Distances au Brésil et dans le monde, voyages imaginaires

Ce voyage imaginaire a commencé quand j’ai voulu calculer les distances séparant São Paulo, par la route, des frontières des pays voisins, en utilisant le logiciel Google Maps. J’avais besoin de ces données pour m’aider à convaincre des lecteurs français que si les Brésiliens parlent peu les langues étrangères c’est en grande partie parce que – leur pays étant immense – il leur est difficile de se rendre à l’étranger. Par exemple, pour les habitants de São Paulo, la plus peuplée du pays, la frontière la plus proche est située à plus de 1 000 kilomètres.

Une fois cette mesure effectuée, il était tentant d’utiliser les possibilités de cet outil pour d’autres recherches. D’abord sur les distances routières entre Brasilia et les autres capitales sud-américaines, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur du Brésil, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur des grands pays de taille comparable ou supérieure à celle du Brésil. Et finalement sur les plus grandes distance possibles que l’on puisse parcourir par la route dans le monde, selon Google Maps, soit d’une seule traite, soit en enchaînant les étapes.

Tableau 1 Distances entre São Paulo et les frontières des pays voisins

Distance (km) Temps (h)
Foz do Iguaçu 1.061 12,5
Corumbá 1.432 16,75
Chuí 1.654 19,5
Guajara Mirim 3.311 45
Cruzeiro do Sul 4.131 56
Pacaraima 4.810 67

La frontière la plus proche de São Paulo, d’après Google Maps, est atteinte à Foz do Iguaçu (où se situent les cataractes de l’Iguaçu[1]) à 1 061 km de la ville. Corumbá, à la frontière de la Bolivie est à 1 400 km, la frontière de l’Uruguay sur le rio Chui est à plus de 1 600 km et les suivantes sont beaucoup plus lointaines : Guajara-Mirim, autre frontière avec la Bolivie, est à 3 300 km et Cruzeiro do Sul, près de la frontière du Pérou à 4 005 km. Enfin Pacaraima, à la frontière du Venezuela est à près de 5 000 km, 4 810 exactement d’après Google Maps.

Photo 1 Le kilomètre zéro de la route BR101, plus de 4 500 km de bout en bout

RN Marco zero BR101 B

En poursuivant l’exercice par la mesure des distances entre Brasilia et les autres capitales sud-américaine, on constate que la plus proche et une fois encore celle du Paraguay, Asunción, à un peu moins de 2 000 km. Montevideo, la capitale uruguayenne est à environ 3 000 km, ainsi que La Paz, en Bolivie, et Buenos Aires, en Argentine. Les suivantes sont nettement plus loin, Santiago à 4 000 km, Lima à un peu plus de 4 500, Caracas à 5 600 et enfin les capitales andines les plus lointaines, Quito et Bogotá, sont respectivement à 6 300 et 6 700 km (cette dernière via le Venezuela), trajets qui d’après Google Maps prendraient 87 et 97 heures de route, en roulant jour et nuit.

Tableau 2 Distances entre Brasília et les autres capitales sud-américaines

Distance (km) Temps(h)
Asunción 1.860 24
Montevideo 2.930 34
La Paz 3.007 41
Buenos Aires 3.209 37
Santiago de Chile 3.907 47
Lima 4.526 61
Caracas 5.654 79
Quito 6.376 87
Bogotá 6.712 97

Photo 2 Panneau routier à la sortie nord de Brasília

DF plaque Fortaleza 2273

Passant de mesures relativement réalistes à un exercice de fiction, je me suis demandé ce que représenterait un tour du Brésil passant par les capitales de tous ses États fédérés. Cela pourrait être une idée de rallye (mais certainement pas de tour cycliste !), et la question s’est posée récemment puisqu’avant les Jeux Olympiques qui doivent se tenir à Rio de Janeiro en 2016 la torche olympique doit parcourir toutes les capitales brésiliennes. Le parcours se fait en grande partie en avion (rotas aéreas, en bleu sur la figure 1) mais que se passerait-il si l’on devait le faire par la route ?

