Histoire d’un pionnier

Messias Lopes de Mello  (1926-2015)Messias de Mello

Le texte qui suit est la traduction de la première annexe de la thèse de doctorat de Neli Aparecida de Mello, fille de Messias Lopes de Mello. Soutenue en 2002 en cotutelle entre l’Université Paris X Nanterre et l’Universidade de São Paulo. La thèse était intitulée « Politiques publiques territoriales en Amazonie brésilienne : conflits entre conservation et développement  » et l’auteure avait jugé opportun – le jury lui a donné raison – de donner la parole à l’un des anonymes concernés par ces politiques, à l’un de ces pionniers sans lesquels ces politiques auraient été sans objet.

Car c’est leur volonté irrépressible d’avancer vers ces terres inconnues qui a permis de les occuper, de les mettre en valeur, d’y construire routes et villes, mais aussi – on ne saurait le cacher – de dégrader sensiblement ses forêts et ses rivières. Messias Lopes de Mello a été un de ceux-là, il a participé de la poussée pionnière au long de la route Belém-Brasília, juste après la construction de la nouvelle capitale. Il a souffert des conséquences du coup d’État militaire de 1964, côtoyé la répression de la guérilla de l’Araguaia. Il a ensuite été de ceux qui ont obtenu des terres au long de la Transamazonienne, à ceci près qu’il a dû ouvrir une route pour les atteindre. Le plan Real de 1994 lui a permis de se retirer honorablement de l’aventure amazonienne et de repartir vers le Sud, concluant un parcours exemplaire.

À la demande de sa fille, Messias a raconté sa vie, dans un cahier d’écolier emprunté à l’un de ses petits-fils. Une autre petite-fille a transcrit le texte sur son ordinateur et l’a envoyé par mail à Paris, son gendre a dessiné la carte qui retrace son parcours. Ce texte a dû être un grand effort pour lui qui n’avait pu aller que quatre ans à l’école, mais le résultat, clair et précis, est informatif et touchant. Cédons-lui donc la parole.

Messias raconte son histoire

Je soussigné Messias de Mello, connaisseur de longue date d’une partie de la route Belém-Brasilia, déclare que vers l’an 1957, je suis parti d’Olímpia, São Paulo, avec mon ami M. Elizeu Denadai, à destination de Buriti Alegre de Goiás, grande région d’élevage, pour y acheter du bétail. De là, nous avons décidé de visiter Goiânia, et avons passé la nuit à l’Hôtel Itajubá, place Araguaia. Nous y avons parlé avec des agriculteurs et ils nous ont informés qu’à Planaltina de Goiás[1] on trouvait des bêtes à bon prix. Nous avons pris la route et quand nous sommes arrivés nous avons trouvé un fermier qui nous a dit avoir un troupeau sur sa ferme, dans la vallée du Paraná. Nous avons commencé à négocier le prix, et dit qu’il nous convenait, mais alors l’agriculteur nous a dit que le système de la région était le suivant : j’avancerais un paiement partiel, il rassemblerait les bœufs et, après 20 jours, je pouvais revenir chercher. C’est qu’on était dans l’arrière-pays et qu’il n’y avait pas de clôtures à cette époque. On élevait les bêtes en liberté, personne n’avait de pâturages fermés, on reconnaissait ses bêtes à la marque faite au fer rouge. Face à ces propositions, nous avons décidé d’abandonner l’affaire.

Nous sommes alors retournés à Goiânia. Nous avons su que la zone de Ceres était une région de pâturages fermés et de bétail de bonne qualité. Nous sommes donc allés à Ceres, on nous avait dit de parler à M. Mariano Rodriguez, agriculteur dans le village de Castrinópolis. Nous avons trouvé des bœufs, mais ils étaient trop jeunes, nous cherchions du bétail plus âgé. Puis il nous a renvoyés à M. Uilton Monteiro da Rocha, propriétaire de la fazenda Matão à Porangatu, sur la route Belém-Brasilia. Quand nous sommes arrivés à la ferme, nous avons été bien reçu et avons commencé à négocier, mais l’agriculteur venait de vendre un troupeau de bovins et nous a dit que, dans 20 à 30 jours il en aurait un autre à nous montrer. Suivant d’autres informations nous sommes allés à Porto Nacional, Miracema do Norte et Cristalândia, des petites villes qui existaient déjà à ce moment-là.

