Nouvelles images de la population brésilienne en 2010

Le recensement démographique réalisé en 2010 par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques) contient une foule de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, librement (et gratuitement) accessibles sur son site (www.ibge.gov.br).  À partir de ses données par estado (État de la fédération), microregião (regroupements de commune par bassin de vie) et município (l'équivalent des communes), on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes entre les régions du pays.

Masses

Le Sudeste – la région qui contient les États de São Paulo et de Rio de Janeiro –  est de loin la partie la plus peuplée du pays, et une carte en anamorphose de la population des États qui donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, montre bien leur prédominance. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas).

Figure n° 1 Anamorphose de la population par État en 2010

Le poids spécifique des régions métropolitaines des deux villes éponymes de ces États apparaît bien si l'on répète l'exercice à l'échelle des microregiões : bien que celles-ci aient été conçues pour être, sinon homogènes, du moins comparables, le poids des grandes villes et de leurs satellites atrophie le Sud, secondairement le Nordeste. Inversement l'Amazonie disparaît presque, bien que ses communes soient immenses, certaines d'entre elles étant plus vastes que bien des pays européens.

Figure n° 2 Anamorphose de la population par microregião  en 2010

Densités

L'opposition majeure qui fonde l'organisation de l'espace est donc celle des densités : au littoral densément peuplé – c'est là que se situent toutes les grandes villes – s'oppose l'intérieur qui l'est nettement moins (la seule exception étant Brasília), résultat d'un processus d’occupation et de colonisation qui a commencé par le littoral. Presque partout la densité tombe en dessous de cinq habitants par kilomètre carré dès qu'on s'éloigne de plus de 200 km des côtes, et dans le Nord-Ouest amazonien on tombe même à moins d'un habitant par kilomètre carré. Cette disparité est bien révélée par la  carte classique (elle figure dans le billet « Du nouveau sur la population du Brésil en 2010 », http://braises.hypotheses.org/76), mais une carte en 3D en dit plus sur la contribution des villes, car si vives soient les teintes correspondant à leurs hautes densités, la petite taille de leurs municípios et même de leur microregião les dissimule, au contraire les « pics » de la 3D les fait – littéralement – ressortir par rapport à leur environnement.

Figure n° 3 Densité de population par microregião

On en a confirmation quand on ne prend en compte que la population urbaine de chaque município, les très grandes villes sont concentrées au long du littoral atlantique et parmi elles São Paulo, Rio de Janeiro et quelques autres se détachent nettement.

Figure n°  4 Population urbaine par município

Évolutions

Le boom démographique qui a marqué le XXe siècle a fait passer la population du pays de dix à près de 200 millions d'habitants, ce qui est évidemment un atout formidable, mais aussi un redoutable défi pour nourrir, loger, éduquer ces millions de nouveaux citoyens. Dans le même temps le centre de gravité du pays s'est déplacé, la série des cartes qui retrace l'évolution de la population montre l'extension progressive de la population vers l'Ouest et le Nord, où sont créé de nouveaux États, mais aussi le renforcement progressif du poids du centre, essentiellement São Paulo et Rio de Janeiro.

Figure n°  5 Population des États

Cette croissance s'est bien ralentie – le nombre moyen d'enfants par femme est aujourd'hui plus bas au Brésil qu'en France, mais le dynamisme spatial n'a pas complètement disparu pour autant, des mouvements de population se font toujours, à la fois par la migration et par les différence de dynamisme démographique entre les régions.

Une dernière carte, à l'échelle des municípios, montre que – pour la première fois dans l'histoire du pays, certaines régions perdent de la population (cercles bleus), dans le sud-ouest, dans le nordeste et même dans certaines zones de l'Amazonie (Rondônia et Transamazonienne), occupées dans les années 1970 par une colonisation qui n'a pas réussi à fixer une agriculture à haute densité.

En revanche les forts accroissements (cercles rouges) signalent que des fronts pionniers sont encore actifs dans d'autres régions amazoniennes, comme l'est du Pará (bois et élevage) ou dans le nord du Mato Grosso (soja). La plupart des villes n'ont que des progressions modestes (en pourcentage), la croissance se faisant dans les communes de leurs périphéries.

Figure n°  6 Évolution de la population entre 2000 et 2010

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet