Archives de catégorie : Actualités

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique

La ville de Paraty, dans l’État de Rio de Janeiro, est l’un des sites touristiques les plus fréquentés du Brésil,  l’une de vingt premières destinations du pays et l’une des cinq premières pour les visiteurs français et anglais. Le tourisme ne s’y est pourtant développé que depuis une cinquantaine d’années, les principaux facteurs de sa croissance récente étant son exceptionnelle localisation et les nouvelles routes qui ont permis la redécouverte et la valorisation de son patrimoine historique, bien préservé par une longue période d’isolement.

Figure n° 1 Localisation de Paraty

LocalisationSource: VistaDivina http://www.vistadivina.com/downloads/rssp3.php et GoogleMaps

Figure n° 2 Les voies d’accès à Paraty

Routes d'acces 2 Source: http://www.paraty.com.br/roteiros.asp

 Paraty est située entre les deux principales métropoles urbaines du Brésil, à 248 km de Rio de Janeiro et 330 km de São Paulo, ce qui est évidemment un atout majeur puisque la première compte plus de 12 millions d’habitants et la seconde plus de 20 millions, parmi lesquels la plus grande concentration de familles à haut niveau de revenu du pays. La petite commune – elle a une superficie de 925 km² et une population estimée à 37 533 habitants (IBGE, 2010) – peut donc compter sur un immense bassin de clientèle solvable, auquel elle est en outre bien raccordée par la route littorale et (plus en retrait, dans la vallée du Paraíba), par les autoroutes qui relient les deux métropoles entre elles et d´où plusieurs perpendiculaires permettent de descendre la Serra do Mar et de rejoindre la côte (figure 2).

Figure n° 3 La ville dans son cadre

paraty3-2b

 Source : http://www.vistadivina.com/downloads/paraty3.php

Figure n° 4 Plan du centre historique

mapa_centro_historico 2a Source : http://www.paraty.com.br/centro_historico.asp

La date de fondation de la ville est mal établie. Selon certains existait déjà en 1540/1560 une bourgade consacrée à San Roque, d’autres font remonter son origine à 1597, quand Martim Correa de Sá entreprit une expédition contre les Indiens Guaianás dans la vallée du Paraíba. D’autres encore à 1606, à l’arrivée des premiers colons de la capitainerie d’Itanhahém. En tout cas en 1660, la situation était assez florissante pour que ses habitants exigent leur séparation d’Angra dos Reis et leur élévation au rang de Vila, obtenue en 1667 sous le nom de Villa de Nossa Senhora dos Remédios de Paratii.

Paraty était alors devenu un poste de traite prospère en raison de sa position stratégique au fond de la baie d’Ilha Grande. C’est là qu’aboutissait le chemin intérieur qui, par Guaratinguetá, Freguesia da Piedade (l’actuelle Lorena) et les gorges d’Embu atteignait le bien nommé Minas Gerais (les mines générales), où d’énormes gisements d’or ont été découverts à la fin du XVIIe siècle : grâce à ce « chemin de l’or de Piedade » son port était alors devenu le deuxième du pays.

En 1702 le gouverneur de Rio de Janeiro promulgua le « Règlement des Mines » qui prévoyait que seuls les bovins pourraient y être amenés depuis Bahia et que tous les autres produits devraient transiter par Rio de Janeiro (alors une toute petite ville), puis de là « prendre la direction de Paraty ». En 1703 la Lettre Royale du 9 mai ordonna d’installer à Paraty une Casa de Quintar (littéralement une maison où prélever le 5e de l’or pour la Couronne) afin de contrôler le flux d’or des mines vers Rio de Janeiro et celui des hommes et des marchandises en sens contraire.

Malheureusement pour Paraty, dès 1710-1711 fut entreprise l’ouverture d’un autre chemin allant tout droit de Rio de Janeiro au Minas par la Serra dos Orgãos, réduisant le temps de trajet de moitié. En 1767 les travaux d’aménagement du caminho novo, le « nouveau chemin », étaient terminés, celui de Paraty devenant le caminho velho, le « vieux chemin ». Avec la chute du trafic de l’or, Paraty se tourna vers la production de cachaça (la version brésilienne du rhum), utilisée comme monnaie de troc contre des esclaves africains. L’ancien chemin de l’or fut alors de plus en plus utilisé pour acheminer ceux-ci vers les plantations de café de la vallée du Paraíba, et descendre les sacs de café à dos de mulet. À la montée passaient aussi les produits de luxe importés d’Europe par les « barons du café », anoblis par l’Empereur du Brésil parce qu’ils fournissaient au pays sa principale richesse, et au gouvernement – via la taxe d’exportation – sa principale ressource fiscale.

En 1850 ce même Empereur Dom Pedro II passa, sous la pression des rares abolitionnistes brésiliens et surtout de la Grande Bretagne, une loi interdisant la traite des esclaves, mais celle-ci se poursuivit sous forme de contrebande, qui passait par Paraty car aux environs les négriers trouvaient de multiples anses moins contrôlées que le port de Rio de Janeiro et des îles où faire reposer, sous bonne garde, les esclaves éprouvés par la traversée de l’Atlantique. Le port était en outre en plein essor grâce au café et aux autres produits transitant par Guaratinguetá, mais en 1864 le chemin de fer atteignit la vallée du Paraíba à Barra do Piraí et toute la vallée commença à l’utiliser pour écouler sa production, provoquant la décadence définitive de Paraty et de l’ancien chemin de l’or. Le coup de grâce fut l’abolition de l’esclavage, en 1888, il provoqua un tel exode que, alors que la ville comptait 16 000 habitants en 1851, il ne restait plus à la fin du XIXe siècle, selon un voyageur de l’époque, que « 600 vieillards, des femmes et des enfants ».

Paraty resta alors pratiquement isolée pendant des décennies, ce qui a préservé la ville dans l’état où elle était du temps de sa splendeur, à la fin du cycle du café du XIXe siècle. La plupart des maisons, construites du temps du cycle de l’or, avaient alors été embellies grâce à l’argent provenant en grande partie de la contrebande des esclaves et de la cachaça. Les figures 4 et 5 montrent qu’au milieu du XXe siècle la ville avait à peu près la même étendue et le même aspect que vers la fin de l’Empire.

Figure n° 5 Photo aérienne de Paraty en 1945

1945 Source : Cotrim 2012

Figure n° 6 Plan de Paraty en 1863

1863

Source : Cotrim 2012

La ville et son patrimoine ont été redécouverts en 1954, avec la réouverture de la route Paraty-Cunha, la reliant à l’État de São Paulo. En 1929 une première automobile l’avait déjà empruntée pour descendre à Paraty, mais elle n’avait jamais pu remonter la serra do Mar et était restée en ville… Le mouvement s’est ensuite intensifié avec la construction de la route Rio-Santos (BR-101) en 1973, la reliant par le littoral aux deux métropoles.

D’abord « découverte » par des intellectuels et des artistes qui y trouvèrent de belles maisons à très bas prix, la ville devint progressivement une destination courue grâce à son patrimoine, mais surtout à ses les paysages, à ses 65 îles, 11 cascades et près de 120 plages, ce qui lui a permis de combiner tourisme culturel, écologique et balnéaire.

Paraty a été décrétée patrimoine d’État en 1945, inscrite à l’inventaire de l’Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional en 1958 et classée « monument national » en 1966. Elle compte officiellement 88 attractions culturelles, dont 20 bâtiments, 23 institutions culturelles et plus de 30 événements inscrits à son calendrier. Parmi ceux-ci, les fêtes du Divin Esprit Saint, de Notre-Dame du Rosaire, de Saint-Benoît et de Notre-Dame des Remèdes, sa sainte patronne. Plus original, le Festival da Pinga (de la « goutte », la cachaça) et le Festival littéraire international de Paraty (FLIP) qui attire tous les ans des écrivains du monde entier, dont les plus médiatiques.

Figure n° 7 Paysages

Parati cadre 1 site 2 ©Hervé Théry 2014

Figure n° 8 Rues du centre historique

Rues ©Hervé Théry 2014

Outre le cadre naturel offert à la ville par le versant de la serra do Mar couvert de forêts, l’attrait de la ville tient à son ensemble unique de maisons et bâtiments construits du temps du cycle de l’or sous la conduite d’ingénieurs militaires. Leur alignement impeccable est assuré à chaque croisement de rues par trois bornes de pierre (le quatrième angle étant simplement chaulé comme le reste des murs). Certains ont voulu y voir un triangle maçonnique (la franc-maçonnerie était de fait très présente dans le corps des ingénieurs) mais il est plus probable que dans leur rationalisme ils aient considéré que trois points suffisaient à définir le triangle-rectangle garantissant l’alignement au cordeau des façades.

Un autre charme de la ville réside dans ses rues pavées de galets bruts, un pavage en opus incertum aussi agréable à l’œil qu’il est désagréable aux chevilles des visiteurs, et plus encore des visiteuses juchées sur des talons hauts. Du moins ces galets sont-ils propres, les rues étant nettoyées deux fois par jour par la marée haute grâce à un système de portes ouvertes dans les quais du port.

Figure n° 9 Tourismes

Tourismes©Hervé Théry 2014

Le site www.destinoparaty.com.br  (qui était hors service au moment de la rédaction de cet texte, dans l’attente de l’appui du bureau du Tourisme de Paraty) recensait en 2014 276 lieux d’hébergement, 195 établissements de restauration, quatre agences de locations saisonnières, 32 guides touristiques et cinq entreprises de location de transport. Ces dernières offrent des excursions allant des plus confortables aux plus sportives, permettant de parcourir tranquillement les plages ou de remonter en 4×4 les anciens sentiers muletiers par où les esclaves gravissaient la serra do Mar et par où les convois d’or rejoignaient le port. S’y ajoutent des centaines de bateaux disponibles pour parcourir la baie et les îles, rejoindre des plages inaccessibles par voie terrestre, que ce soient les escunas (le nom et la forme de ces bateaux sont dérivés de ceux des schooners hollandais) ou de simple canots, comme celui de la figure 9, dont le propriétaire considère qu’il a réussi dans la vie en parvenant à acquérir cette modeste embarcation, et retrouve presque la formule de Jules César, « eu venci » (« j’ai vaincu »).

Figure n° 10 Gastronomie

Gastronomie©Hervé Théry 2014

Les restaurants de Paraty ont eux aussi diversifié leur offre et certains ont commencé à inscrire à leurs menus des plats sortant nettement de l’ordinaire arroz-feijão-bife (riz, haricots et beefsteak) brésilien : aïoli, croque-monsieur et croque-madame, salade niçoise, terrine de foies de volailles, risotto de funghi seco (sic) à provençal (figure 10), on voit que la ville reçoit des visiteurs français… D’autres font des efforts d’originalité, comme celui qui reconstitue le paysage de la ville dans un dessert (même figure) : les montagnes, la mer, la plage et les escunas, respectivement en glace, crème de cassis, chapelure de biscuit, biscuit et zestes d’orange et de citron.

La cachaça qui servait jadis de monnaie d’échange pour acquérir des esclaves est aujourd’hui devenue une ressource touristique, elle est le fonds de commerce de nombre de magasins de la ville et ses distillateurs se sont organisés pour que la spécificité de leur produit soit reconnue. La Cachaça de Paraty a ainsi obtenu en 2007 de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) une indication d’origine, c’est-à-dire le droit exclusif pour les distillateurs installés dans la commune de mentionner son nom sur leurs étiquettes, alors que jusque-là plusieurs marques, dans de nombreux États, l’utilisaient pour leur production. Au Brésil seuls six produits ont obtenu cette l’indication d’origine, et Paraty est la première cachaça à recevoir cette certification, avant même la région de Salinas, dans le Minas Gerais, d’où proviennent les eaux de vie les plus réputées – et les plus chères – du pays.

Cet effort de diversification et de montée en gamme du tourisme de Paraty apparaît aussi clairement dans l’aspect des magasins et services destinés aux touristes, qui présentent année après année des vitrines et des marchandises de plus en plus sophistiquées (figure 11). On passe progressivement des « boutiques à touristes » empilant des gadgets probablement fabriqués en Chine à des galeries d’art exposant quelques beaux objets bien choisis, des magasins de tee-shirts bariolés à des boutiques de mode. On trouve même désormais une librairie bien fournie en livres d’art ou portant sur l’histoire régionale. Les enseignes de la figure 12 montrent qu’il y a aussi place – et un marché, apparemment – pour des commerces de bouche et d’équipement domestique plus raffinés.

Figure n° 11 Artisanat

Artisanat©Hervé Théry 2014

Figure n° 12 Enseignes chic

Enseignes©Hervé Théry 2014

Figure n° 13 Des “boutiques à touristes” à des commerces plus ambitieux

Façades

©Hervé Théry 2014

Même dans la graphie du nom de la ville ses habitants cherchent à donner une impression de raffinement, par l’usage du « y » final, très inhabituel en portugais. Comme l’explique le site touristique officiel du tourisme), alors que le gouvernement fédéral et ses agences écrivent Parati avec un «i», le gouvernement municipal utilise le «y» par respect de la tradition et de l’étymologie.

Le nom vient en effet des Indiens de la vallée du Paraiba, qui descendaient de la Serra do Mar pour pêcher. Ils savaient qu’en hiver le poisson parati (Mugil curema) remontait les rivières pour frayer, et qu’il se concentrait en grand nombre dans un endroit qu’ils appelaient Paratii, qui en Tupi signifie « l’eau du parati »  (« i » = rivière ou eau). Les Jésuites, qui furent les premiers à étudier les langues amérindiennes, avaient l’habitude de remplacer le double « i » par la lettre « y » et le nom devint ainsi Paraty.

Cependant, le 29 Janvier 1942, une réforme de l’orthographe élimina les lettres W, K Y, et l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE) commença donc à écrire le nom de la ville avec un « i ». Mais cette même réforme, approuvée à l’unanimité par l’Académie Brésilienne des Lettres, indiquait qu’outre les 23 lettres de base les trois lettres supprimées pouvaient être utilisées dans des cas particuliers, et précisait « les toponymes à tradition historique séculaire ne subissent pas de changement de leur graphie quand celle-ci est déjà consacrée par l’usage quotidien ».  La manière correcte d’écrire le nom de la ville est donc bien Paraty, et cette variante place bien la ville dans sa «tradition historique séculaire ».

Dans cette mise en tourisme du patrimoine historique de la ville il y a même une – petite – place pour les vaincus de cette histoire déjà longue de plus de quatre siècles. Les indiens d’une réserve voisine, héritiers lointains des premiers occupants de cette terre, y vendent leur artisanat dans la rue, et un jeune homme entreprenant s’est trouvé un gagne-pain en posant, en haillons et fers aux poignets, pour rappeler le sort des esclaves qui sont passés jadis par ce port pour aller extraire l’or ou cueillir le café qui ont fait sa fortune et permis d’ériger ses monuments, dont l’église qui sert de toile de fond aux photos. Et les touristes de poser à ses côtés sans percevoir apparemment l’ironie de ce retour d’une histoire tragique sous forme ludique et commerciale…

Figure n° 14 Exploitation des héritages

Heritages©Hervé Théry 2014

 

 

Bibliographie

Tricentenário de Paraty: notícias históricas de J. S. A. Pizarro e Araújo. Rio de Janeiro: SPHAN, 1960.

Paraty (ed. comemorativa do tricentenário do Município). Rio de Janeiro: IBGE/CNE, 1977.

Camargo Maia, Theresa Regina de; Maia, Tom. Paraty. São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1975.

Camargo Maia, Theresa Regina de; Maia, Tom. Do Rio a Santos: Velho Litoral. São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1976.

Cotrim, Cássio Ramiro Mohallem, Villa de Paraty, Rio de Janeiro, Capivara, 2012.

Gurgel, Heitor; Amaral, Edelweiss. Paraty: Caminho do Ouro. Rio de Janeiro: Livraria São José, 1973.

Mello, Diuner José de. Paraty: Roteiro Histórico do Visitante. Ed. do autor, 1976.

Narjara do Valle Nogueira, Paraty: análise histórica do seu desenvolvimento turístico, Universidade Federal Fluminense, Departamento De Turismo, Niterói 2011

Webographie

Parati Patrimônio Cultural da Humanidade

http://ecoviagem.uol.com.br/brasil/rio-de-janeiro/parati/

Paraty: Cidade Histórica, Monumento Nacional

http://www.paraty.com.br/cidade_historica.asp

Cronologia Histórica

http://www.paraty.com.br/cronologia.asp

http://www.paraty.com.br/caminho_do_ouro.asp

Alambics

http://www.paraty.com.br/alambiques.asp

Paraty e Búzios lançam inventário turístico

http://www.turismo.gov.br/turismo/noticias/todas_noticias/20110912-2.html

Site officiel du tourisme municipal

http://www.paraty.tur.br/como_escreve.php

Les embarras de São Paulo

Exergue

Dans les rues de São Paulo circulent sept millions de voitures, 34 000 taxis (sans compter les clandestins), 15 000 autobus et près d’un million de motos, selon le Registre national des véhicules à moteur et le Detran (Departamento de Trânsito). S’y ajoutent plus de 500 000 bicyclettes, selon l’Abraciclo[1]. Plus de 70% de ces deux-roues sont utilisés pour travailler (notamment les coursiers, qui sont d’après leur syndicat plus de 200 000 dans la ville) ou pour se rendre sur le lieu de travail. Au total 43,8 millions de déplacements par jour, dont 14,3 millions à pied ou en vélo, le reste en transport motorisé (bus, train, métro, taxi, voiture et moto principalement).

Même dans une agglomération de plus de 18 millions d’habitants c’est plus qu’il n’en faut pour provoquer constamment des embouteillages de grande ampleur. La ville a battu son record de congestion au début de la soirée du 23 mai «2014 : à 19h, la ville comptait 344 km de ralentissements, 39,6% des voies sous surveillance, alors que la moyenne pour cette période est de 22,4%. La principale raison évoquée pour expliquer le record, en l’absence d’accidents graves, a été la pluie tombant un vendredi soir, quand la circulation des véhicules est la plus dense, beaucoup de Paulistanos[2] prenant ce jour-là leur voiture pour partir en week-end à la fin de la journée de travail. Le précédent record avait été enregistré le 14 novembre 2013, veille de jour férié, avec 309 km de rues et avenues bloquées à 19h.

Figure 1  Embouteillages à São Paulo

congestionamento-valoreconomico

http://www.valor.com.br/brasil/3560156/sao-paulo-registra-o-maior-congestionamento-da-historia#ixzz3CH9OlilZ

La situation des transports collectifs n’est pas beaucoup meilleure : São Paulo apparaît dans l’enquête menée par la firme qui produit l’application Moovit parmi celles où les utilisateurs passent plus de temps dans les transports. Selon cette enquête, qui compare 17 villes dans le monde, São Paulo se situe à la septième place, après six autres villes latino-américaines et Los Angeles, avec un peu plus de deux heures (121 minutes) par jour.

Figure 2 Comparaison du temps passé dans les transports publics

en_us_Servay_infographics-02-1-1024x640

http://www.moovitapp.com/how-does-your-transit-commute-compare-to-the-rest-of-the-world/

Les coûts liés à la congestion des transports ont pratiquement doublé en quatre ans, selon l’enquête menée par la FGV[3]. Les données compilées par l’économiste Marcos Cintra, vice-président de la FGV-SP en 2012, ont indiqué que les pertes ou les manques à gagner ont atteint 50 milliards de Reais (16,6 milliards d’Euros) en 2012. Cette valeur est supérieure au budget de la municipalité de São Paulo en 2013 (42 milliards de Reais), le troisième budget du pays[4].

