Élection présidentielles de 2010

La carte des résultats des trois principaux candidats au premiere tour des élections présidentielles, en octobre, révèlent de forte oppositions régionales: Dilma Rousseff (qui a remporté l’élection au second tour), José Serra (qu’elle a battu au second tour) et Marina Silva ont chacun/e leurs fiefs.

Les trois principaux candidats au premier tour

Dilma gagne nettement dans les régions pauvres, Nordeste (plus le nord du Minas, incluses dans le « polygone de la sécheresse ») et en Amazonas (mais ni dans le Pará ni dans l’Acre). Serra gagne à São Paulo et les parties orientales du Sud (dans l’ouest rural c’est plutôt Dilma) et dans les regions pionnières de l' »arc du déboisement ».

C’est là que Marina – assez logiquement puisqu’elle a été ministre de l’environnement – fait ses plus mauvais scores, en revanche elle est bonne – là aussi assez logiquement – dans l’Acre, chez elle. Mais ses meilleurs scores sont dans les grandes villes et des régions qui tracent curieusement une croix sur le Brésil, du Tocantins au Paraná et du Mato Grosso à Rio. La aussi c’est assez normal pour une candidate qui ne cache pas ses convictions de protestante évangeliste.

Résultats électoraux et indice de développement

Si l’on superpose les résultats des deux principaux candidats (par États, le cartouche indiquant leur score minumum, moyen et maximum) à un carte des niveaux de développement, on voit apparaître  l’étroite coïncidence entre le vote pour Dilma ou Serra et le niveau de développement, mesuré par l’indice Firjan (revenu par tête + santé + scolarité): les régions ou Dilma réalise des scores supérieurs à sa moyenne nationale (liseré mauve) sont celles ou l’indice est bas (nuances de vert), Nordeste et Amazonie.

En contraste, celles ou Serra obtient  ses meilleurs scores (hachure horizontales) sont les plus développées du pays (jaune, orange et rouge), Sud, Sudeste et de plus en plus Centre-Ouest, que l’agro-business (soja et élevage) a transformé en une sorte de Middle-West brésilien. Les régions disputées sont soit celles ou les deux candidats ont de bons pourcentages (comme le Pará, en Amazonie), soit – au contraire – celles ou les deux candidates sont sous leur moyenne nationale, comme le Minas Gerais, deux États qui contiennent à la fois des régions déjà développées et des régions très pauvres.

Au second tour ce sont donc une fois de plus les « deux Brésils » qui  étaient face à  face, Dilma a eu pour elle le vote des pauvres, les plus nombreux, attaches au régime par la Bolsa Familia, touchée aujourd’hui par près du quart des Brésiliens.