Nous avons décidé d’aller à Cristalândia, à 400 kilomètres de Porangatu et 800 d’Annapolis. La route Belém-Brasilia était gravillonnée par endroits et dans d’autres seulement déboisées et nivelée. En arrivant à Cristalândia, nous avons pris contact avec des agriculteurs, Celso Maranhão et Antenor Aguiar, tous les deux agriculteurs et commerçants. À Cristalândia, en 1958, les transactions commerciales ont été très difficiles parce qu’il n’y avait pas de routes, tout était transporté par bateau sur le Tocantins, vers Belém. Au passage des rapides, il fallait débarquer les marchandises et les mettre sur des bêtes de somme pour contourner l’obstacle. Il y avait une seule alternative, l’avion, qui passait une fois par semaine, allant de Belém à Goiânia, et vice versa, en passant à l’époque par Marabá, Impératriz, Tocantinópolis, Carolina, Filadélfia, Pedro Afonso, Araguacema (au bord de l’Araguaia) et Miracema do Norte. La rive droite du Tocantins était habitée par les Indiens.

Revenant à Goiânia nous avons vu 35 bœufs chez l’éleveur Benedito Almeida et fini par les acheter. À cette époque, il n’y avait pas de banque, donc nous avons dû revenir à Olímpia pour aller chercher l’argent. Et tout l’argent était en liquide. En 40 jours j’ai acheté 750 bœufs.

Dans la même année (1958), nous avons formons un convoi pour acheminer du bétail sur pied. Nous avions quatre bêtes de somme pour transporter tout le matériel, les casseroles et la nourriture, des bobines de fil de fer pour faire un corral chaque après-midi, pour y enfermer les bœufs. On tendait le fil de fer d’un arbre à l’autre, en cercle, et le lendemain, on sortait le bétail et on le comptait. Il n’y avait pas de routes, juste des pistes, et nous devions récupérer le fil de fer attaché aux arbres, l’enrouler en deux bobines et le charger sur les bêtes de somme. Le voyage a duré 47 jours jusqu’au confluent de l’Agua Fria et du Javaé, un des bras de l’Araguaia[2]. Le déjeuner et le dîner étaient pris au bord des ruisseaux et les nuits passées sous les arbres. De tout le parcours nous avons vu seulement quatre maisons, au bord de l’Araguaia.

Figure n° 1 Le parcours de Messias Lopes de Mello

Am_Circuits Messias 2fr

Je suis revenu de la fazenda Agua Fria, près du Javaé, qui à cette époque appartenait au brigadier Clovis Classi, qui je ne connaissais pas, et j’ai loué un camion de la fazenda pour nous emmener à Porangatu et rapporter 100 sacs de sel, la distance était de 200 kilomètres. De cette fazenda jusqu’à l’endroit où nous voulions mettre les bovins à engraisser il y avait 20 km et pas de routes, tout a été transporté par des bêtes de somme.

Le voyage avait déjà duré quatre mois et pour aller de Porangatu à Olímpia, nous avons attendu le camion de M. Eliseu, qui était à Cristalândia pour revenir à Olímpia. Pendant la période d’engraissement des bovins, Eliseu et moi avons transportés des marchandises d’Olímpia à Cristalândia. Nous les avons vendues, acheté des porcs, les avons mis dans le camion et sommes allés les vendre à Rio Verde, Bom Jesus, Itumbiara et Quirinopolis, nous avons vendu à engraisser, parce que ces régions cultivaient du maïs. À cette époque, il n’y avait aucun moyen d’industrialisation du maïs et tout était mis à profit pour élever les porcs. Dans ce commerce beaucoup de gens ont perdu de l’argent, à la fois dans le commerce des marchandises comme dans celui des porcs.