Entrent dans le calcul le coût du temps perdu dans les embouteillages (heures de travail ou de loisirs), ainsi que celui des combustibles consommés et des dépenses de santé liés à la pollution, de ce total 75% étant des biens et services non produits pendant le temps perdus. En 2008 le total était de 33 milliards, et de 14 milliards en 2004. Selon Cintra, les facteurs prépondérants de cette augmentation des coûts pour les quatre dernières années sont la croissance de la flotte de véhicules et la baisse de la vitesse moyenne de déplacement.

En 2013, les embouteillages enregistrés dans les régions métropolitaines de Rio de Janeiro et de São Paulo ont atteint un coût de 98 milliards de Reais, selon une étude technique publiée en juillet 2014 par la Firjan[5], équivalent à 2% du produit intérieur brut du pays. Dans la seule région métropolitaine de São Paulo, le coût a été de 69,4 milliards de Reais, 7,8% du PIB métropolitain. La situation pourrait empirer si des mesures appropriées ne sont pas prises, l’étude estime que le coût de la congestion de São Paulo pourrait atteindre 120 milliards de Reais. Les investissements dans la mobilité dans la région métropolitaine finissent par ne plus avoir aucun impact dans la réduction de la congestion : « Ils réduisent le taux de croissance de la congestion, qui se développe plus lentement, mais n’inversent pas la courbe ».

Figure 3 Embouteillages nocturnes à São Paulo

Congestionamento_no_Vale_do_Anhagabaú

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Congestionamento_no_Vale_do_Anhagaba%C3%BA.JPG

Les embouteillages ne sont pas une nouveauté à São Paulo, la figure 4 montre que le problème de la circulation dans la capitale de l’État est chronique et ancienne.

Figure 4 Embouteillages en 1969-70, la vallée de l’Anhangabaú vue du viaduc Santa Ifigênia

Vale do Anhangabaú em 19691970 293296_392270864162570_1043171192_n

http://www.fashionbubbles.com/historia-da-moda/fotos-da-sao-paulo-antiga-homenagem-ao-aniversario-da-cidade/

Tenter de résoudre ces problèmes est la tâche – difficile – de la CET[6], qui s’est dotée pour cela d’instruments de mesure efficaces, dont les résultats sont accessibles sur internet. Le premier figure sur la page d’accueil de son site (http://www.cetsp.com.br/), surmontée d’un bandeau qui comptabilise les kilomètres d’embouteillages dans les principales zones de la ville, et la vitesse moyenne : la figure 5 indique que le vendredi 29 aout à 18h30 on comptait 173 km de ralentissement et une vitesse moyenne de 16km/h du centre vers la banlieue et de 18 km/h en sens inverse. Ces données sont largement consultées par les automobilistes sur leur smartphones et constamment citées par les radios d’information continue.

Figure 5 Page d’accueil du site de la CET

CET 5 ven 29+8 18h30

Il en va de même pour les cartes de saturation des principaux axes routiers, qui permettent – parfois – de fuir les plus encombrés et d’en choisir d’autres qui le soient moins.

Figure 6 Carte de saturation des axes de circulation sur le même site

Mapa de fluidez 29-8-14 ven 18h36

Enfin, toujours sur le même site, un graphique de pourcentage des axes affectés par des ralentissement permet de vérifier, heure par heure, si la situation est dans la moyenne habituelle pour ce jour de la semaine et cette période de l’année, en la cadrant entre moyenne basse, moyenne haute et maximum observée. Faute de circuler, on peut au moins avoir si l’on est victime d’un embouteillage « normal »…

Figure 7 Graphique de mesure des encombrements

Percentual de lentidao 29-8-14 ven 18h38

Au-delà des moyens déployés pour mesurer les encombrements, des mesures ont heureusement été prises pour les réduire, ainsi que la pollution qu’ils provoquent. Le principal est le rodizio[7], qui interdit à une partie des automobilistes de circuler dans le centre de la ville, aux heures de pointe, en fonction du chiffre terminal de la plaque minéralogique. Aussi appelé « opération heure de pointe », il a été mis en œuvre en 1997 pour réduire la charge de polluants dans l’atmosphère, mais son intérêt principal a vite été de réduire la congestion sur les principaux axes de la ville et a été étendu aux camions en juin 2008.

Chaque jour de la semaine les voitures dont les immatriculations se terminent par deux des dix chiffres compris entre 0 et 9 ne peuvent donc pas circuler entre 7h et 10h, puis entre 17h et 20, dans tout le centre de la ville (figure 8)

Tableau

Le tableau ci-dessus ne comprend pas les week-ends, où la restriction est levée. Le rodizio est également suspendu quelques semaines pendant les vacances de fin d’année et les vacances d’été, mais aussi les jours de « ponts » entre week-ends et jours fériés, occasions où la réduction du volume de la circulation urbaine le rend inutile. Dans de tels cas, la suspension est décidée par les autorités et dûment publiée par les médias. En outre il peut être, à titre exceptionnel, suspendu à tout moment pour des raisons qui changent la routine normale de la ville, comme les grèves dans les transports publics, où de toute façon la ville devient un chaos ingérable.

Pour les camions les restrictions sont plus strictes encore puisqu’ils doivent de plus éviter les zones et axes dits Zone Maximale de Restriction de Circulation (ZMRC), Zone Spéciale de Restriction de Circulation (ZERC) et les Voies Structurelles Restreintes (VER).

Après avoir pour un temps un peu réduit la congestion en retirant 20 % des véhicules de la circulation, le rodizio a peu à peu perdu de son efficacité, à mesure que le nombre de voitures augmentait: elle en compte aujourd’hui 40 % de plus que quand il a été institué, notamment parce que bon nombre de famille ont acheté une deuxième voiture, dite « de rodizio », dont plaque se termine par un autre chiffre, pour pouvoir rouler tous les jours.

Figure 8 Le « centro expandido », la zone à circulation restreinte par le rodizio

Rodizio 2

Source : http://www.cetsp.com.br/consultas/rodizio-municipal/como-funciona.aspx

Le Paulistano qui veut fuir les embouteillages peut-il compter sur les transports publics? Pas vraiment… Les bus sont eux aussi pris dans les embouteillages, et très chargés aux heures de pointe, et le réseau ferré est très limités et très surchargé.

Figure 9 Dans un bus paulistano

onibus-lotados

http://www.pagina13.org.br/noticias/de-uma-gestao-petista-se-espera-mais/

Si les bus de São Paulo participaient au marathon de la Saint Sylvestre (qui se court le 31 décembre dans les rues de la ville) à leur vitesse habituelle, ils n’auraient aucune chance de gagner. Selon la SPTrans (la société qui gère les transports en commun à São Paulo) ils se déplacent à 12 km/h dans les rues et à 19 km/h dans les couloirs qui leur sont réservés, alors qu’un coureur de marathon professionnel court à 20 km/h. Ce ne sont pas seulement les athlètes qui les battraient, mais aussi des charrettes tirées par deux chevaux, qui arrivent à faire 26 km/h, plus que la vitesse maximale atteinte dans les couloirs. Sur certains axes les bus ne sont pas plus rapides qu’un chameau dans le désert, dont la vitesse moyenne est aussi de 12 km/h.

À titre de comparaison on peut rappeler qu’à Paris les premiers bus à essence remplaçant les omnibus hippomobiles, mis en service en 1889, circulaient à près de 20 km/h. Hélas la situation s’est dégradée depuis lors, aujourd’hui un bus y circule, sans couloir protégé, à une moyenne de 9 km/h de vitesse commerciale[8], et lorsque son parcours est protégé par un couloir réservé, à 12km/h. Il ne reste aux Parisiens et aux Paulistanos qu’à rêver du « Superbus », le bus le plus rapide au monde, qui a été mis en service le 21 mars 2014 à Dubaï : il peut transporter 23 passagers à une vitesse de pointe de 255 km/h, le trajet de 123 km entre Dubaï et Abou Dhabi se fait en seulement 30 minutes sur une nouvelle route construite spécialement le long de l’autoroute reliant les deux villes.

Plus modestement, les bus de Sao Paulo sont devenus de 68,7% plus rapides dans les couloirs qui leur ont été réservés, selon une enquête de la CET publiée le 8 septembre 2014. Celle-ci a mesuré le temps de parcours dans les 66 sections ouvertes entre le 13 janvier et le 22 août, totalisant près de 60 kilomètres, et constaté que la vitesse moyenne des véhicules y est passée de 12,4 à 20,8 km/h. Depuis janvier 2013 ont été créés 356 km ce type de couloirs réservés aux transports publics (autobus et taxis), ce qui avec les 105 km existant avant cette date porte le total à 461 km de voies réservées.

Reste à trouver de la place dans ces bus, ou dans les métros et trains de banlieue qui, avec eux, forment le réseau des transports publics. Ça n’est pas toujours facile…

Figure 10 Entrée en gare d’un train de banlieue

CPTM TREM LOTADO METRO EXPRESSO LESTE COPA 2014

Source : http://diariodacptm.blogspot.com.br/2012_11_25_archive.html

Metrô e CPTM atingem na 6ª marca de 2 bilhões de passageiros no ano

Figure 11 Station de métro Sé, direction Corinthians Itaquera

metrolotado-56611004

Source : http://www.lidifaria.com/tag/metro-lotado/

Figure 12 Station de métro Pinheiros, un jour de grève des bus

CONCENTRAÇÃO DE PASSAGEIROS NA ESTAÇÃO PINHEIROS

Source: http://g1.globo.com/sao-paulo/fotos/2014/05/motoristas-mantem-onibus-em-garagens-em-sao-paulo.html#F1213186

Figure 13 Même station, le même jour

pinheiros_caos

Source: http://agenciat1.com.br/paralisacao-de-onibus-em-sp-fecha-terminais-e-provoca-transito-recorde/pinheiros_caos/

Dans ces conditions, pas très étonnant que les usagers aient fini par se révolter, et ce n’est pas par hasard que le prix – et les conditions de transport – des bus urbains aient été le point de départ des manifestations qui ont secoué le pays en juins 2013.

Figure 14 « Ça suffit, le Brésil s’est réveillé »

Ônibus enlatado 190613

Source: http://umbalaiodenoticias.blogspot.com.br/2013/06/cut-posiciona-se-sobre-movimentos.html

Le 14 Juin, 2013 Le président national de la CUT (Centrale Unique des Travailleurs) et son secrétaire général national déclaraient : « Les récentes manifestations contre les tarifs de transport en commun dans plusieurs capitales brésiliennes ont gagné en visibilité en raison de la répression policière et de la violence qui ont fait des centaines de blessés et provoqué une traînée de destruction, surtout à São Paulo. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues pour demander une réduction tarifaire de moins de cinquante centimes, il est clair que ce n’est pas la vraie raison, ce que les manifestations et leurs conséquences désastreuses révèlent que la population, en particulier à São Paulo, est fatiguée d’être victime de l’absence d’une politique de mobilité urbaine ».

Figure 15 Incendie de bus sur la voie publique

3971225692P-onibus-incendiado-campinas Source : http://jovempan.uol.com.br/noticias/brasil/policia/policiais-sao-os-principais-suspeitos-de-chacina-em-campinas.html

 Ces manifestations de juin 2013 n’ont pas eu de suites directes, mais elles ont amplifié un autre mode de protestation, les incendies de bus sur la voie publique, qui s’étaient déjà produits ici et là mais qui ont pris en 2014 une tout autre d’ampleur, notamment à São Paulo. Selon une enquête réalisée par la NTU[9] sur la base de rapports de police et de données des compagnies de transport, en moins de dix ans (de janvier 2004 à août 201) 1 008 bus ont été détruits dans des incendies volontaires. Cela représente des pertes de 500 millions de Reais (166 millions d’Euros) rien qu’entre janvier et août de cette année si l’on prend en compte remplacement des bus et d’autres dépenses comme les réparations, dépannages et remplacement de pièces endommagées.

Au cours de ces dix années, la ville qui a enregistré plus d’attaques de bus a été São Paulo, 289 véhicules, dont 118 rien qu’en en 2014. Les données de la NTU prennent en compte les incidents enregistrés dans 67 villes de différentes régions du pays. Les raisons des attaques sont variées, mais dans la plupart des cas, selon les enquêtes de police et des services publics, elles sont liées à des consignes donnés par les leaders du crime organisé comme démonstration de force contre l’État, ou à l’action de délinquants locaux qui se rebellent contre les actions de la police, mais dans tous les cas en exploitant le mécontentement, pour ne pas dire la révolte des usagers des transports publics. Bien sûr ceux-ci sont les premiers pénalisés par la destruction des bus mais leur exaspération est telle qu’ils en veulent plus aux autorités qu’aux responsables de la destruction des bus.

Figure 16 Localisation des bus incendiés entre 2004 et 2014

Bus incendies 3 images verticales

 Comment dire plus clairement qu’il y a à São Paulo un vrai problème de congestion, tant de la circulation des voitures particulières que des transports publics?

Sources

Cyclistes à São Paulo : http://www.ricardoribas.com.br/blog/2013/04/23/violento-transito-de-sao-paulo-e-masmorra-para-ciclistas/

Lenteur des transports publics http://blogpontodeonibus.wordpress.com/2014/08/27/rio-e-sao-paulo-entre-as-cidades-mais-congestionadas-do-mundo-aponta-moovit/

Coût des embouteillages : http://www.brasilpost.com.br/2014/07/29/custo-congestionamentos-rio-sao-paulo_n_5631329.html

Rodiziohttp://pt.wikipedia.org/wiki/Rod%C3%ADzio_de_ve%C3%ADculos_de_S%C3%A3o_Paulo

Vitesse des bus : http://blogpontodeonibus.wordpress.com/2014/09/08/onibus-ficaram-687-mais-rapidos-em-novas-faixas-exclusivas-de-sao-paulo/

Wagons réserves aux femmes : http://juntos.org.br/2013/07/vagao-preferencial-para-mulheres/

Bus incendiés : http://blogpontodeonibus.wordpress.com/2014/08/21/exclusivo-mil-onibus-queimados-no-brasil-em-10-anos/

Vitesses des bus : http://www.guiametro.com.br/site/SecaoNoticias/conteudo.php?id=216, http://www.paris.fr/pratique/deplacements-voirie/transports-en-commun/promouvoir-les-transports-collectifs/rub_385_stand_10755_port_1208 et http://french.china.org.cn/foreign/txt/2014-03/24/content_31884223.htm


[1] Association brésilienne des fabricants de motos, cyclomoteurs, scooters, vélos et similaires.

[2] Habitants de la ville de São Paulo, les Paulistas étant les habitants de l’État de São Paulo, dont elle est la capitale.

[3] Fundação Getúlio Vargas, un des centres de recherche économique les plus réputés du pays.

[4] Dépassé seulement par ceux de l’État de São Paulo et du gouvernement fédéral.

[5] Fédération des industries de l’État de Rio de Janeiro.

[6] Companhia de Engenharia de Tráfego

[7] Littéralement «roulette », pour déplacer un meuble par exemple, par extension roue à eau, puis système de restauration où l’on apporte au consommateur, à volonté, les plats dont le restaurant est a fait sa spécialité (principalement viandes rôties et pizzas). Le système évoqué ici a pris ce nom pour indiquer que l’interdiction « tourne » de jour en jour.

[8] À peine mieux que les « carrosses » à cinq sols de 1662, la première expérience au monde de transport en commun urbain, une initiative du philosophe et mathématicien Blaise Pascal : leur vitesse moyenne était de 7 km/h.

[9] Associação Nacional das Empresas de Transportes Urbanos, Association nationale des transports urbains.

La population du Brésil en 2014

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) a publié, ce 28 août 2014[1], les estimations de la population résidant dans les 5 570 communes brésiliennes à la date de référence du 1er Juillet 2014. Il estime que le Brésil a actuellement 202,7 millions d’habitants et a eu un taux de croissance de 0,86% de 2013 à 2014.

La commune de São Paulo reste la plus peuplée, avec 11,9 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions), Salvador (2,9 millions), Brasília (2,9 millions) et Fortaleza (2,6 millions). Les 25 communes les plus peuplées ont totalisé 51,0 millions d’habitants, soit 25,2% de la population totale du pays.

Cette publication annuelle[2] obéit à la loi complémentaire n° 59 du 22 Décembre 1988, et à l’article 102 de la loi n° 8443 du 16 Juillet 1992, estimations de population sont essentielles pour le calcul des indicateurs économiques et socio-démographiques entre les périodes et sont également l’un des paramètres utilisés par la Cour des comptes dans la distribution du Fonds de participation des États et des communes.

Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié au Diário Oficial da União (DOU) le même jour. Elle peut également être consultée sur la page www.ibge.gov.br/home/estatistica / population / estimativa2014 . Une analyse complète des estimations de la population se trouve à l’adresse suivante : http://www.ibge.gov.br/home/presidencia/noticias/pdf/analise_estimativas_2014.pdf

Les 25 communes les plus peuplées

Ordre État Commune

População   2014

SP São Paulo

11 895 893

RJ Rio de Janeiro

6 453 682

BA Salvador

2 902 927

DF Brasília

2 852 372

CE Fortaleza

2 571 896

MG Belo Horizonte

2 491 109

AM Manaus

2 020 301

PR Curitiba

1 864 416

PE Recife

1 608 488

10º RS Porto Alegre

1 472 482

11º PA Belém

1 432 844

12º GO Goiânia

1 412 364

13º SP Guarulhos

1 312 197

14º SP Campinas

1 154 617

15º MA São Luís

1 064 197

16º RJ São Gonçalo

1 031 903

17º AL Maceió

1 005 319

18º RJ Duque de Caxias

878 402

19º RN Natal

862 044

20º MS Campo Grande

843 120

21º PI Teresina

840 600

22º SP São Bernardo do Campo

811 489

23º RJ Nova Iguaçu

806 177

24º PB João Pessoa

780 738

25º SP Santo André

707 613

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis

Toutes ensemble, ces communes ont 51 077 190 habitants, 25,2% de la population du pays.  Hors de la capitale, les plus peuplées sont Guarulhos (1,3 million), Campinas (1,2 million), São Gonçalo (1,0 million), Duque de Caxias (878 400), São Bernardo do Campo (811 5000), Nova Iguaçu (806 200), Santo André (707 600), Osasco (693 300) et de São José dos Campos (681 000).  Les 25 communes les plus peuplées hors des capitales d’États représentent un total de 17,0 millions d’habitants, soit 8,4% de la population totale.

Serra da Saudade, dans l’État de Minas Gerais est la municipalité brésilienne de plus petite population, estimée à 822 habitants en 2014, suivie par Bora, dans celui de São Paulo, avec 835 habitants : actuellement, ce sont les deux seules villes de moins de mille habitants.  La population des 25 communes les moins peuplés totalise 32 946 habitants, ce qui représente environ 0,02% de la population totale du Brésil.

