Images de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) a lancé en juin 2017 l’« Atlas de la violence 2017 », produit en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP). L’ouvrage, qui analyse les homicides au Brésil, a été présenté sur son site le 5, les sources utilisées pour l’étude sont les données de mortalité du Système d’information (SIM), le ministère de la Santé, pour les années2005-2015, et l’information tirée des dossiers de police publiés dans le 10e Annuaire brésilien de la Sécurité publique du FBSP.

L’Atlas compile et commente de nombreuses statistiques, mais offre peu de cartes, principalement à l’échelle du Brésil par États. Cependant, puisque l’Atlas est disponible en ligne (gratuitement) en format .pdf, il est a été possible d’en extraire les données et de les cartographier de façon plus complète.

Les données

Les données compilées par l’Atlas sont effrayantes. Le Brésil a enregistré en 2015, 59 080 homicides, alors qu’en 2005 ils n’étaient « que » étaient 48 136, soit une augmentation de 22,7%. Cela représente 160 morts violentes par jour, l’équivalent du nombre de passagers d’un Airbus A320 ou d’un Boeing 727-100 : imaginons la consternation et les réactions dans le pays si l’un de ces avions tombait tous les jours, tuant tous leurs passagers …

L’étude analyse les chiffres absolus et les taux d’homicides par 100 000 habitants (l’indicateur internationalement reconnu pour les comparaisons) entre 2005 et 2015. Pour le Brésil dans son ensemble le taux était de 28,9 et l’Atlas détaille les données par région, État fédéré et communes de plus de 100 000 habitants. Notons que 2% des communes (111) ont représenté en 2015 la moitié des cas de meurtre dans le pays, et que 10% d’entre elle (557) concentrent 76,5% de tous les décès.

Les États qui ont plus que doublé leur taux de meurtre dans la période analysée sont situés dans les régions du Nord et du Nord-Est, le pire cas étant le Rio Grande do Norte avec une augmentation de 232% (44,9 en 2015 contre 13,5 en 2005). Viennent ensuite Sergipe (134,7%) et le Maranhão (130,5%). Heureusement, il y a aussi des développements plus favorables, Pernambuco et l’Espirito Santo ont réduit leur taux de 20% et 21,5%, mais les réductions les plus importantes ont été dans le Sud-Est, à São Paulo, le taux a chuté de 44,3% (de 21 9 à 12,2) et à Rio de Janeiro, de 36,4% (48,2 à 30,6).

Les communes les plus et les moins violentes

La seule analyse isolée des taux d’homicides peut cacher le véritable niveau d’agression meurtrière par des tiers dans une commune. Un des exemples est Barreiras (Bahia), où a été enregistré un seul homicide en 2015, ce qui mettrait la ville parmi les plus paisibles du pays. Cependant, il y a eu aussi à Barreiras cette année-là 119 morts violentes de causes indéterminées (MVCI), un taux de 77,3 par 100 mille habitants, ce qui met la ville parmi les communes les plus violentes.

C’est pourquoi, pour établir la liste des communes les plus les moins violentes du Brésil en 2015, l’étude a porté à la fois sur les décès dus à l’agression (homicide) et sur les morts violentes de causes indéterminées (MVCI): Altamira, dans le Pará, est alors en tête, avec un taux de 107, viennent ensuite Lauro de Freitas (Bahia, 97,7), Nossa Senhora do Socorro (Sergipe, 96,4), São José de Ribamar (Maranhão, 96,4) et Simões Filho (Bahia, 92,3). Dans l’ensemble, les régions du Nord et du Nord-Est représentent 22 communes sur les 30 plus violentes en 2015 et parmi les 30 les plus paisibles, 24 sont des communes du Sud-Est. Cependant, les deux premières sur la liste sont situées dans l´État de Santa Catarina: Jaragua do Sul (3,7) et Brusque (4,1). Viennent ensuite Americana (4,8) et Jau (6.3), dans l’État de São Paulo, Araxa (Minas Gerais, 6,8) et Botucatu (São Paulo, 7,2).