Au bout de 87 jours, les bovins ont été vendus à un commerçant de Belém, Pedro Gomes. Il les a ramenés à Cristalândia, les a fait abattre et transporté la viande par avion à Belém. La vente avait été faite à crédit mais l’acheteur n’a pas honoré l’accord, et il a fallu un an pour obtenir ce que nous avions négocié, sans intérêts ni sans tenir compte de l’inflation[3], si bien que nous avons de nouveau perdu de l’argent. En attendant de recevoir l’argent du bétail nous avons fait commerce des marchandises et de porcs, pendant un an.

Figure n° 2 Camions et routes dans les années 1970

Route et camion

©Hervé Théry 1974 et http://www.clasf.com.br/q/caminhao-mb-toco-boiadeiro/

Quand nous avons reçu l’argent, Elizeu nous nous le sommes partagé et j’ai acheté une petite ferme il à Ceres, de M. Severino Lauriano Botelho, plus ou moins en 1959. Là, je travaillais avec Rubens Marcondes, un ami, il m’a donné de l’argent pour acheter 200 bovins. En 1963, sur cette ferme de Ceres, M. Pinheiro Tunico m’a confié 450 bœufs, en divisant le profit. J’ai donc loué pendant un an une ferme sur les rives du rio Ouro, à Porangatu, pour y mettre les bœufs de M. Tunico. Un an après notre transaction est survenue la révolution[4], Monsieur le Président Joao Goulart a été déposé et sous la direction de l’armée les prix des bovins vivants ont fléchi, à l’époque l’arroba[5] était à 31 000 cruzeiros, elle a chuté à 18 000 cruzeiros. Résultat, personne ne voulait vendre des bœufs à ce prix.

Le gouvernement a alors créé des groupes composés d’un lieutenant et de quatre soldats, qui allaient dans les fermes et avertissaient les agriculteurs que le lendemain les camions allaient ramasser des bovins pour les conduire à l’abattoir. Avant ça les lieutenants étaient allés à la Chambre d’Agriculture ou au Bureau Fiscal et avaient demandé combien de têtes de bétail avait chaque éleveur. Par conséquent, ils réquisitionnaient une partie du troupeau au prix de 18.000 cruzeiros, avec paiement à 30 jours. À l’époque, M. Nego de Mello, notre cousin, le propriétaire de la ferme Santa Amelia à Auriflama, São Paulo, avait acheté 400 bovins à engraisser. L’inspection de l’Armée est arrivée à la ferme et a réquisitionné 250 bœufs, et les a fait abattre à Araçatuba, à l’abattoir Tumaia.

Cette réquisition a duré environ deux ans et demi. Et les affaires, ou plutôt le prix du bétail a subi une forte baisse. Comme j’avais les bœufs de Rubens Marcondes et Tunico Pinheiro en association et partage du bénéfice, au bout d’une année les bœufs étaient engraissés et la seule solution a été de les vendre et de liquider la société. J’ai vendu le bétail, nous avons fait les comptes et couvert les coûts. La dévaluation de l’argent nous a fait du tort et je me suis trouvé face à diverses dépenses liées à la pâture, le sel, aux vaccins, aux médicaments, aux ouvriers agricoles. Cela m’a forcé à vendre la ferme de Ceres pour payer les dettes. Ce qui est arrivé en 1968.

Après avoir remis de l’ordre dans mes affaires, j’ai acheté la fazenda Santa Rosa, à Paraíso do Norte, Goiás[6], avec 500 hectares. J’y ai travaillé pendant deux ans, avec un capital de M. Rubens Marcondes. À cette époque, j’avais aussi une bétaillère, avec laquelle je nourrissais ma maison, en faisant du fret.

