Productions agricoles en 2014 et leur dynamique depuis 1990

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) publie chaque année des données sur la production agricole et de l’élevage par commune[1], organisées sur en bases connues comme PAM (production agricole par commune) et PPM (production de l’élevage par commune). Les deux sont librement et gratuitement accessibles sur le site de l’IBGE, via la base de données Sidra (http://www.sidra.ibge.gov.br). La PAM indique, pour chaque production agricole, la superficie ensemencée, la superficie récoltée, la quantité produite et la valeur de la production, pour les années de 1990 à 2014. Le PPM donne pour les mêmes années le nombre de têtes de chaque type de cheptel, la production de lait, d’œufs, de miel, de cocons de ver à soie et de laine, plus le nombre de vaches traites et de moutons tondus. Les données peuvent être extraites, à l’échelle des communes ou de leurs agrégations (microrégions, mésorégions, États et régions), pour l’ensemble du pays ou d’une partie de celui-ci, États ou « visions territoriales » spécifiques comme la région semi-aride, l’Amazonie ou les « territoires de la citoyenneté ».

Les données de 2014 étant disponibles, nous avons trouvé intéressant d’en tirer des cartes (en utilisant les logiciels Philcarto[2] et Adobe Illustrator[3]) de la distribution des principales productions agricoles et de l’élevage dans les 557 microrégions que compte le pays, et de l’évolution de certaines au cours des 24 dernières années.

Élevage

La figure 1 regroupe les cheptels recensés en 2014, recalculés en UGB (unités de gros bétail) pour pouvoir comparer leur importance relative, en poids et en pression sur les ressources naturelles : le nombre brut est multiplié 0,3 pour les porcs, 0,1 pour les moutons, les chèvres 0,09 0,01 poulets, etc.

Ce calcul fait apparaître clairement la prédominance de l’élevage bovin, le nombre de bovins dans le pays étant plus élevé que le nombre d’êtres humains (212 millions contre 202,7 millions selon l’estimation officielle de l’IBGE pour 2014).

Tableau 1 Cheptels bruts et en UGB

Bovins Volailles Porcins Équidés Ovins Caprins Buffles Total
212 1.331 38 5 18 9 1 1.614
212 13 11 4 2 1 1 244

Millions de têtes. Source : IBGE, PPM 2014

Les bovins sont présents dans tout le pays, en particulier dans le Centre-Ouest, tandis que les autres cheptels sont concentrés dans des régions bien définies : buffles dans l’embouchure de l’Amazone, chèvres dans les régions intérieures du Nordeste, moutons dans la campagne gaúcha du Rio Grande do Sul. Les porcs et les poulets ont des distributions similaires, dans les régions d’agriculture familiale du Sud et à proximité des grandes villes du Sudeste, ainsi que – plus récemment – dans la région du soja du Mato Grosso, où les producteurs ont créé des parcs d’engraissement pour valoriser leur production de céréales et de protéines animales.

Dans la dynamique historique, ce qui attire l’attention est la croissance du nombre de bovins (figures 2 et 3) et son expansion vers le nord, en Amazonie, tandis qu’ils diminuent dans le sertão du Nordeste et dans l’État de São Paulo, où ils cèdent la place à la canne à sucre (figure 4 et 5).

Figure 1 Cheptels en 2014

Elevages 2 fr

Figure 2 Bovins en 1990

Bovins 1990 fr

Figure 3 Bovins en 2014

Bovins 2014 fr

Figure 4 Avancée de l’élevage bovin de 1990 à 2004

Bovinos Var 90-10 choro fr

Bovinos 90-14 micro fr

Agriculture

La distribution des productions agricoles est elle aussi très contrastée et marquée de fortes dynamiques. La figure 5 regroupe les principales d’entre elles, en tonnages et à la même échelle, exceptée la canne à sucre dont les volumes sont si élevés qu’ils déséquilibrent toute comparaison. Elle fait apparaître la prédominance du soja et du maïs, dans les mêmes régions puisqu’ils sont souvent associés dans les rotations culturales.

La canne à sucre occupe des régions immédiatement au sud de celle du soja, dans le Goiás, le Mato Grosso do Sul et surtout l’État de São Paulo, où elle a replacé le café – qui a migré vers le sud du Minas Gerais et l’Espírito Santo (figures 6 et 7) – principalement depuis le développement de la production d’alcool combustible lancée par le plan Proalcool de 1973 (d’où le choix de la date de référence de la figure 7). Les plantations d’orangers sont elles aussi concentrées dans l´État de São Paulo.

Les autres cultures se partagent clairement entre celles du nord (manioc et palmier à huile), du Nordeste (manioc, canne à sucre, noix de coco, bananes) et celles du Sud (riz, blé, raisin et pommes), en fonction des aptitudes climatiques et des marchés consommateurs de chaque région.

Tableau 2 Principales productions agricoles

Canne à sucre Soja Maïs Manioc Oranges Riz
737 87 80 23 17 12
Bananes Blé Haricots Café Noix de coco Raisin
7 6 3 3 2 1

Millions de tonnes. Source : IBGE, PAM 2014

Figure 5 Principales productions agricoles en 2014

Toutes cultures 2014-2 fr

Figure 6  Déplacements du café

Cafe 1990 2014 micro 2 fr

Figure 7 Déplacements de la canne à sucre

Cana 1973-2010 micro fr

Les figures 8 et 9 montrent l’ampleur du déplacement des régions productrices de soja et de maïs depuis le Sud, où elles ont commencé dans les années 1970, vers le Mato Grosso puis vers le Maranhão, le Piauí et plus récemment vers le Pará. C’est toutefois encore le Mato Grosso, au terme d’une croissance spectaculaire (figures 10 et 11) qui est le centre de gravité de ce complexe soja-maïs, auquel s’ajoutent de plus en plus le coton et les parcs d’engraissement déjà mentionnés.

Figure 8 Déplacements du soja

Soja 1990-2014 micro -1+1 fr

Figure 9 Déplacements  du maïs

Milho 90-2014 micro -1+1 fr

Figure 10 Production de soja en 1990

soja 1990 mun 3D fr

Figura 11 Production de soja en 2014

soja 2014 mun 3D fr

[1] Le Brésil en comptait 5 570 en 2014 (contre 36 68 en France) alors que sa superficie est plus de quinze fois plus grande

[2] Logiciel gratuit qui peut être téléchargé à partir du site de l’auteur http://philcarto.free.fr/

[3] Pour la superposition des cartes analytiques et le traitement graphique final