Parmi les régions métropolitaines, celle de São Paulo reste la plus peuplée, avec 20,9 millions d’habitants, suivie par celles de Rio de Janeiro (11,9 millions d’habitants), de Belo Horizonte (5,8 millions d’habitants), de Porto Alegre (4,2 millions d’habitants) et la « zone de développement intégrée (RIDE) » du District fédéral et des régions avoisinantes (4,1 millions d’habitants).  Les 25 régions métropolitaines les plus peuplées totalisent 87,0 millions, soit 42,9% de la population totale

Population des régions métropolitaines

Ordre Région Métropolitaine

Population   2014

%   Population totale

RM São Paulo

20 935 204

10,32%

RM Rio de Janeiro

11 973 505

5,91%

RM Belo Horizonte

5 767 414

2,84%

RM Porto Alegre

4 161 237

2,05%

Ride DF e Entorno

4 118 154

2,03%

RM Salvador

3 919 864

1,93%

RM Recife

3 887 261

1,92%

RM Fortaleza

3 818 380

1,88%

RM Curitiba

3 414 115

1,68%

10º RM Campinas

3 043 217

1,50%

11º RM Manaus

2 478 088

1,22%

12º RM Goiânia

2 296 678

1,13%

13º RM Belém

2 129 515

1,05%

14º RM Grande Vitória

1 884 096

0,93%

15º RM Baixada Santista

1 781 620

0,88%

16º RM Natal

1 462 045

0,72%

17º RM Grande São Luís

1 403 111

0,69%

18º RM Maceió

1 246 421

0,61%

19º RM João Pessoa

1 195 904

0,59%

20º RM No/Ne Catarinense

1 191 558

0,59%

21º Ride Teresina

1 180 930

0,58%

22º RM Florianópolis

1 111 702

0,55%

23º RM Aracaju

912 647

0,45%

24º RM Vale do Rio Cuiabá

871 729

0,43%

25º RM Londrina

818 300

0,40%

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis  RM = Região Metropolitana e RIDE = Região Integrada de Desenvolvimento

Ensembl, ces régions métropolitaines comptent 87 002 695 habitants, 42,91% du total national

Pour compléter le communiqué de presse de l’IBGE, qui se poursuit avec une analyse de la croissance par taille de population des communes (et qui montre que ce sont les villes de taille moyenne qui ont la croissance la plus rapide), nous avons créé une carte à partir de ces données et des données du recensement démographique 2010 de l’IBGE

Population des communes en 2014

Variation 2010-2014 Jenks              Les cercles y sont proportionnels à la population communale en 2014 et la couleur représente sa variation par rapport à celle de 2010[3] : la carte confirme la tendance de ralentissement de la croissance des villes, les plus forts taux figurant dans des communes moyennes ou petites. Ils mettent en évidence la croissance de la zone du Centre-Ouest où se développent les productions de soja, de maïs et de coton. Apparaissent ainsi clairement les axes de la BR153 (Belém-Brasilia), BR163 (Cuiabá-Santarém) et BR364 (Cuiabá-Porto Velho). Une autre région qui a connu une forte croissance démographique (avec un tout autre système de production), a été le Pará oriental et le « bec de perroquet » du Nord Tocantins. On note enfin des taux élevés à ​​la périphérie de la région métropolitaine de São Paulo, sur la côte de Rio de Janeiro, en Espírito Santo et dans le sud de Bahia.


[1] Le texte ci-dessous est fondé sur le communiqué de presse publié par l’IBGE, http://saladeimprensa.ibge.gov.br/noticias?view=noticia&id=1&busca=1&idnoticia=2704, et complété par une carte originale.

[2] En 2013, l’IBGE a publié la population projetée pour les unités de la fédération du pays, par sexe et par âge, par la méthode des composantes démographiques, ce qui représente une amélioration méthodologique. Ainsi, les estimations de la population résidente pour les communes, à la date de référence du 1er Juillet 2014, ont été préparées à partir de cette projection pour chaque État, en intégrant les résultats des paramètres démographiques calculées sur la base des résultats de recensement de 2010 et les dernières informations des registres de naissances et de décès.

[3] En % de la population 2010. Les couleurs chaudes (jaune, orange et rouge) indiquent une augmentation, le bleu une diminution.

Pourquoi le titre Braises ?

Ce billet aurait dû être écrit dès le début de la publication du carnet pour expliquer à ses lecteurs le choix de son titre : pourquoi Braises (sous-titré, « dynamiques d’un grand pays émergent, le Brésil », porte-t-il ce titre?

Plusieurs raisons convergentes m’ont mené à ce choix. D’abord – avec son accord – en référence et en hommage à la revue Braise que Michel Riaudel[1] a animée de 1984 à 1986, (puis continué comme Infos Brésil de 1987 à 2006), excellente revue consacrée à l’actualité sociale et culturelle du Brésil, au Brésil et en France.

Ensuite parce que je souhaitais un titre qui évoque le Brésil par ses connotations, pour certaines collectives et partagées explicitement ou non avec mes futurs lecteurs, pour d’autres plus privées, personnelles ou communes à de petits groupes de collègues et amis.

La première connotation est partagée – excusez du peu – avec Claude Lévi-Strauss, qui écrit dans les premières pages de Tristes Tropiques, évoquant l’idée qu’il se faisait du pays avant d’y débarquer :

« Le Brésil s’esquissait dans mon imagination comme des gerbes de palmiers contournés, dissimulant des architectures bizarres, le tout baigné dans une odeur de cassolette, détail olfactif introduit subrepticement, semble-t-il, par l’homophonie inconsciemment perçue des mots Brésil et grésiller, mais qui, plus que toute expérience acquise explique qu’aujourd’hui encore je pense d’abord au Brésil comme à un parfum brulé ».

D’autres associations existent entre Brésil et braises, à commencer par le nom du pays, qui vient d’un bois local couleur de braise, le pau brasil. Ce « bois de braise », de son nom scientifique Caesalpinia echinata, a en effet la particularité d’avoir un bois rouge vif qui peut être utilisé pour teindre les étoffes et les Portugais en ont fait le commerce dès le XVIe siècle, faute d’avoir trouvé des mines d’or et d’argent, contrairement à leurs concurrents espagnols.

Figure 1 Pau Brasil, le bois de braise

pau br

http://mariamachado.blog.com/index.php/2012/01/05/o-pau-brasil/

L’étymologie du mot « braise » lui-même vient selon le Littré[2], de l’ancien allemand, bras, feu, et brasen, brûler, il est selon le site Ortolang[3], un terme d’origine obscure, peut-être germanique[4], attesté dès le Xe siècle en latin médiéval dans le domaine nordique. On suppose que le radical bras a ensuite été importé par les Goths dans le monde latin et de là dans les langues dérivées du latin. En français il est attesté vers 1170 sous la forme breze pour désigner du bois réduit par la combustion à l’état de charbon ardent et en 1176 chez Chrétien de Troyes au sens figuré de « flamme, ardeur ».

Il est à noter qu’avant de prendre ce nom évocateur de la couleur du bois, et donc de la chaleur de la braise qu’il rappelait, la terre découverte par Pedro Álvares Cabral en avait porté d’autres, comme Ilha de Vera Cruz, Terra de Santa Cruz, Nova Lusitânia, Cabrália, Terra dos papagaios, etc. Cabrália se référait à son « découvreur », Nova Lusitânia au nouvel espace d’expansion – dont on ne soupçonnait pas l’étendue – acquis par le Portugal. Vera Cruz et Santa Cruz (vraie croix et sainte croix), références religieuses furent les premières utilisées et Pero Vaz de Caminha date son rapport sur la « découverte » de cette nouvelle terre le 1er mai 1500 « de Porto Seguro de Vera Cruz ».

Figure 2 La lettre de Pedro Vaz de Caminha

cartapvc

Terra dos papagaios, « terre des perroquets » se réfère aux oiseaux multicolores et bruyants qui enchantèrent les premiers visiteurs et devinrent rapidement une profitable marchandise d’exportation, la toute première. Mais le terme qui s’imposa et supplanta tous les autres est donc celui qui dérive du bois de braise, premier des « cycles » économiques (avant le sucre, l’or, le café, le caoutchouc) qui ont rythmé l’histoire du Brésil autour de produits d’exportations. Certains verront dans cette prédominance du lucre sur la religion et l’attachement aux racines ibériques un indice de ce qui attendait le pays…

Si cette origine est l’objet de consensus pour la plupart des auteurs, il existe pourtant d’autres hypothèses, défendues avec ardeur par d’autres. Selon certains le nom du pays dérive de celui de de Balj ibn Bishr premier conquérant de l’Andalousie. Le nom de de guerrier était prononcé de différentes manières et, au fil des ans, son nom est entré dans l’histoire comme « Brasile ».

Pour d’autres son nom vient de celui d’une île mythique appelée Brazil (avec un s ou un z) ou Hy-Brazil. Cette légende, née chez les Celtes irlandais, en fait une des îles mystérieuses, peuplé de magiciens, parmi d’autres mythes, comme celui des Îles Fortunées. Lorsqu’il était indiqué sur les cartes marines, dès le XIVe siècle, son emplacement était généralement situé à l’ouest ou au sud-ouest de l’Irlande, puis à mesure des progrès de la navigation dans les Açores, puis dans les Caraïbes. Lorsque sa dernière observation sur une carte marine, en 1865, l´île était devenue plus modestement Brasil Rock.

Figure 3 L’île Brasil

7498336564_8f674df0cf_b

http://bigthink.com/strange-maps/572-the-phantom-island-of-brazil

Même improbable, cette hypothèse sur l’origine du nom du pays a l’avantage – et nous entrons là dans le domaine des connotations subjectives et personnelle – d’établir une association entre le Brésil et la Bretagne, où j’ai passé mon enfance et mon adolescence.

C’est parfois un simple jeu de mots, peut-être involontaire, comme dans le nom de l’entreprise Transports Breiz Ile, installée au Palais, dans l’île bretonne de Belle-Ile-en-Mer. Il est probablement volontaire dans celui de la crêperie Breizh’ilien de Trévou-Tréguignec, dans les Côtes d’Armor. Dans le cas de la firme de production de liqueurs artisanales BreiZ’île, de Camaret sur Mer, la liaison est devenue explicite avec le lancement d’un collector pour la Coupe du Monde de football 2014 au Brésil.

 Figure 4 BreiZ’île

Breiz-il

http://www.breiz-ile.fr/

D’autres ont suivi en lançant des produits dérivés (tee-shirts, boissons gazeuses, etc.) en jouant sur l’association Brésil-Bretagne-football.

Figure 5 Campagnes publicitaires

Montage de pubs

Pour d’autres l’association n’est pas de circonstance, elle reflète des collaborations volontaires entre Bretagne et Brésil. C’est le cas de Breizh-il, une association loi 1901 déclarée à la Préfecture d’Ille et Vilaine le 28 septembre 2004, dont le siège se situe à Rennes. Les membres fondateurs sont des Français ayant vécu plusieurs années au Brésil et des Brésiliens résidant en Bretagne. L’association, à but non lucratif, a pour objectif d’organiser toute action de nature à créer, favoriser, aider, promouvoir et développer les échanges entre la Bretagne et le Brésil, à caractère principalement scientifique et technique (notamment les liens étroits entre le Département de géographie de l’Université Rennes 2 avec ses partenaire brésiliens), mais qui peuvent être également culturels, artistiques, touristiques ou sportifs.

Figure 6 L’association Breizh-il

Brez-il

http://www.bresilarennes.fr/

Il s’en est même failli de peu pour que le rapprochement Ille et Vilaine – Brésil ne devienne plus officiel, au moins dans la dénomination des habitants :

« L’idée de trouver un ethnonyme aux habitants d’Ille-et-Vilaine est née d’une consultation informelle lancée par le journal Ouest France en janvier 2012. Près de 9 000 internautes s’étaient prononcés. C’est «Breizh-Illien» qui, parmi dix propositions, avait recueilli le plus de voix avec 38,5 % de suffrages. Face au succès de ce sondage, le conseil général s’est inspiré de cette consultation »[5].

Malgré la volonté populaire ainsi exprimée « Les 53 conseillers généraux du département ont choisi le nom de Brétilliens et Brétilliennes ». Dommage, il aurait été assez réjouissant – pour moi du moins – que par ce retour inattendu la mythique île celtique fasse son retour en Bretagne, même par un détour via la « braise » gothique, le bois tinctorial et le pays fascinant qui est l’objet de Braises.


[1] Aujourd’hui Maître de Conférences à l’Université de Poitiers.

[4] Tout comme mon patronyme, arrivé dans la future France par les Francs qui s’y établirent au Ve siècle.

Un grand domaine viticole au cœur du «polygone de la sécheresse»

Un des derniers endroits au monde – à l’exception peut-être du Sahara et du désert de Gobi – où l’on s’attendrait à trouver une grande exploitation viticole est sans doute la partie la plus sèche du « polygone de la sécheresse »  du  Nordeste du Brésil. Pourtant, grâce aux eaux du rio São Francisco, qui la traverse de part en part, y est apparu depuis une trentaine d’années un vaste ensemble de vergers irrigués (figure 2), principalement consacré aux fruits (mangues, melons, raisins de table), mais aussi la seule grande région viticole du pays hors du Rio Grande do Sul, où se concentrait jusque-là l’essentiel de sa production. Elle présente déjà près de 15% de la production nationale et  emploie environ 30 000 personnes.

Figure 1 La vallée du São Francisco et le « polygone de la sécheresse »

Annales Geo 1

Ce sont, d’après ses viticulteurs, les vignobles les plus proches de l’Équateur de toute la planète, ils sont situés à 9° de latitude sud (et 40° W de longitude ouest), à une altitude d’environ 350 m, avec des précipitations annuelles moyennes de 500 mm, principalement concentrés en mars et avril, une température moyenne de 27ºC et 50% d’humidité relative de l’air. Le gros avantage de cette situation, dans le polygone de la sécheresse mais avec d’abondantes ressources en eau pour l’irrigation, est de donner aux viticulteurs la complète maîtrise des apports hydriques. Après la vendange il suffit de cesser d’irriguer pour que la vigne subisse un stress hydrique qui fait tomber ses feuilles et la fait entrer en dormance, tout comme l’hiver le fait dans les régions tempérées. Mais à la différence de celles-ci, au lieu d’attendre le printemps il suffit, une quinzaine de jours plus tard, de rouvrir les vannes pour que la vigne commence un nouveau cycle végétatif, ce qui permet d’obtenir deux, voire trois récoltes par an. De plus, rien n’oblige à synchroniser toutes les parcelles, il est au contraire plus avantageux de décaler leurs dates de production, ce qui permet d’étaler tout au long de l’année les opération d’entretien, de taille, les vendanges et la vinification. On peut donc avoir côte a côtes des parcelles de ceps nus, d’autres en pleine floraison ou d’autres encore où les vendanges sont en cours (figure 3).

Ces vignobles du São Francisco comptent environ 10 500 ha de vignes, dont 500 de vitis vinifera pour la production de vin, le reste étant destiné à la production de raisin de table. Les cépages utilisés sont le syrah, le cabernet-sauvignon et le cabernet rubis (croisement de cabernet-sauvignon et de carignan), pour les vins rouges, et le chenin blanc et le muscat canelli (ou muscat blanc) pour les blancs. La région produit 7 millions de litres de vin par an, 80 % de vin rouge et 20 % de vin blanc.

Figure 2 La région de fruticulture  irriguée de Petrolina-Juazeiro

PE Petrolina e irrigação 2bis p

© Hervé Théry 2014

Les vignes sont présente dans la région depuis l’installation des premiers grands périmètres irrigués, dans les années 1970. En 1984, la Maison Forestier, du Rio Grande do Sul,  a commencé à tenter d’y produire du vin. En 1985, les premières bouteilles étaient mises sur le marché, à l’initiative de l’œnologue Ineldo Tedesco, descendant d’immigrants italiens qui avaient maintenu la tradition de la culture du raisin et de la production de vins dans le Rio Grande do Sul région. En 2004 le vin baptisé «parallèle 8 », pour bien souligner l’originalité de cette région viticole, était le premier cru brésilien à apparaître dans le magazine Wine Spectator, publication de référence sur le sujet. En 2008, un autre vin local s’est classé parmi les dix premiers dans une dégustation à l’aveugle menée par des experts au salon Expovinis de São Paulo,  plus grand salon du vin d’Amérique latine.

Figure 3 Production de raisins près de Petrolina en 1977

Vignobles 1977

© Hervé Théry 1977

 

La Vinícola Ouro Verde

L’exploitation viticole Ouro Verde a été créée en 2000 par le Miolo Wine Group à Casa Nova, sur la rive bahianaise du fleuve. Le groupe en possédait  déjà quatre dans d’autres régions viticoles brésiliennes : la Vinícola Miolo (Vallée des Vignes, Rio Grande do Sul), Seival Estate (Campanha, Rio Grande do Sul), Vinícola Almadén (Campanha, Rio Grande do Sul) et RAR (Campos de Cima da Serra, Rio Grande do Sul). En outre, il est associé dans de joint-ventures internationales avec des partenaires comme Costa Pacífico (Chili), Osborne (Espagne), Los Nevados (Argentine), Podere San Cristoforo et Giovanni Rosso (Italie).

Acquise en partenariat avec la Vinícola Lovara, la vinícola Ouro Verde dispose actuellement de 800 hectares, dont 200 hectares de vignobles, et représente un investissement d’environ 30 millions de Reais (10 millions d’Euros). Elle a expérimenté plus de 20 variétés différentes de raisins pour tester leur capacité d’adaptation à la région. Le meilleur résultat pour les vins rouges ont été obtenus par le cépage Tempranillo, et la Miolo parie également sur le succès d’une vendange tardive de cépage petit manseng (le cépage de base du jurançon, avec le gros manseng), qui donne des vins de dessert liquoreux et très sucrés, très appréciés sur le marché brésilien.

Figure 4 Localisation de la propriété

1 Localisation

Source : Google Maps

Figure 5 La cantina, siège de la propriété

2 Siège

© Hervé Théry 2014

La capacité de production de la vinícola Ouro Verde est d’un million de litres par an, les vignes étant irriguées par un système de goutte à goutte grâce l’eau du São Francisco, tout proche. Elle produit les mousseux Terranova Brut, Terranova Demi-Sec et Moscatel, les vins Reserva Cabernet-Sauvignon/Shiraz, Shiraz, Dry Muscat et vin le de dessert Late Harvest (Vendanges Tardives). Les vins mousseux brut et demi-sec sont produits par le procédé Charmat (seconde fermentation en cuve close) dans des autoclaves à température contrôlée. Ce sont des vins jeunes, produits et embouteillés immédiatement afin de préserver les caractéristiques naturelles du produit.

Figure 6 Pressoir et embouteillage

4 Pressoir et embouteillage

© Hervé Théry 2014

Sont également produits un mousseux de marque Oveja Negra, pour la joint-venture Via Sul avec le Via Wines Group chilienne et du brandy Osborne, fruit de l’alliance passée avec Osborne, le plus grand fournisseur de brandy d’Espagne, pour en élaborer au Brésil et commercialiser ses vins produits en Espagne. Le partenaire se charge de la technologie et de la supervision de la production, une opération qui a exigé des investissements de cinq millions de Dollars en nouveaux vignobles, distilleries et infrastructures. Aujourd’hui, la production d’Ouro Verde est égale à celle d’Osborne en Espagne.

Le processus de fabrication, à partir du cépage Muscat, comporte deux étapes distinctes, une distillation continue dans laquelle 4 litres de vin donnent environ 1 litre d’un produit léger fruité (qui représente environ 70 % du volume final) et une distillation discontinue, menée avec du matériel importée de Cognac ( figure 7) qui fournit une « essence de cognac » représentant environ 30% du volume final. À la fin est ajouté un extrait spécifique qui est envoyé d’Europe par Osborne.

Figure 7 La distillation

5 Distillation

© Hervé Théry 2014

Le vieillissement est mené dans des barils de chêne, importé des États-Unis ou de France, qui ont auparavant été utilisés dans l’élaboration des vins rouges pendant cinq ans. Le fait de pouvoir étaler les vendanges tout au long de l’année permet une optimisation du processus production et de maximiser l’utilisation de l’équipement de distillation.

Figure 8 Les tonneaux de vieillissement

6 Vieillisement

© Hervé Théry 2014

Une activité complémentaire, l’œnotourisme

Ouro Verde n’est pas seule exploitation viticole de la région. ViniBrasil est le résultat une joint-venture entre la maison Expand et l’entreprise portugaise Dão Sul, qui produit des vins dans les principales régions viticoles du Portugal. Elle a ses vignes à Lagoa Grande, à 60 km de Petrolina, 2 000 hectares, dont 200 sont en pleine production, une superficie qui devrait être portée à 500 hectares dans les années à venir, en cépages cabernet-sauvignon, merlot et syrah, ainsi que des cépages portugais.