En 1976, j’ai vendu 120 veaux à M. Florentino Garcia, à São José do Rio Preto, São Paulo, mais cette année je vivais déjà à Altamira, Pará. La route Transamazonienne avait été récemment construite, il y avait tous les 100 kilomètres un campement avec des machines pour aider sur la route. Souvent, un pont s’effondrait ou il apparaissait de bourbiers, ce qui retardait le voyage entre Altamira et Araguaina d’au moins dix jours. C’était un tronçon de 800 km, passant par São Domingos et São Geraldo do Pará, par une route très mauvaise, que l’Armée avait ouverte dans la forêt, en passant près de la Serra de Andorinha.

Cette route a été faite au moment de la révolution pour arrêter les subversifs qui se cachaient dans les montagnes et il y avait d’autres personnes qui se cachaient aussi dans les villages sur les rives du Tocantins[7]. L’Armée surveillait les routes, les villes et les fermes, jusqu’à ce qu’elle ait arrêté les dirigeants. Ils ont tous été arrêtés et tués. À cette époque, l’Armée a fait pression dans tous ces États, le Pará, le Mato Grosso, les Goiás. Je voyageais beaucoup avec mon camion, et il a souvent été fouillé, dans la cabine, sous la carrosserie, tous les documents étaient examinés, puis j’étais autorisé à continuer ma route.

Figure n° 3 Messias Lopes de Mello, éleveur

GO Messias de Mello 2

©Hervé Théry 2004

Quand je suis allé pour la première fois à Altamira, je suis allé au lieu-dit Usine à Sucre (90 km d’Altamira vers Santarém). La terre m’a plu et j’ai demandé des informations à l’INCRA[8] de la ville. Il m’a informé que je devrais m’inscrire, passer un examen de santé, que je ne pouvais pas posséder de terres ailleurs et que je devrais vivre sur les terres acquises. Je devais aussi parler avec des agronomes, pour tester mes connaissances sur l’exploitation des terres par l’agriculture et l’élevage. Ma candidature a été approuvée et je suis allé chercher un lot, ils étaient déjà délimités.

Sur le bord de la route, les lots étaient de 100 hectares, avec une maison, et ils étaient déjà tous occupés. De 2 km et demi à 16 km de la route, les lots étaient de 500 hectares, délimités, mais il n’y avait pas de route pour y accéder, pas d’habitants, que des forêts. J’ai visité plusieurs endroits, tous les 50 km il y avait une personne désignée par l’INCRA, avec la carte des lots numérotés. La démarcation avait été faite avec des poteaux de ciment tous les 100 mètres, qui portaient le numéro de lot, jusqu’à 16 km de la route. Le lot le plus proche que j’aie trouvé était au km27 du tronçon Marabá-Altamira, à droite de la route Transamazonienne, le lot le plus éloigné de la route, le poteau de ciment portait la marque G12-LT23. Après c’étaient des terres de l’Union[9].

Je suis retourné à l’INCRA et j’ai pris possession du lot par une lettre de colonisation agraire, en août 1976. J’ai ensuite repris ma vie normale, l’achat des bêtes grasses que je conduisais à Belém, la vente et l’achat de veaux que j’amenais à Altamira. J’ai engagé dix ouvriers agricoles pour m’aider, je leur ai fait ouvrir une route d’accès[10] et déboiser 50 hectares, ça a été terminé à la fin de juillet de cette année.

Je suis retourné à Olímpia où j’ai acheté 1 500 kilos de semences pour former des pâturages. En arrivant sur la route du lot, je les ai déchargé et loué quatre chevaux avec des selles et je suis allé porter les graines sur le lot, cinq sacs par animal. Je dormais au bord de la route. Ce transport a pris dix jours, et après avoir semé les graines dans la partie du lot qui avait été défrichée et brûlée, j’ai payé les ouvriers agricoles suis retournés à Goiás, puis 60 jours après avoir semé les graines, je suis revenu à Altamira, et comme il avait bien plu, l’herbe était déjà haute.

