Les religions au Brésil en 2010

L’IBGE (Institut brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 29 Juin 2012 les données du Recensement de 2010 sur les religions (données de l’enquête détaillée par échantillon). Ses responsables de la communication, commentant ces résultats ont souligné certains des changements qui ont eu lieu depuis le dernier recensement, en 2000, le principal étant le déclin de l’Église catholique et la croissance des religions évangéliques et du nombre de personnes qui prétendent n’avoir aucune religion. Quelques cartes ont été présentées, mais les données sont si riches que leur dimension territoriale – la répartition des religions dans le pays – peut être approfondie. Les cartes suivantes1 ont été élaborées à partir du tableau de données 1489 (Population résidente, par religion, couleur de peau et sexe, Résultats généraux de l’échantillon), à l’échelle des micro-régions (elles sont 558 dans tout le pays)2.

Tableau 1 – Les religions au Brésil en 2010
IBGE, Censo demográfico 2010

Les religions principales
Les grandes religions étaient en 2010, comme l’indique le tableau ci-dessus, l’Église catholique (romaine) et les diverses religions protestantes, puis le groupe qui a déclaré n’avoir «aucune religion». Les trois premières cartes les localisent, en utilisant la même échelle pour les rendre comparables.
Catholiques
Le catholicisme reste dominant dans le Nordeste et dans les régions d’agriculture paysanne du Sud mais dans les grandes villes il ne représente pas plus de deux tiers de la population et même, dans le cas de Rio de Janeiro, la moitié.
Protestants évangéliques
Le public des religions évangéliques est essentiellement urbain, avec une présence plus forte à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Sans religion

Le «sans religion» sont également plus nombreux en milieu urbain et à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Géographies différenciées
Les autres religions n’ont pas le même poids en chiffres absolus, mais certaines présentent des configurations spatiales différenciées, révélées par les cartes ci-dessous, qui ne sont pas comparables avec les trois premières, ni entre eux, parce que leurs effectifs absolus sont à des échelles différentes, adaptées au nombre de fidèles de chaque religion .
Judaïsme
Le judaïsme est une autre religion région urbaine, cette fois c’est São Paulo qui se distingue, avec plus de 44 000 personnes, soit près du double de Rio de Janeiro.
Islam
Les musulmans se concentrent principalement à São Paulo et à Foz do Iguaçu, sur la Triple Frontière Brésil – Argentine – Paraguay.
Candomblé
Les fidèles du Candomblé (religion afro-brésilienne) sont nombreux – comme on pouvait s’y attendre – à Bahia, mais plus encore à Rio de Janeiro
Umbanda
L’Umbanda (autre religion afro-brésilienne) est présente, avec le Candomblé, à Rio de Janeiro, mais son foyer principal est le Rio Grande do Sul, dans la capitale et la partie sud de l’État.
Spiritistes
La répartition des Spiritistes, à part une concentration dans le Rio Grande do Sul similaire à celle de l’Umbanda, dessine un axe Janeiro Rio de Janeiro – São Paulo – Brasilia.
Traditions ésotériques

Brasilia est clairement – au moins en proportion – la capitale brésilienne de l’ésotérisme .
Traditions indigènes
La répartition des fidèles des traditions indigènes suit évidemment celle des Indiens eux-mêmes, concentrés principalement en Amazonie.
Typologies
Deux techniques statistiques permettent la construction de typologies – et de cartes – indiquant quelle religion occupe une place particulière dans chaque région et la différencie des autres, sans être nécessairement en position dominante puisque le catholiques restent partout les plus nombreux.
CAH
La Classification Hiérarchique Ascendante (CAH) construit des groupes de régions de même profil, dont la composition est expliquée par le graphique situé au-dessous de la carte, où chaque groupe apparaît avec des valeurs supérieures à la moyenne (barre vers la droite) ou au-dessous de celle-ci (barre vers la gauche) pour chaque religion. La carte confirme la bonne résistance du catholicisme dans le Nordeste et le sud intérieur (en dehors de la Campanha Gaúcha du sud du Rio Grande do Sul, marquée par l’Umbanda). Dans le reste du pays apparaît la force des évangéliques sauf dans de petites zones marquées par l’Islam (une région), l’Umbanda et le Candomblé (13 régions), les traditions indigènes (6 régions) et l’absence de religion, conjointement avec les évangéliques (3 régions) .
Analyse factorielle

L’analyse factorielle groupe les variables analysées –ici les religions – selon les similitudes ou les différences de leur distribution statistique et géographique, au long d’axes qui rendent compte de ces variations, de manière décroissante. Le premier axe de la figure centrale du graphique, qui se lit de gauche à droite, représente près de 40% de la variabilité et oppose à la religion catholique à tous les autres: la carte du haut de la figure, construit à partir de la position des régions sur cet axe, fait apparaître à nouveau les bastions du catholicisme dans le Nordeste et du Sud. L’axe deux, qui se lit de haut en bas et représente 16,65% de la variabilité, nuance la distribution des «autres» religions, il regroupe d’un côté Umbanda/Candomblé, Islam et judaïsme (groupe du haut du graphique et couleurs chaudes sur la carte du bas), d’autre part les évangéliques, les sans-religion et les traditions indigènes (bas du graphique et des couleurs froides sur la carte). Les deux groupes ont leurs bases principales dans les grandes villes mais la première et la plus répandue dans le Sud et le Centre-Ouest, la seconde dans le Nord et le Nord.
Évolution 2000-2010
Quel est l’impact territorial de la tendance générale de croissance des religions évangéliques et de reflux du catholicisme? Les cartes suivantes analysent cet aspect, une fois éliminé l’effet de la croissance démographique et en faisant la moyenne de chaque région avec ses voisins, afin de renforcer les cohérences régionales en éliminant les phénomènes purement locaux.
Variation 2000-2010 de la religion catholique
Le reflux du catholicisme est général (valeurs négatives dans toutes les régions), mais est plus prononcé dans les grandes villes et sur les fronts pionniers amazoniens, le long de l’”arc de la déforestation” et au-delà. Il semble y avoir une certaine co-incidence entre la religion protestante et l’esprit pionnier, qui devra être étudié plus avant.
Variation 2000-2010 des religions évangéliques
Les progrès des religions évangéliques sont – de façon symétrique du reflux du catholicisme – visibles dans toutes les régions du pays, mais surtout en Acre, dans le sud du Minas Gerais et surtout dans le Nordeste.

Notes

1) Publiées originellement dans la rubrique “images commentées” de Confins, sous un pseudonyme, selon l’usage brésilien de ne pas publier dans une revue quand on en est le rédacteur en chef: René Somain, « Religiões no Brasil em 2010 », Confins 15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2012, URL : http://confins.revues.org/7785 , DOI : 10.4000/confins.7785

2) Ces cartes ont été ébauchées sous les logiciels Philcarto, écrit par Philippe Waniez, et Cartes et Données, du groupe Articque, disponibls gratuitement et respectivament sur les sites http://philcarto.free.fr/  et http://www.geocampus.com/fr/solutions-international/solutions-international-cartes-et-donnees-pro.html

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Actualités / News, Cartes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">