La plupart de ces exploitations viticoles ont en commun de s´être ouvertes au visiteurs amateurs d’« œnotourisme ». ViniBrasil et Garziera reçoivent également les visiteurs. Ouro Verde a ouvert en octobre 2008 une boutique de vente de ses vins et de prpduits dérivés, et propose visites guidées et dégustations accompagnées par un œnologue. Elle reçoit plus de 20 000 touristes par an, un nombre encore faible par rapport au potentiel touristique de la région, mais nettement en hausse par rapport aux 7 937 personne qui avaient visité le site en 2009 et aux 10 224 de 2010. À titre de comparaison, les exploitations viticoles de la Serra Gaucha, dans le Rio Grande do Sul, reçoivent chaque année environ 130 000 touristes.

Figure 9 La boutique de vente

7 Produits

© Hervé Théry 2014

Figure 10 La dégustation

8 Degustation

© Hervé Théry 2014

Grâce à cette politique de développement de l’œnotourisme les groupes viticoles font un peu de vente directe et surtout font connaître leurs nouvelles zones de production, tout en dotant la région d’une nouvelle attraction touristique, comme en témoigne le panneau d’accueil des visteurs à Ouro Verde (figure 11) : il associe dans une même image vignobles et barriques de chêne aux bateaux de promenade sur le São Francisco et aux carrancas, les figure de proues qui ornaient naguère les barques traditionnelles.

Figure 11 Panneau mural du centre d’accueil des visiteurs à Ouro Verde

9 Publicité

© Hervé Théry 2014

 

Références

Viticulture régionale:       http://www.viticultura.org.br/materias/index.php?id=59Vale du São FranciscoMiolo:         http://www.miolo.com.br/controller.php

Vinícola Ouro Verde       https://www.youtube.com/watch?v=xGpdoOWb_IE

Gérer les communes: titulaires, stagiaires et contractuels

L’analyse et la cartographie des informations sur les municipalités permettent de repérer quelques dimensions du développement local en mettant en relief des indicateurs – parfois préoccupants – sur leur fonctionnement. La base de travail sont des données publiées par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique), le Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008), comparables à celles de l’Inventaire Communal, publié naguère par l’INSEE: comme dans celui-ci les données sont déclaratives, elles sont fondées sur les réponses faites aux questionnaires de l’IBGE par les 5 565 communes que compte le Brésil[1]. Comme le nombre de variables est grand, nous en avons choisi quelques-unes portant sur la structure organisationnelle, les aspects juridiques de la planification municipale et surtout sur les ressources humaines disponibles, trois domaines qui indiquent si les autorités locales ont (ou pas) les moyens de faire avancer la réalisation de leurs plans. Dans la dimension organisationnelle on a choisi la capacité à percevoir des impôts et la législation disponible pour la conservation des sites et du patrimoine. Dans la dimension de la planification municipale, l’existence de plans directeurs et de zones industrielles, prévus ou mis en œuvre. Enfin, les éléments sur les ressources humaines portent sur la formation des élus et le nombre des employés municipaux, permanents ou non. Pour concevoir, mettre en œuvre et appliquer leurs politiques, les municipalités doivent en effet pouvoir compter sur une administration efficace, ce qui nécessite une qualification de son personnel et de ses représentants élus, à commencer par le maire[2]. De ce point de vue, il existe de profondes différences entre les régions du Brésil, et l’Amazonie est bien représentative de la diversité des niveaux d’études suivies par les élus communaux, depuis des maires qui n’ont pas terminé l’école primaire jusqu’à ceux qui ont obtenu un diplôme universitaire, en passant par ceux qui ont terminé l’équivalent du lycée. Dans le reste du pays prédominent des deux derniers types, tandis que dans l’état de Piauí, le plus pauvre du pays, compte bon nombre de maires ayant seulement suivi l’enseignement primaire. Une autre information intéressante est la présence – rare – des femmes en politique, elles sont environ 10 % (512 maires de sexe féminin contre 5 046 hommes), mais sans répartition spatiale claire. Une première donnée qui aide à évaluer la capacité de gestion est le nombre des employés municipaux par rapport à la population locale. La figure[3] 1 montre une nette opposition spatiale, de plus fortes proportions d’employés pour 10 000 habitants dans le Nordeste (nord-est du pays, sa région la plus pauvre), alors que dans le Centre-Sud elles sont plus faibles. Le gouvernement municipal est visiblement une source importante d’emploi dans le Nordeste, contrairement au Centre-Sud – excepté l’État de Rio Janeiro – où, bien que les chiffres absolus soient beaucoup plus élevés, les proportions sont plus basses car il existe des alternatives d’emploi dans d’autres activités économiques.

Figura 1 Nombre et proportion des employés municipaux dans la population de la commune

Fr-Total de funcionários por 10 000 hab por microregiao

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Source: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

Pour approfondir l’analyse des conditions dans lesquelles travaillent ces employés, on peut distinguer un autre élément, leur statut stable ou précaire, puisque la force d’une gestion municipale dépend en partie de la stabilité de son personnel technique et administratif, qui assure la continuité des activités administratives et techniques alors que chaque élection peut provoquer des changements parmi les dirigeants municipaux. La figure 2 montre que dans le Nord amazonien, le Nordeste et dans l’intérieur de l’État de São Paulo, la proportion est souvent inférieure à 52 % (cercles rouges), alors que dans le District fédéral la proportion d’actifs sous administration directe est majoritaire (cercles verts), ce qui n’a rien de très d’étonnant puisqu’il s’agit de la capitale fédérale, siège de chacune des trois branches de l’État brésilien, exécutif, législatif et judiciaire. Les municipalités de Rio de Janeiro et São Paulo sont dans la même situation, ainsi que la plupart des capitales d’État, parce qu’elles ont besoin d’une administration stable. La même chose se produit dans trois États du Sud et leurs projections – via la migration de leurs habitants – vers les régions pionnières du Centre-Ouest.

Figura 2 –  Proportion des titulaires dans le total des employés municipaux

Fr-Estatutarios no total de funcionários ativos da administração direta

©Hervé Théry eNeli de Mello-Théry.

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

Pour compléter les effectifs du personnel communal statutaire, deux solutions sont possibles, le recours à des stagiaires ou à des contractuels. La figure 3 montre la part des stagiaires dans le total des employés municipaux, très forte dans le sud-est du pays, avec des points de concentration dans les grandes villes universitaires, en particulier São Paulo et Rio de Janeiro, suivies par le District fédéral et certaines capitales d’États fédérés du Nord-Est. Le fait que les meilleures universités publiques et privées du pays se situent dans ces villes implique qu’y vivent un nombre élevé d’étudiants, qui recherchent dès la première année universitaire les structures publiques ou privées où ils puissent développer et améliorer leurs pratiques professionnelles. Mais cela peut parfois aller trop loin et il n’est pas rare de trouver des services municipaux constitués uniquement d’un responsable et d’un groupe de stagiaires… Si ce statut est utile pour l’apprentissage de l’étudiant, en lui permettant d’entrer tôt dans le monde du travail, y recourir peut dispenser – au moins en apparence –  l’institution publique de chercher à former une main-d’œuvre qualifiée permanente. En apparence seulement, car lorsque le stagiaire atteint un bon niveau dans l’exercice de ses fonctions, il est habituellement sur le point de partir. Le processus de formation devient un éternel recommencement, tous les deux ou trois ans il doit être repris en commençant à zéro.

Figura 3 Proportion des stagiaires dans le total des employés municipaux

Fr-Estagiarios no Total de funcionários ativos da administração direta

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

 L’autre façon de compléter les effectifs des fonctionnaires municipaux permanents est d’avoir recours à des contractuels, engagés de gré à gré sur des contrats temporaires. Dans le Nord amazonien, le Nordeste et dans l’État de Rio de Janeiro de nombreux employés travaillent sans contrat permanent. Ils peuvent occuper des postes de gestion ou de conseil (formant une sorte de cabinet du maire), mais aussi des postes de moindre responsabilité, ce qui est bien moins justifiable, dans tous les cas le recrutement est fait directement par les autorités municipales, sans mise en concurrence. Il est fréquent que cela ouvre la porte au clientélisme ou même au népotisme. Celui-ci est légalement interdit mais il n’est pas très difficile de contourner les règles en faisant recruter des parents par d’autres responsables politiques, en échange de services du même ordre à une prochaine occasion. Spatialement le plus grand pourcentage de ce type de recrutement (plus de la moitié du personnel communal, avec des proportions qui peuvent atteindre 97 %) est concentré dans le Nordeste. Outre le favoritisme, le pourcentage d’employés sans contrat permanent peut également être un effet pervers de l’afflux des royalties pétrolières, comme dans l’État de Rio de Janeiro.

Figura 4 – Proportion des contractuels dans le total des employés municipaux

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Fr-Sem vinculo permanente no Total de funcionários ativos da administração direta

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

La cartographie des données du Perfil dos Municípios Brasileiros révèle donc des  indicateurs intéressants sur le fonctionnement des municipalités et de leur capacité à être des vecteurs des politiques publiques. Ces cartes révèlent les grandes disparités qui caractérisent encore le territoire brésilien, et par conséquent les capacités inégales des gouvernements locaux à planifier, exécuter et contrôler des actions publiques susceptibles de peser sur l’organisation des territoires.

Bibliographie IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008, http://www.ibge.gov.br/munic2008/ e http://downloads.ibge.gov.br/downloads_estatisticas.htm MOURA, Rosa. « Gestão desarticulada: políticas urbanas em tempos de ajuste estrutural », In Spósito, M. E. Beltrão: Urbanização e Cidades, 2001, pp. 331-356. MELLO-THÉRY, N. A. de; THÉRY, H. Políticas públicas territoriais e inclusão social. In: Wagner Costa Ribeiro. (Org.). Governança da ordem ambiental internacional e inclusão social. São Paulo, Annablume Editora e Comunicação, 2012, v., p. 199-221. VITTE, Claudete de Castro Silva. « Planejamento urbano, sustentabilidade urbana e qualidade de vida: considerações sobre o significado de cidade e de cidadania no início do século XXI » In KEINERT, Tânia M. M. e KARRUZ, Ana Paula (orgs.) Qualidade de vida: observatórios, experiências e metodologias, São Paulo,  Annablume/Fapesp, 2002. pp. 21-38.


[1] Soit 6,5 fois moins de communes que la France sur un territoire près de seize fois plus vaste.
[2] Ce billet ne reprend qu’un élément, la partie sur le personnel municipal, d’une communication présentée par Hervé Théry e Neli de Mello-Théry au VIIe Congrès du CEISAL (Consejo Europeo de Investigaciones Sociales de América Latina), intitulé “Memoria, presente y porvenir”, qui s’est tenu à Porto en juin 2013, texte  qui sera publié (en portugais) dans les Actes du congrès
[3] Ces données ont été cartographiées en utilisant les logiciels Philcarto (http://philcarto.free.fr/) et Cartes et Données (http://www.articque.com/solutions/cartes-et-donnees/).

Géographie du futebol

Quand l’attention ne se focalise pas sur la Coupe du Monde, tous les quatre ans, le Brésil suit avec passion sa Coupe et ses championnats nationaux, tout aussi disputés. Les programmes de télévision, les radios et les journaux font place belle au sport-roi et dans tout le pays les dimanches après-midis sont consacrés aux matches et les lundis matins à commenter les résultats du week-end, nationaux, régionaux et locaux.

Au vu des résultats, et malgré toute l´énergie déployée par les petites équipes, on ne peut toutefois que constater que le succès va généralement aux équipes des grandes villes, et que comme disait Voltaire, « Dieu est toujours pour les gros bataillons »[1]. Malgré quelques exceptions, comme le Santos où s’illustra Pelé, on a l’impression que la hiérarchie footballistique suit de près la hiérarchie urbaine. On peut toufefois vouloir le vérifier, c’est ce que j’ai fait dans une recherche à paraître d’une part dans un livre dirigé par Bertrand Piraudeau, d’autre part (sous forme plus brève) dans un article de la revue Jurisport: l’idée était de mesurer si les deux hiérarchies coïncident, ou si elles diffèrent sur quelques points, de chercher des corrélations et voir s’il n’existerait pas quelques facteurs spécifiques.

On a pour cela une base statistique solide, la CBF (Confederação brasileira de futebol), tient des comptes minutieux des résultats, publiés sur son site (http://www.cbf.com.br/), et l’on dispose donc de données pour vérifier ou invalider cette hypothèse, notamment par un traitement cartographique[2].

Les données disponibles en janvier 2014, qui portent sur l’ensemble de l’année 2013 pour les quatre ligues nationale (ici appelées séries A, B, C et D), permettent non seulement de vérifier que les équipes des série A et B sont en effet les meilleures (la série B paraissant plus pugnace, sans doute pour tenter de « monter » en série A). Elles montrent aussi, rien qu’en calculant la population moyenne des villes où les clubs sont installés, que celle-ci va en décroissant avec les séries, de plus de 2,5 millions d’habitants pour la série A à un peu plus d’un demi-million pour la série D. Elles permettent enfin de construire des cartes montrant localisation et poids démographique des villes-sièges des équipes disputant ces épreuves.

 Population communale et classification du meilleur club de la ville

Population et classification

 

Sur le site de la CBF figure en outre un classement complet des clubs, au-delà de ceux qui jouent dans le quatre séries du championnat, résultat d’un travail complexe de traitement des résultats puisqu’il prend en compte à la fois leurs résultats dans les matchs de Coupe du Brésil et dans le championnat, selon des critères clairement affichés : le classement obtenu en série A, B ou C vaut tant de points, atteindre les 32e de finales tant de points, les 16ede finale tant, etc. La carte que j’en ai tiré confirme la poids des grandes villes, notamment celles du Sud-Sudeste, qui se taillent la part du lion dans ce classement.

Classement des clubs par la CBF en 2014

Ranking CBF 2014 [Converti]

Sur les données des championnats, plus complètes en termes de données, j’ai choisi de mener une classification ascendante hiérarchique (CAH) associant des critères de succès au football (points par habitant – pour réduire l’effet de masse – victoires, but marqués, victoires à l’extérieur, points par partie) et d’autres caractérisant la situation socio-économique de la ville.

La typologie produite par la CAH produit de groupes de villes ayant des profils semblable. Sur ces profil (situé sous la carte), pour chaque variable le groupe est soit au-dessus (barres vers la droite) soit au-dessous (barres vers la gauche) de l’ensemble des villes analysées. Cette typologie peut être interprétée comme suit:

–          Groupe 1: résultats au futebol un peu au-dessus de la moyenne, principalement en termes de buts marqués et de victoires à l’extérieur, mais moins en points par partie (on est dans l’élite, les défenses sont efficaces) et en points par habitant (ce sont des villes très peuplées). La marque distinctive du groupe est un PIB par habitant et un indice de développement élevés, elles se situent toutes (à une exception près), dans le Sudeste, le Sul et la partie du Centre-Ouest qui s’est récemment développée grâce à la culture du soja, du maïs et du coton.

–          Groupe 2: proche du précédent, avec des résultats moins bons dans les stades (les cercles indiquant le nombre de points sont plus petits), mais tous au-dessus de la moyenne, un PIB par habitant plus bas mais un meilleur indice de développement. Il comprend Brasília, Vitória (capitale de l’État d’Espírito Santo), les villes industrielles de Catalão, et Betim, et Barueri, dans la banlieue de São Paulo.

–          Groupe 3: résultats au futebol en-dessous de la moyenne, sauf pour le nombre de points par partie et par habitant (ce sont des villes moins peuplées), PIB par habitant et indice de développement plus bas que la moyenne et surtout – c’est le trait distinctif du groupe – proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família, donc de pauvres. Sans surprise, ce groupe se situe tout entier dans le Nordeste et en Amazonie, les régions les plus pauvres du pays,

–          Groupes 4 et 5: proches du précédent, avec des résultats sur les terrains un peu meilleurs pour le groupe 4 (en victoires et buts marqués) et moins bons pour le groupe 5, alors que c’est l’inverse pour la proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família. Sauf la petite ville de Goianésia (moins de 60 000 habitants) dans les Goiás, Aracruz (Espírito Santo) et les banlieues pauvres de Rio de Janeiro (Nova Iguaçu et Duque de Caxias) toutes sont dans le Nordeste et en Amazonie. On trouve ici bon nombre de capitales d’États fédérés, plutôt dans le groupe 5, moins marqué par la pauvreté.

Typologie des villes participant au championnat

CAH indices-5

Cette typologie qui associe résultats aux sportifs et poids des villes a donc manifestement une dimension socio-économique, à côté de sa dimension démographique, et l’on retrouve ici – sans surprise – les disparités bien connues entre le Brésil du Sud-Sudeste et l’ensemble Norte-Nordeste, une des trames majeures de la géographie sociale brésilienne. Toutefois, on a vu ici et là des exceptions, de grandes équipes dans de petites villes, de belles réussites même dans des régions pauvres, ce qui oblige à changer d’échelle d’analyse, à passer de celle des villes à celle des clubs.

 Il suffit de parler un peu de football avec des passionnés de ce sport pour réaliser que la fidélité des supporters (torcedores) va en fait non pas à leur ville mais à leur club. C’est d’autant plus perceptible que de multiples signes extérieurs leur permettent d’afficher leur appartenance, les clubs ont un drapeau, un blason, un maillot (camisa). Il est de bon ton de revêtir ce dernier pour aller assister aux matchs, évidemment, mais aussi pour aller jouer une partie entre amis, aller à la plage, ou même au cinéma ou au shopping center.

Un des éléments principaux de la fidélité fanatique des supporters à leur club est la rivalité avec ceux d’autres équipes, dont aucune n’est aussi vive que celle qui les oppose à l’autre (ou aux autres) torcidas (groupes de torcedores) de leur ville. On « est » Fluminense, Vasco ou Flamengo (à Rio), São Paulo, Palmeiras ou  Corinthians (à São Paulo). L’effet de ces rivalités est manifestement positif puisque toutes les premières villes du classement de la CBF comptent au moins deux clubs, et souvent plus. De toute évidence l’émulation entre les clubs est un puissant aiguillon, incitant les joueurs à se surpasser, les dirigeants à attirer les meilleurs joueurs, les supporters à fréquenter les stades pour les encourager. Si l’on y ajoute les rivalités régionales entre villes proches, comme João Pessoa et Campina Grande, ou Londrina et Maringá, et les rivalités entres les capitales d’États proches, on voit bien que la compétition avec les voisins est le ressort principal de l’excellence.

Répartition des points entre les clubs d’une même ville

Graphique clubs

Il est pourtant un moment où ces rivalités disparaissent, ou plutôt se transfèrent sur un autre plan: quand le Brésil joue dans les compétitions internationales, l’unité se fait et la ferveur qui entoure l’équipe nationale est sans égale. Pendant les matchs le pays s’arrête, chaque but marqué provoque une vague de hurlements d’enthousiasme devant les télévisions, dans tous les coins du pays, des grandes métropoles aux bourgades misérables du Nordeste et jusqu’au dernier village d’Amazonie. Les explosions de pétards permettent de suivre le score (ou du moins celui du Brésil) même aux rares sceptiques qui vaquent à d’autres occupations pendant ces moments de communion nationale.

Cette ferveur et cette communion sont telles que la meilleure Université du pays, l’USP (Universidade de São Paulo) a supprimé les cours (não haverá aula), dans son calendrier officiel pour 2014 les jours où le Brésil jouera un match (jogo do Brasil) et ceux où se jouera à São Paulo un match de la Coupe, même si le Brésil n’y participe pas. Nous signalons –  pour éviter les commentaires malicieux – que les jours perdus ont été compensés en avançant la date de la rentrée. Mais les mois de juin et juillet vont être durs…

Calendrier 2014 de l’Universidade de São Paulo

Calendario USP

 

Source: USP, https://uspdigital.usp.br/jupiterweb/jupCalendario2014_final.jsp


[2] La première étape du traitement des cartes statistiques a été réalisée en utilisant le logiciel Philcarto, disponible sur le site philcarto.free.fr.

