Un tsunami de boue, de Mariana à la mer

La Brésil a la chance de ne pas être exposé à de graves risques naturels : pas de volcans actifs, peu de sismicité, pas de cyclones tropicaux. Mais il vient de connaître le pire désastre environnemental de son histoire avec la rupture de barrages dans l’État du Minas Gerais, dont le nom signifie « mines générales ». Il est e effet un des premiers producteurs de minerais du pays et les barrages qui ont cédé faisaient partie d’un complexe minier, à 35 km du centre de la ville de Mariana, ville minière historique à 124 kilomètres de Belo Horizonte.

Figure 1 Localisation

Localisation

http://s2.glbimg.com/1WlhgD60guri_V3a3UYOt1dAgVU=/s.glbimg.com/jo/g1/f/original/2015/11/05/estouro-barragem-mariana-mg_vale.jpg

Les barrages de Fundão et Santarém, situés entre Mariana et Ouro Preto, dans le Minas Gerais, ont cédé le 5 novembre 2015, libérant une vague de boue de 2,5 m de haut, une boue qui s’est propagée jusqu’à la mer, à 670 km en aval.

Le barrage qui s’est rompu était le Fundão, ce qui a ensuite endommagé le barrage de Santarém, tous deux situés dans le subdistrito de Bento Rodrigues. Ces barrages servaient à retenir les boues provenant de l’extraction de minerai de fer dans les mines immédiatement en amont. Le barrage de Fundão avait une licence d’exploitation valide jusqu’en 2019, mais les permis d’exploitation de Germano (le 3e barrage du complexe) et Santarém avaient expiré depuis mai 2013 et juillet 2013, respectivement. Le Fundão faisait l’objet de travaux de surélévation pour accroître sa capacité.

Figure 2 Les barrages avant leur rupture

Barrages

http://www.mecanorte.com.br/areas-de-atuacao/projetos-realizados/barragens

Les barrages appartiennent à la compagnie minière Samarco, une entreprise fondée en 1977 qui produit de boulettes de minerai de fer utilisées dans la production d’acier. Samarco est contrôlée par la Vale, la plus grande entreprise minière brésilienne (et la 2e au monde) et l’anglo-australienne BHP Billiton. Elle opère dans le Minas Gerais et l’Espírito Santo et est le 10e plus grand exportateur du pays.

Figure 3 Les barrages, en aval des mines de fer

Bento Rodrigues Google Earth

Google Maps

Selon la Samarco, la boue se compose pour l’essentiel de sable et ne présente aucun élément chimique dangereux pour la santé. Selon l’Ibama (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables), la boue est composée principalement d’oxyde de fer (d’où sa couleur rouge) et de sable. Les images de la coulée qui a suivi la rupture des barrages, très spectaculaires, ont été reproduites dans de nombreux journaux dans le monde, notamment celles de Felipe Dana (AP).

Figure 4 Après la rupture des barrages

Aerial view of the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area.  (AP Photo/Felipe Dana)
Aerial view of the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area. (AP Photo/Felipe Dana)

http://cdn-parismatch.ladmedia.fr/var/news/storage/images/paris-match/actu/environnement/une-gigantesque-coulee-de-boue-fait-17-morts-bresil-860733/node_860753/9106389-1-fre-FR/image.jpg

Le volume de boue liquide libéré par la rupture des barrages est estimé à 40 milliards de litres, volume équivalent à un cube de 342 mètres de côté, ou encore 16 000 piscines olympiques de 2,5 millions de litres.

Figure 5 Le volume de boue libéré par la rupture des barrages

Cube

http://arte.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/22/rastro-lama/

Le village de Bento Rodrigues, subdistrito de Mariana, situé immédiatement en aval, des barrages (cadre rouge sur le figure 3), a été recouvert par la boue qui est sortie des barrages, et a été dévasté. L’inondation a détruit la plupart des maisons, plus de 600 personnes se sont retrouvées sans abri et ont été secourues par les pompiers. Elles ont abandonné leurs maisons et fui vers les parties supérieures de la région, sans qu’aucun signal d’alerte n’ait été émis. La Samarco admis que les résidents n’ont été avertis que par téléphone.

Figure 6 Bento Rodrigues après le passage de la vague de boue

BRAZIL-DAMBURST/

http://g1.globo.com/minas-gerais/fotos/2015/11/barragem-se-rompe-e-distrito-de-mariana-e-inundado.htm

Au 1er décembre le bilan s’établissait à 15 morts. La police a fait le difficile travail d’identification des corps des victimes, un homme n’a pas été identifié, neuf corps ont été reconnus par les familles et les cinq autres par des techniques médico-légales telles que l’ADN et la tomographie. Quatre personnes sont toujours portées disparues.

Figure 7 Bento Rodrigues après le passage de la vague de boue, détail

Two dogs stand on the roof of a destroyed house at the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday, in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area.  (AP Photo/Felipe Dana)
Two dogs stand on the roof of a destroyed house at the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday, in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area. (AP Photo/Felipe Dana)

http://www.wsj.com/articles/hopes-fade-for-survivors-of-brazil-dam-burst-as-companies-criticized-1447018759

La boue a ensuite parcouru des centaines de communes du Minas Gerais et de l’Espírito Santo, provoquant des ruptures de l’approvisionnement en eau dans des villes comme de Governador Valadares (MG) et Colatina (ES).