Profil des victimes

Les victimes sont pour la plupart des jeunes entre 15 et 29 ans : plus de 318 000 d’entre eux ont été assassinés au Brésil entre 2005 et 2015, rien qu’en 2015 ont été commis 31 264 meurtres de personnes de cet âge. En ce qui concerne les États, il apparaît une grande disparité, alors qu’à São Paulo ce nombre a chuté de 49,4% dans les onze ans, dans le Rio Grande do Norte le taux d’homicides chez les jeunes a augmenté de 292,3%. Les jeunes hommes continuent d’être les principales victimes, ils représentent plus de 92% des homicides. En Alagoas et dans le Sergipe le taux d’homicides des jeunes hommes a atteint respectivement 233 et 230,4 par 100 000 habitants en 2015.

Sur 100 personnes tuées au Brésil, 71 sont noirs. Selon les informations fournies par l’Atlas les Noirs ont 23,5% plus de risque d’être assassinées que les Brésiliens d’autres couleurs de peau, après actualisation des effets de l’âge, de l’éducation, du sexe, de la situation matrimoniale et du lieu de résidence.

Les données sur les décès dus à l’intervention de la police ont deux sources : la base de données SIM donne des chiffres sur ceux qui ont été liés aux « interventions légales et opérations de guerre » (942) et celle du FBSP en compte 3 320 dans tout le pays. Les États qui ont connu le plus de meurtres de ce genre selon le SIM en 2015 ont été Rio de Janeiro (281), Sâo Paulo (277) et Bahia (225). Selon les données FBSP ont été enregistrés dans l’État de São Paulo 848 décès dus à l’action de la police, 645 à Rio de Janeiro et 299 à Bahia.

Les cartes

Pour compléter le travail effectué par l’IPEA et le FBSP on peut d’abord le mettre dans le contexte mondial. Il convient de noter que, pour les meurtres, le Brésil est l’une des pires situations parmi les pays du monde, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales (2013), il était (avec un peu plus de 40 000 morts) pratiquement à égalité avec l’Inde (qui a une population six fois plus nombreuse), mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Cependant, si l’on fait le calcul du nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 à la 10ème place, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), El Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9). Cependant, dans l’ensemble, plus de gens meurent assassinés au Brésil que dans les pays en guerre : en Syrie 256 000 personnes sont mortes en quatre ans, et 279 000 Brésil …

Figure 1 Homicides dans le monde

Source: http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/VC.IHR.PSRC.P5/countries

À partir des données par État publiées par l’IPEA, ont été préparés trois cartes analytiques et une carte synthétique (Figure 2). Les cartes d’analyse montrent les fortes proportions de décès causés par des armes à feu et de jeunes dans le total des homicides, en particulier dans le nord-est, et celle l’une des causes les plus troublantes de décès, l’intervention de la police (en service ou hors service), qui met en évidence le cas de Rio Grande do Norte.

La carte synthétique, réalisée en utilisant la technique de classification hiérarchique ascendante (dite aussi analyse de cluster) groupes les États en fonction d’un certain nombre de critères décrits dans l’Atlas. Cette analyse permet de dégager cinq profils, chacun caractérisé par le fait que le groupe est pour chacun d’entre eux au-dessus de la moyenne globale (barre de couleur vers la droite) ou au-dessous (barre vers la gauche), la longueur de la barre indiquant la façon dont le groupe diffère de moyenne pour ce critère. La taille des cercles sur chaque État est proportionnel au nombre d’homicides et sa couleur indique à quel groupe il appartient.

