Rondônia quarante ans après, images d’hier et d’aujourd’hui

Les collègues de l’Université fédérale du Rondônia (UNIR) m’ayant fait l’honneur de publier la traduction de ma thèse « Rondônia, mutations d’un Territoire fédéral en Amazonie brésilienne », devenue Rondônia mutações de um Território federal na Amazônia federal, SK Editora, j’ai eu l’occasion de revenir à Porto Velho, la capitale (ce que j’avais déjà fait à plusieurs reprises) mais surtout de parcourir la région centrale de l’État, le terrain de mes recherches, menées en 1974, il y a trente-huit ans. Il était alors parcouru par un front pionnier de grande ampleur, une vaste entreprise de colonisation se développant au long de la route transamazonienne BR364.

Ce ne fut qu’un bref aller-retour (de plus de mille kilomètres, tout de même) et quelques visites à des agriculteurs et institutions locales, en cherchant à retrouver les lieux de jadis et en privilégiant ceux dont la mémoire avait été fixée par des photos de l’époque. On trouvera donc ci-dessous des couples de photos, celles de 1974 et celles de 2012, (parfois de 2005 ou 2011 pour celles de Porto Velho) qui montrent à quel point la région a changé en – presque – quarante ans.

NB: cliquer sur les photos pour les voir en taille réelle

Porto Velho et le Rio Madeira

La vue aérienne, prise par le hublot en approche de l’aéroport, montre que la ville a grandi, en s’étendant dans toutes les dimensions, y compris la verticale, des immeubles résidentiels ou de bureaux y sont apparus. Les rues sont désormais toutes asphaltées, pas seulement les grands axes. La poussée urbaine n’a toutefois pas franchi le Rio Madeira, sur la rive gauche la forêt est apparemment intacte. Au fond de l’image la plus récente on distingue le barrage de Santo Antônio, situé à six kilomètres en amont de la ville.

Le palais du Gouverneur

Pas de changement pour les principaux monuments, le palais du gouverneur a seulement été repeint en blanc et bleu au lieu de blanc et vert.

L’Université, ex-hôtel des hôtes de marque

Juste à côté, sur la même place, l’hôtel construit pour les hôtes de marque est devenu le siège de l’Université fédérale de Rondônia (UNIR), en 2011 il était occupé par les étudiants en grève.

Avenida Sete de Setembro

La principale rue commerciale a peu changé, à part l’apparition des premiers shopping centers et des embouteillages, le nombre des voitures en circulation – lente – ayant sensiblement augmenté.

« Boutique snob » à Porto Velho

Le style des commerces a changé autant que celui des voitures, au même coin de rue la jeep a été remplacée par une belle Ford à vitres fumées et la « Boutique snob » (qui ne l’était guère) a été remplacée par un magasin qui vend essentiellement de la pacotille importée de Chine.

Bac et pont sur le Madeira

Le bac qui était le seul moyen de franchir le Madeira (ici sur une photo de 2005) sera prochainement remplacé par un pont de béton, suffisamment haut pour laisser passer les barges de soja propulsées par un pousseur du type de celui qui apparaît sur l’image de 2012. Elles descendent vers le port d’Itacoatiara, à un peu plus de 200 km en aval de Manaus, où le soja est chargé sur des navires de haute mer à destination de Rotterdam ou – de plus en plus – de Shanghai.

Les rapides de Santo Antonio, sur le Madeira

Les rapides de Santo Antônio étaient les premiers de la série qui interrompaient la navigation en amont de Manaus, et avaient fixé la situation de Porto Velho, point de départ de la voie ferrée Madeira-Mamoré, construite pour les contourner. Ils ont maintenant disparu sous le barrage du même nom, qui devrait commencer à produire de l’électricité avant la fin de 2012, pour l’essentiel exportée vers São Paulo : 3 150 MW de puissance installée, 6 900 MW avec le barrage de Jirau, 100 km en aval.

Commerce à Ariquemes

En allant vers l’intérieur de l’État, au long de la route BR364, au-delà de Candeias, devenue une banlieue de Porto Velho, et après quelques dizaines de kilomètres pratiquement vides on arrive à Ariquemes au début de ce qui était en 1974 la zone pionnière. Dès l’entrée de la ville, il est clair que les paysages ont changé, la rue commerciale principale qui ressemblait à celle d’une ville du far-West est aujourd’hui asphaltée, bordée de commerces modernes et remplie de voitures neuves…

Jaru

L’impression se confirme un peu plus loin, en approchant de Jaru, qu’un survol en hélicoptère avait permis de photographier de haut en 1974. Pas d’hélicoptère cette fois, mais Google maps – dont on ne pouvait même pas rêver à l’époque – permet de voir à quel point tout a changé : au lieu de quelques maisons de bois aux abords de la route, qui elle-même n’ouvrait qu’une étroite trouée dans la forêt, une véritable ville, où la maille rectangulaires des rues dessine des dizaines de pâtés de maisons densément occupés ; et au lieu de la forêt un paysage ouvert de cultures et de pâturages, lui aussi structuré par une maille rectangulaire, où ne subsistent que quelques lambeaux boisés.

