ont leurs bases principales dans les grandes villes mais la première et la plus répandue dans le Sud et le Centre-Ouest, la seconde dans le Nord et le Nord.
Évolution 2000-2010
Quel est l’impact territorial de la tendance générale de croissance des religions évangéliques et de reflux du catholicisme? Les cartes suivantes analysent cet aspect, une fois éliminé l’effet de la croissance démographique et en faisant la moyenne de chaque région avec ses voisins, afin de renforcer les cohérences régionales en éliminant les phénomènes purement locaux.
Variation 2000-2010 de la religion catholique
Le reflux du catholicisme est général (valeurs négatives dans toutes les régions), mais est plus prononcé dans les grandes villes et sur les fronts pionniers amazoniens, le long de l' »arc de la déforestation » et au-delà. Il semble y avoir une certaine co-incidence entre la religion protestante et l’esprit pionnier, qui devra être étudié plus avant.
Variation 2000-2010 des religions évangéliques
Les progrès des religions évangéliques sont – de façon symétrique du reflux du catholicisme – visibles dans toutes les régions du pays, mais surtout en Acre, dans le sud du Minas Gerais et surtout dans le Nordeste.

Notes

1) Publiées originellement dans la rubrique « images commentées » de Confins, sous un pseudonyme, selon l’usage brésilien de ne pas publier dans une revue quand on en est le rédacteur en chef: René Somain, « Religiões no Brasil em 2010 », Confins 15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2012, URL : http://confins.revues.org/7785 , DOI : 10.4000/confins.7785

2) Ces cartes ont été ébauchées sous les logiciels Philcarto, écrit par Philippe Waniez, et Cartes et Données, du groupe Articque, disponibls gratuitement et respectivament sur les sites http://philcarto.free.fr/  et http://www.geocampus.com/fr/solutions-international/solutions-international-cartes-et-donnees-pro.html

 

Périphéries de São Paulo

La majorité des onze millions d’habitants de São Paulo, et plus encore des 18 millions d’habitants de sa « région métropolitaine » de 39 municípios (communes) vivent dans les immenses périphéries poussées à la va-vite dans les années de sa croissance la plus rapide, dans les années 1950 et 1960.

Une bonne partie de ces périphéries sont occupées par des favelas, qui entourent le centre – dégradé – de la ville et sa première couronne de quartiers chics – au sud-ouest – et de quartiers résidentiels pour classes moyennes. Au-delà persistent de vastes étendues de forêts, progressivement mitées par la croissance de la lointaine banlieue, que des lignes de train (pour les pauvres) et des voies autoroutières (pour les riches) rendent accessibles au prix de longues heures de transport.

Ces banlieues ne sont pas très facile d’accès, car à la difficulté de s’orienter dans un lacis complexe de rues pas toujours asphaltées s’ajoute un fort sentiment d’insécurité. L’usage du GPS résout la première difficulté, la seconde est plus difficile à vaincre car même si la réalité mesurée par les statistiques de police ne la justifient que partiellement elle rend difficile de convaincre des accompagnateurs de vous guider dans ces quartiers.

Heureusement, la disposition des couloirs aériens donnant accès aux aéroports de São Paulo (celui des vols nationaux, Congonhas et celui des vols internationaux, Guarulhos) permet, à chaque atterrissage et décollage, de collectionner des photos prises à basse altitude qui donnent une bonne idée de la configuration des ces quartiers.

Une de leurs caractéristiques les plus frappantes est  la juxtaposition dse zones industrielles, résidentielles et commerciales, sans zonage ni planification.

On peut y trouver – par exemple – des installations de stockage de carburant à proximité de zones résidentielles denses, qui se sont très probablement développées sans autorisation sur des sites inconstructibles.

Dans les quartiers les plus proches des grands axes, les plus visibles donc, ont été tentées des opérations de remplacement des maisons basses, vite et mal construites, par des immeubles d’appartements appelés Cingapura, puisque c’est à Singapour que – dit-on – le gouverneur de l’époque en a trouvé le modèle.

Dans la périphérie Sud, entre le centre et les lacs de barrage Billings et Guarapiranga, le bâti est plus dense encore, sans grandes trouées ni espaces verts.

