Les assentamentos, une politique de réforme agraire ?

Les assentamentos sont des zones créées par le gouvernement brésilien pour y installer des familles sans terres. Ils sont constitués par un ensemble lots destinés à devenir des exploitations où des familles paysannes puissent se consacrer à des activités agricoles et à l’élevage. Il sont constitués soit à partir de terres publiques, soit par le partage d’une grande propriété confisquée dans le cadre de mesures de réforme agraire.

Photo 1 Paysans répartissant les lots d’un assentamento

GO SJA assentamento mapaLes assentamentos sont de divers types (figure 1), que ce soit par leur statut (fédéraux ou des États fédérés), destinés à des paysans sans terres venus d’ailleurs, aux populations locales pratiquant la cueillette (extrativistas), aux descendants d’esclaves fugitifs (quilombolas) ou aux populations déplacées par la construction de barrages.

Figure 1 Types d’assentamentos

Assentamentos modalidades

Mais ils ont en commun de se situer principalement en Amazonie, là où leurs promoteurs peuvent disposer de plus de terres libres. Cela ne va pas sans causer d’importants dommages environnementaux, car il faut défricher de vastes surfaces pour y installer les exploitations agricoles, et ouvrir des voies d’accès qui sont ensuite utilisées par les bûcherons et les éleveurs, qui avancent encore bien plus sur les forêts.

De plus les conditions n’y sont pas très bonnes et compromettent les chances de succès de ceux qui y sont installés : « Les assentamentos, gérés par l’Institut national de la colonisation et de la réforme agraire (INCRA) se situent principalement en Amazonie, dans des régions souvent mal dotées et mal desservies, ce qui rend assez précaires les conditions d’installation des familles migrantes concernées. […]. Les occupants n’obtiennent alors qu’un titre foncier provisoire, c’est-à-dire un “contrat de concession d’usage”, qui leur permet d’avoir accès aux crédits. L’octroi du titre définitif n’intervient souvent qu’après de nombreuses années d’occupation, une fois l’assentamento “consolidé” » [Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009].

Figure 2 Assentamentos et biomes

Assentamentos et biomas

La figure 3 montre l’opposition territoriale entre les familles impliquées dans des occupations de terres (lors de conflits fonciers entre paysans sans terres et grands propriétaires) et de familles installées dans les assentamentos. La carte met en évidence une nette opposition nord/sud de deux phénomènes, la lutte pour la terre se développant principalement dans les régions les plus consolidées et de plus grand potentiel pour le développement de l’agriculture paysanne (dans le Sud-Est et le Sud). Alors que les assentamentos sont installées dans les régions d’occupation récente, principalement sur la frontière agricole, où la demande pour les produits de l’agriculture paysanne est moindre, et où la qualité de vie des colons sera probablement plus faible.

Comme le soulignait déjà Bernardo Mançano Fernandes (2005) « Les installations touchent pour l’essentiel l’Amazonie, principalement sur la frontière agropastorale. Il y a donc une opposition entre les lieux de la lutte pour la terre et ceux de l’installation des familles, alors qu’il s’agit de deux moments d’un même conflit. Cela montre que la politique du gouvernement consiste à créer des assentamentos dans des régions où les terres sont les moins chères, du fait de l’éloignement des centres de consommation et du manque d’infrastructures ».

Figure 3 Familles engagées dans des occupations de terres, familles installées dans les assentamentos

Familias em ocupacoes e assentamentos 2

Photo 2 Assentamento dans le Pontal do Parapanema, État de São Paulo

SP Assentamento Che Guevara

Photo 3 Campement de paysans sans terre dans l’attente d’un assentamento près de Parauapebas (Pará)

PA Maraba Acampamento Lourival Santana MST E

Un autre auteur spécialiste de la question, Eduardo Girardi, faisait donc (2009) une nette distinction : « cette constatation […] nous a conduit à étudier la capacité réformatrice des assentamentos, l’instrument principal de la réforme agraire de tous les gouvernements consécutifs après la dictature militaire. [Nous] comprenons que les assentamentos contribuent inégalement à une « vraie réforme » de la structure foncière. Pour y contribuer, nous supposons qu’ils doivent remettre en cause le latifundio/agrobusiness et installer sur la même parcelle de terre une vraie paysannerie. Le résultat final de l’analyse est la figure [4], sur laquelle nous classons les assentamentos selon trois niveaux de contribution à la réforme agraire ». La carte distingue en effet les assentamentos contribuant à la réforme agraire, que ce soit ceux où se sont produit des occupations de terre (en vert foncé) ou non (en vert clair), de ceux qui n’y contribuent pas (en jaune).