Figure n° 4 Élevage en Amazonie dans les années 1970

Elevage en Amazonie

©Hervé Théry 1974

La Transamazonienne était une route construite sous le gouvernement du président Médicis, depuis l’État d’Alagoas jusqu’au port d’Itamarati, sur le Madeira, pour se connecter à la route reliant Cuiabá à Porto Velho et Manaus[11]. Le gouvernement l’a faite dans l’intention de coloniser, de construire des maisons pour les familles et de les y installer, avec des écoles et du financement pour aider les familles à survivre. Dans les premières années des agrovilles ont été construites pour servir de points d’appui aux nouvelles familles qui sont venues s’installer.

Ces agrovilles devaient être de petites villes avec des magasins, des médecins et des pharmacies. On a construit également des hangars pour stocker les produits agricoles des colons comme le riz, les haricots, le café, le cacao et d’autres variétés. Ces produits étaient achetés par la Banque du Brésil, et le gouvernement lui avait également ordonné de rassembler des vaches de races laitières et d’en vendre une à chaque famille. Cela a été fait par la Banque du Brésil, mais plus de 80% des familles ont abandonné et migré vers les villes ou sont repartie vers leur région d’origine. Parce que la vie y était dure. Il n’y avait pas de radio, car il n’y avait pas de station émettrice. Il n’y avait pas de loisir, à part rendre visite au voisin.

Quand je passais avec ma bétaillère vers Altamira, des gens qui avaient entendu le rugissement du moteur couraient sur le bord de la route, me saluaient de la main et me criaient leur nostalgie de leur région et la famille qu’ils y avaient laissée. À cette époque il n’y avait pas de bus, il n’y avait pas de téléphone, même pas à Altamira ou à Marabá. Il n’y avait que la radio amateur, et encore, quand ça marchait. Obtenir une communication était rare et presque impossible à réaliser plus d’une fois. La station était bondée toute la journée de personnes en attente de connexions. Les communications se faisaient via Belém, et de là on reliait la radio au téléphone. Ainsi, à cause de cette vie difficile, peu de familles sont restés. Celles qui y sont actuellement sont bien financièrement, mais l’intention du président, qui était de coloniser la région, a échoué.

Je suis allé à Brasilia et obtenu de José Jacinto de l’argent pour acheter du bétail et le mettre au pâturage. L’affaire faite, je suis allé acheter 100 vaches à Dueré, dans la région de l’Araguaia, loué cinq camions et je les ai emmenées à Altamira. Quand elles ont été grasses et je les ai vendues à M.Osvaldo Passarelli à Altamira, et fait mes comptes avec José Jacinto, lui remboursant prestation capital et bénéfices, car il avait une autre affaire en vue.

Figure n° 5 Messias Lopes de Mello

SP Messias

Mes pâturages étaient vides. Je suis retourné à Goiás nouveau vendre ma ferme de Paraíso do Norte et investir l’argent à Altamira. J’ai réussi à la vendre, plus ou moins en 1982. Dans le Goiás, la terre n’était pas chère, alors je n’en ai pas tiré beaucoup d’argent. Lorsque je l’ai eu vendue la ferme je suis allé à Altamira, pour continuer à ouvrir la voie, car il n’y avait que la piste que j’avais faite auparavant, et on ne pouvait y passer qu’à cheval. Nous avons continué à l’ouvrir avec un bulldozer. Nous avons déboisé, fait trois ponts et nivelé la route pour que les voitures puissent passer. Cela fait, j’ai laissé Altamira et la ferme, qui a été rebaptisée « ferme abandonnée  », faute d’aide, et je suis reparti sur la Belém-Brasilia, où je continuais à acheter du bétail et à le conduire à Belém. Les villes de Ribeira, Araguaína, Nova Olinda, Nova Colinas, Alvorada et Figueirópolis n’existaient pas à cette époque. Porangatu était alors une très petite ville parce qu’avant la route Belém-Brasilia le transport était fait par des bêtes de somme et des chevaux. Il avait aussi Ceres, qui était une colonie agricole, après Anápolis et Goiânia. Les années passèrent et les progrès est arrivé, le DNER[12] a amélioré la route Belém-Brasília, en construisant des ponts et en la goudronnant.