L’effet global, vu d’avion, de ces quartiers périphériques, est d’une couche uniforme de maisons basses, qui suit et souligne les ondulations du relief en demi-oranges caractéristique de l’évolution géomorphologique sous climat tropical.

Vus de plus près, le bâti montre des différences entre les axes principaux, où se concentrent les activités économiques (petites industries, entrepôts, commerce, etc.) et les cœur des ilôts occupés par les logements.

La plus étendue des périphéries du município de São Paulo, la Zona leste est peuplée de 4,5 millions d’habitants, et ne compte guère d’axes ou d’équipements structurants, à part le terminus de la ligne 3 du métro, doté d’amples terrains expropriés pour les aires de manœuvre et d’entretien. C’est pourquoi le choix a été fait d’y construire le stade qui devrait – s’il est fini à temps – le match d’ouverture de la Coupe du Monde de football, en 2014 et servir de pôle de développement à la zone.

Un des derniers espaces verts, aux confins de la Zona Leste et de Guarulhos, est le Parc écologique du Tietê, aménagé sur les zones inondables par les crues annuelles de la rivière. Cette « coulée verte » est évidemment bienvenue dans ce monde minéral, mais elle est attaquée de toute part par l’avancée urbaine et mal défendue par une APA (Area de proteção ambiental, zone de protection environnementale) peu efficace.

Nouvelles images de la population brésilienne en 2010

Le recensement démographique réalisé en 2010 par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques) contient une foule de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, librement (et gratuitement) accessibles sur son site (www.ibge.gov.br).  À partir de ses données par estado (État de la fédération), microregião (regroupements de commune par bassin de vie) et município (l’équivalent des communes), on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes entre les régions du pays.

Masses

Le Sudeste – la région qui contient les États de São Paulo et de Rio de Janeiro –  est de loin la partie la plus peuplée du pays, et une carte en anamorphose de la population des États qui donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, montre bien leur prédominance. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas).

Figure n° 1 Anamorphose de la population par État en 2010

Le poids spécifique des régions métropolitaines des deux villes éponymes de ces États apparaît bien si l’on répète l’exercice à l’échelle des microregiões : bien que celles-ci aient été conçues pour être, sinon homogènes, du moins comparables, le poids des grandes villes et de leurs satellites atrophie le Sud, secondairement le Nordeste. Inversement l’Amazonie disparaît presque, bien que ses communes soient immenses, certaines d’entre elles étant plus vastes que bien des pays européens.

Figure n° 2 Anamorphose de la population par microregião  en 2010

Densités

L’opposition majeure qui fonde l’organisation de l’espace est donc celle des densités : au littoral densément peuplé – c’est là que se situent toutes les grandes villes – s’oppose l’intérieur qui l’est nettement moins (la seule exception étant Brasília), résultat d’un processus d’occupation et de colonisation qui a commencé par le littoral. Presque partout la densité tombe en dessous de cinq habitants par kilomètre carré dès qu’on s’éloigne de plus de 200 km des côtes, et dans le Nord-Ouest amazonien on tombe même à moins d’un habitant par kilomètre carré. Cette disparité est bien révélée par la  carte classique (elle figure dans le billet « Du nouveau sur la population du Brésil en 2010 », http://braises.hypotheses.org/76), mais une carte en 3D en dit plus sur la contribution des villes, car si vives soient les teintes correspondant à leurs hautes densités, la petite taille de leurs municípios et même de leur microregião les dissimule, au contraire les « pics » de la 3D les fait – littéralement – ressortir par rapport à leur environnement.

Figure n° 3 Densité de population par microregião

On en a confirmation quand on ne prend en compte que la population urbaine de chaque município, les très grandes villes sont concentrées au long du littoral atlantique et parmi elles São Paulo, Rio de Janeiro et quelques autres se détachent nettement.

Figure n°  4 Population urbaine par município

Évolutions

Le boom démographique qui a marqué le XXe siècle a fait passer la population du pays de dix à près de 200 millions d’habitants, ce qui est évidemment un atout formidable, mais aussi un redoutable défi pour nourrir, loger, éduquer ces millions de nouveaux citoyens. Dans le même temps le centre de gravité du pays s’est déplacé, la série des cartes qui retrace l’évolution de la population montre l’extension progressive de la population vers l’Ouest et le Nord, où sont créé de nouveaux États, mais aussi le renforcement progressif du poids du centre, essentiellement São Paulo et Rio de Janeiro.