Un géant de l’agro-business dans le Mato Grosso

On dit ici et là que le Brésil est devenu « la ferme du monde », comme la Chine est devenue sont usine et l’Inde son bureau. De fait, il a le rare privilège de disposer de millions d’hectares de terres arables disponibles, qui sont progressivement mises en culture par un puissant complexe agro-industriel. Déjà premier producteur mondial de café et de sucre, premier exportateur mondial de viande de bœuf et de jus d’orange concentré, il est aussi plus récemment devenu le second producteur mondial de soja, alors que sa culture n’a commencé au Brésil que dans les années 1970.

Cette montée en puissance est en grande partie due à la mise en place dans les régions pionnières du Centre-Ouest, principalement dans le Mato Grosso, d’immenses domaines agro-pastoraux comme celui du groupe Bom Futuro, situé à Campo Verde, à une centaine de kilomètres à l’Est de Cuiabá, la capitale du Mato Grosso (figures n° 1 et 2). Un voyage récent m’a permis de le visiter pour la deuxième fois et les informations ci-dessous, sans constituer un scoop, apportent je crois quelques éléments concrets pour faire comprendre l’immensité de ces nouvelles exploitations agricoles.

Figure n° 1 Localisation du Mato Grosso

Localisation

L’entreprise

Le groupe[1] appartient à la famille Maggi-Scheffer, ses propriétaires sont trois frères et un beau-frère, qui ont commencé leurs activités agricoles en 1964 à São Miguel do Iguaçu, dans le Paraná. En 1982 ils se sont installés dans le Mato Grosso, alors au début de son boom agricole. En 1988 ils cultivaient 3 000 ha en partenariat avec d’autres membres de la famille Maggi, dont l’un des membres, a été un temps le plus grand producteur de soja au monde, et gouverneur du Mato Grosso. En 1993 les quatre associés ont pris leur indépendance, achèté la fazenda Bom Futuro et en 1994 commencé à y planter du coton.

Ce choix sera une des raisons principales de leur succès, avec la pratique systématique d’une deuxième récolte annuelle (soja + coton ou soja + maïs), le semis direct dans les chaumes (sans labour) et la diversification (élevage, pisciculture, production de semences).

Figure n° 2 Localisation du groupe Bom Futuro

Localisation

Les dimensions

À sa fondation, le groupe cultivait 2 500 ha. Aujourd’hui il en cultive 420 000 (en deux récoltes, sur 250 000 cultivables), et le domaine compte en outre 160 000 de terres destinées à l’élevage et aux réserves forestières que la loi brésilienne leur fait obligation de conserver.

Soja :                     230 000 ha

Maïs :                    105 000 ha

Coton :                    75 000 ha

Autres cultures :     10 000 ha

Total :                   420 000 ha

Toutes ces terres n’appartiennent pas du groupe, la moitié sont louées à des propriétaires qui ont chacun 1 000 ou 2 000 ha. Le prix de la location est calculé en sacs de soja, l’unité de compte universelle dans la région, coté à 57,65 Reais le 21 février 2014 à Primavera do Leste – la référence locale – soit 17,74 Euros à la même date. En moyenne elle se monte à 9 sacs par ha et par an (160 Euros, mais variant de 5 sacs pour des terres sableuses sans infrastructure à 13 sacs pour des terres argileuses et dotées de bonnes infrastructures, comme des silos, l’électricité, etc.). À l’achat ces terres vaudraient de 80 à 100 sacs (1 400 à 1800 Euros) pour les pour les terres sableuses à 400-500 (7 000 à 9 000 Euros) pour des terres argileuses proches de la ville. Il y a 10 ans les prix moyens étaient respectivement de 50 et 200 sacs (900 et 3 500 Euros au cours actuel du soja et des monnaies), ils ont beaucoup monté avec les prix des commodities, les denrées cotées en bourse et demandées par le marché international, la Chine en tête.

Le groupe de souhaite pas s’agrandir davantage, mais ses propriétaires saisissent les occasions qui se présentent et cherchent à diversifier, sans renoncer à la sécurité climatique que leur offre le climat du Mato Grosso. Récemment ils ont acheté des terres dans la vallée de l’Araguaia, plus à l’Est, visant l’exportation de leur production par un chemin de fer, encore en construction, qui permettra une sortie par le port de São Luis, dans le Maranhão. En outre, en réponse aux nouvelles règles environnementales qui ont augmenté la proportion de forêts à conserver, ils cherchent à acheter des terres forestières, dans la même commune ou au moins dans le même bassin fluvial, comme le prescrit la loi.

Figure n° 3 Les terres du groupe Bom Futuro

Bom futuro 1

Figure n° 4 Le siège principal, situé à 32 kilomètres de l’entrée.

Bom futuro 4

Figure n° 5 Une des batteries de silos pour le stockage des grains

MT FAZ  Filadelfia Silos

La production agricole

Le rendement en soja est en moyenne de 53 sacs par hectare, soit 3,2 t, mais cette année 2014 le groupe attend, si tout se passe bien, un rendement de 3,5 t/ha, avec de bon prix. Le maïs produit 6 t/ha en moyenne, mais comme il est planté en deuxième culture, il dépend beaucoup de la quantité de précipitations en fin de saison des pluies. C’est une loterie, mais qui peut donner de très bon résultats et de toute façon coûte peu, juste peu d’engrais puisqu’il utilise les mêmes terres, machines, silos et personnels que le soja qui le précède. Il est normalement prêt en 115 à 125 jours, mais souvent récolté à 140-150 jours puisqu’il clôt le cycle annuel et peut rester en terre sans dommage en période sèche.

À la fondation du groupe, le coton rapportait – selon le directeur technique – sept fois plus que le soja, mais cette différence tend à s’estomper, et ses cotations fluctuent beaucoup selon les années. Le marché est assuré puisque le Brésil consomme 800 000 t de fibres par an, et exporte le reste (mais pas tellement vers la Chine, un marché conquis par USA). En outre, comme le Brésil a réussi à conserver une partie de son industrie textile, les prix internes sont parfois meilleurs que ceux de l’exportation.

Outre le coton, un autre facteur qui a permis le succès de l’entreprise a été l’adoption du « semis direct », qui consiste a planter une récolte dans les chaumes de la précédente, sans labours ni hersage. Expérimentée dans les années 1980 – avec l’aide du Cirad, l’organisme français de coopération agricole – cette pratique a permis entre autres avantages de réduire l’érosion des sols, qui ne restent découverts que quelques jours, d’augmenter leur teneur en matière organique et les rendements.

Le coton ou le maïs sont donc semés juste après la récolte du soja, ce qui donne le temps d’une seconde récolte de maïs ou de coton sur les meilleures terres, alors que sur les plus sableuses on sème plutôt un millet destiné à devenir un engrais vert ou de la brachiara (Brachiaria brizantha) une graminée fourragère destinée à nourrir le bétail mais aussi particulièrement utile pour son pouvoir restructurant sur les sols.

Figure n° 6 Semis direct dans la culture d’engrais vert

MT Faz Filadelfia semis direct 4

Tout cela suppose évidemment une mécanisation massive et les machines en tout genre ne manquent pas dans les fazendas du groupe, depuis les semoirs capables de semer des grains sur près de cinquante rangs à la fois jusqu’aux moissonneuses-batteuses dont les barres de coupe ont une envergure de plus de quinze mètres.

Figure n° 7 Un semoir à 49 lignes

Bom futuro semoirs 1

Au moment des récoltes, et tout particulièrement de celle du soja, qui était en cours lors de notre visite en février 2014, s’organise donc dans les champs et sur les routes qui sillonnent le domaine un ballet complexe de moissonneuses, transbordeurs, camions de transport vers les silos, tracteurs et semoirs, camions citernes, etc.

Figure n° 8 Récolte du soja à la fazenda Filadelfia

Bom futuro moisson 2bis

Figure n° 9 Une des moissonneuses-batteuses

MT Faz Filadelfia machines 3

Au moment de la récolte il faut en outre traiter avec un soin particulier les parcelles destinées aux semences de la campagne suivante. La partie du domaine dont c’est la spécialité produit plus de 700 000 sacs de 60 kg de graines de soja par an (la livraison des semences se fait dans de grands bacs, mais ici aussi la production est comptée en sacs). Bom Futuro en utilise environ 30 %, vend le reste et produit également ses semences de coton, de maïs, de sorgho et d’autres cultures.

Dans d’autres parties du domaine des installations de type plus industriel qu’agricole sont destinées au traitement du coton qui est expédié en fardeaux comprimés vers les filatures ou les ports d’embarquement.

Figure n° 10 Expédition des fardeaux de coton

MT Faz Filadelfia embarquement du coton 2

Pisciculture

À côté de ces activités agricoles, le domaine comprend une partie consacrée à la pisciculture, avec trois unités de production, un laboratoire de reproduction et une unité de commercialisation d’alevins. Le groupe s’est lancé dans cette activité en ayant constaté la très basse consommation de poisson au Brésil, qui pourrait facilement être augmentée s’il existait une offre à bas prix, que le groupe peut obtenir grâce aux atouts dont il dispose.

Figure n° 11 Agriculture irriguée et pisciculture

Bom futuro 3bis

Les bassins de production ont été installés sur des sols de moindre qualité, mais où l’on peut disposer de beaucoup d’eau. Pour nourrir les poissons on utilise des sous-produits de l’exploitations agricole, les protéines animales, étant obtenue par le recyclage des déchets de la production piscicole elle-même (têtes et arrêtes, chairs non utilisées par la production de filets de poisson). Au total l’exploitation compte 150 hectares de bassins, avec un rendement d’environ 11 tonnes par ha/an. Les espèces élevées sont des espèces amazoniennes ou du Pantanal (pintado, piau, matrinxã e peraputanga) et une espèce exotique, le tilápia.

Figure n° 12 Pisciculture et expédition du poisson

Pisciculture

Élevage

Le groupe développe l’élevage bovin depuis 1998, et compte en moyenne 40 000 têtes, qui font partie d’un système agriculture-élevage où l’élevage s’intègre au système de rotation des cultures et contribue à la fertilisation des sols (ce qui paraît évident aux agriculteurs européens mais est une nouveauté au Brésil ou élevage et agriculture sont dans l’immense majorité des cas rigoureusement séparés). Les responsables de ce secteur insistent sur le fait que leur activité se cantonne strictement aux zones déjà défrichées et ne nuit donc pas à l’environnement par l’ouverture de nouvelles zones dans les parties forestières.

Pour la nourriture du bétail sont utilisés des produits et sous- produits de l’agriculture, notamment du maïs et des tourteaux de soja et de coton. Il s’agit d’une embouche, des lots de bétail maigre sont engraissés en confinement, un lot de mai à juillet, un autre de septembre à novembre, suivis par un arrêt au moment des pluies. Le groupe a choisi de participer au système de traçabilité Sisbov garantissant la provenance et de la qualité de la viande par le suivi des bovins, on distingue sur la photo ci-dessous les boucles d’identification jaunes rivetées dans l’oreille des bêtes, qui permettent de les suivre de la naissance à l’abattoir.

Figure n° 13 Élevage en confinement

MT Faz Filadelfia vaqueiro 2

Les problèmes, transports et énergie

Les deux problèmes principaux que doivent affronter les responsables du groupe sont ceux du transport de leurs produits vers les marchés consommateurs et la fourniture d’énergie. Le plus grave est sans conteste l’écoulement de leur récolte, en raison de la distance entre les zones de production et le principal port exportateur, Paranaguá, dans le Paraná. Ce port avait été choisi et équipé pour exporter le soja brésilien (et paraguayen) du temps où l’essentiel de la production se faisait dans le Sud, une décision alors logique mais qui est devenue de plus en plus absurde à mesure que les zones productrices se sont déplacées vers le nord.

Les distances à parcourir sont aujourd’hui démesurées, surtout si on les juge à l’aune européenne. Pour mieux apprécier les kilométrages que les camions de soja doivent parcourir, pour atteindre le port de Paranaguá depuis quelques-unes des villes de la région du soja, on les a rapprochées de distances similaires calculées depuis Paris (dans les deux cas en utilisant des logiciels de calcul de distances routières). Campos Novos dos Parecis est à 2 136 kilomètres du port d’embarquement, soit la distance Paris-Tirana (Albanie) ou Paris-Minsk (Biélorussie). Sorriso est à 2 196 kilomètres, soit Paris-Skopje (Macédoine), Sinop à 2 290 kilomètres, soit Paris-Bergen (Norvège), Alta Floresta à 2 603 kilomètres, soit Paris – Istanboul (Turquie).

C’est pourquoi des solutions alternatives commencent à se mettre en place. Des lignes de chemin de fer ont été construites ou réformées pour atteindre les zones de production, ou du moins s’en rapprocher : elles arrivent actuellement á Rondonópolis, dans le sud du Mato Grosso. Et un port céréalier a été construit par le groupe Maggi à Itacoatiara, sur l’Amazone (un peu en aval de Manaus), desservi par des barges fluviales descendant le rio Madeira au départ de Porto Velho (Rondônia). De là le soja part vers les marchés européens et asiatiques par navires de haute mer, d’une capacité volontairement limitée à 55 000 tonnes (navires dits Panamax) : quand ils descendent l’Amazone, puis font cap vers le nord, ils ne savent pas encore quelle sera leur destination finale, Europe ou Asie, et il faut donc qu’ils puissent, si l’ordre vient d’aller vers la Chine – le client principal – passer par le canal de Panama. Ces voies nouvelles offrent donc des alternatives, mais même pour atteindre le terminal de Porto Velho les distances restent grandes, et peuvent être à peu près équivalentes pour les producteurs du sud du Mato Grosso, dans le cas de Campos Verde 1 580 km contre 1 720 pour Paranaguá.

Pour couvrir la – considérable – consommation électrique du domaine, trois centrales hydroélectriques ont été construites, elles assurent en temps normal les besoins du domaine, et vendent même leur production excédentaire au réseau électrique national. Cependant, les besoins d’énergie pour le séchage des semences et le stockage du grain sur place créent des besoins croissants et l’alimentation électrique par les barrages n’étant plus suffisante, il a fallu installer plusieurs gros générateurs diesel. Pour y remédier, le système de séchage des grains a récemment été changé, en passant du propane à un système à base de bois d’eucalyptus pour alimenter les conduits d’air chaud allant aux bacs de séchage. Le coût du système utilisant le bois d’eucalyptus comme source de chaleur est d’environ 20 % du coût de propane pour la même quantité de séchage.

En guise de conclusion – légèrement ironique – on pourrait dire, en rappelant la célèbre phrase de Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine(1870-1924), dans son discours au 8e Congrès des Soviets, 1919, « Le communisme, c’est les Soviets, plus l’électricité » qu’avec cette production électrique le groupe Bom Futuro se qualifie encore plus – il en sera sans doute surpris – comme digne héritier des sovkhozes soviétiques.

Le côté soviétique est évidemment ce qui fait la différence entre eux et cette entreprise vigoureusement capitaliste. Mais on rappellera que la taille moyenne d’un sovkhoze était de 15 300 hectare (près de trois fois celle des kolkhozes, 5 900 hectares en 1990) et que les sovkhozes étaient plus nombreux en Asie centrale, les partie pionnières de l’Union soviétique, que dans sa partie européenne, comme ces exploitations géantes sont plus fréquentes sur les marges pionnières du Brésil que dans ses parties centrales. Ces terres agricoles collectives représentaient en 1990 24 % du territoire russe, soit 406 millions d’hectares, mais la Russie a définitivement mis fin en 2002 aux kolkhozes et sovkhozes. Une large partie de l’opinion publique étant hostile à leur privatisation, il a fallu plusieurs semaines de négociations au président Vladimir Poutine pour parvenir à un compromis, et le gouvernement espère ainsi accélérer l’arrivée de nouveaux capitaux pour moderniser une agriculture arriérée où la productivité reste très faible. Qui sait si les agriculteurs brésiliens du genre du groupe Bom Futuro ne pourraient pas s’y intéresser, si l’agriculture était ouverte aux étrangers – ce qui n’est pas le cas actuellement – voire s’ils étaient appelés á apporter leur aide comme ils l’ont été au Mozambique.

En attendant, il reste à espérer que la présentation de colosse agro-industriel serve à porter de nouveaux éléments sur l’agora des discussions en cours sur l’avenir de l’agriculture brésilienne, et la concurrence qu’elle fait aux agricultures européennes.


[1] Une vidéo institutionnelle de 15 mn est disponible sur le site du groupe http://www.bomfuturo.com.br/

Rondônia quarante ans après, images d’hier et d’aujourd’hui

Les collègues de l’Université fédérale du Rondônia (UNIR) m’ayant fait l’honneur de publier la traduction de ma thèse « Rondônia, mutations d’un Territoire fédéral en Amazonie brésilienne », devenue Rondônia mutações de um Território federal na Amazônia federal, SK Editora, j’ai eu l’occasion de revenir à Porto Velho, la capitale (ce que j’avais déjà fait à plusieurs reprises) mais surtout de parcourir la région centrale de l’État, le terrain de mes recherches, menées en 1974, il y a trente-huit ans. Il était alors parcouru par un front pionnier de grande ampleur, une vaste entreprise de colonisation se développant au long de la route transamazonienne BR364.

Ce ne fut qu’un bref aller-retour (de plus de mille kilomètres, tout de même) et quelques visites à des agriculteurs et institutions locales, en cherchant à retrouver les lieux de jadis et en privilégiant ceux dont la mémoire avait été fixée par des photos de l’époque. On trouvera donc ci-dessous des couples de photos, celles de 1974 et celles de 2012, (parfois de 2005 ou 2011 pour celles de Porto Velho) qui montrent à quel point la région a changé en – presque – quarante ans.

NB: cliquer sur les photos pour les voir en taille réelle

Porto Velho et le Rio Madeira

La vue aérienne, prise par le hublot en approche de l’aéroport, montre que la ville a grandi, en s’étendant dans toutes les dimensions, y compris la verticale, des immeubles résidentiels ou de bureaux y sont apparus. Les rues sont désormais toutes asphaltées, pas seulement les grands axes. La poussée urbaine n’a toutefois pas franchi le Rio Madeira, sur la rive gauche la forêt est apparemment intacte. Au fond de l’image la plus récente on distingue le barrage de Santo Antônio, situé à six kilomètres en amont de la ville.

Le palais du Gouverneur

Pas de changement pour les principaux monuments, le palais du gouverneur a seulement été repeint en blanc et bleu au lieu de blanc et vert.

L’Université, ex-hôtel des hôtes de marque

Juste à côté, sur la même place, l’hôtel construit pour les hôtes de marque est devenu le siège de l’Université fédérale de Rondônia (UNIR), en 2011 il était occupé par les étudiants en grève.

Avenida Sete de Setembro

La principale rue commerciale a peu changé, à part l’apparition des premiers shopping centers et des embouteillages, le nombre des voitures en circulation – lente – ayant sensiblement augmenté.

« Boutique snob » à Porto Velho

Le style des commerces a changé autant que celui des voitures, au même coin de rue la jeep a été remplacée par une belle Ford à vitres fumées et la « Boutique snob » (qui ne l’était guère) a été remplacée par un magasin qui vend essentiellement de la pacotille importée de Chine.

Bac et pont sur le Madeira

Le bac qui était le seul moyen de franchir le Madeira (ici sur une photo de 2005) sera prochainement remplacé par un pont de béton, suffisamment haut pour laisser passer les barges de soja propulsées par un pousseur du type de celui qui apparaît sur l’image de 2012. Elles descendent vers le port d’Itacoatiara, à un peu plus de 200 km en aval de Manaus, où le soja est chargé sur des navires de haute mer à destination de Rotterdam ou – de plus en plus – de Shanghai.