Figure 1 Le parcours de la torche olympique

Tocha olimpica 1435942515664

http://esportes.estadao.com.br/noticias/jogos-olimpicos,tocha-olimpica-inova-ao-ganhar-cores-e-movimento,1718550

Tableau 3 Tour du Brésil

Distance (km) Temps (h)
1 – Porto Alegre – Boa Vista 9.667 132
2 – Boa Vista – Maceió 7.401 109
3 – Maceió – Brasilia 3.818 52
Total 20.886 293

Comme le logiciel ne permet pas de programmer plus de 10 étapes j’ai dû fractionner ce tour du Brésil en plusieurs tronçons, et la règle que je me suis donné était de passer par toutes les capitales avec un minimum d’aller-retour. Sur le premier tronçon, partant de Porto Alegre et allant jusqu’en Amazonie le seul aller-retour a été celui qui permet, depuis Porto Velho, de passer par l’Acre, dans l’extrême ouest. Le deuxième tronçon partant de Boa Vista, repasse à Manaus, ce sera le deuxième et dernier aller-retour. Ensuite de Manaus le trajet rejoint la côte du Nordeste[2], puis un troisième tronçon va de Maceió à Brasilia, ce qui permet de faire aboutir le tour du Brésil dans la capitale fédérale. Une seule capitale d’État est laissée de côté, Macapá, pour la bonne raison qu’elle n’est pas accessible par la route depuis Belém (il faudrait traverser l’embouchure de l’Amazone), alors qu’elle est reliée à Cayenne, en Guyane française

Au total le parcours de ce tour du Brésil représente – toujours selon Google Maps – près de 21 000 km (plus de la moitié de la circonférence terrestre) et 293 heures (douze jours et douze nuits). On remarquera qu’un tour de l’Amérique du Sud construit selon les mêmes principes serait un peu plus court, il ne faudrait parcourir « que » 18 768 km pour rejoindre les capitales sud-américaines (sauf celles des Guyanes).

Figure 2 Tour du Brésil et de l’Amérique du Sud

Tour du Brésil

Photo 3 Panneau routier à la sortie de Santarém, en Amazonie

PA Santarem plaque de distances

Ayant ainsi exploré les distances à l’intérieur du Brésil et de son continent, j’ai eu envie de faire le même exercice pour les autres très grands pays du monde, ce que le logiciel permet puisqu’il couvre l’ensemble de la planète. J’ai donc essayé de calculer les plus longues distances possible à l’intérieur de ces pays, elles apparaissent sur le tableau 4 et la figure 3, dans le même ordre.

Tableau 4 Distances maximales à l’intérieur des grands pays

Distance Temps Pays
Chuí – Cruzeiro do Sul 5.141 69 Brésil
Bangor – San Diego 5.194 48 États-Unis
Cairn – Perth 5.256 57 Australie
Québec – Prince Rupert 5.309 55 Canada
Zhanjiang – Kashi 5.330 78 Chine
Pacaraima – João Pessoa[3] 5.585 81 Brésil
Chui – Pacaraima 5.819 80 Brésil
Sébastopol – Vladivostok 10.169 124 Russie
Mourmansk – Vladivostok 10.378 125 Russie

Des distances équivalentes à celles observées au Brésil se retrouvent Australie, au Canada, aux États-Unis ou en Chine, dépassant 5 000 km. Les records mondiaux sont toutefois atteints en Russie, le plus grand pays au monde (plus du double de la superficie du Brésil) et l’on arrive à y projeter des parcours de plus de 10 000 km, comme entre Sébastopol et Vladivostok ou entre Mourmansk et Vladivostok. Dans les deux cas il s’agit de ports militaires et ces distances sont probablement franchies par des convois de transferts de matériel entre un port et l’autre (même si ceux-ci se font plutôt par chemins de fer).

Figure 3 Les plus longs trajets possibles dans les plus grands pays au monde

Distance max grand pays portrait v2

Explorant davantage les possibilités de Google Maps je me suis ensuite demandé quelles étaient les plus grandes étapes que l’on pouvait programmer sur le logiciel en une seule traite, de point à point : les plus longues que j’ai obtenues figureraient sur le continent américain s’il n’y avait pas une coupure de la Panaméricaine entre le nord de la Colombie et le sud du Panama. Il n’a en effet jamais été possible d’y construire une route, à cause du terrain extrêmement accidenté et surtout des pluies très abondantes qui tombent dans cette région.