Figure n°  5 Population des États

Cette croissance s’est bien ralentie – le nombre moyen d’enfants par femme est aujourd’hui plus bas au Brésil qu’en France, mais le dynamisme spatial n’a pas complètement disparu pour autant, des mouvements de population se font toujours, à la fois par la migration et par les différence de dynamisme démographique entre les régions.

Une dernière carte, à l’échelle des municípios, montre que – pour la première fois dans l’histoire du pays, certaines régions perdent de la population (cercles bleus), dans le sud-ouest, dans le nordeste et même dans certaines zones de l’Amazonie (Rondônia et Transamazonienne), occupées dans les années 1970 par une colonisation qui n’a pas réussi à fixer une agriculture à haute densité.

En revanche les forts accroissements (cercles rouges) signalent que des fronts pionniers sont encore actifs dans d’autres régions amazoniennes, comme l’est du Pará (bois et élevage) ou dans le nord du Mato Grosso (soja). La plupart des villes n’ont que des progressions modestes (en pourcentage), la croissance se faisant dans les communes de leurs périphéries.

Figure n°  6 Évolution de la population entre 2000 et 2010

 

La place du Brésil dans le Monde mesurée par les transports aériens et le commerce international

Pour jauger l’importance du Brésil dans le Monde on peut chercher des indicateurs dans deux domaines, les flux aériens et le commerce international, flux de personnes et de marchandises qui révèlent les orientation de ses relations privilégiées avec certains pays.

Flux aériens

Quatre compagnies brésiliennes ont des réseaux internationaux, dont le dessin souligne les régions du monde avec lesquelles le Brésil entretient les échanges les plus denses. La compagnie Gol[1] a racheté en 2007 la compagnie brésilienne la plus ancienne et la plus prestigieuse, la Varig, alors secouée par une grave crise, et repris une partie de ses lignes internationale (mais pas la ligne vers Paris). La TAM[2] a un réseau est encore embryonnaire, mais qui se développe, et est appelé à le faire plus encore avec sa fusion avec LAN Chile en 2010[3]. Ocean Air, la denière venue, s’appelle désormais Avianca elle a repris le nom de la compagnie colombienne, car elle ont désormais le même même propriétaire (brésilien) et accède par elle a son réseau international. Toutes quatre privilégient nettement trois directions, les pays voisins d’Amérique du Sud, l’Europe et les États-Unis. En des temps plus fastes, la Varig avait des lignes vers le Japon, via la Californie, et vers Bangkok, via l’Afrique du sud, vers l’Angola et le Nigeria mais ces temps de gloire sont désormais révolus et le pragmatisme a amené les compagnies brésiliennes à se concentrer sur les lignes les plus rentables.

Destinations internationales des compagnies aériennes des compagnies brésiliennes

Heureusemement bon nombre de compagnies étrangères desservent le Brésil, issues des pays avec lesquels elle entretient des relations anciennes (voisins sud-américains, États-Unis, Japon et Europe), mais aussi de ceux avec lesquels ses échanges se sont plus récemment développés, notamment la Chine, les Émirats Arabes Unis et la Turquie. Celle-ci dessert au passage le Sénégal, ce qui atténue un peu le vide africain, les liaisons avec ce continent censé tenir une place-clé dans la diplomatie brésilienne se résumant á une ligne vers l’Angola et une vers l’Afrique du Sud, l’une et l’autre tenue par des compagnies étrangères.

Passagers vers le Brésil en 2010

 

Passagers depuis et vers le Bresil, compagnies brésiliennes et étrangères
Fret depuis et vers le Bresil, compagnies brésiliennes et étrangères

Commerce extérieur

Le commerce extérieur du Brésil montre bien les orientations de ses échanges, leurs évolutions récentes et la place du pays dans le monde d’aujourd’hui. Les partenaires principaux sont les voisins du Mercosul (principalement l’Argentine), les États-Unis, l’Europe, et de plus en plus la Chine, dont le poids était très limité il y a dix ans. Elle a aujourd’hui largement dépassé le Japon comme principal partenaire asiatique, grâce à ses achats massifs de minerai de fer, de soja, de viande et de sucre, en échange d’une foule de produits manufacturés, des plus banals (textiles de bas de gamme) aux plus sophistiqués (électro-ménager et informatique).

