Le vote électronique au Brésil, un exploit logistique

Les élections municipales d’octobre ont nécessité la présence dans les 418 748 bureaux de vote brésiliens de 501 923 urnes électroniques, réparties par les TRE (tribunaux électoraux régionaux) de façon à recueillir le vote de 138,5 millions d’électeurs. Seuls ceux du District fédéral de Brasília, de Fernando de Noronha (qui n’ont pas de maire élu) et les Brésiliens résidant à l’étranger n’étaient pas appelés voter à ces élections. Sur ce demi-million d’urnes électroniques 35 000 étaient nouvelles, du modèle UE 2011, fabriquées à l’usine de Santa Rita Sapucaí (Minas Gerais), acquises pour répondre à la croissance de l’électorat, les autres ont été construites (au Brésil également) au fil des années depuis 1996, date à laquelle le pays a adopté le vote électronique les premiers essais ayant eu lieu en 1991.

Une urne électronique

http://www.blogdaresenhageral.com.br/v1/eleicoes-de-domingo-vao-empregar-meio-milhao-de-urnas-eletronicas/, 26/10/12

L’écran de l’urne électronique (simulation avec des candidats fictifs)

http://apertaqual.wordpress.com/2010/09/01/meu-2%C2%BA-software-livre-apertaquem/ , 26/10/

En 2010, aux dernières élections générales, 2 244 urnes (sur 420 000 à l’époque) avaient connu des pannes (et été remplacées par des machines de réserve), soit 0,53%. Les urnes sont emballées dans des caisses conçues pour qu’elles restent intactes après une chute d’1,5 mètre de hauteur, emballées dans du plastique pour celles qui sont exposées à la poussière sur des routes non asphaltées. Celles qui voyagent par bateau doivent pouvoir rester dix heures sous l’eau sans dommage.

Urnes électroniques préparées pour le vote

http://tribunadonorte.com.br/eleicoes2012/tre-termina-preparacao-das-urnas-da-regiao-metropolitana/232952, 26/10/12

Car plus que la fabrication des urnes, c’est leur mise en place qui constitue un exploit logistique dans un pays de la taille du Brésil, notamment en Amazonie. Des voitures, des bus, des camions, des camionnettes à quatre roues motrices, des bateaux, des canoës, des avions, des hydravions et des hélicoptères ont été utilisés pour acheminer les machines à voter jusqu’aux derniers bureaux de vote dans tout le pays. Les élections ont ainsi pu avoir lieu même dans des endroits qui ne sont littéralement pas sur la carte. À Mojuí dos Campos (Pará), par exemple, commune démembrée de celle de Santarém en 2009, 16 867 électeurs choisissaient leur maire pour la première fois. Pour parcourir les 240 km entre Santarém et la communauté de Santa Maria d’Aru, l’équipe du tribunal a dû utiliser  une camionnette puis un bateau à moteur hors-bord.

Les trajets les plus compliqués pour le transport des urnes

http://www1.folha.uol.com.br/poder/1164201-tres-montam-operacoes-de-guerra-para-garantir-eleicoes-em-regioes-isoladas.shtml

Dans le Goiás, le déplacement vers les localités de Niquelândia et Cavalcante, qui abritent des calungas (descendants d’esclaves fugitif), s’est fait par voie terrestre, mais pendant cinq heures les employés du tribunal ont dû traverser une région montagneuse, par de mauvaises routes, en pleine époque des pluies. Les 12 urnes quant à elles ont été  transportées par deux hélicoptères, chacun loué pour 15 000 Reais (5 750 Euros) selon le secrétaire à la technologie de l’information du TRE de Goiás, Gonzague Dory, comme dans quatre autres États (Acre, Amazonas et Roraima). Á Lábrea (Amazonas) cinq localités n’ont pu être atteintes qu’en utilisant un hydravion, et à Nhamundá (Amazonas) deux autres par avion amphibie.

Transport d’une urne par hélicoptère

http://resgatedoa-brasil.blogspot.fr/2012/10/prf-realiza-transporte-de-urna-nas.html , 26/10/12

Dans 18 autres localités du même État des satellites ont été utilisés pour transmettre les résultats, pour 3 000 Reais (1 350 Euros) chacun. Le Tribunal suprême électoral (TSE) loue ainsi des équipements de transmission par satellite pour les 1 274 localités de 15 États (sur 27) à partir desquels le temps de déplacement vers le tribunal local prendrait plus de trois heures. Des techniciens des tribunaux régionaux retirent alors la carte mémoire et la placent dans un équipement doté d’une antenne, connectée à un ordinateur portable, et envoie les données à Brasília.

La transmission des données

http://www1.folha.uol.com.br/poder/1164201-tres-montam-operacoes-de-guerra-para-garantir-eleicoes-em-regioes-isoladas.shtml

Grâce à ce système les résultats sont connus très rapidement, il suffit au président de chaque bureau de vote de presser un bouton après le passage du dernier électeur pour connaître et proclamer le décompte des votes, tandis que les données sont transmises automatiquement à Brasília, aux ordinateurs du TSE.

Proclamation des résultats, à 17h

Section 36 de la 34e zone électorale du TRE du Minas Gerais
http://www.tre-mg.jus.br/portal/website/noticias/ano_2010/outubro/noticia_0014.html_917596315.html, 26/10/12

De là, après vérification, les résultats sont disponibles en début de soirée, pour toutes les communes du pays, sur le site du TSE. Le suspense y perd, les estimation de sortie des bureaux de vote ne servent presque plus à rien, mais on y gagne et fiabilité et en transparence. Comme le disent les Brésiliens c’est là « coisa de Primeiro Mundo » (une chose digne des pays développés » mais en l’occurrence le système est bien plus moderne que dans bien des pays développés, et après le fiasco des élections présidentielles de 2000 (culminant sur le laborieux recomptage des voix en Floride, qui fit basculer le résultat final) le Brésil a même pu s’offrir le luxe d’offrir une aide technique aux États-Unis…

Les résultats sur le site du Tribunal suprême électoral (TSE)

http://www.tse.jus.br/eleicoes/estatisticas/estatisticas-eleicoes-2012 , 26/10/12

Source principale : “TREs montam operações de guerra para garantir eleições em regiões isoladas”, Clara Roman e Daniel Carvalho, Folha de S. Paulo 05/10/2012, http://www1.folha.uol.com.br/poder/1164201-tres-montam-operacoes-de-guerra-para-garantir-eleicoes-em-regioes-isoladas.shtml 5/10/12


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions sur “ Le vote électronique au Brésil, un exploit logistique ”

  1. Pingback: hermes replicas
  2. Je suis le secretaire general du parti politique FUSION des socio democrated’Haiti. Un parti politique qui a choisi la social democratie comme ideologie. Nous sommes entain de preparer des elections primaires a l’interieur du parti. Nous souhaitons introduire les urnes electronique type bresilien dans le systeme electoral haitien. Est- il possible d’avoir 4 unites pour en faire la promotion.
    Merci

Les commentaires sont fermés.