Tableau 5 Les plus longues distances possibles en une seule étape

Distance Temps
Ushuaia – Turbo 9.882 126
Yaviza – Anchorage 11.511 131
Paris- Vladivostok 12.018 139
Le Cap – Nordkapp 17.512 225

De ce fait les plus longues étapes se font soit en Amérique du Sud, soit en Amérique du Nord. D’Ushuaia, à la pointe de la Patagonie, à la dernière ville atteinte par la route au nord de la Colombie le trajet est près de 10 000 km, puis de la première ville au sud du Panama jusqu’en Alaska il est de 11 500 km, et si les deux trajets étaient réunis on aurait un parcours de 20 000 km, la moitié de la circonférence terrestre. Je n’ai pas fait figurer dans le tableau 5 les distances internes à la Russie déjà mentionnées, j’ai juste ajouté – pour le plaisir de rêver – un trajet Paris-Vladivostok de 12 000 km. Dans le même ordre d’idée on peut planifier, en ayant beaucoup de temps devant soi, un trajet entre le Cap Nord, au nord de la Norvège, et Le Cap, en Afrique du Sud, une bagatelle de 17 500 km.

Figure 4 Les plus longues distances d’une seule traite

Une etape

Je me suis enfin demandé si l’on pouvait à partir du logiciel planifier un tour du monde routier – ou du moins du Vieux Monde, puisque les Amériques sont ici hors-jeu –  en parcourant le plus grand nombre possible de kilomètres. À cette occasion j’ai remarqué une limitation de Google Maps, pour lequel certaines frontières ne peuvent pas être franchies, alors qu’en réalité l’examen de la carte montre qu’il existe bel et bien un passage (figure 4), il s’agit donc de blocages géopolitiques.

Figure 5 « Impossible de calculer l’itinéraire entre Lahore, Pakistan et Amritsar, Pendjab, Inde »

Lahore Amritsar

En partant de Vladivostok il est ainsi possible de programmer un voyage qui traverse toute l’Eurasie jusqu’au nord de la Norvège (mais sans aller jusqu’au Cap Nord pour éviter un aller-retour) et de là jusqu’au sud de l’Afrique, puis qui repart vers le nord jusqu’à Wadi Halfa, à la frontière nord du Soudan. Comme le passage entre le Soudan et l’Égypte n’est pas permis par le logiciel, le deuxième trajet repart d’Assouan, dans le sud de l’Égypte, et va sans encombre jusqu’au Pakistan, d’où – selon logiciel – il n’est pas possible de passer en Inde.

Tableau 6 Un tour du Monde par la route

Distance Temps
1- Vladivostok Wadi Halfa 36.269 454
2 – Assouan Lahore 6.940 85
3 – Amritsar Hanoi 10.685 172
4 – Nanning Yanbian 4.850 61
Total 58.744 772

Figure 6 Un tour du Vieux Monde par la route

Tour du Monde

Le troisième trajet repart donc d’Amritsar, juste au-delà de la frontière indienne et se poursuit jusqu’à Hanoi, où il s’arrête, puisque la Chine semble avoir fermé ses frontières terrestres, et il faut donc ajouter un trajet purement chinois, entre Nanning et Yanbian, pour atteindre la frontière avec la Russie, d’où l’on pourrait boucler le trajet en revenant à Vladivostok. Au total le parcours représente 58 744 km toujours, d’après Google Maps, sans compter les (petits) raccords[4] qui serait nécessaires.

Sa durée théorique de 772 heures représenterait donc un peu plus de 30 jours, bien moins que les 80 jours qu’il avait fallu à Phileas Fogg pour faire le tour du monde mais cela supposerait des automobilistes héroïques, roulant jour et nuit sur des routes pas toujours faciles, sans compter les franchissements de frontières et autres aventures qui ne manqueraient pas de se produire sur un aussi long trajet. Mais ces petites contingences – qui font une bonne part de la saveur des vrais voyages – ne concernent pas  qui fait, comme Xavier de Maistre[5], un « voyage autour de [sa] chambre », ou en l’occurrence autour de son écran.

[1] https://braises.hypotheses.org/664

[2] En empruntant la Transamazonienne puisque le logiciel le juge possible, alors qu’elle est en fait difficilement utilisable dans sa partie occidentale, au-delà d’Altamira, uniquement en 4×4 en saison sèche.

[3] On pourrait afficher 6 711 km entre Paracaraima et João Pessoa si Google Maps n’offrait pas la possibilité de passer par la Transamazonienne, et qu’il faille donc passer plus au sud.

[4] Environ 30 km entre Wadi Halfa et Assouan, 48 km entre Lahore et Amritsar, 330 km entre Yanbian et Vladivostok.

[5] Voyage autour de ma chambre (1794), réédition Mille et une Nuits, Paris, 2002. Il écrivit ce livre au cours des quarante-deux jours d’arrêts qui lui furent infligés pour s’être livré à un duel contre un officier piémontais