Importations et exportations en 2010
Commerce international en 2010

 Le solde est néanmoins positif pour le Brésil, comme il l’est avec la Russie, plusieurs pays du Moyen Orient (le Brésil ayant acquis son auto-suffisance en pétrole) et avec ses voisins d’Amérique du Sud, à l’exception de la Bolivie à qui il achète du gaz sans pouvoir lui vendre beaucoup en échange, en raison de sa faible population et plus encore de son faible pouvoir d’achat. En revanche les soldes sont négatifs avec les États-Unis et l’Europe, qui vendent au Brésil des produits à haute valeur unitaire et lui achètent principalement des minerais et des denrées agricoles, à la notable exceptions des avions de l’Embraer.

Le Brésil a donc une position spécifique dans la division internationale du travail. Pour la fabrication des produits technologiques il a un solde positif des pays moins développés que lui en Améroque du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient, et des soldes négatifs avec les grandes puissances économiques. Cela signifie qu’il occupe une position intermédiaire entre les pays développés du « centre » (auxquels il achète des produits manufacturés, ainsi que des services, qui n’apparaissent pas ici, et vend des produits primaires), et les pays plus périphériques que lui (voisins sud-américains, producteurs de pétrole d’Afrique et du Moyen-Orient), auxquels il vend des biens manufacturés et achète des produits primaires, ce qui reflète sa position intermédiaire entre « Sud » et « Nord ».


[1] Qui était au départ une compagnie low cost fondée par une compagnie de transport par autobus.

[2] Qui était à l’origine une compagnie de taxis aériens de Marília, d’où son nom.

[3] Qui mettra le groupe LATAM au premier rang pour l’hémisphère Sud avec 280 avions, 40 000 employés et 115 destinations dans 23 pays. La LAN aura 70% des actions et la TAM 30, les deux compagnies continuant à opérer sous leur marque, comme Air France et la KLM.

Du nouveau sur la population du Brésil en 2010

Les premiers résultats définitifs du recensement de 2010, le Sinopse do Censo Demográfico 2010, ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Outre le total officiel de la population du pays (190 755 799 habitants), la publication offre une mine de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, des données de population par sexe et par groupes d’âge, urbaine et rurale, le nombre moyen de résidents par ménage, le nombre de logements privés occupés ou non. Au cours des prochains mois, l’IBGE publiera de nouvelles données sur la structure territoriale du pays, le maillage des secteurs de recensement et de nouvelles données sociales, économiques et démographiques, selon un calendrier disponible sur son site . Á partir des données par município (commune) de cette livraison, on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes.

Figure 1 La population par município en 2010

La population brésilienne très inégalement distribuée sur le territoire, avec une très forte opposition entre les régions littorales et intérieures, les premières sont densément peuplées alors que les secondes ne sont que très faiblement occupées. Ce contraste reflète les effets du processus d’un processus colonisation et de peuplement du territoire qui s’est pour l’essentiel fait d’est en ouest de la côte vers l’intérieur, et secondairement du sud vers le nord.
Les zones de concentration sont toutefois irrégulières : même dans des États très peuplés apparaissent de vides importants, seuls São Paulo, le Paraná, Rio de Janeiro, le Sergipe, l’Alagoas, la Paraíba et le Ceará voient leu territoire occupé de façon à peu près continue.
Sur le reste du territoire la répartition de la population est étroitement corrélé avec les réseaux de transport, voies navigables (en Amazonie) et routes de desserte régionale: on suit sur la carte, jalonnés par les chefs-lieux des communes, les tracés des principales routes amazoniennes (BR364 Cuiabá-Porto Velho, BR163 Cuiabá-Santarém, BR010 Brasília-Belém, BR230 Transamazônica).