  • Le profil 4 (cercles jaunes sur la carte), qui comprend neuf États, en particulier du Sud et du Sud-Est, est au-dessous la moyenne pour tous les critères.
  • Profil 1 (cercles rouges sur la carte), qui regroupe sept États, est proche de la moyenne, généralement un peu en dessous, sauf pour le taux global, les victimes non-noires, les femmes et les femmes non-noires.
  • Le profil 2 (cercles bleus sur la carte), sept États, dont quatre dans le nord-est, est au-dessous de la moyenne pour les victimes non noires et les femmes non noires, mais bien au-dessus de la moyenne pour le taux général, les taux de jeunes, d’hommes jeunes, de noirs, de femmes, de femmes noires, l’utilisation d’armes à feu et le pourcentage d’utilisation de celles-ci dans les meurtres. C’est l’une des situations les plus préoccupantes.
  • Le profil 3 (cercle vert sur la carte) concerne un seul État, le Roraima, qui est bien au-dessus de la moyenne pour les victimes non noires, les femmes et les femmes non noires.
  • Le profil 5 (cercles roses sur la carte), est spécifique de deux états, Alagoas et Sergipe, il est au-dessus de la moyenne pour tous les critères, sauf les victimes non noires et les femmes non noires.

Figure 2 Homicides au Brésil, une synthèse

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

Enfin, la figure 3 cartes regroupe et cartographie des données qui restent sont séparées dans l’Atlas, les taux d’homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitants. Les gammes de couleurs qui classent les États et les communes en quatre niveaux de taux d’homicides par 100 000 habitants représentés par quatre nuances – d’intensité croissante – sont volontairement les mêmes (en dehors du minimum et maximum) pour pouvoir observer les écarts qui se produisent entre la situation générale chaque État et celles de certaines de ses grandes villes (la taille du cercle est proportionnelle au nombre d’homicides dans la commune).

  • Pour certains États, en particulier Santa Catarina et São Paulo, le taux général de l’État et ceux des grandes villes sont faibles – par rapport à la moyenne nationale – ce qui se traduit par de cercles clairs dans États de couleurs claires (moins de 16,65 d’homicides 100 000 habitants).
  • Une deuxième catégorie est formée par les États du Sud et du Sud-Est (plus l’Acre et le Piauí), aux couleurs un peu plus fortes (16,55 à 32,30 et de 32,30 à 51,40 homicides par 100 000 habitants) qui comprend les villes aux couleurs plus foncées (51,4 homicides par 100 000 habitants), comme les régions métropolitaines de Curitiba, Porto Alegre, Belo Horizonte et principalement Rio de Janeiro.
  • La troisième catégorie se compose des États de la troisième catégorie (32,2 à 51,4 homicides par 100 000 habitants), tous du Nord et du Nord-Est, plus l’Espírito Santo, et deux États de la quatrième catégorie (plus de 51,4 homicides par 100 000 habitants), l’Alagoas et le Sergipe. Notons que presque toutes les grandes villes sont dans des situations encore pires, généralement dans une plage dont le maximum dépasse largement le maximum enregistré pour les États (jusqu’à 105,2 homicides par 100 000 habitants contre 58,10). Se détachent ici – a tragiquement – les cas de Fortaleza, Salvador et Manaus, ainsi que – dans une moindre mesure – Belém, São Luís, Recife et João Pessoa. En dehors des grandes villes littoral apparaît également un groupe de six communes situées dans le « bec de perroquet » et au long de la Transamazonienne, aux confins du Pará, du Maranhão et du Tocantins.

Figure 3 Homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitantes

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

En dehors de ce dernier cas (une région de conflits fonciers aigus), c’est évidemment dans les communes les plus peuplées, et en particulier dans leurs quartiers les plus pauvres, que les pires situations se produisent. L’Atlas fournit un diagnostic clair, et les cartes tirées de ses données le rendent encore plus évident. L’un et les autres sont à la disposition des forces de l’ordre et des autorités politiques, des ONG humanitaires et qui défendent les droits humains, des médias et de la population, la victime constante de cette violence. Nous savons maintenant où devraient se concentrer les efforts visant à réduire progressivement ce niveau de violence inacceptable.