Linha de pénétration près d’Ouro Preto d’Oeste

Cette maille rectangulaire, c’est celle des linhas, les routes de pénétration perpendiculaires à la route BR364, puis leurs perpendiculaires tous les quatre kilomètres, parallèles à la route. Aujourd’hui les linhas principales on été asphaltées et son devenues des routes carrossables en toute saison, bien différentes des pistes de terre de jadis, où même les jeeps s’enlisaient souvent.

Un lot de colonisation

Entre les linhas espacées de 4 kilomètres s’organisait la maille des lots agricoles, accolés deux à deux, 2 000 mètres de profondeur sur 500 mètres de front. Le fond de chaque lot aurait dû être laissé en forêt, c’était le cas dans les premières années, ce qui faisait du paysage, vu du ciel, une alternance de bandes de forêt et de défrichements, mais on voit bien sur l’image de Google maps que ce n’est plus le cas aujourd’hui. La plupart de ces lots, complètement défrichés, ont été convertis en pâturages et il nous a été difficile de trouver un agriculteur qui vive encore sur son lot, alors qu’à l’origine chaque lot était occupé par une ou plusieurs familles. Seuls les manguiers qui subsistent dans les pâturages attestent de l’emplacement de maisons disparues, les éleveurs les gardant pour donner de l’ombre au bétail alors que les maisons ont été rasées. Leur présence est un sûr indice d’une ancienne présence humaine, un indicateur fiable pour une archéologie d’un paysage déjà disparu.

Ji-Paraná

Au centre de la région pionnière, Vila de Rondônia, jadis un district de Porto Velho bien que distante de 360 kilomètres du chef-lieu, est aujourd’hui une commune de plein exercice (le Rondônia en compte 52 contre 2 en 1974). La ville comptait 104 858 habitants au recensement de 2010, contre un peu moins de 20 000 en 1974, 40 000 en 1980 et un peu plus de 75 000 en 1991. En 1974 on n’y voyait aucun immeuble de plus d’un étage, elle était composée essentiellement de maisons de bois construites de planches mal dégrossies par les scieries locales. Celles-ci débitaient des arbres abattus à quelques centaines de mètres, dans la forêt dont les lisières enserraient la ville de partout. Aujourd’hui elle n’est plus visible, au loin, que du haut des plus hauts immeubles, dont certains dépassent dix étages.

Commerces à Ji-Paraná

Rien ne reflète mieux le changement que la ville a connu (du moins lors d’un passage rapide, un jour férié de surcroît) que celui des commerces alignés au long des rues principales, aux alentours de la route BR364. Alors qu’en 1974 c’étaient essentiellement des baraques en bois, poussés à la diable, des bazars étalant en plein air toute sorte de marchandises, sans grande spécialisation, en 2012 ce sont des bâtiments en dur, bien alignés, à un ou deux étages, spécialisés, portant des enseignes soignées et de noms qui se veulent distingués, en français ou – de plus en plus – en anglais.

Le pont sur le Rio Machado à Ji-Paraná

Ji-Paraná est née au bord du Rio Machado, obstacle au franchissement de la ligne télégraphique établie au début du XXe siècle, puis à la route ouverte à la suite de la construction de Brasília, dans les années 1960. Le pont qui l’enjambe est un des points les plus faciles à retrouver, même quarante ans plus tard, alors que la population de la ville a quintuplé. Le dernier couple de photos, prises au même endroit, montre toute l’ampleur des mutations survenues au long de ces quatre décennies. Sur celle de 1974, la ville n’est qu’une clairière dont on voit bien les limites, juste derrière quelques pâtés de maisons basses. Une file de camions bâchés attend, juste après avoir franchi le pont, l’autorisation de poursuivre leur route vers Porto Velho, dépassés par la charrette d’un colon rejoignant son lot agricole. La photo de 2012 montre le même pont, entretemps considérablement élargi et dédoublé, aux abords duquel des travaux sont encore en cours, ce jour férié, pour réduire les embouteillages qui se produisent tous les jours sur ce goulot d’étranglement, ce point de passage obligé. Les camions ne s’y arrêtent plus, ce sont principalement des semi-remorques livrant au port de Porto Velho le soja du nord-ouest du Mato Grosso ou des bétaillères drainant vers le nord ou vers le sud les bœufs vivants ou leur viande désossée. La limite de la forêt, reportée des kilomètres plus loin, n’est plus visible, même si la ville est encore bien verte  grâce aux îles fluviales où la végétation a été préservée. Retournement complet : l’arbre n’est plus l’ennemi à abattre par le fer et par le feu pour ouvrir une clairière où tenter de survivre, c’est une aménité recherchée pour diminuer l’îlot de chaleur urbaine, pour décorer et rafraîchir un paysage devenu trop minéral et artificiel.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions sur “ Rondônia quarante ans après, images d’hier et d’aujourd’hui ”

  1. Bravo pour cet exercice très clair, palpable de mise en perspective de développement territorial sur le temps long …
    il y a une superbe idée a explorer de livre en explorant les archives photos d’autres chercheurs …

    Thierry

Les commentaires sont fermés.