Maille municipale

Figure 2 La superficie des municípios

Cause et conséquence de ces contrastes de peuplement, les disparités entre les municípios sont énormes, si les plus petits sont grosso modo l’équivalent d’une commune de type européen, on trouve à l’autre extrême des territoires de la taille d’un pays du vieux continent. Entre le plus petit, Santa Cruz de Minas (Minas Gerais, 3,6 km2, qui a détroné à ce recensement celui qui détenait jusque lá le record avec 4 km2, Águas de São Pedro, dans l’État de São Paulo) et le plus grand, Altamira (État du Pará, 159 533 km2), le rapport est de plus de 1 à 44 000. Quatre municípios, tous situés en Amazonie, dépassent les 100 000 km2 (leur superficie combinée atteint presque la superficie de la France métropolitaine). Si l’on additionne les superficies des dix premiers d’entre eux (sur plus de 5 000 au total), on arrive à 11 % du territoire national, autant qu’en représentent ensemble les 3 450 plus petits.

Figure 3 Les cas extrêmes

Densités

La répartition des densités de peuplement obéit à une logique clairement est-ouest, résultat du processus d’occupation et de colonisation à partir du littoral. C’est donc dans les parties les plus proches de la mer des régions Nordeste, Sudeste et Sud, que se trouvent les densité les plus élevées, qui peuvent monter jusqu’à plus de 10 000 habitant par kilomètre carré dans les capitales. Si l’on répartit les 5565 municípios en trois groupes égaux, on fait apparaître des plages de densités contrastées: la majeure partie de l’Amazonie et du Centre-Ouest présentent des densités très basses, entre 0,13 et 16 habitants par kilomètre carré, dont ne se détachent que les capitales et quelques municípios où elles se situent entre 16 et 38 habitants par kilomètre carré.
La zone littorale n’est toutefois pas homogène : à peu près déserte au Nord de l’Amazone, elle voit s’opposer nettement, de part et d’autre d’un centre peu densément occupé (Sud de Bahia et Espírito Santo), les deux régions les plus importantes du pays. Dans le Nordeste, le contraste national entre littoral et intérieur est redoublé. Dans le Sudeste et le Sud, en revanche, la densité reste forte dans bien des régions proches des frontières occidentales du pays : c’est le seul endroit où le Brésil peuplé ait une certaine « profondeur », mais les densités chutent brutalement à la frontière entre les États de São Paulo et du Paraná, à l’est, et le Mato Grosso do Sul, à l’ouest.
Masculinité
On terminera par la construction d’autre indicateur démographique simple, le taux de masculinité (ou de féminité, comme on voudra, puisqu’il s’agit simplement de la proportion entre nombre des hommes et celui des femmes dans la population de chaque lieu). Ce ratio classique prend ici un sens nouveau puisqu’il est marqué par une forte opposition spatiale entre les régions littorales et l’intérieur pionnier, et entre villes et campagnes. La prédominance des femmes (en bleu sur la carte) est nette dans les grandes villes, en partie en raison de l’afflux de jeunes rurales qui y trouvent des emplois de domestiques, que les classes moyennes et supérieures emploient encore en grand nombre.
La même prédominance se retrouve dans les campagnes, du Minas Gerais, de São Paulo, de tout le Sud et surtout du Nordeste : cette fois il ne s’agit pas d’un afflux de femmes (et donc d’une sur-féminité), mais du départ des hommes (et donc de sous-masculinité). On retrouve ces hommes dans des zones bien spécifiques (en orange et rouge sur la carte), les zones pionnières du Nordeste (Ouest de la Bahia), Centre-Ouest et Amazonie, notamment sur l’« arc du déboisement», ou plutôt une zones située plus au nord-ouest, que les taux maximaux de masculinité (plus de 105 hommes pour 100 femmes) soulignent clairement, ainsi que dans les États du Roraima et d’Amapá. Ce sont les zones où l’on a besoin de main d’œuvre peu qualifiée mais dotée de force musculaire pour abattre des arbres à la tronçonneuse, ce qui requiert des hommes, jeunes de préférence. Ces ont aussi des régions où l’on vit loin de toute école, de tout dispensaire, et donc sans famille, celle-ci étant laissée, provisoirement ou définitivement, dans les régions d’origine des migrants. La présence d’une ville peut toutefois faire passer en bleu des communes comme Santarém ou Altamira, cette dernière étant particulièrement visible sur la carte en raison de sa superficie, la plus vaste de tout le pays.