« La carte confirme une hypothèse de départ, les assentamentos moins réformateurs ou non-réformateurs sont situés sur la frontière agricole et se confondent avec les politiques d’occupation du territoire et les politiques environnementales. Cela illustre bien l’idée selon laquelle la frontière agricole a été utilisée pour préserver la structure foncière brésilienne et élaborer une réforme agraire conservatrice ».

Figure 2 Types d’assentamentos selon Eduardo Girardi

Assentamentos Girardi img-2

L’inadéquation des localisations conduit donc à de nombreux échecs, « dans la plupart des assentamentos des fronts pionniers d’Amazonie, on constate un phénomène de substitution de colons et de concentration foncière. En effet, les premiers installés sont en général des familles pauvres et sans terre issues d’un autre front pionnier amazonien ou d’exploitations familiales en crise du Centre-Sud et du Nordeste. Cherchant avant tout à assurer leur sécurité alimentaire, manquant de capital et d’outils performants pour défricher, et n’ayant pas de titre de propriété définitif (statut de posseiro ou d‘assentado), ils pratiquent un système de culture sur abattis-brûlis (riz, manioc, haricot, maïs). Peu à peu, ils sèment du pâturage de façon à valoriser leur terrain. Après une période qui peut aller de 5 à 15 ans, une fois qu’une partie du terrain est défriché et planté en pâturage, les agriculteurs les mieux dotés en capital leur rachètent leurs terres, pour y pratiquer, le plus souvent, l’élevage bovin extensif. Les premiers occupants, et surtout leurs enfants, tendent à repartir vers un front pionnier plus récent. Par exemple, Martin Coy [1986] a montré que 63% des colons installés par l’INCRA sur des lots de 100 ha d’un assentamento du Rondônia avaient vendu leurs terres onze ans après leur arrivée, laissant place à des minifundia, juxtaposés aux latifundia aux mains des grands éleveurs » (Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009).

Figure 3 Évolution d’une zone de colonisation selon Martin Coy

SCHEMA_DE_COLONISATION

En plus les dégâts environnementaux, le choix de l’Amazonie pour y installer des milliers de colons, en conflit avec les bûcherons et les éleveurs, mène par ailleurs à de graves conflits fonciers et à la violence, comme le montrent les cartes tirées des base de données constituées par la Commission Pastorale de la Terre (CPT): c’est sur les confins amazoniens, là même où sont installés la plupart des assentamentos, que les assassinats pour la terre sont les plus nombreux.

Figure 5 Assassinats dans des conflits fonciers selon la Commission Pastoral de la Terre

Assassinatos

Figure 6 Menaces de mort  selon la Commission Pastoral de la Terre

Ameaças de morte

Solution en apparence commode pour se débarrasser à peu de frais de la pression des paysans sans terre, les assentamentos sont donc en fait, à long terme, la cause de problèmes bien plus graves, tant environnementaux que sociaux.

Bibliographie

Eduardo Paulon Girardi et Bernardo Mançano Fernandes, 2006, « Brésil: les territoires de la question agraire », M@ppemonde N° 82 (2-2006)

Eduardo Paulon Girardi, 2009, « Atlas da Questão Agrária Brasileira e Cartografia Geográfica Crítica », parágrafos 4 e 5, Confins, 5 | 2009, http://confins.revues.org/5631 ; DOI : 10.4000/confins.5631

Ludivine Eloy, Jean-Philippe Tonneau et Pablo Sidersky, 2009, « Questions foncières et politiques de réforme agraire au Brésil », Geoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/doc/etpays/Bresil/BresilScient2.htm

Coy M., « Développement régional à la périphérie amazonienne : organisation de l’espace, conflits d’intérêts et programmes d’aménagement dans une région de “frontière” : le cas du Rondônia » In : Frontières, mythes et pratiques (Brésil, Nicaragua, Malaysia). Cahiers des Sciences Humaines, 22 (3/4) :371-388, 1986.