Les rapides de Santo Antonio, sur le Madeira

Les rapides de Santo Antônio étaient les premiers de la série qui interrompaient la navigation en amont de Manaus, et avaient fixé la situation de Porto Velho, point de départ de la voie ferrée Madeira-Mamoré, construite pour les contourner. Ils ont maintenant disparu sous le barrage du même nom, qui devrait commencer à produire de l’électricité avant la fin de 2012, pour l’essentiel exportée vers São Paulo : 3 150 MW de puissance installée, 6 900 MW avec le barrage de Jirau, 100 km en aval.

Commerce à Ariquemes

En allant vers l’intérieur de l’État, au long de la route BR364, au-delà de Candeias, devenue une banlieue de Porto Velho, et après quelques dizaines de kilomètres pratiquement vides on arrive à Ariquemes au début de ce qui était en 1974 la zone pionnière. Dès l’entrée de la ville, il est clair que les paysages ont changé, la rue commerciale principale qui ressemblait à celle d’une ville du far-West est aujourd’hui asphaltée, bordée de commerces modernes et remplie de voitures neuves…

Jaru

L’impression se confirme un peu plus loin, en approchant de Jaru, qu’un survol en hélicoptère avait permis de photographier de haut en 1974. Pas d’hélicoptère cette fois, mais Google maps – dont on ne pouvait même pas rêver à l’époque – permet de voir à quel point tout a changé : au lieu de quelques maisons de bois aux abords de la route, qui elle-même n’ouvrait qu’une étroite trouée dans la forêt, une véritable ville, où la maille rectangulaires des rues dessine des dizaines de pâtés de maisons densément occupés ; et au lieu de la forêt un paysage ouvert de cultures et de pâturages, lui aussi structuré par une maille rectangulaire, où ne subsistent que quelques lambeaux boisés.

Linha de pénétration près d’Ouro Preto d’Oeste

Cette maille rectangulaire, c’est celle des linhas, les routes de pénétration perpendiculaires à la route BR364, puis leurs perpendiculaires tous les quatre kilomètres, parallèles à la route. Aujourd’hui les linhas principales on été asphaltées et son devenues des routes carrossables en toute saison, bien différentes des pistes de terre de jadis, où même les jeeps s’enlisaient souvent.

Un lot de colonisation

Entre les linhas espacées de 4 kilomètres s’organisait la maille des lots agricoles, accolés deux à deux, 2 000 mètres de profondeur sur 500 mètres de front. Le fond de chaque lot aurait dû être laissé en forêt, c’était le cas dans les premières années, ce qui faisait du paysage, vu du ciel, une alternance de bandes de forêt et de défrichements, mais on voit bien sur l’image de Google maps que ce n’est plus le cas aujourd’hui. La plupart de ces lots, complètement défrichés, ont été convertis en pâturages et il nous a été difficile de trouver un agriculteur qui vive encore sur son lot, alors qu’à l’origine chaque lot était occupé par une ou plusieurs familles. Seuls les manguiers qui subsistent dans les pâturages attestent de l’emplacement de maisons disparues, les éleveurs les gardant pour donner de l’ombre au bétail alors que les maisons ont été rasées. Leur présence est un sûr indice d’une ancienne présence humaine, un indicateur fiable pour une archéologie d’un paysage déjà disparu.

Ji-Paraná

Au centre de la région pionnière, Vila de Rondônia, jadis un district de Porto Velho bien que distante de 360 kilomètres du chef-lieu, est aujourd’hui une commune de plein exercice (le Rondônia en compte 52 contre 2 en 1974). La ville comptait 104 858 habitants au recensement de 2010, contre un peu moins de 20 000 en 1974, 40 000 en 1980 et un peu plus de 75 000 en 1991. En 1974 on n’y voyait aucun immeuble de plus d’un étage, elle était composée essentiellement de maisons de bois construites de planches mal dégrossies par les scieries locales. Celles-ci débitaient des arbres abattus à quelques centaines de mètres, dans la forêt dont les lisières enserraient la ville de partout. Aujourd’hui elle n’est plus visible, au loin, que du haut des plus hauts immeubles, dont certains dépassent dix étages.

Commerces à Ji-Paraná

Rien ne reflète mieux le changement que la ville a connu (du moins lors d’un passage rapide, un jour férié de surcroît) que celui des commerces alignés au long des rues principales, aux alentours de la route BR364. Alors qu’en 1974 c’étaient essentiellement des baraques en bois, poussés à la diable, des bazars étalant en plein air toute sorte de marchandises, sans grande spécialisation, en 2012 ce sont des bâtiments en dur, bien alignés, à un ou deux étages, spécialisés, portant des enseignes soignées et de noms qui se veulent distingués, en français ou – de plus en plus – en anglais.

Le pont sur le Rio Machado à Ji-Paraná

Ji-Paraná est née au bord du Rio Machado, obstacle au franchissement de la ligne télégraphique établie au début du XXe siècle, puis à la route ouverte à la suite de la construction de Brasília, dans les années 1960. Le pont qui l’enjambe est un des points les plus faciles à retrouver, même quarante ans plus tard, alors que la population de la ville a quintuplé. Le dernier couple de photos, prises au même endroit, montre toute l’ampleur des mutations survenues au long de ces quatre décennies. Sur celle de 1974, la ville n’est qu’une clairière dont on voit bien les limites, juste derrière quelques pâtés de maisons basses. Une file de camions bâchés attend, juste après avoir franchi le pont, l’autorisation de poursuivre leur route vers Porto Velho, dépassés par la charrette d’un colon rejoignant son lot agricole. La photo de 2012 montre le même pont, entretemps considérablement élargi et dédoublé, aux abords duquel des travaux sont encore en cours, ce jour férié, pour réduire les embouteillages qui se produisent tous les jours sur ce goulot d’étranglement, ce point de passage obligé. Les camions ne s’y arrêtent plus, ce sont principalement des semi-remorques livrant au port de Porto Velho le soja du nord-ouest du Mato Grosso ou des bétaillères drainant vers le nord ou vers le sud les bœufs vivants ou leur viande désossée. La limite de la forêt, reportée des kilomètres plus loin, n’est plus visible, même si la ville est encore bien verte  grâce aux îles fluviales où la végétation a été préservée. Retournement complet : l’arbre n’est plus l’ennemi à abattre par le fer et par le feu pour ouvrir une clairière où tenter de survivre, c’est une aménité recherchée pour diminuer l’îlot de chaleur urbaine, pour décorer et rafraîchir un paysage devenu trop minéral et artificiel.

Le vote électronique au Brésil, un exploit logistique

Les élections municipales d’octobre ont nécessité la présence dans les 418 748 bureaux de vote brésiliens de 501 923 urnes électroniques, réparties par les TRE (tribunaux électoraux régionaux) de façon à recueillir le vote de 138,5 millions d’électeurs. Seuls ceux du District fédéral de Brasília, de Fernando de Noronha (qui n’ont pas de maire élu) et les Brésiliens résidant à l’étranger n’étaient pas appelés voter à ces élections. Sur ce demi-million d’urnes électroniques 35 000 étaient nouvelles, du modèle UE 2011, fabriquées à l’usine de Santa Rita Sapucaí (Minas Gerais), acquises pour répondre à la croissance de l’électorat, les autres ont été construites (au Brésil également) au fil des années depuis 1996, date à laquelle le pays a adopté le vote électronique les premiers essais ayant eu lieu en 1991.

Une urne électronique

http://www.blogdaresenhageral.com.br/v1/eleicoes-de-domingo-vao-empregar-meio-milhao-de-urnas-eletronicas/, 26/10/12

L’écran de l’urne électronique (simulation avec des candidats fictifs)

http://apertaqual.wordpress.com/2010/09/01/meu-2%C2%BA-software-livre-apertaquem/ , 26/10/

En 2010, aux dernières élections générales, 2 244 urnes (sur 420 000 à l’époque) avaient connu des pannes (et été remplacées par des machines de réserve), soit 0,53%. Les urnes sont emballées dans des caisses conçues pour qu’elles restent intactes après une chute d’1,5 mètre de hauteur, emballées dans du plastique pour celles qui sont exposées à la poussière sur des routes non asphaltées. Celles qui voyagent par bateau doivent pouvoir rester dix heures sous l’eau sans dommage.

Urnes électroniques préparées pour le vote

http://tribunadonorte.com.br/eleicoes2012/tre-termina-preparacao-das-urnas-da-regiao-metropolitana/232952, 26/10/12

Car plus que la fabrication des urnes, c’est leur mise en place qui constitue un exploit logistique dans un pays de la taille du Brésil, notamment en Amazonie. Des voitures, des bus, des camions, des camionnettes à quatre roues motrices, des bateaux, des canoës, des avions, des hydravions et des hélicoptères ont été utilisés pour acheminer les machines à voter jusqu’aux derniers bureaux de vote dans tout le pays. Les élections ont ainsi pu avoir lieu même dans des endroits qui ne sont littéralement pas sur la carte. À Mojuí dos Campos (Pará), par exemple, commune démembrée de celle de Santarém en 2009, 16 867 électeurs choisissaient leur maire pour la première fois. Pour parcourir les 240 km entre Santarém et la communauté de Santa Maria d’Aru, l’équipe du tribunal a dû utiliser  une camionnette puis un bateau à moteur hors-bord.

Les trajets les plus compliqués pour le transport des urnes

http://www1.folha.uol.com.br/poder/1164201-tres-montam-operacoes-de-guerra-para-garantir-eleicoes-em-regioes-isoladas.shtml

Dans le Goiás, le déplacement vers les localités de Niquelândia et Cavalcante, qui abritent des calungas (descendants d’esclaves fugitif), s’est fait par voie terrestre, mais pendant cinq heures les employés du tribunal ont dû traverser une région montagneuse, par de mauvaises routes, en pleine époque des pluies. Les 12 urnes quant à elles ont été  transportées par deux hélicoptères, chacun loué pour 15 000 Reais (5 750 Euros) selon le secrétaire à la technologie de l’information du TRE de Goiás, Gonzague Dory, comme dans quatre autres États (Acre, Amazonas et Roraima). Á Lábrea (Amazonas) cinq localités n’ont pu être atteintes qu’en utilisant un hydravion, et à Nhamundá (Amazonas) deux autres par avion amphibie.

Transport d’une urne par hélicoptère

http://resgatedoa-brasil.blogspot.fr/2012/10/prf-realiza-transporte-de-urna-nas.html , 26/10/12

Dans 18 autres localités du même État des satellites ont été utilisés pour transmettre les résultats, pour 3 000 Reais (1 350 Euros) chacun. Le Tribunal suprême électoral (TSE) loue ainsi des équipements de transmission par satellite pour les 1 274 localités de 15 États (sur 27) à partir desquels le temps de déplacement vers le tribunal local prendrait plus de trois heures. Des techniciens des tribunaux régionaux retirent alors la carte mémoire et la placent dans un équipement doté d’une antenne, connectée à un ordinateur portable, et envoie les données à Brasília.

La transmission des données

http://www1.folha.uol.com.br/poder/1164201-tres-montam-operacoes-de-guerra-para-garantir-eleicoes-em-regioes-isoladas.shtml

Grâce à ce système les résultats sont connus très rapidement, il suffit au président de chaque bureau de vote de presser un bouton après le passage du dernier électeur pour connaître et proclamer le décompte des votes, tandis que les données sont transmises automatiquement à Brasília, aux ordinateurs du TSE.

Proclamation des résultats, à 17h

Section 36 de la 34e zone électorale du TRE du Minas Gerais
http://www.tre-mg.jus.br/portal/website/noticias/ano_2010/outubro/noticia_0014.html_917596315.html, 26/10/12

De là, après vérification, les résultats sont disponibles en début de soirée, pour toutes les communes du pays, sur le site du TSE. Le suspense y perd, les estimation de sortie des bureaux de vote ne servent presque plus à rien, mais on y gagne et fiabilité et en transparence. Comme le disent les Brésiliens c’est là « coisa de Primeiro Mundo » (une chose digne des pays développés » mais en l’occurrence le système est bien plus moderne que dans bien des pays développés, et après le fiasco des élections présidentielles de 2000 (culminant sur le laborieux recomptage des voix en Floride, qui fit basculer le résultat final) le Brésil a même pu s’offrir le luxe d’offrir une aide technique aux États-Unis…

Les résultats sur le site du Tribunal suprême électoral (TSE)

http://www.tse.jus.br/eleicoes/estatisticas/estatisticas-eleicoes-2012 , 26/10/12

Source principale : “TREs montam operações de guerra para garantir eleições em regiões isoladas”, Clara Roman e Daniel Carvalho, Folha de S. Paulo 05/10/2012, http://www1.folha.uol.com.br/poder/1164201-tres-montam-operacoes-de-guerra-para-garantir-eleicoes-em-regioes-isoladas.shtml 5/10/12

Les religions au Brésil en 2010

L’IBGE (Institut brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 29 Juin 2012 les données du Recensement de 2010 sur les religions (données de l’enquête détaillée par échantillon). Ses responsables de la communication, commentant ces résultats ont souligné certains des changements qui ont eu lieu depuis le dernier recensement, en 2000, le principal étant le déclin de l’Église catholique et la croissance des religions évangéliques et du nombre de personnes qui prétendent n’avoir aucune religion. Quelques cartes ont été présentées, mais les données sont si riches que leur dimension territoriale – la répartition des religions dans le pays – peut être approfondie. Les cartes suivantes1 ont été élaborées à partir du tableau de données 1489 (Population résidente, par religion, couleur de peau et sexe, Résultats généraux de l’échantillon), à l’échelle des micro-régions (elles sont 558 dans tout le pays)2.

Tableau 1 – Les religions au Brésil en 2010
IBGE, Censo demográfico 2010

Les religions principales
Les grandes religions étaient en 2010, comme l’indique le tableau ci-dessus, l’Église catholique (romaine) et les diverses religions protestantes, puis le groupe qui a déclaré n’avoir «aucune religion». Les trois premières cartes les localisent, en utilisant la même échelle pour les rendre comparables.
Catholiques
Le catholicisme reste dominant dans le Nordeste et dans les régions d’agriculture paysanne du Sud mais dans les grandes villes il ne représente pas plus de deux tiers de la population et même, dans le cas de Rio de Janeiro, la moitié.
Protestants évangéliques
Le public des religions évangéliques est essentiellement urbain, avec une présence plus forte à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Sans religion

Le «sans religion» sont également plus nombreux en milieu urbain et à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Géographies différenciées
Les autres religions n’ont pas le même poids en chiffres absolus, mais certaines présentent des configurations spatiales différenciées, révélées par les cartes ci-dessous, qui ne sont pas comparables avec les trois premières, ni entre eux, parce que leurs effectifs absolus sont à des échelles différentes, adaptées au nombre de fidèles de chaque religion .
Judaïsme
Le judaïsme est une autre religion région urbaine, cette fois c’est São Paulo qui se distingue, avec plus de 44 000 personnes, soit près du double de Rio de Janeiro.
Islam
Les musulmans se concentrent principalement à São Paulo et à Foz do Iguaçu, sur la Triple Frontière Brésil – Argentine – Paraguay.
Candomblé
Les fidèles du Candomblé (religion afro-brésilienne) sont nombreux – comme on pouvait s’y attendre – à Bahia, mais plus encore à Rio de Janeiro
Umbanda
L’Umbanda (autre religion afro-brésilienne) est présente, avec le Candomblé, à Rio de Janeiro, mais son foyer principal est le Rio Grande do Sul, dans la capitale et la partie sud de l’État.
Spiritistes
La répartition des Spiritistes, à part une concentration dans le Rio Grande do Sul similaire à celle de l’Umbanda, dessine un axe Janeiro Rio de Janeiro – São Paulo – Brasilia.
Traditions ésotériques

Brasilia est clairement – au moins en proportion – la capitale brésilienne de l’ésotérisme .
Traditions indigènes
La répartition des fidèles des traditions indigènes suit évidemment celle des Indiens eux-mêmes, concentrés principalement en Amazonie.
Typologies
Deux techniques statistiques permettent la construction de typologies – et de cartes – indiquant quelle religion occupe une place particulière dans chaque région et la différencie des autres, sans être nécessairement en position dominante puisque le catholiques restent partout les plus nombreux.
CAH
La Classification Hiérarchique Ascendante (CAH) construit des groupes de régions de même profil, dont la composition est expliquée par le graphique situé au-dessous de la carte, où chaque groupe apparaît avec des valeurs supérieures à la moyenne (barre vers la droite) ou au-dessous de celle-ci (barre vers la gauche) pour chaque religion. La carte confirme la bonne résistance du catholicisme dans le Nordeste et le sud intérieur (en dehors de la Campanha Gaúcha du sud du Rio Grande do Sul, marquée par l’Umbanda). Dans le reste du pays apparaît la force des évangéliques sauf dans de petites zones marquées par l’Islam (une région), l’Umbanda et le Candomblé (13 régions), les traditions indigènes (6 régions) et l’absence de religion, conjointement avec les évangéliques (3 régions) .
Analyse factorielle

L’analyse factorielle groupe les variables analysées –ici les religions – selon les similitudes ou les différences de leur distribution statistique et géographique, au long d’axes qui rendent compte de ces variations, de manière décroissante. Le premier axe de la figure centrale du graphique, qui se lit de gauche à droite, représente près de 40% de la variabilité et oppose à la religion catholique à tous les autres: la carte du haut de la figure, construit à partir de la position des régions sur cet axe, fait apparaître à nouveau les bastions du catholicisme dans le Nordeste et du Sud. L’axe deux, qui se lit de haut en bas et représente 16,65% de la variabilité, nuance la distribution des «autres» religions, il regroupe d’un côté Umbanda/Candomblé, Islam et judaïsme (groupe du haut du graphique et couleurs chaudes sur la carte du bas), d’autre part les évangéliques, les sans-religion et les traditions indigènes (bas du graphique et des couleurs froides sur la carte). Les deux groupes ont leurs bases principales dans les grandes villes mais la première et la plus répandue dans le Sud et le Centre-Ouest, la seconde dans le Nord et le Nord.
Évolution 2000-2010
Quel est l’impact territorial de la tendance générale de croissance des religions évangéliques et de reflux du catholicisme? Les cartes suivantes analysent cet aspect, une fois éliminé l’effet de la croissance démographique et en faisant la moyenne de chaque région avec ses voisins, afin de renforcer les cohérences régionales en éliminant les phénomènes purement locaux.
Variation 2000-2010 de la religion catholique
Le reflux du catholicisme est général (valeurs négatives dans toutes les régions), mais est plus prononcé dans les grandes villes et sur les fronts pionniers amazoniens, le long de l' »arc de la déforestation » et au-delà. Il semble y avoir une certaine co-incidence entre la religion protestante et l’esprit pionnier, qui devra être étudié plus avant.
Variation 2000-2010 des religions évangéliques
Les progrès des religions évangéliques sont – de façon symétrique du reflux du catholicisme – visibles dans toutes les régions du pays, mais surtout en Acre, dans le sud du Minas Gerais et surtout dans le Nordeste.

Notes

1) Publiées originellement dans la rubrique « images commentées » de Confins, sous un pseudonyme, selon l’usage brésilien de ne pas publier dans une revue quand on en est le rédacteur en chef: René Somain, « Religiões no Brasil em 2010 », Confins 15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2012, URL : http://confins.revues.org/7785 , DOI : 10.4000/confins.7785

2) Ces cartes ont été ébauchées sous les logiciels Philcarto, écrit par Philippe Waniez, et Cartes et Données, du groupe Articque, disponibls gratuitement et respectivament sur les sites http://philcarto.free.fr/  et http://www.geocampus.com/fr/solutions-international/solutions-international-cartes-et-donnees-pro.html

 

Atlas de l’esclavage rural au Brésil

La persistance de cas d’esclavage rural au Brésil, en plein XXIe siècle, met en lumière la contradiction profonde entre le niveau de développement atteint par le pays dans de nombreux domaines la persistances d’archaïsmes inacceptables. L’Atlas do trabalho escravo réalisé pour l’OIT et publié sur le site des Amigos da Terra Amazônia (référence en bibliographie ci-dessous) examine les formes contemporaines de l’esclavage dans certaines régions rurales du Brésil, où les travailleurs exécutent des tâches pénibles dans des conditions inhumaines, sans recevoir un paiement approprié pour leur travail et surtout sans pouvoir le quitter librement: c’est la privation de liberté qui constitue l’esclavage, il est condamné par la loi brésilienne et c’est sur cette base légale que l’OIT fonde son action et a pu financer la recherche dont est né l’atlas.