Figure 5 Taux de masculinité en 2010

Cette analyse se confirme si l’on fait le calcul du taux de masculinité pour la seule population rurale, ce qui gomme l’effet urbain, et si l’on le représente dans des cercles proportionnels au total de la population rurale. On voit alors bien que les taux de masculinité élevé, en dehors du le Mato Grosso do Sul et de la Campanha gaúcha (terres d’élevage à prédominance traditionnellement masculine) concernent principalement les axes de la conquête pionnière du Centre-Ouest au long des routes déjà mentionnées, les BR364 Cuiabá-Porto Velho, BR163 Cuiabá-Santarém, BR010 Brasília-Belém et BR230 Transamazônica, ainsi que la partie orientale de la vallée de l’Amazone, le Roraima et l’Amapá. Cet indice simple constitue donc toujours un des plus sûrs indices de l’arrivée d’un front pionnier, avec son cortège de phénomènes positifs – augmentation de la population et de la production – et négatifs, du déboisement aux conflits fonciers et à la violence.

Figure 6 Taux de masculinité rurale en 2010

 

Élection présidentielles de 2010

La carte des résultats des trois principaux candidats au premiere tour des élections présidentielles, en octobre, révèlent de forte oppositions régionales: Dilma Rousseff (qui a remporté l’élection au second tour), José Serra (qu’elle a battu au second tour) et Marina Silva ont chacun/e leurs fiefs.

Les trois principaux candidats au premier tour

Dilma gagne nettement dans les régions pauvres, Nordeste (plus le nord du Minas, incluses dans le « polygone de la sécheresse ») et en Amazonas (mais ni dans le Pará ni dans l’Acre). Serra gagne à São Paulo et les parties orientales du Sud (dans l’ouest rural c’est plutôt Dilma) et dans les regions pionnières de l' »arc du déboisement ».

C’est là que Marina – assez logiquement puisqu’elle a été ministre de l’environnement – fait ses plus mauvais scores, en revanche elle est bonne – là aussi assez logiquement – dans l’Acre, chez elle. Mais ses meilleurs scores sont dans les grandes villes et des régions qui tracent curieusement une croix sur le Brésil, du Tocantins au Paraná et du Mato Grosso à Rio. La aussi c’est assez normal pour une candidate qui ne cache pas ses convictions de protestante évangeliste.

Résultats électoraux et indice de développement

Si l’on superpose les résultats des deux principaux candidats (par États, le cartouche indiquant leur score minumum, moyen et maximum) à un carte des niveaux de développement, on voit apparaître  l’étroite coïncidence entre le vote pour Dilma ou Serra et le niveau de développement, mesuré par l’indice Firjan (revenu par tête + santé + scolarité): les régions ou Dilma réalise des scores supérieurs à sa moyenne nationale (liseré mauve) sont celles ou l’indice est bas (nuances de vert), Nordeste et Amazonie.

En contraste, celles ou Serra obtient  ses meilleurs scores (hachure horizontales) sont les plus développées du pays (jaune, orange et rouge), Sud, Sudeste et de plus en plus Centre-Ouest, que l’agro-business (soja et élevage) a transformé en une sorte de Middle-West brésilien. Les régions disputées sont soit celles ou les deux candidats ont de bons pourcentages (comme le Pará, en Amazonie), soit – au contraire – celles ou les deux candidates sont sous leur moyenne nationale, comme le Minas Gerais, deux États qui contiennent à la fois des régions déjà développées et des régions très pauvres.

Au second tour ce sont donc une fois de plus les « deux Brésils » qui  étaient face à  face, Dilma a eu pour elle le vote des pauvres, les plus nombreux, attaches au régime par la Bolsa Familia, touchée aujourd’hui par près du quart des Brésiliens.

La population du Brésil en 2010

Les premiers résultats du recensement de 2010 ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Une carte en anamorphormose de la population des États qui composent la République fédérative du Brésil donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, elle montre bien le poids prédominant de ceux du Sud et du Nordeste. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas)