Du nouveau sur la population du Brésil en 2010

Les premiers résultats définitifs du recensement de 2010, le Sinopse do Censo Demográfico 2010, ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Outre le total officiel de la population du pays (190 755 799 habitants), la publication offre une mine de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, des données de population par sexe et par groupes d'âge, urbaine et rurale, le nombre moyen de résidents par ménage, le nombre de logements privés occupés ou non. Au cours des prochains mois, l'IBGE publiera de nouvelles données sur la structure territoriale du pays, le maillage des secteurs de recensement et de nouvelles données sociales, économiques et démographiques, selon un calendrier disponible sur son site . Á partir des données par município (commune) de cette livraison, on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes.

Figure 1 La population par município en 2010

La population brésilienne très inégalement distribuée sur le territoire, avec une très forte opposition entre les régions littorales et intérieures, les premières sont densément peuplées alors que les secondes ne sont que très faiblement occupées. Ce contraste reflète les effets du processus d'un processus colonisation et de peuplement du territoire qui s'est pour l'essentiel fait d'est en ouest de la côte vers l'intérieur, et secondairement du sud vers le nord.
Les zones de concentration sont toutefois irrégulières : même dans des États très peuplés apparaissent de vides importants, seuls São Paulo, le Paraná, Rio de Janeiro, le Sergipe, l’Alagoas, la Paraíba et le Ceará voient leu territoire occupé de façon à peu près continue.
Sur le reste du territoire la répartition de la population est étroitement corrélé avec les réseaux de transport, voies navigables (en Amazonie) et routes de desserte régionale: on suit sur la carte, jalonnés par les chefs-lieux des communes, les tracés des principales routes amazoniennes (BR364 Cuiabá-Porto Velho, BR163 Cuiabá-Santarém, BR010 Brasília-Belém, BR230 Transamazônica).

Maille municipale

Figure 2 La superficie des municípios

Cause et conséquence de ces contrastes de peuplement, les disparités entre les municípios sont énormes, si les plus petits sont grosso modo l’équivalent d’une commune de type européen, on trouve à l’autre extrême des territoires de la taille d’un pays du vieux continent. Entre le plus petit, Santa Cruz de Minas (Minas Gerais, 3,6 km2, qui a détroné à ce recensement celui qui détenait jusque lá le record avec 4 km2, Águas de São Pedro, dans l'État de São Paulo) et le plus grand, Altamira (État du Pará, 159 533 km2), le rapport est de plus de 1 à 44 000. Quatre municípios, tous situés en Amazonie, dépassent les 100 000 km2 (leur superficie combinée atteint presque la superficie de la France métropolitaine). Si l’on additionne les superficies des dix premiers d’entre eux (sur plus de 5 000 au total), on arrive à 11 % du territoire national, autant qu’en représentent ensemble les 3 450 plus petits.

Figure 3 Les cas extrêmes

Densités

La répartition des densités de peuplement obéit à une logique clairement est-ouest, résultat du processus d’occupation et de colonisation à partir du littoral. C’est donc dans les parties les plus proches de la mer des régions Nordeste, Sudeste et Sud, que se trouvent les densité les plus élevées, qui peuvent monter jusqu’à plus de 10 000 habitant par kilomètre carré dans les capitales. Si l'on répartit les 5565 municípios en trois groupes égaux, on fait apparaître des plages de densités contrastées: la majeure partie de l’Amazonie et du Centre-Ouest présentent des densités très basses, entre 0,13 et 16 habitants par kilomètre carré, dont ne se détachent que les capitales et quelques municípios où elles se situent entre 16 et 38 habitants par kilomètre carré.
La zone littorale n'est toutefois pas homogène : à peu près déserte au Nord de l'Amazone, elle voit s'opposer nettement, de part et d'autre d'un centre peu densément occupé (Sud de Bahia et Espírito Santo), les deux régions les plus importantes du pays. Dans le Nordeste, le contraste national entre littoral et intérieur est redoublé. Dans le Sudeste et le Sud, en revanche, la densité reste forte dans bien des régions proches des frontières occidentales du pays : c'est le seul endroit où le Brésil peuplé ait une certaine « profondeur », mais les densités chutent brutalement à la frontière entre les États de São Paulo et du Paraná, à l'est, et le Mato Grosso do Sul, à l'ouest.
Masculinité
On terminera par la construction d'autre indicateur démographique simple, le taux de masculinité (ou de féminité, comme on voudra, puisqu’il s’agit simplement de la proportion entre nombre des hommes et celui des femmes dans la population de chaque lieu). Ce ratio classique prend ici un sens nouveau puisqu’il est marqué par une forte opposition spatiale entre les régions littorales et l’intérieur pionnier, et entre villes et campagnes. La prédominance des femmes (en bleu sur la carte) est nette dans les grandes villes, en partie en raison de l’afflux de jeunes rurales qui y trouvent des emplois de domestiques, que les classes moyennes et supérieures emploient encore en grand nombre.
La même prédominance se retrouve dans les campagnes, du Minas Gerais, de São Paulo, de tout le Sud et surtout du Nordeste : cette fois il ne s’agit pas d’un afflux de femmes (et donc d’une sur-féminité), mais du départ des hommes (et donc de sous-masculinité). On retrouve ces hommes dans des zones bien spécifiques (en orange et rouge sur la carte), les zones pionnières du Nordeste (Ouest de la Bahia), Centre-Ouest et Amazonie, notamment sur l’« arc du déboisement», ou plutôt une zones située plus au nord-ouest, que les taux maximaux de masculinité (plus de 105 hommes pour 100 femmes) soulignent clairement, ainsi que dans les États du Roraima et d’Amapá. Ce sont les zones où l’on a besoin de main d’œuvre peu qualifiée mais dotée de force musculaire pour abattre des arbres à la tronçonneuse, ce qui requiert des hommes, jeunes de préférence. Ces ont aussi des régions où l’on vit loin de toute école, de tout dispensaire, et donc sans famille, celle-ci étant laissée, provisoirement ou définitivement, dans les régions d’origine des migrants. La présence d'une ville peut toutefois faire passer en bleu des communes comme Santarém ou Altamira, cette dernière étant particulièrement visible sur la carte en raison de sa superficie, la plus vaste de tout le pays.

Figure 5 Taux de masculinité en 2010

Cette analyse se confirme si l'on fait le calcul du taux de masculinité pour la seule population rurale, ce qui gomme l'effet urbain, et si l'on le représente dans des cercles proportionnels au total de la population rurale. On voit alors bien que les taux de masculinité élevé, en dehors du le Mato Grosso do Sul et de la Campanha gaúcha (terres d'élevage à prédominance traditionnellement masculine) concernent principalement les axes de la conquête pionnière du Centre-Ouest au long des routes déjà mentionnées, les BR364 Cuiabá-Porto Velho, BR163 Cuiabá-Santarém, BR010 Brasília-Belém et BR230 Transamazônica, ainsi que la partie orientale de la vallée de l'Amazone, le Roraima et l'Amapá. Cet indice simple constitue donc toujours un des plus sûrs indices de l'arrivée d'un front pionnier, avec son cortège de phénomènes positifs – augmentation de la population et de la production – et négatifs, du déboisement aux conflits fonciers et à la violence.

Figure 6 Taux de masculinité rurale en 2010

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ Du nouveau sur la population du Brésil en 2010 ”

Les commentaires sont fermés.