Celle-ci visait à comprendre la distribution du phénomène au Brésil, à d’identifier les situa-tions qui favorisent ou inhibent l’esclavage des travailleurs et à construire des indices synthé-tiques évaluant la probabilité de présence d’esclaves et la vulnérabilité au recrutement. Deux bases de données sur le travail esclave sont les principales sources de connaissance et de me-sure de ce phénomène : celles de la Commission pastorale de la terre (CPT) et du Ministère du Travail et de l’Emploi (MTE). La CPT a été à l’origine du processus, puisque depuis les années 1980 elle enregistre les dénonciations de cas de travail forcé, pratiquement ignorés par l’État jusqu’en 1995, lorsque le ministère du Travail a commencé à inspecter les cas signalés. En 1995, il a créé le groupe spécial d’inspection mobile qui, avec l’aide et la protection de la police fédérale, se rend sur les lieux où lui ont été signalés des cas d’esclavage. S’ils sont avé-rés, les travailleurs sont libérés, des amendes infligées à l’employeur, qui doit effectuer im-médiatement le paiement des salaires et des impôts. Ensuite, les travailleurs sont renvoyés à leurs lieux d’origine, les coûts du voyage étant de la responsabilité de l’employeur, et ils peu-vent bénéficier de l’assurance chômage (pour quelques mois).

Les données du MTE ont donc trait aux cas dans lesquels le travail esclave a été prouvé, ils indiquent le nombre de travailleurs libérés par le groupe mobile de 1995 à 2008. Le nombre réel de travailleurs esclaves est certainement plus élevé, car il n’est pas possible de vérifier toutes les plaintes et, dans certains cas, les opérations échouent parce qu’une fuite se produit, et que les contrôleurs et la police sont souvent devancés par les propriétaires qui, ayant eu connaissance de l’enquête, ont eu le temps de préparer le terrain. Entre 1990 et 2006, la CPT a enregistré  des dénonciations concernant de 133 656 travailleurs forcés et entre 1995 et 2006, le département du Travail a libéré de l’esclavage 17 961 travailleurs dans  onze États de la fédération brésilienne.

L’analyse des lieux de naissance montre que les travailleurs libérés proviennent de tout le pays, à l’exception des états situés à l’extrême ouest, très peu peuplés. Il apparaît cependant une importante zone dans les états de Maranhão, du Piauí, dans le nord du Tocantins (région con-nue sous le nom de “bec de perroquet”) et dans le nord-est du Pará. Un deuxième groupe est originaire du “polygone de la sécheresse”, principalement du nord-nord-ouest du Minas Gerais et des régions centrale et occidentale de Bahia.

Les cas connus
Les cas connus

La concentration des communes où ont eu lieu des libérations de travailleurs esclaves est plus nette encore. Certes le phénomène est présent dans 22 États du Brésil, même les plus riches, mais la majorité des travailleurs libérés l’ont été dans un petit nombre d’entre eux, d’abord le Pará, suivi par le Mato Grosso, puis par l’ouest de Bahia et le centre-sud du Goiás. En analy-sant les données issues des dénonciations, les informations existantes dans les Cadernos de Conflitos no Campo publiés par la CPT depuis 1986 et les registres de travailleurs libérés par le groupe mobile de surveillance du Ministère du Travail, à partir de 1995, on remarque que le travail esclave se concentre principalement dans quelques activités économiques. Les princi-pales sont la production de charbon de bois, la sidérurgie (fabrication de fonte au charbon de bois), les mines et l’orpaillage, les scieries, les tuileries et briqueteries, les exploitations agri-coles et les entreprises de reboisement. De fait, les activités économiques qui se développent le plus dans les régions où se situent les plus grandes concentrations de travail esclave sont la production de charbon (Santa Maria da Vitória, par exemple), l’élevage du bétail (São Felix do Xingu), les mines (Parauapebas), l’exploration en bois (Paragominas, Tomé Açu).

Il est notoire que les conditions sont extrêmement précaires travail dans la production du charbon de bois et de bois d’œuvre, principalement en Amazonie, où la majorité absolue du bois est produite illégalement, sans plan de gestion sylvicole: si l’activité est illégale, on peut s’attendre à ce que la situation des travailleurs qui y sont impliqués le soit également. Dans ces secteurs économiques et dans d’autres, le déboisement initial concentre une grande partie des cas connus de travail esclave. La corrélation entre déboisement et travail esclave est en effet très forte et l’utilisation de ce type de travail dans la phase initiale du déboisement (nettoyage du sous-bois, ouverture de layons, etc.) est bien établie.

Violence et travail esclave sont, sans aucun doute, des pathologies sociales en étroite corréla-tion. Une étude menée par la Délégation régionale du Travail du Pará en 2006 met en lumière un ensemble complexe de variables qui contribuent fortement à la présence simultanée des deux processus. Le livre publié en avril 2008 par la CPT indique que 28 personnes ont été assassinées dans des conflits fonciers en 2007, un peu moins qu’en 2006, où avaient été enre-gistrés 39 meurtres. Dans l’état du Pará, des épisodes comme celui d’Eldorado de Carajás (en 1996, qui entraîna la mort de 19 paysans sans terre) sont encore dans la mémoire publique.

Après avoir analysé un par un les aspects du travail esclave tels qu’on peut les percevoir dans les données disponibles et tenté quelques mises en relation avec des facteurs présumé explica-tifs, on peut  aller plus loin et traiter conjointement avec elles (par une analyse factorielle) un grand nombre de variables économiques et sociales pour de mettre en lumière le contexte dans lequel se développe le travail esclave, le syndrome social dont le travail esclave n’est que le symptôme le plus aigu.

On peut alors élaborer un indice de probabilité (ou de risque, s’agissant d’un fait illégal) de présence de travail esclave, indépendant des dénonciations. Un tel indice peut aider à estimer, à partir la partie déjà détectée du phénomène, les régions où il est probable qu’il existe, bien qu’aucune opération n’y ait encore été menée, voire aider à orienter des recherches là où – bien qu’aucune dénonciation n’ait été reçue – on peut supposer que des cas de travail esclave peu-vent exister.

Le test de la valeur de l’indice est que les régions qu’il désigne soient effectivement au maxi-mum celles où des situations de travail esclave ont été constatées, avec un minimum de cas dans des régions d’indice bas. La partie haute de la carte nº 63 représente cet indice, qui cor-respond bien à ces exigences : les cas constatés (moyenne des données MTE et CPT) sont bien situées dans les plages les plus sombres – celles où l’indice est à son maximum – et très peu d’entre eux dans les zones claires (indice bas). Les zones sombres sans cas constatés sont celles où l’on peut supposer – hors du littoral ou des environs de Brasilia, où les conditions sociales sont différentes – que des cas de travail esclave pourraient être détectés si des recherches y étaient faites.

Détecter les cas de travail esclave sans attendre les dénonciations est évidemment un progrès, mais on peut espérer, par les mêmes méthodes, faire un pas de plus : identifier les régions où existe un risque sérieux de recrutement de travailleurs qui se retrouveront en situation d’esclavage, autrement dit une vulnérabilité au recrutement d’esclaves (aliciamento).

À l’échelle nationale on observe bien une coïncidence entre les plages de haut indice de vul-nérabilité (partie basse de la carte nº 63) et les lieux où sont nés les travailleurs libérés de si-tuation d’esclavage (naturalidade) notamment dans le Nordeste, d’où viennent la plupart des cas connus. Deux exceptions semblent infirmer la validité de l’indice, le Sud-Sudeste et la haute Amazonie, mais ces exceptions ne sont qu’apparentes. Dans le cas de la haute Amazo-nie, les effectifs humains présents sont trop faibles pour intéresser les recruteurs et dans le cas du Sud-Sudeste le lieu de naissance n’a été qu’une étape sur une longue route de migrations.

Indice re risque d'esclavage
Indice re risque d'esclavage
Indice de vulnérabilité
Indice de vulnérabilité

Au terme de cette analyse, on pourrait donc suggérer que les autorités compétentes (munici-pales, des États fédérés et de l’État fédéral) prêtent particulièrement attention à cette avant-garde du front pionnier, qui pourrait bien receler non seulement des travailleurs esclaves, mais aussi d’autres atteintes aux lois sociales et environnementales du pays. Certes, on sait qu’il existe une grande différence entre la nécessité de surveillance et les moyens dont dispose l’État, qui ne réussit même pas à traiter toutes les dénonciations qui lui sont acheminées. Mais des actions ciblées sur les lieux où le risque de présence de travail esclave est élevé pourraient rendre plus efficace l’action de surveillance.

 

Améliorer la connaissance fine des situations de travail esclave permettra en outre de bien distinguer les cas qui tombent sous le coup de la législation brésilienne – essentiellement ceux où les travailleurs sont retenus contre leur gré – de ceux où les conditions de travail, de loge-ment et d’alimentation sont mauvaises, mais sans qu’il y ait illégalité, comme cela peut être le cas dans la production de soja et de canne à sucre. On y trouve sans aucun doute des cas de surexploitation, parfois mortelle, mais rien qui justifie l’action des groupes mobiles de lutte contre l’esclavage, qui ont donc peu de chances de trouver des travailleurs esclaves dans des états plus riches du Sud-Sudeste. Les régions à surveiller sont donc bien toujours les marches avancées du front pionnier, dans le Nord et le Centre-Ouest, les situations du reste du pays relevant d’autres analyses et devant faire l’objet d’autres modes d’intervention.

En conclusion – un peu optimiste sur ce sujet grave – on peut espérer que la publication d’informations relatives à la situation de travailleurs asservis permettra une plus grande trans-parence pour la population en général et une plus grande efficacité des associations engagées sur ces thèmes. Des pétitions et des projets de loi ont été envoyés au Parlement, mais beau-coup sont classés sans suite en raison de pressions politico-économiques qui visent à créer, dans la législation comme dans la jurisprudence, des brèches réduisant l’efficacité du Plan National d’Éradication du Travail Esclave au Brésil. Si une analyse typiquement géographique et cartographique peut contribuer à jeter la lumière là où certains ne la souhaitent pas, et aider au meilleur fonctionnement des politiques de prévention et de répression des formes archaïques et illégales de travail esclave, ce ne serait pas un mauvais résultat.

Bibliographie

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J.,  Atlas as do trabalho escravo no Brasil, Amigos da Terra Amazônia, 2012, 82 p., http://amazonia.org.br/wp-content/uploads/2012/04/Atlas-do-Trabalho-Escravo.pdf

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J., « Géographies du travail esclave au Brésil » , Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, article 541, mis en ligne le 23 juin 2011, modifié le 24 juin 2011. URL : http://cybergeo.revues.org/23818

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J, “Geografias do trabalho escravo no Brasil”, Nera 17, Presidente Prudente, juin 2011, pp. 7-28, http://www4.fct.unesp.br/nera/revistas/17/6_thery_et_al.pdf

Répercussions

Ce n’est  pas tous les jours qu’un travail de recherche universitaire franco-brésilien a cette répercussion et surtout des chances de peser sur la réalité sociale observée.

L’Atlas do trabalho escravo est l’objet de l’article de tête du bulletin de l’agence Fapesp, après avoir été en même position dans la Folha de S. Paulo online et signalé dans divers autres bulletins et blogs (voir ci-dessous). Nous avons par ailleurs répondu à bon nombre de demandes d’interviews dans des radios, dont la Radio Nacional de Brasilia et sa filiale Amazonia (qui diffuse en ondes courtes en Amazonie).

L’article de la Fapesp est le plus complet et le plus gratifiant pour nous, et il sort le lendemain du jour ou la Chambre des Députes a voté la confiscation des fazendas ou seraient trouvés des travailleurs en situation d’esclavage, ce qui fait qu’il pourrait avoir une réelle utilité dans les politiques publiques brésiliennes.

  Agences officielles

Agencia Fapesp

http://agencia.fapesp.br/15642

Jornal da USP

Ano XXVII nº 962 de 11 a 17 de junho de 2012 « O mapa da degradação ».

http://espaber.uspnet.usp.br/jorusp/?p=22673

CNRS-INSHS, La vie des laboratoires

http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/atlas-esclavage.htm

 Cendotec

ttp://comunidadefb.com.br/web/index_not.php?p=10000

Jornal da Ciência (JC),  Sociedade Brasileira para o Progresso da Ciência  (SBPC)

Número 4504, 24/5/2012

Agencia de Notícias para a Difusão da Ciência e Tecnologia (DiCYT), Salamanca

http://www.dicyt.com/noticia/atlas-mostra-fluxo-de-trabalhadores-escravos-no-brasil

 Journaux nationaux

Folha de S. Paulo online (São Paulo)

(http://www1.folha.uol.com.br/empreendedorsocial/1090107-atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil-pode-prevenir-exploracao.shtml)

Estado de S. Paulo (Saõ Paulo)

« Trabalho escravo » 9/6/2012

Globo (Rio de Janeiro)

http://oglobo.globo.com/rio20/pesquisadores-lancam-atlas-do-trabalho-escravo-5018243

EM Estado de Minas (Belo Horizonte)

http://www.em.com.br/app/noticia/tecnologia/2012/06/04/interna_tecnologia,298165/estudo-traca-retrato-do-escravo-contemporaneo.shtml

Correio Braziliense (Brasília)

http://www2.correioweb.com.br/euestudante//noticias.php?id=29828

Exame

http://exame.abril.com.br/economia/brasil/politica/noticias/pesquisadores-criam-atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil

Journaux amazoniens

O Liberal (Belém)

http://www.orm.com.br/projetos/oliberal/interna/default.asp?modulo=250&codigo=596009

Gram-Pará:

http://www.grampara.com.br/atlas-do-trabalho-escravo-ajuda-empresas-a-se-prevenir/

O Paraense

http://www.oparaense.com.br/index.php?option=com_content&view=article&id=1795:o-atlas-do-trabalho-escravo&catid=5:direitos-humanos&Itemid=6

Portal da Amazônia

http://www.portalamazonia.com.br/editoria/amazonia/atlas-traca-perfil-de-escravo-contemporaneo-no-brasil/

 Radios

CBN 

http://cbn.globoradio.globo.com/programas/cbn-noite-total/2012/04/19/OSCIP-AMIGOS-DA-TERRA-AMAZONIA-BRASILEIRA-LANCA-EM-PARCEIRA-COM-A-OIT-O-ATLAS-DO-TRA.htm

Radio Novo Tempo

http://novotempo.com/radio/2012/05/29/no-dia-do-geografo-conheca-o-trabalho-escravo-no-brasil/

ONGs

Repórter Brasil 

http://reporterbrasil.org.br/blogdaredacao/?p=930

Instituto Ethos

http://www1.ethos.org.br/EthosWeb/pt/6749/servicos_do_portal/noticias/itens/pelo_fim_do_trabalho_escravo_em_todo_o_mundo.aspx

IHU On-line
http://www.ihu.unisinos.br/noticias/508544-primeiroatlasdotrabalhoescravotrazferramentadeprevencaoparaasempresas

GT de combate ao Racismo Ambiental
http://racismoambiental.net.br/2012/04/primeiro-atlas-do-trabalho-escravo-traz-ferramenta-de-prevencao-para-as-empresas/

 Grupo de estudos de geografia histórica:

http://geohistorica.wordpress.com/category/grupo-de-estudos-de-geografia-historica/noticias/

 Amigos da Agroecologia:

http://agroecologiace.blogspot.com.br/

Blogs

Hum Historiador

http://umhistoriador.wordpress.com/2012/05/27/atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil-e-a-pec-438-01-do-senado/

Blog Quarto Poder
http://www.blogquartopoder.com.br/2012/04/primeiro-atlas-do-trabalho-escravo-traz.html

Margens, reflexões sociológicas

http://margensociologicas.blogspot.com.br/2012/05/atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil.html

Professor News

http://www.professornews.com.br/index.php/component/content/article/93-tecnologia/2358-geografo-da-unesp-produz-atlas-do-trabalho-escravo

Diplomatizzando (Paulo Roberto de Almeida)

http://diplomatizzando.blogspot.com.br/2012/05/o-brasil-e-o-trabalho-escravo-atlas.html

Revista Giz

http://revistagiz.sinprosp.org.br/?p=2015


Appartements de luxe à São Paulo

Le supplément São Paulo de l’hebdomadaire Veja publiait récemment une publicité pour des appartements de luxe mis en vente depuis peu dans cette ville, qui donne une idée de ce que peut être le mode de vie de riches – très riches – Brésiliens.

Sur un terrain de 11 000 m2 du Jardim Europa, un des quartiers les plus chics de São Paulo, deux tours rassemblent une trentaine d’appartements de 400 m2 habitables (disposant chacun de cinq places de stationnement) ou 501 m2 habitables (six places de stationnement). Au sommet des deux tours sont proposés des duplex de 717 m2 (sept places de stationnement) ou de 900 m2 (neuf places de stationnement).]

Selon le site de commercialisation, l’immeuble est écologique puisqu’il dispose de systèmes de récupération de l’eau de pluie (pour l’arrosage des jardins et des courts de tennis) et d’économie d’énergie pour l’éclairage. Par ailleurs les matériaux de revêtement des ascenseurs sont naturels, marbre et bois. La prudence est de règle, avec des générateurs électriques de secours et un gardiennage musclé 24h sur 24. Chacune des deux tours offre une lounge (sic, ainsi que tous les mots anglais qui suivent), un lobby, une salle de bal, un patio externe et une aire de jeux, mais doivent se partager le court de tennis, la piscine de loisirs, le centre de fitness, la piscine intérieure et le bain à remous.

Le Healt Club (sic) sera disponible 24 heures par jour, 365 jours par an, et les copropriétaires peuvent y inviter les professionnels de leur choix (notamment leurs personal trainers). Ils y ont à leur disposition des peignoirs, des pantoufles, des serviettes, des produits L’Occitane, des bikinis jetables pour traitements de beauté, un lecteur MP3 avec une sélection personnalisée de musique, des moniteurs de fréquence cardiaque. La boutique On-Call offre une liste complète d’accessoires de sport, de piscine, de tennis et des produits cosmétiques qui peuvent être achetés sur catalogue électronique et livrés directement dans l’appartement.

Les appartements ont 2,95m de hauteur de plafond. Ils sont câblés et l’installation de caméras de sécurité dans les entrées principales et de service est prévue, ainsi que celle de la climatisation (drains et prises électriques). Ils sont également dotés d’un système d’aspirateur central (avec des points d’entrée dans les chambres, la cuisine et les séjours) et d’un système de chauffage individuel combiné avec une recirculation de l’air (ce qui, notons-le, est rarissime au Brésil, pays tropical, mais pas inutile, certaines nuits froides, à São Paulo).
L’entrée des appartements est contrôlé par une serrure biométrique et un écran tactile LCD permet la connexion de systèmes de contrôle du son, de la climatisation, de l’éclairage, des alarmes, des rideaux et stores et du home cinema, si l’acheteur le souhaite.

Le plan d’un des appartements de 501m2 (dans sa version à trois chambres) est reproduit (et traduit) ci-dessous. On remarque que les habitants disposeront d’une salle à dîner et d’une salle à déjeuner séparées, ainsi que de tables et de chaises sur la terrasse. Pas de problèmes non plus pour trouver un coin de détente, le séjour abrite sans peine deux canapés, la terrasse et le home theater chacun deux autres, sans compter  une douzaine de fauteuils éparpillés ici et là. L’hygiène n’est pas négligée avec cinq salles de bains complètes, plus un lavabo d’invités, et pas moins de six toilettes.