Ensuite je suis allé encore une fois à Altamira, j’avais acheté veaux à Goiás et les y ai vendus. Mais personne ne pouvait circuler sur la Transamazonienne quand il pleuvait, ça glissait trop. D’Altamira j’ai conduit du bétail à plusieurs reprises à Santarém (d’Altamira à Santarém il y avait 460 km de routes de terre), a également à Itaituba, de l’autre côté du Tapajós, sur la Transamazonienne.

Le progrès est venu lentement, avec les bûcherons et de grandes scieries, avec la construction de la centrale hydroélectrique de Tucuruí, avec de l’asphalte de Marabá à Repartimento, 185 kilomètres. De Marabá à Altamira c’était déjà fait. De l’Araguaia à Marabá il y a 250 km, par une route qui part de la Transamazonienne. Aujourd’hui Eletronorte construit une centrale électrique à Altamira, l’asphalte va jusqu’à Altamira. De Repartimento à Altamira il y a 320 Km. D’Altamira à Itaituba, au bord du Tapajós, 470 km. Selon M. Osias, sur ce tronçon ont été créés plusieurs villages, dont certains ont grandi, comme les villes de Ruronópolis, Uruará, Medicilândia, Brasil Novo (siège de l’INCRA). Sur ce tronçon, il y a beaucoup de résidents exploitant le cacao, le poivre, le café et le bétail.

Une fois je suis allé vendre des bovins gras dans la zone d’orpaillage d’Oripuri. On allait jusqu’à un village de la route Santarém-Cuiabá, nommé Moraes de Almeida. On quittait la Santarém-Cuiabá, on avançait sur 200 km jusqu’au rio Oripurizão. La route s’arrêtait la, à partir de là le transport se faisait par bateau. Ce fut un voyage très difficile, il y avait beaucoup de bourbiers et il n’y avait presque pas de résidents, donc aucun moyen de lâcher le bétail pour qu’il se repose. Pour le débarquer il fallait le sortir du camion en profitant d’un bord de route escarpé et faire une passerelle et un corral en bois. Il nous a fallu douze jours pour atteindre la zone d’orpaillage. La distance entre Altamira et Oripuri était 1 050 km de routes de terre sans accotements et avec des ponts en bois tout cassés. Une fois là nous avons dû attendre huit jours pour tuer le bétail, car il y en avait d’autres camions devant nous.

De retour à Altamira, je suis allé à la ferme et décidé d’y planter du poivre, j’ai vendu le camion pour faire de l’argent et acheté les plants. J’ai coupé des tuteurs pour soutenir les pieds de poivriers, qui sont des plantes grimpantes. J’ai planté 4 000 pieds, qui ont mis trois ans pour produire. Les prix ont alors chuté et les producteurs ont abandonné la culture. Mais j’ai insisté pour ma plantation. Deux ans sans aucun résultat