Figure 8 La boue dans les vallées en aval

cms-image-000467673

http://www.brasil247.com/images/cms-image-000467673.jpg

La boue a progressivement a parcouru tout la vallée du rio Doce, jusqu’à la mer : le 6 novembre elle avait atteint Belo Oriente et le barrage hydroélectrique de Risolato Neves, le 8 le barrage hydroélectrique de Baguari (le 9 novembre 500 kilos de poissons morts en ont été retirés) et la ville de Governador Valadares (278 363 habitants en 2015 selon l’IBGE), le 9 la ville de Baixo Guandu (31 467  hab.), Colantina (122 646  hab.), où les écoles ont été fermées, et Linhares (163 662  hab.).

Figure 9 Le parcours de la vague de boue dans la vallée du Rio Doce

Sequence  verticale

http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/1708857-rio-doce-nao-morreu-mas-sera-lento-caro-e-dificil-recupera-lo.shtml?cmpid=comptw

La boue a ensuite atteint la mer dans la région de Regência, à l’embouchure du Rio Doce, qui est une zone protégée car elle est considérée comme nurserie pour de nombreuses espèces marines, en particulier les tortues. Avant son arrivée, des membres du projet Tamar avaient déplacé des nids de tortues, à titre préventif.

Selon un modèle mathématique développé par des chercheurs de l’UFRJ (Université Fédérale de Rio de Janeiro) il est prédit que la boue polluera 9 km le long de la côte. Les impacts sur l’océan doivent être moins radicaux que dans la vallée du Rio Doce, mais ils peuvent être de longue durée et affecter, pendant de nombreuses années, la présence d’algues, mollusques, crustacés et poissons

Figure 10 La boue atteint la mer

BARRAGEM/ROMPIMENTO/OCEANO

http://dw9kw6lfaa11c.cloudfront.net/wp-content/uploads/2015/11/a8fe5ed8860db0435249dc9f659973ea.jpg

Pour la biogéographe Claudia Câmara do Vale, professeur à l’Université fédérale de l’Espírito Santo, la récupération du Rio Doce pendra « beaucoup plus que juste une décennie, comme cela a été annoncé ». Samarco « devrait supporter les frais de reconstitution de l’environnement, ou il prendra 50 ans, ou plus » […] Outre la question de la destruction de la faune, il y aura des changements hydrodynamiques dans la rivière elle-même, qui aura une plus grande charge à transporter jusqu’à son embouchure. Nous ne pouvons pas dire avec certitude que ces déchets l’atteindront, car il y a aura de la sédimentation pendant le transport […] Quant au contexte social, plusieurs communautés de pêcheurs au long du Doce seront sans revenus, ou même sans nourriture. Beaucoup sont des communautés qui vivent en autosubsistance et trouvent dans le fleuve leur source protéines (le poisson) et sur ses rives leurs cultures de alimentaires. Du Rio Doce dépend l’approvisionnement en eau de plusieurs grandes villes comme Colatina, par exemple, et de plus petites, qui souffriront de pénuries. L’élevage et grandes exploitations agricoles, qui dépendent de l’eau du Rio Doce auront des pertes incalculables » [1].

Pour Paul Rosman, professeur d’ingénierie côtière à la COPPE / UFRJ et auteur d’une étude commandée par le ministère de l’Environnement afin d’évaluer l’impact et l’étendue de l’arrivée de la boue de la mer, il y a trois scénarios différents de gravité de la catastrophe et de vitesse de récupération. Dans la haute vallée, là où le barrage a cédé à proximité de Bento Rodrigues, elle devrait prendre plus d’un an et dépendra des opérations de nettoyage des décombres et d’un programme de reboisement. Pour lui, la société et les gouvernements du Minas Gerais et fédéral doivent exiger de la Vale et de BHP Hillington, propriétaires de Samarco, le processus de reboisement et de reconstruction de l’environnement, un coût «négligeable» pour ces entreprises. Sur la plupart du parcours du rio Doce, la pluie devrait effacer les dégâts et les poissons devraient être revenus dans la rivière en cinq mois, tandis qu’en mer la dilution des sédiments doit se produire plus rapidement, avant janvier l’année prochaine[2].

L’IBAMA (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) a imposé à Samarco une amende de 250 millions de Reais (61 millions d’Euros). Il a invoqué cinq infractions, punies de 50 millions de Reais chacune. La compagnie est poursuivie pour avoir pollué des rivières, rendu des zones urbaines impropres à l’habitation, provoqué une perturbation de l’approvisionnement public en eau, jeté des déchets sans respecter les exigences légales, causé la mort des animaux et une perte de biodiversité le long du rio Doce, mettant en danger la santé humaine. En moyenne les contrevenants environnementaux ne paient que 8,7% des amendes imposées par l’IBAMA.

[1]http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/1712352-mineradora-e-governo-tem-sido-desastrosos-diz-biogeografa-do-es.shtml

[2] http://www1.folha.uol.com.br/bbc/2015/11/1712387-rio-doce-ressuscitara-em-cinco-meses-afirma-pesquisador.shtml