On notera que l’architecte – dont on imagine qu’il a eu du mal à trouver des usages pour tous ces mètres carrés – a prévu des pièces spécialisées pour ranger les chapeaux (de Madame, peut-on supposer), les bouteilles (de Monsieur, probablement) et l’argenterie (du couple). Il a aussi – assez raisonnablement – prévu un closet sensiblement plus grand pour les vêtements de Madame que pour ceux de Monsieur. Dans la version à une seule suite ils ont une salle de bain chacun, mais tant le closet de Madame que sa baignoire sont bien plus grand que ceux de Monsieur : même avec 250 m2 chacun, il faut savoir reconnaître que les besoins ne sont pas les mêmes pour les deux sexes.

Les employés de maison ont leur place bien prévue, et bien séparée du reste de l’appartement : deux chambres de bonne (avec toilettes et douche bien à elles), dépense, buanderie, lingerie. Toutes ces pièces, ainsi que le hall et le couloir de service et la salle du chauffeur (dotée d’un canapé où il attend qu’on ait besoin de lui), sont carrelés de blanc, alors que le reste les sols du reste de l’appartement ont des sols de parquet ou de carrelages de couleur.

Le prix de ces appartements ? À  partir de 4 572 000 Reais ( près de deux millions d’Euros au cours du de septembre 2011) pour les appartements de 400 m2, 6 600 000 Reais (2,8 millions d’Euros) pour les appartements de 501m². Soit respectivement 705 et 1 018 ans du salaire minimum brésilien de 540 Reais par mois (227 Euros). Ce prix, indicatif et révisable, est valable pour le 4e étage, il serait plus cher aux étages élevés. Le prix des duplex n’est pas mentionné.

Un pont entre la France et le Brésil

Un pont relie désormais la France au Brésil, pays avec lequel – le fait est peu connu – elle partage sa plus longue frontière terrestre, plus de 700 kilomètres de bout en bout, dont plus de 400 au long de l’Oyapock. C’est sur ce fleuve que le pont est en construction, à la suite d’une décision qui relève plus de la géopolitique que d’une quelconque logique économique.

La genèse du pont

Ce pont à haubans de 378 m de longueur comportera deux voies de 3,50 m de largeur et deux voies mixtes séparées pour piétons et cyclistes. Le tirant d’air minimal sous le tablier est de 15m, et les deux pylônes culminent à 83 m de hauteur. Les travaux sont déjà bien avancés puisque le samedi 28 mai, vers 22h30, la jonction entre les deux tronçons du tablier a été effectuée, actuellement les travaux sur les voies d’accès à Saint Georges de l’Oyapock (côté français) et Oiapoque (côté brésilien) se terminent. Cela ne veut pas dire que le pont doive être ouvert très prochainement à la circulation, selon Jean-Paul Le Pelletier, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Guyane, il faudra attendre encore un bon moment pour que l’ouvrage soit opérationnel. Si les maîtres d’œuvre du pont estiment qu’ils devraient terminer les finitions (enrobé, glissières, signalisation…) autour du mois de juillet,. l’inauguration officielle ne se fera pas avant septembre – sa date dépendra des calendriers politiques des dirigeants français et brésiliens – et l’ouverture à la circulation pourrait ne pas se faire avant début 2012.

Figure 1 Le pont en avril 2011

Photo Stéphane Granger

La genèse de ce pont a été longue. Lors de sa rencontre à Saint-Georges de l’Oyapock, le 25 novembre 1997, avec le président brésilien Fernando Henrique Cardoso Jacques Chirac avait déclaré « nous avons évoqué naturellement la route. J’ai dit au Président Cardoso que, grâce notamment aux autorités départementales, les choses étaient bien parties et que l’an 2000 ne serait pas franchi sans que l’on puisse aller du Venezuela à Buenos Aires par la route et sans difficulté, il s’en est réjoui ».

En réalité, l’aménagement du franchissement n’a été confirmé par le comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT) que le 18 décembre 2003, et l’accord franco-brésilien relatif à la construction d’un pont sur le fleuve Oyapock et de la liaison routière reliant la Guyane et l’État de l’Amapa n’a été signé que le 15 juillet 2005, à l’occasion de la visite du président Luiz Inácio Lula da Silva en France. Cet accord a ensuite été ratifié par le Brésil en 2006 et par la France par une loi du 18 janvier 2007.

Figure 2 Les ouvriers – tous brésiliens – du chantier

Photo Hervé Théry

L’appel d’offres relatif à la construction du Pont a été ensuite été lancé fin novembre 2008. La commission intergouvernementale réunie à Paris le 29 avril 2009 a retenu le groupement brésilien EGESA/CMT pour la construction du pont sur l’Oyapock. Le contrat entre le DNIT (Département National des Infrastructures Terrestres) et l’entreprise Egesa Engenharia S/A a été signé le 29 juin 2009 et publié au Journal Officiel du 2 juillet 2009. L’ordre de service de démarrage des travaux a été donné le 13 juillet 2009, mais des travaux complémentaires de fouilles archéologiques ont été nécessaires, ralentissant les travaux des fondations de l’ouvrage.

Le contexte régional

Pourquoi un pont aussi grandiose alors que l’on n’attend qu’un trafic très limité, qui aurait très probablement pu être absorbé sans difficulté – à un coût infiniment moindre – en renforçant le service des bacs qui assuraient déjà la traversée ? Cela ne s’explique que dans une perspective géopolitique régionale de liaison entre le Brésil et ses voisins du Nord.

Ces voisins se sont longtemps méfiés de son expansionnisme, notamment la France qui s’est abstenue de construire la liaison routière de 80 km entre Régina (déjà reliée à Cayenne) et Saint Georges de l’Oyapock. Ce n’est que plusieurs années après le retour de la démocratie au Brésil, après la période de la dictature militaire (1964-1985) que les travaux ont été entrepris, et ils n’ont été achevés qu’en 2003. Avec leur conclusion, l’axe RN1 / RN2 assure désormais la liaison sur 450 kilomètres entre Saint Laurent du Maroni et la frontière du Surinam, à l’Ouest, et Saint Georges de l’Oyapock et la frontière brésilienne, à l’Est. Avec la construction du pont, la route côtière constitue donc désormais un maillon d’une « panaméricaine atlantique », doublant celle qui parcourt le continent, sur le versant Pacifique, de la Terre de Feu à l’isthme de Panama. Il faut toutefois noter que le Brésil n’avait pas attendu pour se doter d’une autre sortie vers les Caraïbes, l’ouverture de la route BR174, Manaus – Caracas permettant déjà la liaison Venezuela – Buenos Aires que Jacques Chirac imaginait passant par la Guyane.

Mais cet axe guyanais n’est pas pour autant inutile pour le Brésil, il est inclus dans les projets d’aménagement à l’échelle continentale sous le nom d’« Arc Nord », rejoignant l’axe de la BR174 à l’ouest. Cet axe ne rejoint toutefois pas Belém et l’axe amazonien du côté oriental, il reste un obstacle à franchir entre Macapá et Belém, la vallée de l’Amazone. On peut se faire une idée des distances en question si l’on se rappelle que l’île de Marajó, qui en occupe l’embouchure, a sensiblement la taille – 40 000 km2 – des Pays Bas…

Inquiétudes

Tout ne va pourtant pas pour le mieux car, en Guyane, le pont inquiète certains : « Oiapoque est l’une des portes d’entrée des Brésiliens vers la Guyane. De fait, l’ouvrage est perçu comme un vecteur d’invasion », explique Frédéric Piantoni spécialiste des questions migratoires guyanaises à l’Institut de recherche et de développement, cité par Viviane Thivent. Celle-ci ajoute que « selon les sources, les estimations varient de 10 000 à 40 000. En septembre 2009, le Consul du Brésil à Cayenne a donné les chiffres suivants : de 8 000 à 10 000 Brésiliens en situation régulière et 10 000 à 12 000 illégaux, soit environ 22 000 Brésiliens (10% de la population). Ce chiffre est néanmoins jugé comme un seuil minimum. Les estimations plus communément avancées font état de 20% de Brésiliens en Guyane dont la plupart travaillent non pas dans l’orpaillage mais dans les travaux publics et les gardes d’enfants ».

On peut aussi avoir des doutes sérieux sur l’utilité économique de la nouvelle liaison routière « Ce pont est avant tout un symbole, celui de la relance des relations franco-brésiliennes. Il est donc le fruit d’une décision politique et non celui d’un besoin socio-économique local… ou régional », explique Madeleine Boudoux d’Hautefeuille. La Guyane et l’Amapa présentent des profils géographiques relativement similaires (économie du bois). Du coup, ces deux territoires n’ont pas grand chose à échanger à l’échelle régionale ». Les échanges commerciaux ne sont donc sans doute pas pour demain. « La seule chose qui risque de transiter par le pont, c’est la police des frontières, regrette Françoise Grenand. On imagine qu’un pont sert à relier, mais celui-ci est en train de tirailler ces deux petites communes de Saint-Georges et d’Oiapoque. Ce pont devait relier, réduire les distances mais il est en train d’écarter le fleuve et de transformer la région en frontière, chose qu’il n’a jamais été jusque-là. C’est le paradoxe de ce pont ».

L’observatoire Hommes-Milieux Oyapock

Pour mieux comprendre ce qui va se passer, savoir si ces inquiétudes sont justifiées ou si ce sont plutôt les rêves grandioses d’un commerce frontalier florissant qui vont se concrétiser, on pourra se fonder sur les résultats des travaux de l’Observatoire Hommes-Milieux Oyapock créé en 2008, avant la construction du pont, et qui en accompagnera les effets dans les années à venir.

Imaginés en 2007, les Observatoires hommes-milieux (OHM) sont de nouvelles structures pluridisciplinaires du CNRS. Ils sont mis en place lorsqu’un événement majeur d’origine anthropique vient bouleverser l’équilibre d’une région. À ce jour, six observatoires fonctionnent : l’OHM du bassin minier de Provence à Gardanne, l’OHM « Guyane-Oyapock », l’OHM « grande muraille verte » au Sénégal, l’OHM « Pyrénées Haut-Vicdessos », l’OHM « Estarreja » au Portugal et l’OHM « Rhône », trois autres étant en projet.

Selon Viviane Thivent « décrire le fonctionnement de la région avant et après la construction du pont, tel est l’objectif de l’Observatoire. À ce stade du projet, les chercheurs ont décrit les problématiques complexes de l’accession à la propriété de part et d’autre de la frontière. Ils ont de plus mis l’accent sur la caractérisation des pratiques agricoles : qui cultive ? Quand ? Comment ? ». « Les Observatoires hommes-milieux sont des structures de recherche ponctuelles, pluridisciplinaires… » explique Françoise Grenand, sa directrice. « Ils rassemblent des géographes, des anthropologues, des biologistes… et sont mis en place lorsqu’un événement majeur, d’origine anthropique, risque de modifier l’équilibre d’une région… ». « L’élément perturbateur ici, c’est le pont. Ou plutôt le complexe pont et route. » précise Damien Davy, ingénieur au CNRS qui travaille depuis l’origine à l’OHM :    « Depuis 2008, nous avons entamé une série d’études de part et d’autre de la frontière afin de comprendre les dynamiques socio-économiques, identitaires et culturelles, environnementales et migratoires de cette contrée. Et en ce moment, nous travaillons plus particulièrement sur l’agriculture et le foncier. ».

L’OHM va donc permettre de suivre les effets – positifs et négatifs – de la construction du pont et des routes qui lui sont associées, à plusieurs échelles. On pourra ainsi se faire une idée des conséquences locales, régionales et continentales du geste géopolitique qui se concrétise aujourd’hui avec la conclusion de ce pont.

 

Références

Construction du pont (site de la DDE Guyane)

http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=162, http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=17

État des travaux, http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=335, http://www.latribunedesantilles.net/index.php?option=com_content&task=view&id=2977&Itemid=53, 31-05-2011, http://www.brasilyane.com/index.php/actualites-bresiliennes/actualites-amapa/420-3005-pont-sur-loyapock-pas-douverture-avant-2012-

Discours de Jacques Chirac et Fernando Henrique Cardoso

http://discours.vie-publique.fr/notices/977016769.html

Décret n° 2007-1518 du 22 octobre 2007 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République fédérative du Brésil relatif à la construction d’un pont routier sur le fleuve Oyapock reliant la Guyane française et l’Etat de l’Amapá, signé à Paris le 15 juillet 2005, http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000794015&dateTexte

Frontière entre le Brésil et la France, http://fr.wikipedia.org/wiki/Fronti%C3%A8re_entre_le_Br%C3%A9sil_et_la_France

Frontières de Guyane, Guyane des frontières http://www.terresdeguyane.fr/articles/frontieres/default.asp

Les Observatoires Hommes-Milieux du CNRS, http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2155.htm et http://www.cnrs.fr/inee/recherche/fichiers/ohm/OHM%20plaquette%20A3.pdf

Observatoire Hommes-Milieux « Oyapock, un Fleuve en partage », http://www.guyane.cnrs.fr/projoyapock.html , http://www2.cnrs.fr/sites/communique/fichier/fiche_photos_oyapock.pdf

Viviane Thivent, Guyane : le pont qui sépare deux rives, http://www.universcience.fr/fr/science-actualites/enquete-as/wl/1248116676440/guyane-le-pont-qui-separe-deux-rives/

Avions vs bus

Un article de la Folha de São Paulo du 22 mars[1] indique que le nombre de passagers des compagnies aériennes fréquentant les lignes intérieures brésiliennes a dépassé cette année, pour la première fois, celui des voyageurs des lignes de bus à longue distance : en 2010, on a compté 66 millions de passagers sur les liaisons aériennes entre États de la Fédération, et les deux premiers mois de 2011 ont connu une progression d’environ 10% par rapport à l’an dernier. Pour cette même année 2010, l’Agence nationale du transport terrestre (ANTT) calcule que le nombre de passagers ayant voyagé en autobus a été de près de 67 millions, avec une tendance à la baisse qui dure depuis 2003. De 2002 à 2010, le nombre de passagers des compagnies aériennes a augmenté de 115% et celui des passagers des bus a diminué de 31%.

C’est là un changement majeur, depuis des décennies l’immense majorité des Brésiliens utilisaient les bus pour se déplacer d’une ville à l’autre, d’autant plus que le (modeste) réseau ferré ne sert plus qu’au transport de marchandises. On date en général de la construction de Brasília (1955-1960) l’option pour le « tout-routier », avec la construction des routes menant à la nouvelle capitale et vers l’Amazonie, et l’installation des industries automobiles dans le pays.

La photo ci-dessous montre un de ces bus pionniers qui amenait vers la ville nouvelle des migrants venus de tout le pays, elle est exposée (sans mention d’auteur) au musée du Catetinho, le « palais » de planches brutes d’où le Président Kubitschek dirigeait la construction de la ville.

Bus desservant Brasília pendant sa construction (sans mention d’auteur, musée du

Aujourd’hui, les bus interurbains brésiliens sont bien plus modernes et confortables que leurs équivalents européens et même nord-américains : climatisés, équipés de WC et de circuits de télévision, ils sont en outre dotés de soutes immenses qui permettent d’emporter beaucoup de bagages. Cette possibilité est particulièrement appréciée par les Nordestins installés à São Paulo ou à Rio de Janeiro, qui aiment rentrer dans leur région d’origine chargés de cadeaux qui attestent de leur réussite.

Bus interurbain, dans ce cas affrété par une agence touristique (cliché Hervé Théry, 2007)

Ces bus sont en outre généralement dotés d’un compresseur et d’un circuit d’air comprimé qui permet de vérifier et de maintenir la pression des pneus.

Dispositif maintenant la pression des pneus (cliché Hervé Théry 2010)

Cette précaution est rendue nécessaire par l’état déplorable de beaucoup de routes, principalement en Amazonie et dans le Nordeste, comme celle qui apparaît ci-dessous : le panneau publicitaire dit « Le DNIT [Département national des infrastructures terrestres] s’occupe de votre sécurité », sans doute les nids de poule font ils fonction de ralentisseurs…

Route BR319 à proximité de Porto Velho (cliché Hervé Théry 2005)

Comme ces bus à longue distance roulent jour et nuit (les chauffeurs se relayant) il est prévu des arrêts réguliers pour que les passagers puissent se restaurer et se détendre les jambes. Conçus pour accueillir des centaines de personnes à la fois, ces relais routiers qui sont en compétition pour attirer automobilistes, camionneurs et compagnies de bus rivalisent de luxe et apparaissent d’autant plus dans le paysage que leur architecture est parfois étrange.

Relais routier dans l’État de São Paulo (cliché Hervé Théry 2008)

C’est ce système bien rodé qui est aujourd’hui concurrencé par le développement du transport aérien de masse. Après une série de faillites retentissantes, deux compagnies se partagent désormais le marché, la TAM (Taxi aéreo de Marília) et la GOL. La première, comme son nom l’indique, est issue d’une firme de taxi aérien de l’intérieur de l’État de São Paulo, l’autre a été fondée par une famille qui a fait fortune dans le transport par autobus mais a senti que l’avenir était ailleurs.

La TAM affiche clairement son « orgueil d’être brésilienne » (cliché Hervé Théry 2009)

Les deux compagnies rivalisent sur les lignes principales avec des avions de ligne modernes (Airbus, Boeing et Embraer, le constructeur brésilien) mais elles laissent de la place à de nombreuses petites compagnies régionales sur les dessertes des petites villes, opérées avec des avions plus petits, à hélice, avec un service nettement plus rustique.

Sur un aérodrome du Mato Grosso le pilote vérifie le train d’atterrissage pendant qu’on fait le plein de son avion (cliché Hervé Théry, 2009).

Grâce à cette offre abondante et à bas prix – les leçons des compagnies low cost ont été retenues – la fréquentation a beaucoup augmenté, en particulier grâce à l’arrivée de clients qui n’avaient jusque-là jamais pris l’avion. Selon la GOL, qui vient pour la première fois de dépasser sa concurrente, aujourd’hui près de la moitié de ses passagers sont issus des classes populaires, celles qui naguère voyageaient en bus. Pour gagner encore plus de parts de marché, la compagnie permet d’étaler le paiement des billets sur de longues périodes, allant jusqu’à 36 mois.

De ce fait c’est le Nordeste, la région la plus pauvre du pays, qui a vu le plus augmenter (en pourcentage) le nombre de passagers aériens entre 2003 et 2010 : en 2003 ils étaient 5 millions, en 2010, leur nombre a bondi à 12,6 millions. L’empregada (employée de maison) Ruth Luz Santos, 47 ans, s’est ainsi rendu à Rio de Aracaju en avion pour la première fois. Avec 400 Reais (170 Euros) payables en trois fois et avec l’aide du patron, elle acheté un billet aller-retour. Elle y a gagné en temps de transport puisque le vol Rio-Aracaju dure deux heures et demie, contre 30 heures pour le trajet en bus, sans grand surcoût puisque le trajet en bus coûte près de 300 Reais.

Selon le directeur général de l’ANTT, Bernardo Figueiredo, « le bus était imbattable parce qu’il n’avait pas de concurrence. Maintenant, il revient à son marché, les trajets jusqu’à 500 kilomètres ». De fait, les lignes les plus touchées sont celles de plus de 1 000 kilomètres. Mais même pour les longues distances, le bus est toujours nécessaire, « les jours de pointe, comme le Carnaval et Noël, nous pouvons multiplier au moins par six fois la capacité de passagers, et ça l’avion ne peut pas le faire ».


[1] Dimmi Amora et Andreza Matais, Folha de São Paulo, 22 mars 2011, http://www1.folha.uol.com.br/fsp/mercado/me2203201103.htm