Figure n° 6 Plantation de poivre

poivre

©Hervé Théry 2007

J’ai fait un emprunt à la Banque d’Amazonie, à Altamira, pour acheter 100 vaches, faire des enclos, installer une balance pour peser les bœufs. Le financement était sur une durée de sept ans. Le contrat avec la banque prévoyait que le TR (taux de référence) puisse être ajusté au maximum de 85%. Quand j’ai signé le contrat il était de 21%, en un an et demi il est passé à 63%. Par conséquent, ma dette à la banque a triplé, bien sûr le bétail a également augmenté, mais moins, et tous ceux qui ont fait ce type d’emprunt ont eu des problèmes. Lorsque le président Fernando Henrique a changé la monnaie[13], les prix des bovins ont augmenté à Altamira de 15,00 à 35,00 Reais par arroba. J’avais 188 têtes financées par la Banque, toutes grasses, je suis allé à la Banque, demandé le solde dû et comme le bétail suffisait pour payer ma dette j’ai soldé mon emprunt.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de financements octroyés par le Banco do Brasil et le Banco da Amazônia. Ainsi la ville d’Altamira a grandi, mais les conditions d’écoulement des produits sont encore difficiles, il se fait par voie d’eau, par Belém, et à partir de là, il va par la route vers le sud, les centres de consommations principaux sont Anápolis et Goiânia. Maintenant d’Itaituba à Jacareacanga, sur la rive gauche du Tapajós, il y a 400 km et de Jacareacanga au port d’Itamarati 600 kilomètres. Sur cette distance de 1 000 km, entre Itaituba et le port d’Itamarati, ont longtemps circulé les bus de la société Transbrasiliana. Puis les ponts se sont effondrés et les remblais ont été emportés par les pluies, si bien que tout trafic a cessé et ce tronçon est désormais impraticable.

Figure n° 7 Route et pont en Amazonie

Route et pont

©Hervé Théry 2004

Certains résidents qui vivaient entre Itaituba et Jacareacanga sont partis. Entre Jacareacanga e Itamarati il n’y avait plus personne. Il y avait seulement de la forêt, et à ce jour c’est encore une zone d’exploitation clandestine du bois. La route Transamazonienne est aujourd’hui active d’Itaituba à Altamira et Santarém. Et d’Altamira à Marabá, le progrès est plus grand, mais dans l’élevage, il n’y a plus de bois et l’agriculture est faible. Il en va de même de parties de la Transamazonienne que j’ai connues entre Riachão, Carolina et Estreito, dans l’État du Maranhão. On passe un pont sur le Tocantins, sur la route Belém-Brasilia, et sur la rive gauche, entre le Tocantins à l’Araguaia, jusqu’à la ville d’Araguaina, un tronçon de 120 km a décliné à cause des Indiens. Les mouvements qui les protégeaient ont grandi, ils ont brûlé deux ponts et bloqué la circulation.

Actuellement, il y a déjà des abattoirs à Tacua, Xinguara et on est en train d’en construire un à Marabá. Contrôler la dévastation de l’Amazonie n’est pas facile, parce que beaucoup de personnes y vivent. Et avec l’asphalte le progrès d’Altamira sera plus rapide. Et donc les difficultés du passé ne seront plus qu’un souvenir, et dans mon esprit je garde l’espoir d’y retourner un jour.

La suite de l’histoire de Messias Lopes de Mello

  • De 1994 à 1997 : retour à Ceres, fazenda Santa Cruz. Une nouvelle vie, il travaille principalement en tant que gestionnaire de la fazenda qui appartient à son cousin Nego de Mello cousin et était sous la responsabilité de ses enfants Tuta et Custodio de Mello, mais il engraisse aussi quelques bêtes qui lui sont restées sur une partie de la fazenda.
  • De 1997 à 2003 : Auriflama, fazenda Santa Amelia, il fait fonction d’administrateur en échange de pâturage pour l’engraissement des veaux. Cette période se termine au moment où Nego de Mello fait don de la fazenda à ses filles, qui la louent pour la production de canne à sucre.
  • De 2003 à 2007 : Campinaçu, Fazenda Cantagalo. Ayant terminé sa collaboration avec ses cousins, bien qu’ils l’aient invité à continuer, il a préféré recommencer seul. Il a loue la ferme, y engraisse de veaux, mais perd près de deux ans de travail acharné parce que le prix de vente du bétail était presque le même que celui de l’achat.

Figure n° 8 Messias Lopes de Mello à Campinaçu

Messias trabalhando

©Hervé Théry 2006

  • De 2008 à 2012. Après avoir rendu la fazenda louée, il commence à chercher une terre proche de Brasilia, car en raison de son âge avancé (82 ans), sa femme et ses enfants insistent pour qu’il soit plus proche. Après beaucoup de recherches, il réussit à trouver un sitio (5 ha) près de Cristalina, où, une fois de plus, il recommence. Cette fois, cependant, a cessé d’être un éleveur de bovins pour devenir un petit agriculteur, avec l’aide de sa femme Anália. Il cultive de la canne à sucre pour nourrir ses quatre vaches laitières, élève des porcs et des poules pour vendre leurs œufs. Dans le jardin il plante du manioc, des gombos, piments, poivrons, courgettes, chayottes[14], le verger donne des jabuticabas[15], oranges, citrons, mangues, noix de coco, pour la consommation et pour donner aux voisins. Il fait des fromages et de la confiture de lait qu’il apporte à ses enfants à Brasília et São Paulo. Quand il est tombé de cheval, à 85 ans[16], toute la famille a pensé qu’il ne devrait plus vivre seul, et à contrecœur il a accepté de venir vivre en ville.

Figure n° 9 Messias jeune et à la fin de sa vie, au sitio Vitória

Messias jeune et vieux

Auteur inconnu et ©Hervé Théry 2006

  • De 2012 à 2015 il rejoint à Brasilia son épouse Anália, qui a élevé leurs quatre enfants pendant qu’il courait les routes du Brésil. Tous quatre ont fait des études supérieures, devenant professeur, infirmière, professeur d’Université et commissaire de police. Il s’est éteint le 13 septembre 2015, juste après le mariage de son petit-fils, après une longue et belle vie.

La compagne de toujours et la famille

Figure n° 10 Messias, Anália, leurs descendants, parents et amis, lors de son 80e anniversaire

Famille

©Hervé Théry 2006

Vous pouvez citer cet article comme: Hervé Théry, "Histoire d’un pionnier," dans Braises, 20 septembre 2015, http://braises.hypotheses.org/734.

[1] Située à 58 km au nord de Brasília – qui n’existait pas à l’époque – c’était la seule ville de la région choisie trois ans plus tard pour devenir le district fédéral où serait construite la nouvelle capitale.

[2] Messias racontait, comme si c’était la chose la plus banale au monde, comment ils faisaient passer par le troupeau les rivières infestées de piranhas : on égorgeait une bête malade ou affaiblie bien en amont, et pendant que les piranhas, attirés par le sang, l´attaquaient et la dévoraient, le reste du troupeau passait en aval.

[3] 25,4% cette année-là selon la FGV-IBRE, http://portalibre.fgv.br/

[4] Le coup d’État militaire du 31 mars 1964

[5] Unité de poids valant 14,688 kilos.

[6] Aujourd’hui État du Tocantins, créé en 1988.

[7] Il s’agit ici du conflit de l’Araguaia, la seule guérilla rurale qu’ait eu à affronter le régime militaire (1964-1985)

[8] Institut National de Colonisation et Réforme Agraire

[9] Terres publique pas encore attribuées.

[10] Sur 16 km, de la route au lot, à la hache et à la machette dans la forêt primaire. Messias racontait qu’un guide partait en avant le matin et tirait des fusées de détresse pour orienter le travail des bûcherons.

[11] Il s’agit probablement du port d’Humaitá, où la Transamazonienne croise en effet l’axe Cuiabá-Porto Velho-Manaus.

[12] Departamento Nacional de Estrada de Rodagem, Département National des Routes.

[13] En remplaçant le Cruzeiro real par le Real en 1994

[14] (Sechium edule), appelée chuchu au Brésil, christophine en Guyane, chouchou à la Réunion.

[15] Myrtus cauliflora, également appelé vigne brésilienne, petit arbres à fruit natif de la région du Minas Gerais

[16] Il a toujours soutenu qu’il n’était pas tombé, que c’est le cheval qui est tombé sur lui, et il a continué plusieurs jours à s’occuper du sitio malgré une fracture du péroné.


Une réflexion au sujet de « Histoire d’un pionnier »

Les commentaires sont fermés.